compteur de visite

Catégories

1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 01:27
Le discours du sermonnaire et le comportement de l'auditeur

Question :

 

Nous avons vu un imam dans la ville d'Al-Blida dire aux musulmans du haut de sa chaire (Minbar) :

 

"Croyez en Allah Seul"

 

et les voix des musulmans de s'élever par le Tahlîl (fait de dire : "Lâ Ilâha Illa Allah", il n'y a point de divinité à part Allah) et le Takbîr (fait de dire : "Allahou Akbar", Allah est Grand).

 

L'imam a-t-il le droit de leur dire cela ?

 

Ont-ils le droit de faire le Tahlîl ?

 

Quel est le sens du Hadith qui dit :

 

"Si, le vendredi, pendant que l'imam prêche, vous dites à votre voisin : "Tais-toi", vous aurez ainsi dit une futilité ?"

 

Nous aimerions avoir la réponse.

 

Que le salut et la miséricorde d'Allah soient sur vous.

 

Réponse :

 

-Premièrement

 

Si, en disant à l'assistance : "Croyez en Allah Seul", l'intention de l'imam est de les guider vers ce qui est obligatoire, à savoir de croire en Allah dans Sa Seigneurie, Sa Divinité, Ses Noms et Ses Attributs, afin qu'ils y croient et non qu'ils lui répondent à haute voix avec le Tahlîl et le Takbîr, nous dirons qu'ils ont saisi ce qu'il a voulu dire autrement.

 

Voilà pourquoi ils lui ont répondu oralement en élevant ces voix.

 

Là, il n'y a pas de grief à lui faire.

 

Quant à eux, ils sont dans l'erreur parce qu'ils ont mal compris et ont élevé leurs voix.

 

Il doit les conseiller et les guider vers le message qu'il a voulu transmettre afin qu'ils ne répètent plus cela une autre fois.

 

Mais, si son intention est qu'ils lui répondent à l'instant par le Tahlîl et le Takbîr en élevant leurs voix, il devient pour cela fautif et innovateur et il en est de même pour eux.

 

Car nous n'avons pas connaissance que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) fit cela lors de ses prêches ni les Califes bien guidés ni ceux qui furent leurs auditeurs.

 

Mais l'orateur interrogeait certains dans la mosquée sur une affaire les concernant, comme ce que fit le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) avec Salîk lorsqu'il entra dans la mosquée au moment où le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) prêchait.

 

Il s'assit sans avoir accompli la prière de salutation de la mosquée.

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) lui ordonna de se lever et d'accomplir deux unités de prière.

 

Ce fut également le cas avec un bédouin qui se plaignit de la sécheresse et qui demanda au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) d'implorer Allah (Exalté soit-Il) afin qu'Il fasse tomber la pluie.

 

Le Prophète d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) implora son Seigneur et la pluie tomba.

 

La pluie tomba sans cesse, et il demanda au Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), pendant le sermon du vendredi suivant, d'implorer Allah de l'interrompre.

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) implora Son Seigneur de rendre la pluie utile et non nuisible.

 

La même situation se déroula entre `Omar et `Othmân un vendredi.

Ce dernier tarda à venir à la prière.

`Omar dit : "Quelle heure est-il ?"

`Othmân dit : "Par Allah ! Je n'ai rien fait de plus que faire mes ablutions mineures."

`Omar dit : "Et les ablutions mineures en plus !".

 

Qu'Allah soit Satisfait d'eux tous.

 

Il est authentiquement rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :  

 

"Celui qui innovera dans notre religion des choses qui n'en font pas partie, qu'on les lui rejette."

 

Et il a dit (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :

 

"Tout acte non conforme à nos enseignements est à rejeter".

 

-Deuxièmement

 

Le Hadith que vous avez mentionné est rapporté par Al-Boukhârî, Mouslim et les auteurs des Sounan.

 

Son sens est le suivant :

 

Lorsque vous parlez avec votre voisin au moment où l'imam est en train de prêcher le vendredi, même si c'est pour prodiguer un conseil ou ordonner le convenable ou interdire le blâmable, tel que de dire : "Tais-toi et suis le sermon", sachez que vous avez mal agi et que vous avez fait ce qu'il ne faut pas faire.

 

Ce qu'il faut faire dans une situation pareille, c'est d'adresser la parole à l'orateur afin qu'il prodigue des conseils à celui qu'on a voulu conseiller pour qu'il cesse de mal agir et se hâte vers le bien.

 

Le but en est que l'assistance ne multiplie pas les fautes et les futilités.

 

Mais, il n'y a pas de mal à ce qu'on fasse un signe à l'endroit de celui qui agit mal pour lui faire comprendre qu'il doit cesser d'agir ainsi.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 2 de la Fatwa numéro (3246)

(Numéro de la partie: 2, Numéro de la page: 523.524)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées