compteur de visite

Catégories

1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 12:24
Rendre mécréant celui qui insulte Allâh est réservé aux savants (audio)

 

Question :

 

Est-ce que le takfir de celui qui fait du chirk akbar et insulte Allâh est réservé aux savants ?

 

Réponse :

 

Si tu l'as entendu, cela est un mal et tu le réprouves (en disant) : "Cela ne t'est pas permis ! Cette parole t'est interdite !". 

 

Tu le conseilles selon tes connaissances ; Le conseil est selon ta connaissance. 

 

Mais de faire son takfir (le rendre mécréant), cela est réservé aux savants ! 

 

Na3am.

 

Traduit par Mounir abou Ismael

سؤال : هل تكفير من يقوم بالشرك الأكبر و من يسب الله خاص بالعلماء ؟

فضيلة الشيخ : لا ، إذا سمعته هذا منكر تنكر عليه  ما يجوز هذا  حرام عليك   هذا الكلام  تنصحه بما تعرف النصيحة بما تعرف أما تطبيق الحكم عليه هذا من جهة العلماء . نعم

التفسير 07-08-1434

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 12:15
شروط شهادة أن لا إله إلا الله (en image)

divider 2

(Clic sur les images pour les agrandir)

CHOUROUT-1.png   CHOUROUT-2.png

 

CHOUROUT-3.png   CHOUROUT-4.png

 

CHOUROUT-5.png   CHOUROUT-6.png

 

CHOUROUT-7.png

 

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Unicité - التوحيد
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 11:18
Il s'écarte du jarh wa ta3dil car il sait qu'il est majrouh (critiqué) !

Celui qui délaisse le jarh wa ta3dil (sience de la critique et l'éloge) celui-là a délaissé la sounna.

 

Et s'il n'y a pas de jarh wa ta3dil, la parole du prêcheur vers Allah, le savant méritant ; Sa parole serait comme celle de Ali Tantawi, comme celle de Mohamed Sawoif, de Mohamed Ghazali, des chi3a rafida, ou du soufi hassan saquaf !

 

Moi je dis :

 

Ne s'écarte de cette science qu'un homme ignorant ou un homme ayant de la haine dans son cœur ou qu'il sait qu'il est majrouh (critiqué).

 

Il s'écarte du jarh wa ta3dil car il sait qu'il est majrouh !

 

Traduction Mounir abou Ismael 

 

ﻓﺎﻟﺬﻱ ﻳﺰﻫِّﺪ ﻓﻲ ﺍﻟﺠﺮﺡ ﻭﺍﻟﺘﻌﺪﻳﻞ ﻓﻬﻮ ﻳﺰﻫﺪ ﻓﻲ ﺍﻟﺴﻨﺔ ، ﻓﺈﺫﺍ ﻟﻢ ﻳﻜﻦ ﻫﻨﺎﻙ ﺟﺮﺡ ﻭﺗﻌﺪﻳﻞ ﻓﺈﻥَّ ﻛﻼﻡ ﺍﻟﺪﺍﻋﻲ ﺇﻟﻰ ﺍﻟﻠﻪ ﺍﻟﻌﺎﻟﻢ ﺍﻟﻔﺎﺿﻞ ﻣﺜﻞ ﻛﻼﻡ ﻋﻠﻲ ﺍﻟﻄﻨﻄﺎﻭﻱ ، ﺃﻭ ﻣﺜﻞ ﻛﻼﻡ ﻣﺤﻤﻮﺩ ﺍﻟﺼﻮﺍﻑ ، ﺃﻭ ﻣﺜﻞ ﻛﻼﻡ ﻣﺤﻤﺪ ﺍﻟﻐﺰﺍﻟﻲ ، ﺃﻭ ﻣﺜﻞ ﻛﻼﻡ ﺍﻟﺸﻴﻌﺔ ﺍﻟﺮﺍﻓﻀﺔ ، ﺃﻭ ﻣﺜﻞ ﻛﻼﻡ ﺍﻟﺼﻮﻓﻲ ﺣﺴﻦ ﺍﻟﺴﻘﺎﻑ

ﻓﺄﻧﺎ ﺃﻗﻮﻝ : ﻻ ﻳﺰﻫﺪ ﻓﻲ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻌﻠﻢ ﺇﻻَّ ﺭﺟﻞ ﺟﺎﻫﻞ ، ﺃﻭ ﺭﺟﻞ ﻓﻲ ﻗﻠﺒﻪ ﺣﻘﺪ ، ﺃﻭ ﺭﺟﻞ ﻳﻌﻠﻢ ﺃﻧﻪ ﻣﺠﺮﻭﺡ ﻓﻬﻮ ﻳُﻨَﻔِّﺮ ﻋﻦ ﺍﻟﺠﺮﺡ ﻭﺍﻟﺘﻌﺪﻳﻞ ﻷﻧﻪ ﻳﻌﻠﻢ ﺃﻧﻪ ﻣﺠﺮﻭﺡ

ﺍﻟﻤﺼﺪﺭ : ﻧﺼﺎﺋﺢ ﻭﻓﻀﺎﺋﺢ ﺹ 114

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ أبي عبد الرحمن مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 11:08
Les conditions à l’application de l’exorcisme

Le ministre et savant, SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve), a expliqué dans les conditions à respecter pour l’application de l’exorcisme, trois conditions :

 

-La première : que ceci (l’exorcisme) soit sur la base des Noms et Attributs d’Allâh – Djalla wa ‘Ala, ce qui veut dire, que la recherche de protection se face par Allâh – Djalla wa ‘Ala - et que le moyen intermédiaire (employé) soit par les Noms et Attributs d’Allâh – Djalla wa ‘Ala.

 

-La deuxième : que cela soit fait en langue arabe.

Et si la personne ne connait pas le sens des versets, que cela soit fait en une autre langue que l’arabe.

 

-La troisième : que le guérisseur, comme la personne malade, croit que cet exorcisme (Rouqiah) n’est qu’une cause parmi les causes.

Et le bénéfice de ces causes ne dépend que de la volonté d’Allâh – Djalla wa ‘Ala. Que cela peut, comme il peut ne pas être bénéfique (pour la personne) si ce n’est par la volonté d’Allâh – Djalla wa ‘Ala – en Ses Noms sanctifiés.

 

Celui qui bénéficie du bienfait véritablement, celui qui profite du bienfait par le biais de ce moyen, n’y bénéficie que par Celui qui est le responsable de ce moyen, qui est Allâh – Djalla Djalaluh, Celui qui détient toutes choses entre Ses mains [1].

 

SHeikh Muhammad Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) dit sur le cas du guérisseur, qu’il ne voit pas comme condition que la personne soit parmi les gens de science.

 

Lorsqu’elle connait le Qor’ân, qu’elle est connue pour sa piété et son intégrité, et qu’elle ne récite que le Qor’ân (sur le malade) ou ce qui a été rapporté du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam), il n’y a pas de mal à cela, car il n’est pas conditionné que la personne soit savante.

 

Certains savants sont certes savants (dans la science), mais ils peuvent être moins bons dans la récitation que d’autres [2].

 

Pour ce qui est du guérisseur et des femmes, SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve) ajoute que le guérisseur se doit d’être vigilent face aux erreurs et aux tentations (dans sa pratique).

 

Cela, particulièrement à l’égard des femmes dans l’exorcisme, certes Satan peut entrer en la personne pendant l’exorcisme lorsque la personne se retrouve seule avec la femme, ou lorsqu’elle pose sa main sur la femme et d’autres choses de ce genre interdites dans la législation.

 

Il est obligatoire pour le guérisseur de prendre garde aux ruses de Satan parmi les chemins qui mènent aux tentations qui peuvent être des causes de corruption dans la religion – qu’Allâh nous en préserve [3].

 

Ce qui est obligatoire pour l’ensemble, c’est de prendre ce qui est légiféré et de délaisser et de prendre garde aux exorcismes innovés et touchés de polythéisme.

 

Car cela ne cause que préjudice sur les gens.

 

Certes, le polythéisme annule les actions - qu’Allâh nous en préserve – la personne veut le bonheur et ensuite perd tout bienfait dans ce bas-monde et l’au-delà - qu’Allâh nous en préserve [4].

 

[1] Ar-Rouqiyyah wa Ahkâmahâ du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.13

[2] Fatâwa ’Oulémâ al-Balad al-Harâm, p.1721

[3] Ar-Rouqiah wa Ahkâmahâ du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.25

[4] Ar-Rouqiah wa Ahkâmahâ du SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.23

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 10:53
Comment se comportent ceux qui ont mémorisé le Coran ?

Quiconque médite sur les paroles du Seigneur Le connaîtra.

 

Il connaîtra l'ampleur de Son autorité et de Son pouvoir, ainsi que l'immense faveur qu'Il accorde aux croyants.

 

Il connaîtra également l'adoration qu'il est dans le devoir d'accomplir.

 

Il s'astreindra donc aux obligations, s'écartera de tout ce contre quoi son Généreux Maître l'a mis en garde et convoitera ce qu'Il lui fait désirer.

 

Le Coran sera un remède pour celui qui correspond à ces critères, lorsqu'il le récite ou écoute une personne le réciter, si bien qu'il devient riche sans même posséder d'argent, puissant sans avoir de clan (pour le soutenir) et ce que d'autres ne supportent pas lui est au contraire agréable.

 

Son objectif, quand il commence une sourate, est de se dire : "Quand cette récitation me servira de leçon ?"

 

Et non pas : "Quand est-ce que je terminerai cette sourate?"

 

Son but est en fait de dire :

 

"Quand est-ce que je comprendrai le message adressé par Allah ?"

"A quand la fin des péchés ?"

"A quand la prise de conscience ?"

 

Comme la récitation du Coran est une adoration, elle ne peut être accomplie qu'avec concentration.

 

Et c'est Allah qui permet de réaliser cela avec succès.

 

extrait Akhlâq Hamalati l Qur'ân p.10

copié de dawud69moslim.over-blog.com

 

Imam Abou Bakr Al-Ajurry - الإمام أبي بكر الآجري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 07:21
Méfie-toi de celui qui te rapporte les propos d'autrui

Al Hassan al Basri Rahimahoull-Lahu ta`ala a dit  :

 

"Méfie-toi de celui qui te rapporte les propos d'autrui,

car il rapportera tes propos à autrui..."

 

livre hassan al basri

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 06:30
Celle-ci fait partie des règles que nous sommes obligés de connaître...

L'opposition entre la critique et l'éloge

 

Les savants de la critique et de l'éloge et les savants de la législation islamique ont détaillé ce sujet.

 

Parmis eux, l'érudit ibn Kathir dans le résumé de l'introduction d'ibn Salah :

 

"Si un savant estimé critique tout en connaissant les causes de la critique et de l'éloge ainsi que la divergence dans cette affaire et que personne ne s'est opposé à lui dans cette critique, elle est alors acceptée, que la bénédiction d'Allah soit sur vous.

 

Mais si un savant estimé comme lui le contredit en l'élogeant, là, on demande au critiqueur d'avancer les preuves et les causes qui appuient sa critique.

 

 

Donc si il ramène les preuves et que 100 savants parmi les plus grands savants s'opposent à lui on ne prête pas attention à leur opposition car ils s'opposent à l'argument et à la preuve, tandis qu'eux n'ont aucuns arguments ni aucunes preuves (qui cassent la critique) et Allah dit : 

 

قُلْ هَاتُوا بُرْهَانَكُمْ إِن كُنتُمْ صَادِقِينَ

 

Traduction rapprochée :

 

"Et ramenez vos preuves si vous êtes véridiques" (s2 v111)

 

La preuve fait taire des milliers de personnes qui, eux, ont été dépourvus de preuves même si ce sont des savants.

 

 

Celle-ci fait partie des règles que nous sommes obligés de connaitre et retournez aux livres de science de hadiths et surtout les plus détaillés comme "tadrib el rawi", "fath el morith" de Sakhawi et "l'explication de alfiya el 3iraki"...

 

Et ces choses là sont évidentes chez les gens de science.

 

La controverse et les paroles fausses dans ce sujet ne sont pas permises car elles nuisent aux sciences islamiques, détruisent les régles et etc...

 

Et toutes ces méthodes sont destructrices et il n'est permis aux musulmans de dire que la vérité et qu'ils s'éloignent de l'ambiguité et de la ruse".

 

source : cassette "mise en garde contre les fitna d'abi el hassan" face A.

Traduction : Mounir abou Ismael

 

علماء الجرح والتعديل وعلماء الشريعة الإسلامية فصلوا في هذا الأمر ، منهم الحافظ ابن كثير في مختصر مقدمه ابن الصلاح ، إذا جرح عالم معتبر يعلم أسباب الجرح والتعديل والخلاف في هذه الأمور ولم يعارضه أحد في هذا الجرح فأنه يقبل – بارك الله فيكم – أما إذا عارضه عالم معتبر مثله بتزكية فحينئذ يطلب من المجرح أن يقدم الأدلة على ثبوت جرحه وأسبابه ،فإذا قدم الأدلة فلو عارضه مائة عالم من كبار العلماء وأبرزهم لا قيمة لمعارضتهم لأنهم يعارضون الحجة والبرهان ، وهم يعارضون بغير حجة ولابرهان، والله يقول (قل هاتوا برهانكم إن كنتم صادقين ) فالبرهان يسكت الألوف من الذين خلت أيديهم من الحجج ولو كانوا علماء، فهذه قواعد يجب أن تعرف وعليكم بمراجعة كتب علوم الحديث ولا سيما الموسعة منها مثل تدريب الراوي ومثل فتح المغيث للسخاوي شرح ألفية العراقي ، فهذه أمور بديهية عند أهل العلم فالمنازعة فيها والكلام فيها بالباطل لا يجوز لأنه يفسد العلوم الإسلامية ويخرب القواعد و…….إلى آخره بمثل هذه الأساليب ، فلا يجوز للمسلم أن يطرح للناس إلا الحق ويبتعد عن التلبيس والتحيل

شريط " التحذير الحسن من فتنة أبي الحسن " الوجه الأول

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 05:57
Réciter la sourate « La Caverne » le vendredi

L’éminent savant SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh) a été interrogé sur le fait de réciter la sourate « La Caverne » (al-Kahf) le jour du vendredi ainsi que sa nuit, et est-ce que cela est une chose recommandée?

 

SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh) a expliqué qu’il y a sur cela des hadîths élevés dont les chaînes de transmission se compensent les uns des autres ; et toutes indiquent le fait qu’il est légiféré de réciter la sourate « La Caverne » le vendredi.

 

Certes, il a été certifié d’après Abî Sa’îd al-Khoudrî (radhiallâhu ’anhu) que cette pratique fait partie des actes conformes à la Sounnah. A l’exemple de cela, rien n’était appliqué dans ce sens sur la base d’un point de vue (personnel), et bien au contraire, tout indique que cela était une Sounnah [dans sa pratique].

 

SHeikh (rahimahullâh) a souligné ce qui a été rapporté sur la récitation de la sourate « al-Kahf » le jour du vendredi, et certains de ces hadîths sont faibles.

 

Ceci dit, les gens de science ont indiqué que (ces hadîths) se renforcent les uns des autres pour confirmer la pratique [de cette récitation].

 

Et il a été certifié [comme précisé plus haut] que Abî Sa’îd al-Khoudrî (radhiallâhu ’anhu) appliquait cela.

 

Le fait donc de faire cela est une bonne chose nous dit SHeikh.

 

Il y a un suivi de ce noble Compagnon (radhiallâhu ’anhu), en plus du fait que les hadîths sur cette pratique renvoient à cette tradition.

 

Ils se renforcent les uns les autres pour confirmer ce qu’a fait le Compagnon comme cela a été rappelé.

 

Quant au fait de la réciter dans la nuit du vendredi, SHeikh Ibn BâZ dit qu’il ne connait pas de preuve qu’il le légifère.

 

Madjmu’ Fatâwa de Sheikh Ibn bâZ, 12/414-415

 

fdg

Outre l’avis de SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh), voici quelques hadîths que SHeikh al-Albânî (rahimahullâh) a authentifiés sur le sujet

 

-D’après Abû Sa’îd al-Khoudrî, le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit :

 

«Quiconque récite la sourate de la Caverne au cours de la nuit du vendredi, on lui éclairera l’espace qui le sépare de la Maison antique»

 Rapporté par ad-Darâmî. Le hadith est jugé authentique par SHeikh al-Albânî dans «Sahîh al-Djâmi’».

 

-Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit :

 

«Quiconque récite la sourate de la Caverne le vendredi bénéficiera d’un éclairage (divin) jusqu’au vendredi suivant»

 Rapporté par al-Hâkim et al-Bayhaqî. Il est déclaré authentique par SHeikh al-Albânî dans «Sahîh al-Djâmi».

 

-D’après Ibn ‘Oumar (radhiallâhu ‘anhu) le Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa salam) a dit :

 

«Quiconque récite la sourate de la Caverne le vendredi recevra une lumière qui jaillira de ses pieds pour se répandre vers les horizons célestes et l’illuminera au jour de la Résurrection.

Et il lui sera pardonné (les péchés commis) entre deux vendredi»

SHeikh al-Albânî considère ce hadîth faible. Al-Moundhir dit : «Abû Bakr Ibn Madouwih l’a rapporté dans son exégèse du Coran grâce à une chaîne de rapporteurs acceptables». At-Targhîb wa at-Tarhîb, 1/298

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 01:05
L’épée tranchante qui a brisé le dos des innovateurs (vidéo)

[...] Il reste quelque chose d’important [à souligner] qui est en rapport avec mon conseil pour nos frères.

 

Celui-ci est destiné à tous nos frères partisans de la Sounna.

 

En effet, il reste quelque chose d’important [à souligner], à savoir : l’épée tranchante que les gens de la Sounna utilisent, celle qui consiste à ce qu’ils n’aillent pas aux conférences des innovateurs.

 

Voilà ce qui a brisé leur dos, c’est ça qui a brisé leur dos !

 

Je conseille à tous mes frères en Allah, [tous sans exception], et c’est le conseil que j’avais promulgué aux frères des émirats [arabes unis] – et la Louange revient à Allah - [chose] qu’ils ont mis en application, [c’est-à-dire] :

 

qu’ils ne prennent pas part aux conférences des innovateurs, ne se rendent pas à leurs assemblées ni à leurs assises, car ce ne sont que des assises dans lesquelles des paroles mensongères y sont dites et des conférences trompeuses – et c’est auprès Allah qu’on demande de l’aide!

 

السيف البتار الذي قصم ظهور المبتدعة-الشيخ مقبل الوادعي

 

Traduction adaptée & rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy

 

ERYZR.png

      

 

ERYZR.png 

L’épée tranchante qui a brisé le dos des innovateurs (vidéo)

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ أبي عبد الرحمن مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 00:48
Est-il permis de tester les gens par les machaikh ou leur croyance ? (audio)

 

La question :

 

Est-il permis de tester les gens par les machaikh ou leur croyance ?

 

Réponse :

 

Cette question est très délicate et les gens ont trois opinions à ce sujet : 

 

-La première est l’interdiction absolue de tester les gens.

 

-La deuxième est l’appel à tester les gens de manière générale.

 

-Et la troisième est détaillée : on teste l’individu sur lequel on a un doute ou un soupçon, ou celui que l’on veut marier à une femme, si sa famille ne le connaît pas, ils vont alors le tester.

Sauf s’il vient avec quelqu’un qui le recommande et témoigne qu’il est apte en terme de religion et de comportement. 

 

Il a certes été authentifié des imams des pieux prédécesseurs, qu’en période de trouble, ils testaient ceux qui venaient à eux en provenance des différentes contrées.

 

Ils ont dit :

 

«Testez les gens de Médine par Malik Ibn Anas, les gens d’Egypte par Al-Layth Ibn Sa’d, les gens du Cham par Al- Awza’i, les gens de Koufa par Sofiane et les gens d’Al-Mawsoul par Al Mou’afa Ibn ‘Imran.»

 

Ainsi, si les Imams voyaient que ceux qui venaient à eux aimaient leurs savants et les mentionnaient en bien, alors ils les rapprochaient d’eux et les honoraient.

 

Et s’ils les voyaient dénigrer leurs savants, les injurier et les insulter, alors ils les éloignaient et ne leurs permettaient pas d’être présents dans leurs assises. 

 

Et la preuve quant à tester celui dont on ignore la situation afin de savoir s’il convient pour ce que l’on attend de lui, est le hadith rapporté par Muslim, d’après Mou’awiya Ibn Al-Hakam As-Soulami, qu’Allah l’agrée, qui a giflé une de ses servantes au visage car le loup avait pris un mouton, il s’est donc énervé contre elle.

 

Il est ensuite allé voir le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) et l’a informé de ce qui s’était passé.

Il a lors vu le visage du Prophète (صلى الله عليه و سلم) changer et a vu la répulsion sur son visage de ce qu’il avait fait à sa servante. 

Il a alors dit :

« Ô Messager d’Allah, j’ai une esclave, ne devrais-je pas l’affranchir ? ».

Le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Amènes-la moi afin que je voie si elle est croyante. ».

Il l’a donc amenée au Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم).

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a alors dit : « où est Allah ? ».

Elle répondit : « Au dessus des cieux. ».

Il lui a dit : « Qui suis-je ? ».

Elle répondit : « Tu es le Messager d’Allah. ».

Il a alors dit : « Affranchis-là car elle est certes croyante. ». 

 

Nous voyons donc que le Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) l’a éprouvée et testée afin de savoir qu’elle était croyante. Il a ensuite ordonné à son maître de l’affranchir.

 

De la même manière, tout individu dont la situation est ignorée, est éprouvé afin de le connaître et de savoir s’il convient ou non pour ce qui est attendu de lui.

 

traduit par forum.daralhadith-sh.com
 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية