compteur de visite

Catégories

1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 19:51
Mérite du jeûne et du qiyâm (prière nocturne) pendant le mois de ramadan

Communiqué de la part de 'Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz à celui qui le lira parmi les musulmans, qu’Allah fasse que j’emprunte, ainsi que les musulmans, le sentier de la foi, et qu’Il m’accorde, ainsi qu’à eux, la compréhension approfondie de la Sunna et du Coran. ‘Amîn.

 

Que la paix, la miséricorde et la bénédiction d’Allah soient sur vous. 

 

Tel est un conseil concis au sujet du mérite du jeûne et du Qiyâm du mois de Ramadan, et celui de l’empressement à y accomplir des œuvres pies; et ce par le biais de l’élucidation de quelques jugements importants qui pourraient échapper à certains.

 

Il fut authentiquement prouvé que le Messager d’Allah, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, annonçait à ses compagnons la bonne nouvelle de l’arrivée du mois de Ramadan, tout en leur indiquant que les portes de la miséricorde et du Paradis demeuraient ouvertes pendant ce mois, que les portes de l’Enfer étaient closes et que les diables y restaient enchaînés.

 

A ce sujet, Le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, dit :

 

« Lors de la première nuit de Ramadan, les portes du Paradis s’ouvrent et on n’en ferme aucune, les portes de l’Enfer se ferment et on n’en ouvre aucune, et les diables sont enchaînés. Un héraut appelle : «O toi qui veux le bien, avance! O toi qui veux le mal, recule! ». Allah a des affranchis de l’Enfer, et ceci a lieu chaque nuit »

 

A cet égard, Le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, dit également :

 

« Le mois de Ramadhan vous est venu, c’est un mois de bénédiction, pendant lequel Allah vous comble (de Ses grâces). Il fait descendre la miséricorde, absout les péchés et exauce les invocations. Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions et S’en vante auprès de Ses Anges. Montrez à Allah le meilleur de vous-mêmes, et certes l’infortuné est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. »

 

Le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, dit de même : 

 

« Quiconque accomplit la prière nocturne pendant le Ramadan, avec une foi sincère et en toute pureté d’intention, se verra pardonnées ses fautes antérieures; et quiconque accomplit la prière nocturne pendant la Nuit d’Al-Qadr, avec une foi sincère et en toute pureté d’intention, se verra pardonnées ses fautes antérieures »

 

Il dit aussi, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, à ce sujet: 

 

« Allah, Tout-Puissant, dit: « Toute œuvre du fils d’Adam lui appartient, la bonne action est récompensée entre dix et sept-cent fois sa valeur. A l’exception du jeûne, car il M’appartient et c’est à Moi d’en fixer la récompense. Il a certes délaissé ses désirs charnels, sa nourriture, et sa boisson pour Moi. Le jeûneur connait deux joies : la première lors de la rupture du jeûne, et la seconde lorsqu’il rencontre son Seigneur. Et certes l’haleine du jeûneur est plus aimé auprès d’Allah que l’odeur du musc»

 

En effet, les Hadîths relatifs au mérite du jeûne de Ramadan, du Qiyâm, et du jeûne en général sont bien nombreux.

 

Ceci dit, il convient au croyant de saisir cette occasion dont Allah lui fit grâce, celle d’atteindre le mois de Ramadan, et de s’empresser à son tour à accomplir des actes témoignant de son obéissance, à s’éloigner des péchés et à s’évertuer à observer les consignes d’Allah, notamment les cinq prières qui constituent le pilier de l’Islam et l’obligation la plus éminente après les deux attestations de foi.

 

Il incombe à tout musulman et à toute musulmane de tâcher à les observer et à les accomplir aux heures prescrites avec recueillement et quiétude.

 

A cet égard, il est à noter que parmi les consignes les plus importantes qui se rapportent à la prière et que les hommes en particulier doivent observer, la prière collective qui doit être accomplie dans les mosquées, lesquelles furent qualifiées par Allah, Exalté soit-Il de (traduction rapprochée) :

 

« maisons qu’Allah a permis que l’on élève, et où Son Nom est invoqué»

 

A cet égard, Allah,Exalté soit-Il, dit  (traduction rapprochée) :

 

« Et accomplissez la Salât, et acquittez la Zakât, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent. »

 

 Allah, le Très Haut, dit également  (traduction rapprochée) : 

 

« Soyez assidus aux Salâts et surtout la Salât médiane; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité. »

 

Allah, Exalté soit-Il, dit de même, à ce sujet (traduction rapprochée) : 

 

« Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salât…, jusqu’au verset où il dit, Exalté soit-Il: …et qui observent strictement leur Salât ». 

 

Ce sont eux les héritiers, qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement.

 

A ce sujet, le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam dit : 

 

« Le pacte qu’il y a entre nous et eux, c’est la prière, et celui qui la délaisse aura certes mécru. »

 

L’obligation la plus importante après la prière est l’acquittement de la Zakat (l’aumône légale) tel que le confirme Allah, Exalté soit-Il par ce verset  (traduction rapprochée) : 

 

« Il ne leur a été commandé, cependant, que d’adorer Allah, Lui vouant un culte exclusif, d’accomplir la Salât et d’acquitter la Zakât. Et voilà la religion de droiture ».

 

Allah, le Très Haut, l’étaye également par ce verset  (traduction rapprochée) : 

 

« Accomplissez la Salât, acquittez la Zakât et obéissez au messager, afin que vous ayez la miséricorde ». 

 

En effet, le Livre d’Allah et la Sunna de Son Messager, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, indiquent que quiconque ne s’acquitte pas de la Zakat de ses biens sera châtié le Jour de la Résurrection pour son inobservance de cette obligation

 

Ensuite, se manifeste une des obligations les plus importantes en Islam après l’accomplissement de la prière et l’acquittement de la Zakat, à savoir: le jeûne du mois de Ramadan.

 

D’ailleurs, cette obligation constitue un des cinq piliers de l’Islam définis dans le Hadith du Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam : 

 

« L’Islam est bâti sur cinq piliers: l’attestation que nul ne mérite d’être adoré en dehors d’Allah et l’attestation que Mohammad est le Messager d’Allah, l’acquittement de la prière, le versement de la Zakât (l’aumône légale), le jeûne du mois de Ramadan et l’accomplissement du Hadj (le pèlerinage à la Maison Sacrée) ».

 

Ceci dit, il incombe au musulman de préserver son jeûne et son Qiyâm contre toute parole ou actions qu’Allah, Exalté soit-Il, prohiba.

 

C’est que l’essence même du jeûne consiste à faire preuve d’obéissance à Allah, Exalté soit-Il, à prendre en haute considération les limites sacrées d’Allah, et à lutter contre les tentations de l’âme, et ce en s’abstenant de se laisser aller aux passions de celle-ci, en l’entraînant à se plier aux ordres de son Seigneur, et en la forgeant par le biais de la patience vis-à-vis de ce qu’Allah a interdit.

 

Le jeûne ne se limite donc pas à la simple abstention de manger, de boire ou d’accomplir tout ce qui est de nature à l’annuler.

 

C’est justement ce que le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, indiqua dans le Hadith Sahîh (authentique) où il dit : 

 

« Le jeûne est (comparable à) un bouclier ; lorsque l’un de vous jeûne qu’il s’abstienne d’être grossier et de se comporter tel un ignorant, et s’il est insulté ou provoqué, qu’il dise : « Je jeûne. » .

 

A ce sujet, il fut également authentiquement rapporté que le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, dit : 

 

« Quiconque ne s’abstient pas de donner de faux témoignages, d’agir en fonction de ces mensonges et de se permettre des impertinences, Allah n’a pas besoin qu’il s’abstienne de manger ou de boire. »

 

Il s’avère donc bien manifeste, d’après ces textes aussi bien que d’autres, qu’il incombe au jeûneur de se mettre en garde contre tout ce qu’Allah, Exalté soit-Il, lui a prohibé et d’observer tout qu’Il lui consigna.

 

C’est ainsi qu’il verra ses péchés pardonnés, son jeûne et son Qiyâm agrées et il se verra lui-même affranchi de l’Enfer.

 

Or, l’on assiste à cet égard à quelques sujets qui échappent à certains comme, entre autres:

 

- Qu’il incombe à tout musulman de jeûner avec une foi sincère et en toute pureté d’intention, et non par ostentation, ou par désir de s’en vanter, ou par imitation des gens, ou par soumission aveugle aux coutumes de sa famille et de ses compatriotes. Le motif qui le pousse à jeûner doit être exclusivement sa foi en ce qu’Allah, Exalté soit-Il, lui a prescrit et son désir de la récompense de son Seigneur.

 

Ceci s’applique de même au Qiyâm que le musulman est appelé à accomplir en Ramadan avec une foi sincère et en toute pureté d’intention. D’ailleurs, c’est justement ce que le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, étaya par ce Hadith : 

 

« Quiconque accomplit la prière nocturne pendant le Ramadan, avec une foi sincère et en toute pureté d’intention, se verra pardonnées ses fautes antérieures; et quiconque accomplit la prière nocturne pendant la Nuit d’Al-Qadr, avec une foi sincère et en toute pureté d’intention, se verra pardonnées ses fautes antérieures. »

 

Notons aussi parmi les jugements de la Charia qui risquent d’être ignorés par certains : 

 

Tout ce qui risque d’atteindre le jeûneur comme blessure, saignement de nez, vomissement, ou tout ce qui pourrait s’infiltrer à sa gorge malgré lui comme l’eau, l’essence, etc.. , tous ces faits accidentels n’annulent pas le jeûne. Par contre, quiconque se fait vomir délibérément, son jeûne est alors annulé, et ce en vertu du Hadith du Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam :

 

 « Quiconque n’a pu s’empêcher de vomir, n’a pas à s’acquitter d’un jour de jeûne, tandis que celui qui l’a fait intentionnellement le doit."

 

S’ajoute également à ces jugements :

 

l’ajournement du Ghosl (bain rituel) de la Djanâba (rapport charnel) jusqu’à l’aurore, de même pour celui que les femmes doivent entreprendre après les menstrues ou les lochies et qu’elles remettent jusqu’à l’aurore.

 

Si la femme s’assure que ses menstrues ou ses lochies sont arrêtées avant l’aube, elle doit jeûner, et il n’y aura aucun inconvénient si elle accomplit son ghosl après l’aube.

 

Cependant, elle n’est pas autorisée à le remettre jusqu’au lever du soleil, car elle doit se laver et accomplir la prière de Fadjr avant le lever du soleil.

 

Ceci s’applique également à quiconque ayant entrepris des rapports charnels, il ne lui est pas permis d’ajourner son Ghosl jusqu’au lever du soleil, il lui incombe de se laver et accomplir la prière de Fadjr avant le lever du soleil.

 

A cet égard, l’homme est particulièrement tenu, à fortiori, de s’empresser à se laver afin de rejoindre la prière collective de Fadjr à la mosquée.

 

Parmi les faits qui n’invalident pas le jeûne, notons : 

 

la prise de sang pour faire des analyses et l’injection non nutritive. Cependant, il serait mieux, à plus forte raison, de les remettre jusqu’à la nuit, si cela est possible, et ce afin de se plier au Hadith du Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam:

 

« Laisse ce qui provoque en vous le doute, pour ce qui ne provoque en vous aucun doute » 

 

aussi bien qu’à l’autre Hadith où il dit, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam: 

 

« Celui qui se garde de l’équivoque purifie sa foi et son honneur. »

 

Parmi les jugements que certains ignorent, notons:

 

L’absence de quiétude pendant la prière, que celle-ci soit obligatoire ou surérogatoire.

 

En effet, maints Hadiths jugés Sahîhs (authentiques) indiquent que, selon le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, la quiétude constitue un des piliers de la prière, faute de quoi elle devient invalide.

 

Cette quiétude se manifeste dans la tranquillité que ressent la personne pendant la prière, son recueillement et l’absence de toute sorte d’empressement, et ce jusqu’à ce que chaque vertèbre revienne à sa place.

 

Or, nombreux sont ceux qui accomplissent en Ramadan la prière de Tarâwiyyh sans y concentrer ni ressentir cette quiétude.

 

D’ailleurs, en s’empressent à l’achever, ils sont comparables, selon le Messager d’Allah, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, à un corbeau picorant sa nourriture. Une telle prière est jugée invalide et celui qui l’accomplit a commis ainsi un péché et ne mérite pas de récompense.

 

Notons aussi parmi les jugements qui échappent à certains:

 

L’idée que quelques musulmans ont de la prière de Tarâwiyyh. Ils estiment que le nombre de Rak`as de cette prière ne doit aucunement être inférieur à vingt Rak`as.

 

D’autres croient, par contre, que ce nombre ne doit pas excéder onze ou treize Rak`as.

 

Or, tout ceci s’inscrit dans le cadre des suppositions injustifiées, voire des erreurs qui vont à l’encontre des arguments puisés dans la Charia.

 

A cet égard, les Hadiths Sahîhs du Messager d’Allah, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, indiquent que toute expansion quant au nombre de Rak`as de la prière nocturne est admissible, elle ne connaît pas de limite déterminée qui ne doit pas être dépassée. Au contraire, il a été authentiquement prouvé que le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, accomplissait, pendant la prière nocturne, tantôt onze Rak`as, tantôt treize et tantôt un nombre inférieur à ceux-ci, et ce aussi bien pendant Ramadan que lors des autres mois de l’année.

 

En effet, lorsque le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, fut interrogé au sujet de la prière nocturne, il dit:

 

« Les Rak`as de cette prière se font deux par deux. Si l’un de vous craint d’être surpris par l’heure de la prière de Fadjr (de l’aube), qu’il accomplisse une seule Rak`a qui rendra impair le nombre des Rak`as qu’il vient de faire .»

(Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim).

 

Il ne détermina aucun nombre précis pour cette prière ni en Ramadan, ni en aucun autre mois de l’année. D’ailleurs, c’est ce qui explique pourquoi les Compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, accomplissaient, à l’époque de `Omar, qu’Allah soit satisfait de lui, tantôt vingt trois Rak`as et tantôt onze. Tout ceci fut authentiquement prouvé, d’après `Omar, qu’Allah soit satisfait de lui, et les Compagnons à son époque.

 

A cet égard, il est à noter que certains de nos Salafs (pieux prédécesseurs) allaient jusqu’à accomplir pendant le mois de Ramadan trente-six Rak`as, outre les trois du Witr.

 

D’autres en accomplissaient quarante et une. Ceci fut rapporté par le cheikh de l’Islam Ibn Taymiya, Qu’Allah lui fasse miséricorde aussi bien que par d’autres Oulémas.

 

Selon lui, les Rak`as de cette prière étaient susceptibles d’être multipliées. Il indiqua aussi qu’il valait mieux pour celui qui prolonge la récitation du Coran, les Rokou`s (inclinaisons) et les Sodjouds (prosternations) de diminuer le nombre de Rak`as. Quant à celui qui opte pour l’allègement de la récitation du Coran, des Rokou`s (inclinaisons) et des Sodjouds (prosternations), il fera mieux de multiplier le nombre de Rak`as. Tel est le sens de ses propos à ce sujet, (Qu’Allah lui fasse miséricorde).

 

D’ailleurs, celui qui médite sur la Sunna du Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, réalisera que la meilleure option à cet égard est d’accomplir onze ou treize Rak`as, aussi bien pendant Ramadan qu’en tout autre mois; et ce afin de suivre le modèle du Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, qui accomplissait ce nombre dans la plupart des nuits.

 

En effet, ceci est moins contraignant pour les musulmans et favorise plus de recueillement et de quiétude lors de la prière. Cependant, il n’y aurait aucun inconvénient à excéder ce nombre, ceci ne serait pas blâmable tel que préalablement indiqué.

 

Il vaut mieux également pour quiconque ayant prié avec l’Imam pendant la prière nocturne en Ramadan de ne quitter la mosquée qu’avec ce dernier.

 

L’on tire argument à cet égard du Hadith où le Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam, dit: 

 

« Quiconque accomplit la prière nocturne avec l’Imam, jusqu’à ce qu’il termine de prier, Allah lui écrit en rétribution l’équivalent d’une nuit veillée en prière ».

 

Finalement, il est légiféré pour l’ensemble des musulmans de s’évertuer à accomplir toute sorte de pratiques cultuelles dans ce mois béni, comme le fait d’accomplir les prières surérogatoires, de réciter le Coran avec méditation et raisonnement, et de répéter fréquemment les formules:

 

« Subhân Allah » (Gloire à Allah) !

Al-Hamdulillah (Louange à Allah) !

Lâ Ilâha Illa Allah (Nul n’est digne d’être adoré en dehors d’Allah) !

Allahou ‘Akbar (Allah est le plus Grand) !,

Astaghfir Allah (j’implore le pardon d’Allah)

 

aussi bien que toutes les invocations puisées dans la Charia.

 

Tout musulman est appelé également à commander le bien, à interdire le blâmable, à appeler les gens vers le sentier d’Allah, Exalté soit-Il, à faire preuve de compassion à l’égard des pauvres et des nécessiteux, à mettre du zèle à se parer de piété filiale, à maintenir ses liens de parenté, à être bienveillant à l’égard du voisin, à rendre visite aux malades, etc… outre bien entendu tous les autres genres de bienfaits.

 

L’on tire argument à cet égard du Hadith du Prophète, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam:

 

« Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions et S’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah le meilleur de vous-mêmes, et certes l’infortuné est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah »

 

Et aussi de son Hadith, où il indique Salla Allahou `Alaihi wa sallam:  

 

« Quiconque cherchera les faveurs d’Allah, lors de ce mois, par une des actions méritables, sera comme celui qui aura accomplis une obligation au cours d’un autre mois. Et quiconque aura accomplis, lors de ce mois, une obligation sera comme celui qui aura accomplis soixante-dix obligations au cours d’un autre mois ».

 

et également de son Hadith, Salla Allahou `Alaihi wa Sallam: 

 

« Une ‘Omra (petit pèlerinage) faite au cours de Ramadhan équivaut à un Hajj (grand pèlerinage) en ma compagnie. »

 

En effet, nombreux sont les Hadiths et les propos témoignant de la légitimité de l’empressement et la concurrence quant à l’accomplissement des différentes sortes d’œuvres pies au cours de ce mois béni.

 

C’est Allah, Exalté soit-Il, que nous implorons pour qu’Il nous guide, ainsi que l’ensemble des musulmans, vers tout ce qu’Il agrée; pour qu’Il accepte notre jeûne et notre Qiyâm, pour qu’Il réforme nos conditions et nous protège contre les tentations qui mènent à l’égarement, pour qu’Il ramène les commandants des musulmans vers le Droit Chemin, et pour qu’Il les rassemble tous autour de la parole de la Vérité.

 

Allah, Exalté soit-Il, en est certes Le Meilleur Garant et l’Omnipotent.

 

Que la paix, la miséricorde et la bénédiction d’Allah soient sur vous.

 

Source : Fatâwas  Cheikh Ibn Bâz – Volume 15 – Le livre du jeûne.

Numéro de la page : 26-27

copié de islamlinks.fr

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام