compteur de visite

Catégories

23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 20:50
Le devoir du musulman envers le mécréant

Question :

 

Quel est le devoir du musulman envers le non-musulman qu'il soit un Dhimmî (personne non-musulmane, vivant dans un pays musulman, payant un impôt et qui est protégé par les musulmans) ou qu'il soit dans son propre pays où le musulman réside?

 

Le devoir que j'aimerais connaître est celui des comportements de différentes sortes commençant par le salut et se terminant par la célébration de ses fêtes.

 

Eclairez-nous qu'Allâh vous rétribue.

 

Réponse :

 

Le devoir du musulman envers le non-musulman se compose de plusieurs éléments dont :

 

-Premièrement

 

La Da`wa à Allâh عز وجل.

 

Cela consiste à l'appeler à Allâh et à lui montrer la vérité sur l'islam tant qu'il en a la possibilité et la clairvoyance.

 

C'est le plus noble et le plus grand bienfait qu'il pourra offrir à son compatriote et à ceux avec lesquels il se réunit parmi les Juifs , les chrétiens et les autres polythéismes, suivant cette parole du Prophète صلى الله عليه وسلم :  

 

"Quiconque oriente vers le bien, aura la récompense de celui qui le fait."

 

Et à sa parole صلى الله عليه وسلم à `Alî (Qu'Allah soit satisfait de lui) lorsqu'il l'envoya à Khaybar et qu'il lui ordonna d'appeler les Juifs à l'islam, il a dit :  

 

"Par Allâh !

Il vaudrait mieux pour toi d'être, grâce à Allâh, le guide d'un seul homme dans la bonne voie que de posséder des chameaux roux."

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :  

 

"Quiconque appelle à la bonne direction aura une récompense équivalente à celle de ceux qui le suivront, sans que celle de ceux-ci ne soit diminuée."

 

Ainsi, sa Da`wa à Allâh, sa transmission de l'islam et ses conseils dans ce domaine sont les choses les plus importantes et les meilleurs actes de rapprochement à Allâh.

 

-Deuxièmement

 

Il ne doit pas être injuste à son égard, ne pas abuser de lui, ni de son argent ni de son honneur, s'il s'agit d'un dhimmî, d'un réfugié ou d'un mo`ahid (une personne issue d'un peuple avec qui les musulmans ont un pacte).

 

[Dans tous ces cas], il doit lui restituer ses dus sans abuser de son argent, ni par le vol ni par la traîtrise ni par la tricherie ni par les abus corporels par des coups ni par l'assassinat, partant du fait que son statut de Mo`ahîd ou de dhimmi ou de réfugié fait qu'il doit être épargné de tout abus.

 

-Troisièmement

 

Rien n'empêche de faire des transactions avec le non-musulman, comme l'achat, la vente, la location etc.., car il a été authentiquement rapporté que le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a fait des achats auprès de mécréants adorateurs d'idoles, et qu'il en a fait également auprès de Juifs, ce sont bien des transactions.

 

De plus, il décéda صلى الله عليه وسلم alors que son bouclier était mis en gage chez un juif contre de la nourriture qu'il avait acheté pour sa famille.

 

-Quatrièmement

 

Il ne doit pas être le premier à saluer le non-musulman, mais il doit répondre conformément à ce que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Ne soyez pas les premiers à saluer les Juifs et les Chrétiens."  

Rapporté par Mouslim.

 

Il a dit également :  

 

"Quand les gens du Livre vous saluent, répondez-leur par : "Et à vous de même"."

Approuvé par Al-Boukhârî et Mouslim.

 

Ainsi, le musulman ne doit pas être le premier à saluer le mécréant, mais si le juif ou le chrétien ou un autre mécréant le salue, il doit dire : "Et à vous de même", comme l'a recommandé le Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Cela fait partie des droits légaux entre le musulman et le mécréant.

 

Le bon voisinage en fait partie également.

 

Si le mécréant est votre voisin, vous devez être bienveillant à son égard, vous n'avez pas à lui nuire, vous devez lui faire de l'aumône, s'il est pauvre, ou lui offrir des présents, s'il est riche, et lui prodiguer les bons conseils dans ce qui lui est utile, parce que, d'une part, ceci est susceptible de faire naître chez lui une envie de devenir musulman, et d'autre part, le voisin a un droit important comme le Prophète صلى الله عليه وسلم l'a dit :  

 

"L'Archange Gabriel n'avait cessé de me recommander d'être bienfaisant envers le voisin, qu'enfin, j'ai cru qu'il allait en faire un des héritiers"

Approuvé par Al-Boukhârî et Mouslim

 

Et conformément à cette Parole d'Allâh عز وجل (traduction rapprochée) :  

 

"Allah ne vous défend pas d’être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables." (l'éprouvée verset 8)

 

On rapporte dans le hadith authentique :

 

"'Asmâ' bint 'Abî Bakr (qu'Allah soit Satisfait d'elle) raconte que sa mère qui était encore associatrice, vint la trouver, lors de la période de la trêve qui eût lieu entre le Prophète صلى الله عليه وسلم et les gens de La Mecque, pour lui demander quelque aide.

Asmâ' demanda la permission auprès du Prophète صلى الله عليه وسلم, lui demandant si elle lui était possible d'entretenir des liens de parenté avec elle.

Le Prophète صلى الله عليه وسلم lui répondit par l'affirmative."

 

Il n'est pas permis au musulman de partager leurs célébrations et leurs fêtes.

 

Mais il n'y a pas de mal à ce qu'il leur fasse des condoléances à la mort d'un proche, s'il y trouve un intérêt légal, il peut alors dire : "Qu'Allâh répare votre malheur" ou "Qu'Allâh vous compense en mieux" ou de bons termes du même genre sans dire : "Qu'Allâh lui pardonne" ou "Qu'Allâh lui fasse miséricorde" si le mort était mécréant, il ne fera pas de prière pour le mort mais uniquement pour celui qui est encore vivant, il priera alors pour lui qu'Allâh le guide ou le compense en bien etc..

 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 267)

 Publié par alifta.net

 

واجب المسلم تجاه الكافر
س1: ما الواجب على المسلم تجاه غير المسلم سواء كان ذميًّا في بلاد المسلمين أو كان في بلاده والمسلم يسكن في بلاد ذلك الشخص غير المسلم. والواجب الذي أريد توضيحه هو المعاملات بأنواعها ابتداءً من إلقاء السلام، وانتهاءً بالاحتفال معه في أعياده. أفيدونا جزاكم الله خيرًا
ج 1: إن واجب المسلم بالنسبة إلى غير المسلم أمور متعددة منها
أولاً: الدعوة إلى الله عز وجل، وهي أن يدعوه إلى الله ويبين له حقيقة الإسلام حيث أمكنه ذلك وحيث كانت لديه البصيرة؛ لأن هذا أعظم وأكبر إحسان يهديه إلى مواطنه وإلى من اجتمع به من اليهود أ والنصارى أو غيرهم من المشركين لقول النبي صلى الله عليه وسلم

 من دل على خير فله مثل أجر فاعله

 وقوله عليه الصلاة والسلام لعلي رضي الله عنه لما بعثه إلى خيبر وأمره أن يدعو اليهود إلى الإسلام قال

 فوالله لأن يهدي الله بك رجلاً واحدًا خيرٌ لك من حمر النَّعم

 وقال صلى الله عليه وسلم

من دعا إلى هدى كان له من الأجر مثل أجور من تبعه لا ينقص ذلك من أجورهم شيئًا

 فدعوته إلى الله وتبليغه الإسلام ونصيحته في ذلك من أهم المهمات ومن أفضل القربات
ثانيًا: لا يظلمه في نفس ولا في مالٍ ولا في عرض، إذا كان ذميًّا أو مستأمنًا أو معاهدًا، فإنه يؤدي إليه حقه، فلا يظلمه في ماله لا بالسرقة ولا بالخيانة ولا بالغش ولا يظلمه في البدن بالضرب ولا بالقتل؛ لأن كونه معاهدًا أو ذميًّا في البلد أو مستأمنًا يعصمه.
ثالثًا: لا مانع في معاملته في البيع والشراء والتأجير ونحو ذلك، فقد صح عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أنه اشترى من الكفار عباد الأوثان واشترى من اليهود ، وهذه معاملة، وقد توفي عليه الصلاة والسلام ودرعه مرهونة عند يهودي في طعامٍ لأهله
رابعًا: لا يبدؤه بالسلام ولكن يرد لقول النبي صلى الله عليه وسلم

 لا تبدؤا اليهود ولا النصارى بالسلام -  رواه مسلم

وقال

إذا سلم عليكم أهل الكتاب فقولوا وعليكم

 متفق عليه ، فالمسلم لا يبدأ الكافر بالسلام ، ولكن متى سلم عليه اليهودي أو النصراني أو غيرهما من الكفار يقول وعليكم كما أمر به النبي عليه الصلاة والسلام، فهذا من الحقوق المشروعة بين المسلم والكافر، ومن ذلك حسن الجوار، فإذا كان جارًا لك تحسن إليه ولا تؤذه في جواره وتتصدق عليه إن كان فقيرًا أو تهدي إليه إن كان غنيًا وتنصح له فيما ينفعه؛ لأن هذا مما يسبب رغبته في الإسلام ودخوله فيه، ولأن الجار له حق عظيم لقول النبي صلى الله عليه وسلم

ما زال جبريل يوصيني بالجار حتى ظننت أنه سيورثه

 متفق عليه ، ولعموم قوله عز وجل

 لاَ يَنْهَاكُمُ اللَّهُ عَنِ الَّذِينَ لَمْ يُقَاتِلُوكُمْ فِي الدِّينِ وَلَمْ يُخْرِجُوكُمْ مِنْ دِيَارِكُمْ أَنْ تَبَرُّوهُمْ وَتُقْسِطُوا إِلَيْهِمْ إِنَّ اللَّهَ يُحِبُّ الْمُقْسِطِينَ
وفي الحديث الصحيح عن أسماء بنت أبي بكر رضي الله عنها أن أمها وفدت عليها وهي مشركة في فترة الصلح الذي عقد بين النبي صلى الله عليه وسلم وبين أهل مكة تريد المساعدة فاستأذنت أسماء النبي صلى الله عليه وسلم في ذلك هل تصلها؟ فقال النبي عليه الصلاة والسلام:  صليها
وليس للمسلم مشاركتهم في احتفالاتهم أو أعيادهم، لكن لا بأس أن يعزيهم في ميتهم إذا رأى المصلحة الشرعية في ذلك بأن يقول: جبر الله مصيبتك أو أحسن لك الخلف بخير، وما أشبهه من الكلام الطيب، ولا يقول غفر الله له، ولا يقول رحمه الله إذا كان كافرًا أي لا يدعو للميت وإنما يدعو للحي بالهداية وبالعوض الصالح ونحو ذلك

(الجزء رقم : 4، الصفحة رقم: 267)

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع