compteur de visite

Catégories

6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 22:00
La bida'a d'al muwaazanah : Le fait de comparer entre les qualités et les defauts de celui qui est critiqué pour ses erreurs
Une voie innovée s'est répandue dans les rangs de Ahl As Sounna : Al Mouwâzanat (la balance juste). 
 
Son principe : si tu critiques un innovateur pour son innovation dans le but de mettre en garde les gens il te faut absolument citer ses points positifs afin de ne pas être injuste envers lui.
 
Ce principe est très dangereux car il n'a été mis en place que dans le but de défendre les innovateurs.

Comment ?

Par ses conséquences désastreuses : citer leurs « bons côtés » est une invitation à leurs innovations, amène à pencher vers eux, amène à oublier leurs innovations etc...
 
Al hamdou lillâh, les savants ont réfuté ce principe.

Nous allons commencer par lire les réfutations des savants à cette innovation.

Ensuite nous découvrirons ses effets néfastes.

Enfin nous verrons la réponse de cheikh Rabi' à une des ambiguïtés amenés par les partisans de ce principe.
Réfutations des savants à cette innovation

Cheikh 'Abdoulaziz Ibn Bâz

Question :

Concernant la méthodologie de Ahl As Sounna dans la critique de Ahl Al Bida' et de leurs livres : est-il une obligation de citer leurs bons côtés et leurs mauvais côtés ou faut-il ne citer que leurs mauvais côtés ?

Réponse :

Les savants critiquent et exposent les points négatifs et les erreurs afin de mettre en garde les gens.

Quant à ce qui est bon (les points positifs), c'est une chose connue et acceptée.

Le but recherché est de mettre en garde contre leurs fautes, les fautes des jahmia, des mou'tazilas etc...

S'il y a besoin d'exposer ce qu'ils ont comme vérité, on l'expose.

Si quelqu'un demande : « qu'ont-ils comme vérité ? Dans quels points sont-ils en concordance avec Ahl Al Sounna ? et si la personne interrogée connaît la réponse, il expose.

Mais le but majeur et le plus important est d'exposer leurs erreurs afin que le questionneur prenne garde à eux et qu'il ne penche pas vers eux. 

Question

Il y a des gens qui imposent Al Mouwâzanat : si tu critique un innovateur afin de mettre en garde contre lui, il t'est obligatoire de citer ses bonnes actions afin de ne pas être injuste contre lui. 

Réponse :

Non, ceci n'est pas nécessaire.

Si tu lis les livres de Ahl As Sounna tu trouveras que le but est de mettre en garde.

Non pas de dénombrer leurs bonnes actions.

Concernant celui qui a mécru, ses bonnes actions n'ont 'aucune valeur, celui que l'innovation a rendu mécréant.

Ses bonnes actions sont vaines.

Quant à celui que l'innovation n'a pas rendu mécréant, il est en danger.

Voir introduction du livre de cheikh Rabi' qu'Allâh le préserve

Cheikh Al 'Outhaymine

On questionna cheikh au sujet de la parole de l'innovateur 'Adnân 'ar'our : « C'est de l'équité et de la justice lors du conseil et de la mise en garde contre les innovations et ses partisans de citer les bonnes actions de ces derniers à coté de leurs mauvaises actions »

Réponse de cheikh :

Non, ceci est une erreur.
 
On lui demanda alors :
 
Quand tu cites les bons côtés de Ahl As Sounna c'est de l'équité et de la justice de citer également leurs mauvais côtés 
 
Réponse de cheikh :
 
Dans une situation de réplique, il ne convient pas de citer les bons côtés de la personne critiquée, sinon ma réplique serait faible. 

Question :

Même quand ça concerne Ahl As Sounna ? »

Réponse :

Que ça concerne ahl As Sounna ou non.
Comment puis-je répliquer à cette personne et me mettre à le louer ?
Ce n'est pas raisonnable ! 

Voir daf'ou baghyi 'Adnan 'ala 'oulama as Sounna wal Imân

Cheikh Sâlih Al Louhaydân

Question :

« Fait-il partie du manhâj de Ahl As Sounna Wal Jamâ'a dans la mise en garde contre Ahl Al Bida' le fait de citer les bonnes actions des innovateurs, de les vanter et de les élever sous le prétexte de l'équité et de la justice? »

Réponse :

« Qouraysh dans la Jâhilya et les imâms du polythéisme n'avaient-ils pas de bonnes actions à leurs actifs ?

Le Coran a-t-il cité une seule de leurs bonnes actions ?

La Sounna a-t-elle cité une seule de leurs vertus ?

Ils honoraient l'hôte, ils se préoccupaient du voisin, et malgré cela les vertus de ceux qui ont désobéi à Allâh n'ont pas été citées.

Il ne s'agit pas ici de dénombrer les bonnes et les mauvaises actions, il ne s'agit que de mettre en garde contre un danger.
 
Regardez les paroles des imâms tels Ahmad ibn Hanbal, Yahya ibn Ma'iin, etc.. lorsqu'ils qualifiaient quelqu'un de « kadhab » ( grand menteur) , disaient-ils de lui « cependant il a un comportement honorable, il est généreux, il fait beaucoup de prières dans la nuit » ? Non !
 
Ce principe vient de gens qui ignorent les règles du Jarh wa ta'diil, qui ignorent les causes qui amènent à l'obtention du profit et celles qui amènent à éloigner les gens de ce qui peut le faire perdre.
 
Source : k7 salâmatoul manhaj daliil al falâh
Les effets les plus néfastes de cette innovation (par cheikh Rabi' Al Madkhali)
 
Elle amène à dire que les salafs étaient des ignorants

Si ce principe avait une telle valeur on aurait vu les salafs se précipiter à l'appliquer.


Elle amène à dire que les salafs étaient injustes
 
Leurs livres débordent de critiques pures, dépourvues de mouwâzanat.

Qu'allons- nous dire d'eux, de leurs paroles et de livres ?

De deux choses l'une :
 
Ou bien nous disons que leurs critiques exemptes de la citation des bonnes actions sont basées sur la vérité, la justice, le bon conseil, la science, la crainte d'Allâh, etc...et dans ce cas là, cette innovation est réduite à néant, ne tient plus debout.
 
Ou bien nous disons que leurs critiques exemptes de la citation des bonnes actions sont basées sur l'injustice, que leurs méthodologie repose sur la tromperie, l'ignorance, le manque de crainte d'Allâh etc..., et dans ce cas là nous disons d'eux qu'ils étaient les plus injustes des créatures.
 
Non, ils n'étaient pas ainsi, et Allâh refuse cela ainsi que les croyants.
 
Elle amène à magnifier Ahl Al Bida'
 
Cette innovation n'a été mise en place que dans ce but.
 
Il n'y a aucun doute que celui qui observe le travail des salafs en adoptant cette innovation comme principe et l'utilise pour juger les gens, tout cela avec application, il sera obligatoirement amené à rabaisser les salafs et leurs manhaj, à les dénigrer eux, leurs jugements et leurs livres.
Une ambiguïté et sa réfutation


Les partisans du principe d'Al Mouawâzanat avancent des ambiguïtés afin de défendre cette innovation, toutes plus faibles que la toile de l'araignée.
 
Nous allons en voir une ainsi que sa réfutation par cheikh Rabi' al Madkhali.

Les partisans d'Al Mouwâzanat disent :

Allâh dit dans le Coran (traduction rapprochée) :

« Et parmi les gens du Livre, il y en a qui, si tu lui confies un qintâr, te le rend Mais il y en a aussi qui, si tu lui confies un dinar, ne te le rendra que si tu l'y contrains sans relâche. Tout cela parce qu'ils disent: "Ces (arabes) qui n'ont pas de livre n'ont aucun chemin pour nous contraindre." Ils profèrent des mensonges contre Allah alors qu'ils savent. »

Ils disent : « Allâh a blâmé les juifs d'une manière générale, mais il a en même temps montré que certains d'entre eux prenait soin de rendre le dépôt et de ne pas le trahir »

Réfutation de cheikh Rabi' :

Premièrement : personne n'a dit à ma connaissance, ni parmi les compagnons ( en sachant qu'il y a parmi eux le très grand savant ibn 'Abbas) ni parmi les interprètes que ce verset était une preuve légitimant l'équilibre entre les bons et les mauvais côtés ou quoi que ce soit allant dans ce sens.

Et il ne faut pas se soustraire à la compréhension des salafs.

Deuxièmement : ce qu'ont compris les savants du tafsir au sujet de ce verset est uniquement la mise en garde, ou bien d'une manière générale ou bien d'une manière précise.

D'une manière générale comme l'a compris Al Qourtoubi qui dit :

« Allâh a informé qu'il existe parmi les Gens du Livre des personnes traîtres et d'autres honnêtes. Etant donné que les croyants ne distinguent pas cela, il faut tous les éviter. Allâh a insisté sur les Gens du Livre, même si ces deux catégories existent chez les croyants, du fait que la traîtrise chez eux est majoritaire. »
 
D'une manière précise, comme on peut le comprendre de la parole d'Ibn Kathir sur ce verset.
Il m'apparaît que le commentaire de Al Qourtoubi est plus proche de la vérité.

Troisièmement : il y a dans le Coran et la Sounna beaucoup de textes qui blâment les juifs et les chrétiens sans aucune mouwâzanat.

Par exemple la parole d'Allâh au sujet de Banou Isrâ-il (traduction rapprochée) :

« Et ne mêlez pas le faux à la vérité. Ne cachez pas sciemment la vérité »

« Commanderez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous-mêmes de le faire, alors que vous récitez le Livre ? Etes-vous donc dépourvus de raison? »

« Et (rappelez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple: "Ô mon peuple, certes vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en prenant le Veau pour idole. Revenez donc à votre Créateur; puis, tuez donc les coupables vous-mêmes: ce serait mieux pour vous, auprès de votre Créateur!"... C'est ainsi qu'Il agréa votre repentir; car c'est Lui, certes, le Repentant et le Miséricordieux! »

Où se trouve l'équilibre entre les points positifs et les points négatifs ?

Ce principe va permettre aux juifs et autre mécréants de dénigrer Allâh, Son Messager, Son Livre, la Sounna de Son Messager, et les savants des musulmans dans tous ce qu'ils ont écrit concernant la critique des sectes, dans les domaines du jarh wa ta'dil. Et il y a une preuve en cela du caractère erronée de cette étrange méthodologie.

Citons d'autres exemples dans la Sounna :

Le Messager صلى الله عليه وسلم dit :

« Que la malédiction d'Allâh soit sur les juifs et les chrétiens : ils ont pris les tombes de leurs prophètes comme des Massajid ».
( Sahih Al Boukhâri, hadith 3454)

Ibn 'Abbâss a dit : j'ai entendu dire 'Omar Ibn Al Khattâb dire : Qu'Allâh combatte telle personne ! Ne savait-il pas que le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

« Qu'Allâh maudisse les juifs ! les graissent leur étaient interdites et ils les ont enjolivé (maquillé) et vendu. »
(Sahih Al Boukhâri, hadith 3460)

Dans Sahih Mouslim : on informa 'Omar que Samoura vendit de l'alcool. 'Omar dit alors : « Qu'Allâh combatte Samoura ! ne savait-il pas que... » (Jusqu'à la fin du hadith)
 
Où se trouve l'équilibre entre les points positifs et les points négatifs dans la parole du Messager صلى الله عليه وسلم et celle de 'Omar ?

- Quatrièmement : ce verset est une preuve contre ce à quoi appellent les partisans d'Al Mouwâzanat.
 
En effet Il mentionne des personnes parmi les Gens du Livre qualifiés de « traîtres » et d'autres qualifiés d' « honnêtes ».

Si le but de ce verset était d'appliquer Al Mouwazanat, il aurait cité les bons côtés de la catégorie des traîtres et les mauvais côtés de la catégorie des honnêtes, ... ?

Où est donc ce soit disant équilibre entre les points positifs de ceux qui sont qualifiés de traîtres et les points négatifs de ceux qualifiés d'honnêtes ?
 
L'orientation que vous donnez à ce verset vers Al Mouwâzanat implique donc nécessairement qu'il nous est légiféré d'écrire et de parler des points positifs des mécréants et de se taire sur leurs points négatifs, ceci car les points négatifs de cette catégorie de juifs (les traîtres) n'ont pas été citées. Ceci est l'égarement même.
 
Al Mouwâzanat n'est ni obligée ni nécessaire, car Allâh veut mettre en garde les croyants contre le mal et la traîtrise de ces juifs.

Ceci est un but immense par lequel d'énormes profits se réalisent et d'énormes dégâts sont repoussés.

C'est une affaire que les raisons saines ainsi que les rites /lois islamiques immenses respectent, et ce principe de la Mouwâzanat ne réalise pas ce but.
 
Ce principe nous impose donc de ne parler des mécréants qu'en citant leurs bons côtés.

La parole d'Allâh (traduction rapprochée) :
 
« Que périssent les deux mains d'Abû-Lahab et que lui-même périsse. Sa fortune ne lui sert à rien, ni ce qu'il a acquis. Il sera brûlé dans un Feu plein de flammes, de même sa femme, la porteuse de bois, à son cou, une corde de fibres.»
 
aurait donc été injuste envers Abou Lahab et sa femme vu qu'elle n'aurait pas appliqué ce principe.

Il en est de même de Pharaon, Haman et tous les mécréants qu'Allâh a cités dans son livre.
 
traduit par Ayoub Abou Youssouf
Shaikh Salih al-Fawzaan à propos de la bid'ah
de la Muwaazanah (« équilibrage »)

Introduction

La Louange est à Allah.
Nous Le louons et implorons Son aide ainsi que Son pardon.
Nous nous réfugions auprès de Lui contre le mal de nos propres âmes et contre nos mauvaises actions.
Nul ne saurait égarer celui qu'Allah guide ou guider celui qu'Il a égaré.
J'atteste qu'aucune divinité n'est digne d'être adorée en dehors d'Allah, L'Unique et sans associé, et j'atteste que Muhammad est Son serviteur et Messager .
 
On demanda à Shaikh Salih al-Fawzaan : 

"Sommes nous tenus de mentionner les qualités de celui contre qui nous mettons en garde ?"

Le Shaikh répondit :

"Non, ne mentionnez pas leurs qualités.

Mentionnez seulement l'erreur dans laquelle ils sont tombés.

Vous n'êtes pas chargés de leur procurer une tazkiyah (recommandation).

Ce que vous êtes chargés de faire, c'est d'expliquer l'erreur dans laquelle ils sont afin qu'ils puissent s'en repentir, et afin que d'autres puissent s'en écarter.".

Source : Kitaab ul-Ajwibah al-Mufeedah fee al-Jadeedah As'ilatil-Manaahij (p. 13-14).

On demanda également à Shaikh Salih al-Fawzaan :

Question :

Selon une idée répandue chez les jeunes aujourd'hui, il serait obligatoire de contrebalancer qualités et défauts lorsque l'on critique une personne. Ils disent ainsi :

Lorsque l'on critique telle ou telle personne à cause d'une innovation et que l'on expose ses fautes, il est nécessaire de mentionner également ses qualités (ce à des fins de justice et d'équité).
Est-ce donc le manhaj (méthodologie) ?
Cette façon de critiquer est-elle correcte ?
Est-il nécessaire pour moi de citer les qualités quand je critique ?

Shaikh al-Fawzaan Salih :

Quand celui que l'on critique est d'Ahl us-Sunnah wal-Jamaa'ah et que ses erreurs ne sont pas relatives à la 3aqiida, alors oui... Ses bons cotés et ses qualités sont mentionnées.

Ses fautes et ses erreurs sont moindres comparées à l'aide qu'il apporte à la Sunnah.

Mais quand celui qui est critiqué fait partie des gens de l'égarement, des Gens de la déviation et des gens aux principes destructeurs et altérés, alors il ne nous est pas permis de mentionner leurs bons cotés - quand il y a des bons cotés - parce que les mentionner induit les gens dans l'erreur et les amène à se faire une bonne opinion de ce fourvoyé, de cet innovateur et de ce déviant ou de cette personne à l'esprit partisan (hizbiyy).

Il risque d'accepter les idées de ce fourvoyé ou de cet innovateur ou de cette personne à l'esprit partisan.

Et Allah jalla wa 'alaa en vilipendant les mécréants, les criminels et les hypocrites, n'a mentionné aucune de leurs qualités.

De même les gens de science parmi les salaf ont réfuté les idées des Jahmiyyah et Mu'tazilah et des gens de l'errance (égarement) sans jamais mentionner leurs bons cotés.

C'est parce que leurs bonnes actions sont supplantées par leur égarement, leur mécréance, leur déviation et leur hypocrisie.

Il ne sied donc pas de dénoncer un égaré qui fourvoie les gens, un innovateur, un déviant et ensuite de mentionner ses qualités et dire que c'est un homme de bien, qu'il a tel ou telle qualité mais qu'il a commis une erreur. 

Nous vous disons : le fait de vanter ses mérites a plus de poids que le fait de dénoncer son égarement car les gens s'attacheront à cette louange.

Donc lorsque vous vous faîtes les avocats de cet innovateur qui égare les gens et que vous vantez ses mérites, vous induisez alors les gens en erreur et cela ouvre la porte à l'acceptation des idées de ceux qui fourvoient les gens. » 

Il continua jusqu'à ce qu'il dise :

Quant aux sources de ce doute au sujet du fait de contrebalancer les défauts par les qualités lorsque l'on critique, un jeune s'est exprimé et a écrit un livre dans ce sens.

D'autres ont ensuite accueilli tout cela avec joie.

Je suis tombé sur ce livre dans lequel l'auteur argumente en faveur du fait de contrebalancer et j'ai également lu le travail de cheikh Rabee' bin Haadee al Madkhalee et il a réfuté de façon complète les thèses de ce livre dont l'auteur justifie l'usage du « contre-balancement », dévoilant ce que ce mot recouvre d'erreurs et de contre vérités, et expliquant la méthode employée par les salaf dans leurs réfutations : Ils critiquaient ceux qui fourvoyaient les gens, sans vanter, par ailleurs, leurs mérites, car cela aurait été contradictoire.  

Source : Kitaab ul-Ajwibah al-Mufeedah fee al-Jadeedah As'ilatil-Manaahij

Qu'en est-il, alors, d'un innovateur égaré qui dit ouvertement des paroles de Koufr (mécréance) et d'apostasie, qui rapporte des paroles de la plupart des sectes, tels les Rafidha (chiites), Ash'ariyyah, Mu'tazilah, Khawariij, Jahmiyyah etc..., qui jète l'anathème (takfiir) sur certains compagnons du messager d'Allah, sala Allah 3alayhi wa salam, qui se moque de l'un des messagers et diabolise Uthmaan, radhi Allah 3anhou, et appelle à un Jihad destructeur contre les musulmans et propage une ignorance importante ainsi qu'un égarement évident au sujet de l'islam - qu'en est-il quand il est élevé au rang de "Imam de la guidée" dans les écrits des néo-Qutubis tel Salman Al-3awdah, le premier à avoir revivifié cette bid'ah, après que les fondations de celle-ci furent établies par Hassan Al-Banna il y à quelques dizaines d'années de cela ? ! !
 
Et c'est dans cet état et sous ces conditions que se trouvent les néo-Qutubis et la secte de Abdur-Rahmaan Abdul-Khaaliq qui ont ouvert la porte de la tribulation, en y entrant au nom de Ahl us-Sunnah, qui ont fait la louange des innovateurs et des groupes de l'innovation en ayant montré de l'amour et de la fidélité pour leurs personnes.

Oui, et ces livres sont bien ceux que les extrémistes Murji'ah de notre époque, comme Cheikh Rabee3 les a lui-même nommés, essayèrent de discréditer, d'attaquer et de ridiculiser, dévoilant au grand jour leur ignorance évidente de cette affaire.

Et leurs collègues en occident, ceux qui sont empoisonnés par la doctrine néo-Qutubi, ont aussi rejoint les travaux de ceux qui ont inventé cette bid'ah de la "Muwaazanah", et ils ont également suivi leurs mentors et leaders dans la volonté de jeter le dédain sur Cheikh Rabee en l'accusant et en l'attaquant à tort.

Tiré de salafipublications.com
Traduit par Abou Ali et Abou Abdillah 

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية