compteur de visite

Catégories

1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 14:21
Les dessins au henné sur les mains et les pieds des femmes

Question :

 

Quel est le jugement sur les tatouages au henné ou les dessins sous différentes formes sur les mains ou sur les pieds des femmes ?

 

La réponse :

 

Il n'y a aucun problème pour les femmes de mettre du henné sur leurs pieds ou sur leurs mains par n'importe quelle façon ou autre, parce qu'il leur est demandé de se parer pour leur époux.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

 

حكم نقش الحناء بأشكال متعددة على يد النساء

السؤال: ما حكم نقش الحناء أو رسمها بأشكال متعددة على يد النساء أو أرجلهن؟

الإجابة: لا بأس بعمل الخضاب للنساء في أرجلهن وأيديهن على أي وجهٍ نقشًا كان أو غيره، لأنهن مطلوب منهن التزين لأزواجهن

التصنيف: قضايا المرأة المسلمة

تاريخ النشر: 10 ذو القعدة  1427 - 1‏/12‏/2006

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 14:20
Al bayqounia - منظومة البيقونية (vidéo)

FSD.png

 

أَبْدَأُ بِالحَمْــــدِ مُصَلِّيـــاً عَلَى

مُحَمَّــدٍ خَيْرِ نَبِيٍّ أُرْسِــلا َ

 

Je commence par la louange (d'Allah) tout en priant sur

Muhammad le meilleur des prophètes envoyés

 

وَذِي مِنْ أقْسـَامِ الحَدِيثِ عِـــدَّهْ

وَكُـلُّ وَاحِـدٍ أَتَى وَحَــدَّه ْ

 

Voici différentes catégories parmi les catégories de hadiths

Chacune d'elle sera présentée avec sa définition

 

أَوَّلُهَا الصَّحِيــحُ وَهْوَ مَا اتَّصَـــلْ

إِسْنـَادُهُ وَلَمْ يَشُـذَّ أَوْ يُعَــلْ

 

La première catégorie est le hadith Sahîh (authentique)

Dont la chaîne de transmission (isnâd) est complète sans présenter de contradiction (Chudhûdh) ni de défaut caché (3illah)

 

يَرْوِيهِ عَدْلٌ ضَابِـطٌ عَنْ مِثْلِهِ

مُعْتَمَــدٌ فِي ضَبْطِـهِ وَنَقْلِهِ

 

Il est transmis par une personne équitable ayant une mémoire fiable qui elle-même l'a rapporté d'une personne possédant également ces qualités. Ceux-ci doivent être reconnus pour leur exactitude et la fidélité de leur transmission

 

وَالحَسَن المَعْرُوفُ طُرْقــاً وَغَـدَتْ

رِجَالُـهُ لاَ كَالصَّحِيـحِ اشْتَهَرَتْ

 

Le hadith bon (hassan) est celui dont les voies sont connues, mais n'atteignent pas le degré de notoriété des transmetteurs de hadiths authentiques.

 

وَكُلُّ مَا عَنْ رُتْبـــَةِ الحُسْنِ قَصرْ

فَهْوَالضَّعِيفُ وَهْوَ أَقْسَاماً كَثُــرُ

 

Et tout hadith dont les critères sont en deçà du hadith hassan...

...est un hadith faible et il en existe de nombreuses catégories

 

وَمَا أُضِيفَ لَلنَّبِــــــي المَرْفُوعُ

وَمَا لِتَابِـــعٍ هُوَالمَقْطُـــوعُ

 

Tout hadith remontant au Prophète se nomme marfu3 (élevé)

Et s’il ne remonte qu’à un Tabi3i (suiveur) il se nomme le Maqtu3 (coupé)

 

وَالمُسْنـَدُ المتَّصِــلُ الإسْــــنَاد

مِنْ رَاوِيهِ حَتَّى المُصْطَفَى وَلَمْ يَبِـنْ

 

Le hadith Musnad (connecté) est celui dont la chaîne de transmission est continue

Du rapporteur Jusqu’à l'Elu (le Prophète) sans qu'il ne manque de maillon à la chaîne.

 

وَمَا بِسَمْـعِ كُلِّ رَاوٍ يَتَّصِـــــل

إسْنَادُهُ لِلْمُصْطَفَى فَالْمُتَّصِـــل

 

Et le hadith que chaque transmetteur a entendu de celui dont il rapporte de façon à ce que la chaîne de transmission soit continue...

...jusqu'à l'Elu (le Prophète) : ce hadith est appelé Muttasil (continue)

 

مُسَلْسَــلٌ قُلْ مَا عَلَى وَصْفٍ أَتَى

مِثْــلُ أَمَــا وَاللهِ أَنْبَانِي الْفَتَى

 

On dit du hadith Musalsal (en chaîne) qu'il est celui contenant une description

Comme par exemple : "Par Allah, le jeune homme m'a informé"

 

كَذَاكَ قَدْ حَدَّثَنِيهِ قَائمـــــــا

أَوْ بَعْــدَ أَنْ حَدَّثَنِي تَبَسَّمــا

 

De même, "Il m'a cité le hadith en position debout"

Ou "Après m'avoir cité le hadith, il a souri"

 

عَزِيزُ مَـــــرْوِي اثْنَيْنِ أوْ ثَلاَثَهْ

مَشْهُورُ مَــرْوِي فوْقَ مَا ثَلاَثَهْ

  

Le 'aziz (fort) est la narration rapportée par deux ou trois

Le mashur (connu) est celui rapporté par plus de trois

 

مُعَنْعَنٌ كَعَنْ سَــعِيدٍ عَنْ كَــرَمْ

وَمُبْهَــمٌ مَا فِيــهِ رَاوٍ لـَمْ يُسَمْ

 

Le mu'an'an (rapporté d'après untel) tel que Sa'id d'après Karam

Le mubham (indéterminé) est celui contenant un rapporteur qui n'a pas été nommé

 

وَكُلُّ مَا قَلَّــتْ رِجَالُهُ عَـــلاَ

وَضِــدُهُ ذَاكَ الَّذِي قَـــدْ نَزَلاَ

 

Moins ( les chaines de narration) comportent de personnes, elles sont donc appelées 'aliy (élevées)

Et l'opposé de celles-ci sont déclarées nazil (descendus)

 

وَمَا أَضَفْتَــهُ إِلَى الأَصْحَابِ مِـنْ

قَـوْلٍ وَفِعْــلٍ فَهْو َمَوْقُوفٌ زُكِنْ

 

Et ce que tu annexes aux compagnons,

comme paroles et actes, est (appelé) mawqouf (arrêté), comme cela est connu.

 

وَمُرْسَـــلٌ مِنْهُ الصِّحَابِيُّ سَـقَطْ

وَقُــلْ غَرِيبٌ مَا رَوَى رَاوٍ فَقـَطْ

 

Le moursal (expédié) est la tradition dont le compagnon est omis

Et dis : gharib, (rare) de celui relaté par une personne seulement.

 

وَكُلُّ مَا لَمْ يَتَّصِــلْ بِحَـــــال

إسْنَــادُهُ مُنْقَطِــعُ الأَوْصَــال

 

Et  tout ce qui n'est pas continu

Sa chaîne est alors munqaTi' (interrompue)

 

والمُعْضل الساقِـط مِنه اثنـــــانِ

وما أتى مُدلســـاً نوعـــانِ

 

La mu'dal  est celui dont deux (rapporteurs) sont omis

Et le moudallas (dissimulée) est de deux sortes

 

الأَوَّلُ الاسْقـَاطُ لِلشَّــــيْخِ وَأَنْ

يَنْقُـلَ عَمَّـنْ فَوْقَــهُ بِعَـنْ وَأَنْ

 

La première est celle dont le cheikh est enlevé,

en le rapportant de celui qui est au-dessus de lui par les termes " 'an" (d'après) ou "an"

 

وَالثَّانِ لاَ يُسقطُــهُ لَكِنْ يَصِـــفْ

أَوْصَافَــهُ بِمَـا بِــهِ لاَ يَنْعَرِفْ

 

Dans la seconde, il ne l'enlève pas, mais le décrit,

avec des descriptifs par laquelle il n'est pas reconnu

 

وَمَا يُخَـــالِفْ ثِقَةٌ بِهِ المــــَلاَ

فَالشَّــاذ والمَقْلُوبُ قِسْمـانِ تَـلاَ

 

La personne de confiance qui contredit un grand nombre de (personnes de confiance)

Est considérée comme shadh (anormal), et al-maqloub (l'inversé) est de deux types

 

إبْدَالُ رَاوٍ مَا بِرَاوٍ قِسْــــــمُ

وَقَلْبُ إسْنَادٍ لمَتْـنٍ قِسْـــــمُ

 

L'inversion d'un narrateur par un autre est un type

Et l'inversion de la chaîne de narration par un autre texte en est un autre

 

وَالْفَـــرْدُ مَا قَيَّدْتَـــهُ بِثِقــةِ

أَوْ جَمْــعٍ أوْ قَصْـرٍ عَلَى رِوَايَـةِ

 

Et le singulier (al fard) est la narration que tu as limitée à une personne de confiance

Ou à un groupe de gens, ou alors, à une narration précise

 

وَمـَا بِعِلَّةٍ غُمُوضٍ أَوْ خَفَـــــا

مُعَلَّــلٌ عِنْدَهُمُ قَــدْ عُرِفــا

 

Et ce qui contient un défaut flou ou subtil

Est appelé mu'allal (défectueux), comme cela est connu chez eux

 

وَذُو اخْتِلافِ سَنَـــدٍ أَوْ مَتْـــنِ

مُضْطَــرِبٌ عِنْــدَ أُهَيْلِ الْفَـنِّ

 

Et celui dont la chaine de narration ou bien le texte divergent

Est appelé moudTarib (altéré) par les experts en ce domaine

 

وَالمُدْرَجَــاتُ فِي الحَدِيـثِ مَا أَتَتْ

مِـنْ بَعْض أَلْفَــاظِ الرُّوَاةِ اتَّصَلَتْ

 

Et le moudraj (rajout) dans le hadith, est ce qui

provient des paroles de certains narrateurs, reliés au texte.

 

وَمَا رَوَى كُـلُّ قَرِيــنٍ عَنْ أَخِــهْ

مُدّبَّـجٌ فَأَعْرِفْــهُ حَقّــاً وَانْتَخِهْ

 

Et celui qui est rapporté par chaque compagnon d'après son frère

Est appelé mudabbaj (l’orné), sache-le donc véridiquement et sois en convaincu

 

مُؤْتَلِـفٌ مُتَّفِقُ الخَــطِّ فَقَــطْ

وَضِــدُّهُ فِيمَــا ذَكَرْنَـا المُفْتَرِقْ

 

Ce qui concorde dans la formulation et le script s'appelle le moutafiq (concordant)

Et l'opposé de cela, tel que nous l'avons mentionné, est appelé le mouftariq (diffère)

 

مُؤْتَلِـفٌ مُتَّقِـقُ الخَــطِّ فَقَــطْ

وَضِــدُّهُ مُخْتَلِـفُ فَاخْشَ الْغَلـَطْ

 

Le mou"talaf  (qui s'accorde) concorde seulement dans le script

S'oppose à celui-ci le moukhtalif  (qui est en désaccord), craint alors de tomber dans l'erreur

 

وَالمُنْكَــرُ الْفَـرْدُ بِــهِ رَاوٍ غـَدَا

تَعْدِيلُـــهُ لاَ يَحْمِـــلُ التَّفَرُّدَا

 

Et le mounkar (ignoré, contesté) est la narration provenant d'une seule personne

Dont la fiabilité qui lui a été donnée ne suffit pas pour accepter sa narration si seul lui la rapporte

 

مَتْــرُوكُهُ مَــا وَاحِــدٌ بِهِ انْفَرَدْ

وَأَجْمَعُــوا لِضَعْفِــهِ فَهْوَ كَرَدْ

 

La narration est dite matrouk (rejetée) lorsqu'une personne rapporte seule

Ce qui est unanimement déclaré faible, elle est donc rejetée

 

وَالكَــذِبُ المُخْتَلَــقُ المَصْنُــوعُ

عَلَى النَّبِي فَذلِـكَ المَوْضُـــوعُ

 

Et le mensonge inventé et fabriqué

Sur le Prophète, est appelé mawdu' (fabriqué)

 

وَقَـدْ أَتَتْ كَالجَوْهَــرِ المَكْنُــونِ

سَمَّيْتُهَـا مَنْظُومَــةَ الْبَيْقُـونِـي

 

Et ceci est venu tel un joyau préservé

J'ai appelé ce poème "al bayqouni"

 

فَوْقَ الثَّلاَثِيــنَ بِأَرْبَــعٍ أَتَــتْ

أَقْسَامُهَـا تَمَّـتْ بِخَيْـرٍ خُتِمَـتْ

 

Celui-ci contient trente-quatre (vers)

Tout cela fut complété avec une bonne fin

 

Traduit par minhaj sunna 

FSD.png

‘Omar (ou TaHa) ibn Mouhammad al bayqouniy - عمر (أو طه) بن محمد بن فتوح البيقوني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Hadith - الأربعين النووية - مصطلح الحديث
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 14:19
Charger son téléphone à la mosquée (audio)

 

Question :

 

La majorité des questions poser sont, est-il permis de charger le mobile dans le masjid, plus précisément dans la Masjid al-Haram ?

 

Réponse :

 

Si les responsables du masjid interdisent de charger le téléphone, alors ce n'est pas autorisé.

 

-Toutefois, si ils n'interdisent pas cela, alors il n'y a pas de problème à le faire et c'est quelque chose qui ne coûte rien.

 

-Cependant si les personnes responsables ne le permettent pas, alors ne charger pas le téléphone dans le masjid.

 

Traduit par Hishâm Ibn Mu`âdh

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 13:22
Le paiement de la zakât de la rupture du jeûne aux associations caritatives

Louange à Allah; que la prière et le salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammad, sur sa famille et sur ses Compagnons... Après ce préambule:

 

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ') a lu la question présentée à son éminence le président général de la part du président du conseil d’administration de l’association “Al-Birr” à Djedda, dont le texte est comme suit:

 

L’association “Al Birr”, sise à Djedda, et enregistrée au ministère du travail et des affaires sociales sous le numéro (62) depuis la date 6/3/1404 de l'hégire, est chargée de présenter certains services sociaux dont les plus importants sont:

 

1 -Fournir des soins aux orphelins, aux enfants trouvés (naturels - dont on ignore les parents) et aux enfants à conditions particulières comme les enfants dont les mères sont des prisonnières ou des femmes souffrant de troubles mentaux ou de maladies incurables. Nos soins visent les deux sexes (garçons et filles) et sont destinés à les prendre entièrement en charge et à leur assurer le logement et l’éducation.

 

2 -Fournir l’aide aux familles nécessiteuses au niveau financier, matériel et scolaire. Ceci est précédé d’une étude et une enquête approfondies assurées par un groupe de chercheurs et chercheuses expérimentés et spécialisés en la matière, qui fondent leurs études sur des bases scientifiques objectives et leurs efforts s’étendent pour surveiller de temps en temps les familles bénéficiant de ces aides, et ce afin de constater les évolutions éventuelles et les évaluer en fonction des changements négatifs ou positifs à cet égard.

 

L’association soigne actuellement deux cent enfants environ (filles et garçons), prend en charge plus de six cent familles et fournit des aides scolaires à peu près à mille étudiants et étudiantes.

 

Au cas où l’état actuel des ressources financières de l’association s’améliorerait, il serait prévu, si Allah le permet, que le nouvel orphelinat affilié à l’association héberge cinq cent enfants, que le nombre de familles bénéficiant des aides de l’association soit doublé, de même pour les aides scolaires.

 

Il est à noter que les ressources de l’association proviennent essentiellement de l’argent de la Zakât, des donations, des cadeaux, des legs par testaments, outre bien entendu les abonnements des membres.

 

Notons que l’association a entrepris de rassembler chez elle Zakât-al-Fitr: aussi bien ce qui est versé directement sous forme de nourriture que ce qui est versé sous forme d’argent que l’association devrait à son tour transformer en nourriture, et ce à l’instar des sacrifices offerts à l’occasion de la fête du Sacrifice, du Hadj ou à titre d’expiation d’un péché quelconque.

 

Etant donné que l’association a entrepris de rassembler ces nourritures avant la prière de la fête, est-elle autorisée à dépenser et à consommer ces nourritures graduellement selon les besoins des bénéficiaires des soins qu’elle fournit?

 

Nous vous prions de bien vouloir répondre à notre requête afin de nous aider à poursuivre nos efforts visant à promouvoir ce projet bénévole.

 

Telle fut la réponse du Comité :

 

Il incombe à l’association de verser Zakât-al-Fitr aux bénéficiaires avant Salât-Al-`Aîd (la prière de la Fête), et il lui est interdit de l’ajourner pour la payer ultérieurement.

 

L’on tire argument à cet égard de l’ordre du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), de verser cette Zakât impérativement avant la prière de la fête.

 

L’association est à ce niveau considérée comme le mandataire de la personne qui verse la Zakât, et l’ensemble de ce qu’elle accepte de cette Zakât ne doit aucunement dépasser les limites de ce qu’elle peut payer aux pauvres avant la prière de la fête.

 

Il n’est pas autorisé non plus de verser Zakât-al-Fitr sous forme d’argent, étant donné que tous les arguments puisés dans la Charia indiquent qu’elle soit obligatoirement versée sous forme de nourriture.

 

Les paroles d’un certain nombre de gens ne doit aucunement nous détourner des arguments puisés dans la Charia.

 

Si les gens qui s’acquittent de leur Zakât payent de l’argent à l’association pour qu’elle achète à son tour la nourriture à donner aux nécessiteux, il incombe à celle-ci d’exécuter cette tâche avant la prière de la fête, sachant qu’il ne lui est pas permis de la donner sous forme d’argent.

 

Qu’Allah vous accorde la réussite; que l'éloge et le salut d'Allah soient sur notre Prophète Mohammad, sur sa famille et sur ses Compagnons.

 

La Fatwa numéro (13231)

(Numéro de la partie: 9, Numéro de la page: 278 à 380)

copié de alifta.net

صرف زكاة الفطر للجمعيات

 الحمد لله وحده والصلاة والسلام على نبينا محمد وآله وصحبه.. وبعد

فقد اطلعت اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء على

الاستفتاء المقدم لسماحة الرئيس العام من رئيس مجلس إدارة جمعية البر بجدة الآتي نصه

إن جمعية البر بجدة المسجلة بوزارة العمل والشئون الاجتماعية تحت رقم (62) منذ تاريخ 6 / 3 / 1404هـ تتولى ممارسة بعض الخدمات الاجتماعية من أهمها

1 - رعاية اليتامى وفاقدي الأبوين (مجهولي الأبوين) وأطفال من ذوي الظروف الخاصة؛ كأولاد السجينات أو المصابات بأمراض عقلية أو داء عضال، وتشتمل الرعاية الجنسين (بنين وبنات) رعاية إيوائية تربوية كاملة

2 - رعاية الأسر المحتاجة بتقديم المعونات النقدية والعينية والمدرسية، بعد دراسة استقصائية مستفيضة يضطلع بها باحثون وباحثات من ذوي الخبرة أو التخصص وفق أسس علمية موضوعية، ويعقب ذلك متابعة مستمرة بين الحين والحين لملاحظة ومراعاة التغيرات التي قد تطرأ على الأسر المستفيدة إيجابية كانت أم سلبية

تحتضن الجمعية حاليا قرابة مائتي طفل وطفلة، وما يزيد على ستمائة أسرة، وتمنح مساعدات مدرسية لحوالي ألف طالب وطالبة، ومن المتوقع بإذن الله في حالة تحسن موارد الجمعية أن يأوي ملجؤها الجديد خمسمائة طفل، وأن يتضاعف أعداد الأسر التي تتلقى معونات من الجمعية، وكذلك الحال بالنسبة للمساعدات المدرسية. وتحصل الجمعية على مواردها من الزكوات والتبرعات والهبات والوصايا إلى جانب اشتراكات الأعضاء. وحيث إن الجمعية رأت تجميع زكاة الفطر لديها سواء ما يدفع منها قوتًا بشكل مباشر، أو ما تحوله إلى قوت نيابة عمن يدفع نقدًا على غرار لحوم الأضاحي والهدي والفدي، وذلك قبل صلاة العيد، فهل يجوز لها صرف واستهلاك ذلك القوت تدريجيًّا وفقًا لحاجة المستفيدين ممن ترعاهم؟ أرجو من سماحتكم إصدار فتواكم في ذلك ليتسنى لنا المضي في هذا المشروع الخيري

 وأجابت اللجنة بما يلي

يجب على الجمعية صرف زكاة الفطر للمستحقين لها قبل صلاة العيد، ولا يجوز تأخيرها عن ذلك؛ لأن النبي صلى الله عليه وسلم أمر بأدائها للفقراء قبل صلاة العيد، والجمعية بمثابة الوكيل عن المزكي وليس للجمعية أن تقبض من زكاة الفطر إلا بقدر ما تستطيع صرفه للفقراء قبل صلاة العيد، ولا يجوز إخراج زكاة الفطر نقودًا؛ لأن الأدلة الشرعية قد دلت على وجوب إخراجها طعامًا، ولا يجوز العدول عن الأدلة الشرعية لقول أحد من الناس، وإذا دفع أهل الزكاة إلى الجمعية نقودًا لتشتري بها طعامًا للفقراء وجب عليها تنفيذ ذلك قبل صلاة العيد، ولم يجز لها إخراج النقود.

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

الفتوى رقم - 13231

(الجزء رقم : 9، الصفحة رقم: 380 378)

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Aumône - الصدقات و الزكاة
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 10:56
Zakat Al Fitr, aumône de la rupture du jeûne

D'après Ibn Omar (qu'Allah les agrée),

 

"le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a imposé l'aumône de la rupture du jeûne un sa' de dattes, ou un sa' d'orge pour le serviteur et l'homme libre, pour les hommes et les femmes, pour les vieux et les jeûnes parmi les musulmans.

Et il a ordonné qu'elle soit donné avant la sortie des gens pour la prière."

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1503 et Mouslim dans son Sahih n°984)

 

عن بن عمر رضي الله عنهما : فرض رسول الله صلى الله عليه وسلم زكاة الفطر ، صاعا من تمر أو صاعا من شعير ، على العبد والحر ، والذكر والأنثى ، والصغير والكبير ، من المسلمين ، وأمر بها أن تؤدى قبل خروج الناس إلى الصلاة

divider

D'après Abou Said Al Khoudri (qu'Allah l'agrée) :

 

« Nous sortions l'aumône de rupture du jeûne un sa' de nourriture, ou un sa' d'orge ou un sa' de dattes ou un sa' de fromage sec ou un sa' de raisin sec ».

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°1506 et Mouslim dans son Sahih n°985)

 

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه : كنا نخرج زكاة الفطر ، صاعا من طعام ، أو صاعا من شعير ، أو صاعا من تمر ، أو صاعا من أقط ، أو صاعا من زبيب

divider

D'après Orwa Ibn Zoubeyr,

 

"Asma Bint Abi Bakr (qu'Allah l'agrée) sortait l'aumône de rupture du jeûne à l'époque du Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) pour sa famille, le libre et l'esclave, en donnant 2 moud de blé, ou 1 sa' de dattes ou un sa' de la nourriture qu'ils mangeaient."

(Rapporté par Tahawi et Ahmed et authentifié par cheik Albani dans Tamam Al Mina p 387)

 

عن عروة بن الزبير أن أسماء بنت أبي بكر كانت تخرج على عهد رسول الله صلى الله عليه وسلم عن أهلها الحر منهم والمملوك مدين من حنطة أو صاعا من تمر بالمد أو بالصاع الذي يقتاتون به

divider

- Le sa' et le moud sont des unités de mesure.

- Le sa' correspond à 4 moud.

- Le moud quant à lui a la quantité que l'on peut mettre dans les deux mains lorsqu'elles sont rassemblées.

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Aumône - الصدقات و الزكاة
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 04:05
Le tayammoum en présence d'eau (vidéo)

Questionneur :

 

Une personne n'a pas trouvé d'eau alors elle a fait le tayamoum (ablution sèche).

 

Et pendant sa prière elle a vu de l'eau.

 

Est-ce que sa prière s'invalide et il doit la couper pour aller faire alwoudou (ablution à l'eau) ?

 

Cheikh :

 

C'est à dire qu'elle a vu l'eau alors qu'elle est en train de prier ?

 

Questionneur :

 

Oui.

 

Cheikh :

 

Sa prière est invalide.

 

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Purification - طهارة
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 02:35
L'information rapportée par le véridique est acceptée (vidéo)

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِن جَاءَكُمْ فَاسِقٌ بِنَبَإٍ فَتَبَيَّنُوا أَن تُصِيبُوا قَوْمًا بِجَهَالَةٍ فَتُصْبِحُوا عَلَىٰ مَا فَعَلْتُمْ نَادِمِينَ 

 

Traduction rapprochée :

 

« Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair (de crainte) que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait » Sourate les appartements verset 6

 

sdyu.png

Explication

 

L’éminent savant A-Sa’di - qu’Allah lui fasse miséricorde - a dit :

 

«Ceci fait partie des bienséances dont les gens doués de raison doivent se doter et appliquer ; et c’est le fait de vérifier l’information qui leur est rapportée par un pervers et de ne pas l’accepter comme elle est car il y a en cela un grand danger et le fait de tomber dans le péché… et il y a en cela aussi la preuve sur le fait que l’information rapportée par le véridique est acceptée et l’information rapportée par le menteur est rejetée et que l’information du pervers est laissée en suspend »

 

Source : Exégèse de A-Sa’di page 800.

 

Point important :

 

"il y a en cela aussi la preuve sur le fait que l’information rapportée par le véridique est acceptée"

 

sdyu.png

L'exagération dans la demande de preuves

 

 

Cheikh Abu 'Abdellah Abder-Rahman ibn Nasr as-Sa'di - الشيخ عبد الرحمن بن ناصر السعدي

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 01:57
Incitation à s’évertuer dans l’accomplissement des bonnes oeuvres pendant la dernière dizaine du Ramadan

Incitation à s’évertuer dans l’accomplissement des bonnes oeuvres pendant la dernière décade (1) du mois de Ramadan

 

La louange est à Allâh Seigneur des mondes, et que la prière et le salut soient sur notre Prophète Mouhammed ainsi que sur sa famille, ses compagnons et ceux qui les ont suivis de la meilleure manière jusqu’au jour de la Rétribution.

 

Ceci dit, Ô musulmans !

 

Vous accueillerez, ces jours-ci, une période bénie qui est la dernière décade du mois de Ramadan.

 

Allâh a fait d’elle une période d’affranchissement du feu, et le Prophète – prière et salut d’Allâh sur lui – distinguait cette décade par encore plus d’efforts dans l’accomplissement des bonnes oeuvres comme il est rapporté dans « Sahîh Mouslim » par cÂ’icha – qu’Allâh l’agrée – que :

 

"le Prophète – prière et salut d’Allâh sur lui – s’efforçait durant la dernière décade (du mois de Ramadan) plus qu’il ne le faisait au cours des autres jours de ce mois."

 

Il est aussi rapporté dans les deux Sahîh (El Boukhârî et Mouslim) que cÂ’icha – qu’Allâh l’agrée – a dit :

 

« Quand la dernière décade (du mois de Ramadan) arrivait, le Prophète – prière et salut d’Allâh sur lui – serrait son pagne (2), passait ses nuits en prière et réveillait ses femmes. »

 

Cela comprend aussi bien l’application dans la lecture du Qour’ên, la prière, le rappel d’Allâh (dhikr), l’aumône, etc.

 

Oeuvres pour lesquelles le Prophète – prière et salut d’Allâh sur lui – se consacrait entièrement pendant cette décade.

 

Il te convient alors, Ô musulman de prendre exemple sur ton Prophète et te dégager totalement des charges mondaines ou de les alléger pour économiser un temps que tu consacreras aux actes d’obéissance pendant cette décade bénie.

 

Parmi les particularités de cette décade, il y a le fait de s’évertuer dans la prière nocturne, d’allonger la prière en étendant la position debout, l’inclinaison (roukoûc), la prosternation et la récitation (du Qour’ên), et de réveiller sa femme et ses enfants afin de les associer aux musulmans dans l’accomplissement de cette pratique et la rétribution qui s’en suit, et de les habituer à l’adoration et à la vénération de ces occasions religieuses.

 

Toutefois, beaucoup de gens se sont distraits de leurs enfants.

 

Ils les ont laissés traîner dans les rues et veiller dans le divertissement et les sottises.

 

Ainsi, ces enfants ne respectent pas ces nuits et n’ont pas de valeur à leurs yeux.

 

Cela fait, certes, partie de la mauvaise éducation, et il est une privation apparente et une perte flagrante que ces nuits arrivent et se terminent tandis que beaucoup de gens, dans leur insouciance, s’en détournent.

 

Ils ne leur accordent aucune importance et n’en tirent aucun profit ; ils veillent la nuit entière, ou sa majeure partie, dans les choses ne présentant aucun intérêt ou présentant un intérêt limité pouvant être réalisé durant un autre temps.

 

De cette manière, ils détourent ces nuits de ce à quoi elles ont été consacrées, et quand vint le temps de la prière nocturne, ils s’endorment se privant, du coup, d’un bien immense qu’ils n’atteindront peut-être pas une autre année.

 

Ainsi, ils ont fait porter à eux-mêmes, à leurs femmes et à leurs enfants de lourds fardeaux dont ils n’ont pas considéré les conséquences néfastes.

 

Il se peut que certains disent : « Cette prière nocturne est surérogatoire et il nous suffit d’être assidus aux prières obligatoires. »

 

La Mère des croyants cÂ’icha – qu’Allâh l’agrée – a dit à ceux-là :

 

« Il m’a été rapporté que des gens disent : “si nous accomplissons les obligations, nous nous ne soucions pas d’en faire plus.”

Par ma vie !

Allâh ne les interrogera que sur ce qui leur a enjoint, mais, ce sont des gens qui fautent jour et nuit, et vous ne faites partie que de votre Prophète, et lui ne fait partie que de vous.

Par Allâh, le Messager d’Allâh – prière et salut d’Allâh sur lui – n’a jamais délaissé la prière nocturne. »

 

Cette décade bénie se distingue aussi par l’espoir qu’elle coïncide avec la nuit du Destin (Leylet El Qadr) à propos de laquelle Allâh a dit (traduction rapprochée) :

 

« La nuit du Destin est meilleure que mille mois. » [Sourate El Qédr, verset : 3]

 

et le Prophète – prière et salut d’Allâh sur lui – a dit :

 

« Celui qui a veillé à prier la nuit du Destin en bonne foi et en quête de rétribution, tous ses péchés antérieurs lui seront pardonnés. »

[Rapporté par El Boukhârî et Mouslim].

 

Et le musulman n’atteindra cette glorieuse nuit qu’en veillant à prier toutes les nuits de la décade, car elle n’a pas été désignée dans une nuit spécifique, et cela est dû à la sagesse d’Allâh – Exalté soit-Il – afin que les serviteurs redoublent d’efforts à sa recherche et accomplissent la prière nocturne pendant toutes les nuits de la décade, de la sorte, ils multiplieront les bonnes oeuvres et auront une récompense abondante.

 

Évertuez-vous, alors, – qu’Allâh vous accorde Sa Miséricorde – dans cette décade qui conclue le mois (de Ramadan), car ce sont les nuits de l’affranchissement du feu. Le Prophète – prière et salut d’Allâh sur lui – a dit à propos du mois de Ramadan :

 

« Un mois dont le début est une miséricorde, le milieu est une absolution (des péchés) et la fin est un affranchissement du Feu. » (3)

 

Enfin, le musulman qui voit passer les périodes de miséricorde, d’absolution (des péchés), et d’affranchissement du feu pendant ce mois alors qu’il s’était efforcé (dans l’accomplissement de bonnes oeuvres), avait préservé son temps et avait recherché l’Agrément de son Seigneur – ce musulman est en droit d’obtenir tous les bienfaits et les bénédictions de ce mois et gagner toutes ses gracieusetés.

 

Ainsi, il acquerra les hauts degrés pour ce qu’il a avancé dans les jours passés.

 

Nous demandons à Allâh de nous accorder le succès, d’accepter nos oeuvres et de nous pardonner notre négligence.

La louange est à Allâh Seigneur des mondes, et que la prière et le salut soient sur notre Prophète Mouhammed ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(1) Période de dix jours dans le calendrier des anciens Grecs. NDT.

(2) Métaphore pour désigner le fait que le Prophète – prière et salut d’Allâh sur lui – s’abstenait de tout rapport charnel avec ses épouses pendant cette période. NDT.

(3) Hadith jugé comme faible (dacîf) par cheikh El Albêni [As-silsila ad-dacîfa, hadith n° 871]. NDT.

 

Traduit de l’arabe par Farid Larbi

copié de ajurry.com

       

      الحث على زيادة الاجتهاد في الأعمال الصالحة في العشر الأخيرة من رمضان

الحمد لله رب العالمين ، والصلاة والسلام على نبينا محمد وآله وصحبه وكل من تبعه بإحسان إلى يوم الدين

وبعد .. أيها المسلمون إنكم في هذه الأيام تستقبلون عشرًا مباركة هي العشر الأواخر من شهر رمضان ، جعلها موسمًا للإعتاق من النار ، وقد كان النبي صلى الله عليه وسلم يخص هذه العشر بالاجتهاد في العمل أكثر من غيرها كما في صحيح مسلم عن عائشة رضي الله عنها أن النبي صلى الله عليه وسلم كان يجتهد في العشر الأواخر ما لم يجتهد في غيرها وفي الصحيحين عنها قالت كان النبي صلى الله عليه وسلم إذا دخل العشر شد مئزره ، وأحيا ليله ، وأيقظ أهله ، وهذا شامل للاجتهاد في القراءة والصلاة والذكر والصدقة وغير ذلك ، وأنه عليه الصلاة والسلام كان يتفرغ في هذه العشر لتلك الأعمال - فينبغي لك أيها المسلم الاقتداء بنبيك فتتفرغ من أعمال الدنيا أو تخفف منها لتوفر وقتًا للاشتغال بالطاعة في هذه العشر المباركة

ومن خصائص هذه العشر الاجتهاد في قيام الليل وتطويل الصلاة بتمديد القيام والركوع والسجود وتطويل القراءة وإيقاظ الأهل والأولاد ليشاركوا المسلمين في إظهار هذه الشعيرة ويشتركوا في الأجر ويتربوا على العبادة ، وتعظيم هذه المناسبات الدينية ، وقد غفل كثير من الناس عن أولادهم فتركوهم يهيمون في الشوارع ويسهرون للعب والسفه ولا يحترمون هذه الليالي ولا تكون لها منزلة في نفوسهم ، وهذا من سوء التربية ، وإنه لمن الحرمان الواضح والخسران المبين أن تأتي هذه الليالي وتنتهي وكثير من الناس في غفلة معرضون ، لا يهتمون لها ولا يستفيدون منها ، يسهرون الليل كله أو معظمه فيما لا فائدة فيه أو فيه فائدة محدودة يمكن حصولهم عليها في وقت آخر ، ويعطلون هذه الليالي عما خصصت له ، فإذا جاء وقت القيام ناموا وفوتوا على أنفسهم خيرًا كثيرًا ، لعلهم لا يدركونه في عام آخر ، وقد حملوا أنفسهم وأهليهم وأولادهم أوزارًا ثقيلة لم يفكروا في سوء عاقبتها ، وقد يقول قائل منهم إن هذا القيام نافلة وأنا يكفيني المحافظة على الفرائض ، وقد قالت أم المؤمنين عائشة رضي الله عنها لأمثال هؤلاء : بلغني عن قوم يقولون إن أدينا الفرائض لم نبال أن نزداد ، ولعمري لا يسألهم الله إلا عما افترض عليهم ولكنهم قوم يخطئون بالليل والنهار ، وما أنتم إلا من نبيكم وما نبيكم إلا منكم ، والله ما ترك رسول الله صلى الله عليه وسلم قيام الليل

ومن خصائص هذه العشر المباركة أنها يرجى فيها مصادفة ليلة القدر التي قال الله فيها : لَيْلَةُ الْقَدْرِ خَيْرٌ مِنْ أَلْفِ شَهْرٍ وعن النبي صلى الله عليه وسلم قال : "من قام ليلة القدر إيمانًا واحتسابًا غفر له ما تقدم من ذنبه" ، ولا يظفر المسلم بهذه الليلة العظيمة إلا إذا قام ليالي العشر كلها لأنها لم تتحدد في ليلة معينة منها ، وهذا من حكمة الله سبحانه لأجل أن يُكثر اجتهاد العباد في تحريها ويقوموا ليالي العشر كلها لطلبها فتحصل لهم كثرة العمل وكثرة الأجل ، فاجتهدوا رحمكم الله في هذه العشر التي هي ختام الشهر ، وهي ليالي العتق من النار ، قال النبي صلى الله عليه وسلم عن شهر رمضان "شهر أوله رحمه ، وأوسطه مغفرة ، وآخره عتق من النار" ، فالمسلم الذي تمر عليه مواسم الرحمة والمغفرة والعتق من النار في هذا الشهر وقد بذل مجهوده وحفظ وقته والتمس رضى ربه ، إن هذا المسلم حري أن يحوز كل خيرات هذا الشهر وبركاته ويفوز بنفحاته ، فينال الدرجات العالية بما أسلفه في الأيام الخالية نسأل الله التوفيق والقبول والعفو عن التقصير

والحمد لله رب العالمين ، وصلى الله وسلم على نبينا محمد وآله وصحبه

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 01:26
L'homme obtient-il la récompense de la nuit du destin même s'il ne la ressent pas ? (audio)

Question :

 

Si une personne venait à dire:

 

«Est-ce que l'homme obtient la récompense (de la nuit du destin) même s'il ne la ressent pas ?».

 

La réponse est :

 

Bien sûr et sans aucun doute.

 

Quant à l’avis de certains savants (qui disent) : «N'obtient sa récompense que celui qui la ressent.», alors c’est un avis très faible car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

 

«Celui qui prie la nuit du destin avec foi et en espérant la récompense»

 

et il n’a pas dit : «en ayant connaissance de celle-ci».

 

Et si en avoir connaissance était une condition pour l’obtention de cette récompense, qu’en serait-il ?

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم l’aurait expliqué.

 

Ainsi l’homme obtient sa récompense même s’il n’en a pas connaissance.

 

Extrait de l'explication de zad al-moustaqna' 

 Traduit et publié par an-nassiha.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 juillet 2014 2 01 /07 /juillet /2014 01:00
Le voyageur pour une durée de deux ans raccourcit-il sa prière ?

Question :

 

Une discussion a eu lieu entre moi et un des mes camarades arabes au sujet du raccourcissement de la prière alors que nous sommes en Amérique, et il se peut que nous y restions deux ans.

 

En ce qui me concerne, je complète ma prière, comme si je me trouvais dans mon pays.

 

Quant à mon camarade, il raccourcit la prière, car il se considère voyageur, même si la durée (de son voyage) dure deux ans.

 

Nous espérons un éclaircissement quant au jugement du raccourcissement de la prière dans notre situation, avec preuves.

 

Réponse :

 

La règle est que le voyageur réel est celui qui est autorisé à raccourcir sa prière de quatre unités, en raison de la parole d’Allâh :

 

وَإِذَا ضَرَبْتُمْ فِي الْأَرْضِ فَلَيْسَ عَلَيْكُمْ جُنَاحٌ أَن تَقْصُرُوا مِنَ الصَّلَاةِ

 

(traduction rapprochée)

 

«Et quand vous parcourez la terre, ce n’est pas un péché pour vous de raccourcir la prière...» (Les Femmes, v. 101.)

 

Et de la parole de Ya’lâ ibn Umayya :

 

«Je dis à ‘Umar ibn Al-Khattâb, qu’Allâh l’agrée :

«Et quand vous parcourez la terre, ce n’est pas un péché pour vous de raccourcir la prière, si vous craignez que les mécréants ne vous mettent à l’épreuve.»

Il me dit : «Je me suis étonné de ce qui t’a étonné, c’est pourquoi j’ai questionné le Prophète, prière et salut d’Allâh sur lui, qui m’a dit :
«C’est une aumône qu’Allâh vous donne. Acceptez donc son aumône.»  
(1)

 

Doit être considéré sous le jugement du voyageur réel quiconque reste dans (une région) pendant une durée égale ou moindre à quatre jours et quatre nuits, en raison de ce qui a été authentiquement rapporté dans le hadith de Jâbir et d’Ibn ‘Abbâs, qu’Allâh les agrée, selon lequel le Prophète, prière et salut d’Allâh sur lui, arriva à la Mecque le matin du quatrième jour du mois de Dhul-Hijja lors du pèlerinage d’Adieu. (2) 

 

Le Prophète, prière et salut d’Allâh sur lui, resta tout le quatrième, le cinquième, le sixième et le septième jour, et accomplit la prière du Fajr le huitième jour à Al-Abtah, et durant ces quatre jours, il raccourcissait les prières.

 

Or, il avait l’intention d’y rester, comme cela est connu.

 

Ainsi, tout voyageur qui a l’intention de rester (dans un lieu) pendant une durée égale ou moindre que celle du Prophète, prière et salut d’Allâh sur lui, raccourcit sa prière.

 

Et quiconque a l’intention d’y rester plus longtemps que cela, complète sa prière, car il n’est plus considéré comme voyageur.

 

Quant à celui qui reste durant son voyage plus de quatre jours sans nouer l'intention de résider, mais qui a plutôt décidé de repartir dès que son affaire sera achevée ; comme celui qui reste en un lieu pour combattre l’ennemi, ou qui est arrêté par les autorités ou par une maladie par exemple, mais qui a l’intention - si le combat se termine par la victoire ou un traité de paix, ou qu’il se libère de ce qui l’immobilisait comme la maladie, la force de l’ennemi, les autorités ou le fait d’avoir retrouvé un fugitif, ou la vente d’une marchandise, etc… dans ce cas, il est considéré comme voyageur et il raccourcit alors les prières de quatre unités, même si la durée s’allonge, car il a été authentiquement rapporté que le Prophète, prière et salut d’Allâh sur lui, est resté dix-neuf jours à la Mecque, l’année de la victoire (Al-Fath), en raccourcissant la prière. (3) 

 

Il est aussi resté vingt jours à Tâbûk pour combattre les chrétiens, et il dirigeait la prière avec ses Compagnons, en prières raccourcies. (4) 

 

Du fait qu'il n’avait pas l’intention d’y rester mais avait plutôt l’intention de s’en aller lorsque son affaire serait terminée.

 

(1) Rapporté par Muslim (chapitre des voyageurs, n°686) 

(2) Rapporté par Al-Bukhârî, chapitre du raccourcissement de la prière, n°1085

(3) Rapporté par Al-Bukhârî, chapitre du raccourcissement de la prière, n°1080

(4) Rapporté par Ahmad (3/295), Abû Dâwûd, chapitre de la prière, n°1235 et ‘Abdin ibn Humayd, n°1129.

 

Tome 1, page 274.

 Traduit et publié par fatawaislam.com

 

قصر الصلاة في السفينة الراسية ببعض الموانئ بصفة مؤقتة

س1: حدث نقاش بيني وبين أحد زملائي العرب في قصر الصلاة ونحن في أمريكا ، وربما نمكث فيها سنتين، فأنا أكمل الصلاة كأني في بلدي وزميلي يقصر الصلاة لاعتبار نفسه مسافرًا ولو طالت المدة إلى سنتين، فنأمل بيان حكم قصر الصلاة بالنسبة لنا مع الدليل

ج1: الأصل أن المسافر بالفعل هو الذي يرخص له في قصر الرباعية؛ لقوله تعالى

 وَإِذَا ضَرَبْتُمْ فِي الأَرْضِ فَلَيْسَ عَلَيْكُمْ جُنَاحٌ أَنْ تَقْصُرُوا مِنَ الصَّلاَةِ

الآية

ولقول

  يعلى بن أمية : قلت لعمر بن الخطاب رضي الله عنهما

  فَلَيْسَ عَلَيْكُمْ جُنَاحٌ أَنْ تَقْصُرُوا مِنَ الصَّلاَةِ إِنْ خِفْتُمْ أَنْ يَفْتِنَكُمُ الَّذِينَ كَفَرُوا

 فقال: عجبت مما عجبت منه، فسألت رسول الله صلى الله عليه وسلم فقال: هي صدقة تصدق الله بها عليكم فاقبلوا صدقته

 رواه مسلم

 ويعتبر في حكم المسافر بالفعل من أقام أربعة أيام بلياليها فأقل، لما ثبت من حديث جابر وابن عباس رضي الله عنهم أن النبي صلى الله عليه وسلم قدم مكة لصبح رابعة من ذي الحجة في حجة الوداع، فأقام صلى الله عليه وسلم اليوم الرابع والخامس والسادس والسابع، وصلى الفجر بالأبطح اليوم الثامن، فكان يقصر الصلاة في هذه الأيام، وقد أجمع النية على إقامتها كما هو معلوم، فكل من كان مسافرًا ونوى أن يقيم مدة مثل المدة التي أقامها النبي صلى الله عليه وسلم أو أقل منها قصر الصلاة، ومن نوى الإقامة أكثر من ذلك أتم الصلاة؛ لأنه ليس في حكم المسافر.
أما من أقام في سفره أكثر من أربعة أيام ولم يجمع النية على الإقامة، بل عزم على أنه متى قضيت حاجته رجع؛ كمن يقيم بمكان الجهاد للعدو، أو حبسه سلطان أو مرض مثلاً، وفي نيته أنه إذا انتهى من جهاده بنصر أو صلح أو تخلص مما حبسه من مرض أو قوة عدو أو سلطان أو وجود آبق أو بيع بضاعة أو نحو ذلك - فإنه يعتبر مسافرًا، وله قصر الصلاة الرباعية، ولو طالت المدة؛ لما ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه أقام بمكة عام الفتح تسعة عشر يومًا يقصر الصلاة، وأقام بتبوك عشرين يومًا لجهاد النصارى، وهو يصلي بأصحابه صلاة قصر، لكونه لم يجمع نية الإقامة بل كان على نية السفر إذا قضيت حاجته
وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الأول من الفتوى رقم - 1813

(الجزء رقم : 8، الصفحة رقم: 111-110)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Voyage - سفر