compteur de visite

Catégories

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 01:07
La divergence… une miséricorde ? (audio)

 

Question :

 

Qu’Allah soit bienfaisant envers vous.

 

Vous avez dit : « Ce n’est pas toute divergence qui est prise en considération… » alors qu’il est rapporté dans le hadith : « Les divergences de ma communauté après moi sont une miséricorde ».

 

Réponse :

 

Ceci n’est pas un hadith.

 

C’est une parole rapportée par ceux qui inventent des hadiths.

 

Le hadith « La divergence de ma communauté est une miséricorde. » n’est pas authentique.

 

C’est un hadith inventé qui n’est pas pris en considération et n’a aucune valeur.

 

Au contraire, sa chaîne de transmission est contestable ainsi que son contenu.

 

Quant à sa chaîne de transmission, c’est un hadith inventé et quant à son contenu et bien la divergence est un mal comme l’a dit Ibn Mas’oud, qu’Allah l’agrée.

 

Et Allah a blâmé la divergence dans le Coran :

 

وَلَا يَزَالُونَ مُخْتَلِفِينَ إِلَّا مَنْ رَحِمَ رَبُّكَ

 

« Ils ne cessent d’être en désaccord entre eux, sauf ceux à qui ton Seigneur a fait miséricorde. » [1]

 

La divergence n’est en aucun cas louable et ne le sera jamais.

 

Mais elle est plutôt blâmable et surtout celle qui s’oppose (à la vérité).

 

La divergence est également blâmable dans les branches de la religion mais nous n’en tenons pas compte si celui qui s’est trompé fait partie de ceux qui ont les capacités de faire des efforts d’interprétation.

 

Les gens du commun sont excusés.

 

Ils doivent interroger les gens de science et sont excusés inchaAllah.

 

Mais l’étudiant en science qui connaît les règles des imams et qui connaît la jurisprudence n’a pas le droit de suivre aveuglément qui que ce soit.

 

Donc la divergence est un châtiment et n’est pas une miséricorde.

 

Si c’était une miséricorde, le Prophète صلى الله عليه وسلم l’aurait indiqué.

 

La divergence est interdite.

 

Certes elle est présente dans certaines questions secondaires et l’étudiant en science qui fait des efforts pour atteindre la vérité est excusé, il est même récompensé.

 

Lorsque le juge fait un effort d’interprétation et qu’il atteint la vérité, il a deux récompenses et s’il se trompe, il n’aura qu’une seule récompense.

 

Mais une personne à qui tu exposes et explicites les preuves et malgré ça te dit : « Je n’accepte pas cela, je n’accepte que la parole d’untel. ».

 

Celui-ci est en grand danger car il rejette la Sunna.

 

Rejeter la Sunna est une chose très dangereuse.

 

Et c’est cela que veut dire la parole de celui qui a dit : « ce n’est pas toute divergence qui est prise en considération mais seulement celle qui a une part de probabilité. ».

 

C’est-à-dire que la divergence peut être acceptable dans certains sujets secondaires.

 

Les compagnons ont divergé mais leurs cœurs ne se sont pas divisés.

 

Malgré qu’ils aient divergé dans certains sujets secondaires, lorsque quelqu’un leur posait une question, chacun d’entre eux le renvoyait vers son frère.

 

Et ce pour deux raisons :

 

-La peur d’Allah, l’abstinence et la crainte de se tromper.

-Le respect que chacun d’entre eux avait pour son frère.

 

Ceci est le sens de cette parole.

 

Quant au hadith qui est rapporté par certaines personnes : « La divergence de ma communauté est une miséricorde. ».

 

Ceci est faux.

 

Et si quelqu’un dit : Ibn ‘Abdin n’a-t-il pas dit dans son introduction : « le hadith, même s’il n’a pas de chaîne de transmission, il est possible qu’il fasse partie des hadiths oubliés par les rapporteurs. ».

 

Cette parole est encore pire que la précédente.

 

Car si on applique cela on mettra en pratique des millions de hadiths en disant peut-être que les rapporteurs les ont oubliés.

 

Cette règle est corrompue, elle est corrompue.

 

Les hadiths que l’on met en pratique sont ceux dont la chaîne de transmission est authentique (sahih) ou bonne (hassan).

 

On ne met pas en pratique les hadiths inventés, mensongers ou très faibles.

 

Sauf s’ils atteignent le niveau de bon ou plus en étant renforcés par d’autres hadiths (hassan li ghayrihi).

 

En dehors de cela, les hadiths faibles ne sont pas mis en pratique.

 

traduit par daralhadith-sh.com

 

Cheikh Salih Ibn Sa'ad As-Souhaimy - الشيخ صالح بن سعد السحيمي

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية