compteur de visite

Catégories

8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 19:39
La croyance et le manhaj sont indissociables (audio)

 

En premier lieu

 

Quand le mot 'aquida (croyance) est citée de façon générale, cela signifie chez les gens de la sounnah ce qui est ancré dans les coeurs parmi la foi en Allah, en ses anges, en ses livres, en ses messagers, au jour dernier ainsi qu'au destin qu'il soit bon ou mauvais et tout ce qui vient suivre, cela parmi les choses relatives à la foi et au monde de l'invisible, choses pour lesquels il n'y pas d'autre chemin pour y accéder que le Livre et la Sounnah authentique.

 

Et dans ce sens-là, des livres furent écrits en plusieurs volumes qu'on nomme "livre de sounnah" et qu'on nomme "livres de croyances" car ils installent la croyance de la sounnah concernant les choses citées précédemment ainsi que ce qui suit cela parmi les choses pour lesquelles la sincérité en Allah et le suivi de son messager عليه الصلاة والسلام sont obligatoires.

 

Entrent également dans cela : Le tawhid de l'adoration, le tawhid de seigneurie et le tawhid des noms et attributs.

 

Donc celui dont la croyance est en concordance avec le Livre et la Sounnah ainsi qu'avec ce sur quoi les savants se sont accordés, alors celui-ci aura une croyance correcte.

 

Quant à celui qui est en désaccord avec cela, alors celui-ci aura une croyance incorrecte que cela soit par ignorance ou bien par passion, mais sa croyance sera incorrecte.

 

Deuxièmement

 

Le "manhaj" dans la langue arabe veut dire "le chemin".

 

Et le sens voulut dans la législation est : "Le chemin par lequel on clarifie les jugements d'Allah dans les adorations de sciences et d'oeuvres ainsi que dans les agissements entre les gens".

 

Troisièmement

 

Al a'quida (la croyance) et le manhaj sont indissociables.

 

Celui qui a une imperfection dans le manhaj cela se répercutera dans la croyance.

 

Et celui qui a une imperfection dans la a'quida cela se répercutera  dans le manhaj.

 

A titre d'exemple al-jahmiya et al-mou'tazila lorsqu'ils évoquent dans leur fondement le fait d'ordonner le bien et d'interdire la blâmable, cela signifie pour eux de se soulever contre les gouverneurs et personne ne doute de l'inexactitude de la croyance de ces deux groupes là.

 

Les khawaridjs, lorsque leur manhaj s'est perverti et qu'ils ont dévié du Livre et de la Sounnah ainsi que du chemin des pieux prédécesseurs, ils sont alors tombés dans le fait d'autoriser le sang des musulmans (autoriser de les tuer) ainsi que leurs biens et leur honneur ; Alors que cela est unanimement reconnu comme étant interdit.

 

Ils (les khawaridjs) estimaient que le combat contre 'Ali  رضي الله عنه et  ceux qui étaient avec lui parmi les compagnons et les meilleurs des tabi'in, ils (les khawaridjs) considèrent cela comme étant un chemin qui amène au paradis.

 

Ils disaient : "L'odeur ! L'odeur !"... C'est à dire le paradis.

 

Ils rendirent licite le sang des meilleurs personnes après le Messager d'Allah عليه الصلاة والسلام dans cette communauté.

 

Les meilleurs gens de cette communauté après son Prophète عليه الصلاة والسلام. 

 

Dans leur croyance ils (les khawaridjs) les considéraient mécréants.

 

En résumé, l'islam dans le domaine du prêche, contient à la fois la 'aquida (la croyance) et le manhaj afin de préserver ces deux-là.

 

-Celui dont la a'quida (croyance) est saine alors son manhaj sera droit et solide.

 

-Quant à celui qui a une imperfection dans sa 'aquida (croyance), alors il aura une imperfection dans son manhaj, et vice-versa, celui qui a une imperfection dans son manhaj aura alors une imperfection dans sa 'aquida (croyance).

 

Les khawaridjs rendent mécréants les musulmans qui commettent de grands péchés.

 

Ils rendent licite leur sang et leurs biens et réduisent leurs familles en esclavage, ils les considèrent comme mécréants dans ce bas monde, et les destinent a l'enfer éternellement  s' ils meurt sans s' être repentis de ces grands péchés.

 

Les mou'tazila considèrent, dans ce bas-monde celui qui commet de grands péchés, entre deux places : ni musulman ni mécréant.

 

Mais ils rejoignent les khawaridjs sur le jugement de l'au-delà concernant celui qui commet de grands péchés.

 

Ils sont donc en désaccord avec le Livre, la Sounnah ainsi que le consensus.

 

Alors que ces derniers (le livre, la sounnah et le consensus) s'accordent sur le fait que le pervers qui unifie son Seigneur (qui l'adore sans commettre de grand shirk) ; Donc le désobéissant croyant est dans ce bas-monde croyant de par sa foi et pervers de par ses grands péchés et dans l'au-delà il sera sous la volonté d'Allah.

 

L'imperfection dans le manhaj des khawaridjs s'est également retrouvée dans leur croyance ; Sinon pourquoi combattreraient-ils et se soulèveraient-ils contre les gouverneurs, si ce n'est qu'ils les considèrent comme mécréants ?

 

Ils ont pour croyance qu'ils sont mécréants et que leur sang, leurs biens et leur honneur sont licites.

 

Traduction Abou Jabir

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع