compteur de visite

Catégories

1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 01:21
Les frères qui enseignent à des soeurs (audio-vidéo)

 

Question :

 

L’aveugle peut-il enseigner aux femmes ?

 

Réponse :

 

Si il est préservé de l’erreur (ma’sum), cela est permis.

 

Est-il préservé de l’erreur ?

 

Non, alors cela n’est pas permis.

 

Mais s’il est pieux, marié et vieux comme moi, et qu’il ne peut pas tenter ces jeunes femmes, alors cela est permis.

 

Car la situation est dangereuse et « celui qui fait paître son troupeau près d’un enclos réservé, très vite il y fera paître son troupeau ».

Sans titre 2-copie-3

 

Question :

 

Shaikh, on dit que vous avez autorisé à l’homme d’enseigner aux femmes à condition qu’il soit marié et pieux, et qu’il y ait un voile entre eux.

 

Nous voudrions des preuves du Qur’an et de la sunna sur cela, et est-ce qu’un de nos pieux prédécesseurs l’a fait?

 

Réponse :

 

Notre prédécesseur est le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) qui a accordé un jour spécifique aux femmes afin de leur enseigner leur religion, et nous n’avons pas d’autre preuve que celle-ci.

 

C’est pourquoi nous avons donné comme condition que cet enseignant soit marié, religieux, pieux, et aussi, je ne sais pas si cela a été précisé dans la question, qu’il ne soit pas jeune, même s’il est marié.

 

Ce doit être un homme âgé (shaikh), et le but est clair :

 

préserver cet enseignant qui peut être tenté mais aussi celles qui assistent aux cours.

 

Et nous n’avons pas d’autre preuve que celle-ci.

Sans titre 2-copie-3

 

Question :

 

Toutes les semaines, nous donnons des cours religieux à ceux qui veulent y assister, et il y a un certain nombre de personnes.

 

La plupart du temps, il y a des jeunes filles, parmi les filles des musulmans.

 

Un frère, Shihab Ad-Din, me lit en arabe et moi je traduis.

 

Cela se passe de la sorte : ils sont assis devant nous et nous leur enseignons.

 

Cela est-il permis et où est-il obligatoire qu’il y ait une séparation ?

 

Réponse :

 

Je comprends de ce que tu me dis qu’elles ont le visage découvert.

 

Question :

 

oui, elles portent le voile mais ne cache pas leur visage.

 

Réponse :

 

On m’a souvent posé cette question et je réponds qu’il n’est pas permis à un jeune d’enseigner aux femmes sans qu’il n’y ait entre lui et elles, un voile.

 

Cela n’est permis que dans un cas, si (ces hommes et femmes) sont préservés de l’erreur, mais cela ne se répètera plus après le prophète (salallahu’ alayhi wasalam).

 

En dehors de cela, dans ce que nous vivons, cela n’est permis qu’à un enseignant qui soit âgé, connu parmi les gens pour sa rectitude et sa piété, afin qu’il soit évident pour les gens d’une part que cet homme ne peut être tenté (par ces femmes), d’autre part qu’aucune des femmes présentes ne soit tentée par cet homme vu son grand âge, étant donné qu’il n’espère plus rien dans ce bas monde.

 

Si ces conditions sont respectées, cela est permis (d’enseigner sans séparation).

 

Sinon, pour se préserver, l’enseignant doit se mettre derrière une séparation quelle qu’en soit la nature (rideau, mur…) surtout qu’aujourd’hui il est facile de faire porter la voix grâce aux micros, qu’il se mette donc dans une pièce, et elles dans une autre.

 

Voilà ce qui doit être fait, si l’enseignant est jeune.

 

Parmi les bonnes choses de l’enseignement en Arabie Saoudite, comme il nous a été rapporté, est que l’enseignant ne fait pas face aux étudiantes, mais son image est transmise par un écran de télévision, afin qu’il soit vu mais que lui ne voit pas.

 

Malgré tout, il y a raison et une leçon dans les conditions que j’ai donné auparavant : que l’enseignant soit âgé et qu’on ne craigne pas qu’il soit tenté par l’une de ces femmes, et qu’aucune d’entre elles ne soit tentée par lui.

 

J’aurais pu me suffire de la première partie (qu’on ne craigne pas qu’il soit tenté), mais la deuxième est aussi importante (qu’aucune d’entre elles ne soit tentée par lui).

 

Et cela nous l’avons pris de l’histoire suivante : on nous a rapporté qu’un enseignant donnait des conférences au moyen d’une télévision, il ne les voyait pas, mais elles le voyaient.

 

Et l’une d’entre d’elles est tombée amoureuse de lui (al-‘ishq est un amour interdit, souvent accompagné d’actes interdits).

 

Et cette femme était parmi les princesses, et vous savez qu’elles ont des possibilités d’agir plus grandes que la plupart des gens, et elle a failli créer des problèmes entre l’enseignant et son épouse afin de se l’approprier.

 

Mais Allah a protégé cet enseignant, il s’en est sorti et il est retourné dans son pays. (…)

 

L’enseignant peut être protégé (mahfudh) mais pas préservé (ma’sum), mais reste le problème de l’étudiante, lui ne peut pas la voir mais elle peut le voir.

 

Ainsi pour éviter tout problème entre les deux sexes, l’enseignant doit se mettre derrière une séparation.

 

traduit par salafs.com

 

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة