Combien ton père a-t-il supporté pour toi ?! (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Combien ton père a-t-il supporté pour toi ?! (audio)

Je voudrais faire référence à un sujet auquel peu de gens prêtent attention dans le chapitre des moralités et plus particulièrement celui des interactions du petit (jeune) avec le grand (plus âgé) ou bien l'enfant avec le parent.

 

Il ne vous aura pas échappé, surtout à notre époque, la multitude de maladies ayant des répercussions sur le comportement.

 

Par exemple, la baisse du (taux de) sucre, ou son augmentation, ou encore la pression sanguine, ou bien les carences en vitamines dans le corps.

 

Ces choses-là, lorsque la personne en est éprouvée et affectée, elles impactent son comportement parce qu'elle est en elle-même éreintée par la maladie.

 

Sa maladie lui cause contrariété et anxiété.

 

La moindre chose la fait s'irriter hâtivement et s'emporter facilement.

 

Cela n'est pas dû à un caractère intrinsèque mais c‘est à cause des effets de la maladie dont elle souffre.

 

Dès lors, si l'enfant n'applique pas une telle chose, qu‘il ne fait pas miséricorde à son parent concernant sa maladie, sa souffrance et ce dont il pâtit...

 

Il se peut que son parent s'énerve et que sa colère soit exacerbée à cause de son état de santé et des médicarnents qu'il prend.

 

Et il peut manquer de concentration dans l'interaction.

 

Si son enfant ne lui fait pas miséricorde et qu'il ne se montre pas clément et affectueux envers lui de façon à désamorcer la situation afin que son parent se calme et s'apaise.

 

Auprès de qui le parent va-t-il obtenir ce traitement si même son propre enfant, la prunelle de ses yeux, ne le lui accorde pas ?

 

Auprès de qui d'autre va-t-il le trouver ?

 

Et beaucoup d'enfants sont inattentifs à cet aspect.

 

Car chez certains parents, en particulier lors de la vieillesse, cet aspect-la s'ébranle chez eux, l'aspect comportemental, en raison de la vieillesse, de la faiblesse, des maladies.

 

Il est en souffrance.

 

Alors parfois, il devient rude, dur, brutal dans ses propos.

 

C'est pour cela que dans les textes (la révélation), l'injonction (du bon traitement) envers les parents porte sur le stade de la vieillesse, laquelle est un état bien particulier.

 

(traduction rapprochée)

 

"Si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : "Fi !"" (sourate Al-isrâ' verset 23)

 

Car l'Homme, lorsque ses parents atteindront la vieillesse, verra des choses qui relèvent de l'incidence de la vieillesse, de la maladie, de la fatigue.

 

Qu'il ne maugrée donc pas, et qu'il ne rechigne pas non plus.

 

Plutôt, il traite son parent noblement.

 

Qu'est-ce qui l'y aidera ?

 

Le fait de regarder l'historique favorable, la bienfaisance considérable et l'obligeance antérieure.

 

Il regarde ces antécédents et ne regarde pas cet instant durant lequel son parent, souffrant de l'intensité de la vieillesse, la maladie et la faiblesse, fait preuve de dureté à l'égard de son enfant qui ne le supporte.

 

Ceci est une grave erreur.

 

Dans pareil cas, l'enfant est alors éprouvé par la désobéissance filiale, le délaissement de ses parents et de la bienfaisance envers eux durant leur vieillesse.

 

Et certains disent : "Moi je ne supporte pas mon père."

 

Comment cela tu ne supportes pas ?!

 

Combien ton père a-t-il supporté pour toi ?

 

Et combien ta mère a-t-elle supporté pour toi ?

 

Ainsi, ceci fait également partie de la piété et de la bienfaisance, et parmi les moyens pouvant aider, le fait que la personne regarde l'historique et les nombreux mérites puis les fasse intercéder (en faveur de son père).

 

Sur le site de Cheikh (autour de 25')

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Publié dans Famille - أهل

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :