Négliger l'apprentissage de la grammaire arabe

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Négliger l'apprentissage de la grammaire arabe

Question :

 

Quel est votre conseil pour les étudiants en science qui négligent l’apprentissage de la grammaire (en langue arabe) ? 

 

Réponse :

 

Il n’y a pas de science légiférée sans la grammaire.

 

Certes, la science légiférée est en arabe pour comprendre les textes.

 

Le Livre (d’Allâh), la Sounnah, les expressions selon la compréhension des anciens sur cela, et ils (les anciens) sont les savants en cela.

 

Et cela ne peut pas être sans la compréhension de la langue (arabe).

 

Le premier des degrés (à passer) est la compréhension de la langue (arabe), la compréhension de la grammaire, le fait de saisir le sens de la parole afin de se construire.

 

Assurément, celui qui ne saisit pas la grammaire n’a pas de compréhension dans la législation. 

 

Questions/Réponses tirées du commentaire de « Kachf ach-Choubouhât »

Publié par el-ilm.net

 اللغة وعلومها

س/ ما نصيحتكم لطلبة العلم الذين زهدوا في تعلم علم النحو؟

ج/ لا علم شرعي إلا بنحو؛ لأن العلم الشرعي عربي تفقه النصوص، الكتاب والسنة وتعبر عن فهم السلف لها، فهم العلماء لها، وهذا لا يكون إلا بفهم اللغة، وأول درجات فهم اللغة فهم النحو تفهم معاني الكلام إذا تركب، فمن لم يفهم النحو لا فهم له في الشريعة

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Partager cet article

Les types de Tawhid (unicité)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les types de Tawhid (unicité)

Question :

 

Pouvez-vous nous dire quels sont, en résumé, les types de Tahwid ?

 

Réponse :

 

Le Tawhid (l’unicité) se divise en trois parties selon ce qu’ont cité les gens de science :

 

- Tawhid Ar-Rububiyya (l’unicité de la seigneurie)

- Tawhid Al-Uluhiyya (l’unicité de l’adoration)

- Tawhid Al-Asmâ wa-s-sifât (l’unicité des noms et attributs)

 

Ils ont déduit cela par le suivi, la déduction et l’étude des versets et hadiths.

 

Ils ont vu que le Tawhid ne sortait pas de ces trois types, c’est pour cela qu’ils ont divisé le Tawhid en trois types.

Question :

 

Quels sont les types de Tawhid ?

 

En citant des explications et des exemples.

 

Réponse :

 

Concernant Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- les types de Tawhid rentrent dans une définition générale qui est : «Unifier Allâh par ce qui Le particularise».

 

-Tawhid Ar-Rububiyya

 

Tawhid Ar-Rububiyya, c’est : «Unifier Allâh -le Très Haut- par la Création (Al-Khalq), la Souveraineté (Al-Mulk) et la Gérance (At-Tadbîr).»

 

1- Unifier Allâh par la Création (Khalq)

 

Allâh, Seul est le Créateur, et il n’y a pas de créateur en dehors de Lui.

 

Allâh -le Très Haut- dit (traduction rapprochée) :

 

«Existe-t-il en dehors d'Allâh, un créateur qui du ciel et de la terre vous attribue votre subsistance ? Point de divinité à part Lui! Comment pouvez-vous vous détourner [de cette vérité] ?» s35 v3

 

Et Il dit en mettant en évidence la nullité des divinités des mécréants (traduction rapprochée) :

 

«Celui qui crée est-il semblable à celui qui ne crée rien ? Ne vous souvenez-vous pas ?» s16 v17

 

Donc Allâh -le Très Haut-, Seul est le Créateur. (traduction rapprochée)

 

«Et Il a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions.» s25 v2

 

Et Sa création englobe ce qui advient de Ses actes et aussi des actes de Sa création.

 

C’est pour cela que fait partie de la foi complète au Qadr (la prédestination) que tu crois qu’Allâh est le Créateur des actes des serviteurs, comme dit Allâh -le Très Haut-(traduction rapprochée) :

 

« Et Allâh vous a créés, vous et ce que vous faites » s37 v96

 

Cela montre d’une part : que l’acte de l’individu fait partie de ses caractéristiques (attributs, descriptions).

 

Et l’individu est une créature d’Allâh.

 

Et le créateur d’une chose est aussi le créateur de la caractéristique (attribut, description) de cette chose.

 

D’autre part : L’acte de l’individu naît d’une volonté ferme et une capacité complète.

 

Et la volonté et la capacité (de l’individu) sont toutes deux des créatures d’Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié-, et le créateur de la cause (sabab) complète est aussi le créateur de l’effet (mussabbab).

 

Si tu dis : Comment pouvons-nous dire qu’Allâh est Seul à pouvoir créer alors que la création peut être affirmée pour autre qu’Allah, comme l’indique ce verset (traduction rapprochée) : 

 

«Gloire à Allâh le Meilleur des créateurs !»  s23 v14

 

Et ce qu’a dit le Prophète صلى الله عليه وسلم à propos de ceux qui font des représentations : 

 

«On leur dira : ‘Faites vivre ce que vous avez créé»

 

La réponse à cela est que personne autre qu’Allâh ne crée comme Allâh crée.

 

Il n’est pas possible (à un autre que Lui) de créer quelque chose qui n’existe pas, ni de faire vivre un mort.

 

En dehors d’Allâh, la création n’est que changement et transformation d’une chose d’un état à un autre, et (cela reste) une création d’Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié-.

 

Par exemple celui qui fait des représentations : en faisant cela, il n’a rien créé.

 

Tout ce qu’il peut faire c’est transformer une chose en une autre, comme il transforme l’argile en forme d’oiseau ou de chameau, et comme le coloriage transforme un morceau de papier blanc en image en couleur.

 

Toute l’encre fait partie de la création d’Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- tout comme la feuille blanche.

 

Voilà la différence entre l’affirmation de la création pour Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- et l’affirmation de la création pour la créature.

 

C’est pour cela qu’Allâh est seul à créer de la création qui lui est spécifique.

 

2- Unifier Allâh par la royauté (Mulk)

 

Allâh -le Très Haut- est Seul le Souverain.

 

Allâh -le Très Haut- dit (traductions rapprochées) :

 

«Béni soit celui dans la main de qui est la royauté, et Il est Omnipotent.» s67 v1

 

«Dis: ‹Qui détient dans sa main la royauté absolue de toute chose, et qui protège et n'a pas besoin d'être protégé ?» s23 v88

 

Donc le Souverain, le Maître absolu, général, total, est Allâh Seul.

 

Et l’attribution de la royauté (possession) pour autre que Lui est une attribution d’annexion.

 

Allâh -le Très Haut- a affirmé la royauté pour autre que Lui comme dans Sa parole (traductions rapprochées) :

 

«Ou dans celles dont vous possédez les clefs» s24 v61

 

«Si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent» s23 v6

 

Et d’autres textes encore, indiquant la possession (la royauté) à autre qu’Allâh -le Très Haut-.

 

Mais cette possession n’est pas comme la possession d’Allâh, elle est limitée et restreinte.

 

Une possession limitée, qui n’englobe pas (toute chose) : la maison qui est à Zayd, ‘Umar ne la possède pas.

 

Et la maison qui est à ‘Umar, Zayd ne la possède pas.

 

Et cette possession est restreinte, vu que la personne ne peut disposer de ce qu’elle possède que selon ce qu’Allâh a permis.

 

C’est pour cela que le Prophète صلى الله عليه وسلم a interdit le gaspillage de l’argent.

 

Et Allâh -le Très Haut- dit (traduction rapprochée) :

 

«Ne confiez pas aux simples d’esprit les biens par lesquels Allâh pourvoit à votre subsistance.» s4 v5

 

Et cela est une preuve que la possession de la personne est une possession limitée et restreinte, au contraire de la possession d’Allâh -qu’Il soit glorifié- qui est une possession générale, totale et une possession absolue, Allâh faisant ce qu’Il veut (traduction rapprochée) :

 

«Il n'est pas interrogé sur ce qu'Il fait, mais eux seront interrogés.» s21 v23

 

3- Unifier Allâh par la gérance (tadbîr)

 

Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- est Seul à gérer.

 

Il gère les ordres, il gère la création, il gère l’ordre des cieux et de la terre comme Allâh -le Très Haut- dit (traduction rapprochée) :

 

«N’est ce pas à Lui qu’appartiennent la création et l’ordre ? Gloire à Allâh, Seigneur de l'Univers !» s7 v54

 

Et cette gérance est une gérance totale.

 

Rien n’arrive sans Son ordre et rien ne peut s’y opposer.

 

Quand à la gérance que l’on trouve chez certaines créatures, comme le fait qu’une personne gère son argent, ses enfants, ses domestiques ou autres, c’est une gérance bornée, limitée et restreinte, non absolue.

 

A travers cela, apparaît (clairement) la véracité de notre propos : ‘le Tawhid Ar-Rububiyya, c’est : «Unifier Allâh -le Très Haut- par la Création (Al-Khalq), la Souveraineté (Al-Mulk) et la Gérance (At-Tadbîr).»

 

-Tawhid Al-Uluhiyya

 

Quand au Tawhid Al-Uluhiyya, c’est unifier Allâh -le Très Haut- par l’adoration.

 

De sorte que la personne n’adore et ne se rapproche d’aucune chose en dehors d’Allâh, comme elle adore Allâh -le Très Haut- et se rapproche de Lui.

 

Et cette catégorie du Tawhid est celle où se sont égarés les polythéistes qu’a combattus le Prophète صلى الله عليه وسلم, et dont il a rendu licites les femmes, les enfants, les biens, les terres et les demeures.

 

Et c’est avec ce Tawhid (Tawhid Al-Uluhiyya) qu’ont été envoyés les messagers et qu’ont été révélés les Livres, accompagné de ses deux ‘frères’ : Tawhid Ar-Rububiyya et Tawhid Al-Asmâ wa-s-sifât.

 

Mais la chose à laquelle les messagers se sont le plus consacrés avec leurs peuples est ce type de Tawhid : Tawhid Al-Uluhiyya.

 

Afin que la personne ne voue rien de l’adoration à autre qu’Allâh, ni à un ange rapproché, ni à un messager envoyé, ni à un saint vertueux, ni à qui que ce soit parmi les créatures, car l’adoration n’est valable que pour Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié-.

 

Et celui qui transgresse ce Tawhid est un polythéiste mécréant, même s’il reconnaît Tawhid Ar-Rububiyya et Tawhid Al-Asmâ wa-s-sifât.

 

Si un homme croit qu’Allâh -qu’Il soit glorifié- est le Créateur, le Souverain, le Gérant de toute chose, et qu’Allâh -qu’Il soit glorifié- est Celui qui est digne de ce qu’Il mérite comme Noms et Attributs, mais que cet homme adore autre chose avec Allâh, alors sa reconnaissance du Tawhid Ar-Rububiyya et du Tawhid Al-Asmâ wa-s-sifât ne lui sera d’aucune utilité.

 

Et si on suppose qu’un homme reconnaisse complètement Tawhid Ar-Rububiyya et Tawhid Al-Asmâ wa-s-sifât, mais qu’il se rend sur une tombe et adore celui qui y repose, ou lui fait le vœu d’immoler pour se rapprocher de lui par cela, alors celui là est un polythéiste mécréant, éternellement en enfer.

 

Allâh -le Très Haut- dit (traduction rapprochée) :

 

«Quiconque associe à Allâh (d'autres divinités) Allâh lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Et pour les injustes, pas de secours !» s5 v7

 

Et il est connu de tous ceux qui lisent le Livre d’Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- que les polythéistes que le Prophète صلى الله عليه وسلم a combattus et dont il a rendu licite les biens et fait prisonniers leurs femmes et leurs enfants et desquels il s’est emparé des terres, reconnaissaient qu’Allâh -le Très Haut- est Seul le Seigneur, le Créateur.

 

Ils ne doutaient pas de cela.

 

Mais en adorant avec Allâh autre que Lui, ils sont devenus des polythéistes dont le sang et les biens sont licites.

 

-Tawhid Al-Asmâ wa-a-sifât

 

Quand au troisième type, c’est le Tawhid Al-Asmâ wa-s-sifât qui est : unifier Allâh -qu’Il soit glorifié- avec ce par quoi Il s’est nommé Lui-même, et ce par quoi Il s’est décrit Lui-même ou par la langue de Son prophète, et cela en affirmant ce qu’Allâh -qu’Il soit glorifié- a affirmé sur Lui-même sans Déformation (Tahrîf), sans Négation (Ta'tîl), sans s'interroger sur le comment (Takyîf) (de ces noms et attributs) et sans comparer (Ses attributs aux attributs des hommes) (Tamthîl). 

 

Il faut donc croire en ce par quoi Il s’est nommé Lui-même, et ce par quoi Il s’est décrit Lui-même de façon réelle et non métaphorique (majâz), mais sans interroger sur le comment (Takyîf) et sans recourir à des comparaisons (Tamthîl). 

 

Et dans ce type de Tawhid, se sont égarés des groupes parmi cette communauté (Ahl Al-Qibla), qui se réclament de l’Islam, et ils se sont égarés de différentes manières :

 

Certains ont exagéré dans la négation (nafy) et le dépouillement (tanziy), d’une exagération telle qu’elle fait sortir de l’Islam.

 

D’autres se trouvent au juste milieu, et d’autres sont proches de Ahl As-Sunna.

 

Mais la voie des Salafs dans ce type de Tawhid est : qu’Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- doit être nommé et décrit par ce avec quoi Il s’est nommé et décrit Lui-même, de façon réelle, sans Déformation (Tahrîf), et sans Négation (Ta'tîl), sans s'interroger sur le comment (Takyîf) et sans recourir à des comparaisons (Tamthîl).

 

Exemple : Allâh -le Très Haut- s’est nommé par « Al-Hayyu Al-Qayyum ».

Il nous est donc obligatoire de croire que « Al Hayyu » est un nom parmi les noms d’Allâh.

Et il nous est obligatoire de croire en ce que ce nom implique comme attribut qui est la vie(al hayât) parfaite (complète), qui n’est ni précédée du néant (une non-existence) ni atteinte par l’anéantissement.

Et Allâh -le Très Haut- s’est nommé par « As-Samî’ Al-‘Alîm » (l’Audient, Celui qui entend tout, le Savant). Il nous est donc obligatoire de croire que « As-Samî’»est un nom parmi les noms d’Allâh, et de croire en l’ouïe (sam’) attribut parmi Ses attributs, et au fait qu’Il entende et c’est le précepte qu’entraînent ce nom et cet attribut.

Car quelqu’un qui est audient sans ouïe (sam’), ou qui entend sans perception (idrâk) de (toute) (la) chose, est une chose impossible.

 

Autre exemple : Allâh -le Très Haut- dit (traduction rapprochée) :

 

«Les Juifs disent : "La main d'Allâh est fermée !" Que leurs propres mains soient fermées, et maudits soient-ils pour l'avoir dit. Au contraire, Ses deux mains sont largement ouvertes (mabsoutatâni) : Il distribue Ses dons comme Il veut» s5 v64

 

Allâh a dit ici (traduction rapprochée) : 

 

«Ses deux mains sont largement ouvertes (mabsoutatâni)». 

 

Il a donc affirmé pour Lui-même deux mains décrites par‘al bast’ qui est le fait de donner amplement (de manière large).

 

Il nous est donc obligatoire de croire qu’Allâh -le Très Haut- a deux Mains largement ouvertes (mabsoutatâni) avec des dons et des bienfaits. 

 

Mais il nous est obligatoire de ne pas essayer, ni avec nos cœurs ni avec nos pensées, ni avec nos langues de faire du Takîyf [1] concernant ces deux mains ni de faire du Tamthîl [2] avec les mains des créatures.

 

Car Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- dit (traduction rapprochée) :

 

«Il n'y a rien qui Lui ressemble, et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant» s42 v11

 

Et Allâh -le Très Haut- dit (traduction rapprochée) :

 

«Dis: ‹Mon Seigneur n'a interdit que les turpitudes (les grands péchés), tant apparentes que secrètes, de même que le péché, l'agression sans droit et d'associer à Allâh ce dont Il n'a fait descendre aucune preuve, et de dire sur Allâh ce que vous ne savez pas›.» s7 v33

 

Et Allâh -qu’Il soit exalté et glorifié- dit (traduction rapprochée) :

 

«Et ne poursuis pas ce dont tu n'as aucune connaissance. L'ouïe, la vue et le cœur: tout cela sera interrogé.» s17 v36

 

Donc celui qui a comparé ces deux mains avec les mains des créatures a certes démenti la parole d’Allâh (traduction rapprochée) :

 

«Il n'y a rien qui Lui ressemble, et c'est Lui l'Audient, le Clairvoyant» s42 v11

 

Et il a certes désobéi à Allâh -le Très Haut- dans Sa parole (traduction rapprochée) :

 

«N'attribuez donc pas à Allâh des semblables» s16 v74

 

Celui qui fait du Takîyf concernant ces mains et dit qu’elles sont d’une manière précise, quelque soit cette manière, a certes dit sur Allâh ce qu’il ne sait pas et a poursuivi ce dont il n’a aucune connaissance.

 

[1] Questionner sur le comment des attributs d'Allâh (At-Takîyf) : le fait de dire dans son cœur ou avec sa langue, que le comment des attributs d'Allâh est comme ceci ou comme cela.

[2] L'anthropomorphisme (At-Tamthîl) : le fait de dire dans son cœur ou avec sa langue que les attributs d'Allâh -le Très-Haut- sont comme ceux de Ses créatures.

(NDT : Note tirée de Aqîdatû Ahl as-Sunnati wal-Jamâ'a de Cheikh Al-'Uthaymîn).

 

Fiqh Al-‘Ibâdât (p.17-22)

Traduit approximativement par Abû Bilâl Al Jazâ-irî

Publié par salafs.com

السؤال: ما هو تعريف التوحيد وما هي أنواعه؟
الإجابة: التوحيد لغة:"مصدر وحّد يوحّد، أي جعل الشيء واحداً"، وهذا لا يتحقق إلا بنفيٍ وإثبات، نفي الحكم عما سوى المُوحَّد، وإثباته له، فمثلاً نقول: إنه لا يتم للإنسان التوحيد حتى يشهد أن لا إله إلا الله، فينفي الألوهية عما سوى الله عز وجل ويثبتها لله وحده، وذلك أن النفي المحض تعطيل محض، والإثبات المحض لا يمنع مشاركة الغير في الحكم، فلو قلت مثلاً:"فلان قائم"فهنا أثبتَّ له القيام لكنك لم توحده به، لأنه من الجائز أن يشاركه غيره في هذا القيام، ولو قلت:"لا قائم"فقد نفيت محضاً ولم تثبت القيام لأحد، فإذا قلت:"لا قائم إلا زيد"فحينئذ تكون وحدت زيداً بالقيام حيث نفيت القيام عمن سواه، وهذا هو تحقيق التوحيد في الواقع، أي أن التوحيد لا يكون توحيداً حتى يتضمن نفياً وإثباتاً
وأنواع التوحيد بالنسبة لله عز وجل تدخل كلها في تعريف عام وهو"إفراد الله سبحانه وتعالى بما يختص به
وهي حسب ما ذكره أهل العلم ثلاثة
الأول: توحيد الربوبية
الثاني: توحيد الألوهية
الثالث: توحيد الأسماء والصفات
وعلموا ذلك بالتتبع والاستقراء والنظر في الآيات والأحاديث فوجدوا أن التوحيد لا يخرج عن هذه الأنواع الثلاثة فنوعوا التوحيد إلى ثلاثة أنواع
الأول: توحيد الربوبية: وهو"إفراد الله سبحانه وتعالى بالخلق، والملك، والتدبير"، وتفصيل ذلك
أولاً: بالنسبة لإفراد الله تعالى بالخلق: فالله تعالى وحده هو الخالق ولا خالق سواه، قال الله تعالى

هل من خالق غير الله يرزقكم من السماء والأرض لا إله إلا هو - فاطر:3

وقال تعالى مبيناً بطلان آلهة الكفار

أفمن يخلق كمن لا يخلق أفلا تذكرون - النحل:17

فالله تعالى وحده هو الخالق، خلق كل شيء فقدره تقديراً، وخَلْقُهُ يشمل ما يقع من مفعولاته، وما يقع من مفعولات خلقه أيضاً، ولهذا كان من تمام الإيمان بالقدر أن تؤمن بأن الله تعالى خالقاً لأفعال العباد كما قال الله تعالى

والله خلقكم وما تعملون - الصافات:96

ووجه ذلك أن فعل العبد من صفاته، والعبد مخلوق لله، وخالق الشيء خالق لصفاته، ووجه آخر أن فعل العبد حاصل بإرادة جازمة وقدرة تامة، والإرادة والقدرة كلتاهما مخلوقتان لله عز وجل وخالق السبب التام خالق للمسبب
فإن قيل: كيف نجمع بين إفراد الله عز وجل بالخلق مع أن الخلق قد يثبت لغير الله كما يدل عليه قول الله تعالى

فتبارك الله أحسن الخالقين

، وقول النبي صلى الله عليه وسلم في المصورين:"يقال لهم: أحيوا ما خلقتم"؟ الجواب على ذلك أنَّ غير الله تعالى لا يخلق كخلق الله فلا يمكنه إيجاد معدوم، ولا إحياء ميت، وإنما خلق غير الله تعالى يكون بالتغيير وتحويل الشيء من صفة إلى صفة أخرى وهو مخلوق لله عز وجل، فالمصور مثلاً إذا صور صورة فإنه لم يحدث شيئاً، غاية ما هنالك أنه حوَّل شيئاً إلى شيء كما يحول الطين إلى صورة طير أو صورة جمل، وكما يحول بالتلوين الرقعة البيضاء إلى صورة ملونة فالمداد من خلق الله عز وجل، والورقة البيضاء من خلق الله عز وجل. هذا هو الفرق بين إثبات الخلق بالنسبة إلى الله، عز وجل وإثبات الخلق بالنسبة إلى المخلوق. وعلى هذا يكون الله سبحانه وتعالى منفرداً بالخلق الذي يختص به
ثانياً: إفراد الله تعالى بالملك فالله تعالى وحده هو المالك كما قال الله تعالى

تبارك الذي بيده الملك وهو على كل شيء قدير

 وقال تعالى

قل من بيده ملكوت كل شيء وهو يجير ولا يجار عليه

فالمالك الملك المطلق العام الشامل هو الله سبحانه وتعالى وحده، ونسبة الملك إلى غيره نسبة إضافية فقد أثبت الله عز وجل لغيره الملك كما في قوله تعالى

أو ما ملكتم مفاتحه

 وقوله

إلا على أزواجهم أو ما ملكت أيمانهم

، إلى غير ذلك من النصوص الدالة على أنَّ لغير الله تعالى ملكاً، لكن هذا الملك ليس كملك الله عز وجل فهو مُلك قاصر، ومُلك مقيد، مُلك قاصر لا يشمل، فالبيت الذي لزيد لا يملكه عمرو، والبيت الذي لعمرو لا يملكه زيد، ثم هذا الملك مقيد بحيث لا يتصرف الإنسان فيما ملك إلا على الوجه الذي أذن الله فيه ولهذا نهى النبي، صلى الله عليه وسلم عن إضاعة المال وقال الله تبارك وتعالى

ولا تؤتوا السفهاء أموالكم التي جعل الله لكم قياماً

، وهذا دليل على أن ملك الإنسان ملك قاصر وملك مقيد، بخلاف ملك الله سبحانه وتعالى فهو ملك عام شامل وملك مطلق يفعل الله سبحانه وتعالى ما يشاء ولا يسأل عما يفعل وهم يسألون
ثالثاً: التدبير، فالله عز وجل منفرد بالتدبير، فهو الذي يدبر الخلق ويدبر السماوات والأرض كما قال الله سبحانه وتعالى

ألا له الخلق والأمر تبارك الله رب العالمين

، وهذا التدبير شامل لا يحول دونه شيء ولا يعارضه شيء. والتدبير الذي يكون لبعض المخلوقات كتدبير الإنسان أمواله وغلمانه وخدمه وما أشبه ذلك هو تدبير ضيق محدود، ومقيد غير مطلق فظهر بذلك صدق صحة قولنا: إن توحيد الربوبية هو"إفراد الله بالخلق والملك، والتدبير"
النوع الثاني: توحيد الألوهية وهو"إفراد الله سبحانه وتعالى بالعبادة"بأن لا يتخذ الإنسان مع الله أحداً يعبده ويتقرب إليه كما يعبد الله تعالى ويتقرب إليه وهذا النوع من التوحيد هو الذي ضل فيه المشركون الذين قاتلهم النبي صلى الله عليه وسلم واستباح دماءهم وأموالهم وأرضهم وديارهم وسبى نساءهم وذريتهم، وهو الذي بعثت به الرسل وأنزلت به الكتب مع أخويه توحيدي الربوبية، والأسماء والصفات، لكنَّ أكثر ما يعالج الرسل أقوامهم على هذا النوع من التوحيد وهو توحيد الألوهية بحيث لا يصرف الإنسان شيئاً من العبادة لغير الله سبحانه وتعالى لا لملك مقرب، ولا لنبي مرسل، ولا لولي صالح، ولا لأي أحد من المخلوقين، لأن العبادة لا تصح إلا لله عز وجل، ومن أخلَّ بهذا التوحيد فهو مشرك كافر وإن أقر بتوحيد الربوبية، وبتوحيد الأسماء والصفات. فلو أن رجلاً من الناس يؤمن بأن الله سبحانه وتعالى هو الخالق المالك المدبر لجميع الأمور، وأنه سبحانه وتعالى المستحق لما يستحقه من الأسماء والصفات لكن يعبد مع الله غيره لم ينفعه إقراره بتوحيد الربوبية والأسماء والصفات. فلو فرض أن رجلاً يقر إقراراً كاملاً بتوحيد الربوبية وتوحيد الأسماء والصفات لكن يذهب إلى القبر فيعبد صاحبه أو ينذر له قرباناً يتقرب به إليه فإن هذا مشرك كافر خالد في النار، قال الله تبارك وتعالى

إنه من يشرك بالله فقد حرم الله عليه الجنة ومأواه النار وما للظالمين من أنصار

، ومن المعلوم لكل من قرأ كتاب الله عز وجل أن المشركين الذين قاتلهم النبي صلى الله عليه وسلم واستحل دماءهم، وأموالهم وسبى نساءهم، وذريتهم، وغنم أرضهم كانوا مقرين بأن الله تعالى وحده هو الرب الخالق لا يشكون في ذلك، ولكن لما كانوا يعبدون معه غيره صاروا بذلك مشركين مباحي الدم والمال
النوع الثالث: توحيد الأسماء والصفات وهو"إفراد الله سبحانه وتعالى بما سمى الله به نفسه ووصف به نفسه في كتابه أو على لسان رسوله صلى الله عليه وسلم، وذلك بإثبات ما أثبته من غير تحريف، ولا تعطيل، ومن غير تكييف، ولا تمثيل". فلابد من الإيمان بما سمى الله به نفسه ووصف به نفسه على وجه الحقيقة لا المجاز، ولكن من غير تكييف، ولا تمثيل، وهذا النوع من أنواع التوحيد ضل فيه طوائف من هذه الأمة من أهل القبلة الذين ينتسبون للإسلام على أوجه شتى
منهم من غلا في النفي والتنزيه غلوّاً يخرج به من الإسلام، ومنهم متوسط، ومنهم قريب من أهل السنة. لكن طريقة السلف في هذا النوع من التوحيد هو أن يسمى الله ويوصف بما سمى ووصف به نفسه على وجه الحقيقة، لا تحريف ولا تعطيل،ولا تكييف، ولا تمثيل
مثال ذلك : أن الله سبحانه وتعالى سمى نفسه بالحي القيوم، فيجب علينا أن نؤمن بأن الحي اسم من أسماء الله تعالى ويجب علينا أن نؤمن بما تضمنه هذا الاسم من وصف وهي الحياة الكاملة التي لم تُسبق بعدم ولا يلحقها فناء. وسمى الله نفسه بالسميع فعلينا أن نؤمن بالسميع اسماً من أسماء الله سبحانه وتعالى وبالسمع صفة من صفاته، وبأنه يسمع وهو الحكم الذي اقتضاه ذلك الاسم وتلك الصفة، فإن سميعاً بلا سمع أو سمعاً بلا إدراك مسموع هذا شيء محال وعلى هذا فقس
مثال آخر: قال الله تعالى

وقالت اليهود يد الله مغلولة غلت أيديهم ولعنوا بما قالوا بل يداه مبسوطتان ينفق كيف يشاء

 فهنا قال الله تعالى

بل يداه مبسوطتان

، فأثبت لنفسه يدين موصوفتين بالبسط وهو العطاء الواسع، فيجب علينا أن نؤمن بأن لله تعالى يدين اثنتين مبسوطتين بالعطاء والنعم، ولكن يجب علينا أن لا نحاول بقلوبنا تصوراً، ولا بألسنتنا نطقاً أن نكيَّف تينك اليدين ولا أن نمثلِّهما بأيدي المخلوقين، لأن الله سبحانه وتعالى يقول

ليس كمثله شيء وهو السميع البصير

 ويقول الله تعالى

قل إنما حرم ربي الفواحش ما ظهر منها وما بطن والإثم والبغي بغير الحق وأن تشركوا بالله ما لم ينزل به سلطاناً وأن تقولوا على الله ما لا تعلمون

 ويقول عز وجل

ولا تقف ما ليس لك به علم إن السمع والبصر والفؤاد كل أولئك كان عنه مسؤولاً

. فمن مثَّل هاتين اليدين بأيدي المخلوقين فقد كذَّب قول الله تعالى

ليس كمثله شيء

 وقد عصى الله تعالى في قوله

فلا تضربوا لله الأمثال

. وأما من كيفهما وقال: هما على كيفية معينة أيّاً كانت هذه الكيفية فقد قال على الله ما لا يعلم، وقفا ما ليس له به علم
ونضرب مثالاً ثانياً في الصفات: وهو استواء الله على عرشه فإن الله تعالى أثبت لنفسه أنه استوى على العرش في سبعة مواضع من كتابه كلها بلفظ {استوى} وبلفظ {على العرش}، وإذا رجعنا إلى الاستواء في اللغة العربية وجدناه إذا عُدي بعلى لا يقتضي إلا الارتفاع والعلو، فيكون معنى قوله تعالى: {الرحمن على العرش استوى} وأمثالها من الآيات: أنه علا على عرشه علوّاً خاصاً غير العلو العام على جميع الأكوان وهذا العلو ثابت لله تعالى على وجه الحقيقة فهو عالٍ على عرشه علوّاً يليق به عزَّ وجلَّ لا يشبه علو الإنسان على السرير، ولا علوه على الأنعام، ولا علوه على الفلك الذي ذكره الله في قوله

وجعل لكم من الفلك والأنعام ما تركبون لتستووا على ظهوره ثم تذكروا نعمة ربكم إذا استويتم عليه وتقولوا سبحان الذي سخر لنا هذا وما كنا له مقرنين وإنا إلى ربنا لمنقلبون

. فاستواء المخلوق على شيء لا يمكن أن يماثله استواء الله على عرشه، لأن الله ليس كمثله شيء
وقد أخطأ خطأ عظيماً من قال: إن معنى استوى على العرش استولى على العرش، لأن هذا تحريف للكلم عن مواضعه، ومخالف لما أجمع عليه الصحابة رضوان الله عليهم و التابعون لهم بإحسان، ومستلزم للوازم باطلة لا يمكن لمؤمن أن يتفوه بها بالنسبة لله عز وجل. والقرآن الكريم نزل باللغة العربية بلا شك كما قال الله سبحانه وتعالى

إنا جعلناه قرآنا عربياً لعلكم تعقلون

، ومقتضى صيغة"استوى على كذا"في اللغة العربية العلو والاستقرار، بل هو معناها المطابق للفظ. فمعنى استوى على العرش أي: علا عليه علوّاً خاصاً يليق بجلاله وعظمته، فإذا فسر الاستواء بالاستيلاء فقد حرف الكلم عن مواضعه حيث نفي المعنى الذي تدل عليه لغة القرآن وهو العلو وأثبت معنى آخر باطلاً
ثم إن السلف والتابعين لهم بإحسان مجمعون على هذا المعنى إذ لم يأت عنهم حرف واحد في تفسيره بخلاف ذلك، وإذا جاء اللفظ في القرآن والسنة ولم يرد عن السلف تفسيره بما يخالف ظاهره فالأصل أنهم أبقوه على ظاهره واعتقدوا ما يدل عليه
فإن قال قائل: هل ورد لفظٌ صريح عن السلف بأنهم فسروا استوى بـ"علا"؟ 
قلنا: نعم ورد ذلك عن السلف، وعلى فرض أن لا يكون ورد عنهم صريحاً فإن الأصل فيما دل عليه اللفظ في القرآن الكريم والسنة النبوية أنه باق على ما تقتضيه اللغة العربية من المعنى فيكون إثبات السلف له على هذا المعنى
أما اللوازم الباطلة التي تلزم من فسر الاستواء بالاستيلاء فهي
أولاً: أن العرش قبل خلق السماوات والأرض ليس ملكاً لله تعالى لأن الله تعالى قال

إن ربكم الله الذي خلق السماوات والأرض في ستة أيام ثم استوى على العرش

، وعلى هذا فلا يكون الله مستولياً على العرش قبل خلق السماوات ولا حين خلق السماوات والأرض
ثانياً: أنه يصح التعبير بقولنا: إن الله استوى على الأرض، واستوى على أي شيء من مخلوقاته وهذا بلا شك ولا ريب معنى باطل لا يليق بالله عز وجل
ثالثاً: أنه تحريف للكلم عن مواضعه
رابعاً: أنه مخالف لإجماع السلف الصالح رضوان الله عليهم
وخلاصةُ الكلام في هذا النوع -توحيد الأسماء والصفات- أنه يجب علينا أن نثبت لله ما أثبته لنفسه أو أثبته له رسوله من الأسماء والصفات على وجه الحقيقة من غير تحريف، ولا تعطيل ولا تكييف، ولا تمثيل
مجموع فتاوى و رسائل الشيخ محمد صالح العثيمين المجلدالاول - باب التوحيد

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Le tarawih pour les femmes (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le tarawih pour les femmes (vidéo)
Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Partager cet article

Avertis-les du jour du regret

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Avertis-les du jour du regret

D'après Abou Said Al Khoudri (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit :

 

« Le jour de la résurrection, la mort sera amenée comme un bélier de couleurs noire et blanchâtre alors un crieur va appeler : « Ô gens du paradis ! ».

 

Alors ils vont regarder et il leur sera dit: « Reconnaissez vous cela ? ».

 

Ils vont répondre : « Oui, c'est la mort » car ils l'ont tous déjà vu.

 

Puis le crieur va appeler: « Ô les gens de l'enfer ! ».

 

Alors ils vont regarder et il leur sera dit: « Reconnaissez vous cela ? ».

 

Ils vont répondre : « Oui, c'est la mort » car ils l'ont tous déjà vu.

 

C'est alors qu'elle sera égorgée puis il sera dit: « Ô les gens du paradis, c'est maintenant l'éternité et il n'y a plus de mort » et « Ô les gens de l'enfer c'est maintenant l'éternité et il n'y a plus de mort » puis il a récité :

 

« Et avertis les du jour du regret lorsque tout sera réglé alors qu'ils sont innatentifs et ne croient pas ». [Sourate Maryam n°19 verset 39].

 

(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°4730 et Mouslim dans son Sahih n°2849)

 

عن أبي سعيد الخدري رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

يؤتى بالموت كهيئة كبش أملح فينادي به مناد يا أهل الجنة فيشرئبون وينظرون فيقول هل تعرفون هذا فيقولون نعم هذا الموت وكلهم قد رآه ثم ينادي مناد يا أهل النار فيشرئبون وينظرون فيقول هل تعرفون هذا فيقولون نعم هذا الموت وكلهم قد رآه فيذبح بين الجنة والنار ثم يقول يا أهل الجنة خلود فلا موت ويا أهل النار خلود فلا موت ثم قرأ وأنذرهم يوم الحسرة إذ قضي الأمر وهم في غفلة وهم لا يؤمنون

Partager cet article

Inscription en ligne à l'université de médine

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Inscription en ligne à l'université de médine

Faites votre demande d'admission au programme universitaire pour les étudiants boursiers.

L'application se fait aussi en langue française.

 

Lien pour s'inscrire

Partager cet article

Les règles exemplaires des noms et des attributs parfaits d'Allah - القواعد المثلى في صفات الله وأسمائه الحسنى (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les règles exemplaires des noms et des attributs parfaits d'Allah - القواعد المثلى في صفات الله وأسمائه الحسنى (audio)

hsg

Les noms d'Allah révélés sont nombreux.

Un grand nombre des Noms magnifiques d’Allah sont répétés dans le Coran à de multiples reprises, en fonction des situations.

On en trouve d’autres dans la sunna authentique.

Il est ainsi nécessaire d’expliquer leur signification.

Ce ne sont pas de simples noms dépourvus de sens, mais ce sont tous des noms qualificatifs.

Il convient au musulman sincère de les connaître et de comprendre leurs significations selon la voie des salafs et non selon la voie des innovateurs.

Ce point est fondamental et mérite toute l'attention du croyant.

En effet, qui d’entre nous ne souhaite pas connaître son Seigneur ?

Si vous aimez quelqu'un, vous chercherez à connaître tout sur lui.

Qu'est-ce que nous savons réellement d’Allah ?

Nous affirmons aimer personne d’autre qu’Allah, mais connaissons-le nous vraiment ?

Le Coran et la sunna soulignent l'importance pour les croyants d'avoir le cœur illuminé par le souvenir d’Allah.

Le cœur de l'homme est constamment en proie à de nombreux sentiments futiles et frivoles, à beaucoup de vices, de tentations, etc., et le souvenir d’Allah est l'acte qui draine vers lui les bénédictions divines et procure à l'homme une grande récompense.

Le seul moyen d’avoir toujours à l’esprit la grandeur d’Allah et se souvenir de lui c’est de le connaître.

 

Notre frère Abou Adam vous permet cela avec la grâce d’Allah en se basant sur l’œuvre magnifique de Sheikh Al-Otheymine intitulée «Les règles exemplaires des Noms et Attributs parfaits d’Allah»…

hsg

Cours 1

Introduction/Présentation du livre expliqué/Importance du sujet choisi/ Premier chapitre : Les règles des Noms d’Allah/ Première de ces règles : « Les Noms d’Allah sont tous parfaits »…

 

Cours 2

Suite de l’explication de la première règle : « Les Noms d’Allah sont tous parfaits »/Explication de la seconde règle : « Les Noms d’Allah sont des noms propres et des Attributs »…

 

Cours 3

Suite de l’explication de la seconde règle/Explication de la troisième règle : « Si le Nom d’Allah témoigne d’une caractéristique ceci renferme trois points : Le Nom, l’Attribut, le statut de l’Attribut et ce qu’il implique »…

 

Cours 4

Explication de la quatrième règle : « Les noms d`Allah indiquent l’entité d’Allah et ses attributs par la correspondance, l’inclusion et l’implication »/Ce qu’impliquent les paroles d’Allah et son Messager sont vérité si cette implication est prouvée...

 

Cours 5

Suite de l’explication de la quatrième règle/ Ce qu’impliquent les paroles d’autres que celles d’Allah et son Messager sont de trois ordres...

 

Cours 6

Explication de la parole du prophète (que la paix soit sur lui) : « celui qui les dénombre (Ahsâha) entre au Paradis »/ Quelles sont les différentes catégories de déviations concernant les Noms d’Allah…

 

Cours 7

Second chapitre : Les règles des attributs d’Allah/Explication de la première de ces règles : Tous les attributs d’Allah sont des attributs de perfection/Explication des catégories des attributs : les parfaits en totalité, les imparfaits en totalité, les attributs entre ces deux extrêmes…

 

Cours 8

Explication de la seconde règle : Les attributs sont moins restreints que les Noms/La troisième règle : Les attributs d’Allah se divise en deux/ Explication du Nom : Al-Moutakabbir…

 

Cours 9

Explication de la quatrième règle : Les attributs d’Allah confirmés sont des attributs d’éloges et de perfection, plus ils sont nombreux et variés et plus ils marquent la perfection de l’Etre décrit./ Explication de la cinquième règle : Les attributs d’Allah se divisent en attributs d’essence et en attributs d’acte…

 

Cours 10

Suite de l'explication de la cinquième règle/Explication de la sixième règle : concernant la confirmation des attributs d'Allah il est interdit de décrire le "comment des attributs" et de faire de l'anthropomorphisme...

 

Cours 11

Suite de l’explication de la sixième règle/La septième et dernière règle du chapitre : les attributs d’Allah sont un ordre arrêté et fixé par le Coran et la Sounna/Les preuves de la sounna qui portent sur la confirmation des attributs d’Allah : 1) L’attribut est clairement cité ; 2) L’attribut qui ressort du Nom qui lui est lié/La mention d’un acte ou d’une caractéristique qui prouve l’attribut/Troisième chapitre : Les règles des preuves des Noms et des Attributs/Première règle : La confirmation des Noms et Attributs est puisée seulement du Coran et de la sounna...

 

Cours 12

Suite de la première règle : un nom ou un attribut qui n’a pas été confirmé ou infirmé par le Coran et la Sounna doit être ni confirmé ni infirmé/Exposé d’exemples de cette règle/La deuxième règle : Les Textes doivent être compris selon leur sens apparent...

 

Cours 13

Explication de la troisième règle : L’apparence des Textes relatifs aux Attributs d’Allah est connue du point de vue du sens et ignorée du point de vue du comment/Critique de l’école de ceux qui ont nié les sens apparents des attributs d’Allah...

 

Cours 14

Explication de la quatrième règle : L'apparence des Textes est comprise selon le premier sens connu du mot employé/Le sens peut changer selon la construction de la phrase et son contexte/Les différentes sortes d'individus vu sous l'angle de la compréhension des Textes sacrés : les gens de la sunna, les anthropomorphistes et les négateurs...

 

Cours 15

Suite de l'explication de la quatrième règle/Répliques diverses aux négateurs des noms et attributs d'Allah...

 

Cours 16

Suite de la quatrième règle/Critique des différentes sectes de l'Islam : les négateurs, les jahmites, les Moutazilites, les Acharites et les Matouridites…

 

Cours 17

Critiques contre les équivoques émises par les innovateurs prétextant que les gens de la sunna ont transformé le sens apparent des textes relatifs aux noms et aux attributs d'Allah/ Trois exemples critiqués provenant de la sunna…

 

Cours 18

Critique des exemples pris du Coran : « Il s'est ensuite élevé au ciel », "Il est avec vous où que vous êtes »/ Explication de la croyance des salafs au sujet de la compagnie ou de la présence d'Allah à ses côtés…

 

Cours 19

Suite de l'explication concernant la compagnie ou de la présence d'Allah à ses côtés/ Catégories de cet accompagnement/ Critiques diverses de ceux qui prétendent qu'Allah est partout/ Démonstration des preuves de l'élévation d'Allah à la lumière du Coran, la sunna, la raison et les sens…

 

Cours 20

Démonstration que l'élévation ne s'oppose pas à la présence d'Allah à ses côtés/ Catégories de l'élévation appuyées par des preuves…

 

Cours 21

Critiques par des preuves coraniques : « Nous sommes plus proche de lui que sa veine jugulaire », « voguant sous Nos yeux », "afin que tu sois élevé sous Mes Yeux », « le serviteur ne cesse de se rapprocher de moi… », etc.

 

Cours 22

Douzième exemple : « celui qui se rapproche de Moi d'une coudée… » Treizième exemple : « ne voient-ils pas que nous avons créé de nos mains pour eux des bienfaits »…

 

Cours 23

Quatorzième exemple : « Ceux qui te prêtent serment d’allégeance ne font que prêter serment à Allah : la Main d'Allah est au-dessus de leurs mains. » / Quinzième exemple : « Ô fils d'Adam ! Je suis tombé malade et tu m'as point rendu visite… »…

 

Cours 24

Conclusion : réplique contre les ambiguïtés des Achaarites/ Les étapes d'Abu Al-Hassan au sein de la secte achaarite...

 

Cours 25

Suite de la conclusion/ réplique contre les ambiguïtés des Achaarites/ Excommunions-nous celui qui nient les attributs d'Allah ? / dernier cours wal hamdoulilLah...

hsg

Publié par dourouss-abdelmalik.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Malheur aux voleurs (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Malheur aux voleurs (audio-vidéo)

 

Question :

 

Nous avons des logiciels qui sont distribués sous forme de cassettes (cd), et sur ces cd est écrit « droits réservés » (copyrights).

 

Certains frères les achètent (en payant le prix), mais ils ont le choix de le garder ou de le rendre. Ce qu’ils font, c’est qu’ils les achètent et en font une copie, puis ils les rendent comme ils l’ont acheté en disant : cela ne convient pas, ou cela ne m’a pas plus, ce n’est pas ce que je cherche, ou d’autres excuses encore, et il peut mentir, comme il peut être véridique (dans ses excuses).

 

Pour ce qui est d’acheter ce logiciel, de le copier et de le rendre, ou dans le vocabulaire religieux : le fait d’acheter un chose spécifique pour une utilité qu’elle contient, copier cette chose sans endommager le cd, sans rien en enlever, et rendre le cd comme il était en continuant à profiter de ce qu’on a pris comme utilité, quel est le jugement sur cela ?

 

Réponse :

 

Malheureusement mon frère, cela était le comportement des mécréants et c’est devenu le comportement des musulmans.

 

Le prophète (salallahu ’alayhi wasalam) nous a éduqués et instruits de la meilleure manière et parmi les choses qu’il nous a appris : 

 

« Donne son dépôt à celui qui te l’a confié et ne trahit pas celui qui te trahit ».

 

Si un musulman achète cette cassette (cd) sur laquelle est inscrit « copie interdite » (ou droits réservés, copyrights), qu’il en fait une copie, même sans la rendre, et vend les copies, cela n’est pas permis.

 

Alors qu’en est-il de celui qui va en faire une copie et la rendre en prétextant ce que tu as rappelé et qui est un mensonge.

 

Cela est une tromperie et il ne convient pas que cela vienne d’un musulman, malheureusement certains musulmans ont dépassé la règles instaurée par les juifs : la fin justifie les moyens.

 

Ceux qui font ça justifient leur acte en disant qu’il y a un bien dans la copie de cette cassette (cd) et nous ne l’avons pas endommagé.

 

Ils ne veulent pas voir et je ne pense pas qu’ils ne savent pas qu’ils ont causé du tort au propriétaire (producteur, éditeur, concepteur)...

 

Comme certains éditeurs qui publient des ouvrages, parfois de plusieurs volumes et qui engagent des frais d’impression, ensuite quelqu’un vient et prend (vole) ce livre et le publie sans l’accord de l’auteur ou de l’éditeur, ceci est une traîtrise et une tromperie qui n’est pas permise au musulman.

 

Et le hadith précédent est suffisant : 

 

« Donne son dépôt à celui qui te l’a confié et ne trahit pas celui qui te trahit ».

 

Le vendeur t’a vendu cette cassette à condition que tu ne le trompes pas, que tu ne la copies pas.

 

Et celui qui le fait a trompé et cela n’est aucunement permis en islam.

 

Et s’il y a près de toi des musulmans qui sont loin de leur pays et de leur religion, conseille-leur qu’ils s’éloignent de cette escroquerie.

 

Question :

 

Et je ne dois pas les aider, si l’un d’entre eux me le demande ?

 

Réponse :

 

Non, tu les aiderais dans le mal si tu le faisais.

 

Question :

 

Et si le vendeur présume, je ne dis pas qu’il est certain, mais il présume que celui qui lui rapporte un cd l’a copié.

 

Réponse :

 

La supposition ne suffit pas, tant qu’il est écrit (sur le cd) ce que tu as rappelé auparavant (droits réservés).

 

100624-Royalty-Free-RF-Clipart-Illustration-Of-A-Black-And-

 

Question :

 

Certains disent : si j’achète un livre, n’importe quel livre, cet achat est licite (sahih), et il m’est permis ensuite de le vendre, et c’est une deuxième vente, car il m’appartient.

 

Je peux le vendre et il n’y a rien de mal.

 

Réponse :

 

Comment ça il n’y a rien de mal… il l’a acheté d’une manière légale, mais il n’a pas acheté les droits d’édition… la situation est claire, il possède et peut profiter de ce livre, mais il ne possède pas ce qui peut résulter de la publication (copie) de ce livre.

 

copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Réplique au démon quant au sort de l'homme dans l'au-delà

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Réplique au démon quant au sort de l'homme dans l'au-delà

-Le démon dit : "Qui sait quel sera ton sort?"

 

-La réplique : "J'ai la meilleure opinion qu'on puisse avoir de son Seigneur. Je crois en Lui, et je connais le sort réservé aux âmes croyantes."

 

A ce sujet, il est très important d'avoir cet état d'esprit à l'approche de la mort.

 

Abu Hourayra rapporte que le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dit :

 

" Allah a dit (traduction rapprochée) : "J'adopterai l'attitude que mon serviteur attendra de Moi. Je serai avec lui lorsqu'il m'évoquera; s'il M'évoque Je l'évoquerai. Et s'il M'évoque dans une assistance, Je l'évoquerai dans une assistance meilleure."

[Bukhari et Muslim]

 

Jabir rapporte avoir entendu le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم dire trois jours avant sa mort :

 

" que personne d'entre vous ne meurt autrement qu'en ayant une bonne opinion de son seigneur."

[hadith rapporté exclusivement par Muslim]

 

Que l'homme mourant fasse de la bonne opinion qu'il a de son seigneur sa devise, et son mot d'ordre.

 

Qu'il puise sa force dans l'espoir qu'il a placé en Allah !

 

En effet, si la peur de son seigneur lui permettait de stimuler son âme et d'aspirer aux bonne actions, ce temps est pour lui révolu.

 

Il ne lui reste plus qu'à espérer.

 

D'après Anas, le Prophète صلى الله عليه وسلم en visite chez un jeune homme agonisant, lui dit :

 

" Comment te sens-tu ?"

"J'espère en Allah et j'ai peur à cause de mes péchés." Répondit-il.

Et le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم de lui annoncer : " Jamais ces deux sentiments ne se réunissent dans le coeur d'un homme en telle situation, sans qu'Allah ne lui accorde l'objet de ses espérances et ne le garantisse contre ses craintes."

[hadith rapporté par al Tirmidhi et ibn Mâja]

 

Sal-Mu'tamir ibn sulayman rapporte que son père mourant lui dit :

 

" Ô Mu'tamir, rappel moi ce qu'Allah nous a facilité dans la pratique de notre religion.

Peut etre ainsi que je Le rencontrerai en ayant une bonne opinion de Lui."

 

Méditations sur la Mort, Ibn al Jawzy, Maktaba, p.63.64  

copié de alhouda.forumactif.com

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Les qualités du prédicateur efficace

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les qualités du prédicateur efficace

Question :

 

Comment pensez-vous que le prédicateur doit être pour obtenir des résultats, et quelles sont les qualités requises pour que la prêche soit efficace et ait un impact sur les gens invités vers l’islam ?

 

Réponse :

 

Le prédicateur efficace est celui :

 

-qui s’appuie sur les preuves des textes,

-qui patiente face aux épreuves,

-qui se dépense dans la propagation de l’islam quelques soient les tentations, et quelque soit la fatigue que cela cause.

 

C’est quelqu’un qui ne faiblit pas lorsqu’une épreuve l’atteint, ou il entend une parole, mais il patiente et fait des efforts dans l’appel en utilisant tous les moyens, et en accordant une grande importance aux preuves des textes et à la bonne manière, afin que son appel repose sur une base solide, et soit agréé par Allah, Son Prophète صلى الله عليه وسلم et les croyants.

 

Il doit prendre garde à ne pas se laisser aller [à parler sans science] et ne pas dire à propos d’Allah ce qu’il ne sait pas.

 

Il doit accorder une attention particulière aux preuves légales des textes, et prendre conscience lorsqu’il prend le chemin [de la Da’wa], de la difficulté de la propagation de l’islam à travers les moyens de communication ou l’enseignement.

 

C’est cela le prédicateur efficace qui mérite les remerciements, et une place élevée auprès d’Allah, s’il fait tout cela sincèrement pour Allah.

 

Recueil de Fatwas et d’Articles Divers, Tome 5 pages 267 et 268

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

De la sentence de l’autorisation du gouverneur relative aux manifestations et aux marches de protestation

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

De la sentence de l’autorisation du gouverneur relative aux manifestations et aux marches de protestation

La question :

 

Si le gouverneur donne la permission de faire des mani­festations et des marches de protestation signifie-t-il que ces actions deviennent permises religieusement ?

 

Est-il permis d’y participer ?

 

Qu’Allâh vous récompense.

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

 

Les manifestations, les marches de protestation, les grèves et les sit-in vont à l’encontre de la voie de l’Islam relative à la politique et à la gouvernance.

 

Elles ne font pas partie des agissements des musulmans ni des moyens pour ordonner le bien et interdire le mal et ne sont pas de la religion islamique qu’Allâh a légiférée à Ses créatures.

 

Au contraire, les mani­festations et autres pratiques qui leur ressemblent n’amènent la plupart du temps que des troubles, des dommages et des mauvaises conséquences, tels que la tuerie, la destruction des immeubles, la perte des biens, l’arrêt du travail, l’expansion du désordre, la mixité entre les hommes et les femmes, et vagues de troubles et de maux que la nature saine réprouve et que l’Islam interdit.

 

Le fait que les manifestants ou les grévistes revendiquent leurs droits et cherchent à atteindre de nobles objectifs ne justifient pas les moyens employés pour y arriver, car l’Islam refuse la règle machiavélique disant : «La fin justifie les moyens», qui autorise l’individu d’atteindre des buts nobles et légiférés religieusement par n’importe quel moyen, quand bien même ce moyen serait interdit dans les lois religieuses et réprouvé par la nature saine, la noble éducation et l’usage.

 

On n’accède à ses droits que par une demande conforme à la loi religieuse et ce, en employant les moyens légiférés ou en créant des alternatives valables qui permettent de se passer des moyens interdits. Ibn Taymiyya رحمه الله a dit :

 

«Tout moyen par lequel l’individu arrive à son but n’est pas pour autant légiféré ni licite, il ne sera permis que si son intérêt l’emporte sur son inconvénient, dans ce que la loi religieuse a permis» [1].

 

Pour cela, aller à l’encontre de la religion dans les moyens est comme le faire dans les objectifs ; tous deux sont compris par la menace présente dans la parole d’Allâh عزَّ وجلَّ:

 

فَلْيَحْذَرِ الَّذِينَ يُخَالِفُونَ عَنْ أَمْرِهِ أَنْ تُصِيبَهُمْ فِتْنَةٌ أَوْ يُصِيبَهُمْ عَذَابٌ أَلِيمٌ - النور: 63

 

﴾Que ceux qui s’opposent à Son commandement craignent que ne les touche un trouble ou que ne les touche un châtiment douloureux.﴿ [An-Noûr (La lumière) : 63].

 

Sa parole : ﴾son commandement﴿ est un mot indéfini annexé à un mot défini ; il indique, donc, la généralité et englobe les domaines des moyens et des objectifs.

 

Ainsi, quiconque prend en considération la validité religieuse des objectifs et néglige celles des moyens est comme celui qui pratique une partie de la religion et en délaisse l’autre partie.

 

Or, Allâh عزَّ وجلَّ a dénigré cette façon d’agir et l’a reprochée aux juifs en disant :

 

أَفَتُؤْمِنُونَ بِبَعْضِ الْكِتَابِ وَتَكْفُرُونَ بِبَعْضٍ فَمَا جَزَاءُ مَنْ يَفْعَلُ ذَلِكَ مِنْكُمْ إِلَّا خِزْيٌ فِي الْحَيَاةِ الدُّنْيَا وَيَوْمَ الْقِيَامَةِ يُرَدُّونَ إِلَى أَشَدِّ الْعَذَابِ وَمَا اللَّهُ بِغَافِلٍ عَمَّا تَعْمَلُونَ - البقرة: 85

 

﴾Croyez-vous donc à une partie du livre et en reniez une partie ? Et bien, la punition de celui parmi vous qui fait cela ne sera qu’humiliation dans la vie d’ici-bas et au Jour de la Résurrection, on les renverra au châtiment le plus dur. Et Allâh n’est pas inattentif à ce que vous faites.﴿ [Al-Baqara (La Vache) : 85].

 

Ce verset prouve clairement que la foi implique de faire ce qui est ordonné et de délaisser les interdits, que ce soit dans le domaine des objectifs ou celui des moyens.

 

En outre, les manifestations, les marches et les grèves font partie du système démocratique qui considère ces moyens comme une pratique saine.

 

En effet, les législations humaines fondées sur ce système permettent au peuple et à ses différents groupes d’utiliser ces façons d’agir pour chercher à améliorer la situation politique, sociale, éducative ou du travail et pour revendiquer des changements remédiant aux maux qui touchent le peuple et menant à ce qui est meilleur.

 

A partir de là, le gouverneur donne sa permission en se basant sur les principes du système démocratique et en appliquant ses lois qui accordent la souveraineté au peuple, qui se réforme par lui-même.

 

Cela, sans aucun doute, est rejeté religieusement par tout monothéiste, car Allâh n’agrée pas qu’on lui associe autrui dans Sa seigneurie et Son jugement, ni dans Sa divinité et Son adoration et Il n’a pas autorisé autrui à légiférer. Il dit عزَّ وجلَّ:

 

وَلَا يُشْرِكُ فِي حُكْمِهِ أَحَدًا - الكهف: 26

 

﴾Et Il n’associe personne dans Son jugement.﴿ [Al-Kahf (La Caverne) : 26].

 

أَمْ لَهُمْ شُرَكَاءُ شَرَعُوا لَهُمْ مِنَ الدِّينِ مَا لَمْ يَأْذَنْ بِهِ اللَّهُ - الشورى: 21

 

﴾Ou auraient-ils des associés qui leur ont légiféré de la religion ce qu’Allâh n’a pas autorisé ?﴿ [Ach-Choûrâ (La Consultation) : 21].

 

Supposons, maintenant, que la permission des gouver­neurs concernant les manifestations et les marches n’est pas inspirée des Constitutions démocratiques : sa permission n’influe pas pour autant sur le statut et ne peut rendre bon ce qui est blâmable ni rendre licite ce qui est interdit, car celui qui autorise et qui interdit en Islam n’est autre que le Sage Législateur Lui-Même.

 

C’est à Lui qu’est due l’obéissance absolue et on n’obéit à autre qu’à Lui que par obéissance envers Lui et que dans ce qui est convenable et non dans le péché, car le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم a dit :

 

«L’obéissance n’est que dans ce qui est religieusement convenable.» [2].

 

De plus, le plus sûr pour la religion du musulman est de ne pas chercher à arriver au bien et à de nobles objectifs au moyen du mal et du désordre ; On ne parvient aux différents actes d’obéissance et aux différentes bonnes œuvres dont l’intérêt est supérieur à l’inconvénient qu’en empruntant les moyens que la religion a autorisés.

 

Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

[1] Moukhtassar Al-Fatâwa Al-Misriyya d’Ibn Taymiyya (p.169).

[2] Rapporté par Al-Boukhâri dans «Al-Ahkâm» n°7145, et Mouslim dans «Al-Imâra» n°1840, d’après `Ali Ibn Abi Tâlib رضي الله عنه  .

 

Alger, 16 Rabî`Ath-Thânî 1432h, correspondant au 21 mars 2011

Publié par ferkous.net

في حكم اعتبار إذن الحاكم بالمظاهرات والمسيرات

السؤال : هل إِذْنُ الحاكمِ بالمُظاهَراتِ والمَسيراتِ يُسوِّغُها شرعًا؟ وهل يجوز المُشارَكةُ فيها؟ وجزاكم اللهُ خيرًا

الجواب : الحمد لله ربِّ العالمين، والصلاةُ والسلام على مَنْ أرسله الله رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبِه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد

فالمُظاهَراتُ والمَسيراتُ والإضراباتُ والاعتصاماتُ مُخالِفةٌ لمنهج الإسلام في السياسة والحكم، وليسَتْ مِنْ أعمالِ المسلمين، ولا مِنْ وسائلِ الأمر بالمعروف والنهي عن المُنْكَر، ولا هي مِنَ الدِّين الإسلاميِّ الذي شَرَعَهُ اللهُ لعِبادِه، بل المُظاهَراتُ وأخواتُها ـ غالبًا ـ ما تكون جالبةً للفِتَنِ والمَفاسِدِ والأضرار: مِنْ سَفْكِ الدماء، وتخريبِ المُنْشآت، وتضييعِ الأموال، وتعطيلِ العمل، وإشاعةِ الفوضى، واختلاطِ الذكورِ بالإناث، وغيرِها مِنْ موجات الفسادِ والشرور التي تأباها الفطرةُ السليمةُ وينهى عنها الإسلامُ.

إنَّ طَلَبَ تحصيلِ حقوقِ المُتظاهِرين والمُضْرِبين وإدراك غاياتِها الشريفةِ لا يُسوِّغُ وسائلَها وطُرُقَها؛ لأنَّ الإسلام يرفض النظريةَ الميكيافيليةَ القائلة إنَّ: «الغَايَةَ تُبَرِّرُ الوَسِيلَةَ» التي تُجوِّزُ للفرد التوصُّلَ إلى الغايات النبيلةِ والمَقاصِدِ المشروعة بأيِّ وسيلةٍ، وإِنْ كانَتْ ممنوعةً في الشرائعِ ومذمومةً في الفِطَرِ السليمة والأخلاقِ الفاضلة والأعراف

وإنما الحقوقُ يُتوصَّلُ إليها بالمُطالَبةِ الشرعية، وذلك بتحصيلِ الوسائل المشروعة أو إيجادِ البدائل الصحيحة التي تُغْنِي عن الوسائل المنهيِّ عنها، قال ابنُ تيمية ـ رحمه الله ـ

ليس كُلُّ سببٍ نالَ به الإنسانُ حاجتَه يكون مشروعًا ولا مُباحًا، وإنما يكونُ مشروعًا إذا غَلَبَتْ مَصْلَحَتُه على مَفْسَدَتِه ممَّا أَذِنَ فيه الشرعُ

(١)

فلذلك كان حكمُ مُخالَفةِ الشرعِ في الوسائل كحكمِ مُخالَفتِه في المَقاصِد، كلاهما يدخل في الوعيد الوارد في قوله تعالى

فَلۡيَحۡذَرِ ٱلَّذِينَ يُخَالِفُونَ عَنۡ أَمۡرِهِۦٓ أَن تُصِيبَهُمۡ فِتۡنَةٌ أَوۡ يُصِيبَهُمۡ عَذَابٌ أَلِيمٌ - ٦٣ النور

فإنَّ قوله تعالى: ﴿أَمۡرِهِۦٓ﴾ نكرةٌ مُضافةٌ إلى معرفةٍ فتُفيدُ العمومَ، وهي شاملةٌ لبابِ المَقاصِدِ والوسائل؛ وعليه فمَنْ رَاعَى شرعيةَ المَقاصِدِ وأَهْمَلَ شرعيةَ الوسائلِ فشأنُه كمَنْ عَمِلَ ببعضِ الدِّينِ وتَرَكَ بعضَه الآخَر، وقد قبَّح اللهُ هذا الفعلَ وأَنْكَرَهُ على اليهود، قال تعالى

أَفَتُؤۡمِنُونَ بِبَعۡضِ ٱلۡكِتَٰبِ وَتَكۡفُرُونَ بِبَعۡضٖۚ فَمَا جَزَآءُ مَن يَفۡعَلُ ذَٰلِكَ مِنكُمۡ إِلَّا خِزۡيٞ فِي ٱلۡحَيَوٰةِ ٱلدُّنۡيَاۖ وَيَوۡمَ ٱلۡقِيَٰمَةِ يُرَدُّونَ إِلَىٰٓ أَشَدِّ ٱلۡعَذَابِۗ وَمَا ٱللَّهُ بِغَٰفِلٍ عَمَّا تَعۡمَلُونَ - ٨٥ البقرة

، وفي الآيةِ دليلٌ واضحٌ على أنَّ الإيمان يقتضي فِعْلَ الأوامرِ واجتنابَ النواهي، سواءٌ في جانبِ المَقاصِد أو الوسائل

هذا، وأسلوبُ المُظاهَراتِ والمَسيراتِ والإضرابات مِنْ مَضامينِ النظامِ الديمقراطيِّ الذي يَعُدُّ هذه الأساليبَ ظاهرةً صحِّيَّةً؛ حيث إنَّ القوانين الوضعيةَ القائمةَ على هذا النظامِ تُخوِّلُ للشعب أو لفِئَاتِه تصحيحَ الأوضاعِ السياسيةِ والاجتماعية والتربوية والمِهَنية، والمُطالبةَ بعلاجِ آفاتِها ومَضارِّها بالتغيير إلى ما هو أَسْمَى وأَحْسَنُ انطلاقًا مِنْ هذه الأساليب؛ لذلك يأتي إِذْنُ الإمامِ الحاكم مَبْنِيًّا على مُقْتَضَياتِ النظام الديمقراطيِّ، وتطبيقًا لقوانينِه التي تجعل الحاكميةَ للشعب: يُصحِّحُ نَفْسَه بنَفْسِه، وهذا ـ بلا شكٍّ ـ مرفوضٌ شرعًا عند كُلِّ مُوحِّدٍ؛ لأنَّ اللهَ تعالى لا يرضى بشركِ غيرِه له في الربوبية والحكم، ولا في الألوهية والعبادة، ولم يَأْذَنْ لغيره في التشريع، قال تعالى

وَلَا يُشۡرِكُ فِي حُكۡمِهِۦٓ أَحَدٗا - ٢٦ الكهف

 وقال تعالى

أَمۡ لَهُمۡ شُرَكَٰٓؤُاْ شَرَعُواْ لَهُم مِّنَ ٱلدِّينِ مَا لَمۡ يَأۡذَنۢ بِهِ ٱللَّهُ  - الشورى: ٢١

وعلى فَرْضِ أنَّ إِذْنَ الحاكمِ بالمُظاهَراتِ والمَسيراتِ لم يَكُنْ مُسْتَمَدًّا ممَّا تُمْليهِ عليه دساتيرُ الديمقراطية؛ فإنَّ إِذْنَهُ لا يُؤثِّرُ في الحكم ولا يُصيِّرُ المُنْكَرَ معروفًا ولا الممنوعَ مُباحًا؛ ذلك لأنَّ المُحرِّمَ والمُبيحَ في الإسلام هو الشارعُ الحكيمُ نَفْسُه، والطاعةُ له مطلقةٌ، وطاعةُ غيرِه تَبَعٌ لطاعتِه، ولا تكون إلَّا في المعروف دون المعصية؛ لقوله صلَّى الله عليه وسلَّم

«إِنَّمَا الطَّاعَةُ فِي المَعْرُوفِ»

(٢)

هذا، والأَسْلَمُ لدِينِ المسلم أَنْ لا يَتوسَّلَ إلى الخير والمَقاصِدِ الحسنةِ بالشرِّ والفساد، وإنما يتوسَّلُ إلى كُلِّ ما ظَهَرَتْ مَصْلحتُه على مَفْسدتِه مِنْ مُخْتلَفِ الطاعات وفعلِ الخيرات بسلوك الوسائل المأذونِ فيها شرعًا

والعلم عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبِه وإخوانِه إلى يوم الدِّين، وسلَّم تسليمًا

الجزائر في: ١٦ ربيع الثاني ١٤٣٢ﻫ
الموافق ﻟ: ٢١ مارس ٢٠١١م

(١) «مختصر الفتاوى المصريَّة» لابن تيمية (١٦٩

٢) مُتَّفَقٌ عليه: أخرجه البخاريُّ في «الأحكام» بابُ السمعِ والطاعة للإمام ما لم تكن معصيةً (٧١٤٥)، ومسلمٌ في«الإمارة» (١٨٤٠)، مِنْ حديثِ عليِّ بنِ أبي طالبٍ رضي الله عنه

الفتوى رقم: ١١٠٤

الصنف: فتاوى منهجية

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

La dounya n'est que jouissance éphémère (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La dounya n'est que jouissance éphémère (audio)

 

Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

L'histoire revient… (التاريخ يعود)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'histoire revient… (التاريخ يعود)

À l'époque de l'ignorance (période antéislamique), les arabes n’avaient pas de Livre à eux et aucun des leurs ne fut envoyé comme messager parmi eux, Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

« […] Nous ne leur avons pas donné de livres à étudier. Et Nous ne leur avons envoyé avant toi aucun avertisseur. » [S34. V44]

 

Ils vivaient sous la domination des pays qui se trouvaient autour d’eux, la Perse et Rome ; et ils vivaient reclus (entre eux), sans législation pour les unir et aucun précepte sur lequel cheminer, tout reposait exclusivement sur l'ethnicité (tribalisme) et les coutumes de l'époque de l'ignorance.

 

Et lorsqu’Allah envoya l'un des leurs comme messager parmi eux et fit descendre sur eux un Livre dans leur propre langue, s'érigea un Etat soudé sous l’autorité d’un seul gouverneur qui les dirigeait selon le Livre d’Allah ; ainsi, ils ont pu puiser la science du Livre d’Allah à travers l’instruction de Son Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) et de ses héritiers qui sont venus après lui, les savants " rabaniyyines " (érudits en religion).

 

Allah – Le Très Haut – dit (traduction rapprochée) :

 

« C'est Lui qui a envoyé à des gens sans Livre (les Arabes) un Messager des leurs qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la Sagesse, bien qu'ils étaient auparavant dans un égarement évident. » [S62. V02]

 

Ils ont de ce fait dominé le monde et les nations se sont ralliées à eux ; et ils sont devenus les maitres de la science et du travail dans le monde; et leur civilisation a émergée et cela a accru leur entité.

 

Ils ont établis la justice et propagés la science comme l’a révélé Le Très Haut (traduction rapprochée) :

 

« Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers. » [S21. V107]

 

Ils ont délivrés les opprimés de l’injustice des puissants et ils ont soustraits les gens de l’adoration des idoles et autres formes d’adoration pour l’adoration d’Allah Seul sans associé (traduction rapprochée) :

 

« Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers. » [S21. V107]

 

Cependant, dés lors qu’ils travestirent leur religion et que les innovations et les idolâtries se répandirent parmi eux, et que les convoitises personnelles prirent le dessus et qu’ils y introduisirent le modèle occidental et ses pratiques ainsi que ses comportements et qu’ils remplacèrent et modifièrent [ce qu’ils modifièrent], Allah alors changea leur situation (traduction rapprochée) :

 

« C'est qu'en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci change ce qui est en lui-même. Et Allah est, Audient et Omniscient.» [S08. V53]

 

Ensuite, ils se divisèrent en sectes, en partis :

 

« chaque parti exultant de ce qu'il détenait.» [S30. V32]

 

Et donc, Allah permis aux mécréants de prendre le dessus sur eux qui attisèrent la fitna entre eux et les montèrent les uns contre les autres ; puis complotèrent [contre eux] en employant la ruse et la trahison et alimentèrent les divergences qu’il y avait entre eux.

 

S’en était fini de leur Etat soudé et ils finirent par se découper en plusieurs états éparpillés que les pays mécréants régissent selon leurs propres convoitises et en ne cherchant qu’à exploiter les richesses de leurs pays comme l’a dit le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) :

 

« Les nations se rassembleront contre vous de toute part, comme les gens se rassemblent autour de la nourriture pour manger (d’un plat).

Nous dîmes : - « O Messager d’Allah ! Est-ce que c’est à cause du fait que nous serons peu nombreux à cette époque ? ».

Il dit : Non, vous serez très nombreux à cette époque, mais vous serez comme les écumes du torrent (divisés et faibles).

Et Allah enlèvera des cœurs de vos ennemis votre crainte (ils n'auront pas peur de vous), et le “wahne” (faiblesse) sera mis dans vos cœurs.

Ils dirent : -« Qu’est-ce que le “wahne” ? ».

Il dit : L’amour pour ce bas-monde et la répulsion pour la mort. »

[Rapporté par Ahmed et Abou Daoud - authentifié par Al-Albani]. 

 

De nos jours, les mécréants ne se satisfont pas de la situation dans laquelle sont les musulmans, en plus de ce qu'il y a chez eux comme faiblesse et schisme, ils briguent l’élimination définitive de leurs pays.

 

Ainsi, ils (les mécréants) ont soulevé les peuples contre leurs gouverneurs et ils ont fait tomber leurs états et [les musulmans] se sont retrouvés à lutter contre des problèmes dont ils ne peuvent pas s’en délivrer si ce n’est en revenant à la base qui les avait rassemblée et qui leur avait assurée la gloire et la victoire et qui n’est autre que le Livre d’Allah et la Sounna de Son Messager, pour que leur splendeur le leur revienne et que s’élève de nouveau leur propre état (traduction rapprochée) :

 

« Or c'est à Allah qu'est la puissance ainsi qu'à Son messager et aux croyants. » [S63.V08]

 

« Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. » [S03. V139] 

 

Comme l’Imam Malik, qu’Allah lui fasse miséricorde, a dit :

 

« Rien ne pourra jamais améliorer l’état des derniers de cette communauté, si ce n’est ce qui a amélioré l’état des premiers de cette communauté ! »

 

Parmi nous, il y en a qui prétendent que la réforme se trouve dans le modèle occidental et ceci fait partie de la régression de la nature saine (fitra) car les arabes ne connaîtront la gloire qu’avec l’Islam ; et dés lors qu’ils se mirent à marcher derrière l’occident, ils se sont retrouvé assujettis [à leur domination], sans valeur entre les peuples.

 

J’implore Allah pour qu’Il nous fasse retourner à l’Islam de la meilleure manière et pour qu’Il réunisse nos paroles sur la vérité ; Et que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur notre Prophète Muhammed, ainsi que sur sa famille et tous ses compagnons.

 

Ecrit par Sheikh Salih Ibn Abdallah Fawzan Al-Fawzan (hafidhahou Allah) | Membre du Comité des Grands Savants. (06/1433 H)

Traduction rapprochée et adaptée : par AbuKhadidja Al Djazairy

copié de alghourabaa.com

 

كان العرب في الجاهلية لا كتاب لهم ولم يبعث فيهم رسول منهم قال تعالى: (وَمَا آتَيْنَاهُمْ مِنْ كُتُبٍ يَدْرُسُونَهَا وَمَا أَرْسَلْنَا إِلَيْهِمْ قَبْلَكَ مِنْ نَذِيرٍ)، فكانوا يعيشون تحت رحمة الدول من حولهم دولتي فارس والروم وفيما بينهم لا حكم يجمعهم ولا نظام يسيرون عليه إلا القبليات وأحكام الجاهلية، ولما بعث الله فيهم رسولا منهم وأنزل عليهم كتابا بلغتهم، قامت لهم دولة موحدة تحت حاكم واحد يحكمهم بكتاب الله، وتعلموا من كتاب الله العلم على يد رسوله صلى الله عليه وسلم وعلى يد ورثته من بعده العلماء الربانيين قال الله تعالى: (هُوَ الَّذِي بَعَثَ فِي الأُمِّيِّينَ رَسُولاً مِنْهُمْ يَتْلُو عَلَيْهِمْ آيَاتِهِ وَيُزَكِّيهِمْ وَيُعَلِّمُهُمْ الْكِتَابَ وَالْحِكْمَةَ وَإِنْ كَانُوا مِنْ قَبْلُ لَفِي ضَلالٍ مُبِينٍ)، فسادوا العالم ودانت لهم الأمم وصاروا أساتذة العالم في العلم والعمل وقامت لهم حضارة وارتفع لهم كيان، وأقاموا العدل ونشروا العلم كما قال تعالى: (وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلاَّ رَحْمَةً لِلْعَالَمِينَ)، فخلصوا المظلومين من ظلم الجبابرة وخلصوا العباد من عبادة الأصنام وغيرها إلى عبادة الله وحده لا شريك له

 (وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلاَّ رَحْمَةً لِلْعَالَمِينَ)

ولكن لما تنكروا لدينهم وفشت فيهم البدع والشركيات وتملكتهم الأطماع الشخصية واستوردوا نظم الغرب وسلوكياته وأخلاقه وغيروا وبدلوا غير الله عليهم (ذَلِكَ بِأَنَّ اللَّهَ لَمْ يَكُ مُغَيِّراً نِعْمَةً أَنْعَمَهَا عَلَى قَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُوا مَا بِأَنفُسِهِمْ)، فانقسموا إلى شيع أحزاب (كُلُّ حِزْبٍ بِمَا لَدَيْهِمْ فَرِحُونَ)، وسلط الله عليهم الكفار يوقدون الفتنة بينهم ويحرضون بعضهم على بعض ويخططون لهم المكر والغدر ويؤججون الخلاف بينهم ضاعت دولتهم الموحدة وصاروا إلى دول متفرقة تسيرهم الدول الكافرة تحت رغباتها وتطمع في خيرات بلادهم كما قال النبي صلى الله عليه وسلم: "يوشك أن تداعى عليكم الأمم كما تداعى الأكلة على قصعتها"، قالوا: أمن قلة نحن يا رسول الله؟ قال: "لا؛ أنتم يومئذ كثير ولكنكم غثاء كغثاء السيل تنتزع المهابة من قلوب أعدائكم ويلقى في قلوبكم الوهن"، قالوا: وما الوهن يا رسول الله؟ قال: "حب الدنيا وكراهية الموت".

وفي هذه الأيام لم يرصد الكفار ما عليه المسلمون مع ما فيه من ضعف وتفكك حتى يزيلوا دولهم نهائيا فأقاموا الشعوب على ولاتهم وأسقطوا دولهم وصاروا في مشاكل لا يستطيعون الخلاص منها إلا بالرجوع إلى الأصل الذي جمعهم وأعزهم ونصرهم وهو كتاب الله وسنة رسوله ليعود لهم عزهم وتقوم لهم دولتهم قال تعالى: (وَلِلَّهِ الْعِزَّةُ وَلِرَسُولِهِ وَلِلْمُؤْمِنِينَ)، (وَلا تَهِنُوا وَلا تَحْزَنُوا وَأَنْتُمْ الأَعْلَوْنَ إِنْ كُنْتُمْ مُؤْمِنِينَ)، كما قال الإمام مالك رحمه الله: (لا يصلح آخر هذه الأمة إلا ما صلح أولها)، وفينا من يزعم أن الإصلاح في اتباع ما عليه الغرب وهذا من انتكاس الفطرة فإن العرب لم ينالوا العز إلا بالإسلام، ويوم أن كانوا يسيرون خلف الغرب كانوا أذلة لا قيمة لهم بين الشعوب

اللهم ردنا إلى الإسلام ردا جميلا واجمع كلمتنا على الحق، وصل الله وسلم على نبينا محمد وعلى آله وصحبه

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Le verdict du rasage des poils de la barbe sous la lèvre inférieure (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le verdict du rasage des poils de la barbe sous la lèvre inférieure (audio)

Question :

 

Quel est le jugement sur le rasage des poils sous la lèvre inférieur ?

 

Et font-ils partie de la barbe ?

 

Réponse :

 

Oui, ils font partie de la barbe et il n'est pas permis de les couper ou de les raser car ils font partie de la barbe.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article