compteur de visite

Catégories

1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 08:19
Parler durant la prière

Hadith 172 et 173

 

-Mu’aawiya bin Al-Hakam (radhia llahu anhu) a rapporté: Le Messager d’Allah (alayhi salat wa salam) a dit,

 

«Il ne convient pas de parler durant la salat (prière), car la prière consiste uniquement à glorifier Allah, à déclarer Sa Grandeur et à réciter le Qur’an.»

[Rapporté par Muslim]

 

-Zaid bin Arqam (radhia llahu anhu) a rapporté :

 

«Nous avions l’habitude de parler lorsque nous commencions la salat durant la vie du Messager d’Allah (alayhi salat wa salam) et l’un de nous parlait à son compagnon concernant ses besoins dans la prière jusqu’à ce que (ce verset) fut révélé : « Observez strictement les prières, en particulier la prière du milieu ; et tenez vous debout devant Allah avec obéissance, » ensuite on nous ordonna de garder le silence (durant la prière) et on nous interdit de parler.»

[Hadith  accepté. La version est celle de Muslim]

 

Nous apprenons de ces deux ahadith l’interdiction de parler durant la salaah.

Dans les Sahihain se trouve le hadith de ibn Mas’oud : Le Prophète (alayhi salat wa salam) a dit :

 

« Durant la prière, la personne est occupée (avec quelque chose de plus sérieux). »

[Sahih Al Bukhari, le Livre de la Prière, no 1127]

 

Quant au fait de parler durant la salaah, il y a trois situations :

 

-Si une personne parle volontairement, alors sa salaah est invalide en raison des deux ahadith ci-dessus.

 

-Si une personne est ignorante et ne connait pas l’interdiction de parler durant la salaah, alors sa salaah est valide.

 

Cependant, on doit lui dire qu’il n’est pas permis de parler durant la salaah.

 

La preuve que sa salaah est valide est dans le hadith de Mu’awiyah.

Mu’awiyah b. al-Hakam a dit :

 

"Alors que je priais avec le Messager d’Allah (alayhi salat wa salam), un homme éternua.

J’ai dit : Qu’Allah te fasse miséricorde !

Les gens me fixèrent d’un regard désaprouvant, alors j’ai dit : Malheur à moi, pourquoi me fixez vous ainsi ?

Ils commencèrent à frapper leurs mains sur leurs cuisses, et ensuite je les vis m’exhorter à garder le silence (je devins fâché) mais je ne dis rien.

Lorsque le Messager d’Allah (alayhi salat wa salam) termina la prière (et je déclare que je n’ai vu aucun guide avant lui ni après lui donner meilleure instruction que lui pour qui j’aurais donné mon père et ma mère en rançon).

Je jure qu’il ne m’a ni grondé, ni frappé ou injurié mais il m’a dit : Il n’est pas convenable de parler à quelqu’un durant la prière, car elle consiste à glorifier Allah, à déclarer Sa Grandeur, et à réciter le Qur’an ou des paroles à cet effet. "

[Sahih Muslim, le Livre de la Prière, no 1094]

 

Donc il (Mu’awiyah) a parlé ; cependant comme il était ignorant (de cette règle) le Prophète (alayhi salat wa salam) ne lui a pas dit de refaire la salaah, mais plutôt il lui a appris qu’il n’était pas permis de parler durant la salaah.

 

-Si une personne parle non volontairement ou par erreur alors sa salaah est valide.

On ne peut pas dire qu’elle n’est pas valide en raison de la parole d’Allah (subhana wa ta’ala) (traduction rapprochée) :

 

« Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos cœurs font délibérément. Allah, cependant, est Pardonneur et Miséricordieux. » (Al-Ahzab 33:5) 

 

Ibn Abbas a rapporté que le Messager d’Allah (alayhi salat wa salam) a dit:

 

“Allah m’a pardonné ainsi que mon peuple pour (leurs) erreurs et (leurs) distractions…"

[Ibn Majah, Al Bayhaqi et d’autres]

 

Dans le hadith, le mot (inna) est Makhafaf minath thaqila (noun avec shadda).

 

Nous comprenons du hadith de Zayd que le fait de parler durant la salaah était permis au début de l’Islam, puis a ensuite été abrogé.

 

La partie qui dit (haafidhou) indique une obligation de bien observer (préserver) la salaah.

 

Allah (subhana wa ta’ala) a fait l’éloge des croyants qui préservent leur salaah lorsqu’Il a dit (traductions rapprochées) :

 

« Bienheureux sont certes les croyants, » (Al-Mu'minun 23:1) 

« ceux qui sont humbles dans leur Salat, » (Al-Mu'minun 23:2) 

« qui se détournent des futilités, » (Al-Mu'minun 23:3) 

« qui s'acquittent de la Zakat, » (Al-Mu'minun 23:4) 

« et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], » (Al-Mu'minun 23:5) 

« si ce n'est avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; » (Al-Mu'minun 23:6) 

« alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs; » (AlMu'minun 23:7)

« et qui veillent à la sauvegarde des dépôts confiés à eux et honorent leurs engagements, » (Al-Mu'minun 23:8) 

« et qui observent strictement leur Salat. » (Al-Mu'minun 23:9) 

« Ce sont eux les héritiers, » (Al-Mu'minun 23:10) 

« qui hériteront le Paradis pour y demeurer éternellement. » (Al-Mu'minun 23:11) 

 

Parmi les choses dont Allah (subhana wa ta’ala) nous a ordonné d’observer il y a le ayman, Allah (ta’ala) a dit (traduction rapprochée) :

 

« Et tenez à vos serments, Ainsi Dieu vous explique Ses versets, afin que vous soyez reconnaissants! » (Al-Ma'idah 5:89) 

 

De même, Allah a fait l’éloge de ceux qui préservent leurs parties intimes, Allah (ta’ala) a dit (traductions rapprochées) :

 

« et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], » (Al-Mu'minun 23:5) 

« si ce n'est avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; » (Al-Mu'minun 23:6) 

« alors que ceux qui cherchent au-delà de ces limites sont des transgresseurs; » (AlMu'minun 23:7)

 

Le Messager d’Allah nous a ordonné le hifdhullah (être attentif envers Allah).

 

Il (alayhi salat wa salam) a dit, dans le hadith d’Ibn ‘Abbas (radhia llahu anhu) :

 

"Un jour j’étais derrière le Prophète d’Allah et il m’a dit : « Jeune homme, je dois t’enseigner quelques paroles (de conseil) : Sois attentif envers Allah, et Il te protègera. »"

[At-Tirmidhi] 

 

Ce qui est sous-entendu par hifdhullah est le fait de se tenir sur la religion et la shari’ah et ne de pas s’y opposer. 

 

La partie qui dit (was salatil wustaa) se réfère à la prière du ‘Asr.

 

La preuve en est le hadith de Ali ibn Abi Talib ou le Messager d’Allah ‘alayhi salat wa salam) a dit le jour de (la bataille) de Ahzab :

 

"Ils nous ont détourné si bien que nous n’avons pas accompli  la prière du milieu"

c à d, la prière du ‘Asr.

[Sahih Muslim, le Livre de la Prière, no 1314] 

 

La partie qui dit (wa qawmu Allahi qaanitin) signifie l’obligation d’accomplir la salaah obligatoire debout.

 

Il n’est pas permis de faire la salaah obligatoire assis sans une raison légitime, sinon la salaah ne sera pas valide. 

Notes de Bulughul Maraam, Hadiths 167-175, Cours donné par Umm 'Abdillaah Al-Waadi'iyyah le 5 Jumaada Al-Awaal 1426 | 12 Juin 2005
Traduit de l’arabe par Umm ‘Abdir-Rahman Hanim (Haalah) bint Yusuf (Toronto, Ontario, Canada )
Traduit de l’anglais par Oum Aïcha  


Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Partager cet article

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Prière - الصلاة