compteur de visite

Catégories

25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 21:36
Le délice du savoir et la nuit de noces

Le sheykh Sâleh Âl Ash-Sheykh dit dans sa conférence «La détermination des prédécesseurs dans l'étude du savoir» :

 

...La motivation d'Ibn Rajab relative au savoir était grande, au point que ses études auprès de ses professeurs dans sa jeunesse ont fait que son mariage s'attarde.

 

Quand il se maria, il fut rejoint par sa femme embaumée et parfumée qui se mit devant lui alors qu'il était plongé dans ses feuilles et ses livres.

 

Il leva sa tête vers elle et il dit : «Je l'ai regardée et elle était comme ceci et comme cela», il l'a décrit par rapport à sa préparation pour lui, sa parure, son parfum et son embellissement.

 

Il dit : «puis j'ai rabaissé ma tête vers mes feuilles pour finir. Ma femme s'énerva et s'en alla».

 

Car il ne lui accorda pas beaucoup d'importance.

 

Ce qui est obligatoire c'est que le droit de chacun lui soit donné, et ta femme possède un droit sur toi.

 

Mais parfois l'ardeur et le désir augmentent, l'individu patiente alors sur un savoir bien qu'il ait plus besoin d'autre chose.

 

Il choisit donc ce qui fortifie ce à quoi l'âme est attachée : le savoir, l'écriture, la recherche et la rédaction...

azer

Mohammad ibn 'Abd Allah ibn Hamîd, l'auteur du livre (Les nuages d'averses sur les tombes des Hanbalites - السحب الوابلة على ضرائح الحنابلة) dit dans la biographie de 'Abd Al Wahhâb ibn Mohammad Ibn Feyrouz (1172-1205 h.) volume 1, page 682 :

 

...Et il s'est plongé dans l'acquisition du savoir, en étant assidu à la lecture, la vérification, la révision et la recherche nuit et jour, rien d'autre ne le préoccupait.

 

Au point que quand il se maria par ordre de son père, la nuit de noces il prit avec lui son cartable.

 

Quand les gens s'en allèrent, il déposa la lampe et s'assit pour lire les cours qu'il voulait étudier le lendemain, en prévoyant qu'il irait cohabiter avec sa femme une fois la lecture finie.

 

Mais il fut absorbé par la lecture jusqu'à l'appel de la prière de l'aube.

 

Il fit les ablutions et sortit pour la prière.

 

Puis il assista aux cours de son père depuis leur début, alors que son père n'était pas au courant de cela car il était non-voyant.

 

A la fin des cours, son fils alla le voir et le salua.

 

Il le félicita donc ainsi que les personnes présentes le félicitèrent.

 

La deuxième nuit il fit la même chose que la veille, il n'approcha pas sa femme.

 

Sans avoir l'intention du délaissement, mais de par son occupation par la lecture, en se disant :

 

«je lis le cours ensuite je vais voir ma femme», mais le voilà occupé jusqu'à l'aube.

 

La femme informa alors son tuteur de cela, qui alla en informer son père.

 

Celui-ci l'appela, le réprimanda, lui prit son cartable et insista pour qu'il se rende auprès d'elle...

Rassemblement et traduction : Abou-L-Waqt Al Maghriby

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز آل الشيخ

Cheikh Mohammad ibn 'Abd Allah ibn Hamîd - الشيخ عبد الله بن محمد بن حميد

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم