compteur de visite

Catégories

9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 21:56
L'utilisation du doigt dans le tashahud (audio)

 

Question :

 

Yâ Cheikh !

 

Vous pourriez m’expliquer la manière d’utiliser son index durant la prière (le tashahud) ?

 

Réponse de Cheikh Salih Al Fawzan :

 

Vous levez l’index pendant la prière lorsque vous prononcez le nom d’Allâh ou lorsque vous effectuez la dou’a du tashahud.

 

Vous le levez comme un signe d’unicité.

 

Question :

 

Certaines personnes Yâ Cheikh lèvent et bougent leur index jusqu’à la fin de la prière.

 

Réponse :

 

Oui, parcequ’ils croient en certains récits (hadiths) ou autre qu’il faut le bouger et qu’il est dur envers shaitan.

 

Mais la plus juste des façons, et Allâh sait mieux est qu’il ne le bouge pas.

 

Il faut juste le lever mais sans le bouger… c’est un signe de tawhid (unicité d’Allâh).

 

تحريك السبابة في التشهد - العلامة صالح الفوزان حفظه الله

Publié par 3ilmchar3i.net

«Le Prophète posait sa main gauche à plat sur son genou gauche, et il repliait tous les doigt de la main droite sauf l’index qu’il pointait vers la Qiblah. Et il fixait du regard son index.» [1]

 

«Quand son index pointait vers la Qiblah, mettait son pouce sur son majeur.» [2]

 

Et parfois, «il formait un cercle avec le pouce et le majeur.» [3]

 

«Il pointait son index et le faisait bouger tout en invoquant avec.» [4]

 

A ce sujet, il disait : «Il est plus dur pour Satan que le fer.»

 

Il voulait dire : «l’index.» [5]

 

A propos de sa parole «Tout en invoquant avec», l’Imam At-Tahâwî a dit : «Ceci prouve que c’était à la fin de la prière.»

 

Cheykh Al Albani dit :

 

C’est la preuve que la Sunnah est de garder l’index pointé et en mouvement jusqu’aux salutations finales, puisque les invocations ont lieu forcément avant.

 

C’est d’ailleurs, l’opinion de Mâlik et d’autres.

 

On a demandé à l’Imam Ahmed si on doit pointer son index dans la prière et il a répondu :

 

«Oui et avec vigueur.»

Ceci a été cité par Ibn Hânî dans ses Masâ’il ‘an il-Imâm Ahmed (p.80)

 

Cheykh Al Albani dit :

 

De cela, on peut déduire que le fait de bouger le doigt dans le Tachahhud est une Sunnah qui a été rapportée de manière sûre du Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Ahmed et d’autres iamams de la Sunnah l’ont mise en pratique.

 

Qu’ils craignent Allah ceux qui prétendent que cette Sunnah est une absurdité qui ne convient pas de faire pendant la prière et c’est pour cette raison qu’ils ne bougent pas leur index, bien qu’ils sachent que c’est une Sunnah authentique.

 

Par ailleurs, ils se donnent beaucoup de peine pour l’interpréter d’une façon qui contredit le style de la langue arabe, mais aussi la compréhension des imams.

 

Ce qui est bizarre, c’est que certains défendent l’imam (Ahmed) dans d’autres questions, même si son avis contredit la Sunnah, sous prétexte que le fait de dire que l’imam s’est trompé implique qu’on le dénigre et qu’on ne le respecte pas.

 

Ensuite, cette personne oublie cela et rejette une sounnah confirmé et se moque de ceux qui la mettent en œuvre, tout en sachant - ou en ne sachant pas - que sa moquerie touche aussi ces imams qu’il défend d’habitude dans l’erreur, alors que sur cette question, ils ont suivi la Sounnah !

 

Pire encore, sa moquerie atteint le Prophète صلى الله عليه وسلم lui-même, puisque c’est lui qui nous a instauré cette Sunnah.

 

Ainsi, le fait de se moquer de cette Sunnah revient à se moquer de lui.

 

(Traduction rapprochée)

 

{Quelle récompense pour celui qui fait cela d’entre vous si ce n’est…}

 

Quant au fait de reposer son index après l’avoir pointé, ou bien le pointer uniquement au moment de l’attestation de Foi, tout ceci n’a aucun fondement dans la Sunnah.

 

Bien au contraire, c’est en contradiction avec la Sunnah d’après ce hadith.

 

Concernant le hadith, «il ne le bougeait pas (en parlant de l’index)», sa chaîne de rapporteurs n’est pas fondée, comme je l’ai démontré dans Dha’if Abî Dawoud (175).

 

A supposer même qu’il soit fondé, il est sous la forme négative (il nie le mouvement de l’index) alors que le hadith de ce chapitre est sous la forme affirmative (il confirme le mouvement de l’index).

 

La règle veut que l’on fasse prévaloir l’affirmation sur la négation, comme c’est connu chez les savants.

 

Donc il n’y a aucune preuve pour ceux qui réfutent le mouvement de l’index !

 

«Les compagnons du Prophète apprenaient cela les uns des autres, c’est-à-dire le mouvement du doigt dans l’invocation.» [6]

 

«Le prophète faisait ceci dans les deux Tachahhud.» [7]

 

«Le Prophète vit un homme faire les invocations avec les deux doitgs (levés), il lui dit alors : «Un seul (un seul), (et il désigna l’index).»» [8]

 

[1] Mouslim, Abou ‘Uwânah et Ibn Khuzaymah.

Quant à Al-Humaydî dans son Musnad (1/131) et Abû Yâ’la (2/275), ils ont mentionné un ajout, avec une chaîne de rapporteurs athentique d’après Ibn ‘Umar :

«Le fait de pointer l’index, c’est la lamentation et les pleurs de Satan. Qu’aucun de vous ne soit distrait en faisant ce geste.»

Al Hâmidî dresse son index puis dit : «Muslim Ibn Abî Maryam a dit : «Un homme m’a rapporté qu’il a vu les Prophètes, scultés dans une église au Châm (nord de l’Arabie), faire ceci dans leur prière, et Al-Hâmidî leva son doigt.»

Cheykh Al Albani a dit : «Ce récit est d’une utilité rare mais étrange ; et la chaîne de rapporteurs jusqu’à l’homme est authentique.»

[2] Mouslim et Abou ‘Uwanah

[3] Abou Dawoud, An-Nassa’î, Ibn ul-Jârûd dans Al-Muntaqâ (208), Ibn Khuzaymah (1/86/1-2), Ibn Hibbân dans son Sahîh (485) avec une chaîne de rapporteurs authentique et Ibn Al-Mulaqqin l’a authentifié (28/2)

Pour le hadith concernant le fait de bouger l’index, il existe un hadith qui le confirme dans (le recueil d’) Ibn ‘Adîy (287/1) et il a dit concernant son rapporteur ‘Uthmân Ibn Muqsim : «Il est faible, non fiable car il écrit ses hadith.»

[4] Référence : voir note précédente.

[5] Ahmed, Al-Bazzâr, Abu Ja’far, Al-Boukhturî dans Al-Amâlî (60/1), At-Tabarânî dans Ad-Du’a (73/1), ‘Abdul-Ghânî Al-Maqdissî dans As-Sunan (12/2) avec une bonne chaîne de rapporteurs, Ar-Rawyânî dans son Musnad (249/2) et Al Bayhaqî.

[6] Ibn Abi Chaybah (2/132/2) avec une bonne chaîne de rapporteurs.

[7] An-Nassa’i et Al Bayhaqî avec une chaîne de rapporteurs authentique.

[8] Ibn Abi Chaybah (12/40/1) et (2/123/2), An-Nassa’i, Al-Hâkim l’a authentifié et Adh-Dhahabî l’a approuvé et il existe un hadith qui le confirme mentionné par Ibn Abi Chaybah.

 

Extrait du Livre «La description de la prière du Prophète» p. 148 à 150 

Publié par el-ilm.net

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prière - الصلاة