compteur de visite

Catégories

16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 12:45
Le rasage de la barbe et le raccourcissement du vêtement
Question :
 
Quel est le jugement de l'islam sur celui qui dit :

«Le rasage de la barbe et le raccourcissement du vêtement sont des questions de détail (on dit péjorativement en arabe : « épluchures », comme l'épluchure d'un fruit ou d'un légume)  et non pas des choses essentielles dans la religion»,

ou encore sur celui qui se moque de ceux qui mettent ces choses en pratique ?

 

Réponse :

Cette parole est dangereuse et est une grave erreur.

Il n'y a pas de détails dans la religion.

Au contraire, tout y est essentiel, bonté et réforme, mais on peut dire qu'elle se divise en fondements et branches.

Le cas de la barbe et du raccourcissement du vêtement font partie des branches et non des fondements, mais il n'est pas permis de nommer une chose parmi les affaires de la religion : « épluchures ».

Il est à craindre pour celui qui prononce  une telle parole par dénigrement ou par moquerie qu'il apostasie de sa religion car Allah dit (traduction rapprochée) :      

                                     

« Dis : 'Est-ce d'Allah, de ses versets et de Son Messager que vous vous moquiez ? * Ne vous excusez pas : vous avez bel et bien rejeté la foi après avoir cru. » (1)
 

Le Messager, prière et salut d'Allah sur lui,  est celui-là même qui a ordonné de laisser pousser la barbe et de tailler les moustaches ; nous devons lui obéir et respecter ses ordres et ses interdictions en toute chose.

Abû Muhammad Ibn Hazm a cité le consensus des savants quant à l'obligation de laisser la barbe et de tailler la moustache.

Il ne fait pas de doute que le bonheur, le salut, la fierté, la dignité et la bonne fin (dans l'au-delà) se trouvent dans l'obéissance à Allah et à Son Messager, prière et salut d'Allah sur lui, et que la perdition, la ruine et la mauvaise fin résident dans la désobéissance à Allah et à Son Messager, prière et salut d'Allah sur lui.

De même, relever les vêtements au-dessus des chevilles est obligatoire, le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, dit :

« Ce qui est en dessous des chevilles est voué au Feu. » (2)

Il dit également :

« Il y a trois types de personnes à qui Allah ne parlera pas, ni ne les regardera le Jour de la Résurrection, ni ne les purifiera, et qui auront un châtiment douloureux : celui dont la tunique dépasse les chevilles, celui qui rappelle à quelqu'un un bienfait qu'il lui a octroyé, et celui qui écoule sa marchandise par un serment mensonger » (3)

Il dit encore :

« Allah ne regarde pas celui qui laisse traîner son vêtement par orgueil » (4)

Il incombe au musulman de craindre Allah et de relever ses vêtements que ce soit une tunique (Qamîs), un pagne (Izâr), un pantalon ou un manteau, et de ne pas les laisser traîner en dessous des chevilles (ce que l'on appelle al-Isbâl).

Le mieux est qu'ils descendent jusqu'à mi-mollet ou un peu plus, mais pas en-dessous des chevilles.

Si la personne laisse traîner ses vêtements par vanité, le péché est pire. Si elle le fait par négligence et non par orgueil, cela reste tout de même une erreur et la personne commet un péché, sauf que son péché est moindre que celui qui le fait par arrogance.

Il est certain qu' al-Isbâl est un tremplin vers l'orgueil, même si celui qui le commet prétend qu'il ne le fait pas pour cette raison.

Les menaces dans les hadiths sont générales et il n'est pas permis de les négliger.

Quant à l'histoire d'Abû Bakr le Véridique (5), qu'Allah l'agrée, lorsqu'il dit au Prophète, prière et salut d'Allah sur lui : « Mon pagne se défait (6) mais je le remonte constamment ». Le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, lui dit :

« Tu n'es pas de ceux qui le font par vanité. » (7)

Ceci s'applique à celui qui est dans la même situation qu'Abû Bakr, alors qu'il le remonte et le resserre ; mais celui qui les laisse pendre intentionnellement tombe sous le coup de la mise en garde sévère, et n'est en rien semblable à Abû Bakr le Véridique.

Al-Isbâl, en plus de la menace qui s'y applique, représente un gaspillage, expose les vêtements aux saletés, aux impuretés et est une forme de ressemblance aux femmes.

Il convient donc au musulman de se préserver de tous ces points.

Allah est Celui Qui accorde la réussite et est Celui Qui guide vers la meilleure voie.

 

(1) Le Repentir, v. 65, 66.
(2) Rapporté par Al-Bukhârî dans son recueil authentique, chapitre des vêtements (5787).
(3) Rapporté par Muslim dans son recueil authentique, chapitre de la foi (106).
(4) Rapporté par Al-Bukhârî (5783) et Muslim (2085), tous les deux dans le chapitre des vêtements.
(5) Il s'agit du surnom d'Abû Bakr, car il était celui qui était le plus véridique envers Allah et Son Prophète.
(6) Jusqu'à pendre en dessous des chevilles, car Abû Bakr était très mince et sa taille ne suffisait pas à retenir ses vêtements. [N. du T.]
(7) Al-Bukhârî, chapitre des vêtements (5784).

 

Magazine ad-Da'wa, no. 1607.

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Homme musulman - رجل مسلم