compteur de visite

Catégories

15 novembre 2013 5 15 /11 /novembre /2013 10:20
Faire ses besoins de face ou de dos à la qibla (vidéo)

Question :

 

Quel est le jugement sur le fait de faire ses besoins face à la qibla ou dos à la qibla à l'intéreur des maisons et dans le sahara (désert)?

 

A notre connaissance, quelques maisons ont construits leurs toilettes en direction de la qibla.

 

Réponse de Cheikh Ben Baz :

 

-Il n'est pas permis d'uriner ou de déféquer face ou dos à la qibla lorsque l'homme est au sahara (dans le désert).

 

Cette situation a été certifié par le prophète صلى الله عليه وسلم dans le hadith de Abi Ayoub AlAnsâry رضي الله عنه et d'autres.

 

-Mais lorsque l'on est dans les maisons, il n'y a pas de gêne dans celà (uriner ou de déféquer face ou dos à la qibla).

 

Celà a été certifié dans les 2 sahihs (Boukhâri et Mouslim), d'après Ibn 'Omar رضي الله عنهما qui a dit :

 

"J'ai vu le prophète صلى الله عليه وسلم dans la maison de Hafsa faisant ses besoins en direction du châm et dos à la Ka'aba" 

 

والله ولي التوفيق

       

حكم استقبال القبلة أو استدبارها عند قضاء الحاجة

ما حكم استقبال القبلة واستدبارها داخل المنازل وفي الصحراء عند قضاء الحاجة؟ علماً بأن بعض المنازل صممت دورات المياه تجاه القبلة، أفتونا مأجورين

لا يجوز استقبال القبلة واستدبارها عند قضاء الحاجة من بول أو غائط، إذا كان الإنسان في الصحراء؛ لما ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم من النهي عن ذلك، من حديث أبي أيوب الأنصاري رضي الله عنه وغيره. أما في البيوت فلا حرج في ذلك؛ لما ثبت في الصحيحين، عن ابن عمر رضي الله عنهما أنه قال

((رأيت النبي صلى الله عليه وسلم في بيت حفصة يقضي حاجته مستقبل الشام مستدبر الكعبة))

والله ولي التوفيق

سؤال موجه من ع. س من الرياض في مجلس سماحته - مجموع فتاوى ومقالات متنوع المجلد العاشر

Sans-titre-1-copie-1.png

Question :

 

Est-il authentique qu'un compagnon a escaladé la maison de Zaynab et qu'il a vu le prophète صلى الله عليه وسلم effectuer ses besoins en direction de la qiblah.

 

Est-ce que ce hadith s'oppose au hadith dans lequel le prophète صلى الله عليه وسلم a interdit de s'orienter vers la qiblah ou de lui tourner le dos lors des besoins?

 

C'est-à-dire est-ce que ce hadith implique la généralité de l'interdiction ?

 

Réponse de Cheikh Al-Albany :

 

Non, dans ta question il y a deux erreurs.

 

Il y en a une que tu a corrigé et il reste l'autre.

 

Il s'agit de ta parole : "a escaladé" n'est-ce pas interdit? ...

 

Ne rejette pas ton erreur, préserves-toi.

 

L'essentiel est que cela a eu lieu, il s'agit de sa soeœur, la fille de 'Omar, la femme du messager صلى الله عليه وسلم.

 

Ainsi, il a vu cela, une vision d'inadvertance sur le messager صلى الله عليه وسلم alors qu'il effectuait ses besoins.

 

Ceci ne spécifie pas la généralité de sa parole صلى الله عليه وسلم :

 

"si vous allez effectuer vos besoins ne vous orientez vers la qiblah en urinant ou en déféquant mais tournez-vous vers l'est ou l'ouest"

 

Il est n'est pas correct de spécifier la généralité de ce hadith qui fait partie de ses propos orientés vers chaque personne de sa communauté avec ce genre de chose qui s'est passée, qui ne montre pas premièrement le fait qu'il ne s'est pas caché pour faire ses besoins, ceci est impossible.

 

Deuxièmement, il n'y a pas dans cela ce qui nous pourrait nous faire penser que le prophète صلى الله عليه وسلم a voulu par cela contredire ce hadith, même pour montrer la légifération (de la chose), c'est-à-dire pour la spécifier.

 

Comme cela est venu dans un hadith mounkar (mauvais), je le dis dès le début : c'est un hadith mounkar (mauvais) qui n'est pas authentique.

 

Il est rapporté dans sounnan abi Dawoud et d'autre d'après 'Aïcha qu'il est parvenue au prophète صلى الله عليه وسلم que des gens ont arrêté de s'orienter vers la qiblah ou de lui tourner le dos lors de l'urine et de la défécation.

 

Il a alors dit: "est-ce qu'ils ont fait cela? Je change mon assise vers la qiblah".

 

Ce hadith fait partie des plus mauvais hadiths qui est d'une grande faiblesse dans la chaîne de transmission.

 

Le hadith authentique est le hadith précédent mais qui est lié à ce que j'ai cité précédemment.

 

-Premièrement celui qui était contre le mur ne pouvez pas cacher cette chose.

 

-Deuxièmement, il n'y rien qui montre que le messager صلى الله عليه وسلم a fait cela délibérément, si cela avait été le cas, il aurait rapporté authentiquement un hadith similaire à celui de 'Aïcha.

 

Car ce genre de chose, sont des choses personnelles, qui font partie du foyer, (normalement) elles ne doivent pas être apparentes, normalement elles doivent être cachées.

 

S'il doit y avoir un jugement juridique, il faut appliquer sa parole: "mais tournez-vous vers l'est ou l'ouest".

 

Mais ce qu'implique (traduction rapprochée) :

 

"transmets ce qui t'a été descendu de la part de ton Seigneur" [Maïda, V.67] c'est qu'il doit transmettre avec sa langue et non pas avec ses actes qui généralement ne sont pas possible de voir, ceci d'un côté.

 

D'un autre côté, le rapporteur de ce hadith, Abou Ayyoub al Ansari: "mais tournez-vous vers l'est ou l'ouest" a dit: "Lorsque nous sommes allés dans le Cham, nous avons trouvés les toilettes orientés vers la direction de la qiblah, nous demandions pardon à Allah".

 

Ainsi le rapporteur du hadith comprend du hadith qu'il reste sur sa généralité et qu'il englobe l'interdiction de s'orienter vers la qiblah en urinant ou en déféquant, et ceci même dans les constructions, car les toilettes se situe dans les constructions et il disait "nous demandions pardon à Allah".

 

-Et troisièmement, du côté de la version, il est authentifié du prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a dit: "quiconque crache en direction de la qiblah viendra le jour le jour de la résurrection alors que son crachat est entre ses deux yeux"  [...]

 

Ecoute le hadith: "quiconque crache en direction de la qiblah", a-t-il parlé de la prière?  

 

"quiconque crache en direction de la qiblah viendra le jour le jour de la résurrection alors que son crachat est entre ses deux yeux".

 

Et s'il est impossible pour nous tous que le crachat soit comme l'urine est impur.

 

Et pour nous tous le crachat n'est pas impur, malgré cela le prophèteصلى الله عليه وسلم a interdit de manière générale au musulman de cracher en direction de la qiblah.

 

A fortiori, il aurait interdit le fait de diriger l'urine et les excréments vers la qiblah car ils sont impurs, ceci du côté de la version.

 

Enfin du côté de l'étude, quelle différence y a-t-il ô gens, ô musulmans, ô savants ancien et contemporain qui considèrent la spécification de ce texte général: "mais tournez-vous vers l'est ou l'ouest" par de tels événements qui ne prouve pas que c'était voulu en soi, et nous croyons par preuve de sa parole صلى الله عليه وسلم

 

Nous disons du côté de l'étude, quelle différence y a-t-il entre une prière que nous effectuons dans le désert ou la prière d'un prieur dans une construction, cela ne signifierait-il pas qu'il serait équivalent qu'il prie dans le désert ou dans une construction, tout en connaissant la sacralité de la maison sacrée et de la mosquée sacrée.

 

La sacralité n'a pas lieu dans le désert en dehors des constructions, elle existe en tous lieux, que ce soit à l'extérieur ou entre "quatre murs".

 

De ce point de vue, le musulman qui respect et qui donne de l'importance (à la qiblah) par sa prière, il lui est obligatoire de la préserver de ce qui la nuit de façon juridique et naturelle, ceci du point de vue de l'étude.

 

Qui plus est, les textes rapportéset l'étude précédente (montrent) sa légifération.

 

Voilà la réponse à ta question..

 

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز
Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب