compteur de visite

Catégories

1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 20:03
La mention d'Allah تعالى en toutes situations

Â’ishah radi’Allah anha rapporte :

 

« Le Messager d’Allah Sallalahu aleyhi wa sallam mentionnait Allah subhanahu wa ta'ala à tout moment. » [1] 

 

Enseignements du hadith :

 

-Le hadith confirme le principe de base qui est la mention d’Allah en toute situation, même en état d’impureté mineure ou majeur.

 

La mention, la glorification, la célébration de l’unicité, de la grandeur et la louange d’Allah, et tout ce qui y ressemble comme formules de rappel est permis à tout moment, et ce à l’unanimité des savants.

 

-Sont exceptés les mentions par la langue aux moment où l’on urine, défèque, mais aussi le rapport charnel.

 

Par contre, si la mention se fait dans le coeur, elle n’est pas interdite, même en ces situations.

 

L’avis prépondérant est que Â’shah signifiait la mention par la langue.

 

-Le hadith porte le même sens que le noble verset (traduction rapprochée):

 

« Ceux qui mentionnent Allah, debout, assis, couchés sur leur flanc et réfléchissent sur la création des cieux et de la terre. » [2]

 

[1] Muslim 373.

[2] Sourate Âl ‘Imrân, v.191.

 

Boulough al marâm

copié de salafiyah.fr

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:56
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:52
L'anéantissement des ambiguïtés françaises par les réponses médinoises ! (audio)

Voici l'entretien avec le noble Sheikh Abdellah Al-Boukhari (Qu'Allah le préserve) et notre frère bien aimé Hassan Abou Asma, datant du mois de juin dernier, entretien qui a eu lieu à Médine durant lequel le sheikh a répondu aux ambiguîtés du frère 'Abass Abou Layth (de Tourcoing).

 

Il s'agit donc d'une réplique et une mise en garde contre les propos tenus par ce frère qui est l'auteur de l'e-mail ci-dessous suite à l'envoi d'une mise en garde par le frère Sidati contre Al-Maghrawi.

 

Ecouter l'entretien en arabe

fdg

La traduction et les explications du frère Hassan Abou Asma

 

Première partie
 
Seconde partie
 
Troisième partie

fdg

Voici l'e-mail qui a été écrit par le frère 'Abass

From: De Amar  @ hotmail.com  

To: Hassan Abou Asma @ hotmail.fr

Subject: FW: [lavoiedroite] camarades sindiqués

Date: Sun, 27 Jun 2010 04:04:24 +0000

From: De Fetah  @ hotmail.com

To: De Amar @ hotmail.com

Subject: FW: [lavoiedroite] camarades sindiqués

Date: Sat, 26 Jun 2010 10:23:21 +0000

To: lavoiedroite@yahoogroupes.fr

From: (tmizita) De ‘Abass @ hotmail.com

Date: Wed, 23 Jun 2010 12:52:00 +0200

Subject: [lavoiedroite] camarades sindiqués

 

Salam aleykoum camarades syndiqués! (c'est mon père qui me disait toujours ça...)

Bouzeyd, ça va frère!? je pensais que t'avais pas de pc, pas de net...ou alors t'es rentré, pas de nouvelles, pas de j'vous préviens...on va commencer à ressembler aux mu'tazila avec notre nafi mufassal! bref j'espère que tu vas bien, on va bientot se faire un ptit séminaire ensemble inchaallah. 

Chers frères ne voyez pas du mal à ce qu'a fait notre frère Sidati! il nous envoie toujours des sujets variés, sauf que là c'était sur des mises en garde. Il a surement pensé que ca peut servir, en ces temps où plein de gens viennent te voir en disant: "j'ai écouté cheykh untel, trop bien, t'écoutes pas, toi?" ou "qu'est-ce t'en pense?", etc...n'y voyez pas tout de suite un mal, ou une insinuation, c'est un peu abusé. Sinon, sur le fond, au sujet du cheykh al maghrawi, je suis plutot daccord avec ce que Fouad nous a écrit. Il y a beaucoup de choses dans la mise en garde qui sont des erreurs "ponctuelles", sans que celà implique une mise en garde globale. Aussi, je pense que le fait de considérer le bien qu'à rapporté al maghrawi au maroc et le fait qu'il est le seul sunni en évidence est un point très important: imaginons-nous qu'on mette en garde ouvertement contre lui et que cette mise en garde arrive à des gens du commun qui pratiquent toutes sortes de bid'a et de chirk. alors ils s'éloigneraient de lui et resteraient dans leur jahl, tandis que si ils le "suivaient" ou l'écoutaient la différence serait énorme. combien j'ai vu de frères qui ont fréquenté le milieu al maghrawi et qui en ont profité, et concrètement, je ne leur vois pas de bid'a ou de mukhalafa, si ce n'est qu'ils ont facilement tendance à écouter n'importe qui et à les prendre comme des références, comme Muhammad Hassan, par exemple. Mais ne vaut-il mieux pas qu'ils soient comme ça que comme ils étaient avant? des fois j'ai un peu du mal avec l'histoire d'al maghrawi parce que quand on parle de lui on dirait bichr al mirrissi: est-ce que toutes les erreurs sont au même degré? doit-on traiter un salafi qui commet des fautes et qui fricote avec jam'iya ihya at-turath comme un rafidhi ou un ikhwani ou je ne sais quoi? ca me laisse un peu perplexe...

sinon pour sayd qutb, il faut comprendre la différence entre: dire qu'il a du bien, qu'un talib peut profiter de ses livres, etc...et dire que c'est un moujaddid,sans accepter de reconnaître ses erreurs, insulter les gens qui montrent ses erreurs, prendre certaines de ses pensées comme des fondements (takfir al mujtama'at, al khuruj,...)...la barrière du "qutbisme" est peut-être là.

Voilà c'est la parole de cheykh Abbas, alors soyez daccord, sinon...

 

copié de ahl-al-athar.com

 

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:49
Ils sont la peste des coeurs (audio-dossier-vidéo)

Série de cours que le frère Mehdi Abou Abderrahman (Hafidhahoullah) à partir d'un discours du vendredi de Sheykh Raslaan (Hafidhahoulah). 

 

Ibnou Abî Zamanîn qu’Allah lui fasse miséricorde a dit :

 

"Et les Gens de la Sunnah ne cessent de critiquer les Gens des passions égarantes et interdisent de s’assoir en leur compagnie et mettent en garde quant à leur épreuve et informent de leur divergence et ne voient pas cela comme étant une médisance envers eux."

 

divider--9-

divider--9-

 

copié de sounnah-publication.com


Cheikh Muhammad Sa’îd Raslân - الشيخ محمد سعيد رسلان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:47
Mourez de votre rage !

bfgfg

هَـٰٓأَنتُمۡ أُوْلَآءِ تُحِبُّونَہُمۡ وَلَا يُحِبُّونَكُمۡ وَتُؤۡمِنُونَ بِٱلۡكِتَـٰبِ كُلِّهِۦ

وَإِذَا لَقُوكُمۡ قَالُوٓاْ ءَامَنَّا

وَإِذَا خَلَوۡاْ عَضُّواْ عَلَيۡكُمُ ٱلۡأَنَامِلَ مِنَ ٱلۡغَيۡظِ‌ۚ

قُلۡ مُوتُواْ بِغَيۡظِكُمۡ‌ۗ إِنَّ ٱللَّهَ عَلِيمُۢ بِذَاتِ ٱلصُّدُورِ

 

(سُوۡرَةُ آل عِمرَان - ١١٩)

 

"Vous, (Musulmans) vous les aimez, alors qu’ils ne vous aiment pas;

et vous avez foi dans le Livre tout entier.

Et lorsqu’ils vous rencontrent, ils disent: «Nous croyons»;

et une fois seuls, de rage contre vous, ils se mordent les bouts des doigts.

Dis: «mourez de votre rage».

En vérité, Allah connaît fort bien le contenu des cœurs. "

 

(sourate la famille d'imran verset 119)

bfgfg

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:42
Recevoir une récompense pour la récitation du coran à la faveur des malades

Question :

 

On entend parler de certaines personnes qui reçoivent des rémunérations pour traiter la souffrance des sorts magiques, le mauvais œil et la possession démoniaque en récitant des versets du Coran et des Hadiths authentiques sur l'eau ou sur un bon type d'huile.

 

Est-ce légalement licite ?

 

Est-ce que la récitation du Coran sur l'huile ou sur l'eau a le même jugement que celle récitée sur le patient lui même ?

 

Réponse :

 

Il n'y a pas de mal à se faire payer pour réciter un Roqya (réciter le Coran sur les malades afin d'invoquer Allah de les guérir) sur un malade.

 

Il est rapporté dans les Deux Sahîhs (recueils de Hadiths authentiques d'Al-Boukhârî et de Mouslim) que 

 

"des Compagnons (qu'Allah soit Satisfait d'eux) partirent en voyage et se rendirent chez une des tribus arabes.

Ils leur demandèrent l'hospitalité, mais ils refusèrent.

Or, le chef de la tribu fut piqué, et ils essayèrent tout mais rien ne le soulagea.

Ils s'adressèrent au groupe de Compagnons et leur dirent : "Y aurait-il un exorciseur "Râqî" (personne qui pratique la Roqya) parmi vous car notre chef a été piqué".

Ils leur répondirent : "Oui, mais nous vous avons demandé l'hospitalité et vous avez refusé, alors nous ne pratiquerons la Roqya sur lui que si vous nous donnez quelque chose en retour." 

Ils se mirent d'accord donc sur un troupeau de moutons, puis l'un des Compagnons lui fit la Roqya avec la Fâtiha (L'Ouverture) et il guérit.

Ils leur donnèrent leur récompense mais l'un des Compagnons dit : "Ne faites rien jusqu'à ce que nous ayons informé le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam)".

Lorsqu'ils arrivèrent à Médine, ils en informèrent le Messager d'Allah (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) qui leur dit : "Vous avez bien fait"."

 

 Il n'y a rien de mal à réciter le Roqya sur de l'eau ou de l'huile dans le but de soigner un malade ou de traiter un ensorcelé ou un malade mental.

 

Toutefois, il est préférable de faire la Roqya directement sur le patient et de souffler sur lui. Abou Dâwoud (qu'Allah lui fasse miséricorde) a rapporté avec un bon Sanad (chaîne de transmission de Hadith), que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a récité un Roqya sur l'eau puis il l'a versée sur Qays ibn Thâbit ibn Chamâs .

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit : 

 

"Il n'y a aucun mal à faire des Roqyas tant qu'elles ne comportent pas des rites ou des propos polythéistes"

Ce hadith authentique est général.

 

Il n'y a pas de différence entre le fait que la Roqya soit directement récitée sur le patient et le fait qu'elle soient récitée sur l'eau ou sur l'huile ou sur autre chose.

 

Qu'Allah nous accorde le succès.

 

 

أخذ الأجرة على القراءة على المرضى
س
: تسمع عن بعض المعالجين بالقرآن، يقرؤون قرآنًا وأدعية شرعية على ماء أو زيت طيب لعلاج السحر، والعين والمس الشيطاني، ويأخذون على ذلك أجرًا، فهل هذا جائز شرعًا؛ وهل القراءة علي الزيت أو الماء تأخذ حكم قراءة المعالج على المريض نفسه؟
ج: لا حرج في أخذ الأجرة على رقية المريض، لما ثبت في الصحيحين أن جماعة من الصحابة رضي الله عنهم وفدوا على حي من العرب فلم يقروهم ولدغ سيدهم وفعلوا كل شيء؛ لا ينفعه، فأتوا الوفد من الصحابة رضي الله عنهم فقالوا لهم: هل فيكم من راق فإن سيدنا قد لدغ؟ فقالوا: نعم، ولكنكم لم تقرونا فلا نرقيه إلا بجعل، فاتفقوا معهم على قطيع من الغنم، فرقاه أحد الصحابة بفاتحة الكتاب فشفي فأعطوهم ما جعل لهم، فقال الصحابة فيما بينهم: لن نفعل شيئًا حتى نخبر النبي صلى الله عليه وسلم فلما قدموا المدينة أخبروه صلى الله عليه وسلم بذلك فقال

 قد أصبتم
ولا حرج في القراءة في الماء والزيت في علاج المريض والمسحور والمجنون، ولكن القراءة على المريض بالنفث عليه أولى وأفضل وأكمل، وقد خرج أبو داود رحمه الله بإسناد حسن أن النبي صلى الله عليه وسلم قرأ لثابت بن قيس بن شماس في ماء وصبه عليه. وقد قال النبي صلى الله عليه وسلم:  لا بأس بالرقى ما لم تكن شركًا  وهذا الحديث الصحيح يعم الرقية للمريض على نفسه وفي الماء والزيت ونحوهما، والله ولي التوفيق

(الجزء رقم : 9، الصفحة رقم: 409)

 
(Numéro de la partie: 9, Numéro de la page: 409)
copié de alifta.net

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:33
Inscrire ses enfants dans des établissements scolaires non-musulmans

Question :

 

Quel est l'avis religieux sur l'homme qui inscrit son fils ou sa fille dans un établissement français ou anglais, s'opposant aux enseignements de l'Islam, tout en prétendant qu'il est Musulman, et qu'il leur veut un avenir prospère ?

 

Réponse :

 

Le père doit éduquer ses enfants, garçons et filles, une éducation islamique, car ils sont sous sa charge, et il sera responsable d'eux au Jour Dernier.

 

Il ne lui est pas permis de les inscrire dans les écoles des mécréants, car on craint qu'ils ne soient tentés et qu'on nuise à leur croyance et à leurs mœurs.

 

Quant à l'avenir, c'est Allah (L'Exalté) qui s'en chargera.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :  

 

"Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses." (sourate at-talaq verset 4)

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 12, Numéro de la page: 141)

La question 8 de la Fatwa numéro ( 4172 )

traduit par alifta.net

 

تدريس الأولاد بمدارس غير المسلمين
س8:
ما الحكم أن يأخذ الرجل ابنه أو ابنته ويسجله في مدرسة فرنسية أو إنجليزية، المخالفتين لتعاليم الدين، مع زعمه أنه مسلم، وأنه يختار لهم مستقبلاً حسنًا؟

ج8: يجب على الوالد أن يربي أولاده ذكورًا وإناثًا تربية إسلامية، فإنهم أمانة بيده، وهو مسئول عنهم يوم القيامة، ولا يجوز له أن يدخلهم مدارس الكفار؛ خشية الفتنة وإفساد العقيدة والأخلاق، والمستقبل بيد الله جل وعلا، يقول الله جل وعلا: وَمَنْ يَتَّقِ اللَّهَ يَجْعَلْ لَهُ مِنْ أَمْرِهِ يُسْرًا

وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 12، الصفحة رقم: 141)

السؤال الثامن من الفتوى رقم - 4172

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:25
Les dix premiers jours de dhû al-hidja

Louange à Allah, Seigneur de l’univers, que le Salut et les Prières d’Allah soient sur le maître des Messagers…

 

Par Ses Faveurs et Sa Grâce, le Seigneur a offert à ses pieux serviteurs certaines occasions à certaines périodes de l’année durant lesquelles ils ont l'opportunité de s’épanouir.

 

Parmi ces rendez-vous, il y a les dix premiers jours de Dhû El Hidja.

 

000-copie-1

Le Livre d’Allah et la tradition prophétique recensent

un certain nombre de textes au sujet de leurs mérites

 

-Le Seigneur a révélé (traduction rapprochée) :

 

(Par l'aurore, et les dix nuits )

 

En commentaire à ce verset, l'exégète Ibn Kathir a souligné :

« Elles correspondent aux dix premiers jours de Dhû el Hidja conformément à l'opinion d'ibn 'Abbâs, d’ibn e-Zubaïr, de Mujâhid et d'autres comme le rapporte el Bukhârî. »

 

-Selon ibn 'Abbâs, le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a déclaré :

 

« Il n'y a pas de jours où les œuvres sont meilleures que les fameux dix premiers jours de Dhû el Hidja.

 Pas même la guerre sur le chemin d’Allah ? Lui demandèrent les compagnons.

 Pas même la guerre sur le chemin d’Allah confirma-t-il, si ce n’est celui qui aurait investi son corps et ses biens et qui aurait tout sacrifié sans ne jamais revenir ! »

 

-le Seigneur عز و جل a révélé (traduction rapprochée):

 

(Évoquez Allah durant certains jours déterminés )

 

Ibn 'Abbâs رضي الله عنه a précisé à ce sujet :

 

« Ce sont les dix premiers jours de Dhû el Hidja. » [1]

 

-selon ibn 'Omar رضي الله عنه, le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a déclaré :

 

« Il n'y a pas de jours où les œuvres sont meilleures que les fameux dix premiers jours de Dhû el Hidja.

Multipliez-y la proclamation de l'Unicité d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. » [2]

 

-Sa'îd ibn Jubaïr qui n'est autre que le rapporteur du Hadith d'Ibn 'Abbâs cité précédemment, faisait des efforts de piété considérables pendant ces fameux jours, de sorte qu'il est pratiquement impossible d'en faire autant. [3]

 

-Ibn Hajar a expliqué dans son livre Fath el Bârî :

 

« Il semblerait que la raison pour laquelle les dix premiers jours de Dhû el Hidja sont particuliers, provient du fait que les principaux rites y sont rassemblés ; autrement dit, la prière, le jeûne, l'aumône, et le pèlerinage, etc.»

 

000-copie-1

Les actions recommandées durant cette période

 

-La prière :

 

Il est recommandé de se présenter tôt aux cinq prières prescrites, et de redoubler de prières surérogatoires étant donné qu'elles sont considérées parmi les meilleurs actes de dévotions.

 

Thawbân رضي الله عنه nous rapporte :

 

« J'ai entendu dire le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم :

Multiplie les prosternations devant Allah, il n'y a pas une prosternation que tu puisses faire sans que le Seigneur ne t'élève par elle d'un degré, et ne t'enlève par elle, un péché. » [4]

 

En l'occurrence, ce mérite est valable à toutes les époques de l'année.

 

-Le jeûne :

 

Etant donné qu'il fait partie des bonnes œuvres. Ainsi, selon Hunaïda ibn Khâlid, d'après sa femme, selon certaines épouses du Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

« Le Messager d’Allah jeûnait les neuf premiers jours de Dhû el Hidja, le jour de 'Âshûra, et trois jours tous les mois. » [5]

 

L’érudit e-Nawawî précise à ce sujet qu’il est fortement recommandé de jeûner au cours de ces dix jours.

 

-Proclamer l'unicité d’Allah, Sa Grandeur et Ses Louanges :

 

Conformément au Hadith rapporté par ibn 'Omar رضي الله عنه :

 

« Multipliez-y la proclamation de l'Unicité d’Allah, de Sa Grandeur et de Ses Louanges. »

 

L'érudit el Bukhârî a confirmé :

 

« Ibn 'Omar et Abû Huraïra se rendaient au marché pendant les dix premiers jours de Dhû el Hidja ; et ils y clamaient la grandeur du Seigneur (en disant Allah Akbar), cela incitait les gens à en faire autant. »

 

Dans ce registre, il a dit :

 

« Sous sa tente à Mina, 'Omar رضي الله عنه clamait la grandeur d’Allah.

Les gens présents dans la mosquée l’écoutaient et se mettaient à l’imiter.

Dès lors, cet élan a gagné tous les marchés de sorte que tout Mina vibrait. »

 

Ainsi, ces jours-là Ibn 'Omar رضي الله عنه prononçait à Mina cette formule (Allah Akbar), après les prières, dans son lit, sous sa tente, lors de ses rencontres, dans ses allées et venues sans s'arrêter une seule journée.

 

Il est aussi recommandé de le faire à voix haute conformément à la pratique d'Omar, d'Ibn 'Omar et d’Abû Huraïra رضي الله عنه.

 

Il nous est donc désigné, en tant que musulman de faire revivre cette tradition négligée à notre époque.

 

Malheureusement, elle est pratiquement devenue inexistante, même par les gens les plus religieux contrairement à la pratique de nos Pieux Prédécesseurs.

 

Les différentes formules à dire :

 

- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar Kabîra [6] !

 

- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah reviennent les louanges.

 

- Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! Il n'y a d'autre divinité en dehors d’Allah, Allah Akbar ! Allah Akbar ! Allah Akbar ! À Allah reviennent les louanges.

 

-jeûner le jour de 'Arafa :

 

Le jeûne se confirme le jour de 'Arafa comme il est certifié à travers le hadith prophétique :

 

« J'aspire à ce qu’Allah absolve mes péchés de l'année précédente et de l'année suivante. » [7]

 

Toutefois, celui qui se trouve à 'Arafa –pour le pèlerin en l'occurrence –, il ne lui est pas recommandé de jeûner étant donné que le Prophète صلى الله عليه وسلم n'a pas jeûné à 'Arafa.

 

-les faveurs du jour de l'immolation :

 

Bon nombre de musulmans ne considèrent pas ce jour illustre à sa juste valeur, ils ne tiennent pas compte de son importance et de sa faveur immense.

 

Pourtant, certains savants considèrent qu'il est le meilleur jour de l'année dans l'absolu.

 

Ils le préfèrent même au jour de 'Arafa.

 

À cet effet, ibn el Qaïyam a souligné :

 

« Le meilleur jour auprès d’Allah, c'est le jour de l'Immolation (Nahr), il est le grand jour du Pèlerinage. »

 

Par ailleurs, d’après la compilation d'Abû Dawûd (e-Sunan), selon le Prophète صلى الله عليه وسلم :

 

« Le jour le plus illustre auprès d’Allah, c'est le jour de l'Immolation, ensuite vient le jour du séjour. »

 

Ce fameux jour du « séjour » correspond au lendemain de l'Aïd, le 11ème jour de Dhû el Hidja, le jour où les pèlerins s'établissent à Mina. Il est dit aussi que le jour de 'Arafa est plus illustre, car jeûner à cette occasion permet d’absoudre deux années de péchés consécutives.

 

Il n'y a pas un jour également où le Seigneur affranchit autant de Ses serviteurs de l'Enfer que le jour de 'Arafa.

 

Ce fameux jour, Allah عز و جل se rapproche de Ses créatures.

 

Puis, Il fait l'éloge à Ses anges des pèlerins présents à 'Arafa.

 

Cependant, la première tendance est la plus vraisemblable, il est vrai que le Hadith sur le sujet est incontournable.

 

Or, que ce jour soit meilleur ou non, l'essentiel c'est de lui accorder l'importance adéquate, en veillant à ne pas manquer cette opportunité, et à se voir combler de ses faveurs.

 

Cela concerne aussi bien le pèlerin que toute autre personne.

 

000-copie-1

Comment accueillir la période du pèlerinage ?

 

-Il incombe à chaque musulman d'accueillir les occasions cultuelles en général avec un repentir sincère et véritable. Il consiste entre autres à abandonner les péchés et à ne plus renouveler les fautes passées.

 

Les péchés font malheureusement écran entre l'individu et les faveurs du Seigneur et empêchent le cœur d'accéder à Son Maître.

 

-Il faut accueillir également de façon générale les occasions cultuelles avec la volonté ferme et sincère de les passer selon le contentement divin.

 

Allah est véridique envers quiconque l’est envers Lui (traduction rapprochée) :

 

(Ceux qui luttent pour notre cause, Nous les guiderons sur nos chemins ).[8]

 

Cher frère, veille à profiter de cette occasion propice avant qu'elle ne s'en aille, et que tu en pâtisses, car perdre une seule heure suscite le remords.

 

Qu’Allah nous concède à tous de profiter de ces instants précieux, comme j'implore le Seigneur de nous assister dans Son obéissance et Sa parfaite obédience (soumission) !

 

000-copie-1

Quelques préceptes relatifs au sacrifice et à leur légitimité

 

À la base, le sacrifice est légitimé pour les personnes vivantes étant donné que le Prophète صلى الله عليه وسلم et ses compagnons faisaient des sacrifices pour leur propre personne ou en l'honneur de leur famille.

 

Quant aux convictions répandues chez certaines gens alléguant que le sacrifice est un droit exclusif aux morts, celles-ci n'ont aucune origine.

 

Il faut savoir qu’il existe trois sortes de sacrifice en l'honneur des morts :

 

-Premièrement :

 

le sacrifice peut englober les morts et les vivants à l'exemple de l'individu qui le dédie à sa propre personne ainsi qu'à sa famille en sous-entendant les vivants parmi eux, mais aussi les morts.

Cet usage s'inspire de la pratique du Prophète lorsque celui-ci صلى الله عليه وسلم a sacrifié une offrande pour lui-même et pour ses proches.

Tout en sachant que certains d'entre eux étaient déjà décédés.

 

-Deuxièmement :

 

faire un sacrifice pour une personne décédée conformément à ses recommandations avant sa mort, le verset suivant étant à l'origine de cette pratique (traduction rapprochée) :

 

(Quiconque le (testament) modifie après l'avoir entendu, le péché se verra porté à l'encontre de ceux qui l'auront modifié. Certes Allah est Savant et Entendant ). [9]

 

-Troisièmement :

 

le sacrifice peut être dédié par donation aux morts indépendamment des vivants.

 

Cette pratique est permise, les savants spécialistes en Fiqh (science de la jurisprudence) de l'école Hanbalite ont stipulé que sa récompense parvient effectivement aux morts, et que son auteur en est bénéficiaire pareillement à l'aumône dédiée en leur honneur.

 

Toutefois, je ne considère pas que cette pratique se rattache à la tradition (sunna). En effet, le Prophète صلى الله عليه وسلم n'a jamais consacré de sacrifice spécialement en l'honneur d'une personne décédée.

 

Il ne l'a pas fait pour son oncle Hamza, bien qu'il ne soit l'un des proches les plus chers à ses yeux, ni d'ailleurs pour aucun de ses enfants morts avant lui ; en l'occurrence ses trois filles décédées toutes les trois après leur mariage et trois garçons morts en bas âge.

 

Il ne l'a pas fait non plus pour sa défunte épouse Khadîja, bien qu'elle soit la plus aimée de ses femmes.

 

D'autres parts, aucune tradition venant vérifier cet usage à son époque de la part des compagnons, n'a été recensée.

 

-Nous considérons également que certains se trompent lorsque ces derniers consacrent un sacrifice au bout de la première année du deuil. Ils le prénomment ce genre de pratique « sacrifice d'outre-tombe ».

 

Ils sont convaincus qu'il est interdit de faire profiter de la récompense de leur action à quiconque en dehors du défunt.

 

Il est possible aussi qu'ils consacrent des offrandes à Allah par donation envers les morts ou conformément à leurs recommandations avant leur mort, mais ils ne le font jamais pour leur propre personne ou pour leurs proches.

 

Or, s'ils avaient su que tout sacrifice voué à Allah que la personne dédie à lui-même et aux membres de sa famille, comprenait à la fois les vivants et les morts, ils se seraient précipités à le faire au dépend de leurs coutumes.

 

000-copie-1

Les choses à ne pas faire pour la personne voulant immoler le jour de l'Aïd

 

Si quelqu'un veut sacrifier un animal pour l'Aïd, et que l'entrée du mois de Dhû el Hidja est effective (par la vision de la lune ou si le mois précédent Dhû el Qi'da compte trente jours), il lui sera interdit de se couper les ongles et les cheveux, ou d'ôter n'importe quoi de son corps.

 

Selon Um Salama, le Prophète a déclaré صلى الله عليه وسلم :

 

« À la venue des dix jours de Dhû el Hidja, si quelqu'un d'entre vous veut consacrer une offrande [pour l'Aïd], il ne devra toucher à aucun poil de ses cheveux ni de sa peau jusqu'au moment de l’immolation. »

 

À partir du moment où l'intention lui est venue au cours de cette période, il doit s'abstenir de le faire pour le restant des dix jours. Il ne lui sera cependant compté aucune faute pour la période passée.

 

-La raison est que l'auteur d'un sacrifice est comparable au pèlerin sous certains aspects du Hadj, autrement dit, par sa dévotion envers Allah en lui consacrant une offrande. Il lui convient donc de s'associer à lui dans certaines particularités de la sacralisation (l'Ihrâm).

En l'occurrence, s'abstenir de se couper les cheveux ou autre.

Ainsi, il est interdit à celui qui prévoit un sacrifice pour l'Aïd de s’enlever quoi que ce soit de ses cheveux, de ses ongles ou des poils de sa peau.

 

-Ce statut est spécifique à celui qui prévoit de sacrifier.

 

Tandis que les personnes pour qui celui-ci est dédié, elles ne sont pas concernées par cette restriction. En effet, Le Prophète صلى الله عليه وسلم a seulement spécifié :

 

« Si quelqu'un d'entre vous veut consacrer une offrande… »,

 

sans préciser les personnes en l'honneur desquelles ce sacrifice est effectué. Rien ne prête à dire au regard des textes, qu'il leur est demandé de se restreindre à cette prescription.

 

-Si celui qui prévoit de sacrifier venait à se couper les cheveux ou autre, il devra le cas échéant se repentir à Allah عز و جل et ne plus récidiver.

 

Néanmoins, aucune expiation n'est prévue à cet effet.

 

Cela ne peut pas l'empêcher d’immoler normalement contrairement aux convictions de certaines gens.

 

-Dans le cas où il commettrait cela par mégarde, par ignorance ou encore si certains cheveux venaient à tomber involontairement, aucun péché ne lui sera imparti.

 

S'il était aussi contraint de se les couper pour une raison ou pour une autre, il n'y a pas d'inconvénient à le faire.

 

Exemple : il peut se couper un ongle cassé qui l'importune, se raccourcir les cheveux qui tombent sur les yeux, ou se les raser pour soigner une plaie, etc.

 

[1] Voir Ibn Kathîr.

[2] Rapporté par Ahmed.

[3] Rapporté par e-Dârimî.

[4] Rapporté par Muslim.

[5] Rapporté par Ahmed, Abû Dawûd et Nasâî.

[6] Allah est Grand énormément

[7] Rapporté par Muslim.

[8] L'araignée ; 69

[9] La vache ; 181

 

copié de sounna.over-blog.org

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mois de l'hégire et mois sacrés - الشهر
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 19:09
Le fait de dire à son épouse : « va chez tes parents »

Question :

 

Après que j’ai eu des rapports sexuels avec ma femme et que nous avons eu une fille, des disputes éclatent souvent entre nous..

 

Je lui disais alors « va chez tes parents ».

 

Mais j’ai oublié quelle intention j’avais.

 

Et j’ai appris dernièrement que celui qui dit à son épouse : « va chez tes parents » et qu’il le veuille réellement, sa conjointe devient une femme divorcée.

 

Réponse :

 

Si cela c’est vraiment passé comme tu l’as décrit, que tu n’as pas eu l’intention de la divorcer alors ce n’est pas considéré comme un divorce.

 

Car le principe est que les choses restent comme elles le sont, jusqu’à ce que l’on soit sûr que son état a changé.

 

Et c’est d'Allah que vient le succès, que la prière d’Allah et son salut soient sur notre prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons.

 

Tome 20, page 74, fatwa n° 8731.

copié de fatawaislam.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 18:48
Celui qui rend un musulman innovateur...

Voici les paroles de Cheikh El Albani après son explication le sens du hadith :

 

"Celui qui dit à son frère "Ô mécréant", un d'entre eux est tombé dans la mécréance"

 

Mais je souhaite rajouter à cela : si quelqu'un rend un musulman innovateur, alors ce musulman est ou bien (réellement) un innovateur ou bien c'est lui (le premier) qui en est un.

 

Et ceci est la réalité dont j'ai parlé auparavant ou l'on voit les jeunes rendre innovateur les savants, et ils tombent ainsi (eux-mêmes) dans l'innovation.

 

Mais ils l'ignorent et ne veulent pas tomber dans l'innovation, ils croient combattre l'innovation.

 

Et on peut appliquer sur eux le vieux proverbe (arabe) qui dit :

 

Sa'd a abreuvé la chamelle, mais Sa'd ne maitrise pas l'affaire.

Oh Sa'd, ce n'est pas ainsi qu'on abreuve la chamelle

 

C'est pourquoi nous conseillons nos jeunes de se tenir à la science du Coran et de la Sounna dans les limites de leur science et de ne pas s'attaquer aux autres qui ne sont pas comparable à eux dans la science, la compréhension, et sans aucun doute, dans la piété.»

 

« Les jugements dans les affaires où sont distingués l'innovation, l'innovateur et ce qui se rajoute à cela, ne revient pas aux jeunes mais plutôt aux gens de science et de piété qui sont capables de juger sur l'innovation et les innovateurs.

 

Et c'est ainsi parce que la plupart des jeunes n'arrivent pas à différencier les genres d'innovation et les niveaux d'innovateurs.

 

Ils ne conçoivent pas les intérêts et les dégâts (de leurs actions) et ils ne comprennent pas les buts de la charia'.

 

قال العلامة الالباني رحمه الله ـ بعد أن تكلم عن معنى حديث من قال لاخيه يا كافر فقد باءبها أحد هما

لكن أريد أن الحق به .. من بدع مسلما، فاما أن يكون هذا المسلم مبتدعا والا فهو المبتدع و هذا هو الواقع الذي قلته انفا ان شبابنا يبدعون العلماء و هم الذين و قعوا في البدعة و لكنهم لا يعلمون ولا يريدون البدعة بل هم يحاربونها يعني الشباب

لكن يصدق عليهم قول من قال قديما او ردها سعد و سعد مشتمل

ما هكذا يا سعد تورد الابل، لذلك نحن ننصح شبابنا ان يلتز موا العمل باكتاب

و السنة في حدود علمهم و لا يتطاو لوا على غيرهم ممن لا يقر نون بهم علما و فهما و ربما و صلاحا

إن أحكام هذه المسانل من التمييز بين البدعة و المبتدع و ما يلحق بذلك لا ترجع إلى أحداث الاسنان، بل ترجع إلى أهل العلم والتقوى الذين يحكمون في البدعة والمبتدعة، ذلك لان معظم أحداث الاسنان لا يفرقون بين أنواع البدع و طبقات المبتدعين ولا يدركون المصالح و المفاسد و لا يفهمون مقاصد الشريعة

'كلمة الشيخ الألباني شرح الحديث 'يا كافز و الحكم تبدع

 

copié de daahwaassalafiyat.over-blog.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية