compteur de visite

Catégories

1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:07
Dire à un non-musulman : «Ô mon frère !» (audio-vidéo)

Question :

 

La question est posée par un prêcheur :

 

En occident, et plus précisément en Amérique et il dit : Lorsque j'invite les non-musulmans à l'islam, je les appelle parfois en disant : "Ô mes frères !" Ou alors : "Ô chers frères !"

 

Et c, en raison de notre fraternité en humanité, afin d'attirer leurs coeurs et pour qu'ils écoutent mon invitation à l'islam.

 

Y a-t-il un mal à cela ?

 

Réponse :

 

Il ne fait aucun doute qu'il n'est pas permis d'interpeller un mécréant en lui disant : "Ô mon frère !"

 

Car Allâh dit (traduction rapprochée) :

 

"Certes, les croyants sont des frères." (sourate Al-Hujurât verset 10)

 

La fraternité réside dans la foi.

 

Si c'est son frère de sang, il n'y a pas de mal car Allâh dit (traduction rapprochée) :

 

"Nous envoyâmes aux hommes de 'Ad leur frère Hûd" (Sourate Hûd verset 52)

 

"Et aux Madyan, leur frère Chuaïb" (Sourate Al-A'râf verset 85)

 

Il n'y a aucun mal quand il s'agit de la fraternité familiale.

 

Quant à la fraternité religieuse, il n'est en aucun cas ton frère.

 

Allâh a dit à Nuh au sujet de son propre fils ;

 

"Il ne fait pas partie de ta famille" (Sourate Hûd verset 46)

 

Néanmoins, il se peut que nous trouvions une alternative en disant : "Ô frère !" 

 

En estimant qu'il est le frère de son vrai frère de sang.

 

Il ne dit pas : "Ô mon frère !" ; Mais il peut dire : "Ô frère !", en désignant sa fraternité familiale ou les gens qui ont la même religion que lui.

 

Il réussira ainsi à l'approcher et l'attirer sans pour autant s'affilier à lui en tant que frère.

 

Et l'insinuation est une alternative eu mensonge.

 

Le présentateur :

 

N'est-ce pas que tous les hommes sont frères car l'ancêtre commun est Âdam ?

 

N'est-ce pas suffisant ?

 

Cheikh :

 

Cela n'est pas suffisant.

 

Le présentateur :

 

Ne sont-ils pas tous des êtres humains ?

 

Cheikh :

 

Ce sont tous des descendants d'Âdam, c'est certain.

 

Mais on ne dit pas : "C'est mon frère" à un mécréant, en pensant à la fraternité en humanité.

 

On ne peut le dire que dans le cadre familial et/ou religieux.

 

Retranscrit par une sœur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع