compteur de visite

Catégories

1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 15:18
Se marier en ayant l’intention de divorcer (audio)
Question :
 
Certains musulmans voyagent pour étudier ou pour un autre but vers l'étranger, lui serait-il permis de se marier ayant l'intention de divorcer après ?
 
Et quelle est la différence en ce mariage et le mariage dit Mot'a (mariage temporaire pour une période stipulée) ?
 
Prière d'expliquer ce sujet, puisse Allah vous procurer le succès.

Réponse de Cheikh Ben Baz :
 
Le mariage à l'étranger comporte beaucoup de risques et de grands dangers.

Il n'est permis de voyager à l'étranger qu'avec certaines conditions importantes, car le voyage à l'étranger encourt le risque de la mécréance et des  péchés tels que la consommation de l'alcool, l'adultère et d'autres Maux.

C'est la raison pour laquelle les Oulémas ont parlé de l'interdiction du voyage au pays des mécréants.

En application de la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم : 


"Je désavoue tout musulman qui s’installe au sein des polythéistes"

Ce qui fait que la résidence entre eux est très dangereuse que cela soit pour le tourisme, les études, le commerce, etc.

Ces voyageurs-là des étudiants des cycles secondaire, moyen ou universitaire courent un grand risque.

A cet effet, le devoir du gouvernement - Puisse Allah leur procurer le succès- serait de leur assurer les études à l'intérieur du pays sans leur donner l'autorisation de voyager vu les dangers qui en découlent.
 
D'ailleurs, le résultat en a été différentes formes d'apostasie, et de tolérance quant aux péchés, tels que l'adultère, la consommation de l'alcool, et pire encore la négligence de la prière.

Beaucoup de gens ayant connu l'état de ceux qui voyage à l'étranger le sait, sauf ceux qu'Allah couvre de Sa miséricorde et qui sont peu nombreux.

Le devoir imposerait alors de leur interdire de voyager à l'étranger sauf les hommes connus par leur forte religion, leur foi, leur savoir et bonté si cela est dans le but de diffuser la religion et la prédication à Allah ou la spécialisation dans des affaires bénéfiques pour l'Etat musulman.
 
De plus, le voyageur connu pour son savoir, sa bonté et sa foi doit se tenir droit afin d'appeler à Allah par clairvoyance et apprendre ce qui a été le but de sa mission.

Il est possible de faire l'exception des sciences nécessaires dont il n'y a pas de spécialistes pour les fournir à l'intérieur du pays et qu'il n'est pas aisé d'en faire ramener des professeurs, et que le missionnaire soit de bonne religion, de bonne foi, et du bon savoir et bonté comme expliqué précédemment.
 
Or, le mariage avec l'intention du divorce comporte une divergence d'opinion entre les Oulémas.

Certains, l'ont blâmé tel que Al-Awza'î (Qu'Allah l'ait dans Sa miséricorde) et un autre groupe qui ont dit qu'il ressemble au mariage dit Mot'a et donc il ne lui est pas permis de se marier en ayant l'intention de divorcer selon leur opinion.

Par contre, la majorité des Oulémas ont eu tendance comme l'a dit Al-Mowaffaq Ibn Qodâma (Qu'Allah l'ait dans Sa miséricorde) dans son ouvrage" Al-Moghnî" (Le suffisant) que ce mariage est permis si l'intention reste secrète entre lui et Allah uniquement sans prendre la forme de condition à l'acte du mariage.

Comme en cas de voyage pour les études ou le travail en craignant la débauche, il lui est permis de se marier même avec l'intention du divorce après la fin des sa mission.

D'ailleurs, c'est la plus probable si l'intention est secrète entre Allah et lui sans condition ni prévention de l'épouse ou de son Wali mais uniquement Allah et lui qui le savent.
 
La majorité des Oulémas n'y voient pas de mal comme précité et que cela n'est pas comparable au mariage dit Mot'a; car l'intention est entre Allah et lui, sans l'existence de condition préalable au mariage.
 
Or, le mariage dit Mot'a comporte la condition de durée du mariage (un mois, deux mois, un an ou même deux ans) entre lui et la famille de l'épouse.
 
C'est le mariage dit Mot'a et est interdit par le 'Idjmâ', et personne ne l'a toléré sauf les Râfidhites.
 
Ce mariage a été permis aux débuts de l'Islam, puis abrogé et interdit par Allah jusqu'au Jour de la Résurrection comme l'attestent les Hadiths authentiques d'après le Prophète صلى الله عليه وسلم.
 
Par contre, dans le cas où un homme se marie dans un pays des mécréants, pour les études ou le travail (tel que l'ambassadeur) ou pour d'autres conditions, ce mariage lui est permis s'il a préalablement l'intention du divorce, en cas de volonté de retour à son pays, si cette personne craint la débauche.

Néanmoins, il est préférable de ne pas avoir recourir à cette intention par mesure de prudence et crainte pour la religion et pour sortir de la divergence des Oulémas.

Egalement, s'il n'y a pas besoin ; puisque l'homme a le droit de divorcer s'il y juge un intérêt même s'il ne l'a pas signalé avant le mariage.

(Numéro de la partie: 5, Numéro de la page: 42/43)

copié de alifta.net

 

حكم السفر إلى الخارج للدراسة وغيرها، وحكم الزواج بنية الطلاق

س3: بعض المسلمين يسافرون للدراسة وغيرها إلى الخارج، فهل يجوز له أن يتزوج بنية الطلاق؟ وما الفرق بينه وبين زواج المتعة ؟ أرجو توضيح هذا الأمر وفقكم الله.

جـ3 : الزواج في الخارج فيه ضرر عظيم وخطر كبير، فلا يجوز السفر للخارج إلا بشروط مهمة؛ لأن السفر للخارج يعرضه للكفر بالله ويعرضه

للمعاصي من شرب الخمر وتعاطي الزنا وغير هذا من الشرور. ولهذا نص العلماء على تحريم السفر إلى بلاد الكفار عملا بقول النبي صلى الله عليه وسلم:  أنا بريء من كل مسلم يقيم بين المشركين  ، فالإِقامة بينهم خطيرة جدا سواء كانت للسياحة أو للدراسة أو للتجارة أو غير ذلك. فهؤلاء المسافرون من الطلبة من الثانوي والمتوسط أو للدراسة الجامعية على خطر عظيم والواجب على الدولة - وفقها الله - أن تُؤمِّن لهم الدراسة في الداخل وليس لها أن تسمح لهم بالسفر إلى الخارج لما فيه من الخطر العظيم

وقد نشأ عن ذلك شر كثير من الردة والتساهل بالمعاصي من الزنا وشرب الخمور وأعظم من ذلك ترك الصلوات، كما هو معلوم عند من سبر أحوال من يسافر للخارج إلا من رحم الله منهم وهم القليل. فالواجب منعهم من ذلك وأن لا يسافر إلا الرجال المعروفون بالدين والإِيمان والعلم والفضل إذا كان ذلك للدعوة إلى الله أو التخصص لأمور تحتاجها الدولة الإِسلامية

وعلى المسافر المعروف بالعلم والفضل والإِيمان واجب الاستقامة حتى يدعو إلى الله على بصيرة ويتعلم ما بعث من أجله، وقد يستثنى من ذلك ما يضطر إليه من العلوم وليس له من يدرسه ولا يتيسر استقدام من يدرسه، وأن يكون المُبْتَعَث ممن عرف بالدين والإِيمان والعلم والفضل كما ذكرنا آنفا

أما الزواج بنية الطلاق ففيه خلاف بين العلماء، منهم من كره ذلك كالأوزاعي رحمه الله وجماعة وقالوا إنه يشبه المتعة فليس له أن يتزوج بنية الطلاق عندهم. وذهب الأكثرون من أهل العلم كما قال الموفق ابن قدامة رحمه الله في المغني إلى جواز ذلك إذا كانت النية بينه وبين ربه فقط وليس بشرط، كأن يسافر للدارسة أو أعمال أخرى وخاف على نفسه فله أن يتزوج ولو نوى طلاقها إذا انتهت مهمته، وهذا هو الأرجح إذا كان ذلك بينه وبين ربه فقط من دون مشارطة ولا إعلام للزوجة ولا وليها بل بينه وبين الله

فجمهور أهل العلم يقولون لا بأس بذلك كما تقدم وليس من المتعة في شيء؛ لأنه بينه وبين الله، ليس في ذلك مشارطة

أما المتعة ففيها المشارطة شهرا أو شهرين أو سنة أو سنتين بينه وبين أهل الزوجة أو بينه وبين الزوجة. وهذا النكاح يقال له نكاح متعة وهو حرام بالإِجماع ولم يتساهل فيه إلا الرافضة

وكان مباحًا في أول الإِسلام ثم نسخ وحرمه الله إلى يوم القيامة كما ثبت ذلك في الأحاديث الصحيحة عن النبي صلى الله عليه وسلم

أما أن يتزوج في بلاد سافر إليها للدراسة أو لكونه سفيرا أو لأسباب أخرى تسوِّغ له السفر إلى بلاد الكفار فإنه يجوز له النكاح بنية الطلاق إذا أراد أن يرجع كما تقدم إذا احتاج إلى الزواج خوفا على نفسه. ولكن ترك هذه النية أولى احتياطا للدين وخروجًا من خلاف العلماء، ولأنه ليس هناك حاجة إلى هذه النية؛ لأن الزوج ليس ممنوعًا من الطلاق إذا رأى المصلحة في ذلك ولو لم ينوه عند النكاح

(الجزء رقم : 5، الصفحة رقم: 43 42)

Sans titre 1-copie-5

 

Question :

 

Est-il permis de se marier avec l’intention de divorcer ?


Réponse de Cheikh As-Souhaimy:

 

Le mariage avec l’intention de divorcer est un mariage temporaire (mout’a) comme le mariage temporaire des rafidas, c’est interdit.

 

Même si certains ont dit que c’était permis, ils n’ont aucune preuve.

 

Et le péché revient à celui qui est au courant de cela.

 

Quant à la femme, elle n’a pas de péché, sauf si elle était au courant, dans ce cas elle s’associe à lui dans le péché.

 

Et je ne vois pas de différence entre cela et la fornication.

 

copié de daralhadith-sh.com

Sans titre 1-copie-5

 

Question :

 

Il est devenu courant au sein de la jeunesse, de voyager hors du pays dans le but de se marier avec l'intention de divorcer.

 

Le mariage est l'objectif du voyage et ce, en s'appuyant sur une Fatwa à ce sujet.

 

Cependant, de nombreuses personnes ont mal compris cette Fatwa.

 

Quel est l'avis religieux à ce sujet ?

 

Réponse des savants de l'Ifta:

 

Le mariage avec l'intention de divorcer est un mariage temporaire et ce dernier est nul car il est dit Mout`a (المؤقت - mariage temporaire pour une période stipulée) et la "Mout`a" est illicite et ce, à l'unanimité (des savants).

 

Le mariage valable consiste à se marier en aspirant à la pérennité conjugale et la continuité et si l'épouse convient et qu'elle est compatible on restera avec elle sinon on la divorcera.

 

En effet, Le Très-Haut a dit (traduction rapprochée):

 

"Alors, c'est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse." (sourate al-baqara verset 229)

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La Fatwa numéro ( 21140 )

(Numéro de la partie: 18, Numéro de la page: 449)

copié de alifta.com

 

س: انتشر بين أوساط الشباب السفر خارج البلاد للزواج بنية الطلاق، والزواج هو الهدف في السفر استنادًا على فتوى بهذا الخصوص، وقد فهم الكثير من الناس الفتوى خطأ، فما

حكم هذا؟

ج: الزواج بنية الطلاق زواج مؤقت، والزواج المؤقت زواج باطل؛ لأنه متعة، والمتعة محرمة بالإجماع، والزواج الصحيح: أن يتزوج بنية بقاء الزوجية والاستمرار فيها، فإن صلحت له الزوجة وناسبت له وإلا طلقها، قال تعالى: /403 L2 L229 L229 /403 فَإِمْسَاكٌ بِمَعْرُوفٍ أَوْ تَسْرِيحٌ بِإِحْسَانٍ

وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم.

الفتوى رقم - 21140

(الجزء رقم : 18، الصفحة رقم: 449)

Sans titre 1-copie-5

 

Les savants de Lajnah ad-Dâ-îma - dont à leur tête SHeikh ‘Abdel-‘Azîz Âli ash-SHeikh, et comme membres SHeikh Sâlih al-Fawzân, SHeikh ‘Abdullâh Ibn Ghoudayân - ont dit que le mariage avec intention de divorce est un mariage temporaire, et le mariage temporaire est caduc, car c’est un mariage de jouissance.

 

Et le mariage de jouissance a été interdit selon l’unanimité des savants.

 

Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 18/449

 

Sans titre 1-copie-5

 

SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn رحمه الله a dit que le mariage avec intention de divorce ne peut faire l’objet que de deux situations :

 

- Soit il dispose dans le contrat de mariage la mention faisant référence au fait qu’il se marie pour un mois, ou un an, ou jusqu’à la fin de ses études, et cela est considéré comme un mariage de jouissance, ce qui est interdit.

 

- Soit il a l’intention de se marier de la sorte sans stipuler de conditions.

 

L’avis bien connu chez les Hanbalites est que cela est interdit et que le contrat de mariage est caduc.

 

Car ils disent que l’intention est semblable à la condition, parce que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Les actions ne valent que par les intentions et chacun n’a pour lui que ce qu’il a eu réellement l’intention de faire. »

 

Certains parmi les gens de science ont vu la permission à l’étudiant qui séjourne à l’étranger et à l’exemple d’eux, d’appliquer ce type de mariage avec une intention de divorce, car il n’est pas conditionné.

 

Et la différence entre le mariage de jouissance et ce mariage temporaire – selon eux - est que le mariage de jouissance, lorsque le temps est écoulé, le divorce se fait obligatoirement.

 

Alors que pour le mariage avec intention de divorce, il est possible pour l’homme de rester s’il le souhaite, avec la femme.

 

Et cela est l’un des deux points de vue du SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah qui a divergé dans l’une de ses paroles : une fois il l’a permis et une autre fois il l’a interdit.

 

Mon avis – dit SHeikh Ibn ‘Uthaymîn – est que ce mariage avec intention de divorce est authentique car ce n’est pas un mariage de jouissance, les conditions connues du mariage de jouissance ne s’y appliquent pas.

 

Ceci dit, ce type de mariage est interdit car c’est de la tromperie à l’égard de la femme et de sa famille.

 

Certes, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a interdit la tromperie et la ruse.

 

Car si la femme savait que cet homme souhaitait juste se marier avec elle pour un temps déterminé, elle n’accepterait pas cela, tout comme sa famille.

 

De même que cet homme n’accepterait pas que sa fille se marie avec une personne, qui après avoir fait ce qu’il voulait, la divorce comme cela.

 

Comment cet homme peut-il accepter pour une autre personne ce qu’il n’accepterait pas pour lui-même ?

 

Cela contredit le principe de foi que le Prophète صلى الله عليه وسلم a mentionné :

 

«Nul d’entre vous ne sera véritablement croyant que quand il aimera pour son frère ce qu’il aime pour lui-même. »

 

J’ai certes entendu – nous dit SHeikh – que certaines personnes prennent ce dire faible afin de faire ce que pas un seul ne devrait accepter, au point que certains ne vont dans d’autres pays que dans le but de se marier avec une femme, et ils restent avec elle autant qu’Allâh le veut, pour le temps qu’ils s’étaient donné de rester avec elle, et puis rentrent.

 

Ceci encore est une grave erreur sur ce point, et la fermeture de cette porte est préférable à la tromperie, la ruse et la duperie auxquelles se donnent les gens en laissant cette porte ouverte. Les gens sont certes ignorants et le plus grand nombre d’entre eux ne s’interdisent pas le suivi des passions et désirs qui transgressent les limites d’Allâh.

 

Fatâwa al-Mar’a al-Mouslima - SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, p.757-758 - Ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-’Uthaymîn, 12/184-185

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh Salih Ibn Sa'ad As-Souhaimy - الشيخ صالح بن سعد السحيمي

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

 Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق