compteur de visite

Catégories

31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 23:21
Points de manhaj partant du test de ʿAicha رضي الله عنها (vidéo)

Voici de précieux bienfaits sur le manhaj apportés par son éminence Cheikh Muhammad ibn Ramzān al-Hājirī – qu'Allāh le préserve et nous fasse profiter de sa science – durant son commentaire de Kitāb at-Tawhīd du Cheikh Muhammad ibn ʿAbdil-Wahhāb – rahimahullāh – lors de son premier séminaire scientifique de 1431 AH dans la ville d'Agadir au Maroc. 

 

مُعَاذَةُ أَنَّ امْرَأَةً قَالَتْ لِعَائِشَةَ أَتَجْزِى إِحْدَانَا صَلاَتَهَا إِذَا طَهُرَتْ فَقَالَتْ أَحَرُورِيَّةٌ أَنْتِ كُنَّا نَحِيضُ مَعَ النَّبِىِّ - صلى الله عليه وسلم - فَلاَ يَأْمُرُنَا بِهِ . أَوْ قَالَتْ فَلاَ نَفْعَلُهُ

 

Mu’ādha rapporte :

 

Une femme demanda à ʿĀ'icha : « La femme doit-elle rattraper les prières qu'elle n'a pas faites à cause des menstrues ? » 

ʿAicha dit alors : « Es-tu une harūriyyah (de Harūrā, ville d'Iraq) ? Il nous arrivait d'avoir nos menstrues du vivant du Prophète (sur lui la paix et les bénédictions d'Allāh) et il ne nous a jamais ordonné d'effectuer les prières manquées » 

ou elle a dit : « Nous ne les faisions pas. »   

Al-Bukhārī n°321 

bugvu

Points utiles de manhaj que l'on retire de ce hadīth

 

-Harūrā était un village près de Koufā en Iraq, où les kharijites sont apparus pour la première fois. Il s'y trouvait une secte de Khawārij qui considérait que la prière était obligatoire pour les femmes en période de menstruation, et que par conséquent lorsqu'elle était finie elles devaient rattraper les prières manquées. 

 

-Cheikh Muhammad ibn Ramzān Al-Hājirī (qu'Allāh le préserve) a dit : Le Prophète (sur lui la paix et les bénédictions) a éduqué, enseigné et averti sa femme ʿAicha (qu'Allāh soit satisfait d'elle) contre les passions et la fitnah.

On trouve cela dans un autre hadīth recueilli par al-Bukhārī [n°4547]. 

ʿĀicha (qu'Allāh soit satisfait d'elle) a rapporté que le Messager d'Allāh (sur lui la paix et les bénédictions) a récité ce verset (traduction rapprochée) : 

 

{ C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à d'interprétations diverses. Les gens, donc, qui ont au cœur une inclination vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allāh. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent : « Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur ! » Mais, seuls les doués d'intelligence s'en rappellent. } 

 

C'est l'approche des gens de science.

Ils avertissent les gens contre les passions et l'innovation. 

 

-Mettre en garde contre l'innovation et ses gens est croyance et religion, même dans les questions qui ont trait à la purification et aux écoulements exceptionnels. 

 

-Cette femme avait du zèle pour comprendre les choses de sa religion.

C'est l'importance du savoir, c-à-d. le savoir avant l'action.

C'est pourquoi il nous est obligatoire de chercher la connaissance.

La science fondée sur le Qoran, la Sunnah avec la compréhension des Salaf.

Nous adorons donc Allāh avec science, et si nous ne sommes pas sûr de quelque chose, nous revenons aux savants.

En se référant aux savants, on profite de leur compréhension et de leur guidance. 

 

-Avec la parole de ʿĀicha (qu'Allāh soit satisfait d'elle) : « Es-tu une harūriyyah ? », on apprend que parfois on peut juger une personne en se fondant sur l'affiliation.

C'était un des sujets qui avait affecté les Khawārij, conséquemment ʿĀicha (qu'Allāh soit satisfait d'elle) a douté de cette femme, alors elle l'a interrogé afin de connaître sa position sur cette secte égarée, al-Harūriyyah. 

 

-Ce hadith réfute les gens qui s'opposent au fait de classer les gens en groupes et en catégories; sunni et bid’i, salafi et khalafi, etc.

Ce classement s'élabore avec science, preuves, impartialité et Taqwā. 

 

-Ce hadith montre qu'il est indispensable que la personne qui est accusée d'une chose ou à qui on rattache une innovation ou un égarement, s'en innocente.

Elle doit se défendre et expliquer clairement sa vraie position sans détours ni dérobades.

Cela ressemble à ce que la femme a fait en répondant : « Je ne suis pas une harūriyyah »

 

-Bien que cette femme était ignorante elle a été testée sur une question de purification qui est liée à sa prière.

Ces actes d'adoration étaient très cruciaux dans sa vie.

Or bien qu'elle était ignorante à leur sujet, elle savait par contre ce qu'était la secte Harūriyyah.

Elle savait que cette secte était égarée, et s'est donc empressée de s'innocenter de l'appartenance à celle-ci.

Elle l'a fait parce que l'origine de mettre en garde contre les passions et contre l'innovation était une voie et une méthode universelle lors de l'époque où elle vivait.

Les gens de science avertissaient les gens contre les passions.

Partout les gens de science de l'époque parlaient contre les faux groupes.

Ils l'ont fait pour que les gens se méfient de l'égarement et de ses porteurs. 

 

-Ce hadith réfute les gens qui disent que les salafis (Ahl as-Sunnah) ont tort de mettre en garde les gens contre les gens de l'innovation et des passions.

Ils considèrent que les gens de la Sunnah ont tort de faire cela, en prétextant que les gens ont besoin de comprendre la tahara (purification) et la prière… (ndt: au lieu de « perdre du temps » à connaître les sectes et les divers égarements pour s'en prémunir).

Toutes les louanges sont à Allāh, les gens de la Sunnah, les savants et les étudiants en science expliquent les questions importantes et nécessaires aux gens pour leur religion.

De plus, ils mettent en même temps en garde les gens contre les passions, car les passions ont un effet dangereux sur les gens. 

 

Traduit en anglais par Abu Aaliyah Abdullah ibn Dwight Battle Sr; Doha, Qatar 1432. 

copié de albasyrah.over-blog.com

Cheikh Mohammad Ibn Ramzân Al-Hadjiri - الشيخ محمد بن رمزان الهاجري

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح