compteur de visite

Catégories

15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 16:35
Le rappel est une source de force physique pour le corps (audio)

 

Arrêtes-toi un moment et médites [ce point], il صلى الله عليه وسلم dit à Fatima :

 

« Sollicites-moi au sujet de mes biens autant que tu le veux. »

 

Remarques cette restriction : « au sujet de mes biens autant que tu le veux. », de mes biens : c’est à dire tout ce que tu choisis et désires, parmi mes biens demandes-le moi : comme nourriture, argent, cheval, servant... « Sollicites-moi au sujet de mes biens autant que tu le veux. ».

 

Et s’en remettant à cette parole, Fatima vint un jour, fatiguée des tâches ménagères et dis :

 

« Je souhaiterai un servant [comme aide]» , et sa parole entre dans le cadre de la parole : « Sollicites-moi au sujet de mes biens autant que tu le veux. » et une fois de plus, même dans une telle situation, il صلى الله عليه وسلم lui enjoignit le rappel [d'Allah] et l’adoration, il صلى الله عليه وسلم dit :

 

« Ne vais-je pas t’indiquer une chose meilleure encore qu’un servant ? »

« Bien sûr ! »  répondit t-elle.

Il صلى الله عليه وسلم  dit alors :

« Tu dis :

gloire et pureté à Allah33 fois ( سبحان الله ) avant de se coucher,

louange à Allah 33 fois ( الحمد لله ),

et Allah est le plus Grand 34 fois ( الله أكبر ) »,

cent en tout,

il dit صلى الله عليه وسلم : « Cela t’es préférable que de posséder un servant ».

 

Les savants ont tiré comme enseignement de cela que le rappel est une source de force physique pour le corps.

 

On rapporte d’Ibn Taymiyyah qu’il restait évoquer Allah dans la mosquée [ de l'aube ] jusqu’au matin.

 

Ses compagnons lui dirent :

 

« Pourquoi ne délaisserai-tu pas cela ? » 

 

Il leur dit : « Si je le délaissais, mon corps s’en verrai affaibli. »

 

Car le rappel d’Allah apporte à son auteur une force physique.

 

Il lui dit صلى الله عليه وسلم :

 

« Ne vais-je pas t’indiquer une chose meilleure encore qu’un servant ? »

 

elle dit : « Bien sûr ! ».

 

Et il صلى الله عليه وسلم ne lui donna pas de servant mais elle repartit avec ce rappel.

 

Un rappel d’Allah le Tout Puissant lui donnant force.

 

‘Ali Ibn Talib qui, présent, entendit ce rappel, rapporte à son propre sujet :

 

« Je ne l’ai jamais délaissé [ce rappel], ne serait-ce qu’une seule nuit, depuis que je l’ai entendu du Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم. »

 

Et dans un de nos cours, récemment, je vous ai donné deux exemples de savants ayants aussi prononcé cette parole : « Je ne l’ai jamais délaissé »

 

L’un d’eux était Ibn Taymiyyah et le second ? Vous rappelez vous ou non ?

- « Al-Qurtubi » dans l’assemblée.

-Al-Qurtubi, na’am.

 

‘Ali dit donc :

 

« Je ne l’ai jamais délaissé [ce rappel], ne serait-ce qu’une seule nuit, depuis que je l’ai entendu du Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم. »

 

Ses compagnons présents lui demandèrent :

 

« Pas même la nuit de [la bataille de] Siffin ?  »

il dit : « Pas même la nuit de Siffin ! » 

 

Qui était une nuit difficile, de combats, de parcours [difficiles] et autres, il dit que même cette nuit, il n’oublia pas de le prononcer.

 

Traduit par Notre frère Abû Mohammed حفظه الله

copié de islam-nancy.com

 

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله