Abandonner la prière de vendredi à cause du travail

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Abandonner la prière de vendredi à cause du travail

La question :

 

Certains services privés obligent leurs fonctionnaires à assurer une permanence dans leurs entreprises le vendredi.

 

Devraient-ils alors faire la prière du Dhouhr (prière de midi) ou accomplir la prière du vendredi ?

 

S’ils sont enjoints de faire la prière du Dhouhr, devraient-ils l’accomplir en groupe ? 

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Ceci dit :

 

Sachez que la prière du vendredi est un devoir individuel envers chaque homme musulman libre, sain, pubère, résident, pouvant se déplacer pour y assister et n’ayant pas d’excuses valables lui autorisant de ne pas y assister.

 

Ceci fait l’unanimité, car Allâh a dit :

 

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِذَا نُودِي لِلصَّلاَةِ مِن يَوْمِ الْجُمُعَةِ فَاسْعَوْا إِلَى ذِكْرِ اللهِ وَذَرُوا الْبَيْعَ ذَلِكُمْ خَيْرٌ لَّكُمْ إِن كُنتُمْ تَعْلَمُونَ - الجمعة : 9

 

Le sens du verset :

 

Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la prière du jour du Vendredi, accourez à l’invocation d’Allâh et laissez tout négoce [1]. Cela est bien meilleur pour vous, si vous saviez!﴿ [El-Djoumou`a (Le Vendredi) : 9].

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Que les gens ne laissent jamais la prière de vendredi, sinon, Allâh mettra un sceau sur leurs cœurs, puis ils seront inscrits parmi les distraits» [2].

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit aussi :

 

«Celui qui abandonne la prière de vendredi trois fois par négligence, Allâh mettra un sceau sur son cœur» [3].

 

Ceci dit, il est valable d’accomplir la prière de vendredi en tous lieux, que ce soit en ville, en village, dans une mosquée, dans une construction élaborée à cet effet ou dans un espace qui y est annexe.

 

Donc, la prière de vendredi fait partie de l’ensemble des prières à l’unanimité, et elle ne peut prendre le statut des autres actes que s’il y a une preuve établissant l’exception, car le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«On m’a fait la terre un lieu de prière et un moyen de purification» [4].

 

`Omar Ibn El-Khattâb رضي الله عنه a envoyé une lettre aux gens de Bahreïn en leur disant :

 

« Accomplissez la prière de vendredi où que vous soyez » [5].

 

Ce propos englobe tous les endroits, comme il comprend également les nomades, tel qu’il est rapporté par les Compagnons du Prophète صلى الله عليه وسلم .

 

Cependant, s’il n’est pas possible d’assister à la prière de vendredi pour une raison donnée, il y a lieu de dire qu’il a été sus-cité que parmi les conditions de l’obligation d’assister à la prière de vendredi est que la personne n’ait pas d’excuses valables justifiant son abandon ; en somme, toute personne susceptible de subir un mal ou un dommage en se rendant à la mosquée pour l’accomplir est comptée parmi les gens ayant des excuses valables, conformément au hadith où le Prophète  صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Celui qui entend l’appel à la Prière et ne vient pas prier, sa prière ne sera pas valide sauf s’il a une excuse (valable)» [6].

 

Par ailleurs, l’excuse valable, consistant dans la difficulté, le besoin et la nécessité, qui est la cause de l’autorisation [de ne pas assister à la prière de vendredi], est une chose relative et non pas absolu.

 

Ainsi, la détermination de l’excuse valable dépend de l’effort personnel ; la personne est laissée à sa foi et à sa piété pour la délimiter, car tout être religieusement responsable est connaisseur de sa propre personne ; donc, il sait quand est-ce qu’il recoura à l’autorisation, tout en tenant compte des limites assignées par la Charia.

 

En outre, et à titre d’information complémentaire, il y a lieu de dire que ledit hadith indique – aussi – que parmi les conditions de l’obligation de la prière de vendredi et de la prière en groupe est le fait d’entendre l’appel à la prière.

 

Ceci englobe forcément celui qui se trouve à l’extérieur d’une agglomération et, à plus forte raison, celui qui se trouve à l’intérieur.

 

Du reste, ce qui doit être tenu au compte en ce qui concerne l’écoute de l’appel à la prière est que le muezzin ait une haute voix, qu’il n y ait pas de bruit [empêchant l’écoute], que le vent soit paisible et que tout autres empêchements soient inexistants.

 

Ceci dit, il est établi en science de jurisprudence que ceux pour qui la prière de vendredi n’est pas obligatoire, et n’y ont pas assisté, doivent l’accomplir en tant que prière de Dhouhr.

 

Le savoir parfait appartient à Allah, et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué, et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

[1] Laissez tout négoce : abandonnez toutes vos occupations pour pouvoir accomplir votre devoir religieux.

[2] Rapporté par Mouslim, chapitre du «Vendredi», de la gravité du péché commis en négligeant la prière et le prône de vendredi, Ed-Dârimi, chapitre de «La prière», concernant celui qui abandonne la prière de vendredi sans excuse valable et El-Baghawi dans «Charh Es-Sounna», chapitre du «Vendredi», concernant la menace pesant sur celui qui abandonne la prière de vendredi sans excuse valable, par l’intermédiaire d’Abou Hourayra .

[3] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de «La prière», concernant la classification des traditions relatives au vendredi, de l’avertissement de la négligence de la prière de vendredi. Ce hadith est aussi rapporté par Et-Tirmidhi, chapitre du «Vendredi», concernant la négligence de la prière de vendredi sans excuse valable, par Ibn Mâdjah, chapitre de «L’établissement de la prière et l’application de la Sounna en prière», concernant ce qui est rapporté au sujet de celui qui abandonne la prière de vendredi sans excuse valable, par Ahmed (3/424-425) et par Ibn Hibbâne, chapitre de «La prière», concernant la prière de vendredi (hadith 2775), par l’intermédiaire d’Abou El-Djâ`d Ed-Dhamri . Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans « Sahîh Et-Targhîb Wet-Tarhîb »  (hadith 727).

[4] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre de « La prière », concernant le propos du Prophète صلى الله عليه وسلم :

«On m’a fait la terre un lieu de prière et un moyen de purification»

et Mouslim, chapitre des «Mosquées et des endroits de la prière», par l’intermédiaire de Djâbir .

[5] Rapporté par Ibn Abi Chaybah, concernant celui qui dit que la prière de vendredi est valable dans les villages et ailleurs. El-Albâni a dit dans «Ed-Da`îfa» : Sa chaîne de narration est authentique selon les conditions établies par les deux Cheiks (El-Boukhâri et Mouslim).

[6] Rapporté par Ibn Mâdjah, chapitre des «Mosquées et de la prière en groupe», concernant l’avertissement de la négligence de la prière en groupe, par Ibn Hibbâne, chapitre de «La prière», concernant la prescription de la prière en groupe et les excuses valables justifiant le fait de ne pas y assister, et par El-Hâkim, chapitre de «La prière» (1/363). Voir : «El-Irwâ'» (2/337), «Tamâm El-Minna» (hadith 367) et «Sahîh Et-Targhîb Wet-Tarhîb» (1/301) (hadith 436).

 

Fatwa n°: 51

 Publié par ferkous.com

في حكم تركِ صلاة الجمعة لعذرٍ
السؤال : 
بعضُ المَصالِحِ الخاصَّةِ تُوجِبُ على عُمَّالِها البقاءَ يومَ الجمعةِ للمُداوَمةِ في مُؤسَّستِها، فهل يُصلُّون ظُهْرًا أم جمعةً؟ وإِنْ كان الأوَّلَ فهل يجب أَنْ يُصلُّوها جماعةً؟ وجزاكم الله خيرًا
الجواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على مَن أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أمَّا بعد
فاعْلَمْ أنَّ صلاةَ الجمعةِ فرضُ عَيْنٍ على المسلمِ الْحُرِّ العاقلِ البالغِ المُقيمِ القادرِ على السعيِ إليها الخالي مِن الأعذارِ المُبيحةِ للتخلُّفِ عنها باتِّفاقٍ؛ لقولِه تعالى

يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓاْ إِذَا نُودِيَ لِلصَّلَوٰةِ مِن يَوۡمِ ٱلۡجُمُعَةِ فَٱسۡعَوۡاْ إِلَىٰ ذِكۡرِ ٱللَّهِ وَذَرُواْ ٱلۡبَيۡعَۚ ذَٰلِكُمۡ خَيۡرٞ لَّكُمۡ إِن كُنتُمۡ تَعۡلَمُونَ - ٩  الجمعة

، ولقوله صلَّى اللهُ عليه وسلَّم

«لَيَنْتَهِيَنَّ أَقْوَامٌ عَنْ وَدْعِهِمُ الْجُمُعَاتِ، أَوْ لَيَخْتِمَنَّ اللهُ عَلَى قُلُوبِهِمْ ثُمَّ لَيَكُونُنَّ مِنَ الْغَافِلِينَ»

(١)

، ولقوله صلَّى اللهُ عليه وسلَّم: «مَنْ تَرَكَ ثَلَاثَ جُمَعٍ تَهَاوُنًا بِهَا طَبَعَ اللهُ عَلَى قَلْبِهِ»

(٢)

هذا، والجمعةُ تصلح تأديتُها في جميعِ الأماكنِ سواءٌ في مصرٍ أو قريةٍ أو مسجدٍ أو أبنيةِ بلدٍ، أو الفضاءِ التابعِ لها؛ فالجمعةُ مِن جنسِ الصلواتِ إجماعًا؛ فهي لا تختصُّ بحكمٍ عن غيرِها إلَّا ما استثناهُ الدليلُ؛ لقولِه صلَّى اللهُ عليه وسلَّم

«وَجُعِلَتْ لِي الأَرْضُ مَسْجِدًا وَطَهُورًا»

(٣)

، وقد كَتَبَ عُمَرُ بنُ الخطَّاب رضي الله عنه إلى أهلِ البحرين أَنْ

«جَمِّعُوا حَيْثُ كُنْتُمْ»

(٤)

، وهو شاملٌ لكُلِّ الأماكنِ حتَّى أهلِ المياهِ على نحوِ ما صحَّ به الأثرُ عن صحابةِ رسولِ الله صلَّى اللهُ عليه وسلَّم.
فإِنْ تَعَذَّرَ إقامتُها لسببٍ أو لآخَرَ فقَدْ تَقَدَّمَ أنَّ مِن شرطِ وجوبِ الجمعةِ أَنْ يكونَ الساعي لها خاليًا مِن الأعذار المُبيحةِ للتخلُّفِ عنها، وفي الجملةِ كُلُّ مَن تَلْحَقُه مفسدةٌ أو مَضَرَّةٌ أو حَرَجٌ عند السعيِ إليها فهو معدودٌ مِن أهل الأعذار؛ عملًا بقوله صلَّى الله عليه وسلَّم

«مَنْ سَمِعَ النِّدَاءَ فَلَمْ يَأْتِهِ فَلَا صَلَاةَ لَهُ إِلَّا مِنْ عُذْرٍ»

(٥)

. والعذرُ المتمثِّلُ في المَشَقَّةِ والحاجةِ والضرورةِ الذي هو سببُ الرخصةِ أمرٌ إضافيٌّ نسبيٌّ لا أَصْلِيٌّ، يرجع تقديرُه إلى اجتهادِه الشخصيِّ ووُسْعِه وطاقتِه الخاصَّة، وهو موكولٌ إلى دينِه وإيمانِه ووَرَعِه وتقواهُ في اعتبارِه؛ فكُلُّ مُكلَّفٍ فَقِيهُ نَفْسِهِ في الأخذِ بالرخصة، ما لم يَجِدْ فيها حدًّا شرعيًّا فيقفُ عنده.
وتتميمًا للفائدة فإنَّ الحديثَ السابقَ يُفيدُ ـ أيضًا ـ أنَّ مِنْ شرطِ وجوبِ الجمعةِ والجماعةِ سماعَ النداء، وهو شاملٌ ـ بالضرورة ـ المُتواجِدَ خارِجَ البلدِ فضلًا عمَّن بداخلِه، والاعتبارُ في سماعِ النداءِ أَنْ يكونَ المؤذِّنُ صيِّتًا، والأصواتُ هادئةً، والرياحُ ساكنةً، والعوارضُ مُنْتَفِيَةً
هذا، وممَّا تَقرَّرَ فقهًا: أنَّ مَن لا تجب عليه الجمعةُ ولم يَحْضُرْها يُصلِّيها ظهرًا جماعةً إِنْ تَيسَّرَ له ذلك، وأقَلُّ الجماعة في الصلاة اثنان، ويشهد لذلك حديثُ مالك بنِ الحويرث رضي الله عنه عن النبيِّ صلَّى الله عليه وسلَّم قال

«إِذَا حَضَرَتِ الصَّلَاةُ فَأَذِّنَا وَأَقِيمَا، ثُمَّ لِيَؤُمَّكُمَا أَكْبَرُكُمَا»

(٦)

، فإِنْ تَعَذَّرَ عليه ذلك فلْيُصَلِّها مُنْفرِدًا ولا يُؤَخِّرْها عن وقتها الشرعيِّ
والعلمُ عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على نبيِّنا محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، وسلَّم تسليمًا
الجزائر في: ٢٤ شعبان ١٤٢٢ﻫ
الموافق ﻟ: ٤ نوفمبر ٢٠٠١م

(١)

أخرجه مسلمٌ في «الجمعة» (٨٦٥) مِن حديثِ ابنِ عمر وأبي هريرة رضي الله عنه
(٢)

أخرجه أبو داود في «تفريع أبواب الجمعة» باب التشديد في تركِ الجمعة (١٠٥٢)، والترمذيُّ في «الجمعة» بابُ ما جاء في تركِ الجمعة مِن غيرِ عذرٍ (٥٠٠)، والنسائيُّ في «الجمعة» باب التشديد في التخلُّف عن الجمعة (١٣٦٩)، وابنُ ماجه في «إقامة الصلاة والسنَّة فيها» بابٌ فيمَنْ تَرَكَ الجمعةَ مِن غيرِ عذرٍ (١١٢٥)، مِن حديث أبي الجعد الضَّمْريِّ رضي الله عنه. والحديث صحَّحه الألبانيُّ في «صحيح الترغيب والترهيب» (٧٢٧).
(٣)

أخرجه البخاريُّ في «الصلاة» بابُ قول النبيِّ صلَّى الله عليه وسلَّم: «جُعِلَتْ لِيَ الأَرْضُ مَسْجِدًا وَطَهُورًا» (٤٣٨)، ومسلمٌ في «المساجد ومواضع الصلاة» (٥٢١)، مِن حديث جابرٍ رضي الله عنه.
(٤)

أخرجه ابنُ أبي شيبة في «مصنَّفه» (٥٠٦٨) مِن طريق أبي هريرة رضي الله عنه. قال الألبانيُّ في «السلسلة الضعيفة» (٢/ ٣١٨): «إسناده صحيحٌ على شرط الشيخين».
(٥)

أخرجه أبو داود في «الصلاة» بابٌ في التشديد في تركِ الجماعة (٥٥١)، وابنُ ماجه ـ واللفظُ له ـ في «المساجد والجماعات» باب التغليظ في التخلُّف عن الجماعة (٧٩٣)، مِن حديث ابنِ عبَّاسٍ رضي الله عنهما. وانظر: «الإرواء» (٢/ ٣٣٧) و«تمام المنَّة» (٣٦٧) و«صحيح الترغيب والترهيب» (١/ ٣٠١) رقم: (٤٣٦) كلُّها للألباني.
(٦)

أخرجه البخاريُّ في «الأذان» باب: اثنان فما فوقهما جماعةٌ (٦٥٨)، ومسلمٌ في «المساجد ومواضع الصلاة» (٦٧٤)، مِن حديث مالك بنِ الحويرث رضي الله عنه

Cliquez pour agrandir

 

Cliquez pour agrandir

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Partager cet article

Radio Quran en live sur son pc

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Radio Quran en live sur son pc

- Clique droit sur l'image de fond d'écran de votre pc

 

- cliquer sur nouveau

 

- cliquer en suite sur raccourci

 

- Puis marquer dans la barre de la page qui s'affiche

            mms://50.22.223.13/radio

 

- Renommer et cliquer sur suivant puis terminer 

Partager cet article

La langue arabe est l’essence même de l'islam et son apprentissage est une obligation religieuse

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La langue arabe est l’essence même de l'islam et son apprentissage est une obligation religieuse

...Sachez que le fait d’être habitué à s’exprimer dans une langue par accoutumance agit avec une grande influence sur notre cerveau et sur notre comportement mais également sur notre pratique de la religion de façon évidente

 

Il en résulte, de ce fait, la recherche d’une certaine identité vis-à-vis du «tronc» de cette communauté qui sont [les premières générations] d’entres les Compagnons et ceux qui les ont suivi. 

 

Ce rapport ne fera qu’améliorer notre raisonnement, la pratique de la religion et notre comportement. 

 

De plus, la langue arabe est l’essence même de l'Islam et son apprentissage est une obligation religieuse.

 

En effet, la compréhension du Coran et de la Sounna est obligatoire et cela n’est possible qu’en ayant compris la langue arabe au préalable, c'est-à-dire que les moyens qui sont nécessaires pour accomplir ce devoir religieux deviennent eux aussi obligatoires. 

 

Il y a parmi ces obligations, celles qui sont propre à tout individu [fard 'ayan] et d'autres qui concernent la communauté [fard kifâya] et donc, si certaines personnes les accomplissent le reste en est exempté. 

 

C'est la signification de ce qu’a relaté Abou Bakr Ibn Abî Shaybah qui a dit :

 

«' Issa Ibn Younes nous a dit que Thawr a dit de 'Omar Ibn Yazid que 'Omar a écrit à Abou Moussa Al Ash'ari, qu’Allah l’agrée, pour lui dire :

 

"Apprenez la Sounna et apprenez l'arabe ; Analysez (grammaticalement) le Coran car il est en arabe". 

 

Selon un autre hadith rapporté par 'Omar, qu’Allah l’agrée, il a dit :

 

"Apprenez l'arabe car elle fait partie de votre religion, et apprenez les sciences de l'héritage car ceci fait partie de votre Religion". 

 

وقال شيخ الإسلام ابن تيمية –رحمه الله - : واعلم أن اعتياد اللغة يؤثر في العقل ، والخلق ، والدين تأثيرا قويا بينا، ويؤثر أيضا في مشابهة صدر هذه الأمة من الصحابة والتابعين، ومشابهتهم تزيد العقل والدين والخلق. 

وأيضا فإن نفس اللغة العربية من الدين ، ومعرفتها فرض واجب، فإن فهم الكتاب والسنة فرض، ولا يفهم إلا بفهم اللغة العربية، وما لا يتم الواجب إلا به فهو واجب . 

ثم منها ما هو واجب على الأعيان، ومنها ما هو واجب على الكفاية. 

وهذا معنى ما رواه أبو بكر بن أبي شيبة حدثنا عيسى بن يونس عن ثور عن عمر بن يزيد قال كتب عمر إلى أبي موسى الأشعري رضي الله عنه أما بعد فتفقهوا في السنة وتفقهوا في العربية وأعربوا القرآن فإنه عربي. 

وفي حديث آخر عن عمر رضي الله عنه أنه قال تعلموا العربية فإنها من دينكم وتعلموا الفرائض فإنها من دينكم 

وهذا الذي أمر به عمر رضي الله عنه من فقه العربية وفقه الشريعة يجمع ما يحتاج إليه لأن الدين فيه فقه أقوال وأعمال ففقه العربية هو الطريق إلى فقه أقواله وفقه السنة هو الطريق إلى فقه أعماله

(اقتضاء الصراط المستقيم   1/424)

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

Invocation après avoir fermé les yeux du mort - الدُّعاءُ عندَ إغماضِ المَيِّتِ (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Invocation après avoir fermé les yeux du mort - الدُّعاءُ عندَ إغماضِ المَيِّتِ (vidéo)

"Ô Seigneur ! Pardonne à untel [le nommer], élève son rang parmi les bien-guidés, procure-lui un successeur dans sa descendance, pardonne-nous et pardonne-lui, ô Seigneur et Maitre des mondes ! Elargis-lui sa tombe et remplis-la de lumière."

 

Allâhumma ghfir lahu (citer son nom) wa rfah darajatahu fî-l-mahdiyyîna, wa khlufhu fî haqibihi fî-l-ghâbirîna. Wa ghfir lanâ wa lahu, yâ rabba-l-hâlamîna, wa fsah lahu fî qabrihi wa nawwir lahu fîhi.

 

Partager cet article

Poser les chaussures à l'envers

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Poser les chaussures à l'envers

Question :

 

Certains hommes âgés disent qu'il n'est pas permis de poser les chaussures à l'envers car elles font face à Allah.

 

Ces paroles sont-elles vraies ?

Qu'Allah vous rétribue.

 

Réponse :

 

Le fait de poser les chaussures à l'envers révèle de la malpropreté et est un acte réprouvé, car il se peut que celui qui porte les chaussures a foulé des saletés.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 3 de la Fatwa numéro ( 14468 )

(Numéro de la partie: 26, Numéro de la page: 303)

copié de alifta.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Aucune excuse pour celui qui s’est égaré tout en croyant qu’il a emprunté une bonne voie... !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Aucune excuse pour celui qui s’est égaré tout en croyant qu’il a emprunté une bonne voie... !

‘Umar Ibn al-Khattâb رَضِي اللهُ عَنْهُ a dit :

 

«Il n’y a aucune excuse pour celui qui s’est égaré tout en croyant qu’il a emprunté une bonne voie, ni même pour celui qui a abandonné la bonne voie, en pensant que celle-ci est un égarement.

Certes les ordres [d'Allâh et de Son Prophète صلى الله عليه وسلم] ont été rendus clairs [al-Baynat], les preuves ont été authentifiées, l’excuse n’est plus valable.»

 

[Charh as-Sounnah de l'imam al-Barbahari nº4- Al-Ibanah de ibn Battah nº162 - L'isnad est coupée.

Voir aussi As-Sounnah de l'imam al-Marouzi nº97 qui attribue un athar similaire à 'Umar ibn AbdelAziz]

 

قَالَ عُمَرُ بْنُ الجَطَّابِ رَضِي اللهُ عَنْهُ

لَا عُذْرَ لِأَحَدٍ فِي ضَلَالَةٍ رَكِبَهَا حَسِبَهَا هُدًى. وَلَا هُدًى تَرَكَهُ حَسِبَهُ ضَلَالَةً، فَقَدْ بُيِّنَتِ الأُمُورُ وَثَبَتَتِ الحُجَّةُ وَانقَطَعَ العُذْرُ

شرح السنة للإمام البربهاري رقم 4 ـ الإبانة لابن بطة رقم 162 : وإسناده منقطع

وأخرج الإمام المروزي في السنة رقم 97 عن عمر بن عبد العزيز قال : لا عذر لأحد بعد السنة في ضلالة ركبها يحسب أنها هدى]ـ

 

copié de citationssalafssalih.com

Partager cet article

Conseil à tous ceux qui disposent d'une petite part dans la science‏

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Conseil à tous ceux qui disposent d'une petite part dans la science‏

La question :

 

Quel est votre conseil aux personnes qui accusent les étudiants en science salafis de fanatisme envers leurs machayikh du fait qu'ils acceptent les critiques de leurs machayikh vis à vis de certains contemporains qui contredisent la voie des pieux prédécesseurs ?

 

La réponse :

 

Mon conseil à ceux qui disposent d'une petite part dans la science est :

 

-qu'ils préservent leurs langues contre le fait de porter atteinte aux étudiants en sciences salafis,

 

-et contre le fait de manger leurs viandes avec des critiques blessantes comme le fait qu'ils les accusent de fanatisme bâtit sur le suivi aveugle et d'appartenir à un parti

 

Et qu'ils sachent que les étudiants en sciences ont :

 

-des machayikh de qui ils prennent la science,

 

-de qui ils apprennent les recommandations,

 

-et ils rapportent d'eux ce qu'ils ont appris chez eux parmi les règles de la législation et parmi les questions scientifiques car ils ont confiance en eux.

 

Et ceci est la coutume entre le savant et l'apprenti depuis l'envoi du Prophète Mohamed -salla Allah wa salama- jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Et parmi les sujets qui font partie de la science que reçoivent les étudiants en sciences de leurs savants :

 

-la science de la critique et de l'éloge

 

-la connaissance de la sounna et de l'innovation

 

Et les étudiants en sciences propagent ce qu'ils ont su et maîtrisé sur les gens et ceci avec véracité et loyauté, avec narration et savoir.

 

Il est interdit à quiconque de leur dire : "vous êtes des fanatiques de vos machayikhs" quand ils rapportent de leurs machayikhs la critique des majrouhin (personnes critiquées) et l'éloge des dignes de confiance vertueux.

 

Et comme ceci quand ils ramènent des savants que certains des gens de la sounna ont évoqué des gens de l'innovation, ils ne doivent en rien être blâmé dans ceci.

 

Et ceci ne fait partie en rien du fanatisme blâmable.

 

Et il faut prendre prendre garde de manière appuyée contre le fait de critiquer celui qui détient la vérité sans aucune preuve rationnelle ou religieuse.

 

لسؤال : ما نصيحتكم لمن يرمي طلبة العلم السلفيين بالتعصب لمشايخهم بسبب قبولهم لجرحهم لبعض المعاصرين من المخالفين لمنهج السلف؟

الجواب : نصيحتي لمن قلّ نصيبهم من العلم أن يحفظوا ألسنتهم من الوقوع في أعراض طلاّب العلم السلفيين ، وأكل لحومهم بالإنتقادات الجارحة ، كرميهم لهم بالتعصب الذميم القائم على التقليد الأعمى ، وعلى الانتماء ، وليعلم هؤلاء أن لطلاب العلم مشايخ يأخذون عنهم العلم ، ويحفظون وصاياهم ، ويروون عنهم ما حفظوه عنهم من أحكام الشرع ، ومسائل العلم الشرعي لثقتهم فيهم ، وذلك دأب العالم والمتعلم من يوم البعثة المحمدية إلى يوم القيامة ، ومن جملة مسائل العلم التي يتلقّاها طلاب العلم عن مشايخهم علم الجرح والتعديل ، ومعرفة السنة والبدعة ، وينشرون ما علموه وأتقنوه في الناس بصدق وأمانة ، ورواية ودراية ، فلا يجوز لأحد أن يقول لهم : أنتم متعصبون لمشايخكم ، عندما ينقلون عن مشايخهم جرح المجروحين وتعديل الأمناء العدول الصالحين ، وهكذا إذا نقلوا عنهم فذكر قوم من أهل السنة قوما من أهل البدع فلا تثريب عليهم في ذلك كله ، وليس من التعصب المذموم في شيء ، فالحذر الحذر من انتقاد المحقّ بدون برهان من عقل أو نقل

المصدر : الأجوبة الأثرية عن المسائل المنهجية 106 

 

Al ajwiba al athariya 'an al massa'il al minhajiya (page106)

copié de daahwaassalafiyat.over-blog.com

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Retrousser son pantalon pour la prière s’il est en dessous des chevilles - حكم إسبال الثوب (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Retrousser son pantalon pour la prière s’il est en dessous des chevilles - حكم إسبال الثوب (audio-vidéo)

 

Question :

 

Quel est le jugement sur le fait de lever ou de retrousser son pantalon pour la prière s’il est en dessous des chevilles ?

 

Réponse :

 

Obligatoire !

 

Si le pantalon ou le qamis ou le izar pend en dessous des chevilles, l’homme tombe dans un péché, et ceci n’est pas spécifique à la prière mais plutôt cela est général pour le temps.

 

Comme il apparait dans le hadith :

 

لا ينظر الله إلى رجل جر ثوبه خيلاء

 

«Allaah ne regardera pas celui qui laisse trainer son vêtement par arrogance».

 

Si une personne vient avec une tentative de rester neutre en disant : je ne laisse pas trainer mon vêtement par arrogance mais plutôt car c’est normal ou habituel, alors amenez lui la preuve avec l’autre hadith, la parole du messager d’Allaah عليه الصلاة والسلام :

 

ما أسفل من الكعبين ففي النار

 

«tout ce qui dépasse les chevilles est dans le feu»

 

Donc il n’a pas dit : «par arrogance» !

 

Ni il n’a restreint cela à une condition ou une description, dès lors il y a deux châtiments pour celui qui laisse trainer son vêtement, l’un d’entre eux est plus dur que l’autre, bien que les deux soit durs ; celui qui laisse trainer son vêtement par arrogance ou par dédain ou par fierté, Allaah ne le regardera pas le jour du jugement, -Allaah ne le regardera pas- afin de le rabaisser, comme un châtiment pour lui car il a été arrogant et dû à sa compétition avec Allaah pour un attribut qui n’appartient pas à la création mais plutôt qui appartient seulement au créateur. 

 

Comme apparait dans le hadith al qodossi Allaah عز وجل a dit :

 

العظمة إزاري والكبرياء ردائي، فمن نازعني واحدة عذبته بالنار

 

«L’orgueil est mon manteau est la grandeur mon habit, et celui qui Me concurrence dans l’un de ces domaines, Je le jetterai en Enfer». 

 

Allaah عز وجل s’est nommé lui-même l’orgueilleux, Il est digne de ce nom comme il apparait dans sourate Al-Hashr (L’exode).

 

Quant à la création il ne leur est pas permis d’être fier, hautain ou arrogant, plutôt il (l’homme) est faible du début à la fin et entre (les deux). 

 

Alors s’il est dit : Je n’ai pas l’intention d’être arrogant mais plutôt c’est juste la coutume des gens alors il y a le second hadith -cité précédemment- :

 

«tout ce qui dépasse les chevilles est dans le feu»

 

Dans le sens la personne qui porte le vêtement, ce récit prouve que cela est un crime et un péché donc celui qui fait cela ; laisser son vêtement trainer sans aucune considération pour cette grave menace alors il est inconscient, il a la cause de sa propre destruction et d’un châtiment dur que son âme est incapable de le supporter et dont le corps est incapable de s’en protéger de lui-même, qui est le feu.

 

 Traduit paminhaj sunna

 

سائل يسأل ما هو حكم رفع أو كف البنطلون في الصلاة إذا كان نازلا علي الكعبين؟

جواب فضيلة الشيخ : واجب! إذا كان البنطلون أو القميص أو السروال أو الإزار إذا نزل أسفل من الكعبين وقع الإنسان في كبيرة من كبائر الذنوب، وليس هذا خاصا بالصلاة، وإنما هو عام في سائر الأوقات، وفي الحديث : "لا ينظر الله إلى رجل جر ثوبه خيلاء" ، وإن تحايل متحايل وقال لا أجره خيلاء وإنما عادة فيُستدل عليه بالحديث الآخر وهو قول النبي عليه الصلاة والسلام : "ما أسفل من الكعبين ففي النار" ولم يقل خيلاء ولم يقيده بحال أو صفة . فهناك عقوبتان لمن يسبل الإزار؛ عقوبة أغلظ -وكلها غليظة- من جر ثوبه خيلاء وتبخترا وتعاظما لا ينظر الله إليه يوم القيامة، إهانة له، وعقوبة له لأنه تكبر ونازع الله في صفة لا يجوز أن تكون للمخلوق، ولكنها للخالق فقط، كما في الحديث القدسي، يقول الله عز وجل

"العظمة إزاري والكبرياء ردائي، فمن نازعني واحدة عذبته بالنار"

وسمى الله عز وجل نفسه المتكبر، وهو أهلٌ لذلك، كما في سورة الحشر، أما المخلوق فلا يجوز له أن يتبختر ويتكبر ويتعاظم، فهو ضعيف بدءًا ونهاية وفيما بين ذلك. ثم إن قال لا أريد الخيلاء وإنما كعادة الناس فإن الحديث الثاني "ما أسفل من الكعبين فهو في النار" -أي صاحبه- يدل على أنه جريمة منكرة وأنه كبيرة من كبائر الذنوب، وأن من فعل ذلك أسبل ولا يبالي بالوعيد الشديد فهو سفيه، قد تسبب في هلاك نفسه والعقوبة الغليظة التي لا تطيقها الأرواح ولا تطيقها الأجسام وهي النار

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Suivre la vérité et non les hommes

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Suivre la vérité et non les hommes

"لاتعرف الحق بالرجال، ولكن اعرف الرجال بالحق"

 

Le seul homme qu’il incombe de suivre en tout et pour tout est le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui), l’infaillible, qui ne parle pas sous l’effet de la passion.

 

Allah a dit à son sujet (traduction relative et approchée) :

 

"...Et il ne prononce rien sous l’effet de la passion ; Ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée"  S53 V3-4 

 

En effet aucun autre homme, même le plus savant, n’est exempt d’erreur.

 

Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : 

 

« Tous les fils d‘Adam se trompent et les meilleurs d‘entre eux sont ceux qui se repentent“

Rapporté par Ahmad, ibn Majah et Tirmidhi. Sa chaîne de transmission est authentique. 

 

La position à adopter est alors la suivante : Prendre leurs dires lorsqu’ils sont conformes aux textes : C’est à dire le Coran, la Sounnah, tels qu’ils furent compris par nos prédécesseurs vertueux et rejeter leurs dires lorsqu’ils vont à leur encontre.

 

En effet il faut privilégier la Sounnah authentique du Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) sur l’avis de quiconque, quel que soit son niveau. 

 

L’imam Ahmad (rahimahûllah) disait à ce sujet :

 

« Ne me suivez pas en tout et pour tout (on appelle cela «et-Taqlid »), ni même Malek ou ech Chafi'i ou eth Thawri, mais apprenez comme nous avons appris !»

Rapporté par Saleh fils de l’imam Ahmad, cité dans les Fatawa de ibn Taymiya et dans I’lam el Mouaki’in de ibn el Qayim.

 

Ainsi ‘Ali ibn abi Taleb (radhi Allahû 'anhû) disait :

 

« Tu ne reconnaîtras pas la vérité par les hommes (c’est-à-dire en suivant un homme en particulier), mais sache la vérité et tu reconnaîtras les hommes qui suivent la vérité (la vérité c’est la preuve du Coran de la Sounnah et de l’ensemble des compagnons)».

 

L’imam ech-Chafi’i (rahimahûllah) disait :

 

« Il n’est pas permis à celui qui prononce des décrets religieux de se baser sur mes propos tant qu’il ne sait pas d’où je les ai puisés » 

(c’est-à-dire de vérifier la conformité de ses propos avec la Sounnah authentique)".

 

Et tous les savants sont unanimes pour dire :

 

« Lorsqu’un texte authentique contredit nos paroles, alors délaissez nos paroles et pratiquez les textes ».

 

Pourquoi alors, certains s’obstinent-ils encore à suivre aveuglement des savants ou bien une école en prétendant que cela est une obligation ?! 

 

Je tiens tout de même à ajouter que si les savants ne sont pas à l’abri de l’erreur, il n’en reste pas moins que se sont ceux qui craignent le plus Allah, et ceux qui conseillent le mieux la communauté et le fait qu’ils puissent revenir sur leurs propres propos est un signe d’honnêteté qui est tout à leur honneur. 

 

Un jour el Hassan ibn Zyad fut interrogé sur un sujet et la réponse qu’il donna était fausse ; Malheureusement il ne se rappelait plus qui l’avait interrogé, alors il engagea une personne pour dire à haute voix parmi les gens : 

 

« Hassan ibn Zyad fut interrogé tel et tel jour sur une question et il s’est trompé, alors que celui qui l’a questionné aille le voir !». 

 

Ainsi pendant plusieurs jours, il s’est abstenu de faire des Fatwas aux gens jusqu’à ce qu’il retrouva celui qui l’avait interrogé et l’informa qu’il s’était trompé et lui donna la bonne réponse.

 Extrait de el Faqih wa el Moutafaqih de El Khatib el Baghdadi. 

 

De toute façon ils resteront récompensés pour leurs efforts !

 

Le Prophète (Paix et bénédiction d'Allah sur lui) a dit : 

 

« Quand le juge prononce un décret et qu’il a fait un effort personnel et qu’il répond correctement, il sera rétribué deux fois, mais s’il fait preuve d’effort et qu’il se trompe, il sera quand même rétribué une fois »

Rapporté par el Boukhari et Mouslim. 

 

Le comportement de celui qui recherche la science (D.Anas Ahmed Karzoun)

Les réponses bénéfiques aux questions concernant les nouveaux minhaj (Cheikh al Fawzan)

La satisfaction de ce qu’ont apporté les imams au sujet de l’ittiba’ (Mouhammad ben Hadi ben ‘Ali el Madkhali) 

Recherche rédigée par oummou Yassir

copié de al.baida.online.fr

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Mise en garde sur Salah Al Moghamissi (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Mise en garde sur Salah Al Moghamissi (vidéo)

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

La récitation n’est que du bien

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La récitation n’est que du bien

Selon ‘Aisha, qu’Allah l’agrée, Le Messager d’Allah, sur lui la paix et la bénédiction, a dit :

 

" Celui qui récite le Coran avec habileté (1) sera en compagnie des pieux et nobles anges écrivains.

Quant à celui qui bégaie (2) en lisant le Coran, parce qu’il a du mal à le faire, il sera doublement récompensé.(3)(4)."

hdfh

-Celui qui récite le Coran avec habileté

 

C’est une immense bonne nouvelle, pour celui qui apprend le Coran, le récite à la perfection et en multiplie la récitation, jusqu’à ce qu’il le fasse avec habileté, de savoir qu’il sera en compagnie des anges écrivains, qui sont les envoyés qu’Allah Tout Puissant détache pour guider les gens, ou les anges rapprochés, parce qu’ils se caractérisent par la qualité qui les honore : ils portent le Livre d’Allah le Très Haut, le transmettent et multiplient le rappel d’Allah le Très Haut. (5)

 

-Celui qui est doublement récompensé

 

La grâce d’Allah le Très Haut, Sa générosité et Sa facilitation du Coran pour les musulmans, font que, celui qui se tourne vers le Sublime Coran pour le psalmodier et le méditer, aura droit à une grande récompense auprès d’Allah le Très Haut.

 

Cela ne fait pas de différence, qu’il lise le Coran habilement ou qu’il le fasse en bégayant, qu’il se donne beaucoup de peine et qu’il trouve la lecture ardue, dans lequel cas il aura droit à deux récompenses : l’une pour la lecture et l’autre pour la difficulté.

 

Cela signifie-t-il que celui qui a deux récompenses est mieux rétribué que celui qui récite le Coran habilement ?

 

L’imam al-Nawawi, qu’Allah lui fasse miséricorde, nous donne la réponse à cette interrogation (6) :

 

"Cela ne signifie pas que celui qui bégaie en lisant le Coran reçoit plus de récompenses que celui qui le récite habilement.

Non !

Ce dernier est supérieur et reçoit une plus grande récompense, car il se trouve en compagnie des anges écrivains et il reçoit beaucoup de récompenses."

 

Il n’a pas mentionné ce statut à l’égard de quelqu’un d’autre.

 

Comment celui qui n’a pas pris soin du Livre d’Allah le Très Haut, de sa mémorisation, de sa maîtrise, de la multiplication de sa lecture et de sa transmission autant que celui qui s’y est intéressé au point d’y exceller, pourra-t-il atteindre ce même rang ?

 

Pour celui qui y excelle, le Coran était tout d’abord ardu.

Puis, il a gravi les échelons au point d’être comparé aux anges. (7)

 

Après tout cela, le musulman accepte-t-il que le Coran lui soit pénible, qu’il rencontre toujours des difficultés dans sa lecture et qu’il le fasse en bégayant ?

 

S’il y a un reproche à faire, il est adressé à ceux qui, par leur propre choix, bégaient dans la lecture du Coran et le trouvent ardu.

 

Ceci s’explique par le fait qu’ils ont un certain niveau d’éducation et de maîtrise de la lecture, ou par le fait qu’ils sont de ceux qui détiennent de grands diplômes universitaires.

 

Ils sont sans aucun doute très négligents dans ce domaine et ceci est imputable à deux raisons, dont la meilleure est mauvaise :

 

-soit qu’ils ont négligé le Livre d’Allah dès le début, s’en sont tenus à l’écart et la lecture leur est alors devenue difficile et pénible. Car on ne peut donner ce que l’on ne possède pas. Ils ne l’ont point appris.

 

-Ou bien ils ont appris la lecture puis s’en sont détournés et l’ont désertée. Le temps a passé, ils ont renoncé à la récompense et par la suite la lecture leur est devenue ardue.

 

Ceux-ci sont en grand danger s’ils ne se ressaisissent pas. Ils ont droit à la plus grande part de la parole du Très Haut (traduction rapprochée) :

 

« Et le messager dit : « Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! » (al-Furqan :30)

 

Dans ce hadith, il y a une forte suggestion qu’il n’appartient pas au musulman, dans n’importe quelle situation, de se détourner de la lecture du Sublime Coran.

 

Qu’il soit de ceux qui maîtrisent, brillent et excellent dans la récitation, ou de ceux qui ont une faible capacité à acquérir cette science en prétextant leur faiblesse pour abandonner la récitation.

 

De toute évidence, la pratique soutenue et les efforts sérieux mèneront vers la lecture excellente.

Peut être même vers une excellente mémorisation par la suite.

C’est une chose éprouvée ; aisée pour celui à qui Allah a donné la facilité et la réussite. (8)

 

(1) Avec brio : parce qu’il est très habile en raison de sa mémorisation complète ; il ne s’arrête ni n’éprouve de difficulté dans sa lecture, parce que sa mémorisation est excellente.

(2) Il bégaie : il hésite dans la récitation parce que sa mémoire est faible.

(3) Il aura deux récompenses : une récompense pour la lecture et une autre pou son bégaiement dans la lecture et la peine qu’il encoure

(4) Rapporté par Muslim, 1/550, hadith 798

(5) Sahih muslim bi sharh al-nawawi, 6/85. Wa rattil al-qur’an tartila, p.19

(6) Sahih muslim bi shrah al-nawawi 6/326

(7) Al-Tidhkar fi afdal al-adhkar, p.83

(8) Anwar al-qur’an, p.93-98

 

La Grandeur du Noble Coran de Mahmud ibn Ahmad ibn Salih al-Dawsary - Page 335-338

copié de rappel01.fr

 

Cheikh Mahmud ibn Ahmad ibn Salih Al-Dowsary - الشيخ محمود بن أحمد الدوسري

Partager cet article

Le comportement adéquat avant de poser une question - أذهب السؤال (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le comportement adéquat avant de poser une question - أذهب السؤال (audio)

Explication en langue française par le frère Hassan Abu Asma - série de cours tirée de la traduction du livre de Sheikh Sâleh Ibn Abdel-Aziz Âl-Cheikh - qu'Allah le préserve - intitulé :

 

" Le comportement adéquat avant de poser une question / Adhab As-Soual  " 

 

donné dans la petite mosquée du Crêt de l'Oeillet (42152 L'Horme) proche de Saint-etienne - pendant le mois de ramadan 2009 (Septembre 2009)...

 

 

 

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Partager cet article

Discréditer les savants revient à rabaisser les prophètes (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Discréditer les savants revient à rabaisser les prophètes (audio-vidéo)

 

Question:

 

La personne dit :

 

De nombreux débats ont eu lieu récemment dans les médias et les journaux et les gens sont tombés soit dans l’exagération soit dans l'insuffisance dans le discours sur les savants et dans leur dénigrement.

 

Réponse :

 

Les savants sont les héritiers des Prophètes !

 

Celui qui dénigre les savants, dénigre également les Prophètes car ils sont les héritiers des Prophètes (Paix et Salut d'Allâh sur eux).

 

Et ils sont les exemples [à suivre]. 

 

Allâh a élevé leur rang. (traduction rapprochée)

 

"Dis: sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas? Seuls les doués d'intelligence se rappellent " [Sourate Az-Zoumar, verset 9]

 

Allâh Tout-Puissant et Exalté dit (traduction rapprochée) :

 

"Allâh élèvera en degrés ceux d'entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir. Allâh est parfaitement connaisseur de ce que vous faites." [Sourate Al-Moujadalah, verset 11]

 

Allâh -Jall wa 'alâ- a élevé le rang des savants.

 

Et Il a dit (traduction rapprochée) :

 

"Parmi ses serviteurs, seuls les savants craignent Allâh " [Sourate Al-Fâtir, verset 28]

 

Et toi, tu les dénigres !

 

C'est une désobéissance envers Allâh Puissant et Exalté et envers Le Messager (Paix et Salut d'Allâh sur Lui).

 

Et si tu dénigres les savants, quels seront les exemples pour les gens ??!!

 

Si tu les dénigres, les gens vont s'éloigner d'eux et de les prendre en exemple et ils cesseront d'apprendre d'eux.

 

C'est un égarement, wa Al 'iyadhoubillah!

 

Ce qui est obligatoire, c'est de respecter les savants.

 

Ce qui est obligatoire, c'est de les prendre en exemple, d'étudier auprès d'eux car il sont les modèles à suivre après les Prophètes (Paix et Salut d'Allâh sur Eux).

 

Na'am...

 

Traduit et publié par sounnah-publication.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article