compteur de visite

Catégories

31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 23:57
Passez-vous des gens ne serait-ce que pour un morceau de siwak

D'après Ibn Abbas (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit:

 

« Passez vous des gens ne serait-ce que pour un morceau de siwak (*)».

(Rapporté par Al Bazar et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°818)

 

(*) C'est à dire que le musulman, dans la mesure du possible, ne doit rien demander aux gens même si il s'agit d'une chose insignifiante.

 

عن ابن عباس رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

استغنوا عن الناس ولو بشوص السواك

رواه البزار و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ٨١٨

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 23:14
Dire les invocations du soir après la prière du dhor ?

Questionneur :

Assalam 'alaikoum wa rahmatouLLahi wa bârakatouh noble Cheikh, qu’Allah vous récompense par le bien.

Est-il permis pour moi de dire les invocations du soir, après la prière du dhor ?


Réponse :

Wa 'alaikoum salam wa rahmatouLlahi wa bârakatouh.

Non.

Dis-les après (la prière) de al-'asar.

 

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته. فاضلة شيخ احسن الله إليكم

فهل يجوز لي أن أقول الاذكار المساء بعد الصلاة الظهر؟

وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته لا قلها بعد العصر

 

Question posée par notre frère Abdelmalik Abou Amatoullah Al-Younani du groupe Ad-dinou Al-Qayyim sur Whats app de Cheikh


Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 22:20
11 types d'hommes

A'icha رضي الله عنها a dit :


"Onze femmes se réunirent et décidèrent de s'imposer l'obligation de ne rien cacher les unes aux autres des faits et gestes de leurs maris.

 

- La première prit la parole et dit : "Mon mari est de la chair de chameau maigre placée sur le sommet d'une montagne.

Il n'a pas de plaine qu'on puisse gravir, ni de graisse qu'on puisse emporter". (elle fait allusion à sa vanité et à son mauvais caractère).

 

-"Je ne dirai rien sur mon mari, dit la seconde, car je craindrai de ne pas arriver jusqu'au bout, si je fais mention de ses défauts aussi visibles qu’'invisibles".

 

-"Mon grand diable de mari, dit la troisième, si j’'en parle, je serai répudiée et si je me tais, je serai délaissée ni épouse ni divorcée".

 

- "Mon mari, dit la quatrième, est comme la nuit du Tihâma, ni chaud, ni froid. Il ne m'inspire ni crainte, ni dégoût". (Elle fait ainsi allusion à son bon caractère et à son bonheur avec lui).

 

- "Quand, dit la cinquième, mon mari entre à la maison, il est comme un guépard, mais lorsqu'il sort, c'est un lion, il ne s'inquiète pas de ce qui s'était passé (à la maison)".

 

- "Mon mari, dit la sixième, mélange (tout) quand il mange et boit tout quand il boit. S'il se couche, il s'emmitoufle et n'introduit pas la main pour connaître mes soucis (littéralement: le chagrin)". (Elle veut dire qu’'il ne couche presque pas avec elle).

 

- "Mon mari, dit la septième, est dans les illusions à outrance - ou suivant une variante - dans la paresse à outrance ; Il est plat, ne vaut rien et a tous les vices possibles, il vous fend le crâne (pour plaisanter) ou vous blesse (pour punir), ou même vous fait l'une et l'autre de ces deux choses".

 

- "Les attouchements de mon mari, dit la huitième, sont doux comme ceux du lièvre et son parfum est celui du zerneb". (Elle veut exprimer son bonheur auprès de lui à cause de son caractère généreux).

 

- "Mon mari, dit la neuvième, est noble et généreux; il est de haute stature; et est très hospitalier ; Sa maison est pour ainsi dire près de tout homme qui l'appelle (mot à mot)".

 

- "Mon mari, dit la dixième, est un Mâlik et comme il est bon Mâlik ! Personne n'est égale à lui. Il possède des nombreux chameaux que l'on fait souvent agenouiller (pour les traire et donner du lait aux hôtes), mais qu'on n'envoie que rarement au pâturage (afin de les avoir sous la main pour les égorger s'il arrive un hôte). Quand ces chameaux entendent le bruit des cithares (pour accueillir cérémonieusement les visiteurs), ils sont certains qu'ils n'ont plus longtemps à vivre".

 

- "Mon mari, dit la onzième, c'est 'Abû Zar`.

Ah! quel homme que 'Abû Zar`!

Il a comblé mes oreilles de bijoux et donné de l'embonpoint à mes biceps.

Il m’a donné la joie et je suis heureuse auprès de lui.

Il m'a trouvée chez des gens n'ayant que quelques moutons, dans un hameau et m'a emmenée chez des gens ayant chevaux, chameaux dépiquant des grains et épluchant leurs légumes.

Quand je lui parle, il ne me critique pas.

Je me couche et dors jusqu'au matin.

Je bois à ma soif.

La mère de 'Abû Zar`! Ah ! quelle mère que celle de 'Abû Zar`!

Ses approvisionnements sont abondants et sa maison est vaste.

Et le fils de 'Abû Zar`! Ah ! quel fils que celui de 'Abû Zar`! 

Sa couche est pareille à une lame dégainée, une épaule de chevreau suffit à le rassasier.

Et la fille de 'Abû Zar`! Ah ! quelle fille que celle de 'Abû Zar`!

Elle obéit à son père; elle obéit à sa mère; elle remplit bien ses vêtements et elle excite l'envie de ses voisines.

Et la servante de 'Abû Zar`! Ah ! quelle servante que celle de 'Abû Zar`!

Elle ne répand pas au dehors les propos que nous tenons entre nous; elle ne gaspille pas nos provisions; elle ne remplit pas notre maison d'ordures, au contraire, elle en prit soin. 'Abû Zar`, mon mari, étant sorti pendant que les outres étaient agitées pour faire le beurre, rencontra une femme ayant avec elle deux enfants pareils à deux guépards qui jouaient avec deux grenades (Il s'agit de seins fortement développés) qu'ils faisaient passer sous sa taille (alors qu'elle était couchée).

Il me répudia et épousa cette femme.

Alors j'épousai un homme généreux et de bonne naissance.

Il monta sur un cheval agile, prit une lance de khat et le soir il revint vers moi avec un nombreux troupeau.

Il me donna une paire de chacun des animaux qu'il avait ramenés en me disant : Mange, Ô 'Umm Zar`, et approvisionne ta famille.

Eh bien ! j'aurais réuni tout ce qu'il m'avait donné, que cela n'eût pas suffi à remplir le plus petit des chaudrons de 'Abû Zar`".
 

"Et, ajouta `A'icha, l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه وسلم me dit : J'ai été pour toi comme 'Abû Zar` pour 'Umm Zar`".

 

Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim [Arabe uniquement]: 2448

 

عن عائشة رضي الله عنها أنها قالت

 

جلس إحدى عشرة امرأة .فتعاهدن وتعاقدن أن لا يكتمن من أخبار أزواجهن شيئا
قلت الأولى "زوجي لحم جمل غث (أي هزيل) على رأس جبل وعر (أي كثير الضجر شديد الغلظة يصعب الرقي إليه مثل الجبل) لأسهل فيرتقى ولا سمين فينتقل "(أي انه لهزاله لا يرغب احد فيه فينتقل إليه فزوجها شديد البخل سيئ الخلق)

قالت الثانية "زوجي لا أبث خبره (أي لا اظهر حديثه الذي لا خير فيه). إني أخاف أن لا أذره (أي إني أخاف أن لا اترك من خبره شيئا لطوله و كثرته) أن أذكره أذكر عجره (أي تعقد العروق و العصب في جسده) و بجره (مثلها إلا أنها تكون مختصة بالتي تكون في البطن أي أرادت عيوبه الظاهرة )

قالت الثالثة "زوجي العشنق (أي المذموم الطول) أن انطق أطلق وان أسكت اعلق"(أي أن ذكرت عيوبه وبلغه ذلك طلقها وهي عنده معلقة لا ذات زوج ولا مطلقة)


قالت الرابعة"زوجي كليل تهامة (تهامة بلاد حارة في معظم الزمان وليس فيها رياح باردة فيطيب الليل لأهلها لما كانوا فيه من أذى حرارتها ) لا حر ولا قر . ولا مخافة ولا سآمة (وصفت زوجها بجميل العشرة واعتدال الحال و سلامة الباطن)

قالت الخامسة "زوجي أن دخل فهد (أي شبهته بالفهد لأنه يوصف بالحياء وقلة الشر وكثرة النوم مدحا له) وان خرج أسد (أي يصير بين الناس مثل الأسد) ولا يسأل عما عهد (بمعنى شديد الكرم لا يتفقد ما ذهب من ماله فهو كثير التسامح)

قالت السادسة "زوجي إذا أكل لفﱠ(أي أكثر منه) وإذا شرب إشتفﱠ (عدم الإبقاء على المشروب من شيء ) وإذا اضطجع التف (أعراضا عنها) ولا يولج الكف ليعلم البث (البث هو الحزن أي لا يمد يده ليعلم ما هي عليه من حزن فيزيله )

قالت السابعة "زوجي غياباء أو عياباء (شك من الراوي والعياباء الذي لا يضرب ولا يلقح من الإبل أي ليس بشيء) طباقاء (أي أحمق) كل داء له داء (أي كل داء تفرق في الناس فهو فيه) شجك أو فلك أو جمع كلا لك (شجك جرحك في راسك فلك جرحك في جسمك أو يجمعهما أي انه ضروب للنساء)

قالت الثامنة"الريح ريح زرنب (طيب الريح) والمس مس أرنب (أي ناعم الجلد مثل الأرنب

قالت التاسعة" زوجي رفيع العماد (وصفته بعلو بيته وطوله) طويل النجاد (النجاد حمالة السيف أي شجاع) عظيم الرماد قريب البيت من النادي (أي وضع بيته وسط الناس ليسهل لقاؤه)

قالت العاشرة"زوجي مالك. وما مالك؟ مالك خير من ذلك له إبل كثيرات المبارك (وهو موضع نزول الإبل) قليلات المسارح. إذا سمعنا صوت المزهر (آلة من آلات الطرب والغناء) أيقن أنهن هوالك
قالت الحادية عشر "زوجي أبو زرع. فما أبو زرع؟ أناس من حلي أذني (أثقل أذنيها من أقراط الذهب واللؤلؤ). وملأ من شحم عضدي وبجحني فبجحت إلي نفسي (أي عظمني فعظمت إلي نفسي) وجدني في أهل غنيمة بشق (بجهد) فجعلني في أهل صهيل (خيل) وأطيط (إبل) ودائس (المراد أن عندهم طعام منتقى من الزرع الذي يداس في بيدره ليتميز الحب من السنبل) ومنق (هي الآلة التي تميز الحب وتنقيه)
فعنده أقول فلا أقبح (لكثرة إكرامه لها فلا يرد لها قولا) وأرقد فأتصبح وأشرب فأتقنح (أي الشرب على مهل) 
أم أبي زرع، فما أم أبي زرع؟ عكومها (على هيئة حقيبة) رداح (ثقيلة من ملئها) وبيتها فساح
إبن أبي زرع، فما إبن أبي زرع؟ مضجعه كمسل شطبة (كسيف سل من غمده لصغره) ويشبعه ذراع الجفرة (الأنثى من ولد الماعز
بنت أبي زرع، فما بنت أبي زرع؟ طوع أبيها وطوع أمها وملئ كسائها (لكمال شخصها) وغيظ جارتها
جارية أبي زرع، فما جارية أبي زرع؟ لا تبث حديثنا تبثيثا (لا تفشي سرا) ولا تنقث ميرتنا تنقيثا (لا تسرق زادنا) ولا تملأ بيتنا تعشيشا (مهتمة بتنظيف البيت وتنظيمه
قالت: خرج أبو زرع والأوطاب تمخض (وهو وعاء اللبن) فلقي امرأة معها ولدان لها كالفهدين يلعبان من تحت خصرها برمانتين فطلقني ونكحها فنكحت بعده رجلا سريا ركب شريا (فرسا عظيما) وأخذ خطيا (الرمح) وأراح علي نعما ثريا (كثيرة) وأعطاني من كل رائحة زوجا (أعطاني من كل شيء يذبح زوجا) وقال: كلي أم زرع ومري أهلك (صليهم واسعي إليهم بالطعام)

فلو جمعت كل شيء أعطاني ما بلغ أصغر آنية أبي زرع
قالت عائشة: قال لي رسول الله صلى الله عليه وسلم
"كنت لك كأبي زرع لأم زرع"


( رواه مسلم باب ذكر حديث أم زرع رقم 2448 ج 4)

 رواه البخاري في (صحيحه) في (كتاب النكاح)

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 22:15
Les frères musulmans et le groupe des tablighs font partie des 72 groupes

 

Question :

 

Qu’Allah te donne en bien : le hadith du Prophète صلّى الله عليه سلّم sur la division des communautés, sa parole :

 

"ma communauté va se diviser en 73 groupes tous en enfer sauf un…" jusqu’à la fin du hadith.

 

Est-ce que le groupe des Tablighs avec ce qu’ils ont comme associations et innovations, et le groupe des Frères Musulmans avec ce qu’ils ont comme partisanisme et rébellion contre les gouverneurs : Ces deux groupes font-ils partie des groupes perdus ?

 

Réponse :

 

Ils rentrent dans les 72 groupes, celui qui transgresse la croyance des Gens de La Sunnah et du Consensus entre dans les 72 groupes.

 

Le sens de sa parole صلّى الله عليه و سلّم : "ma communauté" : c’est-à-dire : la communauté de réponse, c’est-à-dire ceux qui ont répondu à l’appel d’Allah et ont montré qu’ils le suivent.

 

"73 groupes"le Groupe Sauvé qui est sauf et qui l’ont suivi (صلّى الله عليه و سلّم ) et ont été droits sur sa religion, et 72 groupes parmi lesquels il y a le mécréant et le désobéissant et l’innovateur : différentes catégories.

 

Question :

 

C’est-à-dire que ces deux groupes font partie des 72 groupes ?

 

Réponse du cheikh :

 

Ils font partie des 72 groupes.

 

Tiré de l’une des cassettes d’une série de cours d’Al-Mountaqâ dans la ville de Tâif en Arabie Saoudite enregistrés deux ans avant la mort de Cheikh 

Publié par fatwa1.com

 

 السؤال: سماحة الشيخ العلامة عبد العزيز بن باز - رحمه الله تعالى أحسن الله إليك، حديث النبي صلّى الله عليه سلّم في افتراق الأمم: قوله

 (( ستفترق أمتي على ثلاث وسبعين فرقة إلا واحدة ))

فهل جماعة التبليغ على ما عندهم من شركيات وبدع.

وجماعة الأخوان المسلمين على ما عندهم من تحزب وشق العصا على ولاة الأمور وعدم السمع والطاعة.

هل هاتين الفرقتين تدخل...؟

فأجاب - غفر الله تعالى له وتغمده بواسع رحمته -:

تدخل في الثنتـين والسبعين، من خالف عقيدة أهل السنة دخل في الثنتين والسبعين، المراد بقوله ( أمتي ) أي: أمة الإجابة، أي: استجابوا له وأظهروا اتباعهم له، ثلاث وسبعين فرقة: الناجية السليمة التي اتبعته واستقامة على دينه، واثنتان وسبعون فرقة فيهم الكافر وفيهم العاصي وفيهم المبتدع أقسام.

فقال السائل: يعني: هاتين الفرقتين من ضمن الثنتين والسبعين؟

فأجاب: نعم، من ضمن الثنتين والسبعين والمرجئة وغيرهم، المرجئة والخوارج بعض أهل العلم يرى الخوارج من الكفار خارجين، لكن داخلين في عموم الثنتين والسبعين 

ضمن دروسه في شرح المنتقى في الطائف وهي في شريط مسجّل وهي قبل وفاته -رحمه الله- بسنتين أو أقل

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 22:05
Apprendre les hadiths faibles (audio)

 

Question :

 

Est ce qu'on peut apprendre les ahadith très faible ?

 

Et si on les trouve dans des livres comme boulough al maram ?

 

Réponse :

 

Oui, on les apprend avec l'auteur du livre pour savoir où il était indiqué et savoir qu'il est faible.

 

Comme ça, quand tu le croises tu dis c'est un hadith faible et tel auteur l'a indiqué dans tel livre.

 

Traduit par umm Zayd

 

هل تحفظ الأحاديث الضعيفة إذا وُجدت في المتون؟

السؤال:هذا يقول: ما حكم حفظ الأحاديث الضعيفة جدًّا؟ هل تُحْفَظ إذا وُجِدَت في متون مثل بلوغ المرام؟

الجواب:نعم تُحفظ من ضمن المُؤَلَّف؛ ليُعلم أنَّ هذا الكتاب أَوْرَد هذا الحديث، وأن هذا الحديث مذكورٌ في هذا الكتاب وتَعْرِف عِلَّته، أن الحديث ضعيف، فإذا مَرَّ بك قلت هذا حديثٌ ضعيف أورده فلان في الكتاب الفلاني وضَعَّفَه. نعم

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Hadith - الأربعين النووية - مصطلح الحديث
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:38
Les deux catégories de tawassoul (التوسل : Se rapprocher d'Allah par divers intermédiaires) (audio-vidéo)

 

Question :

 

Le questionneur demande :

 

Ô Cheikh, au sujet du tawassoul (se rapprocher d’Allâh par des intermédiaires) et de ses différentes catégories ; Et ceci (le tawassoul) par l’invocation des vertueux ? 

 

Réponse de Cheikh Salih Al Fawzan :

 

La tawassoul est de deux catégories :

- Autorisé

- Interdit

 

-Le tawassoul autorisé

 

Il s’agit du tawassoul vers Allâh (se rapprocher d’Allâh) par Ses noms et Ses attributs, tawassoul par des œuvres pieuses, tawassoul par la demande d’invocations auprès des vivants, présents, en leur demandant qu’ils invoquent selon ton besoin, cela est permis, tout cela est permis. 

 

-Le tawassoul interdit

 

Il s’agit du tawassoul par le rang de la créature, par son droit, par sa personne, ou par sa droiture, ceci est un tawassoul interdit.

 

Et si son auteur voue une chose de son adoration à celui qui est pris pour intermédiaire, alors ceci est du shirk majeur, tel que celui sur lequel étaient les gens de la jâhiliya (l’ignorance préislamique).

 

{وَيَعْبُدُونَ مِنْ دُونِ اللَّهِ مَا لا يَضُرُّهُمْ وَلا يَنْفَعُهُمْ وَيَقُولُونَ هَؤُلاءِ شُفَعَاؤُنَا عِنْدَ اللهّ}

 

(Ils adorent au lieu d’Allâh ce qui ne peut ni leur nuire ni leur profiter et disent: «Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d’Allâh ») (Yunus, v18)

 

Et tel que ce sur quoi est la majorité des adorateurs de tombes, ceux qui se rapprochent des morts par diverses adorations en disant qu’ils (les morts) intercèdent en leur faveur auprès d’Allâh, alors ceci c’est du shirk majeur. 

 

السؤال:  يسأل هذا السائل يا شيخ عن التوسل وعن أنواعه وذلك بدعاء الصالحين؟

التوسل على نوعين توسل مشروع وتوسل ممنوع

توسل المشروع: هو توسل إلى الله بأسمائه وصفاته، توسل بالأعمال الصالحة، التوسل بطلب الدعاء من الأحياء الحاضرين أن يدعوا لك بأمرك هذا جائز كله جائز 

التوسل الممنوع: هو التوسل بجاه المخلوق أو بحقه أو بشخصه أو بصلاحه هذا توسل ممنوع، وإذا صحبه صرف شيء من العبادة لمتوسل به هذا شرك أكبر كما عليه أهل الجاهلية (وَيَعْبُدُونَ مِنْ دُونِ اللَّهِ مَا لا يَضُرُّهُمْ وَلا يَنْفَعُهُمْ وَيَقُولُونَ هَؤُلاءِ شُفَعَاؤُنَا عِنْدَ اللَّهِ)، وكما عليه غالب القبوريين الذين يتقربون إلى الأموات بأنواع من العبادات ويقولون أنهم يشفعون لنا عند الله فهذا شرك أكبر، نعم

 

UIPUI.png

 

Question :

 

Qu’Allâh vous raffermisse.

 

S’il n’y a de tawassoul, par exemple, que par la Foi en le Prophète صلى الله عليه وسلم, pouvons-nous établir sur cette base qu’il existe un tawassoul avec une quelconque adoration parmi les adorations, tel que le tawassoul par exemple par la prière qu’accomplie la personne, ou par son jeûne ou par une œuvre parmi ses œuvres pieuses ? 

 

Réponse de Cheikh Mouhammad Al-’Outheymine :

 

Le tawassoul avec cela, naam, il n’y a pas de mal.

 

Il dira alors : « Ô Allâh ».

Par exemple : « Ô Allâh ! J’ai prié pour toi, j’ai jeûné pour toi, j’ai accompli le pèlerinage pour Toi… », et ce qui y ressemble, « Pardonne-moi ! ».

 

Il n’y a aucun mal en cela car ces œuvres sont des causes du pardon d’Allâh. 

 

السؤال: أثابكم الله إذن على هذا لا يكون التوسل إلا مثلاً بالإيمان بالرسول صلى الله عليه وسلم لكن هل نقيس عليه التوسل بأي عبادة من العبادات كالتوسل مثلاً بصلاة الإنسان أو بصومه أو بعمل من أعماله الصالحة؟

  الجواب الشيخ: يتوسل به نعم لا بأس به يقول اللهم مثلاً اللهم لك صليت لك صمت لك حججت وما أشبه ذلك فاغفر لي هذا لا بأس به لأن هذه الأعمال من أسباب المغفرة

UIPUI.png

 

Question :

 

La confusion a touché beaucoup de gens dans ce qui est compris par tawassoul permis et par tawassoul interdit.

 

Nous souhaitons, de son Eminence le Cheikh, qu’il nous clarifie ce qu’est le tawassoul, quel est celui qui est autorisé et celui qui est interdit, ainsi que des exemples. 

 

Réponse de Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn Bâz :

 

Le tawassoul, tel que l’a évoqué Ibn Al Qayyim et d’autres que lui – qu’Allâh lui fasse miséricorde – le tawassoul se divise en 3 : 

 

-Tawassoul en tant que shirk majeur, tel que invoquer les morts, demander le secours auprès des morts, sacrifier pour eux, nouer un vœu pour eux, cela est le shirk majeur.

 

Les polythéistes disent :

 

{ مَا نَعْبُدُهُمْ إِلَّا لِيُقَرِّبُونَا إِلَى اللَّهِ زُلْفَى }

 

(Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah) (Az-Zumar, v3)

 

et ils disent :

 

{ هَؤُلاءِ شُفَعَاؤُنَا عِنْدَ اللَّهِ}

 

(Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d’Allâh) (Yunus, v18)

 

Ils les prennent pour intermédiaires (les morts) en les invoquant et en recherchant le secours auprès d’eux, voilà le shirk majeur. 

 

-Le deuxième tawassoul : Le tawassoul par leur essence même, en disant : « Ô Allâh ! Je te demande par untel », « Par Ton prophète untel », « Ô Allâh ! Je te demande par tes pieux serviteurs », « Ô Allâh ! Je te demande par Mohammad, par Moussa… », ceci est du tawassoul interdit, de l’innovation, car il est une voie vers l’exagération et le shirk. 

 

-Le troisième tawassoul, autorisé, légiféré : il s’agit du tawassoul par les noms d’Allâh et Ses attributs, le tawassoul par tes œuvres pieuses, par ta Foi.

 

Ceci est le tawassoul légiféré, à l’image de ce que dit Allâh جلا و علا :

 

{ وَلِلَّهِ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى فَادْعُوهُ بِهَا}

 

(C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms) (al A3râf, v180)

 

Et tel que le Prophète (صلى الله عليه وسلم) invoquait Allâh par Ses noms et Ses attributs, celui-ci est appelé : le tawassoul légiféré ; et tel que rapporté dans un hadith :

 

« Je cherche protection par Ta Gloire (Ô Allâh) contre l’égarement » 

 

Ainsi, le tawassoul par les attributs d’Allâh est une chose légiférée : « je Te demande par Ta miséricorde »« je Te demande par Ta science », « je Te demande par Ta bienfaisance », « je Te demande par Ta Puissance, de me pardonner ».

 

Et dans un hadith, une invocation qu’a demandé Othmân Ibn Abî Al3âss, il se plaignit (au Prophète صلى الله عليه وسلم) d’une maladie, il lui dit :

 

« pose ta main à l’endroit dont tu te plains et dis :

"Je cherche protection auprès d’Allâh et Sa Puissance contre le mal de la douleur que j’éprouve et que je redoute" »

 

Il chercha refuge donc par la Puissance d’Allâh, et Son Pouvoir contre le mal qu’il ressentait et qui l’effrayait, il demanda protection avec tout cela. 

 

Et entre autres : « Ô Allâh ! Je cherche refuge auprès de Ta satisfaction contre Ta colère, et auprès de Ton pardon contre ton châtiment, et auprès de Toi contre Toi-même, je ne peux dénombrer les éloges sur Toi ».

 

Le tawassoul par la Foi, les œuvres pieuses et la taqwa (la crainte) pour Allâh, c’est le tawassoul légiféré.

 

-Donc,

 

Le tawassoul par les attributs d’Allâh, par les noms d’Allâh, par ta Foi et ta taqwa, ceci est un tawassoul légiféré. 

 

Et le tawassoul par les êtres eux-mêmes, par untel et par un autre, par le rang d’untel, ou par le droit d’untel, ceci est un tawassoul innové.

 

On ne demande pas par le rang d’untel, ou par le droit d’untel, ou par un prophète untel, ni même par l’essence d’untel, c’est un tawassoul innové. 

 

Quant au tawassoul par la science d’Allâh, par l’obéissance à Allâh, par le suivi de la législation d’Allâh, il n’y a aucun mal en tout cela, tawassoul par les attributs d’Allâh, par les noms d’Allâh et Ses attributs :

 

{ وَلِلَّهِ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى فَادْعُوهُ بِهَا}

 

(C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms) (al A3râf, v180) 

 

Il y a également le tawassoul par les œuvres pieuses, tel que dire : « Ô Allâh ! Je te demande par ma Foi en Toi », « par le fait que je ne compte que sur Toi », « par la confiance que j’ai en Toi », « par ma bienfaisance envers mes parents », « par le fait que je restitue le dépôt », et tout ce qui y ressemble, tout cela est un tawassoul légiféré. 

 

Dans le hadith des gens de la grotte, dont la chute d’un rocher obstrua la sortie, ils se dirent entre eux : 

 

« Vous ne serez libérés de ce rocher que si vous invoquez Allâh exalté au nom de vos bonnes actions passées ». 

 

L’un d’eux dit : « Ô Allâh ! J’avais deux parents âgés et je ne faisais boire du lait à personne avant eux, ni aux miens, ni à mes serviteurs et mes esclaves.

Un jour, une certaine affaire me retint, si bien que mes parents se sont endormis avant mon retour.

J’ai trait pour eux leur part de lait et je les ai trouvés endormis.

Il m’a cependant répugné de les réveiller ou de donner leur lait à ma famille ou à des esclaves.

Je suis resté, bol dans mes mains, attendant ainsi leur réveil jusqu’à la pointe du jour, alors que mes enfants criaient de faim à mes pieds. Ils se réveillèrent enfin et burent leur lait. 

Ô Allâh ! Si j’ai fait cela dans l’espoir de voir Ton Visage, libère-nous de cette pierre qui nous emprisonne». 

 

Le rocher se déplaça un peu mais pas assez pour les laissez sortir. 

 

Le second dit : « Ô Allâh ! J’avais une cousine que j’aimais par-dessus tout au monde (dans une autre version : que j’aimais aussi fort que l’homme peut aimer les femmes).

Je lui faisais des propositions malhonnêtes mais elle s’y est toujours refusée.

Jusqu’à ce qu’une année de grande disette la poussât à s’adresser à moi.

Je lui donnai alors cent vingt dinars à condition qu’elle se donnât à moi et c’est ce qu’elle accepta.

Une fois que je me suis installé entre ses deux jambes, elle dit : « Crains Allâh et ne romps le cachet (= l’hymen) que dans la légitimité (du mariage) ! ».

Je la laissai alors bien qu’elle fût pour moi l’être le plus cher et je lui ai quand même abandonné l’or que je lui avais donné.

Ô Allâh ! Si j’ai fait cela dans l’espoir de voir Ton Visage, sors-nous de notre prison ».

 

Le rocher se déplaça encore un peu mais pas assez pour les faire sortir.

 

Le troisième dit : « Ô Allâh ! J’ai pris à mon service des salariés que j’ai rétribué sauf l’un d’eux qui partit en me laissant son salaire.

Je le lui fis fructifier jusqu’à en faire une grande fortune.

Après un certain temps, il vint me dire : « Ô serviteur d'Allâh! Donne-moi mon salaire ! ».

Je lui dis : « Tout ce que tu vois là comme chameaux, bovins, ovins et esclaves est le produit de ton salaire ».

Il dit : « Ô serviteur d'Allâh ! Est-ce que tu te moques de moi ? ».

Je dis : « Je ne me moque point de toi » !

Il prit alors tous ces biens et les conduisit chez lui sans rien en laisser.

Ô Allâh ! Si j’ai fait cela dans l’espoir de voir Ton Visage, sors-nous de cette prison ! ».

 

Le rocher s’écarta alors et ils partirent en marchant » 

 

(Version traduite différente de la version citée par le cheikh, reprise Ici)

 

Ce tawassoul, de ces trois personnes, par leurs bonnes œuvres pour Allâh – عز و جل – Allâh leur en a fait profiter dans la détresse. 

 

التوسل المشروع والممنوع

اختلط على كثير من الناس مفهوم التوسل الجائز والتوسل الممنوع, نرجو من سماحة الشيخ أن يبيِّن لنا ما هو التوسل، وما هو الجائز منه وما هو الممنوع، وأمثلة على ذلك؟

التوسل كما ذكره ابن القيم وغيره -رحمة الله عليه-، التوسل أقسام ثلاث: توسل والشرك الأكبر، كدعاء الأموات والاستغاثة بالأموات، والذبح لهم والنذر لهم، هذا هو الشرك الأكبر، يقول المشركون: مَا نَعْبُدُهُمْ إِلَّا لِيُقَرِّبُونَا إِلَى اللَّهِ زُلْفَى[الزمر: 3]، هَؤُلاءِ شُفَعَاؤُنَا عِنْدَ اللَّهِ[يونس: 18]، يتوسلون بدعائهم واستغاثتهم بهم، وهذا هو الشرك الأكبر. التوسل الثاني: التوسل بذواتهم، تقول: اللهم إني أسألك بذات فلان، بنبيك فلان، اللهم إني أسأل بعبادك الصالحين، اللهم إني أسألك بمحمد، بموسى، هذا توسل ممنوع، بدعة، لأنه وسيلة للغلو والشرك. التوسل الثالث الجائز المشروع: وهو التوسل بأسماء الله وصفاته، التوسل بأعمالك الصالحة، بإيمانك، هذا التوسل المشروع، مثل ما قال الله -جل وعلا-: وَلِلَّهِ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى فَادْعُوهُ بِهَا[الأعراف: 180]، ومثل ما كان النبي -صلى الله عليه وسلم- يدعو الله بأسمائه وصفاته، هذا يقال له: التوسل المشروع، وقد جاء في حديث: أعوذ بعزتك أن تذلني، فالتوسل بصفات الله أمر مشروع، أسألك برحمتك، أسألك بعلمك، أسألك بإحسانك، أسألك بقدرتك أن تغفر لي،.... دعاء الذي سأله....عثمان بن أبي العاص، واشتكى إليه ضرباً، قال: ضع يدك على ما تشتكي وقل: (أعوذ بالله بعزته وقدرته من شر ما أجد وأحاذر)، فتوسل بعزة الله وقدرته، من شر ما يجد ويحاذر، واستعاذ بذلك، (اللهم إني برضاك من سخطك، وبعفوك عن عقوبتك، وبك منك لا أحصي ثناءً عليك). أما التوسل بالإيمان والأعمال الصالحة والتقوى لله، فهذا هو التوسل الشرعي، فالتوسل بصفات الله وبأسماء الله وبإيمانك وتقواك هذا توسل شرعي، أما التوسل بالذوات، ذوات فلان وفلان، أو جاه فلان، أو حق فلان فهذا توسل بدعي، فلا يتوسل بجاه فلان، ولا بحق فلان، ولا بالنبي فلان، ولا بذات فلان، فهذا توسل بدعي. أما التوسل ....... الله، بطاعة الله، باتباعك لشرع الله، هذا كله لا بأس به، توسل بصفات الله، وتوسل بأسماء الله وصفاته، وَلِلَّهِ الْأَسْمَاءُ الْحُسْنَى فَادْعُوهُ بِهَا[الأعراف: 180]، ومنه التوسل بالأعمال الصالحة، كأن تقول: اللهم أني أسأل بإيماني بك، بتوكلي عليك، بثقتي بك، ببري لوالدي، بأدائي الأمانة، وما أشبه ذلك، هذا كله توسل شرعي ومن حديث أصحاب الغار الذين انطبقت عليهم الصخرة، فقالوا فيما بينهم: لا ينجيكم من هذا الباب إلا أن تسألوا الله بصالح أعمالكم، فسألوا الله بصالح أعمالهم فقال أحدهم: اللهم أنه كان لي أبوان شيخان كبيران، وكنت لا أغبق قبلهما أهلاً ولا مالا، فنأى بي طلب ...... ذات ليلة فلم أرح عليهما إلا وقد ناما، فوقفت على رؤوسهما والقدح في يدي، انتظر استيقاظهما، ولم استحسن استيقاظهما حتى برق الصبح، فلما استيقظا شربا غبوقهما، اللهم إن كنت تعلم أني فعلت هذا ابتغاء وجهك فافرج عنا ما نحن فيه، فانفرجت الصخرة شيئاً لا يستطيعون الخروج منه، وقال الآخر: اللهم إنه كانت لي ابنة عم وكنت أحبها كأشد ما يحب الرجال النساء، وإني راودتها عن نفسها فأبت، فألمت بها سنة، يعني حاجة شديدة، فجاءت إليّ تقول: يا ابن عم أعني، فقال: لا حتى تمكني من نفسك، فطاوعته من أجل حاجتها، فلما جلس بين رجليها قالت له: يا عبد الله اتق الله ولا تفض الخاتم إلا بحقه، قال: فقمت عنها خوفاً منك، وهي أحب الناس إليّ، اللهم إن كنت تعلم أني فعلت هذا ابتغاء وجهك فافرج عنا ما نحن فيه، فانفرجت الصخرة بعض الشيء، لكنهم لا يستطيعون الخروج، ثم قال الثالث: اللهم إني استأجرت أجراء فأعطيت كل أجيرٍ حقه إلا واحداً ترك أجره فلميته له، وثمرته له، حتى صار منه إبل وبقر وغنم وعبيد، فجاء إليّ بعد ذلك، وقال: يا عبد الله اعطني أجري، فقلت له: كل ما ترى من أجرك، -من الإبل والبقر والغنم والعبيد- قال: يا عبد الله لا تستهزئ بي، قلت: لا إني لا استهزئ بك إنه من أجرك نميته لك فخذه، فاستاقه كله، اللهم إن كنت تعلم أني فعلت هذا ابتغاء وجهك فافرج عنا ما نحن فيه، فانفرجت الصخرة حتى خرجوا)، هذا التوسل من هؤلاء الثلاثة بأعمالهم الطيبة التي فعلوها لله -عز وجل-، فنفعهم الله بها عند الشدة

 

Traduction : Oum Oumayr


Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:37
Prendre la science auprès des petits

Le shaykh bien-aimé, le noble savant, ‘Abd As-Salâm Ibn Barjass (1387-1425 h.) a laissé à la communauté musulmane un patrimoine scientifique non négligeable.

 

Parmi ses ouvrages bénéfiques on trouve le livre : "Obstacles à l’apprentissage".

 

Voici la traduction de l’obstacle qu’il a placé en quatrième position : "Prendre la science auprès des petits."

 

Il dit -qu’Allah lui fasse miséricorde- :

separador-2

Ce phénomène est en réalité un mal grave et une maladie chronique qui empêche l’étudiant d’atteindre son objectif et qui le fait dévier du chemin sain menant à la science.

 

Ceci car prendre la science auprès des jeunes dont le pied ne s’est pas enraciné dans la science et dont les barbes n’y ont pas blanchi, avec la présence de quelqu’un de plus âgé et de plus enraciné, affaiblit la base du débutant, l’empêche de profiter de l’expérience des grands savants et d’acquérir leurs bonnes manières qui ont été réformées par la science et le temps.

 

Ainsi que d’autres raisons que révèle le athar d’Ibn Mass’ûd lorsqu’il dit :

 

"Les gens ne cesseront d’être dans le bien tant qu’ils prendront la science de leurs grands, leurs dignes de confiance et leurs savants ; et s’ils la prennent de leurs petits et de leurs mauvais, ils périront."

 

Le hadîth authentique d’après Abî Omayya Al Jomhy mentionne que le Messager d’Allah -que la paix et la bénédiction d’Allah soient sur lui- a dit :

 

"Parmi les signes de l’Heure, il y a le fait de rechercher la science auprès des petits".

 

Les gens ont divergé quant à l’explication des "petits" ici en avançant plusieurs paroles citées par Ibn ‘Abd Al Barr -qu’Allah lui fasse miséricorde- dans Al Jâmi’ (1/157) et Ash-SHâtiby -qu’Allah lui fasse miséricorde" dans Al I’tissâm (2/93).

 

Ibn Qotayba -qu’Allah lui fasse miséricorde- est d’avis que les petits sont les petits en âge.

 

Il a dit suite au athar d’Ibn Mass’ûd précédemment cité :

 

"Il veut dire que les gens ne cesseront d’être dans le bien tant que leurs savants sont des personnes âgées, et non des petits jeunes, car la personne âgée n’a plus le plaisir de la jeunesse, ni sa dureté, sa précipitation et sa faiblesse d’esprit.

Il est plutôt orné d’expérience et de savoir-faire, il ne peut être atteint d’une ambiguïté, ni se faire battre par la passion, ni même être entraîné par la convoitise, ni encore trébucher par le fait du Diable comme ce dernier le fait avec le jeune.

L’âge suscite la retenue, la vénération et le respect.

Le jeune, lui, peut être éprouvé par ces choses qui n’atteignent pas la personne âgée.

Si donc elle atteint le jeune et qu’il émet une fatwa, il périra et fera périr."

 

Ibn ‘Abd Al Barr rapporte de ‘Omar Ibn Al KHattâb -qu’Allah l’agrée- qu’il a dit :

 

"Je sais quand les gens sont dans le bien et quand ils sont dans la corruption. Si le savoir vient du petit, le grand s’en trouve réfractaire ; et si le savoir provient du grand, le petit le suit et les voilà tous deux guidés."

 

Ibn ‘Abd Al Barr rapporte également de Abou Al Ahwass qui tient de ‘Abd Allah qu’il a dit :

 

"Vous ne cesserez d’être dans le bien tant que la science sera avec vos grands, et si la science se retrouve avec vos petits, le grand jettera le discrédit sur le petit."

 

Il y a dans ces deux athar une autre raison de ne pas prendre la science du petit autre que celle citée par Ibn Qotayba, qui est la crainte de rejet de la science si elle parvient du petit.

 

Somme toute, la parole "le petit" est générale et désigne le petit au sens propre ou figuré.

 

Ce jugement concernant le petit d’âge n’est pas absolu car certains parmi les Compagnons et les Suivants ont donné des fatwas et enseigné à un jeune âge en présence des grands sauf que ceux-là sont rares après ces générations.

 

Si l’on en trouve et que leur aptitude est connue, que leur science est apparue sérieuse après avoir été sondée, que l’on ne trouve personne parmi les grands de qui sont prises les sciences dont ils disposent et que la fitna sera évitée alors que l’on prenne d’eux.

 

Al Hajjâj Ibn Arta-a -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :

 

"Ils détestaient que l’homme transmette le hadith avant que les poils blancs n’apparaissent sur sa barbe."

 

Le but n’est pas de délaisser la science du jeune en présence des grands, non ; mais le but est de mettre les gens à la place qui leur revient.

 

Le droit du jeune qui s’est distingué est de profiter de lui en étudiant, révisant et discutant avec lui.

 

Mais qu’il se mette à émettre des fatwas et qu’on lui écrive pour lui poser des questions alors non et mille non, car cela est un meurtre contre lui, une fitna et une tromperie pour lui-même.

 

Al Fodayl Ibn ‘Yyyâd -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :

 

"Si je vois un homme entouré de gens, je dirais : c’est un fou.

Qui, quand les gens se rassemblent autour de lui, ces derniers ne souhaitent pas qu’il embellisse sa parole pour eux ?"

 

Il a aussi dit :

 

"Il m’est parvenu que par le passé, quand les savants apprenaient, il mettaient en pratique, et quand ils mettaient en pratique ils s’occupaient, et quand il s’occupaient ils disparaissaient, et quand ils disparaissaient on les recherchait, et quand on les recherchait ils s’enfuyaient."

 

Ô vous les étudiants, si vous désirez acquérir le savoir de ses sources alors voici les grands savants.

 

Ceux dont les barbes ont blanchi, les corps se sont amaigris, et les forces ont été altérées dans le savoir et l’enseignement.

 

Fréquentez-les assidûment avant que vous ne les perdiez, et extrayez leurs trésors avant qu’ils ne disparaissent avec eux.

 

Et c’est dans la nuit ténébreuse que l’on recherche la pleine lune.

 

Avertissement :

 

A cette époque, la norme de beaucoup de gens du commun a été faussée quant à l’appréciation des savants.

 

Il considère toute personne ayant exhorté de manière éloquente, ou ayant donné une conférence objective, ou ayant prêché le joumou’a de manière improvisée comme un savant vers qui on revient pour la fatwa et de qui on prend la science.

 

Ceci est une douloureuse calamité et un phénomène humiliant, dont les étincelles se sont élancées et dont le mal s’est propagé.

 

Car c’est attribuer la science à autre que celui à qui elle revient, et si l’affaire est confiée à autre que celui à qui il revient alors attends-toi à l’Heure.

 

Que l’étudiant prenne donc garde à prendre la science de ceux-là, sauf s’ils sont parmi les gens de science connus.

 

Car tout personne qui sait s’exprimer n’est pas nécessairement un savant, de même que toute personne qui attire vers elle les regards en dénigrant les gouverneurs des musulmans ou toute autre qui cite le pourcentage de morts du sida et autre n’est pas nécessairement un savant.

 

Le sens de ce qui précède n’est pas -comme peuvent penser certains- de délaisser leur écoute, ou de ne pas profiter de leurs exhortations, pas du tout ; mais le but est de ne pas prendre d’eux la science religieuse et de ne pas les élever au rang des savants, et c’est Allah qui accorde la réussite.

 

Les obstacles à l’apprentissage (29-34)

traduit par aboulwaqt.wordpress.com

 

      العائق الرابع 

أخذ العلم عن الأصاغر 

لقد فشت ظاهرة أخذ العلم عن صغار الأسنان بين طلاب العلم في هذا الزمن

وهذه الظاهرة – في الحقيقة – داء عضال ، ومرض مزمن يعيق الطالب عن مراده ، ويعوج به عن الطريق السليم الموصل إلي العلم

وذلك لأن اخذ العلم عن صغار الأسنان ، الذين لم ترسخ قدمهم ، ولم تشب لحاهم في وجود من هو أكبر منهم سناً ، وأرسخ قدماً ، يضعف أساس المبتدئ ، ويحرمه الإستفادة من خبرة العلماء الكبار ، واكتساب أخلاقهم التي قومها العلم والزمن ... إلي غير ذلك من التعليلات التي يوحي بها أثر ابن مسعود – رضي الله عنه – حيث يقول

( ولا يزال الناس بخير ما أخذوا العلم عن أكابرهم ، وعن أمنائهم ، وعلمائهم ، فإذا أخذوه عن صغارهم ، وشرارهم هلكوا )

وثبت الحديث عن أبي أمية الجمحي أن رسول الله ص قال

(( إن من أشراط الساعة أن يلتمس العلم عند الأصاغر ))

وقد اختلف الناس في تفسير : (( الصغار )) هنا علي أقوال ذكرها ابن عبد البر في (( الجامع )) ( 1/157 ) ، والشاطبي في (( الاعتصام )) ( 2/93 )

وقد ذهب ابن قتيبة – رحمه الله تعالي – إلى أن الصغار هم صغر الاسنان ، فقال علي أثر ابن مسعود الآنف الذكر

( يريد لا يزال الناس بخير ما كان علماؤهم المشايخ ، ولم يكن علماؤهم الأحداث ، لأن الشيخ قد زالت عنه متعة الشباب ، وحِدته وعجلته ، وسفهه ، واستصحب التجربة والخبرة ، ولا يدخل عليه في علمه الشبهة ، ولا يغلب عليه الهوى ، ولا يميل به الطمع ، ولا يستزله الشيطان استزلال الحدث ، فمع السن : الوقار ، والجلالة ، والهيبة

والحدث قد تدخل عليه هذه الأمور التي أمنت علي الشيخ ، فإذا دخلت عليه ،وأفتى هلك وأهلك ) . (1)  هـ

وقد روى ابن عبد البر عن عمر بن الخطاب – رضي الله عنه – أنه قال : (( قد علمت متى صلاح الناس ، ومتى فسادهم : إذا جاء الفقه من قبل الصغير استعصى عليه الكبير ، وإذا جاء الفقه من الكبير تابعه الصغير فاهتديا ))ز

وروى ابن عبد البر – أيضاً – عن أبي الأحوص عن عبد الله قال ( إنكم لن تزالوا بخير ما دام العلم في كباركم ، فإن كان العلم في صغاركم سفه الصغير الكبير )

ففي هذين الأثرين تعليل لعدم الأخذ عن (( الصغير )) آخر غير الذي ذكره ابن قتيبة . وهو : خشية رد العلم إذا جاء من الصغير

وعلى كلً فإن لفظه (( الصغير )) عامة تتناول الصغير حساً ومعنىً

وهذا الحكم ليس علي إطلاقه في (( صغير السن ))فقد أفتي ودرس جمعة من الصحابة والتابعين في صغرهم بحضرة الأكابر إلا أن هؤلاء يندر وجود مثلهم فيمن بعدهم ، فإن وجدوا وعلم صلاحهم ، وسبر علمهم فظهرت رصانته ، ولم يوجد من الكبار أحد يؤخذ عنه العلوم التي معهم ، وأمنت الفتنة ، فليؤخذ عنهم 

وليس المراد أن يهجر علم الحدث مع وجود الأكابر كلا ،وإنما المراد أنزال الناس منازلهم ، فحق الحدث النابغ أن ينتفع به في المدارسة والمذاكرة ، والمباحثة ... أما أن يصدر للفتوى ، ويكتب غليه بالأسئلة ، فلا وألف لا ، لأن ذلك قتل له ، وفتنة ، وتغرير

قال افضيل ابن عياض – رحمه الله

 ( لو رأيت رجلاً اجتمع الناس حوله لقلت : هذا مجنون ، من الذي اجتمع الناس حوله لا يحب أن يجود كلامه لهم )

وقال أيضاً

(2) بلغني أن العلماء فيما مضى كانوا إذا تعلموا عملوا ،وإذا عملوا شغلوا ، وإذا شغلوا فقدوا وطلبوا ، فإذا طلبوا هربوا

 فيا أيها الطلاب إن أردتم العلم من منابعه فهاؤهم العلماء الكبار الذين شابت لحاهم ، ونحلت جسومهم وذبلت قواهم في العلم والتعليم ، الزموهم قبل أن تفقدوهم ، واستخرجوا كنوزهم قبل أن تواري معهم ، وفي الليلة الظلماء يفتقد البدر

تنبيه : في هذا الزمان اختل معيار كثير من العامة في تقييم العلماء ، فجعلوا كل من وعظ موعظة بليغة ، أو ألقي محاضرات هادفة ، أو خطب الجمعة مرتجلاً ... عالماً يرجع إليه في الإفتاء ويؤخذ العلم عنه

وهذه رزية مؤلمة ، وظاهرة مرزية ، تطاير شررها وعم ضررها ، إذ هي في إسناد العلم إلى غير أهله فانتظر الساعة

فليحذر الطالب في أخذ العلم عن هؤلاء ، إلا إذا كانوا من أهل العلم المعروفين ، فما كل من أجاد التعبير كان عالماً ولا كل من حرف وجوه الناس إليه بالوقيعة في ولاة أمور المسلمين ، أو بذكر النسب لوفيات الإيدز ونحوها يكون عالماً

وليس معني ما تقدم – كما يفهم البعض – عدم الاستماع إليهم ، أو الإنتفاع بمواعظهم ، كلا إنما المراد عدم أخذ العلم الشرعي عنهم وعدم رفعهم إلي منازل العلماء ، والله الموفق

نصيحة أهل الحديث ، للخطيب البغدادي ، ص 16(1 

السير- 8/434 (2

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:36
Quel est le jugement concernant le recrutement des femmes dans l'armée (audio-vidéo)

 

Question :

 

Noble cheikh, certains frères mobilisent des femmes pour rejoindre l'armée, ... ?

 

Réponse :

 

Ceci n'est pas permis.

 

Il n'est pas permis de responsabiliser les femmes dans l'armée.

 

La femme n'a pas de responsalibité à avoir pour le jihad.

 

Plutôt, elle a la responsabilité de faire ce qui lui est capable (de faire).

 

C'est lui instruire la fitna et le mal, et la faire sortir des tâches qui lui est concerné.

 

C'est lui confier des tâches qui sont réservés aux hommes.

 

Ceci n'est pas permis, et fait partie des oeuvres des mécréants, non pas ceux des muslims.

 

Les muslims ne mobilisent pas les femmes (au jihad), ne mobilisent pas les femmes (au jihad).

 

Ceci fait partie des oeuvres des mécréants ou des arabes qui ont suivi les traces des mécréants, tel que les communistes et les ba'this et autres...

 

Ce n'est pas permis.

 

traduit par minhaj sunna

 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Djihâd - الجهاد في سبيل الله
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:35
Recourir à une ruqya par un enregistrement audio ?

L’implication des maladies dites « ar-Ruhânya » (mauvais oeil, jalousie, possession, sorcellerie) dans diverses pathologies psychologiques mais aussi organiques est sans équivoque.

 

Nul n’est censé ignorer qu’il n’y a de pleine guérison dans ces maux que dans le retour sincère et repentant vers Allah.

 

Nous savons aussi que la moitié du traitement réside dans la patience face à cette épreuve, une épreuve qu’Allah décrète pour Ses serviteurs afin de les rappeler à l’ordre, de les élever en degré et expier leurs péchés.

 

Puis l’autre moitié consiste à recourir aux traitements légiférés.

 

Parmi ces traitements, il y a la « ruqya shar’ya » (l’exorcisme légal) et parmi ses principaux moyens, la lecture du Qur’an, sa récitation, sa méditation puis le postillon sur soi ou sur le malade.

 

Il est fréquent de trouver sur le web mais aussi en librairies « islamiques », des enregistrements audio dits « de traitement par la ruqya » sous format k7, cd, mp3 voire en dvd.

 

Etant moi-même amené à « conseiller » ce mode de traitement dans le cadre d’un projet thérapeutique, et afin de clarifier ma position sur ce point, je souhaitais donc revenir sur cette pratique.

 

Au sujet de la ruqya par K7 ou autres supports audio/vidéo, ceci expose à plusieurs désagréments :

 

-si la personne écoutant cet audio s’est éloignée de l’Islam voire en a été exclue soit par l’accomplissement d’un acte/parole d’associationnisme ou de mécréance alors cet audio ne lui sera que d’une très faible utilité car la ruqya nécessite une prise de conscience du malade quant à ses manquements et qu’il revienne donc repentant vers son Seigneur par le Tawhid, les bonnes oeuvres et le repentir à proprement parlé

 

Connaître l’état du malade quant à ses convictions, son « niveau » de compréhension de la religion et son « niveau » d’investissement dans l’Islam est donc primordial.

 

-avant un projet de ruqya, il est nécessaire de « briefer » le malade quant aux éléments fondamentaux accélérant le processus de guérison tout en le conseillant sur les étapes à suivre, un simple audio ne permet pas de conseiller ou d’appeler à la réforme et à la hiérarchisation des tâches

 

-si le malade est seul, dans sa maladie (pas de confident, pas de thérapeute de visu…), et qu’il n’est pas suffisamment investi socialement alors une ruqya peut augmenter cette mise à l’écart en raison des possibles « nouveaux » symptômes pouvant perturber sa relation à autrui, il faut donc s’assurer de pouvoir fédérer autour de lui une ou plusieurs personnes avisées sur le sujet auprès desquelles il pourrait revenir et espérer un soutien

 

-si le malade n’est pas suffisamment investi dans sa religion et ne se protège pas suffisamment (invocation du matin/soir, ablution, jeûne, prières de nuit, salat au masjid, aumône…) alors l’écoute d’une ruqya peut perturber le patient voire l’effrayer; il est important que le malade se donne les moyens de concrétiser les effets de la parole d’Allah ta’âla dans sa personne sans qu’il n’ait de crainte majeure envers ces maux occultes, ceci nécessite donc un investissement personnel au préalable et aussi, si possible, que les premières séances d’écoute se déroulent en présence d’un tiers (de confiance) qui puisse le conseiller et le rassurer

 

-le râqi doit avoir l’intention de pratiquer une ruqya hors la plupart des audios disponibles (marché, web…) ne sont que des mixages de lectures issues des tarawih…

 

-la ruqya fait aussi appel au postillon (an-nafth) ce qui ne peut avoir lieu dans ce cas de figure…

 

Pour toutes ces raisons, vouloir pratiquer une ruqya sur soi-même au moyen d’un audio n’a pas de fondement dans la shari’a et est considéré comme détestable par plusieurs savants.

 

On peut, entre-autre, retrouver des paroles de shaykh Al Albâni (qu’Allah lui fasse miséricorde) et de shaykh Al Fawzan allant dans ce sens, issues de diverses fatawa sur ce thème.

 

Néanmoins, si toutes les raisons précédentes sont réunies hormis la dernière alors je pense qu’il soit utile de pouvoir y recourir pour au moins les trois raisons suivantes :

 

-permettre au patient de mémoriser les versets, sourates, adhkar, du’a utiles dans ces maux afin qu’il puisse les réciter sur sa personne

 

-permettre au patient de compléter son traitement s’il fait preuve de fatigue ainsi il pratique la ruqya sur sa personne et parfois il écoute une ruqya afin de pas interrompre un traitement et il est très courant qu’un malade s’abstienne quelques jours faute de temps ou par paresse…

 

-permettre à un praticien, à défaut de pouvoir être au chevet du patient, d’établir un premier diagnostic afin d’orienter ce dernier dans son traitement

 

Telle était ma position et le prophète (‘alayhi salat wa salam) a dit : « il n’y a pas de mal à recourir à une ruqya tant qu’elle ne contient pas de shirk », cette forme indéfinie explique que le champ de la ruqya soit large et explique aussi malheureusement combien sont nombreux ceux et celles qui se sont éparpillés dans divers moyens supposés de traitement (breuvages, mixtures…).

 

Ainsi, quiconque conseille à son patient de s’abstenir de ces enregistrements prouve, par sa position, son attachement à la ruqya dans sa forme la meilleure qui est l’exorcisme de sa propre personne par la lecture, la récitation et le postillon.

 

Mais un frère ou une soeur à qui personne ne propose spontanément de l’aide dans la ruqya, qui lorsqu’il ou elle demande à être exorcisé(e) se voit signifier un refus et qui ne sait pas réellement comment s’y prendre, je pose la question suivante: comment procède-t-il (elle) par conséquent ?

DEFGEGE

Afin de clarifier ce point, j’ai pris l’initiative d’interroger shaykh Muhammed Ibn ‘Omar Bazmoul, docteur en shari’a islamya à l’université Oum Al Qurra, Mecca espérant par ce biais me corriger si je faisais fausse route.

 

Voici ma question suivie de sa réponse au 12/02/2014 :

 

السلام عليكم و رحمة الله فضيلة الشيخ بازمول

هل يجوز لمن لا يستطيع أن يرقي نفسه و ما وجد من يرقيه أن يستمع بأشرطة التي يتلى فيهاالقرأن من تلاوة راقي و هذا المريض ينوي أن يرقي نفسه؟

و ثانيا، هل يجوز الأخذ بهذه الأشرطة على وجه التشخيص فقط كي إن حسّ المريض بشيء حين الإستماع فييتوجه إلى راقي من ينصحه على العلاج المناسب؟ 

ثالثا، هل يجوز الأخذ بتلك الأشرطات لحفظ الأذكار و الأيات النافعة في الرقية؟ 

بارك الله فيكم و السلام عليكم

أخوكم مولود

 

Assalamu alaykum wa rahmatullah shaykh Bazmoul,

 

-Est-il permis à quiconque ne parvient pas à pratiquer la ruqya sur lui-même et qui ne trouve pas une personne qui puisse la pratiquer sur lui, de pouvoir écouter une k7 dans laquelle est récitée du qur’an par un râqi et celui-ci, (ce frère) met l’intention de s’exorciser?

 

-Deuxièmement, est-il permis de recourir à ces k7 dans un seul but diagnostic afin que si le malade ressente des choses durant l’écoute (de celle-ci), il puisse demander conseil auprès d’un raqi afin qu’il l’oriente vers le traitement le plus approprié?

 

-Troisièmement, est-il permis de recourir à ces k7 afin de mémoriser les adhkar et les versets bénéfiques dans la ruqya?

 

Barakallahu fikum, votre frère Moloud

 

وعليكم السلام ورحمة الله وبركاته 

أما بعد

بالنسبة للسؤال الأول أن تكون الرقية عبر التسجيل الصوتي فهذا لا أصل له إذ المعروف أن الرقية من الراقي مباشرة، لكن الأمر يرجع إلى حصول الأثر والمنفعة فإن وجدت لذلك اثراص نافعاً في العلاج فلا شيء إن شاء الله في استعمال هذا الأسلوب في العلاج

بالنسبة للسؤال الثاني وهو الاستفادة من هذه الأشرطة والتسجيلات للتشخبص، نفس الجواب السابق، إن ظهر أن لها أثراً في كشف المرض ، وتشخيصه فلا حرج إن شاء الله من استعمالها 

وبالنسبة للسؤال الثالث نعم يجوز استعمالها للحفظ والتذكر والاستذكار، وفقك الله وسدد خطاك

 

Wa alaykum salam wa rahmatullah wa barakatuh,

 

Ceci dit:

 

-Au sujet de la première question, que la ruqya se fasse via un enregistrement audio, ceci n’a aucun fondement car ce qui est connu est que la ruqya soit pratiquée directement par un râqi.

Néanmoins, cela dépend du bénéfice attendu.

Si tu vois en cela un bénéfice dans le traitement alors il n’y a pas de mal in cha Allah à recourir à cette manière de faire dans le soin.

 

-Quant à la seconde question, concernant le fait de tirer profit de ces k7 et enregistrements dans un but diagnostic, ma réponse est identique au point précédent, si cela permet de dépister un mal et le diagnostiquer alors il n’y a pas de mal à y recourir.

 

-Quant à la troisième question, oui, il est permis de les utiliser pour la mémorisation, le rappel et la remémoration,

 

Qu’Allah t’accorde la réussite et qu’Il raffermisse tes pas.

 

En espérant que cette réponse soit utilisée avec sagesse et responsabilisation, tant par les praticiens que les patients, vu l’importance du sujet,

 

Et c’est à Allah ta’âla qu’appartient la réussite.

 

Questions rédigées et posées par le Dr AIT M’HAMMED Moloud
copié de muslim.sante.free.fr

 

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 22:34
Si les deux savants présentent des preuves, comment juger entre l’un et l’autre ?

Le questionneur :

 

Si les deux savants présentent des preuves, comment juger entre l’un et l’autre ?

 

Réponse :

 

Il ne lui est pas demandé de pouvoir le faire.

 

Tu dois seulement faire un effort de réflexion (ijtihad) qui soit en accord avec tes capacités. 

 

Tu es le plus à même de te juger, que tu sois un parfait illettré ou un étudiant en deuxième année, ou bien en maîtrise ou en doctorat ; Il y a plusieurs niveaux chez les gens, ce n’est pas parce qu’une personne à un diplôme en doctorat ou une maîtrise qu’il est un faqih ou un mouhadith, non, mais il a une culture générale qui lui permet de comprendre ce que lui expose le savant. 

 

Ce docteur n’a rien à voir avec le parfait illettré.

 

Si on expose à l’illettré les mêmes preuves qu’on a exposées au docteur, que doit-il faire ? 

 

Il doit faire un effort de réflexion (ijtihad) , quel que soit cette effort, il doit correspondre à ses capacités. 

 

L’ijtihad ici n’est pas un ijtihad scientifique (fî l’ilm).  

 

Exemple :

 

1)      L’illettré est confronté à deux savants, l’un est connu pour sa science et est pieux, tandis que l’autre, il ne le connaît pas.

Dans ce cas il n’a pas besoin de connaître le Coran et la Sounnah ; son cœur se tranquillise dans le fait de suivre le savant connu et pieux. 

 

2)      Les deux savants sont connu et sont pieux sauf que l’un est âgés, il a vieilli dans la science, tandis que l‘autre est jeune, son cœur se tranquillise en choisissant le 1er etc… 

 

L’essentiel, comme je l’ai dit précédemment, est qu’il fasse un effort de réflexion pour que son cœur se tranquillise et qu’il ne soit pas une personne indécise (sans opinion, qui ne tranche pas « i’mat »).

 

Il n’a pas besoin d’avoir de la science.

 

Et là il a fait son devoir ! 

 

Les compagnons du prophète agissaient comme cela.

 

Lorsqu’ils recevaient une fatwa provenant d’une autre personne que celle qu’ils avaient l’habitude de consulter, il la prenait en compte.

 

Mais la différence est qu’à l’époque les moyens de communication ne permettaient pas à la science de parvenir en un laps de temps bref, cela se comptait en années.

 

Et c’est pour cette raison qu’aujourd’hui nous avons ce problème : avant il se passait plusieurs années entre la réponse du premier savant et celle du deuxième, tandis qu’aujourd’hui, en un instant, tu as les avis provenant des quatre coins du monde.

 

Donc la solution pour le commun des musulmans est ce que l’on a évoquée auparavant. 

 

Tiré de "Le musulman ordinaire face à la divergence des savants"

copié de sounnah.free.fr

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية