Les métiers des prophètes عليهم وسلام

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les métiers des prophètes عليهم وسلام

Adam عليه و سلام était : Laboureur

Nuh et Zakariya عليهم و سلام étaient : Menuisiers

Idris عليه و سلام était : Couturier

Ibrahim عليه و سلام et Lut étaient : Agriculteurs

Salih عليه و سلام était : Commerçant

Sulayman عليه و سلام : Travaillait les feuilles de palmiers

Dawud عليه و سلام : Forgeait des armures et mangeait du fruit de son travail

Moussa, Chou'ayb عليهم و سلام et Mouhammad صلى الله عليه و سلام étaient : Bergers

 

Talbis iblis - Chapitre la précaution des biens  p393

 Publié par 3ilmchar3i.net

فقد كان آدم عليه السلام حرَّاثاً
 ونوح وزكريا نجَّارين
 وإدريس خيَّاطاً
 وإبراهيم ولوط زارعين
 وصالح تاجراً
 وكان سليمان يعمل الخوص
 وداود يصنع الدرع ويأكل من ثمنه
 وكان موسى وشعيب ومحمد رعاة، صلوات الله عليهم أجمعين

تلبيس إبليس

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

La sorcellerie et les charlatans - السحر (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La sorcellerie et les charlatans - السحر (vidéo)

Cette vidéo contient une séquence filmé par la police islamique saoudienne (moutawa) dans une maison maléfique d'un sorcier où l'on constate les ténèbres et l'insalubrité des lieux, des talismans de droite à gauche des objets destiné au sortilège, une poupée avec laquelle ce charlatan s'accouple pour satisfaire les shayatîn (démons) et beaucoup d'autres choses ignobles et machiavélique digne d'un film d'horreur ... wa a'ûdûbiLLah !

 

Une autre séquence montre des soit disants porte bonheur que fournissent les sorcières, la main d'fatma y compris

 

La dernière séquence montre également les autorités saoudienne extraire un sihr (sorcellerie) enterrer annulant ainsi le maléfice, dont le magicien auteur de cette magie noire et incantation a minutieusement préparer son oeuvre satanique avec l'aide des djinns (génies) le tout enterrer en profondeur dans le désert ...

 

 

Cheikh 'Abd Al-Mouhsine Al-Qassim - الشيخ عبد المحسن بن محمد القاسم

Partager cet article

Le salut de la prosternation de la récitation

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le salut de la prosternation de la récitation

Question :

 

Qu’en est il de prosternation de la récitation ? Doit-elle être suivie d’un salut final ou pas , si l’intéressé récite mais n’est pas en prière ?

 

Quelle est l’invocation qu’il faut réciter ?

 

Si l’intéressé effectue une prière et doit procéder à une prosternation de récitation à la fin de la sourate, doit-il , après la prosternation, réciter une partie de la sourate suivante ou se mettre en posture de génuflexion immédiatement ?

 

Réponse :

 

Louange à Allah, la prosternation de la récitation est une sunnah et aucun texte n’indique qu’elle doit être suivie d’un salut.

 

Aussi n’est il pas nécessaire, pour celui qui l’effectue, de la faire suivre par un salut.

 

Celui qui effectue cette prosternation à la fin d’une sourate telles que les sourates 7,53 et 96 n’a pas à reprendre la récitation du Coran après la prosternation et avant de se mettre en posture de Rukû' (génuflexion).

 

S’il reprend la récitation, il n’y a aucun inconvénient.

 

Pour le reste, l’intéressé dit, au cours de sa prosternation de récitation, ce qu’il a l’habitude de dire quand il se trouve en cette posture pendant la prière.

 

Tome 7 page 263

copié de fatawaislam.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Les caractéristiques des prénoms interdits (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les caractéristiques des prénoms interdits (audio-vidéo)

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; que Ses éloges et Son salut soient pour celui qu’Il a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Rétribution.

Cela dit :

 

Il est bien connu que les prénoms, surnoms et Kounyas sont du domaine des usages et des relations sociales, et la base dans ce sujet est la licité et la permission.

 

On ne contredira cette base que si une preuve vient entraîner l’empêchement et l’interdiction.

 

Parmi les caractéristiques des prénoms qui font exception à la règle et qui sont interdits ou déconseillés, on trouve ce qui suit :

 

- Ce qui comporte le fait d’associer à Allâh, comme nommer quelqu’un «`Abd» («serviteur» ou «esclave» ou «adorateur») d’autre qu’Allâh ; par exemple :

`Abd Al-`Ouzza (serviteur d’Al-`Ouzza),

`Abd Al-Ka`ba (serviteur de la Ka`ba),

`Abd Houbal (serviteur de Houbal),

`Abd Ar-Rasoûl (serviteur du messager),

`Abd Az-Zouhayr (serviteur d’Az-Zouhayr).

 

- Ce qui est propre à Allâh et ne convient qu’à lui, comme: Ar-Rahmân, Al-Qoddoûs, Al-Mouhaymin, Al-Khâliq.

 

On peut y assimiler: Mâlik Al-Amlâk (le roi des rois) [1] et Qâdhi Al-Qudhât (le juge des juges).

 

- Les noms des démons, comme : Chaytân, Iblîs, Al-A`war, Al-Walhân, Khinzab.

 

- Les noms des pharaons et des tyrans, comme : Fir`awn, Hâmân, Qâroûn.

 

- Les noms qui sont propres au Coran, comme : Furqân.

 

- Les noms qui sont propres aux mécréants, comme : Georges, Paul, Patrice, Yûghurta, Mâsînîsâ.

 

- Les noms qui comportent une éloge, comme :

Barra (pieuse) [2],

Îmân (foi),

Islâm,

Abrâr (pieux),

Taqwa (piété) ;

 

de même que les surnoms comme :

Muhyi Ad-Dîn («le revivificateur de la religion»),

`Imâd Ad-Dîn,

Rukn Ad-Dîn (le pilier de la religion),

 

car, ceci comporte une éloge et du mensonge.

 

En font partie, également, les nouveaux surnoms qui désignent un signe miraculeux, comme :

Âyat Allâh (signe d’Allâh),

Houjjat Allâh (argument d’Allâh),

Bourhân Ad-Dîn (la preuve de la religion),

Houjjat Al-Islâm (l’argument de l’Islam).

 

En effet, Allâh n’a d’autre argument contre ses créatures que ses messagers.

 

En fait partie, également, le fait de s’appeler :

Sayyid An-Nâs (le seigneur des gens),

Sayyid Al-`Arab (le seigneur des Arabes),

Sayyid Al-`Oulamâ (le seigneur des savants),

Sayyid Al-Qudhât (le seigneur des juges).

 

- Les noms comportant un blâme, ou un mauvais qualificatif, comme :

Hazan (tristesse),

Chihâb (flamme),

Zhâlim (injuste),

Nâhid [3] (femme aux jeunes seins),

Ghâda [4] (femme belle et grâcieuse),

Kâhin (devin) et Kâhina,

`Âsiya [5] (désobéissante),

Jahannam (Géhenne),

Sa`îr (fournaise),

Saqar,

Hutama,

Al-A`war (le borgne),

Al-Abras (le lépreux),

Al-Ajrab (le galeux),

Al A`mach (qui a les yeux chassieux), etc.

 

- Les noms qui peuvent sous-entendre une superstition, en pensant qu’ils portent malheur si l’on les renie, comme:

Najîh (qui a du succès),

Baraka (bénédiction, chance),

Aflah (réussir),

Yasâr (facilité, aisance),

Rabâh (gain) [6].

 

- Il est déconseillé de porter les noms des anges, comme :

Jibrîl,

Mikâîl,

Isrâfîl,

car ce sont des noms qui leur sont propres.

 

Cela devient interdit quand on donne aux filles les noms des anges, comme :

Malâk (ange),

Malaka (“ange” au féminin),

car cela ressemble à la pratique des polythéistes qui faisaient des anges les filles d’Allâh.

 

Si les noms sont exempts des caractéristiques des noms déconseillés et interdits que nous venons d’expliquer, je ne vois pas ce qui ferait sortir les noms des mois, des occasions religieuses et des saisons de la base qui est la permission, si l’on veut simplement distinguer une personne des autres pour une coïncidence dans le temps.

 

Si par contre, ces noms sont en rapport avec un culte non valide ou une croyance incorrecte, ils seront interdits pour ces raisons.

 

Aussi, il était de l’habitude des Arabes de donner à leurs enfants des noms de choses inertes, d’animaux ou de certains mois, comme :

Jabal (montagne),

Safwân (pierre lisse),

Sakhr (roche),

Ja`far (ruisseau),

Badr (pleine lune),

Qamar (lune),

Najm (étoile),

Thurayya;

 

comme pour les noms d’animaux :

Asad (lion),

Layth (lion),

Fahd (guépard),

Tha`lab (renard) ;

 

comme pour les noms des mois :

Ar-Rabî`[7]

 

comme : Sa`d Ibn Ar-Rabî`[8] et Abou Al-`Âs Ibn Ar-Rabî`[9].

 

Ils voulaient, par ces noms, distinguer premièrement la personne des autres, et deuxièmement, que la relation entre le nom et le caractère se réalise, dans le futur, dans le comportement de l’enfant.

 

Ces caractères désignaient de belles et grandes significations, telles que la force, le courage, la haute position, l’organisation, la réflexion, la loyauté, la solidité, la grandeur d’âme, l’intégrité et autres qualités dont l’homme a besoin en situation de puissance ou de guerre.

 

Cette relation entre le nom et le caractère ou la réalité de l’individu se retrouve dans les paroles du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم.

 

Ainsi, il est dit que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a attribué la Kounya d’“Abou Hourayra” (père d’une petite chatte) à `Abd Ar-Rahmân Ibn Sakhr Ad-Dawsi ; et ce qui est connu est que ce dernier s’est vu attribué cette Kounya parce qu’il avait recueilli les enfants d’une chatte en les prenant dans sa manche [10].

 

Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a aussi surnommé Khâlid Ibn Al-Walîd "une épée parmi les épées d’Allâh" [11], reliant ainsi une créature au Créateur parce que Khâlid était assidu au combat dans le sentier d’Allâh, et ainsi de suite.

 

Il convient de dire que même si la base dans les noms est la permission, il est demandé aux pères de donner de beaux noms à leurs enfants, car, au Jour du Jugement, ils seront appelés par leurs noms et les noms de leurs pères, comme l’a rapporté Ibn `Umar رضي الله عنه du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم qui a dit :

 

«Le traître se verra dresser un drapeau au jour de la résurrection; on dira : ‘Voici la trahison d’untel fils d’untel’» [12].

 

Al Bukhâri lui a consacré un chapitre intitulé Chapitre sur le fait que les gens seront appelés par leurs pères.

 

Et il ne fait aucun doute que «les noms préférés d’Allâh sont :

`Abd Allâh et `Abd Ar-Rahmân» [13] et tout nom qui est annexé à Allâh est meilleur et plus à même d’être donné.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

[1] Dans le hadith d’Aboû Hourayra, le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :

“L’homme contre qui Allâh sera le plus en colère au Jour de la Résurrection, le plus mauvais et celui qui lui causera le plus de colère est un homme qui s’appelle le roi des rois; il n’est de Roi qu’Allâh !”

Rapporté par Al-Boukhâri dans «Al Adab» (6205) et Mouslim dans «Al-Âdâb» (5610).

[2] Il est dit dans les deux Sahih «Qu’il a changé le nom de Barra pour Zaynab» qui est Zaynab bint Jahch.

Rapporté par Al-Boukhâri dans «Al-Adab» (6192) et Mouslim dans «Al Âdâb» (2141) selon Abou Hourayra.

[3] Nâhid : «C’est la femme dont les seins se sont formés et s’élèvent sur sa poitrine de sorte à être volumineux » - Al-Mou`jam Al-Wasît (2/957).

[4] Ghâda: «C’est la femme douce et délicate dont la délicatesse est apparente » - Al-Mou`jam Al-Wasît (2/667) et fat’h Al-bârî d’Ibn Hajar (10/576).

[5] Il est rapporté authentiquement d’ibn `Omar « que le prophète a changé le nom de `Âsiya et lui dit : tu es Jamîla (belle) », rapporté par Muslim dans « Al-Âdâb » (2139).

[6] Il est rapporté authentiquement de Samura Ibn Joundoub que le prophète a dit :  

« ne prénomme pas ton enfant Rabâh, ni Yasâr, ni Aflah, ni Nâfi` »

 rapporté par Mouslim dans « Al-Âdâb » (2139), Abou Dâwoûd dans « Al-Adab » (4938) et At-Tirmidhi dans « Al-Adab » (2836).

[7] Qui vient d’«Arba`at Al-Ardh», c’est-à-dire que la terre se montre fertile, car c’est le mois du raisin, de la verdure et de la pluie et ils y construisaient leurs demeures (Rab`).

[8] Il est le compagnon Sa`d Ibn Ar-Rabî` Al-Ansâri Al-Khazraji Al-Badri An-Naqîb.

Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم avait établi un lien fraternel entre lui et `Abd Ar-Rahmân Ibn `Awf.

Il est mort le jour d’Ouhoud.

Voir : Al-Istî`âb d’Ibn `Abd Al-Barr (4/145), Siyar A`lâm An-Noubalâ d’Adh-Dhahabi (1/318) et Al-Isâba d'Ibn Hajar (1/144).

[9] Il est Abou Al-`Âs Ibn Ar-Rabî` Al-Qourachi, le beau-fils du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم, époux de sa fille Zaynab.

Il est le père d’Oumâma que le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم portait en salat, et le neveu de la Mère des croyants, Khadîja Bint Khouwaylid.

Sa mère était Hâlat Bint Khouwaylid qui est morte en l’an 12 de l’hégire.

Voir sa biographie dans Siyar A`lâm An-Noubalâ d’Adh-Dhahabi (1/330).

[10] Voir: Siyar A`lâm An-Noubalâ d’Adh-Dhahabi (2/579) et Tahdhîb At-Tahdhîb d'Ibn Hajar (12/263).

At-Tirmidhi a rapporté dans «Al-Manâqib» (5/686), chap: Les mérites d’Abou Hourayra, d’après `Abd Allâh Ibn Râfi` qui a dit :

«J’ai dit à Abou Hourayra: pourquoi as-tu été surnommé Abou Hourayra?

Il dit: "N’as-tu pas peur de moi?"

Je dis: "Si, par Allâh, je te crains."

Il dit: "Je gardais les moutons de ma famille et j’avais une petite chatte que je posais la nuit dans un arbre, puis, quand venait le jour, j’allais et jouais avec elle, ils m’ont, donc, surnommé Abou Hourayra"».

Al-Albâni l’a déclaré Hasan dans Sahih At-Tirmidhi (3840).

[11] Rapporté par Al-Boukhari dans «Al Manâqib», Les mérites de Khâlid Ibn Al-Walîd (2/278) selon Anas.

[12] Rapporté par Al-Boukhâri dans «Al-Adab», chap: «Du fait que les gens seront appelés par leurs pères» (3/253), selon Ibn `Omar.

[13] Rapporté par Mouslim dans «Al-Âdâb» (2133) et Abou Dâwoûd dans «Al-Adab», chap: «Le changement des noms» (4949), selon Ibn `Omar.

 

Alger, le 9 de Safar 1431h (24 janvier 2010)

✅ Traduit et publié par ferkous.net

ضوابطُ الأسماء المنهي عنها

الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاةُ والسلامُ على منْ أرسلَه اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آلهِ وصحبهِ وإخوانهِ إلى يوم الدِّين، أمَّا بعدُ

فالمعلومُ أنّ الأسماءَ والألقابَ والكنى تدخلُ في بابِ العاداتِ والمعاملاتِ، والأصلُ فيها الحِلُّ والجوازُ، ولا يُنتقل عن هذا الأصلِ إلاَّ إذا قام الدليلُ على المنع والتحريم، ومن ضوابط الأسماء المستثناة من الأصل التي تندرج تحت حكمِ التحريم أو الكراهة ما يلي

- ما كان فيه شركٌ كالتعبيدِ لغير الله تعالى: ﮐ«عبد العزى»، «عبد الكعبة»، «عبد هبل»، «عبد الرسول» و«عبد الزهير»

- وما كان خاصًّا بالله تعالى ولا تليقُ إلاَّ به: مثل «الرحمن» و«القدوس» و«المهيمن» و«الخالق»، ويلحق بها «ملك الأملاك»(١) و«قاضي القضاة»

- وما كان من أسماءِ الشياطين: ﮐ«إبليس» و«شيطان» و«الأعور» و«الولهان» و«خنزب»

- وما كان من أسماءِ الفراعنةِ والجبابرة: مثل «فرعون» و«هامان» و«قارون»

- وما كان خاصًّا بأسماء القرآن: ﮐ«فرقان»

- وما كان من الأسماء خاصًّا بالكفَّار: ﮐ«جورج» و«بولس» و«بطرس» و«يوغرطة» و«ماسينيسا»

- وما كان من الأسماء فيه تزكية: ﮐ«برَّة»(٢) و«إيمان» و«إسلام» و«أبرار» و«تقوى»، ومن الألقاب: «محيي الدين» و«عماد الدين» و«ركن الدين» لأنّ فيه تزكيةً وكذبًا. ومن ذلك -أيضًا- الألقابُ الحادثة التي يقصد بها آيةٌ خارقةٌ للعادة مثل: «حُجَّة الله» و«آية الله» و«برهان الدين» و«حُجَّة الإسلام» لأنَّه لا حجَّة لله على عباده إلاَّ الرسل، ومن هذا القبيل -أيضا- التسمي ﺑ«سيِّد الناس» أو «سيِّد العرب» أو «سيِّد العلماء» أو «سيِّد القضاة».

- وما كان من الأسماء فيه ذمٌّ وقُبح وذِكرٌ سيءٌ مثل: «حَزَن» و«شِهاب» و«ظالم» و«ناهد»(٣) و«غادة»(٤)، و«كاهن» أو «كاهنة»، و«عاصية»(٥) و«جهنَّم» و«سعير» و«سَقَر» و«حُطَمة» و«الأعور» و«الأبرص» و«الأجرب» و«الأعمش» ونحو ذلك.

- وما كان من الأسماء التي يُحتمَل فيها التشاؤمُ بنفيها مثل: «نجيح» و«بركة» و«أفلح» و«يسار» و«رباح»(٦).

- ويُكره التسمي بأسماءِ الملائكةِ مثل: «جبريل» و«مكائيل» و«إسرافيل» لكونها أسماءً خاصَّة بهم، ويرتقي الحكم إلى الحرمة إذا سُمِّيت البناتُ بأسماء الملائكةِ مثل: «ملاك» و«مَلَكَة» لما فيها من مضاهاة المشركين في جعلهم الملائكةَ بناتِ الله.

فإذا خلت الأسماء من جملة ضوابط الأسماء المندرجة تحت حكم التحريم والكراهة السالفة البيان فلا أعلم ما يُخْرِجُ التسميةَ بالشهور والمناسبات الدينية أو الفَصْليةِ عن الأصلِ المبيح إذا قُصد بها تمييزُ شخصٍ عن غيره لحدوثِ التزامنِ والتطابق، اللهمّ إلاّ إذا تعلّقت بها عادةٌ منكرةٌ أو اعتقادٌ فاسدٌ فيُمنع من أجله، وقد كان من شأنِ العرب في تسميةِ أولادها بأسماءِ الجمادِ والحيوانِ وبعضِ الشهور مثل: «جبل» و«صفوان» و «صخر» و«جعفر» و «بدر» و«قمر» و«نجم» و«ثريا» ومن أسماءِ الحيوان مثل: «أسد» و«ليث» و«فهد» و«ثعلب» ومن الشهور مثل «الربيع»(٧) ومنه «سعد بن الربيع»(٨) و«أبو العاص بن الربيع»(٩) حيث كانوا يقصدون من وراء هذه الأسماءِ تمييزَ شخصٍ عن غيره أولاً، والتطلعَ -ثانيا- إلى تحقيقِ الملازمةِ الوصفيةِ الكامنةِ في الاسمِ مستقبلاً في سلوكِ الولد وسيرته، تلك الوصفيةُ التي تدلُّ على معانٍ جميلةٍ وجليلةٍ كالقوَّة والشجاعةِ والعلوِ والتدبيرِ والتفكيرِ والوفاءِ والصلابةِ والشهامةِ والأمانةِ، ونحو ذلك مما يحتاج إليه في مواقف العزَّة والحروبِ.

وهذا المعنى من التلازم الحقيقي أو الوصفي مراعًى في كلام النبي صلّى الله عليه وآله وسلّم، فقد قيل أنّه كنَّى عبدَ الرحمن بن صخر الدوسي بأبي هريرة رضي الله عنه، والمشهور عنه أنه كُنِّيَ بأولاد هرة برِّيَّة وجدها فأخذها في كمِّه فكُنِّيَ بها(١٠). ولَقَّب النبي صلّى الله عليه وآله وسلّم خالدَ بنَ الوليدِ رضي الله عنه بأنَّه «سَيْفٌ مِنْ سُيوفِ اللهِ»(١١) من إضافة المخلوق إلى الخالق لملازمته الجهاد في سبيل الله ونحو ذلك

هذا، وإن كان الأصلُ في هذه الأسماء الحلّ والإباحة إلاَّ أنَّ المطلوبَ من الآباء تحسينُ أسماء أولادهم لأنهم يُدْعَون يوم القيامة بأسمائهم وأسماءِ آبائهم كما صحَّ عن ابنِ عمرَ رضي الله عنه أنَّ النبي صلَّى الله عليه وآله وسلم قال: «إِنَّ الغَادِرَ يُرْفَعُ لَهُ لِوَاءٌ يَوْمَ الْقِيَامَةِ يُقَالُ: هَذِهِ غَدْرَةُ فُلاَنِ بْنِ فُلاَنٍ»(١٢)، وقد بوّب له البخاري رحمه الله: «باب ما يدعى الناس بآبائهم»، ولا شك أنّ: «أَحَبّ الأَسْمَاءِ إِلَى اللهِ عَبْدُ اللهِ وَعَبْدُ الرَّحْمَنِ»(١٣) وكلّ ما أضيف إلى الله سبحانه فهو أولى وأفضل

والعلم عند الله تعالى، وآخر دعوانا أن الحمد لله رب العالمين وصلى الله على محمد وآله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين وسلم تسليمًا

١- وفي حديث أبي هريرة -رضي الله عنه-  أنّ النبي صلَّى الله عليه وآله وسلَّم قال: «أَغْيَظُ رَجُلٍ عِنْدَ اللهِ يَوْمَ الْقِيَامَةِ وَأَخْبَثُهُ وَأَغْيَظُهُ عَلَيْهِ رَجُلٌ يُسَمَّى مَلِكَ الأَمْلاكِ، لاَ مَلِكَ إلاَّ اللهُ». [أخرجه البخاري في «الأدب»: (6205)، ومسلم في «الآداب»: (5610)]

٢- وفي الصحيحين: «أَنَّهُ غَيَّرَ اسْمَ برَّةٍ إلى اسْمِ زَيْنَبَ» -وهي زينبُ بنتُ جحش رضي الله عنها. [أخرجه البخاري في «الأدب»: (6192)، ومسلم في «الآداب»: (2141) من حديث أبي هريرة رضي الله عنه].

٣- «ناهد»: «هي المرأة التي كعب ثديها وارتفع عن الصدر فصار لها حجم» [انظر «المعجم الوسيط»: (2/957)].

٤- «غادة»: «هي المرأة الناعمة اللينة البينة الغَيَدِ» [انظر: «المعجم الوسيط»: (2/667)، و«فتح الباري» لابن حجر: (10/576)].

٥- وصحَّ من حديث ابن عمر رضي الله عنهما «أنَّ النبي صلَّى الله عليه وآله وسلَّم غيّر اسم عاصية وقال: «أَنْتِ جَمِيلَةُ»» [أخرجه مسلم في «الآداب» (2139)].

٦- وقد ثبت من حديث سمرة بن جندب رضي الله عنه عن النبي صلّى الله عليه وآله وسلّم أنّه قال: «لاَ تُسَمِّ غُلاَمَكَ رَبَاحًا وَلاَ يَسَارًا وَلاَ أَفْلَحَ وَلاَ نَافِعًا» [أخرجه مسلم في «الآداب»: (2139)، وأبو داود في «الأدب»: (4938)، والترمذي في «الأدب»: (2836)].

٧- من «أربعت الأرض» إذا أخصبت لأنّه شهرُ العنب والخضار والمطر، كانوا يقيمون فيه عمارة ربعهم

٨- هو الصحابي سعدُ بن الربيع الأنصاري الخزرجي البدري النقيب رضي الله عنه الذي آخى النبيُ صلَّى الله عليه وآله وسلَّم بينَه وبين عبد الرحمن بن عوف، ومات يوم أحد شهيدًا. [انظر: «الاستيعاب» لابن عبد البر: (4/145)، «سير أعلام النبلاء» للذهبي: (1/318)، «الإصابة» لابن حجر: (4/144)].

٩- هو أبو العاص بن الربيع القرشي صهرُ النبي صلَّى الله عليه وآله وسلَّم وزوجُ ابنته زينب، وهو والد أمامة التي كان يحملها النبي صلَّى الله عليه وآله وسلَّم في صلاته، وهو ابنُ أخت أمِّ المؤمنين خديجةَ بنتِ خويلد وأمُّه هالةُ بنتُ خويلد توفي سنة (12ﮬ). [انظر ترجمته في: «سير أعلام النبلاء» للذهبي: (1/330)].

١٠- انظر: «سير أعلام النبلاء» للذهبي: (2/579)، و«تهذيب التهذيب» لابن حجر: (12/263) وقد أخرج الترمذي في «المناقب» (5/686) باب مناقب أبي هريرة رضي الله عنه، عن عبد الله بن رافع قال: «قلت لأبي هريرة: «لم كُنيت أبا هريرة؟» قال: «أمَا تفرق مني؟»، قلت: «بلى والله إني لأهابك»، قال: «كنت أرعى غنمَ أهلي وكانت لي هريرة صغيرة فكنت أضعها بالليل في شجرة فإذا كان النهار ذهبت بها معي فلعبت بها فكنوني أبا هريرة» والحديث حسّنه الألباني في «صحيح الترمذي» (3840

١١- أخرجه البخاري كتاب «المناقب»، مناقب خالد بن الوليد رضي الله عنه: (2/ 278)، من حديث أنس رضي الله عنه

١٢- أخرجه البخاري كتاب «الأدب»، باب ما يدعى الناس بآبائهم: (3/253)، من حديث ابن عمر رضي الله عنهما

١٣- أخرجه مسلم كتاب «الآداب»: (2/1023)، رقم: (2133)، وأبو داود كتاب «الأدب»، باب في تغيير الأسماء: (4949)، من حديث ابن عمر رضي الله عنهما

الجزائر في: 9 من صفر 1431ﻫ

الموافق ﻟ: 24 يناير 2010م

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

Le beurre

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le beurre

Les deux fils de Busr As-Sulami rapportent :

 

"Le Messager d'Allah alayhi salat wa salam est entré chez nous, et nous lui avons présenté du beurre et des dattes, et il aimait le beurre et les dattes."

Sahih Abu Daoud (5837)

 

Le beurre est chaud et humide, il a beaucoup de propriétés comme l'affermissement et la décomposition, il guérit les tuméfactions au niveau des oreilles et des urètres, ainsi que les tuméfactions de la bouches et toutes celles qui apparaissent sur le corps des femmes et des enfants, s'il est employé seul.

 

Si on le lape, il est utile contre l'expectoration sanguine des poumons, et consumera les tuméfactions qui y apparaissent.

 

Il est amolissant pour les selles, les nerfs, les gonflements durs qui proviennent de la bile noire et de la pituite.

 

Il est utile contre la sécheresse qui apparaît dans le corps, et si on en enduit les dents du petit enfant, il aide à la pousse et l'apparition des dents.

 

Il est utile aussi contre la toux causées par le froid et la sécheresse.

 

Il élimine l'eczéma et la sécheresse du corps.

 

Il amollit les selles, mais diminue l'apétit.

 

On repousse sa nocivité pour ce qui est sucré comme le miel et les dattes.

 

Et le fait que le Prophète alayhi salat wa salam ait joint le beurre aux dattes comporte comme sagesse d'améliorer l'un pour l'autre.

 

la Médecine Prophétique d'Ibn  Al-Qayyim, éditions Tawbah

copié de sunnah-islam.over-blog.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Les règles du mariage (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les règles du mariage (audio)

D'aprés le Sharh du  " Livre du mariage "

Kitab An-Nikah min zad Al-Moustaqna'

 كتاب النكاح من مجموعة زاد المستقنع 

الشيخ محمد العثيمين

de Sheikh Muhammad ibn Salih Al 'Outhaymine - Qu'Allah lui fasse miséricorde :

explication sur les règles du mariage de Sheikh M’hamed Tchalabi Al Djazairy

 

Cours 1

Cours 9

Cours 2

Cours 10

Cours 3

Cours 11

Cours 4

Cours 12

Cours 5

Cours 13

Cours 6

Cours 14

Cours 7

Cours 15

Cours 8

            

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Conseil au fumeur (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Conseil au fumeur (vidéo)

Question :

 

Quel est votre conseil aux fumeurs ?

 

Réponse :

 

Je conseille au fumeur de prendre cette opportunité, sa venue dans cette mosquée (la mosquée du Prophète salallah 3alayhi wa salam) et cette terre bénie d’où s’est propagée la lumière de la foi jusqu’à atteindre toute la terre, qu’il prenne cela comme l’opportunité de sa vie pour arrêter la cigarette sans jamais y retourner.

 

Et combien de personnes ont délaissé la cigarette en venant dans cette mosquée.

 

Ils ont délaissé la cigarette en venant dans cette mosquée.

 

Et la crainte d’Allah est survenue dans leurs cœurs.

 

Un retour vers Allah et une sincérité envers Lui ont permis qu’ils délaissent la cigarette sans jamais y revenir.

 

Et de cela, il y a beaucoup d’histoires.

 

Et je me rappelle qu’un pèlerin m’a dit :

 

J’ai été éprouvé par la cigarette durant des mois, j’en fumais plusieurs paquets depuis ma jeunesse et ceci chaque jour !

 

J’étais à Arafat l’après-midi et je me suis tourné alors que j’avais une cigarette à la main et que je fumais et lorsque je regardais autour de moi l’ensemble des personnes avait les mains levées et ils invoquaient Allah. 

 

Et j’étais le seul à ce moment à fumer et à remplir ma bouche de fumée !

 

Je me suis dit même à ce moment elle (la cigarette) ne me quitte pas.

 

Je me suis mis alors à réfléchir et j’ai posé cette cigarette sous mon pied ainsi que le paquet, et je les ai écrasées et j'ai levé mes mains avec les gens, et j’ai commençais à invoquer Allah.

 

Et parmi mes invocations j’ai demandé à Allah soubhana wa ta3ala de me préserver de la cigarette et m’en éloigner.

 

A Allah est la louange, je l’ai délaissée et ceci était la dernière fois.

 

Donc ceci est une opportunité, pour celui qui vient dans cette mosquée pour qu’il craigne Allah et qu’il s’éloigne de la cigarette et qu’il l’abandonne complètement.

 

Et il y a beaucoup de choses qui aident à cela, je vais en présenter quelques unes :

 

La première est que chaque fumeur sache que fumer est interdit.

 

L’ensemble des savants est d’accord sur son illicéité et son interdiction.

 

Et ils se sont basés sur de nombreuses preuves du Coran et de la Sounnah comme la parole d’Allah tabaraka wa ta3ala :

 

وَلَا تُلۡقُواْ بِأَيۡدِيكُمۡ إِلَى ٱلتَّہۡلُكَةِ‌ۛ

"Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction." Verset 195 sourate Baqara

 

« Pour leur autoriser les bonnes choses et leur interdire les mauvaises. »

 

Et la cigarette est une chose mauvaise.

 

Ainsi que d’autres preuves générales qui prouvent l’interdiction de fumer.

 

La seconde : la cigarette, selon l’unanimité des docteurs, fait du mal à la santé.

 

Différents maux :

 

Mal aux poumons, mal au cœur, mal aux bronches, mal à la langue, mal aux dents,  et c’est l’une des plus importantes causes du cancer.

 

De nombreuses maladies déclarées par beaucoup de docteur.

 

L’observation des statistiques prouve que le nombre de mort dans le monde par an à cause de la cigarette dépasse les 4 millions.

 

La cigarette fait du mal par attestation des docteurs.

 

La troisième est que la cigarette est du gaspillage d’argent.

 

Un gaspillage énorme d’argent et mettre l’argent dans les mains des ennemis de l’islam car les plus grandes sociétés spécialisées dans la fabrication des cigarettes sont des sociétés juives.

 

Cet argent que le fumeur dépense lui fait du mal à sa santé et fortifie son ennemi.

 

Un fumeur, dont l’âge a dépassé les 60 ans, a fait un calcul approximatif de l’argent qu’il a dépensé durant sa vie pour la cigarette.

 

Il s’est mis à compter… Et faire les comptes est quelque chose de bien ! 

 

« Faites vos comptes avant qu’on ne fasse vos comptes » 

 

Et parmi les choses dont la personne sera interrogée le Jour de la Résurrection, il y a son argent, où l’a-t-il pris et dans quoi l’a-t-il dépensé ?

 

Il a donc commencé à calculer les dépenses de son argent dans la cigarette.

 

Il a commencé à compter, il a dit j’ai commencé à fumer à tel âge, j’en ai fumé tant par jour… Il est resté longtemps à calculer.

 

Il a eu comme résultat un nombre si important qu’il n’avait jamais cru avoir dépensé autant dans la cigarette. 

 

Et si on demande au fumeur, et qu’on lui dit : toi tu fumes depuis de longues années : plus de 20, 30, 40, 50…

 

Voilà tu fumes depuis de nombreuses années… Informes nous, qu’en as-tu tiré comme bénéfice ?

 

Un seul bénéfice issu de la cigarette ?

 

Quant au malade, il sait le mal qu’elle lui a fait quant à son argent, sa santé et dans toute sa vie.

 

C’est pour cela que je conseille à celui qui est éprouvé par la cigarette, qu’il craigne Allah et qu’il se repente à Lui, et qu’il la délaisse définitivement sans jamais y retourner.

 

Et qu’il utilise sa présence en cette période bénie et en ce lieu béni pour qu’il se repente à Allah 3azza wa jal et qu’il invoque Allah soubhana wa ta3ala qu’IL lui facilite son délaissement.

 

Retranscription par Amatulhaqq - Katia (@chaboulix) رحمها الله

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Partager cet article

Ô fils d'Adam ! Je suis tombé malade et tu ne m'as pas rendu visite...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Ô fils d'Adam ! Je suis tombé malade et tu ne m'as pas rendu visite...

D'après Abu Hurayrah رضي الله عنه, le Prophète ‏صلى اللـه عليه وسلم a dit : 

 

«Allah Tout-Puissant dira le Jour de la Résurrection :

 

«Ô fils d'Adam, Je suis tombé malade et tu ne M'as pas rendu visite.»

 

Il dira : «Ô Seigneur, comment puis-je Te rendre visite quand Tu es le Seigneur des mondes ?»

Il dira : «Ne savais-tu pas que Mon serviteur Untel était tombé malade, et tu ne l'as pas visité ? Ne savais-tu pas que si tu l'avais visité, tu M'aurais trouvé avec lui ? 

 

«Ô fils d'Adam, Je t'ai demandé de la nourriture et tu ne M'as pas nourri. »

 

Il dira : «Ô Seigneur comment puis-je Te nourrir quand Tu es le Seigneur des mondes ?»

Il dira : «Ne savais-tu pas que Mon serviteur Untel t'a demandé de la nourriture, et que tu ne l'as pas nourri ? Ne savais-tu pas que si tu l'avais nourri, tu aurais trouvé la récompense (d'en avoir fait autant avec Moi) ?

 

«Ô fils d'Adam, Je t'ai demandé de la boisson et tu ne M'as pas donné à boire.»

 

Il dira : «Ô Seigneur comment puis-je Te donner à boire quand Tu es le Seigneur des mondes ?»

Il dira : «Mon serviteur Untel t'a demandé à boire, et que tu ne lui pas donné ? Si tu lui avais donné à boire, tu aurais sûrement trouvé la récompense » (d'en avoir fait autant avec Moi).»

Rapporté par Muslim.

hfhgf

Ô fils d'Adam ! Je suis tombé malade et tu ne m'as pas rendu visite...

Partager cet article

Le rappel est pour le coeur ce que l’eau est pour le poisson

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le rappel est pour le coeur ce que l’eau est pour le poisson

Ibn al-Qayyîm dit qu’il a entendu SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (qu’Allâh sanctifie son âme) dire :

 

« Le rappel est pour le cœur ce que l’eau est pour le poisson.

 

Comment est l’état du poisson quand il quitte l’eau ? »

 

En effet, un adorateur qui se prive de rappel est un comme un corps privé de nourriture.

 

Ibn al-Qayyîm dit avoir assisté une fois à la prière de l’aube avec SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah ; à la fin de la prière, il s’est assis et s’est mis à invoquer le Nom d’Allâh jusqu’environ la moitié du jour, puis il se tourna vers moi et me dit :

 

« Voici mon déjeuner.

Si je ne le prends pas, je perds vite mes forces. »

 

Il m’a dit une fois :

 

« Je n’interromps le rappel que pour me reposer et me détendre.

Et cela me prépare à un autre rappel (Dhikr). »

 

Chaque chose peut être touchée par une rouille particulière, et la rouille qui envahit le cœur c’est le désintéressement et la passion, mais il retrouve son éclat par le rappel (Dhikr), le repentir et la demande de pardon. [1]

 

Lorsque le serviteur connaît Allâh par l’invocation de son Nom dans les moments d’aisance, Allâh le connaîtra dans les moments de détresse.

 

Il y a un hadîth qui dit que lorsque le serviteur assidu au Dhikr (rappel) d’Allâh tombe dans une situation difficile ou demande quelque chose à Allâh, les anges disent :

 

« Seigneur ! Cette voix nous est familière. Elle vient d’un serviteur connu ! ».

 

Mais lorsque celui qui se détourne d’Allâh et qui est distrait de Son rappel L’invoque et Lui adresse une demande, les anges disent :

 

« Seigneur ! Cette voix nous est étrangère. Elle vient d’un serviteur inconnu ! ». [2]

 

[1] Al-Wâbil us-Sayb min al-Kallâm at-Tayb de Ibn al-Qayyîm, p.95-96

[2] Al-Wâbil us-Sayb min al-Kallâm at-Tayb de Ibn al-Qayyîm, p.96-97

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Où veux-tu mourir ? (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Où veux-tu mourir ? (vidéo)

Comme je disais il y a beaucoup de musulmans, parce qu’on leur donne beaucoup de facilités, parce qu’on leur donne beaucoup d’aides sur le plan économiques, sur le plan de l’aisance, de la vie facile des choses de ce genre, ils ne veulent pas rester, euh  pardon ils ne veulent pas quitter, ils ne veulent pas quitter.

 

Ils préfèrent rester mais ce qu’ils perdent en échange, c’est ce qui est le plus important, c’est leur religion ! Nas’aloullahou l3afiya

 

Il y a un frère dernièrement, un frère qui était en Angleterre, qui faisait la da3wah, qui s’appelle Abou Talha Daoud Burbank.

 

C’est un frère salafi d’Angleterre de Birmingham.

 

Cela fait des années, plus de vingt ans qu’il était converti à l’Islam, il a étudié à l’université islamique de Médine à l’époque et qui faisait beaucoup de da3wah en Angleterre.

 

Il traduisait beaucoup de livres de 3oulama. Il était très actif pour appeler les gens à la sounnah et au Coran et combattre la bida3ah et les gens de la bida3ah et clarifiait la vérité pour les musulmans.

 

Et il est resté comme ça pendant des années ferme sur la Vérité.

 

Cette année, il a été pour le hajj.

 

Il est arrivé à l’aéroport de Jeddah, il a mis son ihram et il était en route pour aller à La Mecque dans l’autobus voyageur.

 

Il y a eu une explosion, il y a eu un feu, et lui et son épouse sont décédés dans l’autobus. Cela fait quelques jours peut être 2 jours ou 3 jours seulement.

 

Donc imaginez vous, soubhanallah !

 

Il ne voulait pas mourir dans les pays de kouffar.

 

Donc imaginez vous, soubhanallah, Allah soubhana wa ta3ala lui a accordé une belle fin !

 

Il est mort en état d’ihram, en plus il était en direction d’une des meilleures adorations : le hajj, en plus on l’a enterré à La Mecque, en plus il y a eu au moins 2 millions de musulmans qui ont fait sallat Janaza sur lui.

 

Donc imaginez vous, comment Allah soubhana wa ta3ala, a donné le tawfiq à ce frère et on espère que c’est à cause justement de sa sincérité dans son travail, dans sa da3wah pour l’Islam que Allah soubhana wa ta3ala lui a donné ce tawfiq, ce succès !

 

Et cela fait réfléchir en même temps sur nous, où est ce que l’on veut mourir ?!

 

Parce que l’on a vu beaucoup de gens ici par exemple, ou même en Europe, vivent en Europe mais quand ils meurent les gens se rassemblent entre eux pour ramasser de l’argent pour rapatrier le corps dans le pays d’origine de la personne.

 

Parce qu’il ne veut pas se faire enterrer dans les pays non musulman.

 

Et en France c’est pire parce que tu ne peux pas te faire enterrer dans un cimetière musulman, là bas il n’y a pas de cimetière musulman.

 

Ici il y a un cimetière musulman mais là bas il n’y a pas de cimetière musulman.

 

Cela signifie quoi ?

 

Cela veut dire que si tu veux te faire enterrer, tu te fais enterrer dans un cimetière public puis il y a un petit carré pour les musulmans dans ce cimetière là.

 

Mais tu es enterré parmi les kouffars et les mouchrikin et les chrétiens et les juifs.

 

Alors cela est une difficulté pour les musulmans, même les juifs… ou peut être il y a des cimetières pour les juifs, mais sinon c’est des cimetières soit disant laïcs.

 

En plus on nous force à contredire la sounnah dans ces cimetières parce qu’on nous oblige à mettre le corps dans un cercueil.

 

Alors que dans la chari3a de l’Islam on enveloppe le corps dans un linceul et on le met directement dans la terre, on n’a pas le droit de le mettre dans une boite, dans un cercueil.

 

Ici on n’a pas le choix parce que c’est une loi, si tu ne fais pas ça il y aura des pénalités (des amendes), il y aura des problèmes.

 

Ils font ce qu’ils peuvent, mais tout cela sont des contraintes du fait que tu ne vis pas dans un pays musulman. Tu ne peux pas appliquer ta religion, tu ne peux pas appliquer ta sounnah, tout ceci c’est des exemples.

 

Le frère lui là bas il est mort, enterré dans la terre de l’Islam : Mekkah, il n’y a pas de frais.

 

Ici il faut que tu payes pour te faire enterrer là bas c’est gratuit, personne ne va payer pour se faire enterrer !

 

Et on te lave et on prie sur toi.

 

Le Prophète (salallah 3alayhi wa salam) a dit dans un hadith, si quelqu’un meurt et que 40 musulmans ont prié sur lui, il y a une intercession pour lui ou quelque chose de ce genre.

 

Imaginez lui, il a eu 2 millions de personnes qui ont prié dans sa janaza !

 

Toi si tu meurs demain ou moi si je meurs demain ici au Canada, on ne sait pas, peut être ici quand il y a des janazas des fois il y a du monde, des fois il n’y en a pas, il y en a très peu.

 

Tout cela c’est des choses auxquelles on ne pense pas.

 

On dit comment ça se fait tu ne veux pas mourir dans un pays, mais tu veux vivre dedans !

 

Ce n’est pas normal.

 

Tu ne veux pas mourir ici, tu veux te faire enterrer dans ton pays d’origine, un pays musulman.

 

Mais tu ne veux pas vivre dans un pays musulman, tu veux vivre dans le pays des kouffars et des mouchrikins.

 

Comment ça se fait ?

 

C’est une contradiction ça.

 

Et en plus tu fais dépenser l’argent des musulmans pour ça, 6 000 dollars ça coûte à partir d’ici pour envoyer un corps dans un pays musulmans, plus que 6000 dollars.

 

Donc est ce que à chaque fois que quelqu’un meurt on ramasse 6000 dollars à chaque fois ?

 

Si cela arrivait 1 fois tous les six mois, ou 1 fois par mois, peut être des fois ils arrivent à ramasser l’argent.

 

Mais une fois je me rappelle, il y en a un qui est mort, un mois après il y en a eu un autre qui est mort, puis une semaine après il y a un autre qui est mort… les gens commençaient à être fatigués maintenant de sortir l’argent parce que ça commençaient à être lourd.

 

Donc de cela il faut réfléchir avant, tu ne veux pas mourir quelque part ne reste pas dans cet endroit là.

 

Le Prophète (salallah 3alayhi wa salam) nous a enseigné cela, il nous a dit il faut prendre les causes, il a dit celui qui est capable de mourir à Médine qu’il meurt à Médine parce qu’il y a une intercession pour ces gens là qui meurt à Médine, dans la ville du Prophète (salallah 3alayhi wa salam).

 

Donc, si tu veux mourir à Médine, Allah soubhana wa ta3ala (traduction rapprochée) :

 

 وَمَا تَدۡرِى نَفۡسٌ۬ مَّاذَا تَڪۡسِبُ غَدً۬ا‌ۖ وَمَا تَدۡرِى نَفۡسُۢ بِأَىِّ أَرۡضٍ۬ تَمُوتُ‌ۚ

«Aucune âme ne sait ce qu’elle va acquérir demain, et aucune âme ne sait dans quelle terre elle va mourir» (sourate luqman verset 34)

 

Donc tu ne sais pas dans quelle terre tu vas mourir, mais si tu veux mourir quelque part tu vas faire les causes pour essayer d’éviter de mourir ailleurs.

 

Tout cela pour te dire que ça c’est le tawfiq d’un frère, comment il est mort, et où est ce qu’il est mort et à quelle occasion, lui et sa femme dans l’autobus.

 

Ya3ni il y avait 29 personnes dans l’autobus et il n’y a que lui et sa femme qui sont morts, tous les autres ne sont pas morts soubhanallah !

 

Donc ça c’est pour notre frère Abou Talha Daoud Burbank rahimahoullah, un frère d’Angleterre, d’origine anglaise.

 

La première fois que je l’ai rencontré c’était aux Etats Unis en 1993 et la dernière fois que je l’ai rencontré c’était peut être en 2007 à Birmingham ou peut être en 2009.

 

J’étais à la mosquée salafi et il y avait le Cheikh Falah Isma3il Moundakar qui était là et il y avait des conférences qui se donnaient par téléphone avec Cheikh Abdallah el Ghoudayan et c’était lui le frère Daoud Burbank qui traduisait pour le Cheikh Al Ghoudayan.

 

Il traduisait une conférence qui était sur le fiqh et c’était lui le traducteur, et c’était un traducteur très fort !

 

Il était vraiment professionnel dans ce domaine là tellement il traduisait bien.

 

Donc imaginez soubhanallah, il était connu des 3oulamas et des chouyoukh !

 

Ça c’est juste un point en passant que je raconte en même temps cela nous donne une leçon pour nous aussi quant à l’importance de choisir là où l’on veut vivre et de choisir le meilleur endroit possible.

 

Extrait du cours n°42 donné par le frère Abou Hammaad Soulaiman Al Hayiti sur Aloussoul thalatha commenté par Cheikh Al Fawzan hafidahoullah 

 

Retranscription par Amatulhaqq - Katia (@chaboulix) رحمها الله

 Publié par 3ilmchar3i.net

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Partager cet article

L'islam, la hijra, le hajj effacent ce qui les précède

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'islam, la hijra, le hajj effacent ce qui les précède

D'après Ibn Chamasa (qu'Allah l'agrée), nous étions auprès de Oumrou Ibn Al Ass lorsqu'il était sur le point de mourir.

 

Il a pleuré longuement et a dit:

 

Lorsque Allah a mis l'Islam dans mon coeur, je me suis rendu auprès du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et j'ai dit :

 

«Ô messager d'Allah, tends ta main droite afin que je te prête serment d'allégeance."

 

Il a tendu sa main et j'ai fermé la mienne.

 

Il m'a dit: «Qu'as tu oh Oumrou?»

 

J'ai dit: «Je veux mettre une condition.»

 

Il m'a dit: «Que veux-tu mettre en condition ? »

 

J'ai dit: «Qu'il me soit pardonné.»

 

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a alors dit:

 

«Ne sais-tu pas Ô Oumrou que l'Islam efface ce qui le précède, que la hijra (*) efface ce qui la précède et que le hajj efface ce qui le précède ?».

 

(*) C'est à dire le fait de quitter une terre mécréante pour résider dans une terre d'Islam.

 

(Rapporté par Rapporté par Ibn Khouzeima et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1097)

 

 Publié par 3ilmchar3i.net


عن ابن شماسة قال

حضرنا عمرو بن العاص رضي الله عنه وهو في سياقة الموت فبكى طويلا وقال: فلما جعل الله الإسلام في قلبي أتيت النبي صلى الله عليه وسلم فقلت: يا رسول الله ! ابسط يمينك لابايعك . فبسط يده فقبضت يدي
فقال: ما لك يا عمرو ؟
قال : أردت أن أشترط
قال: تشترط ماذا ؟
قال: أن يُغفر لي
قال: أما علمت يا عمرو أن الإسلام يهدم ما كان قبله وأن الهجرة تهدم ما كان قبلها وأن الحج يهدم ما كان قبله 

(رواه ابن خزيمة و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٠٩٧)

Partager cet article

Le malheur qui touche l'homme dans sa propre personne

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le malheur qui touche l'homme dans sa propre personne

J'ai pu constater que la majorité des gens, une fois atteints par la maladie, s'indignent et ne cessent de se plaindre.

 

Ils sont préoccupés par les soins liés à leur maladie. 

 

En s'aggravant, cette maladie les détourne des œuvres pieuses qu'ils ont censés accomplir avant de mourir.

 

Que ce soit un testament, une bonne action ou tout simplement se préparer a la mort.

 

Effectivement, comme sont nombreux les péchés desquels il ne s'est repenti.

 

Il peut aussi avoir gardé un dépôt qu'il n'a pas encore restitué.

 

Est-il sur de s'être acquitter de toutes ces dettes, de bien avoir versé la zakat.

 

Sa seule tristesse est de devoir quitter ce monde.

 

Rien d'autre ne le préoccupe.

 

On en voit même, durant leur agonie, se réveiller en sursaut et dicter une injustice comme dernière volonté.

 

La cause de tel comportement réside dans le manque de foi, ainsi que nous l'enseigne Allah, a Lui la puissance et la majesté, en disant : 

" Ecarte toi donc, de celui qui tourne le dos à Notre rappel et qui ne désire que la vie présente. Voilà toute la portée de leur savoir." (Coran l’Etoile v.29-30)

 

Hélas, tel est l'état de la plupart des hommes, qu'Allah nous garde de la lâcheté.

 

L'homme averti doit donc bien s'y préparer tant qu'il est en bonne santé avant d'être assailli par la maladie.

 

Car il se peut que la mort le surprenne et ne lui laisse pas le temps d'agir ou de rattraper le retard ou d'établir son testament.

 

D'après Ibn Umar, le Messager d'Allah (sallahu aleyhi wa salam) dit :

 

" Le croyant ne doit pas rester deux nuits sans avoir auprès de lui son testament dans lequel il a annoncé comment répartir ses biens."

(Bukhari et Muslim)

 

Méditation sur la mort, Edition al maktaba p.37.38 , Ibn al Jawzi

copié de alhouda.forumactif.com

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Le comportement du demandeur de science (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le comportement du demandeur de science (audio)

(آداب طالب العلم - aadabu taalibati l-3ilm) de l'imaam ibn al Qayyim al Jawziyyah

 

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Ammar Abou Nawas de Médine

Partager cet article

Deux diables...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Deux diables...

D'après Iyad Ibn Djoumane (qu'Allah l'agrée), j'ai dis :

 

«Ô Messager d'Allah !

Un homme m'insulte alors qu'il est moins fort que moi.

Puis-je me venger de lui ?»

 

Le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit :

 

«Les deux personnes qui se disputent sont deux diables qui se font des reproches et mentent».»

 

(Rapporté par Ibn Hibban et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°2781)

Partager cet article

La négligence vis à vis du tawhid, cause de tous les problèmes de la ouma (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La négligence vis à vis du tawhid, cause de tous les problèmes de la ouma (dossier)

Voici notre premier article que nous avons intitulé "La négligence vis à vis du Tawhid, cause de tous les problèmes de la Oummahest une traduction d'un passage du livre Dourouss Min Al Qur'an Al Karîm issus des cours donnés par le Noble Sheykh Sâleh Al Fawzan.           

copié de sounnah-publication.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article