compteur de visite

Catégories

30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 21:24
Le dhikr est le sommet de la reconnaissance

Celui qui n’invoque pas le Nom d’Allah n’est pas reconnaissant à Son égard.

 

Al-Bayhaqî rapporte sur l’autorité de Zayd b. Aslam -radhi Allahu ‘anhu- que Mûsâ -’alayhi as-salam- a dit :

 

“Seigneur, tu m’as comblé de bienfaits, montre-moi comment Te témoigner fréquemment de la gratitude.”

Allah lui répondit :

“En invoquant fréquemment mon Nom, tu Me témoignes fréquemment de la gratitude alors qu’en M’oubliant, tu Me témoignes de l’ingratitude.”

 

Tradition rapporté par ibn Abî Hâtim dans son ouvrage d’exégèse -tafsir- (1/261), ibn Wahb comme c’est indiqué dans l’ouvrage d’exégèse d’ibn Kathir (1/197), ibn Abî ad-Dunyâ comme c’est indiqué dans  “ad-durr al-manthûr” (1/360) et al-Bayhaqî dans “shu’ab al-îmân” (1/458) avec une chaîne d’autorités fiables.

 

Tiré du livre Les Mérites de l’Évocation d’Allah, d’ibn al Qayyim, page 91 des éd. Almadina

copié de talibat-ul-3ilm.blogspot.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 21:23
Les différents niveaux des gens face aux épreuves

Question : 


Quel est le statut d’une personne qui est mécontente si elle est touchée par une épreuve?

 

Réponse : 

 

Les gens se divisent en quatre niveaux face aux épreuves : 

 

-Le premier niveau le mécontentement, qui se manifeste de différentes sortes : 

 

- la première sorte : par le cœur, comme le fait qu’il soit mécontent de son Seigneur, qu’il soit courroucé de ce qu’Allah lui a décrété.

 

Ceci est Haram (interdit), et cela peut amener à la mécréance.

 

Le Très-Haut a dit :

 

وَمِنَ النَّاسِ مَن يَعْبُدُ اللَّهَ عَلَى حَرْفٍ فَإِنْ أَصَابَهُ خَيْرٌ اطْمَأَنَّ بِهِ وَإِنْ أَصَابَتْهُ فِتْنَةٌ انقَلَبَ عَلَى وَجْهِهِ خَسِرَ الدُّنْيَا وَالآخِرَةَ

 « Il en est parmi les gens qui adore Allah avec hésitation. S’il lui arrive un bien, il s’en rassure, et s’il lui arrive une épreuve, il détourne son visage, perdant ainsi [le bien] d’ici-bas et de l’au-delà. » (Sourate 22 verset 11)

 

- la deuxième sorte : par la langue, comme le fait d’invoquer par le malheur, la calamité et ce qui y ressemble.

 

Et ceci est Haram. 

 

- La troisième sorte : par le corps, comme le fait de se frapper les joues, de se déchirer les poches, de s’arracher les cheveux et ce qui y ressemble.

 

Et tout ceci est Haram et va à l’encontre de l’endurance obligatoire.

       

-Le deuxième niveau : l’endurance, et c’est tel que l’a dit le poète : 

 

L’endurance a un gout amer comme son nom 

Mais son résultat, que le miel est plus bon !

 

Ainsi, la personne voit que cette chose (par laquelle il est éprouvé) lui est pénible, mais il la supporte tout en détestant qu’elle se produise.

 

Sa foi le protège du fait d’être mécontent. 


Ainsi, le fait que cette épreuve se produise ou pas n’est pas pareil pour lui. 



Ceci est obligatoire, car Allah le Très-Haut a ordonné de faire preuve de patience lorsqu’Il a dit :

 

وَاصْبِرُواْ إِنَّ اللّهَ مَعَ الصَّابِرِينَ

« Et soyez endurants, car Allah est avec les endurants. » (Sourate 8 verset 46)

 

-Le troisième niveau : l’acceptation

 

Et c’est le fait que la personne accepte l’épreuve de tel sorte que le fait que cette épreuve se produise ou pas est identique pour lui, il ne lui est pas pénible qu’elle se produise, ni de la supporter. 

 

Ceci est conseillé (celui qui le fait est récompensé, celui qui le délaisse ne commet pas de péché), non pas obligatoire selon l’avis le plus juste. 

 

La différence entre ce niveau et le niveau précédent est évident, car dans ce cas, le fait que l’épreuve se produise ou pas est identique pour lui, tandis que pour le précédent, l’épreuve est difficile pour lui, mais il l’endure. 

 

-Le quatrième niveau : le remerciement, et c’est le niveau le plus haut !

 

C’est le fait que la personne remercie Allah pour les épreuves qui le touchent, car il sait que cette épreuve est une cause d’expiation de ses péchés, et peut être même d’augmentation de ses bonnes actions.

 

Le Prophète, paix et bénédictions d’Allah sur lui, a dit : 

 

« Il n’y a pas une épreuve qui touche un musulman sans qu’Allah expie par elle ses péchés, même (si cette épreuve n’est qu’)une épine qui le pique. »

(Al-Boukhari, Mouslim et d’autres)

 

السؤال : ما حكم من يتسخط إذا نزلت به مصيبة ؟

الجواب : الناس حال المصيبة على مراتب أربع
المرتبة الأولى : التسخط وهو على أنواع
النوع الأول : أن يكون بالقلب كأن يسخط على ربه يغتاظ مما قدره الله عليه فهذا حرام ، وقد يؤدي إلى الكفر قال – تعالى : (ومن الناس من يعبد الله على حرف فإن أصابه خير اطمأن به وإن أصابته فتنة انقلب على وجهه خسر الدنيا والآخرة ) الحج 11
النوع الثاني: أن يكون باللسان كالدعاء بالويل والثبور وما أشبه ذلك ، وهذا حرام
النوع الثالث: أن يكون بالجوارح كلطم الخدود ، وشق الجيوب ، ونتف الشعور وما أشبه ذلك وكل هذا حرام مناف للصبر الواجب

المرتبة الثانية: الصبر وهو كما قال الشاعر
والصبر مثل اسمه مر مذاقته لكن عواقبه أحلى من العسل 
فيرى أن هذا الشيء ثقيل عليه لكنه يتحمله وهو يكره وقوعه ولكن يحميه إيمانه من السخط ، فليس وقوعه وعدمه سواء عنده وهذا واجب لأن الله تعالي أمر بالصبر فقال: (واصبروا إن الله مع الصابرين) الأنفال46

  المرتبة الثالثة: الرضا بأن يرضى الإنسان بالمصيبة بحيث يكون وجودها وعدمها سواء فلا يشق عليه وجودها ، ولا يتحمل لها حملاً ثقيلاً ، وهذه مستحبة وليست بواجبة على القول الراجح ، والفرق بينها وبين المرتبة التي قبلها ظاهر لأن المصيبة وعدمها سواء في الرضا عند هذا أما التي قبلها فالمصيبة صعبة عليه لكن صبر عليها

المرتبة الرابعة: الشكر وهو أعلى المراتب ، وذلك بأن يشكر الله على ما أصابه من مصيبة حيث عرف أن هذه المصيبة سبب لتكفير سيئاته وربما لزيادة حسناته قال صلى الله عليه وسلم "ما من مصيبة تصيب المسلم إلا كفر الله بها عنه حتى الشوكة يشاكها"

المصدر : فتاوى أركان الإسلام لفضيلة الشيخ محمد بن صالح العثيمين رحمه الله ص126

 

Fatawa Arkan Al-Islam page 126

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 21:22
Le licite et l’illicite

Abû ‘Abd Allâh An Nu’mân ibn Bashîr رضي الله عنه a dit : J’ai entendu l’envoyé d’Allah صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمْ dire :

 

"Les choses licites sont bien évidentes et les choses illicites sont bien évidente.

Entre les deux, il y a des choses équivoques que beaucoup de gens ignorent.

Ainsi quiconque se met à l’abri des choses équivoques, préserve sa religion et son honneur.

Et quiconque se laisse tomber dans les choses équivoques tombera dans les choses illicites, comme le berger qui fait paître son troupeau autour d’un enclos réservé, risquant à tout moment de l’empiéter.

Or chaque souverain a un domaine réservé : Celui d’Allâh est l’ensemble de Ses interdits.

N’est-ce pas qu’il y a dans le corps humain un morceau de chair qui, s’il est bon, tout le corps le sera et s’il est corrompu, tout le corps le sera ?

N’est-ce pas que c’est le coeur ?"

Rapporté par Al Bukhârî et Muslim


عَنْ أَبِي عَبْدِ الله النَّعْمَانِ بْنِ بَشِيرٍ رَضِيَ الله عَنْهُمَا قَالَ : سَمِعْتُ رَسُولَ الله صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمْ يَقُولُ

إِنَ الْخَلَالَ بَيّنٌ , وَ إِنَّ الْحَرَامَ بَيّنٌ , وَ بَيْنَهُمَا أُمُورُُ مُشْتَبِهَاتٌ لَا يَعْلَمُهُنّ كَثِيرٌ مِنَ النَّاسِ , فَمَنِ اتَّقَى الشُّبُهَاتِ , فَقَدِ اسْتَبْرَأَ لِدِينِهِ وَ عِرْضِهْ , وَ مَنْ وَقَعَ فِي الشُّبُهَاتِ وَقَعَ فِي الْحَرَامِ , كَالرَّاعِي يَرْعَى حَوْلَ الْحَمَى يُوشِكُ أَنْ يَرْتَعَ فِيهِ , أَلا وَإِنَّ حِمَى الله مَحَارِمُهُ , أَلا وَإِنَّ فِي الْجَسَدِ مُضْغَةً إِذَا صَلَحَتْ صَلَحَ الْجَسَدُ كُلُّهُ , وَ إِذَا فَسَدَتْ فَسَدَ الْجَسَدُ كُلُّهُ أَلا وَ هِيَ الْقَلْبُ

 رَوَاهُ الْبُخَارِيُّ وَ مُسْلِمٌ

 

Commentaire

 

Abû ‘abd Allah an-Nu’mân ibn Bashîr رضي الله عنه a dit : J’ai entendu l’Envoyé d'Allâh صلى الله عليه و سلم dire : Le Prophète صلى الله عليه و سلم a classifié les choses dans ce Hadîth selon trois catégories :

 

La catégorie des choses licites évidentes et sans ambiguïté, comme par exemple l’autorisation de manger la bête du troupeau.

La catégorie des choses illicites de façon évidente et sans ambiguïté, comme par exemple l’interdiction du vin.

La troisième catégorie est celle des choses équivoques qui laissent le jugement hésitant : font-elles partie du domaine du licite ou du domaine de l’illicite ? Beaucoup de gens ignorent le statut de ces deux choses, sinon il est connu chez d’autres.

 

S’agissant de cette catégorie, l’Envoyé d'Allâh صلى الله عليه و سلم a souligné qu’éviter ces choses-là relève de la piété scrupuleuse, il a dit :

 

«Ainsi quiconque se met à l’abri des choses équivoques, préserve sa religion et son honneur»

 

ceci dit, il préserve sa religion pour ce qui est entre Allâh et lui et préserve son honneur pour ce qui est entre les gens et lui, afin qu’ils ne racontent pas qu’untel est tombé dans l’illicite, du fait qu’ils en connaissent le statut, alors qu’à ses yeux la chose prête à confusion.

 

Puis le Prophète صلى الله عليه و سلم a cité en parabole le berger qui fait paître son troupeau autour d’un enclos réservé qui, puisqu’il ne sert pas de pâture, est généralement riche en herbes, ce qui attire les bêtes à aller paître dedans :

 

«comme le berger qui fait paître son troupeau autour d’un enclos réservé, risquant à tout moment de l’empiéter»

 

puis le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit :

 

«Or chaque souverain a un domaine réservé»

 

car d’habitude les rois protègent une partie de leur terre pour y laisser pousser de l’herbe en abondance.

 

«Celui d'Allâh est l’ensemble de Ses interdits» : Tout ce que Allâh a rendu illicite rentre dans Son domaine réservé, car il a interdit de tomber dedans.


Puis le Prophète صلى الله عليه و سلم a montré que dans le corps il y a une mudgha c’est-à-dire un morceau de viande aussi grand que le mangeur est capable de mâcher.

 

Quand ce morceau est sain tout le corps est sain, il a expliqué ceci en disant : «N’est-ce pas le cœur ?», allusion au fait qu’il incombe à l’homme de contrôler ce qu’il y a dans son cœur comme passions qui risquent de l’emporter jusqu’à le faire tomber dans des choses équivoques et ensuite dans des choses carrément illicites.

Leçons tirées du hadith

 

Dans la loi islamique, le licite et l’illicite sont clairs, quant aux choses équivoques, peu de gens les connaissent.

 

Quand l’homme ne sait pas si une chose est licite ou illicite, il vaut mieux qu’il l’évite, il ne la fait que quand il est sûr qu’elle est licite.

 

Quand l’homme tombe dans les choses équivoques, il risque avec le temps de tomber sans se gêner dans les choses clairement illicites.

 

A force de commettre les choses équivoques, l’âme de l’homme le pousse à commettre les choses dans l’illicéités est évidente, ce qui le fera tomber dans la perdition.

 

Il est permis de citer des exemples pour rendre explicite une chose abstraite par la citation d’une chose concrète, car la comparaison entre ce qui est intelligible et ce qui est matériel facilite la compréhension.

 

Le bon enseignement de l’Envoyé de d'Allâh صلى الله عليه و سلم en citant des exemples et en les expliquant par la suite.

 

La plaque tournante de la bonté et de la mauvaiseté [de l’homme] est le cœur.

 

De ce fait, à l’homme d’entretenir constamment son cœur jusqu’à le mettre sur le chemin de rectitude.

 

La corruption de l’aspect extérieur de l’homme est un indicatif de la corruption de son intérieur, le Prophète صلى الله عليه و سلم a en effet dit :

 

«s’il est bon, tout le corps le sera et s’il est corrompu, tout le corps le sera».

 

Charh des 40 Hadîth de l'Imâm An-Nawâwî 

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Péchés et repentir - الذنوب و التوبة
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 21:21
Le poids de nos péchés (vidéo)

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Péchés et repentir - الذنوب و التوبة
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 21:20
Le récit d'une pieuse (audio)

Le Shaykh 'Abder-Razzâq Al 'Abbâd qu'Allah le préserve dans cet audio nous amène à méditer sur un grand récit :

 

Le récit de cette femme dont la Foi était débordante, cette femme qui était remplie de sincérité, de pudeur, de pureté mais qui souffrait d'un mal.

 

Elle était touchée par une grande épreuve à savoir qu'elle était victime de crise d'épilepsie qui la poussait à se dévoiler aux yeux de tous, cette maladie la bouleversait, la pertubait, lui causait du tort.

 

Cette noble femme qui appartenait à la première génération de femmes musulmanes alla  trouver le Messager d'Allah salallahou 'alayhi wa sallam afin de lui exposer son problème et qu'il l'aide à trouver une issue favorable.

 

Le Shaykh 'Abder-Razzâq qu'Allah le préserve établit un parallèle dans cet audio entre cette femme pieuse et certaines femmes musulmanes de notre époque et il nous délivre une grande exhortation, un sermon remarquable.

 

 

Traduction et adaptation : Sulaymân Abû-Maryam 

 

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 17:45
Les règles (en français) de la récitation coranique selon la riwaya de warch (vidéo)
divider--9-

Cours 1

Introduction

 

مقدمة

Explications en vidéo

Introduction

 

مقدمة

Explications en vidéo

Introduction

 

مقدمة

Explications en vidéo

Niveaux de la récitation

 

مراتب التّلاوه

Explications en vidéo

Cours 2

Commencer la récitation

 

التٌعوذ والبسمله

Explications en vidéo

Passage d'une sourate à une autre

الإنتقال من سوره الى سورةٍ تليها ورش

Explications en vidéo

Cours 3

Les lettres hautes

 

حروف الإستعلاء

Explications en vidéo

Cours 4

Le nasillement

 

الغّنّه

Explications en vidéo

Cours 5

Al-qalqala

 

القْقَلة

Explications en vidéo

Cours 6

Mîm sakina

 

الميم السّاكنة

Explications en vidéo

Cours 7

Le noûn sâkina

 

النون السّاكنه والتنوين

Explications en vidéo

Le noûn sâkina

 

النون السّاكنه والتنوين

Explications en vidéo

Cours 7 bis

La fusion en générale

 

الإدغام عامةً

Explications en vidéo

Cours 8

Les allongements Introduction

 

المدود مقدمة

Explications en vidéo

Les allongements 2 mouvements

 

المدود مايُمد حركتين

Explications en vidéo

Les allongements 6 mouvements

 

المدود مايُمد ست حركات

Explications en vidéo

Les allongements 4 mouvements

 

المدود مايُمد أربع حركات

Explications en vidéo

Cours 9

Le lam

 

حكم اللام

Explications en vidéo

Cours 10

Le râ

 

حكم الرّاء

Explications en vidéo

Le râ

 

حكم الرّاء

Explications en vidéo

Le râ

 

حكم الرّاء

Explications en vidéo

Cours 11

alif et ana

 

أحكم ألف أنا

Explications en vidéo

Cours 12

alhamza

 

الْهمْزات

Explications en vidéo

alhamza

 

الْهمْزات

Explications en vidéo

Cours 13

Deux hamzas dans 1 mot

إلتقاء همزتين في كلمه واحده

Explications en vidéo

Deux hamzas dans 2 mots

 

إلتقاء همزتين في كلمتين

Explications en vidéo

Cours 14

Le fléchissement

 

الاماله

Explications en vidéo

Applications

 

تطبيق ورش

Explications en vidéo

divider--9-
Attention !
Rappel sur le fait de dire «sadaqallahul-'adhim - صدق الله العظيم»
après la lecture du coran 
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 19:47
L’interdiction d’offenser les musulmans - النهي عن إيذاء المسلمين

La louange appartient à Allah qui ordonne la bienfaisance et l’entraide dans l’accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété, et interdit la nuisance et l’offense. 

 

Le Prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) nous informa que le fait de débarrasser le chemin d’une chose nuisible fait partie des branches de la foi, mais aussi une des causes pour entrer au Paradis, et une variété de l’aumône et de la bienfaisance.

 

Par contre, déposer sur le chemin une chose nuisible est considérée comme une des plus grandes nuisances et désobéissances, mais aussi une des causes de la malédiction et du délaissement.

 

D’après Abû horeïrah (qu’Allah l’agrée) a dit : le Messager d’Allah (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) a dit :

 

« La foi et compartimentée entre soixante et soixante-neuf branches ou entre soixante-dix et soixante dixneuf branches;

sa branche la plus élevée est "point de divinité digne d’être adorée sauf Allah’’ lâ ilâha illa llahou)

et sa plus basse est le fait de débarrasser le chemin des choses nuisibles ;

et la pudeur est une branche de la foi »

(rapporté entre autres par Bukhâry et Moslem). 

 

La chose nuisible est tout ce qui peut être nocif au passant telle qu’une pierre, une épine, des os, un morceau de cuivre, de fer ou de verre etc.

 

Aussi, débarrasser le chemin veut dire : soit éloigner la chose ou la retirer. 

 

D’après Abû Horeïrah ( qu’Allah l’agrée) a dit : le Prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) a dit :

 

« on mexposa les bonnes et mauvaises oeuvres de ma communauté, c’est alors que je découvris parmi les meilleurs de ses oeuvres, le fait de débarrasser le chemin des choses nuisibles, et je découvris parmi les plus mauvaises de ses oeuvres, la glaire non enterrée dans la mosquée »

(rapporté par Moslem).

 

Aussi, d’après Abû Horeïrah ( qu’Allah l’agrée) a dit : le Messager d’Allah (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) a dit :

 

« L’homme détient sur chacune de ses phalanges une aumône. Chaque jour où le soleil se lève et tu y réconcilies deux personnes, une aumône t’est attribuée. De même, si tu aide un homme à enfourcher sa monture où à y placer sa marchandise, une aumône t’est attribuée. La bonne parole est, aussi, pour toi une aumône. De même, chaque pas que tu fais pour te rendre à la prière est pour toi une aumône. Le fait de débarrasser le chemin d’une chose nuisible est, aussi, pour toi une aumône. »

(Rapporté par Bukhâry et Moslim). 

 

Les phalanges sont les fins ossements et les articulations qui se trouvent dans le corps humain. L’explication du hadith est : l’assemblage de ces os et leur perfection est un des plus grands bienfaits qu’Allah attribua à Son serviteur.

 

Donc, chaque os a besoin que l’enfant d’Adam lui fasse une aumône remerciant, par ce geste, Allah pour ces bienfaits. 

 

Donc, parmi ces aumônes, on trouve le fait de débarrasser les chemins des musulmans des choses nuisibles.

 

D’après Abû Horeïrah (qu’Allah l’agrée) d’après le Prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) a dit :

 

« alors qu’un homme marchait sur un chemin, il trouva une branche épineuse qu’il ramassa. Dès lors, Allah lui rendit grâce et lui pardonna. »

(Rapporté par Bukhâry et Moslem).

 

Dans une version d’après Moslem, il (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) dit :

 

« j’ai vu, avec toute certitude, un homme se prélasser au Paradis pour avoir sectionner un arbre gênant les musulmans qui se trouvait sur le chemin. » 

 

De même qu’il nous est parvenu l’exhortation de débarrasser les chemins des choses nuisibles pour la sécurité des passants, il nous est, aussi parvenu la dure punition de celui qui dépose des choses nuisibles sur les chemins et qui obstrue sa circulation. 

 

Moslem rapporte dans son livre authentique, d’après Abû Horeïrah (qu’Allah l’agrée) qui dit : le Messager d’Allah (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) a dit :

 

« craignez les deux malédictions : celui qui fait ses besoins sur le chemin des gens ou celui qui le fait sous leurs abris ombreux. » 

 

La signification du hadith est qu’il est interdit de faire ses besoins sur les chemins empruntés par les gens ou sous les ombres où ils s’assoient. 

 

Celui qui fait cela mérite la malédiction et une punition, car par cela, il offense les gens, les souille ou les empêche de circuler sur le chemin, et les empêche de s’asseoir sous les ombres, alors qu’ils en ont besoin.

 

C’est, donc à ce moment-là, qu’ils invoquent la malédiction d’Allah contre lui. 

 

Aujourd’hui, beaucoup de gens prennent à la légère cette interdiction.

 

Désormais, ils ne font pas attention d’offenser les gens sur leurs passages, et leurs abris où ils s’assoient et se reposent : ils creusent des trous dans le chemin, lancent des ordures, jettent des pierres et des morceaux de fer, cassent des vitres, immergent les chemins d’eau, y arrêtent les voitures etc. même si cela est une offense à autrui, génère un embouteillage de la route, une obstruction de la circulation, et un danger pour les piétons.

 

Ils ont oublié ou fait semblant d’oublier la menace et le péché que cet acte véhiculait. 

 

Aussi, tu ne trouveras pas une personne voulant le bien pour retirer ces choses nuisibles où une personne qui cherche à les retirer en prévenant les responsables du nettoyage. 

 

De même, si jamais on trouvait le long des grandes voies publiques une ombre sous un arbre, ou sous un pont, sous lesquelles se reposent les voyageurs, on verra toujours une personne venir perturber cela en y laissant des ordures et des saletés, ou en y urinant et en y faisant ses besoins, ou en y versant de l’huile de vidange, ou en y sacrifiant des moutons en y laissant son sang, ses excréments intestinaux et ses os, ou en y laissant le reste des aliments ou tout autre chose se trouvant sous ces zones d’ombres qui dérange ceux qui viennent après eux. 

 

Mais où est, donc, la foi ? 

 

Où sont, donc, le noble caractère et le bon comportement ?

 

Où est, donc, la crainte d’Allah de ces insouciants qui négligent les inviolabilités, les droits et les accoudoirs des musulmans ?

 

Quel sera, donc, le sentiment du musulman lorsqu’on lui barrera la route au visage, ou lorsqu’on l’encombrera d’ordures ou de boue, ou lorsqu’on l’encombrera de pierres, de verres, de canettes et de cartons vides, ou lorsqu’on y creusera des trous, ou lorsqu’on la polluera avec des impuretés et des mauvaises odeurs ?

 

Quel sera, donc, le sentiment du musulman lorsqu’il sera épuisé par la route du voyage, et lorsqu’il sera touché par la chaleur du soleil et le vent chaud ; c’est alors qu’il s’abritera sous une ombre, et lorsqu’il s’en approchera, la trouve remplie d’ordures, et de mauvaises odeurs, et découvre une scène repoussante ?

 

Quelle colère éprouvera t-il ?

 

Aussi, que prononcera t-il comme invocation à l’encontre de celui qui a fait cela ?

 

Justement, cette personne méritera cette invocation pour sa mauvaise action, et son impolitesse envers les musulmans. 

 

Craignez, donc, Allah, ô vous qui offensez les gens dans leurs passages et leurs aires de repos!

 

Cessez votre offense, et respectez les droits de vos frères, et craignez les invocations des opprimés car il n’y a entre celles-ci et Allah, aucun obstacle. 

 

Parmi les offenses contre les musulmans sur leurs chemins, est ce que quelques insouciants font, comme arrêter leurs voitures, l’une à côté de l’autre, au milieu de la route, pour y discuter et plaisanter.

 

Aussi, d’autres coupent la route aux piétons, et exposent les gens au danger.

 

Ceci est une abomination apparente à rejeter, et celui qui la fait doit être puni. 

 

Aussi, parmi ces offenses, est ce que quelques-uns d’entre eux font, comme effrayer les gens, et les importuner en plaisantant avec les voitures avec ce qu’ils appellent le rodéo. Ceci est en vérité une attitude absurde, digne d’un attardé mental, d’un non-civilisé, et d’un ingrat envers les bienfaits.

 

De même, parmi ces offenses, la brutalité dans la conduite, et l’inconscience dans la vitesse, et le dérangement des gens avec le son des klaxons, notamment lorsqu’ils entendent qu’une équipe sportive a vaincu, selon leur expression, une autre équipe. 

 

Aussi, parmi les offenses des musulmans sur leurs chemins, et leur exposition au danger, est le fait de laisser conduire ceux qui ne maîtrisent pas la conduite, ou ceux qui ne peuvent pas contrôler leur véhicule à cause de leur jeune âge. Ceux-là s’exposent, et exposent les autres au danger.

 

Il faut que les dirigeants, et les responsables des jeunes leur interdisent la conduite des voitures, et cela par miséricorde envers eux, et envers autrui, afin de ne pas les exposer au danger.

 

Il nous est obligé d’aider les dirigeants afin de repousser ce danger des musulmans. 

 

De plus, parmi les offenses des musulmans, le fait de s’asseoir sur les bords des chemins car celui qui fait cela se tient informé des affaires personnelles des gens qu’ils ne veulent pas divulguer.

 

Mais aussi, il regarde ce qui est interdit de regarder, comme regarder les femmes, ainsi que d’autres choses interdites dont la plus importante est de ne pas accomplir son devoir envers les piétons.

 

D’après Abû Sa’îd Al-Khudry (qu’Allah l’agrée) d’après le Prophète (que la bénédiction et le salut d’Allah soient sur lui) a dit :

 

« Prenez garde au fait de s’asseoir sur (les bords) des chemins »,

ils dirent : « Ô Messager d’Allah! Nous sommes incapables de nous en dispenser car c’est là que nous discutons »,

le Messager d’Allah(que la bénédiction et le salut d’Allah soient sur lui) rétorqua alors : « Si vous y tenez absolument, alors donner au chemin son droit »,

ils dirent alors : « Ô Messager d’Allah! Quel est le droit du chemin? »,

Il répondit (que la bénédiction et le salut d’Allah soient sur lui) : « baisser les regards, empêcher le mal, rendre le salam, ordonner le bien et interdire le mal ».

(Rapporté par boukhâry et moslim).

 

Ce hadith prouve qu’il est interdit de s’asseoir sur les bords du chemin à part pour celui qui donne au chemin ses droits qui sont énoncés dans ce hadith. 

 

Par contre, celui qui s’assoie comme spectateur sans accomplir les directives du Prophète(que la bénédiction et le salut d’Allah soient sur lui), est pécheur.

 

Il faut que les dirigeants l’interdisent de s’asseoir, notamment ceux d’entre eux qui font du mal. 

 

Aussi, parmi les offenses des musulmans sur leur chemin, le fait de transformer les routes en terrain de football qui est la cause de vacarme et de rassemblement.

 

Ceci dérange les piétons et les habitants, et en découlent, peut-être, de multiples autres offenses. 

 

Aussi, parmi les offenses des musulmans sur leur chemin, on trouve chez quelques conducteurs de voiture, le manquement au code de la route, et aux principes fondamentaux de la conduite comme l’inconscience dans la vitesse, le non-respect des bandes routières, passer au feu rouge, ou s’arrêter aux endroits interdits, ou conduire dans une situation où la maîtrise recommandée du véhicule est impossible comme en état de somnolence. 

 

Toutes ces situations exposent la personne elle-même, et d’autres au danger. Il est souhaitable donc, de les éviter et d’y prendre garde.

 

Combien d’accidents découlèrent de ces situations!

 

Des accidents où beaucoup d’âmes sacrées s’envolèrent, où des membres furent paralysés, où des corps s’épuisèrent, et où des sens furent avariés.

 

Tout cela résulte de la négligence des conducteurs, ou de leur inconscience, ou de leur ignorance du code de la route, ou de la faible considération qu’ils ont pour les âmes humaines. 

 

La responsabilité de ces accidents, et tout ce qui en découle comme dommages (en biens ou en vies humaines) est assumée par ces conducteurs, et ceux qui leur autorisent de conduire alors qu’ils ne maîtrisent pas la conduite.

 

En effet, les voitures sont comme les armes destructrices qui ne doivent être détenues que par ceux qui savent s’en servir, et les manipuler ; il faut, donc, prendre garde de ne pas jouer avec cela, ni de prendre cela à la légère. 

 

Ô serviteur d’Allah !

 

Craignez, donc, Allah, pour vous-même et pour vos frères, et respectez les droits des musulmans, et évitez de les offenser et de leur faire dommage. 

 

Et que la bénédiction et le salut d’Allah soient sur Muhammad, sa famille, et ses compagnons. 

 

Traduit par Abû Hamza. 
copié de centre-al-forqane.be

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 19:46
Il prie mais reste négligeant

Question :

 

Fasse Allah vous accorder Sa miséricorde, un auditeur d’Al- Kassim demande à l’honorable cheikh :

 

«Doit-on marier un jeune homme qui accompli rigoureusement ses prières mais qui fait preuve de négligence au vu de certaines de ses obliga- tions religieuses ?

 

Peut être que son cas s’améliorera une fois marié, ou bien doit-on attendre le temps qu’il se conforme davantage à ses dites obligations?»

 

Réponse :

 

Il est rapporté dans un hadith authentique que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit:

 

«Si un prétendant dont vous êtes satisfaits de la piété et de la moralité se présente chez vous, accordez-lui la main de votre fille.»

 

Il appartient donc au tuteur d’une femme de chercher à mieux connaître la piété et la probité morale du prétendant.

 

Celui-ci est tenu aussi de connaître la piété et la probité morale de la femme qu’il souhaite prendre pour épouse.

 

Pour sa part, cette dernière est tenue d’en faire de même et de s’y efforcer autant que faire se peut.

 

De nos jours, les gens ont tendance à ne pas tenir parole.

 

En effet, combien de personnes ont-elles été induites en erreur en faisant l’éloge de tel et tel prétendant mais une fois le mariage consommé celui-ci apparaît sous son vrai visage, c’est-à-dire quelqu’un de mauvais.

 

C’est pourquoi il est fait obligation de bien s’assurer avant d’entreprendre quoi- que ce soit et de prendre en considération la situation actuelle de la personne.

 

Quant à l’avenir, il se peut que la personne change en bien ou en mal ou encore ne pas changer du tout et resté telle qu’elle est.

 

Aussi, nous ne sommes pas tenus de nous engager sur ce qu’il va advenir mais plutôt de faire face à la situation présente.

 

Et il se peut qu’un homme ne soit pas recommandable du point de vue de son comportement religieux et moral et qu’Allah le comble en lui permettant de se conformer aux préceptes de la religion.

 

En fait, nous devons regarder l’état de cette personne au moment où il se présente pour demander la fille en mariage.

 

Il est inutile d’attendre que son comportement religieux et moral s’améliore si celui-ci n’est pas du tout satisfaisant.

 

Il y a beaucoup d’autres hommes et il y aura nécessairement quelqu’un de meilleur au vu des qualités requises du prétendant et celui ci se présentera un jour pour la demander en mariage.

 

Par ailleurs, il se peut que ce prétendant se présente sous sa meilleure forme et qu’une fois avoir obtenu ce qu’il voulait il retrouve ce comportement qui lui est reproché.

 

L’important lorsqu’un prétendant se présente et demande une fille en mariage, c’est qu’il est obligatoire au tuteur de la femme de chercher à bien connaître la piété et la moralité du prétendant.

 

S’il s’avère qu’il dispose de ces qualités alors qu’il l’accepte en tant qu’époux pour sa fille.

 

Et si ce n’est pas le cas, Allah fera en sorte ou plutôt Allah conduira à sa fille un homme dont on sera satisfait du comportement et de la religion.

 

Si Allah sait que l’intention du tuteur en refusant ce prétendant n’était autre que de permettre à un autre homme disposant des qualités requises de se présenter alors Allah lui permettra de voir cela se réaliser. 

 

Tiré du site www.binothaimin.com
Mariage Islamique en questions réponses par les plus grands savants

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 19:45
Le verdict sur le fait d'utiliser la main droite pour faire le tasbih - التسبيح (vidéo)

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 19:44
Dénigrer la vie terrestre et l’interdiction de s’y attacher…

Hichâm ibn Hassân a dit :

 

-"J’ai entendu al-Hassan dire :

 

Par Allah !

Quiconque, à qui l’une des choses de la vie terrestre aura été donnée en abondance, puis qui ne craindra pas que cela est peut-être une ruse et une duperie qui lui sont faites, verra apparaître une diminution dans ses actes, dans sa religion et dans son intelligence ;

Et quiconque, qu’Allah aura privé de la vie terrestre, puis qui ne considèrera pas que cela soit meilleur pour lui, verra apparaître une diminution dans ses actes et une incapacité à juger.”

 

-Il disait :

 

“Tout musulman à qui les moyens de subsistances sont donnés au jour le jour et qui n’a pas conscience que cela est meilleur pour lui est [une personne] qui fait preuve d’une incapacité dans le jugement.”

 

-Il disait :

 

“Certes, Allah, le Puissant et Grand, peut donner [les biens] de la vie terrestre à un individu afin de le tromper, et Il peut l’en priver afin d’observer son comportement.”

 

-Il disait :

 

“Par Allah ! La vie terrestre n’a ni atteint son degré ni sa valeur, au point où l’individu y perde sa lignée et sa religion.”

 

-Il disait :

 

“Celui qui te concurrence dans la religion concurrence-le, et celui qui te concurrence dans [les biens de] la vie terrestre, jette-les-lui au cou.”

 

-Il disait :

 

“Ô vous les gens !

J’ai vécu à l’époque de personnes et j’ai fréquenté des groupes, qui ne se réjouissaient pas lorsqu’un bien de la vie terrestre venait à eux, et qui ne s’attristaient pas lorsque quelque chose d’elle s’en allait.

Certes, elle était pour eux plus insignifiante que le sol que vous piétinez avec vos pieds.

L’un d’eux passait toute l’année sans porter un nouvel habit, sans mettre de marmite sur le feu et sans mettre de couverture entre lui et le sol; ils craignaient le jour où les regards se figeront et où les cœurs s’aveugleront.”

 

-Il disait : 

 

“Celui qui exalte la vie terrestre, dénigre l’au delà, et seul celui qui est sous la colère d’Allah déteste Le rencontrer.”

 

-Al Hassan disait :

 

“Humiliez la vie terrestre, car elle est plus généreuse lorsqu’elle est humiliée.”

 

-Al Hassan disait :

 

“Le croyant est un prisonnier de la vie terrestre qui s’empresse de se libérer, il ne sera n paix qu’après avoir rencontré son Seigneur.”

 

-Al Hassan disait :

 

“Au petit matin, quatre choses incombent à l’individu :

l’amour d’Allah, soit-Il élevé,

l’amour de la religion d’Allah,

l’amour de l’au-delà

et la haine de la vie terrestre.”

 

-Un homme lui dit :

 

“Ô Abû Sa`id ! Que penses-tu de la vie terrestre ?”

Il répondit : “Que puis-je penser d’une demeure où ce qui est licite en elle [conduit à] un jugement et ce qui est illicite en elle [conduit] au châtiment?”

L’homme dit alors : “Par Allah ! Je n’ai pas vu de propos aussi concis que les tiens.”

Al Hassan dit alors : “Oh que non ! Les propos de `Umar ibn `Abd al `Aziz étaient plus concis et plus éloquent que les miens, [et ce] lorsque le gouverneur de Hims lui écrivit [pour l'informer] que les murailles de celle-ci s’étaient effondrées et qu’elles avaient besoin d’être rénovées, il lui répondit : Fortifie ta ville avec la justice et nettoie-la de l’injustice, tu la protègeras des dangers et tu lui procureras la paix.”

 

-Il disait :

 

“On rapporte qu’Allah a révélé à la vie terrestre : Celui qui Me sert, sers-le, et celui qui te sert, utilise-le.”

 

Paroles tirées du chapitre IV du livre d’ibn al Jawzi - Al Hassan al Basri : sa piété, sa sagesse, sa dévotion, son ascétisme et ses sermons – éd. SABIL pages 70-87

copié de talibat-ul-3ilm.blogspot.com

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر