compteur de visite

Catégories

5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 10:00
Supervision du projet Jannah Télévision par le Cheikh Ali Moussa d’Egypte (audio-vidéo-dossier)

Parole de Cheikh Ali Moussa enregistrée le 11 Rajab 1438 correspondant au 8 avril 2017 :

 

Les louanges sont à Allâh et les prières et le salut sont sur le Messager d'Allâh.

Ceci dit.

 

Donc ceci est la nuit du samedi, qui correspond au 11 Rajab de l'année 1438 après l'émigration du Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

A cette bonne occasion, qui est l'attribution de la supervision des frères du site Jannah TV le fait qu’ils m’aient attribué la responsabilité de ce site béni, ce site qui est sur la voie des gens de la sounna et du consensus, je dis :

 

Allâh Gloire à Lui, Le Très-Haut a dit :

 

"Dis : «Sont-ils égaux, ceux qui savent et ceux qui ne savent pas?»." (Sourate 39 verset 9)

 

Ibn al Qayyim a dit, comme dans "Miftah Dar As-Sa`ada" (La clé de la Maison du bonheur), dans son explication des mérites de la science et des gens de science, il dit que ceci est comme la parole d'Allâh :

 

"Ne seront pas égaux les gens du Feu et les gens du Paradis." (Sourate 59 verset 20)

 

Tout comme les gens du Feu ne sont pas égaux aux gens du Paradis, les gens du Paradis sont dans leurs bienfaits et les gens du Feu subissent leurs punitions.

 

Les gens de science, également, ne sont pas égaux aux autres.

 

Et Allâh Gloire à Lui, Le Très-Haut a dit pour clarifier la place élevée qu'Il donne aux gens de science :

 

"Allâh élèvera en degrés ceux d'entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir." (Sourate 58 verset 11)

 

Allâh leur fait des éloges et les désigne comme étant dignes de confiance.

 

Il dit :

 

"Allâh atteste, et aussi les Anges et les doués de science, qu'il n'y a point de divinité à part Lui, le Mainteneur de la justice." (Sourate 3 verset 18).

 

Ibn al Qayyim a mentionné que cela implique qu'Allâh reconnaît qu'ils sont de confiance, car le témoin doit être de confiance et qu'Il les a fait témoigner sur la plus immense des attestations, qui est Son unicité, Gloire à Lui, Le Très-Haut ainsi que Son exclusivité.

 

Il a témoigné "qu'il n'y a point de divinité (qui mérite l’adoration) à part Lui".

 

Donc Allâh a témoigné lui-même de son unicité dans l'adoration ainsi que Ses anges et les savants.

 

Et Il a lié leur témoignage avec Son témoignage et celui des anges.

 

Ceci est une reconnaissance et un éloge pour les gens de science.

 

Et Allâh Gloire à Lui, Le Très-Haut a dit :

 

"Allâh élèvera en degrés ceux d'entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir." (Sourate 58 verset 11)

 

Ali, qu'Allâh soit satisfait de lui, a dit :

 

Suffit comme honneur pour la science que s'en prétend celui qui ne l'a pas, et qu'il est heureux quand on la lui attribue.

 

Il suffit comme blâme et mocheté pour l'ignorance que s'en désavoue celui qui est dedans et qu'il se fâche quand on la lui attribue.

 

Et Allâh le Puissant, le Majestueux a mentionné que les gens de science sont les gens qui Le comprennent :

 

"Telles sont les paraboles que Nous citons aux gens ; cependant, seuls les savants les comprennent." (Sourate 29 verset 43)

 

Et les versets sur les mérites de la science et des savants sont très nombreux et connus.

 

Et en ce qui concerne la sounna, Al Boukhari a certes rapporté d’après Mou'awiyah ibn Abi Soufian, qu'Allâh soit satisfait de lui, qu'il a dit : j'ai entendu le Prophète صلى الله عليه وسلم dire :

 

"Celui à qui Allâh veut du bien, Il l'instruit dans la religion et moi je ne fais que partager (la science) et c'est Allâh qui donne".

 

Ibn al Qayyim, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit, comme dans son livre "La clé de la Maison du bonheur":

 

"Et ceci démontre que celui à qui Il ne donne pas la compréhension de la religion, Allâh ne lui veut pas du bien car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

"Celui à qui Allâh veut du bien, il l'instruit dans la religion"

et Al Boukhari a aussi rapporté d’après Abdoullah ibn Amr ibn Aas :

"Certes Allâh ne fait pas disparaître la science en l'enlevant des cœurs des serviteurs mais il la fait disparaître par la mort des savants.

Au point où lorsqu'il ne restera plus de savants les gens prendront des ignorants comme dirigeants qui seront questionnés.

Alors ils vont répondre sans science et ainsi vont s'égarer et vont égarer"."

 

Et les louanges sont à Allâh, il y a encore des savants, les héritiers des prophètes parmi nous.

 

Il faut donc saisir cette opportunité avant leurs morts, qu'Allâh les protège, il faut faire un effort et voyager pour la demande de science.

 

Et Imam Ahmed et Abou Daoud et Thirmidi et Ibn Maajah ont certes rapporté le hadith d’Abou Darda, qu'Allâh soit satisfait de lui, avec une chaîne de transmission correcte, que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit dans une partie d'un long hadith :

 

"Et certes les savants sont les héritiers des prophètes, et les prophètes n'ont laissé comme héritage ni dinars ni dirhams mais ils ont laissé comme héritage la science, celui qui la prend aura certes pris une part énorme."

 

Donc la science, Ô frères, est l'héritage de votre prophète, la science est l'héritage de votre prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Et la science élève en degrés celui qui la possède, dans la vie d'ici-bas et dans l'au-delà.

 

Abu Houraira, qui de faim, tombait sur son visage, comme dans Al Boukhari et Mouslim, au point où lorsque que le Prophète صلى الله عليه وسلم passa, Abou Houraira lui posa une question seulement afin qu'il le nourrisse, et passèrent aussi As-Sidiq (Abou Bakr) et Omar, comme dans l'histoire qui est connu.

 

Jusqu'à ce qu'il tombe sur son visage à cause de la faim, qu'Allâh soit satisfait de lui, et ce même Abou Houraira, au moment de son décès, il n’était rien d'autre que gouverneur de la ville du Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Il a purifié son intention pour Allâh, et fut surnommé le transmetteur de l'Islam.

 

Il a transmis plus de 5000 hadith du Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Et les hadiths sur les mérites de la science et le rang des savants sont très nombreux et connus.

 

Et on a demandé à l'imam Ahmed, qui est nommé l'imam des gens de la sounna et le consensus, "Jusqu'à quand tu vas continuer à rechercher la science ?"

 

Il répondait :

 

"De l'encrier (al mihbarah) jusqu'à la tombe."

 

C'est à dire, il n’arrête pas de rechercher la science jusqu'à la mort.

 

Donc la science est un océan profond.

 

Et par Allâh, la négligence des gens par rapport à la science est très étonnante !

 

Et le plus étonnant, c'est la négligence alors que la personne est encore jeune.

 

Il est préoccupé par la vie d'ici-bas, et le refuge est auprès d'Allâh.

 

Car la dounia, Allâh la donne à ceux qui l’aime et à ceux qui ne l'aime pas.

 

Par contre, le akhirah Il ne la donne qu’à ceux qui l’aime.

 

C'est donc très étonnant ce qu'on entend de certains jeunes musulmans, quand ils disent : "Je me contente (de ce que j'ai appris) et j'ai déjà entendu une fois l'explication de ce livre".

 

Je dis :

 

Ô mon frère, moi, Ali Moussa, j'ai entendu l'explication de certains livres cinq fois, et ceci directement des savants, pas des étudiants en science mais directement des savants.

 

J'ai entendu l'explication de Fath Al Majid de Cheikh Abdoulaziz Ar-Râjihi, et avant lui je l'avais déjà entendu de Cheikh ibn Baaz et de Cheikh Sâlih al Fawzân. Et j'ai entendu, Qourrat Ouyyoun al Mouwahidin, et cela est un résumé de Fath Al Majid, de Cheikh Saalih al Fawzân, et autre que cela.

 

Et, par Allâh, Ô frères et sœurs, à chaque fois, il y a des nouveaux points bénéfiques qui viennent de ces savants.

 

Même le savant lui-même, il peut expliquer le livre maintes fois et à chaque fois il rajoute un nouveau point bénéfique pour ses étudiants.

 

Et certaines personnes, c’est comme s’elles étaient ennuyées par la répétition des livres des pieux prédécesseurs et des explications des savants.

 

Ils disent : "Je me contente (de ce que j'ai appris)".

 

Il se peut même que les savants viennent chez eux, dans leurs pays, ils voyagent des pays musulmans voulant enseigner à ces jeunes.

 

Et ces jeunes renoncent à aller chez eux et certains ignorants et certains hadadis, les khawaarij de notre époque contre les savants, les empêchent d'aller les voir, et le refuge est auprès d'Allâh.

 

Ils ne s’assoient pas devant ces savants, en sachant qu'à la base c'est l'étudiant qui voyage vers le savant et non l’inverse.

 

Même si tu as du mérite et que tu as demandé la science auparavant, car Jibril, que la paix soit sur lui, quand il est venu auprès du Prophète صلى الله عليه وسلم pour lui poser des questions sur quelques affaires, il s'est assis devant lui et a mis ses genoux contre les genoux du Prophète صلى الله عليه وسلم ,c'est-à-dire il s'est rapproché de lui et il a posé ses mains sur ses propres cuisses et a questionné le Prophète صلى الله عليه وسلم d'une manière humble et avec un bon comportement.

 

Donc comme ça, mes frères, jusqu'à quand allons-nous dire : "Je me contente (de ce que j'ai appris)" !

 

Ne dirons-nous pas comme disait l’imam Ahmed : "De l'encrier jusqu'à la tombe" !

 

Ceci est la parole des pieux prédécesseurs !

 

Mais la parole : "On se contente de ce qu'on a, on se contente de ce qu'on a" montre l'ignorance.

 

Et ceci est l'ignorance complexe, qui est plus grave que l'ignorance simple car l'ignorance simple signifie qu'on est ignorant et qu'on sache qu’on est ignorant mais l'ignorance complexe signifie qu'on est ignorant mais qu'on pense qu’on est savant et cela est une catastrophe et le refuge est auprès d'Allâh.

 

Donc Ô hommes, et Ô femmes et Ô jeunes, précipitez-vous, baarakalLâh fikoum, car vous ne savez pas si votre santé vous permettra, un jour, de marcher jusqu’à la mosquée pour apprendre un cours, car vous ne savez pas si votre santé va vous permettre d’écouter un cours, et si un jour vous allez pouvoir quitter l’hôpital pour aller à la maison afin d’écouter un cours ?

 

Maintenant vous êtes en bonne santé, et le Prophète صلى الله عليه وسلم avait raison quand il disait :

 

"Il y a deux bienfaits à propos desquels beaucoup de gens sont lésés : la bonne santé et le temps libre"

 

"Et l'Homme cependant est de tous les êtres le plus grand disputeur" comme le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit dans la version de Boukhari quand il disait à Ali et Fatima :

 

"Ne priez-vous pas ?"

Ali disait : "Nos âmes sont dans les mains d'Allâh"

Puis le Prophète se mit à dire en frappant ses cuisses : "Et l'Homme cependant est de tous les êtres le plus grand disputeur".

 

Et voilà l’enracinement scientifique, la science vient chez vous, dans vos pays, et cela ne vous coûte rien, si ce n’est d'appuyer sur un bouton pour entendre la science.

 

Voilà notre centre d'apprentissage, le centre "Ahloul hadith wal athar" qui vient chez vous dans votre chaîne télévisée.

 

Vous réunirez-vous donc !

 

Écouterez-vous donc !

 

Et ferez-vous des examens et des tests dans ces livres ?!

 

Les livres des pieux prédécesseurs !

 

Oussoul as-sounnah de l'imam Ahmed et la Ha'iyah d'Abou Daoud et Minhaj as-Salikin d'As-Sa'di et le Tafsir du Hafidh Ibn Kathir ainsi que beaucoup d'autres, Ô frères.

 

Donc craignez Allâh le Majestueux, Le Très-Haut, craignez Allâh le Puissant, le Majestueux, craignez Allâh Gloire à Lui, Le Très-Haut avant que la mort ne vous vienne.

 

Et par Allâh, il n’y a pas plus immense, honorable, meilleur et beau que le fait que la mort te vienne alors tu es fermement ancré dans la recherche de la science.

 

Et vos pieux prédécesseurs, comme Ad-Dhahabi a mentionné dans son Siyar, plusieurs histoires. Je n’en mentionnerai qu’une seule.

 

C’'est l'histoire de l'imam Mohammed ibn Jarir at-Tabari, qu'Allâh lui fasse miséricorde, qui est connu comme le Cheikh des exégètes, celui qui a mené à l’exégèse d’Ibn Kathir, qui est un résumé de l’exégèse de Tabari.

 

Quand il était sur son lit de mort et que les gens de son époque étudiaient un sujet auprès de lui.

 

Il disait, ramenez-moi du papier et un encrier, afin qu'il note cette affaire, et ils lui répondaient : "Qu'Allâh te fasse miséricorde, tu es dans cet état (et tu souhaites noter cette affaire) ?"

 

Il répondait :

 

"Mieux vaut pour moi de rencontrer Allâh, ayant connaissance de cette affaire qu'en étant ignorant de celle-ci".

 

Et selon Mouslim, dans son Sahih, Aïcha a rapporté de notre Prophète صلى الله عليه وسلم ,avant qu'il décède de cinq, c'est- à-dire cinq nuits avant sa mort, qu'il a mis en garde contre le fait de prendre les tombes pour lieux de culte et pendant sa vie aussi il mettait en garde contre cela.

 

Et aussi pendant qu'il souffrait de l'agonie de la mort, il avait mis un bandage sur ses yeux et à chaque fois qu'il se réveillait de son agonie il disait :

 

"Que la malédiction d’Allâh soit sur les juifs et les chrétiens, ils ont pris les tombes de leurs Prophètes et de leurs saints comme lieux de culte !"

Puis Aïcha a dit : "Il mettait en garde contre ce qu'ils ont fait".

 

Et je vous dis, la science est devant vous. Maintenant, la science arrive jusqu’à chez vous dans vos foyers et la preuve d'Allâh a été établie aux gens à cette époque parce que le monde est devenu tel un petit village, la science, la vertu et le bien se sont répandus, et les louanges sont à Allâh.

 

Donc faites des efforts dans le domaine de la science et dans l’enracinement la science.

 

Mes frères, comme disait le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Certes le remède de la défaillance est la question"

 

La défaillance, c'est- à-dire l'ignorance.

 

Il est obligatoire d’apprendre et d’être clairvoyant dans la science.

 

Et il n’y a que la personne instruite qui est ancrée et ferme dans la science comme dit Allâh :

 

« L'écume s'en va, au rebut, tandis que ce qu'il est utile aux Hommes demeure sur la terre.» (Sourate 13 verset 17)

 

Et seul la science est utile aux hommes, "Allâh a dit, le Prophète a dit ; les compagnons ont dit", comme disait Ibn al Qayyim dans sa Nouniyyah :

 

"La science c’est: «Allâh a dit», «Le Messager a dit», «Les compagnons ont dit»

Ils sont les possesseurs du savoir.

Et la science ne consiste pas à ce que, avec insolence, tu mettes en opposition la parole du prophète et la parole d’untel."

 

Je dis :

 

J'ai certes permis aux frères de ce site, Jannah (TV), ce site qui est sur la voie des gens de la sounna et du consensus, de traduire mes cours et de les diffuser.

 

J'ai certes permis de diffuser mes cours et mes khotba sur leur site et autre, avec comme condition qu'ils veillent que la traduction soit correcte et qu'ils collaborent avec les frères que l'on a désignés.

 

Tant qu'ils sont sur la voie des pieux prédécesseurs, on leur permet cela pendant notre vie et après notre mort.

 

Et on demande à Allâh qu'Il nous raffermisse ainsi qu'eux sur la voie des gens de la sounna et du consensus et les salaf as-salih.  

 

Et je ne veux pas dire par "salaf as-salih" un groupe en particulier qui se fanatise, ni un groupe terroriste, takfiriste mais je veux dire avec cela "la voie des gens de la sounna et du consensus" qui est loin de la voie des khawaarij, des mu’tazilites, qaddarites et des mourji.

 

Et comme j'ai mentionné, je leur permets aussi la diffusion des cours de notre centre d'apprentissage "Ahloul hadith wal athar" et je demande à Allâh à la fin de cette parole qu'Il facilite nos frères dans ce site béni et qu'Il nous donne ainsi qu'eux le raffermissement.

 

Je dis qu'ils ne mettent rien sur ce site sans que je leur ai donné des consignes et nous nous aidons mutuellement, celui qui voit quelque chose, qu'il conseille comme dans le hadith de Abou Roqayah, Tamim bin Aws ad-Dari, qu'Allâh soit satisfait de lui, dans le Sahih de Mouslim :

 

"La religion est le bon conseil. La religion est le bon conseil."

"Pour qui ?" Demanda-t-on au Prophète.

"Pour Allâh, répondit-il, pour Son Livre, pour Son Prophète, pour les imams et pour l'ensemble des musulmans."

 

Et comme dans le hadith de Jarir ibn Abdullah Al Bajali, qu'Allâh soit satisfait de lui, qu'il faisait allégeance au Prophète صلى الله عليه وسلم de conseiller tout musulman.

 

Donc, Ô frères, délaissez les différences, les conflits et les "on a dit”.

 

Immergez-vous dans la science et faites des efforts dans la science avant que ne vienne un jour où vous ne pourrez pas fuir d’Allâh.

 

Et que les prières, le salut et la bénédiction soient sur le serviteur et l'Envoyé d'Allâh, Mohammed ainsi que sur sa famille et ses compagnons. 

 

Traduit et publié par jannahtv.fr

Cheikh 'Ali ben Abdelaziz Moussa - الشيخ علي بن عبدالعزيز موسى

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Appel à la religion - الدعوة الإسلامية