compteur de visite

Catégories

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:47
Les qualités de la femme qu'il convient d'épouser

L’objectif du mariage est de jouir l'un de l’autre, de fonder une famille pieuse et de construire une société équilibrée.

 

Pour ce faire, la femme qu'il convient d’épouser est donc celle qui aide à réaliser ces deux buts et possède la beauté physique et spirituelle.

 

On entend par beauté physique celle du corps.

 

La beauté physique

 

Plus la femme est belle à regarder, plus son époux sera satisfait d'elle en la regardant et plus elle entretiendra un discours agréable avec lui, plus ce dernier lui prêtera l'oreille à ce qu'elle lui dira.

 

Il lui ouvrira par conséquent son cœur, s'apaisera et goûtera à la tranquillité auprès d'elle.

 

La parole d’Allah ‘aza oua jal se concrétise alors (traduction rapprochée) :

 

« Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l'affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent. » (Sourate Ar-Roum -21)

 

La beauté spirituelle

 

La beauté spirituelle signifie l’excellence dans la religion et le comportement.

 

Plus l’épouse montrera du respect pour la religion et manifestera une bonne conduite religieuse, plus son mari l’aimera.

 

La femme qui respecte la religion est celle qui applique les ordres d’Allah, préserve les droits de son époux que se soit dans l’intimité (besoins sexuels), dans l’éducation de ses enfants ou dans la préservation de ses biens.

 

Elle l'aide dans l'obéissance d'Allah le Très Haut ; lorsqu'il lui arrive d’oublier une chose, c’est elle qui le lui rappelle et lorsqu'il éprouve de la fainéantise, c’est elle qui le motive; et enfin lorsqu’il se fâche, c’est elle qui sait le calmer. 

 

La femme qui se distingue par le bon comportement montre de l'affection pour son mari, elle le respecte.

 

Elle ne cherche nullement à reporter sa demande alors qu’il voudrait qu'elle la fasse rapidement et ne s'empresse pas à y répondre alors qu'il voudrait qu'elle la fasse plus tard. 

 

On demanda au prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) quelle est la meilleure des femmes ?

 

Il répondit :

 

«Celle que l'on a plaisir à regarder, qui obéit quand on lui demande quelque chose et qui ne fait pas le contraire de ce que l'on attend d’elle concernant sa propre personne et ses biens »

(Rapporté par Ahmed n°2/25, n°3231, livre du mariage - [Kitab an-Nikah], chapitre de la question « quelle la meilleure des femmes ? »)

 

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) dit aussi d’après Mo’qal ibn Yassar radya Allah ‘an hou qui dit :

 

« Un homme est venu voir le Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui)  et lui a dit : « J’ai trouvé une femme qui a la renommée et l’honneur mais elle n’enfante pas, puis-je l’épouser ? Il le lui interdit.

Puis l’homme lui rapporta une deuxième fois et il le lui interdit, puis une troisième fois, il le lui interdit.

Puis il lui dit :

"Epousez la femme affectueuse et féconde car je souhaiterai être fier de votre grand nombre devant les autres prophètes."

(Abu Daoud n°2050, livre du mariage [Kitab an-Nikah] ; An-Nassaï n°3227, livre du mariage [Kitab an-Nikah]).

 

Dans une autre version : « Épousez la féconde et l’affectueuse, car je voudrais surpasser en nombre toutes les autres communautés le jour de la résurrection »

 

Donc il est possible d'épouser une femme qui réunit la beauté apparente (le physique) et la beauté cachée (la religion et le bon comportement), c'est ce qu'il y a de mieux pour le mari, car cela est une source et une cause de bonheur insha Allah.

 

Article tiré de la rissalat « le mariage en Islam règles et implications » - « الزواج   - Az-Zawouadj » - 4éme chapitre, page29 – 32

Avec quelques modifications apportées par : AbuKhadidja Al Djazairy

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق