La fitna des francs-maçons, l'illuminati (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La fitna des francs-maçons, l'illuminati (vidéo)

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Solliciter l'assistance des djinns pour diagnostiquer une maladie

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Solliciter l'assistance des djinns pour diagnostiquer une maladie

Question :

 

Comment juger le recours à l’assistance des djinns pour diagnostiquer le mauvais œil ou la magie ?

 

Si, sous l’effet de la magie ou du mauvais œil, un djinn se met dans la peau d’un être humain, peut-on croire la déclaration du djinn et agir en conséquence ?

 

Réponse :

 

Louange à Allah 

 

Il n’est pas permis de recourir à l’assistance des djinns pour connaître la nature d’une affection et le type du traitement (approprié) parce qu’un tel recours relève du polythéisme.

 

A ce propos le Très Haut a dit (traduction rapprochée) :

 

«Or, il y avait parmi les humains, des mâles qui cherchaient protection auprès des mâles parmi les djinns mais cela ne fit qu' accroître leur détresse. » (Coran, 72 : 6) 

 

Et dit (traduction rapprochée) :

 

«Et le jour où Il les rassemblera tous: "Ô communauté des djinns, vous avez trop abusé des humains". Et leurs alliés parmi les humains diront: "Ô notre Seigneur, nous avons profité les uns des autres, et nous avons atteint le terme que Tu avais fixé pour nous." Il leur dira: "l' Enfer est votre demeure, pour y rester éternellement, sauf si Allah en décide autrement. "Vraiment ton Seigneur est Sage et Omniscient. » (Coran, 6 : 128). 

 

Le fait que les uns jouissent des autres signifie que les humains vénèrent les djinns, se soumettent à eux et briguent leur protection et que les djinns (en contrepartie) leur rendent service et leur apportent ce qu’ils demandent.

 

Dans ce cadre, ils les informent de la nature d’une maladie et de ses causes, choses que seuls les djinns connaissent.

 

Mais ils peuvent mentir.

 

Aussi ne doit-on ni leur faire confiance ni les croire. 

 

Allah le sait mieux.

 

copié de darwa.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Les moyens de connaitre le début du ramadan

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les moyens de connaitre le début du ramadan

Louange à Allah, le Seigneur de l’Univers !

Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et ses Compagnons !

 

Allah عز و جل révèle (traduction rapprochée) :

 

[Celui qui parvient à ce mois doit jeûner]

 

Il nous ordonne de jeûner pendant tout le mois du ramadhân, du début à la fin.

 

Or, il y a deux façons de connaitre l’entrée du mois :

 

-Premièrement

 

La vision de la nouvelle lune (hilâl).

 

D’après plusieurs auteurs de recueils de hadîth dont el Bukhârî et Muslim, selon ibn ‘Omar – qu’Allah les agrée son père et lui –, le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a prescrit :

 

« Ne faites pas le jeûne avant d’avoir vu la nouvelle lune et ne le finissez pas avant d’avoir vu la lune suivante. »

 

D’après e-Tabarânî, selon Talq ibn ‘Alî رضي الله عنه :

 

« Allah a fait des variations de la lune des repères ; faites donc le jeûne si vous voyez la nouvelle lune et finissez-le si vous voyez la lune suivante. »

 

D’après el Hâkim, selon ibn ‘Omar – qu’Allah les agrée son père et lui – :

 

« Allah a fait des variations de la lune des repères pour les hommes ; faites donc le jeûne à la vue de la nouvelle lune et finissez-le à la vue de la lune suivante. »

 

Ces nobles hadîth nous enseignent que le début du ramadhân dépend de la vision du hilâl.

 

Il n’est donc pas permis de jeûner sans l’avoir vu.

 

Les variations de la lune servent de repères pour les adorations et les affaires temporels.

 

Allah عز و جل révèle (traduction rapprochée) :

 

[Ils t’interrogent sur les variations de la lune, dis-leur qu’elles servent de repères pour les hommes et le pèlerinage].

 

Dans Son infinie Miséricorde, Allah veut la facilité pour Ses serviteurs.

 

L’obligation de jeûner dépend en effet d’un élément clair et palpable.

 

N’importe qui est capable de le voir.

 

Ce n’est pas une condition que tout le monde le voit ; le témoignage d’une partie d’entre eux est suffisant.

 

La vision d’une seule personne peut à elle seule astreinte tous les musulmans à arrêter de manger.

 

Jâbir a dit :

 

« Un bédouin est venu voir le Prophète صلى الله عليه وسلم pour lui annoncer : « J’ai vu la nouvelle lune – en parlant du ramadhân –.

 - Est-ce que tu attestes qu’il n’y a d’autre dieu digne d’être adoré en dehors d’Allah, interrogea le Messager d’Allah ?

 - Oui.

 -  Est-ce que tu attestes que Mohammed est le Messager d’Allah ?

 - Oui.

 - Bilâl ! Annonce aux gens de jeûner demain. »

Rapporté par Abû Dâwûd. 

 

Selon également ibn ‘Omar – qu’Allah les agrée son père et lui – :

 

« Les gens ont vu ensemble la nouvelle lune.

J’ai moi-même informé le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم que je l’avais vu. Dès lors, il jeûna et ordonna aux gens de faire la même chose. »

 

-Deuxièmement

 

Terminer les trente jours de sha’bân dans la situation où personne n’a vu le hilâl. Le Prophète صلى الله عليه وسلم prescrit à ce sujet :

 

« Si le ciel est couvert, alors évaluez-la. »

Rapporté par el Bukhârî et Muslim.

 

« Si le ciel est couvert » : c’est-à-dire si quelque chose empêche de voir le hilâl, comme les nuages ou la pluie.

 

Dans ce cas, il faut évaluer la fin du mois en comptant trente jours, comme nous l’apprend un autre hadîth disant :

 

« Si le ciel est couvert, alors finissez les trente jours. »

Rapporté par el Bukhârî et Muslim.

 

Cela signifie qu’il est interdit de jeûner le jour de doute (shakk).

 

‘Ammâr ibn Yâsir رضي الله عنه est clair sur la chose :

 

« En jeûnant le jour où règne le doute, on désobéit à Abû el Qâsim صلى الله عليه وسلم. »

 

Le musulman a le devoir de se soumettre à Allah et à Son Messager dans sa façon de jeûner et d’accomplir ses rites en règle générale.

 

Les textes déterminent le début du ramadhân par le biais de deux moyens qui sont clairs et à la portée de tout le monde, même des gens simples ; soit la vision du hilâl ou la fin du mois de sha’bân évalué à trente jours.

 

Tout autre moyen pour déterminer la nouvelle lune s’oppose à Allah et à Son Messager.

 

Malheureusement, certains imposent le recours au calcul pour déterminer l’entrée du mois.

 

En plus du fait que les calculs sont sujets à l’erreur, subtils, ils ne sont pas à la portée de tout le monde.

 

Sheïkh el Islâm ibn Taïmiya – qu’Allah lui fasse miséricorde – souligne :

 

«… c’est pour avoir constaté à l’occasion du jeûne ou autre que certaines gens tendent l’oreille à des ignorants initiés au calcul.

Ces derniers prétendent qu’il est possible à travers le calcul de voir ou de ne pas voir la lune.

Ils fondent ainsi leurs jugements soit pour eux-mêmes soit ouvertement.

On m’a même rapporté que certains juges refusent le témoignage d’un certain nombre de personnes crédibles en se fondant sur les paroles d’un faiseur de calcul ignorant [qui prétend mensongèrement que la lune sera vue ou ne sera pas vue à tel moment.]

(…) Nous savons conformément aux principes élémentaires de la religion musulmane qu’il est interdit de se fier au calcul pour déterminer la nouvelle lune concernant le jeûne, le pèlerinage, le délai de viduité (veuvage ou divorce), de fécondation (suite à des rapports sexuels), etc.

Les nombreux textes prophétiques sur la question sont communément répandus et les musulmans s’accordent à l’unanimité sur ce principe. »

 

Fin de citation.

 

Sans compter que ces fameux calculs engendrent une grande difficulté pour la communauté. Pourtant, comme le dit le Verset (traduction rapprochée) :

 

[Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion].

 

Les musulmans doivent se contenter de la Législation d’Allah et de Son Messager, comme ils doivent donner une attention particulière à l’observation du hilâl, en s’entraidant dans le bien et la piété.

 

Certes, Allah est Celui qui nous concède la réussite !

 

Que les Prières et le Salut d’Allah soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur ses proches et ses Compagnons !

 

Extrait du livre : ittihâf ahl el îmân de Sheïkh Sâlih el Fawzân

copié de ramadhan.af.org.sa

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

La dialyse rénale annule le jeûne

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La dialyse rénale annule le jeûne

Question :

 

Certains malades, qu'Allâh les guérisse, souffrent de dysfonctionnements rénaux qui les obligent de subir une dialyse.

 

Cette technique consiste à purifier le sang des substances délétères, à travers un rein artificiel.

 

Ce processus doit se répéter deux ou trois fois par semaine, de manière à ce que l’on fait extraire tout le sang du corps du patient à travers un autre tube après l’épuration du sang, sachant que l'on ajoute au sang, au cours de ce processus, des substances désinfectantes à travers ce rein artificiel.

 

Sans cette technique, la vie du patient serait exposée à la mort vu le dysfonctionnement de ses reins, ce qui met en relief l'importance de ce processus.
 

La question est la suivante :

 

Cette dialyse affecte-t-elle le jeûne du patient, sachant que ce processus médical est une nécessité indispensable et que le fait de rompre le jeûne et de rattraper ultérieurement ces jours ratés de Ramadan serait gênant pour lui, d'autant plus que son corps ne profite que de la purification du sang des substances délétères.

 

L'on s'interroge beaucoup sur cette affaire, c'est pourquoi je vous prie de bien vouloir nous éclairer à ce sujet.

 

Qu'Allâh vous récompense.

 

Réponse :

 

Nous avons envoyé au directeur de l'hôpital spécialisé du roi Fayçal la lettre numéro 1756/2 datée du 14/8/1406; et nous avons envoyé de même au directeur de l'hôpital des forces armées à Riyad la lettre numéro 1757/2 en date du 4/8/1406 ; Les sollicitant de nous fournir une description précise de la dialyse, de nous éclaircir sur la nature des substances chimiques en usage lors de ce processus, et de nous indiquer si celles-ci contiennent des matières nutritives.
 

En fonction de leurs réponses réciproques par les lettres numéro 5693 en date du 27/8/1406 et numéro 10/16/7807 en date du 19/8/1406, il s'avère que la dialyse est une technique qui consiste à faire sortir le sang du patient vers une membrane (rein artificiel) qui se charge à son tour de le purifier et de le remettre à nouveau dans le corps, et ce après lui avoir ajouté certaines substances chimiques et nutritives comme le sucre, le sel et autres.
 

Après avoir étudié ce sujet à fond et en fonction des indications fournies par les experts en la matière au sujet de la réalité de la dialyse, le Comité de la délivrance des Fatwas a formulé un avis décisif à cet égard, à savoir que la dialyse annule effectivement le jeûne.
 

Qu’Allâh vous accorde la réussite; que l'éloge et le salut d'Allâh soient sur notre Prophète Mohammad, sur sa famille et sur ses Compagnons.

 

La Fatwa numéro (9944)

(Numéro de la partie: 10, Numéro de la page: 190/191)

Publié par alifta.net

 

غسيل الكلى يفسد الصوم

س: يوجد بعض المرضى شفاهم الله تتعطل كلاهم عن العمل مما يضطرهم إلى ما يسمى بالغسيل وهو: أنه هناك كلية صناعية تقوم بتطهير الدم وتنقيته من الشوائب وذلك في الأسبوع مرتين أو ثلاث بحيث يخرج دم الإنسان كله من جسده بأنبوب آخر بعد التنقية مع أنه يضاف للدم داخل الكلية الصناعية بعض المواد المطهرة ولولا هذا العمل لتعرضت حياة الإنسان للموت بسبب تعطل الكلى فهذا الأمر ضروري
والسؤال: هل يؤثر الغسيل على الصيام إذا كان الإنسان صائمًا؟ علمًا بأن هذا ضرورة له ويشق عليه أن يفطر ويقضي وجسمه لا يستفيد سوى تنقية الدم من الشوائب وقد كثر التساؤل- أرجو من سماحتكم الإفادة جزاكم الله خيرا

ج: جرت الكتابة لكل من: سعادة مدير مستشفى الملك فيصل التخصصي بالخطاب رقم 1756 / 2 في 14 / 8 / 1406، وسعادة مدير مستشفى القوات المسلحة بالرياض بالخطاب رقم 1757 / 2 في 14 / 8 / 1406؛ للإفادة عن صفة واقع غسيل الكلى، وعن خلطه بالمواد الكيماوية، وهل تشتمل على نوع من الغذاء
وقد وردت الإجابة منهما بالخطاب رقم 5693 في 27 / 8 / 1406 ورقم 10 / 16 / 7807 في 19 / 8 / 1406 بما مضمونه: أن غسيل الكلى عبارة عن إخراج دم المريض إلى آلة (كلية صناعية) تتولى تنقيته ثم إعادته إلى الجسم بعد ذلك، وأنه يتم إضافة بعض المواد الكيماوية والغذائية كالسكريات والأملاح وغيرها إلى الدم
وبعد دراسة اللجنة للاستفتاء والوقوف على حقيقة الغسيل الكلوي بواسطة أهل الخبرة أفتت اللجنة بأن الغسيل المذكور للكلى يفسد الصيام
وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

الفتوى رقم 9944

(الجزء رقم : 10، الصفحة رقم: 190-191)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Quand peut-on considérer que l'on est en voyage ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quand peut-on considérer que l'on est en voyage ?

Question :

 

Quand est-ce que le voyage est considéré voyage ?

 

Réponse :

 

Certains savants - رحمهم الله - considèrent que le voyage est déterminé par la distance qui se situe entre 81 et 83 km.

 

D'autres considèrent que le voyage est évalué selon la coutume.

 

Ainsi, si ce qui d'usage est un voyage, alors c'est un voyage et ce même s'il est de courte distance. 

 

Et ce qui d'usage n'est pas un voyage - c'est-à-dire que les gens ne l'appellent pas voyage - alors ce n'est pas un voyage. 

 

Et c'est l'avis pour lequel a opté cheikh Al Islam Ibn Taymiyya - رحمه الله - et c'est le plus juste au vu de la preuve. 

 

En revanche, cela est difficile d'un point de vu de l'application, étant donné que certaines personnes peuvent considérer tel acte comme un voyage et d'autres non.

 

Par contre, le fait de définir une distance est plus précis et plus claire pour les gens. 

 

Et tant que l'on s'accorde sur le fait que ce voyage soit un voyage par la distance et la coutume, alors il n'y a pas de problème. 

 

Mais si la distance et la coutume divergent, alors que la personne agisse selon ce qui est le plus sûr. 

 

Indication aux voyageurs, de certains comportements et règles du voyage et ce qui est spécifique aux aviateurs, question 1, p.7 

 Traduit et publié par 3ilmchar3i.net

السؤال : متى يكون السفر سفراً ؟

الجواب : يرى بعض العلماء - رحمهم الله - أن السفر مقيد بالمسافة وهي بين «٨١» إلى «٨٣» كيلا، ويرى بعضهم أن السفر معتبر بالعرف، فما جرت العادة بأنه سفر فهو سفر وإن قرب وما لم تجر العادة بأنه سفر - أي لا يسميه الناس سفراً - فليس بسفر، وهذا هو الذي اختاره شيخ الإسلام ابن تيمية - رحمه الله - وهو أصح من حيث الدليل، لكنه صعب من حيث التطبيق، إذ أن بعض الناس قد يرى هذا سفراً والآخر لا يراه سفرا، لكن تحديد المسافة أضبط وأبين للناس، ومتى ما اجتمع أن يكون هذا السفر سفرا بالمسافة وبالعرف فلا إشكال، وإذا اختلفت المسافة والعرف فيعمل الإنسان بالأحوط

إعلام المسافرين ببعض آداب وأحكام السفر وما يخص الملاحين الجويين، السؤال ١،ص ٧

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié dans Voyage - سفر

Partager cet article

Le tafsir de Sayd Qotb (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le tafsir de Sayd Qotb (vidéo)
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Commercer avec sa femme indisposée, et ne savoir qu'après l'acte

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Commercer avec sa femme indisposée, et ne savoir qu'après l'acte

Question :

 

Quel est l'avis religieux relatif à celui qui a eu un rapport avec sa femme sans savoir qu'elle était en période de menstrues qu'après le rapport ?

 

Réponse :

 

Quiconque a eu un rapport avec sa femme sans savoir qu'elle était en période des règles n'est pas pécheur, mais il doit faire une expiation d'un dinar ou d'un demi-dinar selon la règle générale tirée de la parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :  

 

"Celui qui commerce avec sa femme pendant ses menstrues, doit faire l'aumône d’un dinar ou d’un demi-dinar."

Rapporté par l'imam 'Ahmad et les auteurs des "Sunan" (Abou Dâwoud, An-Nassâ'î, At-Tirmidhî, et Ibn Mâdja) par une chaîne de transmission authentique (Isnâd Sahîh).

 

La femme qui est en période de menstrues doit informer son mari de son état.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 2 de la Fatwa numéro ( 18646 )

traduit par alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Test sanguin, saignement, hijama pendant ramadan (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Test sanguin, saignement, hijama pendant ramadan (vidéo)

 

Cheikh Saleh Ibn Muhammad Al Louhaydane - الشيخ صالح اللحيدان

Partager cet article

Les rapports conjugaux pendant la journée du ramadan

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les rapports conjugaux pendant la journée du ramadan

Question :

 

J'ai eu un rapport conjugal avec mon épouse dans la journée de Ramadan et on m'a appris que je devais une expiation, soit : affranchir un esclave, jeûner deux mois consécutifs ou nourrir soixante pauvres.

 

Mais je ne sais si ces expiations sont ainsi classées dans l'ordre ou peuvent être faites au choix ?

 

Donnez-nous une Fatwa.

 

Qu'Allah vous rétribue.

 

Réponse :

 

Si vous avez intentionnellement eu des rapports intimes avec votre femme dans la journée au mois de Ramadan alors que vous jeûniez, vous devez l'expiation ci-après par ordre d'obligation selon le plus juste des deux avis des savants :

 

-L'affranchissement d'un esclave,

 

-et si vous ne trouvez pas, vous jeûnez deux mois successivement,

 

-et, si vous ne pouvez pas le faire, vous nourrissez soixante pauvres en donnant à chaque pauvre un demi Sâ` (1 Sâ` = 2,6 kg) de blé, de dattes, de riz ou de quelque autre nourriture avec laquelle vous nourrissez les vôtres.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

Les fatwas du Comité Permanent - Groupe 1 - Partie 10 - Page 310

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Une personne diabétique peut-elle jeûner ? (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Une personne diabétique peut-elle jeûner ? (vidéo)

 

Cheikh Mouhamed Ibn Abdelwahab Al-Wassabee - الشيخ محمد بن عبد الوهاب الوصابي

Partager cet article

Celui qui se précipite à émettre des fatwas, se précipite dans le feu! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Celui qui se précipite à émettre des fatwas, se précipite dans le feu! (audio-vidéo)

 

Question :

 

Qu’Allah soit bienfaisant envers vous.

 

Nous souhaitons que vous conseilliez certains étudiants en science qui se précipitent à délivrer des fatwas, notamment les imams des mosquées ainsi que ceux qui y font  l’appel à la prière ?

 

Réponse :

 

Délivrer des fatwas est une particularité des savants.

 

Allah عز و جل dit :

 

فَاسْأَلُوا أَهْلَ الذِّكْرِ إِنْ كُنْتُمْ لَا تَعْلَمُونَ

 

« Demandez aux gens du rappel si vous ne savez pas. » [1]

 

فَسْئَلْ بِهِ خَبِيراً

 

«  Interroge donc celui qui est bien informé de Lui » [2]

 

Donc ceux qui délivrent les fatwas sont les gens du rappel, ce sont les gens science, c’est une chose qui leur est propre.

 

Il ne faut pas interroger n’importe quel étudiant en science, ni un débutant ou une personne du commun.

 

Cela n’est pas permis.

 

Par manque de science, il pourrait attribuer à tord des choses à Allah.

 

Il n’est donc pas permis d’interroger ce type de personne et il ne leur est pas permis de délivrer des fatwas.

 

Il a d’ailleurs été rapporté que celui qui se précipite à faire des fatwas se précipite dans le feu.

 

Car celui qui délivre des fatwas dit : Allah a autorisé cela, il informe qu’Allah a rendu licite telle chose et a interdit telle chose.

 

Donc s’il n’a pas de science, il attribue à Allah des choses fausses s’il se trompe dans sa fatwa, il parle sur Allah sans science.

 

Et Allah l’interrogera sur cela au jour de la résurrection.

 

[1] An Nahl, verset 43.

[2] Al Fourqane, verset 59.

 

traduit par daralhadith-sh.com

 

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Les pantalons serrés de la femme (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les pantalons serrés de la femme (vidéo)

Question :


Quel est le jugement pour la femme de porter des pantalons serrés qui révèlent ses formes ?


Réponse :


Il ne fait aucun doute qu’il est interdit aux femmes de porter ce genre de pantalon en présence des hommes.

 

Il est même meilleur et plus sûr pour elle d’éviter ce genre de pantalon en présence de femmes.


Il n’est pas convenable pour une musulmane de porter un pantalon en présence d’hommes ou de faire les magasins avec.

 

C’est un péché dont une femme musulmane qui craint Allah et place son espoir en Lui n’agrée pas.
 

 

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Partager cet article

Dormir sur le ventre (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Dormir sur le ventre (vidéo)

hgh

Selon Ya'ish Al Ghifari, son père a dit :

 

" J'étais étendu sur mon ventre dans la mosquée quand quelqu'un me fit bouger avec son pied. Il me dit : " C'est là une façon de se coucher que Allah n'aime pas. " Je regardais alors et vis que c'était le Messager d'Allah . "

(Abou Dawoud)

Hadith n° 818 dans Riyad As-Salihine

 

Le hadith est Sahih Li Ghayrihi (un hadith Sahih Li Ghayrihi [Sahih par autre que lui] est appelé ainsi, car son caractère Sahih n'est pas dû à sa propre chaîne, mais à l'addition d'une autre chaîne.

 

Dans son utilisation juridique, il est plus élevé que le hadith Hassan, mais moins élevé que le hadith Sahih)

 

Pour l'explication, voici en résumé ce que l'on trouve dans le charh de Riyad As-Salihine de Cheikh Outheymine, la dernière partie est en rapport avec la question :

 

Charh Cheikh Outheymine :

 

-Le hadith prouve qu'il ne faut pas dormir sur le ventre.

-Par contre, ensuite, le Cheikh explique que si une personne a une douleur au ventre et qu'elle veut dormir de cette manière car cela l'apaise, alors il n'y a pas de mal à cela, car cela est fait par besoin. 

 

charh riyad as-salihine de Cheikh Outheymine

copié de alminhadj.fr 

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article