compteur de visite

Catégories

1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 11:41
Comment se comporter face aux innovateurs ?

Question :

 

Cheikh, une personne qui se mélange aux Moukhalifine (ceux qui contredisent la voie des Salaf), est-ce qu’on le considère comme l’un d’ eux ?

 

Cheikh :

 

Oui, on le considère comme l’un d’eux.

 

Question :

 

Est-ce que le conseil prend beaucoup de temps ?

 

Cheikh :

 

Non, cela ne prend pas beaucoup de temps. Cela est en fonction de ce que voit la personne. Cela peut se faire en une assise, en deux assises, en trois si la personne a des ambiguïtés, et cela peut se faire avec une parole. Cela est en fonction de la situation de celui qui est conseillé et du sujet sur lequel il est conseillé.

 

Question :

 

Concernant le fait de le considérer comme eux (al ilhaaq), ô Cheikh, celui qui est considéré comme une personne qui est un innovateur, est-ce qu’on le boycott ?

 

Cheikh :

 

Comment ne serait-il pas boycotté ? Le fait de le considérer comme lui (comme l’innovateur) implique de le boycotter.

 

Question :

 

Quelqu’un qui est salafi qui côtoie un ikhwani, est-ce qu’il prend le même jugement ?

 

Cheikh :

 

Oui, on le considère comme lui.

 

Question :

 

En regardant les intérêts (massalih) et les méfaits (mafaasid) ô Cheikh ?

 

Cheikh :

 

Les intérêts dont ils parlent et autour desquels ils tournent, les dégâts qui résultent de ce genre de situation sont plus importants qu’eux (que les intérêts). Ainsi, le méfait de ceux qui sont comme celui la est plus néfastes pour Ahlou-Sounnah, que le méfait des hizbiyne sur eux.

 

Car le hizbi clair, on se méfie de lui. Tandis que celui-ci qui est entre ceci et entre cela, il va vers ceux-ci (hizbiyne) et il va vers ceux-là (Salafiyne), il corromp ceux-ci (Salafiyne ) et ne réforme  pas en bien ceux-là (Hizbiyine).

 

Alors, on doit se méfier encore plus de lui.

 

Question :

 

Certaines personnes voient qu’il n’y a pas de hadjr (boycott) à cette époque et que le hadjr n’existe pas, en se basant sur la fatwa de Cheikh Nasser Dine Al-Albani -Qu’Allah lui fasse miséricorde-.

 

Ainsi, comment devons-nous les réfuter ?

 

Cheikh :

 

Cela n’est pas correct...

 

Cette parole n’est pas correcte.

 

Cheikh Al-Albani -Qu’Allah lui fasse miséricorde- parle de ce qu’il connaît.

 

Et ensuite, boycotter est utile avec certaines personnes.

 

Ainsi, délaisser cette Sounnah n’est pas correct, complètement, cela n’est pas correct !

 

Question :

 

Est-ce que tout Moukhalif (celui qui contredit la voie des Salaf) est un innovateur, ô Cheikh ?

 

Cheikh :

 

Non... Non...

 

Il y a des divergences permises dans lesquelles la divergence est permise.

 

C'est-à-dire, un sujet, quand c’est un sujet  de fiqh et de jugement, alors quelqu’un prend un point de vue et voit que ses preuves sont plus fortes, cela n’est pas considéré comme une innovation.

 

Tandis que les contradictions visées par celui qui pose cette question, alors ce qui est voulu par cela c’est la parole sur les bases de la religion, oui, dans les croyances des musulmans , alors toute personne qui contredit cela n’est pas un innovateurs, car il se peut qu’un ignorant les contredise, il ne sait pas, c’est une contradiction, il pense que c’est cela la vérité.

 

Alors, ce qui est obligatoire, c’est de lui expliquer, et s’il persiste après cela, il sera un innovateur à cause de sa contradiction.

 

Il est nécessaire de lui clarifier !

 

Question :

 

Cheikh, y a-t-il une différence entre les leaders et les suiveurs ?

 

Cheikh :

 

Il n’y a pas de doute... qu’il y a ici une différence entre le fait que l’innovateur soit un leader de l’innovation, ou un prêcheur à l’innovation, ou un fondateur de l’innovation, et entre celui qui la suit, car ceux qui la suivent varient, car parmi eux il y en a qui savent et parmi eux il y en a qui ne savent pas.

 

Question :

 

Une personne est critiquée dans un certain pays, et n’est pas connu dans un autre pays...

 

Est-il permis de mettre en garde contre cette personne ?

 

Cheikh :

 

S’il n’est pas connu, ce n’est pas nécessaire, il suffit que son état soit connu chez les gens de son pays.

 

Cependant, s’il va vers les gens d’un autre pays, alors la base dans cela et que la parole qui est prise en considération et sur qui elle repose, est celle venant des gens de son pays, parmi ceux qui ont parlé sur lui.

 

Cela car les gens du pays de cette personne le connaissent mieux, et cela avec à condition que sa parole sur lui soit vraie et juste.

 

Question :

 

Il y a, par exemple, quelqu’un à qui l’on dit « Conseille ton frère », il te répond : « Il ne m’est pas obligatoire de le conseiller, si tu veux conseiller, conseille » Est-ce que cela est correct ?

 

C'est-à-dire que cela n’est pas obligatoire à une personne spécifique.

 

Cheikh :

 

Le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- a dit :

 

« Celui d’ente vous qui voit un mal, qu’il le corrige par sa main, et s’il ne le peut pas, alors avec sa langue, et s’il ne peut pas, alors avec son cœur, et ceci est le plus bas degré de la foi. »

 

Ainsi, si tu vois quelqu’un dont il est obligatoire pour toi de le conseiller, alors il t’est obligatoire (de lui donner) avant l’autre, sauf si tu penses qu’il n’accepte pas de toi et peut être qu’il l’acceptera de lui pour cause de sa proximité vis-à-vis de lui, ou car il est intime avec lui. Alors, le fait de conseiller lui revient, et ici tu l’abandonneras.

 

Et ceci est le point de vue considéré comme correct.

 

Question :

 

Le conseil n’est pas abandonné complètement ?

 

Cheikh :

 

Non, il n’est pas abandonné complètement.

 

Question :

 

Certains jeunes en Libye ont entendu une parole de Cheikh Rabi’ disant qu’il n’est pas obligatoire de conseiller (mots pas clairs)…

 

Cheikh :

 

Qu’est ce qu’il a ?

 

Question :

 

Ils ont mis en garde contre lui sans le conseiller.

 

Cheikh :

 

Non... La clarification...

 

Il faut lui clarifier, le conseiller pour son propre bien.

 

Il n’y a aucun lien entre la mise en garde et le fait de l’appeler (à ce qui est correct), l’appeler à la vérité est un sujet, et mettre en garde contre lui est un autre sujet.

 

Question :

 

Ils mettent en garde contre lui sans le conseiller ô Cheikh ?

 

Cheikh :

 

Celui dont l’innovation est connue, et qu’il est établit qu’on l’a conseillé et qu'on lui a clarifié, il n’est pas obligatoire pour les gens de le conseiller, il leur est obligatoire de suivre leurs savants le concernant, oui.

 

Question :

 

Est-il permis d’écouter les cassettes de récitation (de Coran) des gens de l’innovation ?

 

Cheikh :

 

Par Allah, c’est mieux de ne pas le faire, car parfois son cœur peut s’attacher à lui, et il a été dit à Ibn Sirine -Qu’Allah lui fasse miséricorde- : « Puis-je te réciter un verset ? »

 

Il a dit : « Pas même la moitié d’un verset. »

 

Pourquoi ?

 

Car il se peut que quelque chose de plaisant apparaisse dans son cœur ainsi que l’amour de sa récitation.

 

Alors, il l’aime sous cet angle, et par conséquent il devient un aimant des gens des passions et de l’innovation.

 

Question :

 

Quelle est la voie la plus exemplaire concernant les jeunes qui ont été trompés par les gens de l’innovation et concernant la façon de les diriger vers la voie sauvée ?

 

Cheikh :

 

La voie la plus exemplaire est qu’il se réfère aux gens de science concernant tous ceux à propos de qui ils ont été trompés parmi ceux sur qui les gens de science ont parlé.

 

Comment ?

 

Par exemple : quand le savant untel parle sur un Zayd parmi les gens, et ils sont troublés à son propos, alors on dit : « Demande à untel car il a parlé sur lui, et il est parmi les gens les plus connaisseurs à son sujet. »

 

Ainsi, ils orientent vers lui. Par le biais d’une telle personne, Allah le Très-Haut, par Sa Bonté et Sa Miséricorde, élèvera la ruse faite sur les gens.

 

Question :

 

Des prêcheurs à propos desquels ont divergé les savants dans leur tawtheeq et tajreeh, ou ta’deel et tajreeh, qu’est ce qui est obligatoire à la masse des Salafiyne ?

 

Cheikh :

 

Il est obligatoire à la masse des Salafiyne sur ceux à propos desquels ont divergés les savants dans la critique et l’éloge, de regarder la parole de celui qui a la preuve, comme cela est le cas pour ceux sur qui ont divergé les savants dans la critique et l’éloge a l’époque des narrations.

 

Ainsi, nous trouvons un narrateur sur laquelle diverge Abou Hatim, Ahmad, Al-Boukhari, Abou Dawoud, An-Nassaï, et leurs semblables, qu’Allah leur fasse miséricorde, et d’autres les contredisent.

 

Un vient et fait l’éloge d’un d’entre eux, et un autre vient et le critique.

 

Ainsi, Ahmad, Abou Hatim, Al-Boukhari font l’éloge, et Abou Dawoud critique, et An-Nassaï critique, et Abou Zour’ah critique, et ainsi de suite…

 

Ainsi, quand nous regardons leurs paroles et qu’on se fie à la preuve, alors celui qui apporte la preuve aura la prédominance.

 

Et si la personne qui a critiqué apporte la preuve avec sa critique, alors dans la majeur partie du temps, la critique a la prédominance car celui qui critique a une science en plus avec lui, et alors, on se base sur sa parole.

 

Et l’éloge avec la critique détaillée n’est pas accepté, même si cela provient d’une grande personne.

 

C’est ce qui est obligatoire, il est obligatoire qu’il regarde les preuves de chaque faction, et celui qui apporte la preuve, alors il est sur la bonne voie, et il est obligatoire de le suivre.

 

Question :

 

Cheikh, la masse ne connaît pas la preuve ?

 

Cheikh :

 

La parole le concernant revient à celui qui en a la capacité.

 

Tandis que la masse qui n’a pas de science, alors ils ne peuvent que faire  le taqlid des savants, et suivre les savants dans cela.

 

Question :

 

Les savants peuvent parfois diverger dans l’éloge et la critique…

 

Cheikh :

 

[interrompant] Les gens de la masse les suivent, ils suivent les savants.

 

Question :

 

Les savants divergent dans l’éloge d’une personne ou dans sa critique !

 

Cheikh :

 

Qui dirigera les gens (ignorant)?

Vous, les étudiants en science religieuse, vous regardez qui a la preuve, et ensuite vous dirigez les gens  en leur disant : « La parole correcte est la parole de untel, les preuves sont avec lui. » Ainsi, les gens ne se perdront pas.

 

Question :

 

Si les gens de l’innovation ont du pouvoir dans le pays et ont la capacité de combattre la daawah, doivent-il être boycottés ?

 

Cheikh :

 

Non, non… on doit s’en préserver, on doit se préserver des gens de l’innovation si Ahlou Sounnah sont en état de faiblesse.

 

Ainsi, il est obligatoire à Ahlou Sounnah de s’on préserver des gens de l’innovation et les contourner.

 

Car en agissant ainsi (en boycottant), il y aura un anéantissement de Ahlou Sounnah, et cela leur est interdit. Il leur est obligatoire de contourner, de résister, de résister autant qu’ils le peuvent.

 

Qu’ils contournent et résistent autant qu’ils peuvent, car ils sont en état de faiblesse.

 

Question :

 

Quand une personne tombe dans la déviation, qu’il a été conseillé et qu’il ne revient pas ô Cheikh. Certains jeunes disent qu’il est salafi et qu’il a des erreurs.

 

Ainsi, est-ce que cette parole (mots pas compris) à propos des ces gens ?

 

Cheikh :

 

Les déviations ont des catégories et des niveaux.

 

Soit la déviation est sur une innovation, ou elle est inférieure à cela, c'est-à-dire sur al-fisq.

 

Alors, si elle est sur une innovation, alors toutes les paroles sur cela qui ont précédé suffises.

 

Question :

 

Quand un jeune met en garde contre une personne qui a un, minhadj corrompu, certaines personnes se ruent sur nous et nous disent : « Il est salafi, et ses fondements  sont  salafi, et nous patientons avec lui comme a fait Cheikh Rabi’ avec Maghraoui et Adnane ’Ar’our et comme a patienté Nouh avec son peuple. »

 

Quel est votre avis sur cela ?

 

Cheikh :

 

Cela n’est pas correct.

 

Quand les gens de la patience ont terminé de patienter, alors qu’est ce que tu veux ?!

 

Il nous est obligatoire de les suivre.

 

Quand ils ont fini de patienter jusqu’à ce degré, alors cela est fini.

 

Et si cela n’a pas encore lieu (la fin de la patience), la parole n’est pas à nous mais aux gens de science concernant cela, ils doivent être attendus, et c’est ceux qui auront une position concernant cela.

 

Question :

 

Certains jeunes salafi, ô Cheikh, passent le salam aux gens de l’innovation et leur serrent la main.

 

Ainsi, quand on lui explique et le conseille, il dit qu’il y a entre lui et entre cette personne des intérêts mondains, donc, est-ce que cela est une excuse valable ?

 

Cheikh :

 

Si il a une explication permise , alors il n’y a pas de mal.

 

Par contre, si son explication n’est pas permise, alors non !

 

La religion est prédominante sur les intérêts mondains.

 

Naam.

 

Question :

 

Il y a un homme chez nous, à propos sur lequel Cheikh Rabi’ a été questionné il y a quelques temps…

 

Cheikh :

 

[interrompant] Où, en Libye ?

 

Question :

 

En libye.

 

Cheikh :

 

Oui.

 

Question :

 

Ainsi, il (Cheikh Rabi’) a dit qu’il fait partie des gens de l’innovations, et qu’il doit être boycotté, et que c’est un hizbi. Les jeunes ont agi avec ces paroles et ont appliqué la fatwa, et ils ont boycotté cet individu.

 

Mais, il a du pouvoir dans le pays et il a la capacité de retirer certains jeunes salafiyne du minbar, et les jeunes ne cessent de le boycotter et d’appeler à le boycotter !

 

Cheikh :

 

Cela n’affecte pas Ahlou Sounnah, et toutes les louanges sont à Allah, en retirer un ou deux, cela n’a pas d’effet, cela n’a pas d’effet, et la Sounnah reste apparente.

 

Mais si on a peur de l’anéantissement pour Ahlou Sounnah en générale de la part de ce type de  personnes, alors non !

 

Cheikh Rabi’ ne  dit pas cela, et nous le connaissons comme faisant partie des personnes qui veillent aux intérêts et aux méfaits.

 

Question :

 

Si nous voulons mettre ne garde contre une personne, ils disent qu’il a « des fondements salafi ».

 

Qui est celui qui peut juger s’il a des fondements salafi ?

 

Cheikh :

 

Cette question n’est pas claire… Les bases salafi, où va-t-il ?!

 

Celui qui a des bases salafi est un salafi, et on ne met pas en garde contre un salafi.

 

On ne met pas en garde sauf contre un khalafi (qui contredit la voie des Salaf), chez qui il ne reste plus aucune base salafi, ou [mots pas clairs] ou un fondement parmi les fondements de la salafiya avec lui.

 

Que reste-t-il ?!

 

C'est-à-dire que la parole ne peut être bien encadrée , explique le nous avec un exemple qui l’expliquera et je le comprendrai.

 

Question :

 

Est-ce que le récit de celui qui s’est repenti de la hizbiyah est acceptée, et est-ce que le boycott s’arrête directement ou après un an, comme a fait 'Omar avec Soubaygh bin ’Asal ?

 

Cheikh :

 

Celui qui s’est repenti de la hizbiyah, nous le testons, nous le testons !

 

Nous le lui donnons pas ce que nous avons de plus cher dès qu’il vient et nous ne disons pas prenez de lui. Non ! Nous le testons.

 

Comment le testons-nous ?

 

Par le fait qu’il vive avec nous.

 

Oui, il nous contredisait, et quand il a dit : « Je me repent à Allah », [nous lui disons] « Hayakllah », nous ne nous basons que sur les apparences.

 

Mais cette apparence, comment se manifeste-t-elle ?

 

En le fréquentant.

 

Et s’il nous cache quelque chose, alors Allah, Exalté et Elevé, le dévoilera.

 

Et nous disons « marche avec les gens », et nous le verrons dans sa conduite avec les gens, dans ses actions et dans son attachement au Minhadj Salafi.

 

Ainsi, si nous le voyons sur quelque chose de contradictoire avec cela, alors ce qu’il cache deviendra apparent et nous saurons que c’est un menteur.

 

Et comme ça, nous nous préservons avec prudence.

 

Question :

 

Si il a de l’animosité pour certaines personnes de Ahlou Sounnah et qu’il s’allie avec certains innovateurs, après qu’il s’est repenti, est-ce qu’on le considère comme un salafi ô Cheykh ?

 

Cheikh :

 

Wallahi, cela reste à voir, car ces expressions sont très variables. Il se peut qu’il y a entre lui et certaines personnes des choses personnelles moi je ne peut pas répondre à cette question.

 

(Et le cheikh a fait un beau commentaire sur une question de fiqh qui est lié au fait de cacher un secret.)

 

La personne, si elle cache son innovation, il ne nous est pas permis de le fouiller.

 

Et si elle la montre, les gens parleront sur lui.

 

Mais, quant à celui qui cache une innovation, personne ne la connaît.

 

Est-ce que nous appelons à montrer les innovations ou à les anéantir et à les cacher ?

 

Nous appelons à les anéantir et les cacher !

 

Parmi les gens, certains ont opté pour interdire d’accepter la narration d’un innovateur, et pourquoi ?

 

Afin qu’on ne parle plus de lui et que son innovation meurt avec lui.

 

Si cette personne cache son innovation, qu’est ce qu’elle va devenir ?

 

Il ne nous est pas permis de mettre en évidence son innovation, laisse le mourir lui et son innovation.

 

Question :

 

Ô notre cheikh, nous aimerions vous questionnez sur la position de Ahlou Sounnah sur le fait de faire des débats avec les gens de l’innovation dans le cas où l’innovateur est un leader dans l’innovation ?

 

Le deuxième cas est celui où l’innovateur est un suiveur des autres, un des adeptes des innovateurs, qu’il est de la science ou qu’il soit ignorant ?!!

 

Cheikh :

 

Toute les louanges sont à Allah, le Seigneur des mondes.

 

Ce que faisaient les salafs, c’est de délaisser les débats avec les gens des passions et des innovations et de s’éloigner d’eux et de les éviter et de mettre en garde contre eux et de s’éloigner de leurs assises et de mettre en garde contre celui qui a été vu  les côtoyer.

 

Et c’est comme ça qu’était la sounnah des salafs, qu’Allah les agrée.

 

Et, ce qui les a comblés nous comble.

 

Quant au fait de clarifier leur innovation et de la démonter et de leur répliquer dans les livres et dans autres choses, ceci est obligatoire et s’en charge les savants de la législation d’Allah et de Sa religion.

 

Il y a dans cela la protection de la religion et la protection de ceux qui la suivent contre le fait d’être repêcher par ceux-là (les innovateurs).

 

Quant au fait d'ouvrir la porte des engueulades et des polémiques avec les gens des passions, ceci n’est pas conforme à ce que faisait les salafs.

 

Question :

 

Et si l’innovation de cet innovateur s’est propagée dans les milieux et qu’il défie les salafi et qu’il propage son innovation et l’annonce ouvertement ?

 

Cheikh :

 

Montre au gens son erreur, c’est tout.

 

Et ne t’assois avec lui et on ne débat pas avec lui, sauf s’il y a là un savant qui est en mesure de réfuter ce qu’il a de faux et de le dévoiler, il n’y a pas de mal dans cela.

 

Mais, quant au fait d'ouvrir la porte à n’importe qui, ceci est une grande erreur, car il met les gens dans le doute, les met dans la confusion et les met dans le désarroi.

 

شيخ شخص يخالط المخالفين هل يلحق بهم ؟

نعم يلحق بهم

هل النصحية تستغرق وقت طويل ؟

لا .. ماتستغرق وقت ، على حسب مايراه الإنسان ، قد تكون فى جلسة ، قد تكون فى جلستين ، قد تكون فى ثلاثة إذا كان عنده شبه ، وقد تكون بكلمة هذا بحسب حال المنصوح والمسألة المنصوح له فيها

الالحاق ياشيخ الذى يلحق بالشخص المبتدع هل يهجر ؟

كيف مانهجره ، الحقه به يعنى اهجره

يكون واحد سلفى يخالط إخوانى يأخذ نفس الحكم ؟

نعم الحقه به

مع النظر للمصالح والمفاسد ياشيخ

المصالح التى يقولون بها ويدندنون عليها المفاسد المترتبة فى مثل هذه الصور أعظم منها ، فإن مثل هذا عظم ضرره على أهل السنة أشد من ضرر الحزبيين عليهم لأن الحزبى واضح يتقى أما هذا الذى هو بين بين يأتى إلى أولئك ويأتى إلى أولئك يفسد من أولئك ولايصلح من أولئك ، فالحذر منه يجب أن يكون أكبر

بعض الناس يرون فى هذا الزمان بعدم الهجر والهجر غير موجود بحجة فتاوى الشيخ ناصر الألبانى فكيف نرد عليهم ؟

ماهو صحيح .. هذا الكلام ماهو صحيح ، الشيخ الألبانى يتحدث رحمة الله عليه عما يعرف فثم بعض الناس ينفع بهم الهجر ، فتعطيل هذه السنة هذا ماهو صحيح ، كاملة ، ماهو صحيح

هل كل مخالف مبتدع ياشيخ ؟

لا .. لا .. هناك خلاف سائغ يسوغ فيه الخلاف ، يعنى المسألة من حيث هى تكون مسألة فقهية حكمية هذا أخذ برأى ويرى أن أدلته أرجح هذا لايعد ابتداعاً ، أما المخالفة التى يقصدها من يقصد هذا السؤال فالمراد به الكلام فى أصول الدين ، نعم ، فى اعتقادات المسلمين فلا يكون كل من خالف هذا مبتدعاً لأنه قد يخالفه جاهل مايعرف ، مايعرف أ، هذا خلاف ، يعتقد أن هذا هو الحق ، فالواجب البيان له ، فإذا اصر بعد ذلك يكون مبتدعاً لمخالفته ، لابد من البيان

شيخ هناك فرق بين الرأس والتابع ؟

لاشك .. أن هناك فرق بين أن يكون المبتدع رأس البدعة أو داعيةالبدعة أو مؤسس البدعة وبين اتباعه ، لأن اتباعه يتفاوتون لأن منهم يعرف ومنهم من لايعرف

شخص يعنى مجروح فى بلد ما وغير معروف فى بلد أخرى .. هل يجوز التحذيرمن هذا الشخص ؟
إذا كان لايُعرف مالاداعى ، يكفى أن يكون حكمه عند أهل بلده لكن إذا ورد على اهل البلد الأخرى فالعمدة فى ذلك من يعتبر قوله ويعتمد عليه من أهل بلده ممن يتكلم فيه لأن بلدى الرجل أعلم به ، بشرط أن يكون كلامه فيه بحق وعدل 
هناك مثلاً تقل له انصح أخيك ، يقل لك لاتجب على النصيحة إن شئت تنصح انصح ، هذا صحيح ؟ أى ليست واجبة على الأعيان ؟

النبى صلى الله عليه وسلم يقول : ( من رأى منكم منكراً فليغره بيده فإن لم يستطع فبلسانه فإن لم يستطع فبقلبه وذلك اضعف الايمان ) . فإذارأيت من تجب له عليك النصيحة وجب عليك قبله إلا أن يغلب على ظنك أن لايقبل منك وربما قبل منه لقربه إليه أو لكونه ممن يأنس إليه فحينئذٍ تنتقل النصيحة إليه وتسقط عنك أنت وهذا نظر معتبر صحيح

لاتسقط بالكلية ؟

لا ماتسقط بالكلية

شباب فى ليبيا سمعوا كلام للشيخ ربيع أنه ماتجب النصيحة على

(غير مفهومة)

ماله ؟
حذروا منه بدون نصيحة

لا.. البيان .. البيان له نصيحة لنفعه هو ، لاتلازم بين التحذير وبين دعوته ، أن يدعى إلى الحق هذا باب وأن يحذر منه باب آخر

يحذرون منه بدون نصيحة ياشيخ ؟!

من اشتهرت بدعته وثبت نصحه والبيان له مايجب على الناس أن ينصحوه ، واجب عليهم يتبعوا علماءهم فيه ، أى نعم

هل يجوز سماع أشرطة التلاوة من أهل البدع ؟

والله الأولى أن لايفعل ذلك لأنه قد يتعلق قلبه به ، وابن سيرين قيل له " اقرأ عليك آية ، قال : ولانصف آية " لما ؟ لأنه قد يقع فى قلبه اعجاب له وحب لقراءته فيحبه من هذا الباب ، فيكون محباً لأهل الأهواء والبدع

ماهى الطريقة المثلى فى مقابلة الشباب الملبس عليهم من قبل أهل البدع وتوجيههم إلى الطريق السليم ؟

الطريقة المثلى أن يحالون إلى أهل العلم فى كل من لبس عليهم فيه ممن تكلم فيه أهل العلم ، كيف ؟!! ... مثال

حينما يتكلم العالم الفلانى فى زيد من الناس ولبس عليهم فيه ، فيقال اسألوا فلان وقد تكلم فيه ، وهو من أعرف الناس به ، فيحالون عليه وهكذا .. فإن مثل هذا يرفع الله تعالى بفضله ورحمته بسببه التلبيس على الناس

دعاة اختلف العلماء فى توثيقهم وتجريحهم . فى تعديلهم وتجريحهم ، ماالواجب على عوام السلفيين ؟

    الواجب على عوام السلفيين فيمن اختلف فيه العلماء جرحاً وتعديلاً أن ينظروا إلى قول صاحب الحجة والدليل كما هو الحال فيمن اختلف فيه العلماء جرحاً وتعديلاً فى عهد الرواية ، فإننا نجد الراوى يختلف فيه أبو حاتم وأحمد والبخارى وأبوداوود والنسائى وأمثالهم رحمهم الله ويخالفهم آخرون ، فيأتى آتٍ فيزكى من هؤلاء وآخر يجرح ، فيزكى أحمد وأبو حاتم والبخارى ويجرح أبوداوود ويجرح النسائى ويجرح ابوزرعة وهكذا .. فإننا حينئذٍ ننظر فى أقوالهم ونعتمد عهلى الحجة فمن أدلى بالحجة فإنه يقدم وإذا أدلى صاحب الجرح بجرحه فإن الغالب أن الجرح مقدم لأن الجارح معه زيادة علم وأنه حينئذٍ يعول على قوله والتعديل مع الجرح المفسر لايقبل ولو كان من عظيم ، فهذا هو الواجب ، الواجب أن ينظر إلى حجة كل فؤيق ، فمن أدلى بالحجة فقد سلك المحجة ووجب اتباعه

شيخ العامى لايعرف الحجة
الكلام عليه عند من هو أهل ! أما العوام الذين لاعلم لهم فليس لهم إلا تقليد العلماء واتباع العلماء فى هذا

قد اختلف العلماء فى التعديل والتجريح

الشيخ مقاطعاً : العوام يتبعونهم ، يتبعون العلماء

العلماء اختلفوا فى تعديل شخص أو تجريحه

من يوجه العوام ؟ أنتم طلاب العلم تنظرون من هو صاحب الحجة ، توجهون العوام تقولون كلام الحق كلام فلان ، الأدلة معه أيوه ، مايضيعون العوام

إذا كان لأهل البدع شوكة فى البلاد ولهم قدرة على محاربة الدعوة ، هل يهجروا ؟

لا .. لا .. يُتقوا ، يُتقوا نعم ، يُتقى أهل الأهواء والبدع إذا ضعف أهل السنة ، فإن أهل السنة الواجب عليهم أن يتقوا أهل الأهواء وأن يُداروهم ، لأن فى هذه الطريقة استئصال لشأفة أهل السنة ، فلايجوز لهم هذا ، يجب عليهم أن يُداروا وأن يدرأوا وأن يدرأوا مااستطاعوا ، يُداروا ويدرأوا ما استطاعوا لأنهم ضعفاء

إذا وقع شخص فى انحرافات ونصح ولم يرجع ياشيخ ، يقول بعض الشباب أنه سلفى وعنده أخطاء ، فهل هذا القول ( غير مفهومة ) هؤلاء الأشخاص ؟

الانحرافات أقسام ومراتب ، فإما أن تكون انحرافات إلى البدع وإما أن تكون دون ذلك يعنى إلى الفسق ، فإذا كانت إلى البدع فالكلام كله فى هذا الذى سبق .. يكفى

عندما يحذر الشباب من شخص فاسد المنهج ينبرى لنا أشخاص يقولون هو سلفى وأصوله سلفية ونصبر عليه كما فعل الشيخ ربيع مع المغراوى وعدنان عرعور وكما صبر نوح على قومه .. فما قولكم ؟

هذا ماهو صحيح ، إذا كان قد انتهى أهل الصبر من الصبر فماذا تريد ؟!! وجب علينا أن نتبعهم ، إذا كان هؤلاء انتهوا إلى هذه الدرجة فانتهى ، أما إذا لم يكن فالكلام ليس لنا إنما لأهل العلم فى هذا ، ينتظر عليهم هم الذين يصدرون
بعض الشباب السلفى ياشيخ يلقى السلام على اهل البدع ويصافحهم ، فإذا بينت له ونصحته قال بحجة أن بينه وبينه مصالح دنيوية ، فهل هذا عذر ؟
إذا كان له تأويل سائغ فلا بأس ، أما إذا كان تأويله ليس بسائغ فلا ! الدين مقدم على مصالح الدنيا نعم
عننا رجل سئل عنه الشيخ ربيع من زمن
الشيخ مقاطعاً أين فى ليبيا ؟
فى ليبيا
أيوه

فقال أنه من أهل البدع ويهجر وحزبى وتم العمل بهذا الكلام وأخذ الشباب بالفتوى وهجروا هذا الشخص ، ولكن عنده شوكة فى البلاد واستطاع عزل بعض الشباب السلفى من المنابر ولايزال الشباب يهجروه ويدعوا إلى هجره

إذا كان مايؤثر فى أهل السنة ولله الحمد ، فعزل واحد أو اثنين فهذا ماهو تأثير ، هذا ماهو تأثير السنة باقية ظاهرة ، أما إذا كان يُخشى على أهل السنة عامة من مثل هذا تُستأصل شأفتهم فلا ! الشيخ ربيع مايقول بهذا ونحن نعرفه ارعى الناس للمصالح والمفاسد

إذا اردنا أن نحذر من شخص يقولون أن لديه أصول سلفية ، من الذى يحكم عليه بأه له أصول سلفية ؟

هذا السؤال عائم .. أصول سلفية وهو ويش ايصير ؟!!! اللى أصوله سلفية سلفى ومايحذر من سلفى ، مايحذر إلا من الخلفى حينئذٍ مابقيت عنده أصول سلفية أو انهد أصل من الأصول السلفية عنده ماذا بقى ؟!! يعنى الكلام ماينضبط بين لنا بمثال يضربه وأنا افهمه

هل تقبل رواية التائب من الحزبية وهل يرفع عليه الهجر مباشرة أم بعد سنة كما فعل عمر رضى الله عنه مع صبيغ بن عسل
التائب من الحزبية نحن نختبره ، نختبره ! ماإذا جاءنا على طول نسلمه فلذات أكبادنا نقول خذوا عليه ، لا ! نحن نختبره . كيف نختبره ؟ بعيشه معنا ، نعم هو خالفنا ، إذا قال تبت إلى الله .. حياك الله ليس لنا إلا الظاهر ، ولكن هذا الظاهر يظهر بما بالتعامل ولو اخفى علينا شيئاً فإن الله سبحانه وتعالى يكشفه ، ونحن نقول امشى مع الناس ونحن نراه فى تصرفاته وأفعاله واستقامته على المنهج السلفى ، فإذا رأيناه على خلاف ذلك ظهرت خبيئته وعرفناه أنه كذاب ، ومع ذلك نحن محتاطون لآنفسنا
إذا كان يعادى بعض أهل السنة ويوالى بعض أهل البدع بعد توبته يحكم عليه بالسلفية ياشيخ ؟‍
والله هذا محل نظر لأن هذه العبارات مطاطة فقد يكون بينه وبين بعض الناس أشياء شخصية ، فأنا مااستطيع أجيب عليها
وكان للشيخ تعليقا جميلاً عن سؤال فقهى يتعلق بكتمان السر

 والرجل إذا كان يستخفى ببدعته فلا يجوز لنا أن ننقب عنه ، فإذا أظهرها تكلم الناس فيه ، أما من استتر ببدعة لاأحد يعرفها فنحن ندعو إلى إظهار البدع وإفشاءها أم إلى إماتتها وإخفائها ؟!!! ندعو إلى إماتت البدع وإخفائها ، بل إن أهل الحديث منهم من ذهب إلى منع الرواية عن المبتدع لما ؟! حتى يموت ذكره فلا يذكر وتموت معه بدعته ، فإذا كان هذا متخفى ببدعته فكيف ايصير ؟! لايجوز نحن أن نظهر بدعته ، خله ايموت هو اياها 

شيخنا نود أن نسألكم عن موقف أهل السنة والجماعة فى مناظرة أهل البدع فى الحالة إذا كان المبتدع رأساً فى البدعة ، الحالة الثانية إذا كان المبتدع تابع لغيره ، أحد أذناب المبتدعة سواء كان على شىء من العلم أو جاهل ؟

الحمد لله رب العالمين الذى جرى عليه السلف هو ترك مناظرة أهل الأهواء والبدع والبعد عنهم ومجانبتهم والتحذير منهم والبعد عن مجالستهم وتحذير من رؤيا يتردد عليهم منهم وهذا الذى مضت عليه سنة السلف رضى الله تاعلى عنهم ويسعنا ماوسعهم ، وأما بيان بدعتهم ونقضها والرد عليها فى الكتب ونحو ذلك فهذا واجب يقوم به العالمون بشرع الله ودينه ، فإن فى هذا حماية للدين وحماية لأتباعه من أن يصطادهم هؤلاء ، أما فتح باب الخصومات والمجادلات مع أهل الأهواء فهذا على خلاف ماعليه السلف

وإذا كان هذا المبتدع شاعت بدعته فى الأوساط وهو يتحدى السلفيين وينشر بدعته ويعلن بها ؟‍

يبين للناس خطئه بس . ولاتجلس معه ولايناظر إلا أن يكون ثمة عالم متمكن من دحض باطله وتعريته هذا لابأس به ، أما أن يفتح الباب لكل أحد هذا خطأ عظيم لأنه يوقع الناس فى شك ويوقعهم فى لبس ويوقعهم فى اضطراب

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية