compteur de visite

Catégories

30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 23:10
La connaissance de l'istinbat

L'istinbat : c'est la déduction avec finesse du sens caché des versets.

 

Des exemples:

 

-Premier exemple

 

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

<Quand viendra d'Allah le secours victorieux et l'ouverture . Et que tu verras les gens entrer dans la religion d'Allah par multitude> [110:1-2]. 

 

Al Boukhari rapporte qu’Ibn 'Abbas a dit:

 

"Omar m'introduisait auprès des compagnons qui avaient assisté à la bataille de Badr -achyakh Badr-.

Or il sembla que cela ne plut pas à certains d'entre eux qui dirent : " Pourquoi introduis-tu parmi nous ce jeune homme alors que nous avons des enfants de son âge? "

Omar leur répondit : "Ce jeune homme est celui dont vous connaissez bien la famille (c'était le cousin du Prophète  صلى الله عليه وسلم    ) et dont vous connaissez bien le savoir ". 

Omar m'introduisit un jour auprès d'eux et ce fut , à mon avis , uniquement pour leur faire une démonstration .

Il leur dit : « Que dites-vous de ces Paroles d'Allah (traduction rapprochée) : <Quand viendra d'Allah le secours victorieux et l'ouverture > ? » 

Certains d'entre eux dirent : " On nous a ainsi ordonné d'exalter par la louange la transcendance d'Allah et de lui implorer Son Pardon quand Il nous aura apporté victoire et ouvert les portes du succès ". 

D'autres se turent et ne dirent rien .

Il me dit alors : " Est-ce ainsi que tu interprètes ce chapitre, Ô fils de Al 'Abbas ? "

Je dis : " Non ".

Il dit : " Quelle interprétation lui donnes-tu alors? "

Je dis : " Il s'agissait en réalité de l'annonce du terme de sa vie qu'Allah a faite à Son Messager en disant (traduction rapprochée) :

< Quand viendra d'Allah le secours victorieux et l'ouverture > ceci est un signe qui annonce le terme de sa vie 

< alors exalte par la louange la transcendance de ton Seigneur , implore Son Pardon. Car c'est Lui le Grand Accueillant au repentir. > 

Omar dit alors : " Je ne connais d'autres interprétations à ce chapitre que ce que tu viens de dire ." 

[ Al Boukhari Tome 6 / P.94 ] 

 

-Deuxième exemple

 

Ibn Kathir a dit : " quand Ach-Chafi'i a évoqué ce verset (traduction rapprochée) :

 

<Qu'aucune (âme) ne portera le fardeau d'autrui , et qu'en vérité , l'homme n'obtient que (le fruit) de ses efforts > [53:38-39]

 

il a dit : " Ceci signifie que chaque personne ne portera pas le fardeau d'autrui , de même elle n'aura la récompense que ce qu'elle a acquis d'elle-même . 

 

De ce verset là , l'Imam Ach-Chafi'i -Qu'Allah le prenne dans Sa Miséricorde- a déduit -istanbata- que : si on récite le Coran dans l'intention d'offrir la récompense de cette récitation aux morts, celle-ci ne leur parviendra pas parce qu'elle ne fait pas partie de leurs œuvres ni de ce qu'ils ont acquis.

 

C'est pour cela que l'Envoyé d'Allah n'a pas encouragé sa Communauté à le faire, ni sous forme explicite ni sous forme subtile, de même aucun compagnon n'a rapporté ceci. 

 

A vrai dire, s'il y avait du bien dans cette pratique, ils seraient les premiers à la faire. 

 

En fait, dans ce genre d'adoration , il faut se limiter aux textes (Coran et Sounnah) et ne pas agir en suivant des raisonnements par analogie ou selon sa propre opinion. 

 

Par contre, il est reconnu à l'Unanimité que l'invocation et l'aumône parviennent aux morts, et c'est prouvé textuellement par le Législateur Suprême (Allah). 

 

Quant au hadith que rapporte Moslim dans son Sahih selon Abou Houreyra que l'Envoyé d'Allah  صلى الله عليه وسلم a dit : 

 

« Quand une personne meurt, son œuvre s'arrête sauf dans trois choses : 

1- Un bien qu'il a légué en aumône continue. 

2- Une œuvre scientifique dont les gens tirent profit. 

3- Un enfant vertueux qui invoque Allah en sa faveur. », ces trois choses font partie de ses efforts et de ses œuvres comme ce que rapporte le hadith suivant: « La plus pure chose que quelqu'un mange c'est ce qu'il a acquis (de ses propres mains) et son enfant fait partie de ce qu'il a acquis »

[Rapporté par At-Tirmidhi et Abou Daoud qui l'a authentifié (Jami' al Oussoul)]. 

 

Le bien que lègue la personne en aumône continue, fait partie de ses œuvres car Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

< C'est Nous qui ressuscitons les morts et écrivons ce qu'ils ont fait (pour l'au-delà) ainsi que leurs traces (conséquences de leurs actes) > [36:12]. 

 

De même, le savoir que la personne propage et grâce auquel les gens sont guidés après sa mort, tout ceci fera partie de ses œuvres et des fruits de ses efforts , il est rapporté dans le Sahih Moslim : 

 

« Celui qui a appelé à une bonne voie se voit attribué l'égal du salaire de tous ceux qui la suivent sans pour autant rien diminuer de leur propre salaire »

[voir exégèse d'Ibn Kathir Tome 4 / P.258].

 

Extrait du livre "Comment comprendre le coran ?"

traduit par abou abdallah al maghrebi

copié de albidayah.forum-actif.net

 

Cheikh Muhammad Ibn Jamil Zinou - الشيخ محمد بن جميل زينو

 

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم