compteur de visite

Catégories

1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 19:53
Ils prétendent aimer l'enfant (Fâtima) et haïssent la mère de l'enfant ('Aîsha) رضي الله عنهما ?!

Fâtima -qu'Allâh soit satisfait d'elle- est la fille du prophète -prière et salut d'Allâh sur lui- son nom est ainsi : Fâtima.

 

Quant à l'ajout de "Zahrâ'" cela provient des rawafid (chîte) impurs qui prétendent aimer l'enfant et ils détestent la mère de l'enfant ?!

 

L'enfant est Fâtima et la mère* de l'enfant est 'Aîsha -qu'Allâh soit satisfait d'elles-.

 

*'Aîsha -qu'Allâh soit satisfait d'elle- est la mère des croyants.

 

Sur la page موقع التصفية والتربية

Publié par Fawaid ala-l manhaj as-salafi

يَدَّعُونَ حُبَّ الوَلَدِ وَيُبْغِضُونَ أُمَّ الوَلَدِ

قال فضيلة الشيخ أزهر سنيقرة -حفظه الله ورعاه

فَاطِمَةُ -رَضِيَ اللهُ عَنْهَا- بِنْتُ النَّبِيِّ -صَلَّى اللهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ- اسْمُهَا هَكَذَا فَاطِمَةُ أَمَّا زِيَادَةُ الزَّهْرَاءِ فَهِيَ مِنْ عِنْدِ الرَّافِضَةِ الأَنْجَاسِ الذِينَ يَدَّعُوَن حُبَّ الوَلَدِ ويُبْغِضُونَ أُمَّ الوَلَدِ ! ؟
الوَلَدُ فَاطِمَةُ وَأُمُّ الوَلَدِ عَائِشَةُ رَضِيَ اللهُ عَنْهَم

موقع التصفية و التربية

Cheikh Azhar Sinîqra - الشيخ أزهر سنيقرة

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Compagnons et tabi'un - صحابة و التابعون
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 16:42
La science se compose de six degrés

La science se compose de six degrés :

 

Le premier : une bonne question

Le second : être concentré et bien écouter

Le troisième : une bonne compréhension

Le quatrième : la mémorisation

Le cinquième : l'enseignement

Le sixième : - qui est son fruit - le fait d'œuvrer avec et d'observer ses limites.

 

Miftâh dâr as-sa'âdah - 1/432-433

Traduit par عيسى أبوسُلَيمان‏ @CreationsdAllah

Publié par 3ilmchar3i.net

وللعلم ست مراتب أولها

حسن السؤال
الثانية: حسن الإنصات والاستماع
الثالثة: حسن الفهم
الرابعة: الحفظ
الخامسة: التعليم
السادسة: - وهي ثمرته - وهي العمل به ومراعاة حدوده

مفتاح دار السعادة

1/432-433

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 16:20
Sommes-nous récompensé pour la lecture du Coran même si nous n’en comprenons pas le sens ?

Question :

 

Une femme demande : Est-ce que celui qui lit le Qur’an sera récompensé s’il (ou elle) n’en comprend pas le sens ?

 

Réponse :

 

Oui, il (ou elle) sera récompensé(e) en raison de la parole générale du Messager صلى الله عليه وسلم : 

 

"Quiconque lit le Qur’an aura dix récompenses pour chaque lettre."

Puis il صلى الله عليه و سلم dit : "Et je ne dis pas que «Alif, Lâm, Mim» est une lettre, mais que «Alif» est une lettre, «Lâm» est une lettre et «Mim» est une lettre."

(Rapporté par Tirmidhi)

 

Et ceci qu'il (ou elle) en comprenne le sens ou qu'il (ou elle) n'en comprenne pas le sens.

 

Et Allâh est Le Plus Savant.

 

فـضـائـل الأعـمـال - ص 23

Traduit de l'anglais par Abu Ubaydillah Abdel Karim ad-Dunkerki

Publié par abuubaydillah.wordpress.com

Cheikh Mohammad Ibn Abdullâh As-Sabîl - ‫الشيخ محمد بن عبدالله السبيل

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 15:54
Utiliser un sigle ou une abréviation pour la prière sur le Prophète صلى الله عليه وسلم

Question :

 

Certaines personnes écrivent la lettre "ص - sâd" entre parenthèse et signifient par elle, le sigle [1] (de la) phrase : "Sallâ-llâhu 'alayhi wa sallam - صلى الله عليه وسلم - Prière et Salut d'Allâh sur lui".

 

Est-ce que l'utilisation du "sâd - ص" pour la phrase "Sallâ-llâhu 'alayhi wa sallam - صلى الله عليه وسلم" (le salut sur le Prophète) est correcte ?

 

Réponse :

 

Parmi les (règles) de bienséance (attaché à) l'écriture du hadîth comme l'ont énoncé les savants de la terminologie, (la personne) ne doit pas symboliser cette phrase par la lettre : "ص - sâd" et également, elle ne doit pas la formuler par une abréviation comme : "صلعم - P.s.a.l (Prière et Salut d'Allâh sur Lui)".

 

Et nul doute que (si) un sigle ou une abréviation (vient à être utilisé), la rétribution (liée à) la prière sur le Prophète -Prière et Salut d'Allâh sur lui- échappera à (son auteur, alors que si) elle l'écrit puis que le livre est lu après elle et que le lecteur récite cette phrase, débutera pour (son) auteur une acquisition de récompenses (par l'intermédiaire de celui qui) la lira.

 

(De plus, la parole du) Messager d'Allâh -Prière et Salut d'Allâh sur lui-, d'après ce qui nous a été affirmé de lui, ne nous est pas inconnu :

 

«Celui qui prie (en disant) : «sallâ-llâhu 'alayhi wa sallam - Prière et Salut d'Allâh sur lui» une seule fois, (en contrepartie) Allâh priera sur lui 10 fois.»

 

(Ainsi,) il ne convient pas au croyant de priver sa personne de la récompense et la rétribution (de cette phrase,) pour le simple fait que de presser l'achèvement de ce qu'il écrit.

 

Traduction copiée

Publié par 3ilmchar3i.net

سئل فضيلة الشيخ محمد صالح العثيمين رحمه الله : بعض الناس يكتبون حرف "ص" بين قوسين ويقصدون به الرمز لجملة - صلى الله عليه وسلم -، فهل يصح استعمال حرف "ص" رمزًا لكلمة صلى الله عليه وسلم ؟

فأجاب فضيلته بقوله : من آداب كتابة الحديث كما نص عليه علماء المصطلح ألا يرمز إلى هذه الجملة بحرف "ص" وكذلك لا يعبر عنها بالنعت مثل : صلعم
ولا ريب أن الرمز أو النعت يفوت الإنسان أجر الصلاة على النبي - صلى الله عليه وسلم - فإنه إذا كتبها ثم قرأ الكتاب من بعده وتلا القارئ هذه الجملة صار للكاتب الأول نيل ثواب من قرأها، ولا يخفى علينا أن رسول الله - صلى الله عليه وسلم قال فيما ثبت عنه

أن من صلى عليه صلى الله عليه وسلم مرة واحدة صلى الله عليه بها عشرًا

فلا ينبغي للمؤمن أن يحرم نفسه الثواب والأجر ؛ لمجرد أن يسرع في إنهاء ما كتبه

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 15:52
Le port du qamiss fait-il partie du vêtement tape à l’œil (chouhrah) interdit ? (audio)

La question :

 

Le qamiss est-il considéré comme un vêtement chouhrah dans ces pays (Europe, etc) ?

 

Réponse :

 

La louange toute entière appartient à Allâh.

 

Fait partie de ce qui est connu, que le prophète (éloge et salut d'Allâh sur lui) a interdit le vêtement chouhrah, et le sens du vêtement chouhrah est : le vêtement qui attire le regard en raison de son caractère luxueux, de son originalité, ou d'autres choses. 

 

C'est donc ce qui attire le regard sur le vêtement ou sur celui qui le porte, soit parce qu'il coûte très cher, un vêtement de luxe, soit parce que c'est un vêtement d'apparat, ou soit pour d'autres raisons.

 

En revanche, le vêtement que les gens ont abandonné n'entre pas dans le vêtement chouhrah.

 

Au contraire, le porter consiste à faire revivre la sounnah après qu'elle fut délaissée. 

 

Par exemple : un homme porte un vêtement ou un pantalon* qui s'arrête aux chevilles ou au dessus des chevilles, ceci attire le regard dans un grand nombre de pays.

 

Allons-nous dire que ceci est un vêtement chouhrah et demander à cet homme de laisser son pantalon dépasser les chevilles afin qu'il ne soit pas un vêtement chouhrah ?

 

Ceci est de l'ignorance.

 

Nous lui disons plutôt : «Applique la législation d'Allâh et ne fais pas en sorte que ton vêtement descende en dessous des chevilles, même si les gens doivent te regarder pour cela».

 

Et ceci, en considérant les musulmans entre-eux, consiste à faire revivre la sounnah et à s'écarter du harâm (interdit). 

 

Et le qamiss également est un vêtement légiféré, le revêtir ici n'est pas considéré comme porter un vêtement chouhrah.

 

Toutefois, si l’individu encourt une nuisance en le portant, en particulier dans les périodes de crise, dans ce cas il le délaisse car :

 

«Pas de nuisance ! Ni à soi-même, ni à autrui !» (1)

 

Mais le porter lorsqu'il n'y a aucune nuisance n'entre pas dans le vêtement chouhrah.

 

Au contraire, ceci fait partie des vêtements légiférés et de la revivification de la sounnah lorsqu'elle fut délaissée. 

 

Il est donc obligatoire de bien faire la différence entre porter un vêtement chouhrah et porter un vêtement légiféré abandonné par les gens.

 

En effet, porter un vêtement légiféré abandonné par les gens compte comme faisant partie de la revivification de la sounnah, ceci est louable et non blâmable.

 

(1) Rapporté par A-Dâraqotni et Al-Hâkim et déclaré authentique par Cheikh Al-Albani dans son livre "Sahih Al-Jâmi' au hadith n° 7517

 

* Ndt : Cheikh a précisé le jour d'avant que le pantalon qu'il était permis de porter était le pantalon large qui ne décrit pas les formes et ne dévoile pas la partie intime.

Il a aussi dit que le port du pantalon serrant était interdit et qu'il était étonnant de voir des hommes porter ce genre de vêtements. 

 

Séminaire à la mosquée Al-Ihsân de Louvain en Belgique, 6 avril 2017 - deuxième jour, deuxième question

Traduit et retranscrit par Abdoullah Abou Khouzaymah 

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Homme musulman - رجل مسلم
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 14:11
Leurs habitudes sont une adoration

Certains savants ont dit :

 

Les personnes sagaces (intelligentes), leurs habitudes sont une adoration ;

Tandis que les sots, leurs adorations sont des habitudes.

 

مفتاح دار السعادة ١ / ١٦٠

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

قال ابن القيم

قال بعض العلماء

الأكياس ( الأذكياء ) عاداتهم عبادات

والحمقى عباداتهم عادات

مفتاح دار السعادة ١ / ١٦٠

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Rappels - تذكر
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 13:34
Dernière parole du Cheikh Soulayman Ar-Rouhayli concernant le vote

J'ai été questionné à plusieurs reprises au sujet des élections et à la participation au vote, et j'ai répondu plusieurs fois que les élections n'étaient pas un moyen légiféré et que le devoir des musulmans était d'emprunter des voies légiférées. 

 

Cependant, si le musulman est éprouvé par la présence d'élections, doit-il y participer ?

 

Mon avis sur les élections se divise en deux catégories :

 

- 1ère catégorie :

 

Les élections législatives, où les électeurs chargent une personne [ndt : député en France par exemple] de la législation dans le pays alors qu'il n'est pas attaché à la chari3a : ce type d'élection est alors interdit (haram) de manière absolue car il ne convient pas au musulman de donner cette charge à ce genre de personne sans attache à la chari3a.

 

Si la personne se trouve dans un pays où le citoyen est puni s'il ne vote pas [ndt : Belgique il me semble par ex] alors le musulman peut utiliser ce que l'on appelle le vote blanc. 

 

- 2ème catégorie :

 

Elle concerne les élections pour des fonctions exécutives [ndt : maire, président etc].

 

La base pour moi est de ne pas participer à celles-ci si ce n'est entre deux maux : l'un est moindre par rapport à l'autre ; dans ce cas le vote est autorisé sans prise de parti et sans publicité pour les candidats, la personne votera seule.

 

Et il est connu que dans les régimes démocratiques, l'élection présidentielle fait partie de la deuxième catégorie car le président n'a pas de pouvoir législatif et ne peut que confirmer ou contester [ndt : une proposition de loi].

 

De ce fait, les avis des savants ont divergé quant au vote : certains l'ont totalement interdit et d'autres voient que le vote pour le moindre mal est autorisé et ceci est mon avis.

 

L'avis de repousser le plus grand des deux maux, je l'ai entendu de plusieurs machayik comme Cheikh Ibn Baz, Cheikh Ibn Uthaymin رحمهما الله, Cheikh Abdelmouhsin Al Abbad qui a émis une fatwa dont le contexte était un pays où la minorité était musulmane, les deux candidats des mécréants, l'un d'entre eux très dur envers les musulmans alors que l'autre l'était moins, le vote des musulmans était donc permis si cela avait du poids pour influencer les résultats et éloigner le pire des deux candidats.

 

Avec cet avis que je donne, je tiens à rappeler qu'il n'est pas permis aux musulmans de se disputer à cause de cela [ndt : la fatwa], il faut que le musulman regarde l'avis le plus bénéfique parmi les fatawa pour l'enracinement et la concrétisation du bien, et le musulman prend l'avis des savants qu'il voit comme étant le plus proche de la vérité.

 

Et j'écris cela en guise de conseil et de miséricorde pour mes frères, ainsi qu'en faisant mon devoir ; car en ces temps les disputes et les discordes s'intensifient concernant ce sujet [ndt : des élections].

 

Qu'Allâh [nous] guide tous vers le bien, et que les prières d'Allâh et les bénédictions soient sur notre prophète.

 

Le 4 cha'ban 1438 - 1 mai 2017

Traduit par Abdullah Al Jazairi

Publié par Fawaid ala-l manhaj as-salafi

الحمد لله وحده والصلاة والسلام على من لانبي بعده وبعد فقد سئلت مرارا عن الانتخابات والمشاركة في التصويت
وأجبت مرارا بأن رأيي أن الانتخابات ليست طريقا مشروعا وأن الواجب على المسلمين اتخاذ الطرق المشروعة
لكن اذا ابتلي المسلم بوجود الانتخابات فهل له أن يصوت ؟
رأيي أن الانتخابات تنقسم الى قسمين
القسم الأول الانتخابات التشريعية التي يفوض فيها المنتخبون بالتشريع بدون التزام بالشرع فهذه التصويت فيها حرام مطلقا لأنه ليس للمسلم أن يفوض مخلوقا في التشريع بدون التزام الشريعة واذا كان الانسان في دولة يجرم نظامها من لا يصوت فإنه يسوغ للمسلم أن يدخل بمايسمى الورقة البيضاء
وأما القسم الثاني فهو الانتخابات للمناصب التنفيذية لا التشريعية فهذه الأصل عندي عدم المشاركة فيها الا إذا كان الأمر دائرا بين مفسدتين إحداهما كبرى والأخرى دونها فهنا يجوز التصويت من غير انجرار للتحزب ولا للدعايات للمرشحين وانما يصوت الانسان بنفسه
ومن المعلوم أنه في الأنظمة الجمهورية يكون انتخاب الرئيس من القسم الثاني لأنه لايكون مشرعا وانما له حق المصادقة أو الاعتراض ومن هنا اختلفت أنظار الشيوخ في التصويت فيها فمن مانع مطلقا وله حظه من النظر ومن مجيز لارتكاب أخف المفسدتين وأنا أرى الجواز ونظرنا أوسع من النظر الى المسلمين في البلد الذي تجرى فيه الانتخابات بل إلى المفسدة التي تقع على المسلمين حتى في البلدان الإسلامية من جهات متعددة
والقول بالتصويت عند وجود مفسدتين مع رجاء دفع أعلاهما بالتصويت سمعته من عدد من المشايخ كالشيخ ابن باز وابن عثيمين رحمهما الله وشيخنا الشيخ عبدالمحسن العباد حيث سمعت منه فتوى مضمونها أنه في البلاد التي تكون فيها أقلية مسلمة وترشح كافران أحدهما شديد الحقد على المسلمين والآخر دونه ورجا المسلمون أن دخولهم يؤثر في ابعاد من هو شر وأعظم ضررا على المسلمين فإنهم يدخلون وارتكاب أخف الضررين مطلوب أما إذا كان دخولهم لايقدم ولايؤخر فإنهم لايدخلون
ومع تقريري هذا فاني أقول لاينبغي للمسلمين أن يتنازعوا بسبب هذا وينبغي عليهم النظر للأصلح من الفتاوى تأصيلا وتحققيا للخير فيعملوا بها والمسلم يأخذ من أقوال العلماء ماظهر له أنه أقرب للصواب
وقد كتبت هذا نصحا لإخواني ورحمة لهم وقياما بالواجب لأنه في هذه الأيام يشتد اللغط بين المسلمين ويعظم التنازع بينهم في هذه المسأله
هدى الله الجميع للخير وصلى الله على نبينا وسلم

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Actualités - أخبار
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 13:32
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 11:43
La polygamie est une affaire qui appartient à l'homme et non à la femme

J'ai pu observer...

Qu'aucun hadith n'était rapporté dans le blâme de la femme qui se refuse à accepter la polygamie.

 

La raison de cela est que la polygamie est une affaire qui appartient à l'homme et non à la femme.

 

Même si la femme déteste la polygamie de par sa saine nature, elle ne possède toutefois aucune part (dans cette affaire).

 

C'est l'homme qui prend toute la responsabilité dans la polygamie [...]

 

S'il se marie une deuxième fois, fait preuve de justice, interagit convenablement et ne commet pas d'injustice, sa première femme ressentira qu'il est toujours celui qu'il était avant, elle sera satisfaite et restera avec lui, dans le cas contraire, elle sera mécontente, en colère et s'écartera [...] il se peut même qu'elle demande le divorce.

 

La femme fut créée d'une côte et ce qui est le plus courbé dans la côte est sa partie supérieure (1).

 

Ceci est sa nature même si son époux ne se marie pas une deuxième fois.

 

Et le prophète (éloge et salut d'Allâh sur lui) a dit :

 

«tu en jouis bien qu’elle soit courbe» (2)

 

Donc, s'il prend une deuxième femme, il est constamment requis de sa part qu'il soit encore plus patient envers la première.

 

C'est pour cela qu'un avertissement à l'homme est rapporté concernant la polygamie afin qu'il ne soit pas injuste :

 

«Celui qui possède deux femmes, et aura penché vers l’une plus que l’autre, il viendra le Jour de la résurrection avec une partie de son corps qui penche.» (3)

 

Comme ils disent :

 

«La monture dépend du cavalier» (4)

 

Craignez donc Allâh au sujet des femmes, soyez justes et soyez bons, qu'Allâh vous accorde le succès et soit satisfait de vous. 

 

(1) Tiré du hadith : D'après Abou Houreira (qu'Allâh l'agrée), le Prophète (que l'éloge d'Allâh et Son salut soient sur lui) a dit :

«Celui qui croit en Allâh et au jour dernier qu'il ne cause pas de gêne à son voisin et soyez bon avec les femmes.

En effet elles ont certes été créées d'une côte et ce qui est le plus tordu de la côte est sa partie supérieure.

Si on veut la redresser on la casse et si on la laisse elle reste tordue. Soyez bons avec les femmes».

( Al-Boukhâri n°5185)

(2) Tiré du hadith :

«La femme est comparable à une côte, si tu tentes de la redresser tu la casseras et lorsque tu jouis d’elle, tu en jouis bien qu’elle soit courbe».

(Boukhâri et Mouslim)

(3) Hadith rapporté par at-Tirmidhi n°3-4 /115, ibn Majah n° 3/16 et l’Imam Ahmad

(4) Et la femme dépend de l'homme avec qui elle vit ...

 

Tiré du compte facebook officiel du Cheikh

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par Al Firqatou An-Nâjiyatou

لفت نظري ... انه لم يرد حديث في زجر المرأة ان تمتنع عن القبول بالتعدد وذلك لان امر التعدد بيد الرجل ليس بيد المرأة

والمرأة وان كرهت التعدد بفطرتها الا انها لا تملك شيئا

والرجل هو المسؤول عن التعدد ... فإن تزوج على امرأته وعدل واحسن التعامل وما ظلم وشعرت انه معها كما كان رضيت واستمرت معه. والا زعلت وغضبت ونفرت ... وقد تطلب الطلاق

والمرأة خلقت من ضلع وان اعوج ما في الضلع اعلاه وهذا طبعها من غير ان يتزوج زوجها عليها ... والرسول صلى الله عليه وسلم يقول

استمتعوا بها على عوجها

فإذا تزوج عليها فانه مطالب بالصبر عليها اكثر واولى

ولذلك ورد التحذير للرجل في التعدد ان لا يظلم

وانه اذا مال الى احداهما جاء يوم القيامة واحد شقيه مائل

يقولون

الفرس بخيالها

فاتقوا الله في النساء واحسنوا واعدلوا وفقكم الله لطاعته ورضاه

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 11:37
Tourner le dos à sa fille fâsiqah (pécheresse) ? (audio)

La question :

 

Quel est le jugement concernant la rupture du lien de parenté, pour une mère, avec sa fille pécheresse ?

 

Réponse :

 

La base est de ne pas rompre ce lien, de commander le convenable, d'interdire le blâmable et qu'elle ne soit pas une aide pour shaytân contre sa fille.

 

En effet, peut-être que si elle rompt le lien avec sa fille, celle-ci se précipitera dans la corruption de plus belle et peut-être que celle-ci abandonnera l'islâm totalement.

 

La législation religieuse (charî'ah) est venue avec la répression des préjudices ou la limitation des dégâts lorsque ce n'est pas possible.

 

On repousse donc le préjudice majeur, même si l'on doit pour cela perpétrer un préjudice moindre.

 

L'être raisonnable est celui qui connaît le meilleur des deux biens et le pire des deux maux.

 

Afin de privilégier le meilleur des deux biens, de perpétrer le moindre des deux maux et de repousser le pire.

 

Je vois donc -et Allâh est plus Savant- que tant que ceci se passe dans ces pays (l'occident), qu'il ne faille pas qu'une mère rompe le lien avec sa fille, quoi que celle-ci puisse faire.

 

Au contraire, elle doit essayer de lui ordonner le convenable de lui interdire le blâmable, et de limiter les préjudices dans lesquels celle-ci est tombée, en invoquant abondamment pour elle qu'Allâh - 'azza wa jalla - la guide.

 

Séminaire à la mosquée Al-Ihsân de Louvain en Belgique, 6 avril 2017

Traduit et retranscrit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Famille - أهل