compteur de visite

Catégories

16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 16:31
Questions - réponses sur la hijra (vidéo)

Question :

 

Votre éminence, Cheikh, il s'avère que les États actuels sont régis par des conventions qui représentent un véritable obstacle à la hijra pour de nombreux musulmans et s'ajoute à cela des moyens très réduits pour l'accomplir, avec un manque de travail et de logements.

 

Commettent-ils des péchés dans ce cas-là ?

 

Réponse :

 

Il s'avère qu'un État restreint ou empêche (ces personnes) de sortir de leur pays et qu'il n'y a pas d'autres possibilités ni aucune alternative, alors la personne est excusée dans cette situation…

 

La personne est excusée jusqu'à ce que disparaisse cette interdiction, aussitôt cette interdiction levée, elle devra partir (faire la hijra).

 

Par contre, l'intention doit demeurer intacte et doit être toujours présente, ainsi que l'animosité envers les mécréants, éprouver de la répulsion pour ce qu'ils sont, car ceci est obligatoire.

 

L'intention d'accomplir la hijra quant à elle, doit être doit être toujours présente, ainsi dès que tu en as la capacité tu le fais et à Allah (qu'il soit exalté) dit (traduction rapprochée) :

 

« Craignez Allah, donc autant que vous pouvez… » (Sourate At-Taghabun verset 16)

Question :

 

Votre éminence, Cheikh, une personne demande :

 

« je suis un musulman né dans un pays de mécréants et je possède aussi leur nationalité, m'est-il autorisé de vivre parmi eux ?

 

Car j'ai entendu dire que les oeuvres du musulman vivant parmi les mécréants, telles que la prière et les autres bonnes actions, sont suspendues jusqu'à ce que le musulman émigre vers un pays islamique »

 

Réponse :

 

Allah (qu'il soit exalté) dit (traduction rapprochée) :

 

« Craignez Allah, donc autant que vous pouvez… » (Sourate At-Taghabun verset 16)

 

Ainsi, si tu es dans la capacité d'émigrer vers les pays des musulmans, alors cela devient pour toi une obligation.

 

Tu te dois de prendre cette initiative.

 

Par contre, si tu n'en a pas la capacité, tu es alors excusé et par conséquent, tu es comparable à ceux (d'entre les musulmans) qui sont impuissants et ne peuvent pas le faire.

 

Cependant, tu te dois d'essayer et répéter cette initiative autant que possible pour quitter le pays des mécréants, et dès que cela deviendra réalisable, alors n’y demeure plus.

 

الإقامة في بلاد الكفار

 فضيلة الشيخ ، يقول : أنا مسلم مولود في بلاد الكفار وأحمل جنسيتهم ، هل يجوز أن أقيم بينهم ، وقد سمعت أن عمل المسلم من صلاة وغيرها معلق ما دام بين الكفار حتى يخرج إلى بلاد الإسلام ؟

Question :

 

Votre éminence, qu’Allah prolonge notre bienfaisance, une personne demande :

 

« La personne qui meurt dans un pays de mécréants, se rappelle également ressuscité avec les mécréants le jour de la résurrection ? »

 

Réponse :

 

Allah seul détient la connaissance de ce que renferme son intention et la raison de son empêchement (excuse).

 

Allah seul sait.

 

Cependant, s’il a fait ce choix de vie, s’il a fait le choix de vivre parmi eux, et que leur façon de vivre à déteint sur lui de sorte qu'il la préfère à celle des pays des musulmans, alors un grand danger que sur lui, un danger pèse sur lui et il sera ressuscité avec eux.

Question :

 

Votre éminence, qu’Allah prolonge notre bienfaisance, une personne demande :

 

« Quels sont les adorations les plus méritoires pour celui qui vit dans un pays de mécréants, rechercher la science ou émigrer vers un pays islamique ? »

 

Réponse :

 

Dans un pays de mécréants, on ne peut pas y demander la science (apprendre les sciences religieuses).

 

La science se trouve dans les pays islamiques.

 

La personne émigre pour concrétiser la hijra, pour protéger sa religion de l'adversité et aussi pour demander la science.

Question :

 

Votre éminence Cheikh :

 

«Fait-il parti des situations que vous avez évoquées, (c’est-à-dire les cas permettant d'aller dans un pays de mécréants), le fait d'aller étudier science de ce bas monde comme ceci est évoqué dans le hadith de Djarir (qu’Allah soit satisfait de lui) ? »

 

Réponse :

 

Le sens visé (par ce hadith) est l'apprentissage de la science de ce bas monde, quant à l'apprentissage de la religion (‘ilm char’i) on ne peut pas l’apprendre dans un pays mécréants !

 

On ne va pas demander cette science d'un pays de mécréants, ceci qui n'est pas permis.

 

On ne peut qu’y étudier une science de ce bas monde, telles que l'architecture, la médecine, les techniques d'armement, l'apprentissage des armes… Etc.

 

Ce ne sont que les sciences de ce bas monde qui peuvent être sollicitées chez les mécréants s’il s'avère qu'elles sont éventuellement manquantes chez des pays des musulmans.

 

Par contre, il n'est pas permis d'apprendre la religion dans un pays de mécréant, et encore moins de prendre cette science auprès d’eux.

 

Il n'y a pas de pire choix causant la perdition des musulmans, que celui d'avoir confié aux moustashirquines (occidentaux qui ont bien appris l'arable) l'apprentissage des sciences de la religion pour leurs enfants.

 

Ces gens-là sont même parvenus à les faire douter dans leur propre religion et dans leurs propres croyances. Ceci n'est pas permis.

Question :

 

Votre éminence, qu’Allah prolonge notre bienfaisance, une personne demande : « je suis un étudiant à l'université (islamique), ma famille réside dans un pays de mécréants et il m'arrive d'y voyager durant les vacances d'été pour garder les liens du sang (rendre visite à ma famille) et être au service de mes parents.

 

Quel est donc le jugement relatif à cela ? »

 

Réponse :

 

Il n'y a pas de mal à cela, cependant…

 

À la condition que tu veilles à accomplir la hijra avec tes parents, s'ils sont musulmans.

 

Tu dois veiller à émigrer avec autant que possible.

 

Si tu as la capacité d'émigrer et que tu l’as délaissé alors tu es sous le coup de la menace (châtiment d’Allah), mais si ce n'est pas le cas alors tu es excusé.

Question :

 

Votre éminence, qu’Allah prolonge notre bienfaisance, une personne demande : « quel est le sens du terme : « je me désavoue » dans la parole du prophète صلى الله عليه وسلم     : « je veux désavoue de tout musulman qui s'installe au sein des polythéistes » ? »

 

Réponse :

 

Il s'agit d'une menace, ceci est une menace… Cela représente une menace.

 

Ce fait ne veut pas dire que la personne a mécru parce qu'elle s'est installée au sein des polythéistes, mais qu'elle vient de commettre un interdit qui est puni par un châtiment douloureux à l'exemple de sa parole : «c'est lui qui a fait telle chose n’est plus des nôtres».

 

Ceci veut dire qu'il est sous le coup de la menace et non pas qu'il a mécru.

Question :

 

Votre éminence, qu’Allah prolonge notre bienfaisance, une question relative à une femme qui réside en Europe, elle questionne sur le fait d’émigrer (faire al- hijra) d’un pays de mécréance vers l'un des pays musulmans sans tuteur.

 

Est-ce que cela lui est permis ?

 

Réponse :

 

Oui, mais il s'agit là d'une exception relative à la condition qu'il impose la présence d'un tuteur pour la femme et qui lui permet de voyager sans tuteur dans l'unique but d’émigrer comme l'ont fait certaines femmes au temps du prophète صلى الله عليه وسلم     lorsqu'elles ont été la Mecque sans tuteur, car ceci repose sur le principe de la nécessité.

 

Un texte a été également rapporté à ce sujet.

 

En dehors de ce cas, la présence d'un tuteur est obligatoire.

-Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Je me désavoue de tout musulman qui s'installe parmi les polythéistes, ils ne doivent pas apercevoir le feu de camp l'un de l'autre. »

 

-Ibn Al-Qasim dit :

 

« J’ai entendu dire que l'imam Malik a dit : « il n'est permis à personne de résider sur une terre où les salafs (pieux prédécesseurs) sont insultés »

 

-L’Imam As-San’ani dit dans Subul-us-Salam après la mention du hadith :

 

« je suis loin de tout musulman qui établit un résident parmi les mécréants »

 

« le hadith est la preuve de l'obligation de faire al-hijra de tous les pays de mécréants et non juste de Mecca.

C'est l'avis de la majorité des savants. »

 

-L’Imam An-Nawawi a dit :

 

« si le musulman est faible alors qu'il réside sur une terre de kufr et qu'il n'est pas capable de montrer extérieurement et exercer sa religion, alors il lui est interdit d'y résider.

En fait, il est obligé de migrer vers une terre d'islam.

Et il n'est pas capable de le faire, il est excusé jusqu'à ce qu'il en ait la capacité. »

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Emigration - الهجرة