compteur de visite

Catégories

1 avril 2014 2 01 /04 /avril /2014 07:00
Il n'est pas imaginable qu'un musulman qui croit en Allah n'accomplisse aucune oeuvre

Le questionneur :

 

J'ai téléphoné à cheikh Al Otheimin -qu'Allah le préserve-, je l'ai interrogé sur certains sujets et parmi ces sujets Ô cheikh je lui ai dit :

 

"Est-il imaginable qu'il y ait un musulman qui croit en Allah et au jour dernier, mais qui n'accomplit aucune œuvre parmi les œuvres apparentes, ni les œuvres obligatoires et ni celles recommandées."

 

Il m'a dit :

 

"cela n'est pas imaginable. 'Ali al Halabi quant a lui a dit que cela était imaginable."

 

Le cheikh :

 

Moi, je soutiens la fatwa d'ibn Otheimin et je dis : cela n'est pas imaginable, car ces choses sont des suppositions irréelles.

 

Ceci n'est pas possible, même pas d'un juif ou d'un chrétien.

 

Une personne qui croit seulement en la seigneurie va forcément œuvrer.

 

Les associateurs à l'époque préislamique accomplissaient des choses ô mon frère.

 

Comment donc une personne qui atteste qu'il n'y a point de divinité digne d'être adoré à part Allah et que Mohamed est le messager d'Allah peut-elle ne faire aucune œuvre du début à la fin de sa vie ?!

 

Ce sont des suppositions irréelles que les prédécesseurs ne disaient pas.

 

Et vraiment, il n'est pas imaginable qu'une personne dise : j'atteste  qu'il n'y a point de divinité digne d'être adoré à part Allah et que Mohamed est le messager d'Allah, qui croit au paradis, à l'enfer, aux messagers et aux livres, etc., puis qui n'accomplisse jamais aucune œuvre, ceci est inimaginable. 

 

Il va forcément œuvrer, même si c'est un hypocrite, il accomplira les œuvres apparentes.

 

Et moi, je suis d’avis que les salafis doivent s'écarter de ces suppositions. 

 

Le questionneur :

 

Notre cheikh, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de mal à ce qu'on dise « jins al 'amal » ou autre, car c'est la réalité qui est prise en considération ?

 

Le cheikh :

 

Ô mon frère, je dis qu'il est obligatoire de s'écarter des philosophies.

 

Je dis qu'il n'est pas imaginable qu'un musulman, ni un juif, ni un chrétien, ni un polythéiste n'accomplissent jamais de bien.

 

Les hindous qui adorent la vache accomplissent du bien.

 

Comment une personne musulmane peut-elle dire toute sa vie : j’atteste qu'il n'y a point de divinité digne d'être adorée à part Allah et que Mohamed est le messager d'Allah, et ensuite n'accomplir aucune œuvre.

 

Ceci est une parole irréelle. 

 

Le questionneur :

 

Notre cheikh, c'est-à-dire que nous n'avons pas besoin de dire : « jins al 'amal » est une condition, car cette chose n'est pas imaginable ?

 

Le cheikh :

 

Nous disons comme ont dit les salafs : la foi est parole, acte et croyance, elle augmente avec les obéissances et diminue avec les péchés.

 

Et les salafs ont divergé au sujet de celui qui délaisse la prière.

 

Celui qui penche vers sa mécréance, nous ne le blâmons pas, s'il a craint Allah, fait des efforts et qu’il suit l’avis qu’il est mécréant.

 

Car c'est un sujet parmi les sujets d'efforts d'interprétation.

 

Nous ne nous disputons pas avec lui, c'est notre frère. 

 

Et celui qui penche vers l'avis qu'il n'est pas mécréant, nous ne disons pas de lui que c'est un mourji.

 

Et celui qui rend mécréant celui qui délaisse la prière, nous ne disons pas de lui que c'est un khariji.

 

Tu as compris ?

 

Le questionneur :

 

Oui

 

Le cheikh :

 

C'est-à-dire que jins al 'amal et la prière, nous ne rentrons pas dedans, car la prière est une affaire sur laquelle les savants ont divergé.

 

Quant à jins al 'amal c'est une supposition irréelle et nous ne rentrons pas dans ce labyrinthe.

 

Nous disons : la foi est parole, œuvre et croyance et les œuvres sont indispensables.

 

Celui qui dit que les œuvres ne font pas partie de la foi est un mourji égaré.

 

Hayykoumoullah

 

Le questionneur :

 

Qu'Allah vous récompense en bien. 

 

" السائل : اتصلت بالشيخ العثيمين -حفظه الله- و سألته بعض المسائل , من بين المسائل يا شيخ قلت له هل يتصوّر أن يوجد مسلم يؤمن بالله و اليوم الآخر و لا يقوم بأيّ عمل من الأعمال الظاهرة لا الواجبة ولا المستحبة ؟ فقال لي : لا يتصور ذلك والشيخ علي الحلبي قال لي : إنّه يُتصوّر ذلك

الشيخ : و أنا أؤيد فتوى ابن عثيمين و أقول لا يتصور لأنّ هذه الأمور خيالية فرضيّة , هذا لا يمكن حتّى من يهودي ولا نصرانيّ ,إنسان يؤمن بالربوبيّة فقط لابدّ أن يعمل المشركون كانوا في الجاهليّة يتحركون يا أخي , كيف إنسان يقول أشهد أن لا إله إلاّ الله و أنّ محمدا رسول الله لا يعمل أيّ عمل أبدا من أوّل حياته إلى آخرها , هذه أمور فرضيّة ما كان يقولها السّلف ... و فعلا ما يتصور أنّ إنساناً يقول أشهد أن لا إله إلاّ الله و أنّ محمدا رسول الله و يؤمن بالجنّة و النّار و الرسل و الكتب و...و..ثمّ لا يعمل أبدا ,لا يتصور هذا , لا بدّ أن يعمل حتّى و لو كان منافقا , يعمل أعمالا ظاهرة , فأنا أرى أنّ السلفييّن يبتعدون عن هذه الفرضيّات

السائل : يعني شيخنا لا يضرّ أن نقول جنس العمل أو غير ذلك فالعبرة بالحقائق ؟

الشيخ: يا أخي أنا أقول الفلسفات يجب أن نبتعد عنها , أنا أقول لا أتصور مسلماً ولا يهودياً ولا نصرانياً ولا وثنيّاً لا يعمل خيراً أبدا ,هندوكي يعبد البقر يعمل خيرا ,كيف إنسان مسلم طول حياته يقول أشهد أن لا إله إلاّ الله و أنّ محمدا رسول الله ثمّ لا يعمل عملا قطّ, هذا كلام خيال

السائل : يعني شيخنا لا نحتاج أن نقول جنس العمل شرط ما دام أنّ هذا لا يتصور ؟

الشيخ : نقول كما قال السلف : الإيمان قول وعمل واعتقاد يزيد بالطاعة وينقص بالمعصية وفي تارك الصلاة الخلاف جار بين السلف فمن ترجح له التكفير لا نلومه إذا اتّقى الله و اجتهد و ترجح له التكفير لأنّ هذا من مسائل الاجتهاد فلا نلومه و لا نختصم معه هو أخونا , و من ترجح له عدم التكفير لا نقول عنه مرجئا , و الذي يكفر تارك الصلاة لا نقول عنه خارجيّ ,عرفت؟

السائل : نعم

الشيخ : يعني جنس العمل و الصلاة هذه لا ندخل فيها لأنّ قضيّة الصلاة مفروغ منها اختلف فيها العلماء , و جنس العمل أمر خيالي فرضي لا ندخل في المتاهات هذه , نقول الإيمان قول و عمل واعتقاد و لا بدّ من العمل و الذي يقول العمل ليس من الإيمان فهو مرجئٌ ضالٌّ. حيّاكم الله . اهـ

السائل : جزاكم الله خيرا." انتهى كلامه حفظه الله تعالى

separatorr

 

J'ai proclamé à de nombreuses reprises la mécréance de celui qui délaisse les œuvres.

 

Mais les Hadadis ont un fondement malsain qui est de coller une parole à une personne alors qu'il en est innocent et se désavoue de celle-ci.

 

Ils persistent à accuser cette victime d'injustice avec ce qu'ils lui ont collé.

 

Par ce fondement malsain, ils ont été plus loin que les khawarij. 

 

J'ai dit à de nombreuses reprises que celui qui délaisse complètement les œuvres est un mécréant, un zindiq.

 

Mais j'ai interdit de s'accrocher au terme « jins » à cause de ce qu'il contient comme globalité et comme confusion menant aux troubles.

 

J'ai démontrer qu'il n'était pas présent dans le Livre, ni dans la sunna et ni dans les paroles des nobles compagnons -qu'Allah les agrée-.

 

Il n'est pas non plus présent dans les preuves utilisées par les gens de la sunna et du groupe dans les sujets liés à la foi.

 

J'ai également démontré son étrangeté dans la langue arabe et l'irrégularité des paroles des savants de la langue concernant son sens.

 

J'ai éclairci cela d'un éclaircissement suffisant pour celui qui cherche la vérité, renonce aux troubles et au désordre. 

 

Mais les hadadis, à cause de leur manque d'argument pour s'en prendre aux gens de la sunna persistent dans leur entêtement à la manière des gens des passions qui s'accrochent à de fausses paroles et à des termes qui n'ont pas été mentionnés dans le livre et la sunna...

 

Source :  rabee.net

 

copié de forum.daralhadith-sh.com

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع