Les conditions que doit réunir le tuteur lors du contrat du mariage

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les conditions que doit réunir le tuteur lors du contrat du mariage

Question :

 

Ahsana Llâh ilaykum Shaykhanâ, une soeur dit :

 

Quelles sont les conditions que doit réunir le tuteur lors du contrat du mariage ?
Notamment lorsque ce dernier n'est pas un mahram de la soeur à marier.

 

Bâraka Llâhu fîkum ô Shaykh.

 

Réponse :

 

1. La raison.

 

2. La puberté.

 

3. La liberté [ne pas être esclave].

 

4. La masculinité [être un homme].

 

5. Être de la même religion.

 

En effet, le mécréant ne peut être le tuteur d'une musulmane, même si celle-ci est sa fille.Tout comme le musulman ne peut être le tuteur d'une mécréante, conformément à la parole du Très-Haut (traduction rapprochée) :

 

{ Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. (...) } At-Tawba, v. 71

 

6. La droiture.

 

Ici, cela veut dire : la capacité à distinguer l'homme qui convient [à la femme], et à connaître les intérêts du mariage.

 

Et dans le cas où le tuteur légal refuse [ou empêche] le mariage, alors l'avis prépondérant que les fuqahâ° émettent est que la tutelle se transfère à celui qui vient après le tuteur principal [dans l’ordre des tuteurs légaux de la femme].

 

Quant au fait de recourir à la tutelle du gouverneur [musulman] en la présence de tuteur légal, cela n'est alors pas possible, car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Le gouverneur est le tuteur de celui qui n'a pas de tuteur. »

Rapporté par At-Tirmidhî et authentifié par Al-°Albânî.

 

Aussi, celui qui est le plus en droit de marier la femme c'est son père, puis son grand-père, puis son fils, puis son frère de sang [né des mêmes parents], puis son frère [du même père], puis le plus proche suivant l'ordre de priorité, comme cela fut détaillé par les fuaqahâ.

 

Et il y en a même parmi eux [ les fuqahâ° ], ceux qui font précéder son fils pubère, avant son père ; et c'est l'avis de Mâlik ibn Anas  رحمه الله.

 

Traduit par Zayneb Amara - Corrigé par Bintu Zahir حفظهما الله

Publié par la chaîne Telegram - le groupe Q/R entre soeurs

 السؤال : [ما هي الشروط التي ينبغي أن تتوفّر في الولي في عقد النكاح ؟ و لا سيّما إذا كان الولي ليس محرما للأخت التي تريد الزواج.]

الجواب: 1/ العقل. ... 2/ البلوغ. ... 3/ الحرية. ... 4/ الذكورة. ... 5/ اتحاد الدين، فلا ولاية لكافر على مسلمة ولو كانت ابنته، ولا ولاية لمسلم على كافرة، لقوله تعالى

وَالْمُؤْمِنُونَ وَالْمُؤْمِنَاتُ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاء بَعْضٍ {سورة التوبة: 71}

6/ الرشد، وهو هنا: القدرة على معرفة الكفء ومصالح النكاح، وإذا عضل الولي موليته فالراجح من أقوال الفقهاء أن الولاية تنتقل إلى الولي الأبعد، وأما السلطان فلا تنتقل إليه الولاية مع وجود ولي، لقوله صلى الله عليه وسلم

السلطان ولي من لا ولي له

رواه الترمذي وحسنه وصححه الألباني
ثم إن أحق الأولياء بتزويج المرأة أبوها ثم جدها ثم ابنها فالأخ الشقيق فغير الشقيق ثم الأقرب فالأقرب على تفصيل عند الفقهاء، ومنهم من قدم ابنها البالغ على أبيها وهو مذهب مالك بن أنس رحمه الله تعالى

المصدر: قناة اللآلئ الحسان لحفظ فتاوي الشيخ طلعت زهران
https://t.me/Ellalilhissan/31117

Cheikh Tal'at Zahran - الشيخ طلعت زهران

Partager cet article

Le transcripteur de la science bénéfique

Publié le par 3ilm.char3i

Le transcripteur de la science bénéfique

D'après Abî Hurayra رضي الله عنه, il dit : le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Lorsque le fils d'Âdam meurt, ses œuvres s'interrompent sauf trois :

une aumône perpétuelle,

une science de laquelle on tire profit,

ou un enfant pieux qui invoque pour lui"

rapporté par Muslim.

 

[...]

 

Al Hâfidz a dit :

 

Le transcripteur de la science bénéfique, obtient sa propre récompense et la récompense pour celui qui la lit, la transcrit ou la met en pratique après lui par ce qui aura perduré de ses écrits et mises en pratique, en vertu de ce hadith et ses semblables.

 

Et le transcripteur de celle qui n'est pas bénéfique, fait partie de ceux dont le péché le rend forcément coupable, ainsi que le péché pour celui qui la lit, la transcrit ou la met en pratique après lui par ce qui aura perduré de ses écrits et mises en pratique, en vertu des ahâdith précédemment évoqués :

 

"quiconque instaure une bonne ou une mauvaise tradition"

 

Et Allâh est Le Plus Savant.

 

At-tarhîb wa t-targhîb 62/1 (numérotation selon édition)

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cliquez pour agrandir

الترغيب والترهيب للحافظ المنذر ٦٢/١
باب الترغيب في سماع الحديث وتبليغه ونسخه والترهيب من الكذب على رسول الله ﷺ, حديث رقم ٧

Cheikh Al-Moundhiri - الشيخ المنذري

Partager cet article

Savoir quand parler et savoir quand se taire

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Savoir quand parler et savoir quand se taire

Parmi les comportements relatifs aux assises et aux dialogues, il y a le fait de savoir quand parler et quand se taire.

 

Il ne fait pas partie du bon comportement, ni de ce qui t'est profitable, de parler d'un sujet en présence d'une personne qui est spécialisée dans celui-ci.

 

Comme celui qui parle au sujet du Halâl (licite) et du Harâm (illicite) dans une assise où se trouve un savant alors que lui n'en n'est pas un, ou comme celui qui parle au sujet de la médecine dans une assise où se trouve un médecin alors que lui n'en est pas un.

 

Dans une telle situation, prête attentivement l'oreille et profite, et ne dévoile pas ta propre personne.

 

Traduit par Abdullah al Albani

Publié par la chaîne Telegram Abdullah al Albani - @AbdullahalAlbani

من آداب المجالس والمحادثة أن تعلم متى تتكلم ومتى تنصت، فليس من الأدب ولا من المفيد لك أن تتكلم في فن مع وجود أهل الاختصاص فيه؛ كمن يتكلم في الحلال والحرام وهو ليس من العلماء، وفي المجلس عالم، أو من يتكلم في الطب وليس طبيبا وفي المجلس طبيب، في مثل هذا أنصت واستفد، ولا تفضح نفسك

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Partager cet article

Avec l’apparition de la lumière de notre religion et sa législation, la femme a été libérée de l’humiliation pour être honorée !

Publié le par 3ilm.char3i

Avec l’apparition de la lumière de notre religion et sa législation, la femme a été libérée de l’humiliation pour être honorée !

Avec l’apparition de la lumière de notre religion et sa législation, la femme a été libérée de l’humiliation pour être honorée !

 

‘Umar رضي الله عنه a dit dans un hadith rapporté par al Bukhari et Muslim :

 

«Par Allâh, avant l’islam nous n’accordions aucune valeur à la femme, jusqu’à qu’Allâh révèle ce qu’Il a révélé et leur accorde ce qu’Il leur a accordé (comme droits).»

 

Si la femme connaissait la valeur de ce qui a été révélé à son égard, comme préservation, chasteté, honneur et dignité, elle n’aurait aucun manquement aux ordres de son Seigneur.

 

Sur le compte Twitter de Cheikha - @h_s_alsabah

 Publié par la Chaîne منهاج السالكات - MinhaajAsSaalikaat

ببزوغ نور ديننا وشرائعه انتشلت المرأة من الهوان إلى العز

قال عمر فيما أخرجه البخاري ومسلم

"والله إن كنا في الجاهلية ما نَعُدّ للنساء أمرًا، حتى أنزل الله فيهنَّ ما أنزل، وقسَم لهن ما قسَم"

لو علمت المرأة قدر ما أُنزل في حقها من صيانةٍ وعفة، ورفعةٍ وعزة لما تقاعست عن أحكام ربها

Cheikha Hayya As-Sabah - الشيخة هيا الصباح

Partager cet article

Sauter les versets qu’on n’est pas capable de lire (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Sauter les versets qu’on n’est pas capable de lire (audio)

Question :

 

Le questionneur demande : « Si la personne qui lit le Noble Coran ne connaît pas certaines lettres et saute certains passages puis lit ce qui vient après… est-il permis d’agir ainsi ? »

 

Réponse :

 

Il n’y a pas de mal à cela si cela lui est confus et qu’il ne connaît pas, ou s’il lit de mémoire et a oublié quelques mots, alors, il n’y a aucun problème.

 

Il lit ce qui vient après et toutes les louanges sont à Allah. Puis, il révise dans le Livre d’Allah ou il consulte quelqu’un qui lui enseigne pour en tirer profit. Si cela est dû à un oubli, il revient au Livre et si cela est dû à l’ignorance, il revient à un enseignant.

 

Traduit et publié par almadrassa.fr

حكم تخطي قراءة بعض الكلمات القرآنية للعجز أو النسيان

السؤال : السائل يقول في هذا السؤال: إذا قرأ الإنسان القرآن الكريم ولم يعرف بعض الحروف، وإذا تخطاها وقرأ الآيات التي بعدها، هل يجوز له ذلك؟

الجواب : لا حرج في ذلك، إذا اشتبهت عليه ولم يعرف، أو كان يقرأ عن ظهر قلب ونسي بعض الكلمات فلا حرج، يقرأ ما بعدها والحمد لله، ثم يراجع المصحف أو يراجع من يعلمه حتى يستفيد، إن كان من جهة الغيب راجع المصحف، وإن كان من جهة جهله راجع المعلم. نعم

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

A ceux qui ont perdu un être cher (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

A ceux qui ont perdu un être cher (audio-vidéo)

Al-hamdu li Llâh.

 

L'épreuve, c'est Allâh سبحانه وتعالى qui la décrète.

 

Et lorsque l'épreuve s'abat sur lui, le croyant - et j'ai certes, mentionné quelque aspect de ceci pendant la conférence - se remémore alors plusieurs choses.

 

La première chose : Celui qui a fait s'abattre l'épreuve, c'est Allâh سبحانه وتعالى.

 

Et Allâh est Sage et Omniscient, Il n'est pas interrogé sur ce qu'Il fait.

 

Et celui sur qui l'épreuve s'est abattue est un serviteur d'Allâh سبحانه وتعالى.

 

Il se rappelle également qu'Allâh عز وجل qui a éprouvé par cette épreuve, a gratifié du restant des bienfaits.

 

Ainsi, si la mort saisit un bien-aimé, c'est bien Allâh qui nous a accordé les bien-aimés. 

 

Pareillement, il se souvient qu'Allâh عز وجل n'éprouve le serviteur que pour son bien, dans son intérêt.

 

Et cet intérêt tient à trois aspects : - Premièrement : l'éveiller d'une distraction.

 

Ainsi, combien de serviteurs ont été distraits de l'obéissance à Allâh et se sont éloignés de Sa porte سبحانه وتعالى , puis Allâh a fait descendre sur eux une épreuve telle que la mort d'un enfant, d'un être cher ou d'un proche, alors ils se sont souvenus, sont revenus vers Allâh عز وجل et ont compté parmi les serviteurs vertueux d'Allâh.  

 

Deuxièmement : il y a, dans l'épreuve, l'expiation des méfaits.

 

Le croyant et la croyante ne cessent d’être soumis à l’épreuve jusqu’à ce qu’ils marchent sur terre sans avoir aucun péché.

 

Troisièmement : il y a, dans l'endurance face à l'épreuve, une élévation du rang au Paradis.

 

Il se peut qu'Allâh veuille pour Son serviteur un certain degré au Paradis qu'il ne peut atteindre par ses oeuvres, alors Il l'éprouve par de multiples épreuves et le fait endurer, son rang s'élèvant ainsi au Paradis.

 

En outre, celui qui est touché par la mort d'un être cher se fait une bonne opinion d'Allâh.

 

Il est ordonné au croyant lui-même d'avoir une bonne opinion d'Allâh au moment de la mort.

 

Et lorsque la mort s'empare de son bien-aimé, il se fait donc une bonne opinion d'Allâh et espère que son défunt ait en ce moment même reçu la bonne nouvelle et qu'il soit en train de dire "avancez-moi, avancez-moi jusqu'à ma tombe !".

 

Et l'on espère qu'il soit de ceux qui ont reçu la bonne nouvelle et sont comblés de bienfaits dans leur tombe, par bonne opinion envers Allâh سبحانه وتعالى.

 

Nous implorons Allâh عز وجل de faire miséricorde aux défunts musulmans.

 

Et il nous incombe, ô mes biens-aimés, de nous rappeler, à travers nos morts ainsi que les morts parmi les Musulmans, que nous allons mourir à notre tour.

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Certes je vous avais interdit de visiter les tombes, maintenant visitez-les car elles vous rappellent la mort."

 

Nous devons nous souvenir que nous allons mourir.

 

Ce défunt est certes décédé, ses proches lui ont été bienveillants, ils ont soigné son enveloppement dans le linceul et sa préparation funéraire, ils prient sur lui.

 

Et demain, ce sera à nous de mourir.

 

Et Allâh sait mieux quand nous mourrons.

 

Et nous serons portés tout comme ce défunt a été porté, et nous serons amenés à notre tombe.

 

Nous devons faire de ce rappel une cause de notre investissement dans les actes d'obéissance et notre prompt repentir vis-à-vis de nos désobéissances.

 

Car si nous examinions notre âme, nous constaterions que nous persistons dans les péchés et tous les Fils d'Adâm commettent des erreurs.

 

Et l'espérance nous fait repousser le repentir.

 

On se dit "demain ou après-demain".

 

Mais lorsque nous nous rappelons la mort et nous figurons que nous allons mourir, nous nous hâtons de nous repentir à Allâh et de mettre un terme aux péchés.

 

J'implore Allâh de faire miséricorde au défunt qui a été porté à cette mosquée, de lui pardonner, d'en faire un habitant du Paradis et de pardonner aux morts parmi les Musulmans.

 

Traduit par la chaîne Telegram - Farâ'id Al-Fawâ'id - @faraidfawaidfr

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

La désobéissance mène à la désobéissance, et l'obéissance mène à l'obéissance

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La désobéissance mène à la désobéissance, et l'obéissance mène à l'obéissance

La rétribution est du même genre que l'œuvre "Puis quand ils dévièrent, Allâh fit dévier leurs cœurs" (1).

 

Ils dévièrent de la vérité, alors Allâh les rétribua en leur rajoutant en fourvoiement.

 

Prenons donc garde à cela, car la déviation des cœurs conduit à l'étroitesse des cœurs, et peut même conduire à la mécréance.

 

La désobéissance mène à la désobéissance, et l'obéissance mène à l'obéissance.

 

C'est pour cela qu'il est rapporté dans le hadith "qu'Allâh maudisse le voleur qui vole un armet puis se fait couper la main, et qui vole une corde puis se fait couper la main" (2), car il trouva l'affaire insignifiante, alors son âme perpétra cette chose, puis il s'avance progressivement et augmente en cela, ce qui le conduit à l'amputation de sa main.

 

Nous devons alors mettre en garde contre le fait de tomber dans les péchés, les innovations et les perversités, car shaytân leurre progressivement l'individu, petit à petit, du péché mineur au péché majeur, puis jusque plus grave que cela, et il peut le mener à la mécréance.

 

Et il en est de même pour l'innovation mineure, elle mène à l'innovation majeure, et l'innovation est dérivée de la mécréance, et constitue un moyen y menant.

 

(1) Traduction rapprochée du sens As-Saf, v5

(2) Al-Boukhâri (livre des peines légales/chapitre : maudire le voleur s'il n'est pas expressément nommé (640)), Muslim (livre des peines légales/chapitre : la peine légale du vol, et leurs quotités respectives (4503)), d'après Abî Hurayra qu'Allâh l'agrée

 

Marâtib al-hidâya - mafâsid al-kadhib, p.20-21 (selon édition)

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

Publié par 3ilmchar3i.net

والجزاء من جنس العمل

{ فَلَمَّا زَاغُوا أَزَاغَ اللَّهُ قُلُوبَهُمْ }

زاغوا عن الحق فجازاهم الله أن زادهم غيا. ولنحذر من هذا، لأن زيغ القلوب يؤدي إلى ضيق القلوب بل قد يؤدي إلى الكفر. والمعصية تجر إلى المعصية، والطاعة تجر إلى الطاعة. ولهذا جاء في الحديث

لعن الله السارق يسرق البيضة فتقطع يده ويسرق الحبل فتقطع يده

، لأنه وجد الأمر هينا ففعلت نفسه هذا الشيء ثم يتدرج ويزيد في ذلك فيؤدي به إلى قطع يده. فعلينا أن نحذر من الوقوع في المعاصي والبدع والفواحش، لأن الشيطان يستدرج الإنسان درجة درجة، من الصغيرة إلى الكبيرة إلى الأكبر منها، وقد يجره إلى الكفر. وهكذا البدعة الخفيفة تجر إلى البدعة الكبيرة، والبدعة مشتقة من الكفر وآلية إليه

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Trois immenses causes permettant l'absolution des péchés

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Trois immenses causes permettant l'absolution des péchés

At-Tirmidhi rapporte, d'après Anas bin Mâlik - qu'Allâh l'agrée - qui a dit : j'ai entendu le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم dire : Allâh تبارك وتعالى a dit :

 

"Ô fils d'Adam !

Tant que tu M'invoques et places tes espoirs en Moi, Je te pardonne ce qu'il y a en toi sans en tenir rigueur ;

ô fils d'Adam !

Si tes péchés atteignent le firmament, puis tu Me demandes pardon, Je te pardonne sans en tenir rigueur ;

ô fils d'Adam !

Si tu viens avec l'équivalent de ce que contient la terre, en péchés, puis tu Me rencontres sans rien M'associer, Je te rencontrerais avec son équivalent rempli de pardon" (1).

[...]

Trois causes immenses permettant l'absolution des péchés, sont réunies dans le hadith d'Anas susmentionné :

 

La première : lorsque le serviteur perpètre un péché, il n'espère de personne d'autre que son Seigneur l'absolution de celui-ci, et il sait que nul autre que Lui ne pardonne les péchés et ne châtie à cause d'eux.
 

Dans l'authentique, d'après le Prophète صلى الله عليه وسلم qui a dit :

 

"un serviteur commet un péché, il dit alors : ô Allâh pardonne-moi mon péché !

Alors IL تبارك وتعالى dit : Mon serviteur a commis un péché, il sait alors qu'il a un Seigneur qui pardonne le péché et châtie à cause du péché ; puis il récidiva dans le péché et dit : Seigneur pardonne-moi mon péché.

Il تبارك وتعالى dit : Mon serviteur a commis un péché, il sait alors qu'il a un Seigneur qui pardonne le péché et châtie à cause du péché ; puis il recidiva dans le péché et dit : Seigneur pardonne-moi mon péché. Il تبارك وتعالى dit : Mon serviteur a commis un péché, il sait alors qu'il a un Seigneur qui pardonne le péché et châtie à cause du péché, fais donc ce que tu veux, Je t'ai certes pardonné" (2).

 

La deuxième : l'istighfâr

 

Et ce même si les péchés deviennent immenses, et que leur abondance atteint le firmament : il s'agit des nuage, et il fut dit qu'il s'agit de là où la vision prend fin :

 

"par Celui qui détient l'âme de Mohammad dans Sa Main, si vous commettriez des péchés au point que ceux-ci emplissent l'espace situé entre le ciel est la terre, puis que vous demandiez pardon à Allâh, alors IL vous pardonnera assurément" (3).

 

Et l'istighfâr signifie l'imploration du pardon.

 

Le pardon comprend la préservation contre le mal des péchés, combinée à la dissimulation de ceux-ci (par Allâh).

 

Et si la demande de pardon est conjointe au repentir, alors la demande de pardon consiste ici à implorer le pardon avec la langue, et le repentir consiste à délaisser les péchés avec le cœur et les membres.

 

La troisième : le tawhîd, qui constitue la plus grande cause.

 

Quiconque en qui il fait défaut, aura manqué l'absolution.

 

Et quiconque vient avec, sera certes venu avec la plus grande des causes d'absolution.

 

IL تعالى a dit (trad approx) :

 

"Certes Allâh ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut" (an-nissâ', v48)

 

(1) rapporte par At-Tirmidhi (3540), et jugé bon par Al-Albâniy dans Silsila As-Sahîhah (127)

(2) rapporté par Al-Boukhâriy (7507) et Muslim (2758)

(3) rapporté par Ahmad (13493), et juge bon par Al-Albâniy dans Silsila As-Sahîhah (1951)

 

Maqâlât Ramadhâniyya, p.83-84

Hadith d'Anas cité en p.79-80

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cliquer pour agrandir

 

Cliquer pour agrandir

 

Cliquer pour agrandir

 

 

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Partager cet article

Propager tout ce qui nous parvient (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Propager tout ce qui nous parvient (audio)

Voici une question, (le questionneur) dit :

 

Quel est votre conseil pour celui qui propage sur les réseaux tout ce qui lui parvient ?

 

Réponse :

 

Ceci n'est pas permis, il ne lui est pas permis de propager tout ce qui lui parvient.

 

Mais il doit propager la vérité, ce qui est bénéfique aux gens.

 

Et il doit réfuter le faux, ce qui nuit aux gens.

 

Il doit faire la distinction entre ceci et cela.

 

Et dans le cas où celui-ci n'en a pas la capacité, alors qu'il fasse parvenir cela à ceux qui ont la capacité de le rectifier.

 

(traduction rapprochée)

 

"Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression" (sourate la table servie - verset 2)

 

Publié par la chaine Telegram - Le bien et la piété - @Albirrou_wa_attaqwa

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Le rappel de la mort (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le rappel de la mort (audio-vidéo)

Comme ce qu'a dit Abou Darda (qu'Allâh l’agrée) :

 

"Considérez-vous comme faisant partie des morts"

 

Cela fait partie des choses les plus grandes aidant le serviteur à la purification de sa personne et à sa réforme.

 

Ainsi que Said ibn Joubayr, qu'Allâh lui fasse miséricorde, qui dit une parole dont le sens est :

 

"Si mon cœur devenait insouciant quant au rappel de la mort, j'aurais craint que celui-ci ne périsse ou ne se détériore."

 

Donc le rappel de la mort est un bien pour le serviteur.

 

Le rappel de la mort et rappeler sa personne quant à celle-ci est un bien pour lui (le serviteur), par la permission d'Allâh سبحانه وتعالى.

 

Un homme parmi les pieux prédécesseurs voulut exhorter un homme parmi les désobéissants.

 

"Il l'emmena auprès des tombes (au cimetière), et dit : "Regarde ! Si tu étais à la place de ces gens qu'aurais-tu espéré ?"

L’homme répondit : "J'aurais espéré qu'Allâh me fasse revenir à la vie de ce bas-monde, afin que je puisse œuvrer d'une manière autre que ma manière d’œuvrer actuelle."

Il lui dit alors : « Tu es actuellement dans ce que tu espères, alors œuvre » avant que cela ne devienne que simple espérance."

 

Abou Darda (qu'Allâh soit satisfait de lui) dit :

 

"Considérez-vous comme faisant partie des morts."

 

Rappelez-vous du destructeur des plaisirs (la mort) !

 

Multipliez le rappel du destructeur des plaisirs !

 

Lorsque tu arrives au soir n'attends pas le matin.

 

Traduit par Silly abou 'Abdillah pour Nour Traductions

Publié par la chaine Telegram - Le bien et la piété - @Albirrou_wa_attaqwa

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Partager cet article

Le peu de jalousie de l'époux à l'égard de l'épouse (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

Le peu de jalousie de l'époux à l'égard de l'épouse (audio-vidéo)

Parmi les erreurs des époux : le peu de jalousie à l'égard de l'épouse.

 

La jalousie est un sentiment éminent et fait partie des sentiments de l'amour vrai.

 

Elle incite l'époux à préserver son épouse et vice versa.

 

Elle compte parmi les nobles caractères des hommes.

 

Il n'est en aucun cas permis qu'elle faiblisse chez l'homme, quand bien même il n'aimerait plus sa femme.

 

Il doit éprouver de la jalousie pour elle tant qu'elle demeure sous son autorité.

 

La jalousie fait sentir aux époux l'amour et l'affection qu'ils se portent, les encourage à le renouveler, le faire grandir et en prendre soin.

 

C'est ainsi que jusqu'à nos jours, certains hommes sont jaloux à la seule idée d'évoquer le nom de leur femme en présence d'autrui.

 

[...]

 

A ce propos, Al-Bahâ'a Zuhayr (un poète) a dit :

 

J'élève ton nom du fait que ses lettres soient publiquement énoncées

Jaloux que je suis qu'il ne parvienne aux oreilles des présents

Je dis alors par allusion "certains gens" sans te nommer

Par peur des calomniateurs alors même que tu es à mes yeux l'ensemble des gens

 

Traduit par la chaîne Telegram - Farâ'id Al-Fawâ'id - @faraidfawaidfr

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Muhammad Sa’îd Raslân - الشيخ محمد سعيد رسلان

Partager cet article

Le pourquoi du comment ! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Le pourquoi du comment ! (audio-vidéo)

Pourquoi as-tu pris la parole ?

Pourquoi as-tu œuvré ?

Comment as-tu pris la parole ?

Et comment as-tu œuvré ?

 

Tout adorateur comparaissant devant son Seigneur ne pourra disposer, qu’après avoir été interrogé suivant deux grands axes :

Pourquoi ? Et comment ?

Pourquoi as-tu œuvré ?

Et pourquoi as-tu pris la parole ?

Pour Allâh ou pour les gens ?

Pour Allâh ou pour des intérêts personnels ?

Pour Allâh ou pour des buts malsains ?

Pourquoi as-tu pris la parole ?

Aussi, pourquoi as-tu gardé le silence ?

 

Car s’abstenir de faire quelque chose, c’est finalement une action ; comme l’expliquent les savants des Oussoûl.

 

Tes œuvres doivent être pour Allâh !

Tes absentions doivent être pour Allâh !

Ta croyance doit être pour Allâh !

Tes paroles doivent être pour Allâh !

Ton silence doit être pour Allâh !

Tu te lèves pour Allâh !

Tu t’assieds pour Allâh !

Tu marches pour Allâh !

Tu cours pour Allâh !

Tu dors pour Allâh !

Tu te déplaces pour Allâh !

Tu ne te déplaces pas pour Allâh !

Tu demandes constamment l’aide d’Allâh !

Tu es constamment avec Allâh !

Tu appartiens à Allâh !

Et vers Allâh sera ton retour !

 

Sinon, c’est le châtiment… Bien entendu, Allâh n’accepte les œuvres que des personnes sincères, des personnes pieuses, des bonnes personnes !

 

Et personne ne peut espérer être auprès d’Allâh au Paradis, mise à part celui qui est totalement bon et pur !

 

C’est pourquoi les demeures de l’au-delà sont au nombre de trois :

 

La demeure de celui qui est absolument mauvais.

La demeure de celui qui est absolument bon et pur.

Et la demeure de celui qui est bon, mais présente des souillures…

 

Pour ce qui est de la demeure de celui qui est absolument mauvais, elle n’est autre que l’Enfer réservé aux mécréants. Ils y séjourneront éternellement et jamais ils n’en sortiront !

 

Quant à la demeure de celui qui est absolument bon, elle n’est autre que le Paradis : la demeure des bons dans laquelle ils séjourneront auprès du Seigneur des Mondes.

 

Quant à la demeure de celui qui s’est entaché de souillures, elle n’est autre que l’Enfer réservé aux Mouwahhidîne (monothéistes purs). Ils y seront châtiés afin qu’ils soient purifiés.

 

En effet, il est inconvenable que quelqu’un puisse entrer au Paradis alors qu’il n’est pas pur et bon à tout point de vue !

 

Le bon qui présente des souillures ne pourrait accéder au Paradis tant qu’il n’a pas été purifié et épuré, que ce soit à travers l’ intercession de ceux qui y seront habilités, ou par pure miséricorde divine !

 

Par contre, si Allâh décide de ne pas lui faire miséricorde, alors Il le châtiera jusqu’à ce qu’il soit pur !

 

Ainsi, il pourra sortir de l’Enfer, sera totalement pur, et pourra rejoindre le Paradis auprès d’Allâh – le Seigneur des Mondes, l’infiniment Bon – dans la demeure des bons. 

 

 Traduit et publié par la chaîne Telegram - Ceci est notre croyance - @ceci_est_notre_croyance

Cheikh Muhammad Sa’îd Raslân - الشيخ محمد سعيد رسلان

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

La véritable «bonne vie» (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

La véritable «bonne vie» (audio-vidéo)

Quel est le sens de la « bonne vie » ?

Est-ce que la bonne vie consiste à ce que tu sois dans une atmosphère fraîche ?

Agréable ?

Dans laquelle se trouvent des fleurs ?

Que tu aies, auprès de toi, de belles femmes ?

Que tu aies de l'argent ?

Et que tu sois en bonne santé ?

Est-ce cela le concept de la bonne vie ?

 

La véritable bonne vie est de vivre avec la satisfaction du décret (d'Allâh) qu’il (ce qui en découle) soit bon ou mauvais.

 

Tu trouves chez les pauvres qui croient au décret (d'Allâh) un bonheur, que ne trouvent ni les princes (gens de haut rang) ni ceux qui ont obtenu des choses semblables à des fantasmes pour les pauvres, mais cela car celui-ci (le pauvre) est croyant.

 

Et c’est pour cela que vous trouvez beaucoup de célébrités de ce monde, parmi les mécréants, qui atteignent le sommet de leur notoriété, ils sont retrouvés dans un endroit alors qu’ils se sont suicidés, ils se sont donnés la mort.

 

Toutes ces choses qu'un grand nombre de personnes espère posséder leur ont été accordées, mais il n’y a en cela, ni repos ni sérénité.

 

Cela ne peut s'obtenir qu'avec la satisfaction du décret (d'Allâh), la foi, la soumission et ce qu’elle implique.

 

(Selon le sens des versets) :

 

« Alors Nous lui ferons vivre une bonne vie ».

 

A contrario, celui qui n'œuvre pas avec piété et ne croit pas en Allâh, Nous ne lui ferons pas vivre une bonne vie, il ne vivra pas une bonne vie.

 

Et il se peut que l'homme joigne entre richesse, célébrité, connaissance, et la foi et la proximité d'Allâh le Tout Puissant ; Allâh a rassemblé pour lui toutes ces choses, ceci est un don d'Allâh.

 

(Selon le sens des versets) :

 

« Telle est la grâce d’Allâh qu’Il donne à qui Il veut. »

 

Mais ne pense pas que celui qui ne possède pas ces choses, dont ont été pourvus ces gens, a été privé.

 

Par Allâh, qu'il n’y a pas de plus grande privation que celle de celui qui a été privé de la foi et des actes pieux, ceci est la plus grande privation.

 

Traduit par Silly abou 'Abdillah pour Nour Traductions

Publié par la chaine Telegram - Le bien et la piété - @Albirrou_wa_attaqwa

Cheikh Mohammad Ibn Ramzân Al-Hadjiri - الشيخ محمد بن رمزان الهاجري

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Est-il permis de tuer les fourmis avec un insecticide ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Est-il permis de tuer les fourmis avec un insecticide ? (audio)

Question :

 

Un individu a dans sa maison des fourmis, lui est-il permis de les tuer avec un insecticide ?

 

Réponse :

 

Concernant les fourmis dans la maison, de deux choses l’une :

 

- Soit elles ne sont pas nuisibles

 

elles ne portent pas préjudice aux récipients, aux enfants, etc. – auquel cas, il n’est pas permis de les tuer, ni avec un insecticide ni avec autre chose.

 

Car elles forment une communauté qui glorifie Allâh.

 

- Soit elles sont nuisibles

 

elles causent du tort aux enfants, tombent dans les récipients, la nourriture, etc.

 

Pour celles-là, nous conseillons premièrement – ô frères – de les sommer de partir de la maison.

 

Et si l’on récitait âyat-ul-kursiy et les deux sourates protectrices, ce serait alors une bonne chose.

 

Car, d’après notre expérience, parfois si elles sont ainsi mises en garde, elles quittent les lieux.

 

Il peut en effet s’agir de djinns.

 

Aussi, si on les somme (de partir), tu les vois sortir de la maison.

 

Je l’ai su par moi-même et une personne de confiance m’a par ailleurs raconté que leur maison a soudainement été envahie par des fourmis de façon spectaculaire.

 

Cette personne a dit qu’ils leur avaient d’abord lancé un ultimatum, avant de réciter sur elles, et il ne s’est écoulé qu’une heure à peine avant qu’elles ne disparaissent totalement.

 

Ainsi, on leur signifie (de quitter les lieux) dans un premier temps ; après quoi, si elles ne sortent toujours pas, il est permis de les tuer sans user du feu.

 

Avec un insecticide ou de la poudre (anti-fourmis), mais pas avec le feu.

 

Traduit par la chaîne Telegram - Farâ'id Al-Fawâ'id - @faraidfawaidfr

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article