compteur de visite

Catégories

1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 02:54
Mise en garde contre Mohamed Ahmed Lo (محمد أحمد لو) le sénégalais (vidéo)

Cette semaine j'ai envoyé sur CAIM les paroles d'éloges de deux Sheikhs concernant le Sheikh Mohammad Ahmad Loh.

 

La première parole est celle de Sheikh Salih As-Souheymi et la deuxième parole est celle de Sheikh Falaah Isma'il Al-Moudakaar (Note du webmaster : Après, les savants nous ont avertis au suet de au sujet Sheikh Falaah Isma'il Al-Moudakaar Ici)

 

Tout indique que ces deux grands Sheikhs ont prononcés ces éloges selon ce qu'ils possèdent de connaissance et de savoir concernant le Sheikh Loh.

 

Toutefois j'aimerais clarifié un point très important qui est que malgré ces paroles élogieuses des 'Oulamas, le Sheikh Mohammad Ahmad Loh a commis de nombreuses erreurs très sérieuses dans le Manhaj, qui ne peuvent être ignorées puisqu'elles sont supportées par des preuves audios et vidéos.

 

Il est donc de notre devoir dans ce cas de mettre en garde contre ces erreurs dans le but de protéger les gens contre de tels égarements.

 

On m'a fait parvenir des éléments que je ne connaissais pas auparavant à ce sujet et j'ai souvent cherché a donné au Sheikh Loh des excuses en me disant que les Shouyoukhs allaient le conseiller sur ces erreurs.

 

Mais malgré cela, il est obligatoire qu'une mise en garde soit faite par rapport aux problèmes et aux erreurs présentes dans certains des propos de Sheikh Ahmad Loh qui sont très graves.

 

Voilà pourquoi je m'excuse sincèrement, car je constate que les deux audios que j'ai envoyé sur le forum ont causé de la confusion, ce qui n'étais pas du tout mon intention. Je suis profondément désolé pour cela.

 

Et je vous mets ici quelques liens qui réunissent ce que de jeunes frères Salafis du Sénégal ont rassemblés comme erreurs sur le Sheikh :

 

 

Bien entendu, pour ce qui est du verdict sur la personne, cela revient aux savants de se prononcer, c'est pourquoi des frères se chargent présentement de contacter les 'Oulamas pour les informer des erreurs présentes.

 

Le Sheikh Loh est en contact avec les 'Oulamas, ils le conseillerons donc aussitôt qu'ils ont pris connaissance de ces erreurs.

 

Puis si le Sheikh Loh (qu'Allah le guide et le couvre de son pardon) revient sur ses erreurs, Al-Hamdoulillah, cela ne fera qu'augmenté son degré, car de revenir à la vérité est un grand mérite pour une personne, qui démontre son humilité et sa modestie.

 

Et c'est ce que je souhaite et c'est également ce que je pense que le Sheikh fera surement In sha Allah.

 

Mais qu'il revienne sur l'erreur ou non, le devoir de mettre en garde contre l'erreur est une obligation qui est indépendante de la suite des évènements...

 

Et cela n'est pas spécifique au Sheikh Ahmad Loh, mais s'applique toute personne qui travaille dans la Da'wah en général, Wallahou A'lam!  

 

Et voici quelques paroles de conseil du Sheikh Mohammad Amaan Al-Jaami, tirées de son livre La croyance Islamique et son histoire (p. 100 à 103) que je cite comme Nasinah pour moi-même, pour le Sheikh Ahmad Loh et pour tous ceux qui sont actifs dans la Da'wah : 

 

(Puis Ibnoul-Qayyim (Rahimahoullah) dit (Que la miséricorde d’Allah soit sur l’Imam Ash-Shaafi’i pour avoir ouvert aux gens cette porte en disant : 

 

(Si d’aimer la famille de Mohammad (Sallallahou 'Alahi wa sallam) est de la religion des Rafidahs, alors que les hommes et les Jinns témoignent que je suis un Raafidi.)

 

Si on suivait et qu’on s’arrêtait pour appliquer sur ceux qui font la Da’wah aujourd’hui la méthode de l’Imam Ibnoul-Qayyim – qu’il a qualifié de « porte ouverte par l’Imam Ash-Shafi’i pour les gens » – on les trouverait différents :

 

Des gens qui appellent à Allah et qui sont éprouvés par toute sorte de nuisances dans le chemin d’Allah, de la même façon que les premiers ont été éprouvés dans la clarification de la vérité et le bon conseil des hommes dans les questions qui concernent leur ‘Aqidah, leur adoration, leur caractère, leur principes et leurs politiques.

 

Jusqu’à ce qu’on leur donne des sobriquets dans le but de faire fuir d’eux les gens, comme les surnoms; Wahhaabiyyah, ou ceux qui amène une religion nouvelle, ou un cinquième Madh-hab… et d’autres sortes de ruses pour faire fuir les gens.

 

Tout cela commença depuis le début de la Da’wah, mais ils ont endurés et sont restés fermes jusqu’à ce qu’Allah leur donne la victoire et que la Da’wah soit entre leur main et qu’elle soit conduite d’une bonne manière et c’est ainsi jusqu’à maintenant.  

Et ceux qui étaient ennemis de cette Da’wah sont devenus ses alliés et la situation à complètement changé.

 

Et je vais mentionner comme exemple, une anecdote qui s’est produite avec un Daa’iyah diplômé de l’université Islamique qui est allé travailler dans un des pays africains, et il y travaille toujours.

 

Je l’ai visité là où il travaille et ce Daa’iyah est très fort dans sa connaissance et dans ce qu’il fait comme travaille.

 

Il a une très bonne connaissance de la science du Hadith, du Tafsir, de la ‘Aqidah et selon ce qui m’a semblé, il était sincère dans sa croyance et dans son attachement à l’Islam.

 

C’est ce que je penses et je ne peux purifier quelqu’un à la place d’Allah.

 

C’est Allah qui le connaît mieux que nous.

 

Ce Daa’iyah asseyait ses étudiants en sciences Islamiques dans son humble demeure et dans la mosquée en plus de son travaille dans l’école.

Il leur enseignait et leur faisait comprendre leur religion.

 

Lorsqu’il a commencé à être de plus de plus en plus connu dans le pays et que les étudiants de sciences Islamiques se tournaient vers lui, les Soufis commencèrent à être embêtés par cela.

 

Et les personnes les plus détestés par les Soufis sont toujours les étudiants en sciences Islamiques, car les Soufis vivent de visites, de cadeaux et ils cherchent à rendre les gens esclaves par toutes sortes de charlatanisme, de prétentions de prodiges et de fêtes de Mawaalid (fêtes de naissance du prophète (Sallallahou 'Alaihi wa sallam) et des soi-disant saints) de même que toutes sortes de trucs courants dans leur vie. Ils se sont donc révoltés contre ce Daa’iyah et se mirent à lui faire du mal et à jeter des nuisances devant sa porte et sur son chemin vers la mosquée.

 

Leur excuse étant qu’il nuit à leur gagne pain et a porté atteinte à leur statut.

 

Ils ont donc porté plainte chez le dirigeant de cette ville – qui était chrétien – et il s’est occupé de l’affaire pour préserver la paix et la sécurité, comme on dit.

 

Le Daa’iyah s’est présenté devant le dirigeant, ainsi que ses opposants parmi les Shouyoukhs Soufis, et la cause à été posée. Le dirigeant a demandé aux Soufis ce qu’ils reprochaient au Daa’iyah ?

 

Ils ont voulu déformer les choses pour lui montrer l’affaire comme étant laide et mauvaise.

 

Ils dirent : Ce Sheikh nous est venu avec une nouvelle religion qui est contraire à notre religion et notre croyance et nous sommes les fidèles des voies Soufies bien connues.

Personne avant celui-ci ne s’était opposé à nous.

Le dirigeant chrétien leur dit :

Où avez-vous étudiez les enseignements de la religion Islamique ?

Ils dirent : Nous avons appris ici dans ce pays et dans les pays avoisinants.

Puis il leur dit : D’où vous vient ce Sheikh avec la nouvelle religion comme vous avez dit ?

Ils dirent : Il nous vient de l’Arabie Saoudite.

Puis le dirigeant dit au Daa’iyah : O Sheikh ! Où as-tu étudié ?

Le Daa’iyah dit : J’ai étudié à Makkah et à Al-Madinah.

Ce Daa’iyah était un élève de l’école Dar Al-Hadith à Makkah, avant l’ouverture de l’université Islamique de Madinah.

Puis il s’inscrit à l’université Islamique de Madinah et en sortie avec un diplôme de la faculté de Shari’ah.

Le dirigeant dit : As-tu un diplôme ?

Il dit : Oui, j’ai un diplôme de l’université de l’université Islamique de Al-Madinah An-Nabawiyyah.

Le dirigeant dit alors aux Soufis : Votre affaire à vous est étrange ! N’est-ce pas que l’origine de votre religion vient de l’Arabie Saoudite, de Makkah et de Al-Madinah ?

Ils dirent : Certes.

Il dit : comment pouvez-vous vous opposez à un savant qui détient un diplôme universitaire en Islam de la ville de votre messager et il vous vient de l’endroit d’où vient la base de votre religion ? Il se mit donc à les réprimander comme ils le méritent.

 

Il est clair que c’est un chrétien et qu’il ne connaît l’Islam que d’une manière générale.

 

Mais étant donné qu’il est éduqué et qu’il comprend qu’il se peut que les Shouyoukhs Soufis possèdent des superstitions qui n’ont aucuns fondements dans l’Islam, comme celles qui sont présentes chez les vieux prêtres dans le christianisme, ceux qui répètent certains rituels qui n’ont pas de fondements dans le christianisme ; comme les superstitions présentes chez certains musulmans, comme on le remarque.

 

Puis il leurs dit, que lui et ses compagnons, en revenant de leurs études en Europe, ont trouvés chez les vieux prêtres des choses qui n’avaient aucune bases dans le christianisme et  je crains que ce même genre de choses soient présentes chez les Shouyoukhs  Soufis.

 

En ce qui concerne votre compagnon, il a étudié et il possède un diplôme, je vous conseille donc d’étudier chez-lui si vous le voulez, sinon, ne vous opposez plus à lui après ce jour.

 

Les Shouyoukhs Soufis furent écrasés et la vérité ainsi que celui qui défend la vérité fut victorieux avec l’aide du dirigeant chrétien, d’une grande victoire à laquelle on ne s’attendait pas.

 

C’est à partir de cet évènement que la voix de la vérité fut élevée dans cette ville et dans les villes voisines.

Cette affaire a eu des échos partout dans le pays et c’est ainsi que la vérité fut victorieuse et que la fausseté fut démolie.

« Allah supportera cette religion par l’homme pervers. »

C’est ainsi que le messager d’Allah (Sallallahou 'Alaihi wa sallam) a dit. Allahou Akbar !  Il est réellement le messager d’Allah !

 

La position du dirigeant chrétien et sa façon de poser les questions eu un grand impact sur la propagation de la Da’wah Salafiyyah et sur la défaite des Soufiyyahs ou du moins, sur la réduction de leur voix, dans plusieurs régions de la république dans laquelle travaillait ce Daa’iyah.

 

La république en question est un des pays les plus en avancé dans la Da’wah, parmi les pays africains jusqu’à maintenant.

 

Je connais d’autres exemples de ce genre, mais je crois que cet exemple est suffisant. C’est un exemple vivant que la bonne conclusion est pour les pieux et que la facilité vient avec la difficulté, comme Allah nous l’a dit. A la fin, la vérité a toujours le dessus et elle n’est jamais en dessous ; et l’aube doit venir, même si la nuit est longue.

 

Les gens qui appellent à Allah n’ont qu’à s’armer de science et de patience et a enduré les difficultés sur le chemin d’Allah, tout en faisant preuve de sincérité envers Allah, la bonne fin sera à eux, car la bonne fin est aux gens qui craignent Allah, et :

 

فَإِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْراً  إِنَّ مَعَ الْعُسْرِ يُسْرا

(Après la difficulté vient, certes, une facilité ! Après la difficulté vient, certes, une facilité!) (Ash-Sharh : 5-6.)

 

Car deux facilitées ne peuvent pas être battu par une difficulté !

 

Malgré qu’il existe également une autre catégorie de  gens qui font la Da’wah et ce sont ceux qui n’ont pas reçu le succès.

 

Ceux qui ont cherché à se faire aimer des gens qu’ils sont venu appeler et guider et ils ont essayés de flatter les Shouyoukhs Soufis, sous prétexte d’utiliser la sagesse et la douceur.

 

Mais cette catégorie de Dou’aat est peu nombreuse par rapport aux Dou’aat qui ont eu du succès dans leur Da’wah comme dans l’exemple mentionné plus tôt.

Et le succès vient d’Allah.

 

Et nos jeunes qui se préparent pour appeler à Allah avec connaissance, et qui s’arment de savoir et de connaissances en se préparant pour ce travail Islamique Salafi consciencieux doivent :

 

-Premièrement :

Travailler fort pour acquérir le savoir et regarder beaucoup dans les livres de la Sounnah et les livres de ‘Aqidah, ainsi que les livres sur la foi.

Sans oublier l’étude des différentes branches de la langue arabe.

 

-Deuxièmement :

Étudier les biographies des Dou’aats (pluriel de Daa’iyah) et des réformateurs du passé et du présent; dans le but de prendre leur direction et de suivre leur exemple dans leurs méthodes de Da’wah et dans leur patience et endurance et dans le fait qu’ils ne se laissaient pas affecter par les mauvais sobriquets qu’on leur donnait pour faire fuir les gens et par lesquels les ennemis de la Da’wah cherchent à éloigner les gens de l’acceptation de la Da’wah.

 

-Troisièmement :

S’écarter des affiliations (Al-Intima’) à différentes Jamaa’ah, groupes, ou mouvements qui prétendent travailler pour l’Islam, dans ce qui apparaît aux gens, alors qu’ils ont d’autres intentions. 

 

L’étudiant en science Islamique ne doit pas se placer comme Daa’iyah pour ces groupes et ces mouvements, travailler pour leur compte et en leur nom et sous leur organisation et leur bannière en accord ou en désaccord avec la Sounnah.

Surtout quand son savoir et sa raison ne sont pas encore mûrs.

Ce genre d’affiliation est un obstacle sur le chemin de la science bénéfique qui est sincère pour Allah Seul.

Ce genre d’affiliation fait parti des choses qui mettent la corruption dans les cœurs et qui détruisent le sens de l’amour en Allah et de la haine en Allah, alors que c’est un sens qui doit être au-dessus de tout entre les musulmans.

 

-Quatrièmement :

L’étudiant en science Islamique doit lutter contre lui-même pour se forcer à avoir la sincérité pour Allah (Al-Ikhlaass) et de rester conscient du fait qu’Allah l’observe et le voit à chaque instant.

Il doit également ne pas chercher la glorification des gens ou chercher leur agrément – car c’est là que se trouve la Colère d’Allah et Son Courroux – en étant d’accord avec eux alors qu’ils pratiquent les Bid’ahs et les superstitions qu’ils pratiquent, sous prétexte d’utiliser la sagesse, comme certains le prétendent.

Et Cela n’a rien à voir avec  la sagesse du tout ; car en résumé, la sagesse est de mettre la douceur là où il faut et de mettre la dureté la où il faut.

 

Il ne faut jamais que l’étudiant de science Islamique oublie que celui dont la glorification embelli et le blâme enlaidit est Allah lui Seul.

 

En ce qui concerne la glorification de la créature, elle ne te profite en rien ; de même que son blâme ne te nuit en rien.

 

Alors que recherches-tu par tes flatteries et tes adulations ?

 

Et je demande a mes frères et soeurs Salafis au Sénégal et ailleurs, de vraiment faire des efforts dans la quête du savoir, de faire preuves de patience dans ce chemin !

 

Et d'agir avec douceur et sagesse !

 

Wa Billahit-Tawfiq

Wa sallallahou 'alaa nabiyyina Mohammad, wa 'alaa Aalihi wa Sahbihi wa sallam.

 

copié de salafisdemontreal.com

 

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود