compteur de visite

Catégories

31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
L’excès dans la personne du prophète صلى الله عليه وسلم
Question : 
 
J'ai lu un hadith et je voudrais savoir son degré d'authenticité ?

Le hadith est :
 « Celui qui a pour prénom Muhammad, personne ne doit le frapper ni l'insulter. » 
 
Réponse :
 
Ce hadith est mensonger et il ne peut être attribué au Messager, prière et salut d'Allah sur lui, et il n'a aucun fondement dans la noble Sunna.

Il existe d'autres paroles comme par exemple :

«  Celui qui donne à quelqu'un le prénom de Muhammad, il sera sous la protection de Muhammad qui le fera entrer au Paradis » et aussi : « Celui dont le prénom est Muhammad, sa maison au Paradis contiendra telle et telle chose. »

Toutes ces paroles ne sont pas authentiques.  

Ce que l'on doit prendre en considération, c'est le fait de suivre Muhammad et non de se donner son prénom, car combien sont ceux qui ont pour prénom Muhammad et qui sont mauvais parce qu'ils ne l'ont pas suivi et ne se sont pas pliés à sa Loi.  

Les noms donc n'ont aucun effet de purification sur les individus, par contre, ce qui les purifie, ce sont leurs bonnes œuvres et leur piété envers Allah, gloire et pureté à Lui.  

Celui donc qui a pour prénom Ahmad, Muhammad ou Abûl-Qâsim et qui est mécréant ou pervers, ceci ne lui est d'aucun profit car ce qui est du devoir de l'être humain, c'est de craindre pieusement Allah et d'agir suivant Ses commandements et de se résigner à Sa loi, celle révélée à Son Prophète Muhammad, prière et salut d'Allah sur lui.  

Voilà donc ce qui peut lui être utile, et ceci n'est autre que la voie de la sauvegarde et du salut.

Quant à se donner des noms sans pour autant agir selon la Loi divine, ceci n'a aucun effet sur la sauvegarde ou le châtiment. 

A ce sujet, Al-Bûssayrî a formulé des propos très contestés dans son poème  al-Burda en disant :  

 

Certes, il me doit une faveur de m'avoir nommé Muhammad, et c'est lui qui tient promesse de toute l'humanité !
 
Son erreur est très grave dans ce qui suit : 
 
Ô toi qui est la plus noble des créatures, je n'ai personne à qui demander refuge !  
Si ce n'est à toi, le jour où viendra le grand malheur (Jour Dernier) !
Si tu ne me prends par la main en ce jour-là !Je dirai bien que j'ai tout perdu !
Car de par ta générosité, tu donnes tout ce qu'il y a en cette vie et de l'au-delà !
Et parmi tes sciences, tu connais la science des Tablettes et de la Plume !

Ce malheureux a demandé refuge le Jour du Jugement auprès du Messager, prière et salut d'Allah sur lui, et non auprès d'Allah, gloire et pureté à Lui.

Aussi, il s'est considéré comme perdu si le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, ne le prend pas par la main, et il a oublié Allah, gloire et pureté à Lui, Celui qui détient en Sa Main le bien et le mal, le don et la privation, et c'est Lui qui sauvera Ses élus et les gens qui Lui auront obéi.

Egalement, il a considéré que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, est le Maître de la vie première et de l'au-delà et que cela fait partie de sa générosité. 

De même, il a attribué au Messager, prière et salut d'Allah sur lui, la connaissance de l'Inconnaissable et de ce qu'il y a sur les Tablettes et la Plume (qui écrit le Destin).

Tout ce qu'a dit ce Bûssayri est de la mécréance claire et nette et une exagération en la personne du Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, qu'on ne trouve nulle part ailleurs.

Nous demandons à Allah, gloire et pureté à Lui, de nous préserver et de nous accorder le salut.

Si cet homme est mort en croyant à ces propos et qu'il ne s'était pas repenti, il est mort alors dans la pire mécréance et l'égarement.

Il est du devoir de tout musulman de prendre garde à ce type d'exagération et de ne pas être séduit par cet égaré et son poème.

Et qu'Allah nous vienne en aide et il n'y a de puissance ni de force que par Allah. 

Tirée de son recueil de fatwa
volume 6 page 370, 37  
copié de fatawaislam.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة