compteur de visite

Catégories

1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 11:57
La prière surérogatoire à la maison ou à la mosquée ? (vidéo)

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prière - الصلاة
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 11:55
Doit-on délaisser le savant qui éloge un innovateur ? (audio)

 

Question :

 

Doit-on délaisser le savant qui éloge quelques personnes de l'innovation?

 

Réponse :

 

-Premièrement


{C}

Je ne connais pas de savant de la sounna ancien et contemporain qui éloge les gens de l'innovation d'une éloge absolue *.

 

Cela ne fait pas partie de la voie des salafs et s'il s'avérait qu'un savant considére l'éloge des personnes de l'innovation dans l'absolue nous dirons que cela est une erreur et nous ne l'acceptons pas de lui mais nous ne le rendons pas innovateur tant qu'il est droit, honnête dans les fondements de la da3wa salafiya el moubaraka.

 

Donc nous ne rendons pas moubtadi3 celui qui ne défend pas le moubtadi3 et ne s'enfle pas d'orgueil mais celui qui croit que cela est le minhaj celui là est sortit de la sounna à cause de sa bid3a.

 

-Deuxièmement

 

Parfois le sounni éloge un innovateur d'une éloge restreinte comme par exemple un ach3ari qui réplique un rafidy dévoilant l'égarement rafidite.

 

Nous, nous disons de cette personne (le ach3ari) qu'Allah le gratifie, il a eu raison dans cela mais d'une éloge restreinte et non pas générale. na3am.

 

*C'est à dire éloger une personne de l'innovation de façon générale comme par exemple dire "maghrawi est correct" etc....au contraire de l'éloge restreinte comme par exemple dire "ce ach3ari a excellé dans sa réplique sur ce rafidi dans tel ou tel sujet "

 

Traduction Mounir abou ismael

 

 السؤال أحسن الله إليكم هذا سائل يقول: بعض علماء السنة يمدح بعض أهل البدع فهل يهجر هذا العالم ؟

الجوابأولًا: لا أعلم عالم سنة قديمًا أوحديثًا يثني على أهل البدع ثناءً مطلقًا أبدًا، هذا ليس من مسلك السلف وإن صح أن عالمًا له مقامه وله دعوته أثنى على هؤلاء ثناء مطلقًا فنقول هذا خطأ و لا نقبله منه، لكن لا نبدعه ما دام أنه مستقيم على أصول الدعوة السلفية المباركة على المنهج السلفي المبارك لا نبدعه ما لم ينافح عن هذا ويعاند ويعتقده منهجًا فهذا خرج من السنة بركوبه بدعة

ثانيًا: يكون أحيانًا ثناء من سني على مبتدع ثناء مقيدًا كأن يرد مثلًا أشعري على رافضي ويبين مخازي الرافضة فنحن نقول أصاب فلان، شكر الله له أحسن في هذا ثناء مقيد لا ثناء مطلق،نعم

المصدر / موقع ميراث الأنبياء منقول

منتديات الإمام الآجري

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 11:36
Prière de consultation (Salât al-istikhara) pour la femme menstruée (vidéo)

Question :

 

Qu'Allâh vous donne le bien.

 

Comment la femme peut-elle faire la prière al istikhara en période de hayd (menstrue) ? 

 

Réponse :

 

L’invocation n’est pas liée à la purification.

 

L’invocation n’est pas liée à la purification et al-istikhara peut être accomplie sans avoir besoin de faire la prière car c’est une invocation.

 

Puis si elle redevient pure, qu’elle accomplisse 2 unités de prière et qu’elle fasse l’invocation d’al-istikhara.

 

Et si elle a ses menstrues ou ses lochies alors qu’elle invoque avec la dou’a d’al-istikhara sans la prière jusqu'à ce qu’elle redevienne pure.

 

Traduit par minhaj sunna

Retranscrit par Oum Zakarya

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prière - الصلاة
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:50
Est-ce que la femme qui avait commis la fornication doit en informer ceux qui la demandent par la suite en mariage ?

Question :

 

Est-ce que la femme qui avait commis la fornication devait en informer ceux qui la demandaient par la suite en mariage ?

 

Réponse :

 

Elle ne doit rien dire, mais profiter du fait qu’Allah a caché son péché aux gens.

 

Si son mari lui demande, elle doit dire que c’est en batifolant (‘abth) que sa virginité est partie.

 

Al-‘abth c’est s’amuser, jouer, le sheikh veut dire ici que la femme ne doit pas dire à son mari qu’elle a péché par le passé, Allah a couvert son péché et elle doit préserver cette protection qu’Allah a mis entre elle et les gens, comme le Prophète salallahu’ alayhi wasalam a dit :

 

« N’entrera pas au paradis celui dont Allah couvre le péché pendant la nuit et qui le matin venu, va le révéler aux gens ».

 

Si son mari l’interroge, elle doit jouer sur les mots en disant que c’est en s’amusant que sa virginité est partie, cela pouvant aussi bien signifier le rapport sexuel, que la masturbation, ou d’autres activités (cheval, vélo…) qui peuvent conduire à une rupture de l’hymène (il y a même des femmes qui naissent sans hymène, donc cela n’a rien d’étonnant).

 

Nous demandons à Allah qu’Il nous préserve de la fornication et qu’Il accorde aux pécheurs un repentir sincère.

Amin.

 

copié de salafs.com

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:38
Ceux qui détestent et insultent les Compagnons رضي الله عنهم

L’Imâm Al-Bukhârî - qu’Allâh lui fasse miséricorde - a dit :

 

« Toute personne ayant vue ou accompagnée le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - est [considérée] comme l’un de ses Compagnons. »

[Son recueil authentique : livre 62, chapitre « Le mérite des Compagnons du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et sur ces dernier, l’Agrément d’Allâh. »]

 

Lisez attentivement ce qu’Allâh - le Très-Haut - dit à propos des nobles Compagnons (traductions rapprochées) :

 

(Alors, s’ils croient à cela même à quoi vous croyez, ils seront certainement sur la bonne voie. Et s’ils s’en détournent, ils seront certes dans le schisme ! Alors Allâh te suffira contre eux. Il est l’Audient, l’Omniscient.) (2/137)

 

(Vous êtes la meilleure communauté, qu’on ait fait surgir pour les hommes. Vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allâh. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d’entre eux sont des pervers.) (3/110)

 

(Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés (Mecquois) et les Auxiliaires (Médinois) et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allâh les agrée, et ils L’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès !) (9/100)

 

(Il est, parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allâh. Certains d’entre eux ont atteint leur fin, et d’autres attendent encore ; et ils n’ont varié aucunement (dans leur engagement) ;) (33 /23)

 

(Allâh a très certainement agréé les croyants quand ils t’ont prêté le serment d’allégeance sous l’arbre (à Hudaybîyyah près de la Mecque). Il a su ce qu’il y avait dans leurs cœurs, et a fait descendre sur eux la quiétude, et Il les a récompensés par une victoire proche.) (48/18)

 

(Muhammad est le Messager d’Allâh. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d’Allâh grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l’image que l’on donne d’eux dans l’Evangile est celle d’une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s’épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l’émerveillement des semeurs. [Allâh] par eux [les croyants] remplit de dépit les mécréants. Allâh promet à ceux d’entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense.) (48/29)

 

([Il appartient aussi (le butin)] aux émigrés besogneux (réfugiés Mecquois) qui ont été expulsés de leurs demeures et de leurs biens, tandis qu’ils recherchaient une grâce et un agrément d’Allâh, et qu’ils portaient secours à [la cause d’] Allâh et à Son Messager. Ceux-là sont les véridiques. 8 Il [appartient également] à ceux qui, avant eux, se sont installés dans le pays (Médine) et dans la foi, qui aiment ceux qui émigrent vers eux, et ne ressentent dans leurs cœurs aucune envie pour ce que [ces immigrés] ont reçu, et qui [les] préfèrent à eux-mêmes, même s’il y a pénurie chez eux. Quiconque se prémunit contre sa propre avarice, ceux-là sont ceux qui réussissent. 9 Et [il appartient également] à ceux qui sont venus après eux en disant : « Seigneur, pardonne-nous, ainsi qu’à nos frères qui nous ont précédés dans la foi ; et ne mets dans nos cœurs aucune rancœur pour ceux qui ont cru. Seigneur, Tu es Compatissant et Très Miséricordieux ».) (59/8-10)

 

fdg

Abû Bakr

 

-  Il était lié au Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - car sa fille ‘Âichah était marié à lui (Muslim : 4399).

 

- Parmi les hommes, il est le premier que le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - aimait : il éprouvait du respect à son égard et l’affectionnait beaucoup (Muslim : 4396).

 

- Il est la personne de confiance vis-à-vis du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - au point qu’il avait conseillé une femme - qui lui posait des questions - de retourner à Abû Bakr s’il mourrait (Musim : 4398).

 

- Il est le premier Calife de l’Islâm : Allâh puis le Messager d’Allâh prière et salut et les croyants le voulaient ainsi (Muslim : 4399).

 

- Il était le plus informé sur le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et le comprenait ce que les gens ne saisissaient pas (Muslim : 2382).

 

- Il a offert son amitié et sa fortune au service du Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Muslim : 2382).

 

- Sur ordre du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - toutes les portes des demeures donnant dans la mosquée furent fermées hormis celle d’Abû Bakr (Muslim : 2382).

 

- Les Compagnons plaçaient son mérite après celui de l’Envoyé - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Al-Bukhârî : 3655).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - l’a appelé « sâhibî » ; mon Compagnon (Al-Bukhârî : 3661).

 

- Il a été le premier homme libre à croire sans douter à la prophétie du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - d’où son surnom : « as-siddîq » ; le véridique (Al-Bukhârî : 3661, 3363, 3674 et 3855).

 

- Le Messager d’Allâh a sollicité le pardon d’Allâh pour lui. Il a sur lui l’Indulgence divine (Al-Bukhârî : 3661, 3664).

 

- Le Messager d’Allâh a espéré que dans l’Au-delà, il soit appelé par les huit portes du Paradis ! (Al-Bukhârî : 3666).

 

- Il a éclairé et rappelé à ‘Umar ainsi qu’aux gens le jour du décès du Messager les versets (39/30 et 3/144).

 

- Il a défendu par sa propre personne, le Messager d’Allâh qui était entrain d’être étranglé par un polythéiste (Al-Bukhârî : 3678).

 

- Il eu l’honneur de diriger la prière lors de la maladie du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Al-Bukhârî : 4448).

 

- Allâh glorifié soit-Il l’a mentionné en compagnie du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - caché dans la grotte sous Sa protection (Muslim : 4389).

 

- Il a embrassé le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - après sa mort (Al-Bukhârî : 4452, 4455).

 

fdg

‘Umar

 

- Il est lié au Messager prière et salut car sa fille Hafsah était l’une des femmes du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -.

 

- ‘Âichah voulant être inhumée dans sa demeure à côté de son mari ; l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et son père Abû Bakr, elle préféra laisser sa place à ‘Umar ! (Al-Bukhârî : 3674, 3700).

 

- Il avait une grande place auprès de l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, il lui tenait énormément compagnie (Muslim n° 4402).

 

- Le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - faisait des songes et il y voyait souvent ‘Umar (Muslim : 4404, 4408).

 

- Le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - lui-même a attesté de l’érudition de ‘Umar (Muslim : 4404).

 

- Son entrée au Paradis est garanti et lui sera octroyé un palais (Muslim : 4408).

 

- Il aimait le Messager d’Allâh et le vénérait au point d’en pleurer (Muslim : 4409).

 

- Il était fort, imposant et révéré au point que les gens se dérober de lui ainsi que les démons sur sa route ! (Muslim : 4410 et Al-Bukhârî : 3682).

 

- Il a été inspiré par Allâh glorifié soit-Il sur trois points (le maqâm d’Ibrâhîm, le hidjâb et les prisonniers de Badr) (Muslim : 2399 et Al-Bukhârî : 3689).

 

- Depuis sa conversion à l’Islâm, sa considération n’a cessé de croître dans les cœurs des gens (Al-Bukhârî : 3684).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, lui a annoncé qu’il allait mourir martyre (Al-Bukhârî : 3686).

 

- Après la mort du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, sa générosité et son vigueur augmentaient de plus en plus (Al-Bukhârî : 3687).

 

- Il a accomplis certaines actions qu’aucun autre n’a pu faire (Al-Bukhârî : 3688).

 

- C’était quelqu’un de très religieux et attaché fermement à l’Islâm (Al-Bukhârî : 3691).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et Abû Bakr sont morts satisfaits de ‘Umar (Al-Bukhârî : 3691).

 

- Il craignait énormément le châtiment d’Allâh (Al-Bukhârî : 3693).

 

fdg

‘Uthmân

 

- Il était le gendre du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -. Il était surnommé « dhû-nnurayn » : l’homme au deux lumières car il a épousé deux filles du Messager dans sa vie.

 

- Le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, lui a annoncé l’entrée au Paradis (Muslim : 4416).

 

- Il l’a informé qu’il mourra martyre ! (Al-Bukhârî : 3675).

 

- Les anges éprouvaient de la pudeur envers lui ! (Muslim : 4414 et Ahmad 24060).

 

- Alors que le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - avait ses jambes découvertes dans un verger, il les couvrit à l’entrée de ‘Uthmân par pudeur à son égard ! (Al-Bukhârî : 3695).

 

- Il a creusé le puit de « rûmah » et équipé l’armé de « ‘usrah » ; il aura donc le Paradis pour demeure ! (Al-Bukhârî : 3695).

 

- Il a accomplit les deux hégires : celle de la Mecque vers Médine et celle de l’Abyssinie (Al-Bukhârî : 3696).

 

- Les gens ont reconnus ses mérites (Al-Bukhârî : 3696).

 

- Il a été désigné troisième calife de l’Islâm après Abû Bakr et ‘Umar (Al-Bukhârî : 3696).

 

- Après Abû Bakr et ‘Umar il était le préférait des musulmans (Al-Bukhârî : 3697).

 

- Lors du Pacte d’Allégeance de « ridwân » sous l’arbre, ‘Uthmân été absent, le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - leva sa main droite et frappa l’autre à la place de ce dernier (Al-Bukhârî : 3698).

 

- Les grandes qualités de ‘Uthmân ont été vantés par Ibnu ‘Umar (Al-Bukhârî : 3704).

 

fdg

‘Alî

 

- Il est lié par deux fois au Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - : premièrement c’était son cousin paternel et deuxièmement il était son gendre car il avait épousé sa fille Fâtimah Az-Zahrah (Al-Bukhârî : 3729).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a affirmé son lien avec ‘Alî (Al-Bukhârî : au-dessus du 3701).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - est mort satisfait de lui (Al-Bukhârî : au-dessus du 3701).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - le considérait beaucoup au point qu’il le compara au Prophète Hârûn sur lui la paix vis-à-vis du Prophète Mûsâ sur lui la paix ! (Muslim : 4418).

 

- Il a eu l’honneur d’être aimé par Allâh et Son Messager ! (Muslim : 4424).

 

- Il a eu le privilège d’être le porteur de l’étendard des musulmans lors de l’expédition de Khaybar (Muslim : 4424).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - le surnomma « abû turâb » ; le père de la terre, poussière et c’était son surnom préférait (Voir la raison : Al-Bukhârî : 3703).

 

- Il était soucieux de mourir comme ses prédécesseurs ; Abû Bakr, ‘Umar et ‘Uthmân (Al-Bukhârî : 3707).

 

- Concernant ces quatre grands Compagnons, ils sont les premiers Califes de l’Islâm.

 

A ce sujet l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - dit :

 

« Je vous somme de craindre Allâh ainsi que d’écouter et obéir [au gouverneur] même si ce dernier est un esclave abyssin. Vous verrez après moi de grandes divergences ; alors attachez-vous à ma Sunnah et à la sunnah des Califes bien-guidés (Abû Bakr, ‘Umar, ‘Uthmân et ‘Alî) : mordez-y à pleine à l’aide de vos incisives et prenez garde aux nouveautés [dans la Religion] car toute innovation est un égarement. »

(Ibn Mâdjah authentifié par Al-Albânî - qu’Allâh lui fasse miséricorde - dans le « sahîh » d’Ibn Mâdjah : 42)

 

fdg

‘Âichah qui est détestée et insultée par les rafidites

 

- Elle a été marié au Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - par Allâh glorifié soit-Il par l’intermédiaire d’un songe (Muslim : 4468).

 

- Lorsque un compagnon voulait offrir un cadeau à l’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, il attendait qu’il soit chez ‘Âichah pour le lui offrir car il savait qu’il l’aimait beaucoup (Muslim : 4471).

 

- Alors qu’il restait peu de temps à vivre à notre bien-aimé - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, il désirait ardemment l’arrivé du jour pour être en compagnie de ‘Âichah (Muslim : 4473).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - à rendu sa noble âme dans le giron de ‘Âichah (Al-Bukhârî : 4446).

 

- La dernière chose que le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a goûté était la salive de ‘Âichah qui lui avait ramollis un morceau de siwak (Al-Bukhârî : 4449, 4450).

 

- Elle a reçu le salut de Djibrîl - Salut d’Allâh sur lui - par l’intermédiaire du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Muslim : 4479).

 

- Le Prophète a confirmé sa supériorité sur les autres femmes hormis Maryam la fille de ‘Imrân et Âsiyah qui elles, ont atteintes la perfection (Muslim : 4478 et Al-Bukhârî : 3769).

 

- Lors de l’affaire du « ifk » ; la calomnie, à son encontre, Allâh l’a innocenté dans Son Livre ! (Muslim : 4974).

 

- Elle a été l’occasion de la prescription du « tayammum » ; ablution sèche (Al-Bukhârî : 3672).

 

- Elle sera la femme de l’Envoyé prière et salut dans l’Au-delà (Al-Bukhârî : 3772).

 

fdg

Sur les Ansâr ou Auxiliaires

(habitants de Médine qui ont accueillis les Mecquois persécutés lors de l’Hégire)

 

- C’est Allâh qui leur a donné cette appellation (Al-Bukhârî : 3776).

 

- Pour s’attirer l’amour d’Allâh glorifié soit-il il faut aimer les Ansar car cela est obligatoire et fait partie de la croyance. Tandis que celui qui les haït est un hypocrite et s’appâtera la haine d’Allâh (Al-Bukhârî : 3783, 3784).

 

- Ils ont offert l’asile et leur soutient au Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et aux Emigrés Mecquois persécutés (Al-Bukhârî : 3779).

 

- Ils ont partagés leurs biens avec les émigrés Mecquois ! (Al-Bukhârî : 3782).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, si ce n’était l’Hégire, il aurait souhaité être un Ansârî ! (Al-Bukhârî : 3779).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - leur prouve sa confiance (Al-Bukhârî : 3779).

 

- L’Envoyé - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a invoqué Allâh en faveur des Ansâr, de leur fils et petits-fils ; le Pardon d’Allâh (Muslim : 4561).

 

- Ils étaient les plus chers des êtres pour le Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - (Muslim : 4564).

 

- Il leur a exprimé et manifesté directement son amour (Muslim : 2508).

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - les a considéré comme ses Compagnons intimes et confidents (Muslim : 4565).

 

- Il nous a ordonné d’estimer ceux qui font le bien et de pardonner à ceux qui font du mal ! (Muslim : 4565).

 

- Après avoir vu le dévouement des Ansâr à l’égard du Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui -, un Compagnon a juré de toujours les servir ! (Muslim : 4570).

 

- Le Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - a invoqué Allâh glorifié soit-il afin que ceux qui suivent les Ansâr soit considérés parmi eux (Al-Bukhârî : 3787).

 

- Le Prophète leur a enjoint la patience jusqu’à ce qu’ils puissent le retrouver près du « hawd » ; le bassin dans l’Au-delà (Al-Bukhârî : 3792).

 

fdg

sur les Muhâdjirîn

 

- Ils sont les musulmans habitants de la Mecque forcés à la quitter à cause des persécutions. Ils ont une place grandiose auprès d’Allâh glorifié soit-Il car ils ont laissé derrière eux tout leur bien et ont émigré pour le visage d’Allâh !

 

- Le Messager d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - invoqua Allâh glorifé soit-Il afin qu’Il leur accorde le bien, le pardon et Son honneur (Al-Bukhârî : 3795, 3796 et 3797).

 

- Il y a d’autres mérites sur ces différents hommes et femmes qui ont tout sacrifiés. Veuillez consulter le recueil authentique de Bukhârî : livre 63, chapitre : « L’expatriation (hidjrah) du Prophète - Prière et Salut d’Allâh sur lui - et de ses Compagnons vers Médine. »

 

fdg

En général sur tous les Compagnons

 

- Il sont les meilleurs des hommes sur la terre (après les Prophètes) de même ceux qui viennent après et ceux venant après ces derniers (Al-Bukhârî : 3651 et Muslim : 2532).

 

- Les Compagnons sont une sûreté pour la Communauté musulmane (Muslim : 2531).

 

- Allâh a accordé la victoire aux premières troupes musulmanes par la présence en leur sein, d’un compagnon, d’un tabî’î ou d’un tâbi’ at-tâbi’în ! (Muslim : 2532).

 

- Ils sont la cause de l’expansion de l’Islâm sur la surface de terre. A part eux ; qui nous aurait transmis la saine Compréhension, le Coran et la Sunnah de Son Messager - Prière et Salut d’Allâh sur lui - ?

 

- Il est prohibé de les insulter… D’après Abî Sa'îd - l’Agrément d’Allâh sur lui - : « … L’Envoyé d’Allâh - Prière et Salut d’Allâh sur lui - dit :

 

« N’injuriez aucun de mes Compagnons, car si l’un de vous dépense [en aumône] une somme égale à un monceau d’or du volume du mont Uhud n’atteindra pas [le même mérite que] celui d’entre eux qui a donné un mudd ou même la moitié d'un mudd. » »

(Muslim : 4611)

 

Il est aussi à préciser qu’il existe aussi des mérites particuliers sur les Compagnons.

 

Pour cela, nous vous invitons à consulter les recueils de ahâdîth authentiques comme celui d’Al-Bukhârî et de Muslim.

 

Voici la croyance (‘aqîdah) des gens de la Sunnah et du Consensus (ahlu as-sunnati wa al-djamâ’ah) à l’égard des nobles Compagnons : ce qui est mentionné dans le Livre d’Allâh et la Sunnah purifiée de Son Envoyé - Prière et Salut d’Allâh sur lui -.

 

Comment après ces preuves irréfutables, claires… peut-on s’imaginer qu’il existe des gens s’apparentant à l’Islâm qui insultent, maudissent et haïssent de tout leur cœur les Compagnons…

 

Ces gens, existent bien et ce sont les « rafidites » (ar-râfidah) qui sont une grande partie des chiites.

 

Ils sont majoritaire en Iran , nombreux en Irak, Bahreïn, Koweït et au Liban où ils se surnomment là-bas à tort : « hizbu-llâh » (Le parti d’Allâh) ; ils représentent 10 % par rapport au reste de la Communauté musulmane.

 

copié de mukhlisun.com

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Compagnons et tabi'un - صحابة و التابعون
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:30
Les dessins animés

Question :

 

Quel est le jugement des dessins animés diffusés à la télévision…

 

Réponse :

 

En ce qui concerne les dessins animés dont tu as parlés et qui sont diffusés à la télévision :

 

s’ils représentent des êtres humains, le jugement de les regarder fait objet d’hésitation.

 

S’agit-il du même jugement attribué aux photos réelles ou pas ?

 

L’avis le plus probable est qu’il ne s’agit pas du même jugement, et s’ils ne représentent pas des êtres humains il n’y a pas de mal à les regarder s’ils ne sont pas accompagnés de chose blâmables comme la musique et d’autre choses semblables et s'ils ne nous distraient pas de nos devoirs religieux.

 

copié de darwa.com

 

Fatwa complète en arabe :

 

246 سئل فضيلة الشيخ : ما حكم صور الكرتون التي تخرج في التليفزيون ؟ وما قولكم في ظهور بعض المشايخ فيه ؟ وما حكم استصحاب الدراهم التي فيها صور ؟

فأجاب قائلاً : أما صور الكرتون التي ذكرتم أنها تخرج ي التليفزيون فإن كانت على شكل آدمي فحكم النظر فيها محل تردد هل يلحق بالصور الحقيقية أو لا ؟

والأقرب أنه لا يلحق بها

وإن كانت على شكل غير آدمي فلا بأس بمشاهدتها إذا لم يصحبها أمر منكر من موسيقى أو نحوها ولم تله عن واجب

وأما ظهر بعض المشايخ في التليفزيون : فهو محل اجتهاد إن أصاب الإنسان فيه فله أجران ، وإن أخطأ له أجر واحد ، ولا شك أن المحب للخير منهم قصد نشر العلم وأحكام الشريعة ، لأن التليفزيون أبلغ وسائل الإعلام وضوحاً ، وأعمها شمولاً ، أشدها من الناس تعلقاً فهم يقولون إن تكلمنا في التليفزيون وإلا تكلم غيرنا ، وربما كان كلام غيرنا بعيداً من الصواب ، فننصح الناس ، ونوصد الباب ونسد الطريق أمام من يتكلم بغير علم فيضل ويضل

وأما استصحاب الرجل ما ابتلى به المسلمون اليوم من الدراهم التي عليها صور الملوك والرؤساء فهذا أمر قديم ، وقد تكلم عليه أهل العلم ، ولقد كان الناس هنا يحملون الجنية الفرنجي وفيه صورة فرس وفارس ، ويحملون الريال الفرنسي وفيه صورة رأس ورقية وطير . والذي نرى في هذا أنه لا إثم على ما ستصحبه لدعاء الحاجة إلى حمله إذ الإنسان لابد له من حمل شيء من الدراهم في جيبه ، ومنع الناس من ذلك فيه حرج وتعسير وقد قال الله تعالى : ( يُرِيدُ اللَّهُ بِكُمُ الْيُسْرَ وَلا يُرِيدُ بِكُمُ الْعُسْرَ ) . وقال تعالى : ( وَمَا جَعَلَ عَلَيْكُمْ فِي الدِّينِ مِنْ حَرَجٍ) . وصح عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال (( إن الدين يسر ولن يشاد الدين أحد إلا غلبه ، فسددوا وقاربوا و أبشروا )) . رواه البخاري . وقال لمعاد بن جبل وأبي موسى عند بعثهما إلى اليمن : (( يسرا ولا تعسرا ، وبشرا ولا تنفرا )) . وقال للناس حين زجروا الأعرابي الذي بال في المسجد ك (( دعوه فإنما بعثتم ميسرين ، ولم تبعثوا معسرين )) . رواهما البخاري أيضاً

فإذا حمل الرجل الدراهم التي فيها صورة ، أو التابعية ، أو الرخصة وهو محتاج إليها أو يخشى الحاجة فلا حرج في ذلك ، ولا إثم – إن شاء الله تعالى – إذا كان الله تعالى يعلم أنه كاره لهذا التصوير وإقراراه وأنه لولا الحاجة إليه ما حمله

والله أسأل أن يعصمنا جميعاً والمسلمين من أن تحيط بنا خطايانا وأن يرزقنا الثبات والاستقامة على دينه ، إنه جواد كريم

فتاوى ورسائل بن عثيمين من موسوعة فتاوى اللجنة والإمامين

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Distraction - musique - image - sport et internet
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:28
La meilleure chose que les âmes et les coeurs puissent obtenir

Ibn El-Qayyim (rahimahoullah) a dit:

 

"La meilleure chose que les âmes et les coeurs puissent obtenir est le savoir et la foi.

 

C'est par eux que le serviteur ait la supériorité ici-bas et dans l'au-delà. 

 

Voilà pourquoi Allah ('azza wa jall) les a cités réunis dans le verset, le sens du verset :

 

"Tandis que ceux à qui le savoir et la foi furent donnés diront: "Vous avez demeuré d'après le décret d'Allah jusqu'au Jour de la Résurrection..." (Er-Roûm , les Romains :56)

 

Le sens du verset :

 

"Allah élèvera en degrés ceux d'entre vous qui auront cru et ceux qui auront reçu le savoir" (El-Moudjâdala, La Discussion: 11)

 

El-Fawâ'id d'Ibn El-Qayyim (103).
copié de rappel01.fr


Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:24
Les maris qui désertent leurs épouses et leurs enfants les laissant sans dépenses ni prise en charge

La question :

 

Quel est le jugement concernant les maris qui désertent leurs épouses et leurs enfants et les laissent sans dépenses ni prise en charge ?

 

Sachant que cette situation pourrait durer plusieurs années.

 

Et quel est le jugement concernant les maris qui laissent leurs épouses en suspens (ni divorcées ni mariées) et cela dure quelquefois jusqu’à la mort de l’un des conjoints.

 

La réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allâh عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

Les oulémas sont d’accord qu’il est obligatoire aux époux de pourvoir aux dépenses de leurs épouses si elles sont majeures sauf celles qui leur désobéissent, conformément au verset où Allâh تعالى dit :


وَعَلَى الْمَوْلُودِ لَهُ رِزْقُهُنَّ وَكِسْوَتُهُنَّ بِالْمَعْرُوفِ- البقرة : 233

Traduction du sens du verset :
 
﴾Le père de l'enfant est tenu de pourvoir à la nourriture et à l’habillement de la mère d’une manière convenable﴿ [El-Baqara (La Vache) : 233].
 

Allâh عزّ وجلّ dit également: 
 

أَسْكِنُوهُنَّ مِنْ حَيْثُ سَكَنْتُمْ مِنْ وُجْدِكُمْ وَلَا تُضَارُّوهُنَّ لِتُضَيِّقُوا عَلَيْهِنَّ وَإِنْ كُنَّ أُولاَتِ حَمْلٍ فَأَنْفِقُوا عَلَيْهِنَّ حَتَّى يَضَعْنَ حَمْلَهُنَّ - الطلاق : 6

Traduction du sens du verset :
 
﴾Gardez les femmes répudiées dans vos propres demeures et traitez-les selon vos moyens, mais sans leur nuire en les faisant vivre à l’étroit. Si elles sont enceintes, assurez leur entretien jusqu’à l’accouchement﴿ [Et-Talâq (Le Divorce) : 6].
 

Et Il dit :


لِيُنْفِقْ ذُو سَعَةٍ مِنْ سَعَتِهِ وَمَنْ قُدِرَ عَلَيْهِ رِزْقُهُ فَلْيُنْفِقْ مِمَّا آتَاهُ اللهُ لاَ يُكَلِّفُ اللهُ نَفْسًا إِلاَّ مَا آتَاهَا - الطّلاق : 7
 

Traduction du sens du verset :
 
﴾Que celui qui est aisé dépense de sa fortune; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu'Allâh lui a accordé. Allâh n'impose à personne que selon ce qu'Il lui a donné﴿ [ Et-Talâq (Le Divorce) : 7].
 
Plusieurs hadiths sont également rapportés à ce propos, parmi eux, le hadith du Prophète صلى اللهُ عليه وآله وسَلَّم lors du Pèlerinage d’Adieu :
 
«
Soyez bienveillants à l’égard des femmes, car vous les prenez en tant qu’épouses par un pacte que vous concluez au Nom d’Allâh, et vous vous permettez d’avoir des rapports avec elles au Nom d’Allâh.

Vous êtes en droit d’exiger qu’elles refusent à ceux qui vous déplaisent l’autorisation d’entrer dans vos demeures.
Si elles font cela, frappez-les sans les brutaliser.
En revanche, vous devez leur assurer leur nourriture et leur habillement dans la mesure de votre capacité»
[1]
 
et dans le hadith rapporté par l’intermédiaire de `Âicha رضي الله عنها à propos de Hind Bint `Outba à laquelle le Prophète صلى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit :
 
«Prends ce qui est convenable et qui suffit à toi et à tes enfants»
[2].
 
Sur ce, pour que la pension soit du droit de la femme, il faut que le mariage soit valable, qu’elle permette à son époux d’avoir des rapports avec elle, qu’elle ne refuse pas de se déplacer avec lui là où il veut et qu’il jouisse d’elle.
 
Si l’une des précédentes conditions n’est pas respectée, la dépense ne sera pas obligatoire pour l’époux.
 
Par conséquent, l’homme doit garder sa femme et la traiter avec égards, sinon il la libère sans lui causer aucun préjudice.
 
Allâh عزّ وجلّ dit : 


فَإِمْسَاكٌ بِمَعْرُوفٍ أَوْ تَسْرِيحٌ بِإِحْسَانٍ- البقرة : 229

Traduction du sens du verset :
 

﴾Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse﴿ [El-Baqara (La Vache) : 229].
 

En outre, ne pas subvenir à ses dépenses contredit la reprise conformément à la bienséance, et la femme subit un dommage si on ne subvient pas à ses besoins.
 
Allâh عزّ وجلّ dit : 


وَلا تُمْسِكُوهُنَّ ضِرَارًا لِتَعْتَدُوا - البقرة : 231

Traduction du sens du verset :
 
﴾Mais ne les retenez pas pour leur faire du tort﴿ [El-Baqara (La Vache) : 231].
 

Le Prophète صلى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit :
 
«Pas de nuisance, ni à soi-même ni à autrui» [3].
 
Pour cette raison, il est permis à la femme de demander au juge musulman d’enlever le tort et l’oppression, vu que son mari ne subvient pas à ses besoins étant donné son absence non justifiée, qui, de conséquence, lui porte préjudice.
 
La femme pourrait également demander au juge musulman de se séparer de son époux s’il ne donne pas signe de vie même s’il lui laisse de quoi dépenser.
 
Ceci est l’opinion de Mâlik et d’Ahmed رحمهما الله.

 

La femme demande alors la séparation à cause du tort qu’on lui inflige en raison de l’éloignement de son mari, pas en raison de son absence.
 
De plus, même si les savants ont des opinions divergentes sur la durée dans laquelle on peut dire que la femme subit du tort et se sent en solitude et craint de commettre des interdits, et bien que Mâlik رحمه الله pense que la durée doit être estimée à une année lunaire, la durée minimale pour qu’il soit permis à la femme de demander la séparation est de six mois, qui est la durée maximale que la femme pourrait supporter sans la présence de son mari.
 
Ceci est l’avis de `Omar Ibn El-Khattâb et de Hafsa رضي الله عنهما.
 
Il est aussi adopté par Ahmed رحمه الله.
 
Ceci dit, laisser les femmes en suspens, sans leur donner leurs droits, est contraire au Livre et à la Sunna qui enjoignent d’être bienveillant avec les épouses.
 
Allâh تعالى dit :


وَعَاشِرُوهُنَّ بِالْمَعْرُوفِ - النساء: 19

Traduction du sens du verset :
 
﴾Et comportez-vous convenablement envers elles﴿ [En-Nissâ' (Les Femmes) : 19].
 

Le Prophète صلّى اللهُ عليه وآله وسَلَّم dit :
 
«Le meilleur d’entre vous est celui qui le mieux ménage son épouse» [4].
 
Entretenir de bons rapports avec ses femmes requiert de donner à la femme ses droits quant à la dépense et à la jouissance ainsi que d’autres droits.   
 
En effet, négliger ces droits aboutit à commettre l’oppression et la nuisance prohibées.
 
Ainsi, il est du devoir du juge d’enlever le tort et d’éradiquer l’oppression à la demande de la personne lésée.  
 
Le savoir parfait appartient à Allâh عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu'Allâh, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.
 
[1] Rapporté par Mouslim, chapitre du « Hadj » (hadith 3009), par Abou Dâwoûd, chapitre des « Rites » et par Ibn Madjah, chapitre des « Rites », par l’intermédiaire de Djâbir رضي الله عنه   .
[2] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Dépenses » (hadith 5364), par Mouslim, chapitre des « Jugements » (hadith 4574), par Abou Dâwoûd, chapitre de la « Rente » (hadith 3534), par En-Nassâ'i, chapitre des « Jugements » (hadith 5437), par Ibn Mâdjah, chapitre des « Commerces » (hadith 2381) et par Ahmed (hadith 248454), par l’intermédiaire de `Âicha رضي الله عنها.
[3] Rapporté par Ibn Mâdjah, chapitre des « Jugements » (hadith 2430) et par Ahmed (hadith 23462), par l'intermédiaire de `Oubâda Ibn Es-Sâmit رضي الله عنه. Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans Irwâ' El-Ghalîl (hadith 896).
[4] Rapporté par Et-Tirmidhi, chapitre des « Mérites » (hadith 4269), par Ed-Dârimi (hadith 2315), par El-Bayhaqi (hadith 16117), par l’intermédiaire de `Âicha رضي الله عنهاet par Ibn Mâdjah, chapitre du « Mariage » (hadith 2053), par l’intermédiaire d’Ibn `Abbâs رضي الله عنهما. Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans Sahîh El-Djâmi` (hadith 3314), Es-Silsila Es-Sahîha  (hadith 285) et Âdâb Ez-Zifâf  (page 197).  
 

Alger, le 26 El-Mouharram 1426 H Correspondant au 7 mars 2005 G
 Traduit et publié par ferkous.com

 

في حكم تعليق النساء
السؤال: 
ما هو الحكم الشرعيُّ في بعض الأزواج الذين يذهبون عن أزواجهم وأبنائهم ويتركونهم بدون نفقةٍ أو كفالةٍ، وقد يستمرُّ هذا الأمرُ عدَّةَ سنواتٍ؟
وما هو الحكم الشرعيُّ في الأزواج الذين يعلِّقون زوجاتِهم (لا هي مطلَّقةٌ ولا هي متزوِّجةٌ)، ويستمِرُّ هذا الأمرُ أحيانًا إلى وفاةِ أحَدِ الزوجين؟ وجزاكم الله خيرًا.

الجواب: الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على مَن أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد
فقَدِ اتَّفق العلماءُ على وجوبِ نفقاتِ الأزواج على أزواجهنَّ إذا كانوا بَالِغين إلَّا الناشزَ منهنَّ لقوله تعالى

وَعَلَى ٱلۡمَوۡلُودِ لَهُۥ رِزۡقُهُنَّ وَكِسۡوَتُهُنَّ بِٱلۡمَعۡرُوفِۚ - البقرة: ٢٣٣

 ولقوله تعالى

أَسۡكِنُوهُنَّ مِنۡ حَيۡثُ سَكَنتُم مِّن وُجۡدِكُمۡ وَلَا تُضَآرُّوهُنَّ لِتُضَيِّقُواْ عَلَيۡهِنَّۚ وَإِن كُنَّ أُوْلَٰتِ حَمۡلٖ فَأَنفِقُواْ عَلَيۡهِنَّ حَتَّىٰ يَضَعۡنَ حَمۡلَهُنَّۚ - الطلاق: ٦

 وقولِه تعالى

لِيُنفِقۡ ذُو سَعَةٖ مِّن سَعَتِهِۦۖ وَمَن قُدِرَ عَلَيۡهِ رِزۡقُهُۥ فَلۡيُنفِقۡ مِمَّآ ءَاتَىٰهُ ٱللَّهُۚ لَا يُكَلِّفُ ٱللَّهُ نَفۡسًا إِلَّا مَآ ءَاتَىٰهَاۚ - الطلاق: ٧

 وفي ذلك أحاديثُ كثيرةٌ منها: قولُه صلَّى الله عليه وسلَّم في حَجَّة الوداع

فَاتَّقُوا اللهَ فِي النِّسَاءِ؛ فَإِنَّكُمْ أَخَذَتْمُوهُنَّ بِأَمَانِ اللهِ، وَاسْتَحْلَلْتُمْ فُرُوجَهُنَّ بِكَلِمَةِ اللهِ؛ وَلَكُمْ عَلَيْهِنَّ أَنْ لَا يُوطِئْنَ فُرُشَكُمْ أَحَدًا تَكْرَهُونَهُ؛ فَإِنْ فَعَلْنَ ذَلِكَ فَاضْرِبُوهُنَّ ضَرْبًا غَيْرَ مُبَرِّحٍ؛ وَلَهُنَّ عَلَيْكُمْ رِزْقُهُنَّ وَكِسْوَتُهُنَّ بِالمَعْرُوفِ

(١)

، وفي حديثِ عائشةَ رضي الله عنها في قصَّةِ هندٍ بنت عتبة قال لها رسولُ الله صلَّى الله عليه وسلَّم

خُذِي مَا يَكْفِيكِ وَوَلَدِكِ بِالمَعْرُوفِ

(٢)
هذا، ومِن شروطِ استحقاقِ النفقة: صحَّةُ عَقْدِ الزواج، وتمكينُه مِن الاستمتاع بها، وعدَمُ امتناعها مِن الانتقال حيث يريد الزوجُ، وأن تكون مِن أهلِ الاستمتاع؛ فالإخلالُ بشرطٍ مِن الشروط السابقةِ يجعل النفقةَ غيرَ واجبةٍ
وبناءً عليه، فالزوج مُكلَّفٌ بأن يُمْسِك زوجتَه بالمعروف أو يُطلِّقها بإحسانٍ لقوله تعالى

فَإِمۡسَاكُۢ بِمَعۡرُوفٍ أَوۡ تَسۡرِيحُۢ بِإِحۡسَٰنٖۗ - البقرة: ٢٢٩

، وتركُ النفقة عليها ينافي الإمساكَ بالمعروف، والمرأةُ تتضرَّر بترك الإنفاق، واللهُ تعالى يقول

وَلَا تُمۡسِكُوهُنَّ ضِرَارٗا لِّتَعۡتَدُواْۚ - البقرة: ٢٣١

 والنبيُّ صلَّى الله عليه وسلَّم يقول

لَا ضَرَرَ وَلَا ضِرَارَ

(٣)

؛ لذلك يجوز للمرأة أن تطلب مِن القاضي أن يرفع الضررَ ويزيل الظلمَ لِعَدَمِ الإنفاق عليها بسبب غياب الزوج عنها لغيرِ عُذْرٍ مقبولٍ وتضرُّرِها مِن غيابه. ولها أن تطلب ـ أيضًا ـ مِن القاضي التفريقَ إذا غاب عنها زوجُها ولو كان له مالٌ تُنْفِق منه، وهو مذهبُ مالكٍ وأحمدَ رحمهما الله، وتطلب التفريقَ للضرر الواقعِ عليها لبُعْدِ زوجها عنها لا لغيابه. والعلماءُ وإن اختلفوا في المدَّةِ التي يتحقَّق فيها الضررُ بالزوجة وتشعر فيها بالوحشة وتخشى الوقوعَ في المحظور ـ وإن كان التقديرُ عند مالكٍ رحمه الله هو سنةً هلاليةً ـ إلَّا أنَّ أدنى مدَّةٍ يجوز للمرأةِ أن تطلب فيها التفريقَ بعدها ستَّةُ أَشْهُرٍ، وهي أقصى مُدَّةٍ تستطيع المرأةُ فيها الصبرَ على غياب زوجها، وبهذا قال عمر بن الخطَّاب وحفصةُ رضي الله عنهما، وبه أَخَذَ أحمد ـ رحمه الله ـ
هذا، وتعليقُ الأزواج للزوجات مِن غيرِ أداءٍ لحقوقهنَّ مخالِفٌ للكتاب والسُّنَّة فيما أُمِرُوا به مِن حُسْنِ معاشَرة الأزواج، قال تعالى

وَعَاشِرُوهُنَّ بِٱلۡمَعۡرُوفِۚ - النساء: ١٩

 وقال صلَّى الله عليه وسلَّم

خَيْرُكُمْ خَيْرُكُمْ لِأَهْلِهِ

(٤)

، والمعاشَرةُ بالمعروف تستلزم إعطاءَ المرأةِ حَقَّها مِن النفقة والاستمتاعِ وغيرِهما مِن الحقوق، وإهمالُ ذلك يُفْضي إلى الظلم والضرر المنهيِّ عنهما، الأمرُ الذي يستوجب مِن القاضي دَفْعَ الضرر وإزالةَ الظلم بطلبٍ مِن المتضرِّر
والعلمُ عند الله تعالى، وآخِرُ دعوانا أنِ الحمدُ لله ربِّ العالمين، وصلَّى الله على محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، وسلَّم تسليمًا
الجزائر في: ٢٦ مِن المحرَّم ١٤٢٦ﻫ
الموافق ﻟ: ٠٧ مارس ٢٠٠٥م

(١) أخرجه مسلمٌ في «الحجِّ» (١/ ٥٥٦) رقم: (١٢١٨)، وأبو داود في «المناسك» باب صفةِ حجَّةِ النبيِّ صلَّى الله عليه وسلَّم (١٩٠٥)، وابن ماجه في «المناسك» باب حجَّةِ رسول الله صلَّى الله عليه وسلَّم (٣٠٧٤)، مِن حديث جابرٍ رضي الله عنه
(٢) أخرجه البخاريُّ في «النفقات» باب: إذا لم يُنْفِقِ الرجلُ فللمرأة أن تأخذ بغير عِلْمِه ما يكفيها وولدَها بالمعروف (٥٣٦٤)، ومسلمٌ في «الأقضية» (٢/ ٨١٩) رقم: (١٧١٤)، وأبو داود في «الإجارة» بابٌ في الرجل يأخذ حقَّه مَن تحت يده (٣٥٣٢)، والنسائيُّ في «الأقضية» باب قضاءِ الحاكم على الغائب إذا عَرَفَه (٥٤٢٠)، وابن ماجه في «التجارات» بابُ ما للمرأة مِن مال زوجها (٢٢٩٣)، وأحمد (٢٤٢٣١)، مِن حديث عائشة رضي الله عنها
(٣) أخرجه ابن ماجه في «الأحكام» بابُ مَن بنى في حقِّه ما يضرُّ بجاره (٢٣٤٠)، وأحمد (٢٢٧٧٨)، مِن حديث عُبادة بن الصامت رضي الله عنه. وأخرجه ابن ماجه في «الأحكام» بابُ مَن بنى في حقِّه ما يضرُّ بجاره (٢٣٤١)، وأحمد (٢٨٦٥)، مِن حديث ابن عبَّاسٍ رضي الله عنهما. والحديث صحَّحه الألبانيُّ في «الإرواء» (٨٩٦) وفي «السلسلة الصحيحة» (٢٥٠)
(٤) أخرجه الترمذيُّ في «المناقب» باب فضلِ أزواج النبيِّ صلَّى الله عليه وسلَّم (٣٨٩٥)، والدارميُّ (٢٣١٥)، والبيهقيُّ (١٦١١٧)، مِن حديث عائشة رضي الله عنها، وابن ماجه في «النكاح» بابُ حُسْن معاشرة النساء (١٩٧٧)، مِن حديث ابن عبَّاسٍ رضي الله عنهما. وصحَّحه الألبانيُّ في «صحيح الجامع» (٣٣١٤) و«السلسلة الصحيحة» (٢٨٥) و«آداب الزفاف» ص ١٩٧

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:22
Dire ou placer sur une voiture ou tout autre support : «عذرا يا رسول الله - Excuses-nous Ô Messager d'Allah !» (vidéo)

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 10:05
Les paroles des savants au sujet de Abû Ishâq al-Huwaynî - جمع كلام العلماء في أبي إسحاق الحويني (vidéo en arabe)

Cheikh Mohammad Ibn Abdel Wahabb Al Banna - الشيخ محمد بن عبدالوهاب البنا

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Cheikh Ahmad Ibn Yahya An-Najmi - الشيخ أحمد بن يحيى النجمي

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Cheikh Hassan Ibn Abdel Wahab Al Banna - الشيخ حسن بن عبدالوهاب البنا

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Cheikh Khâlid Ibn AbderRahman Zaky al-Maçry - الشيخ خالد بن عبدالرحمن زكي المصري

Cheikh Hichâm al-Byly - الشيخ هشام البيلي

Cheikh Khâlid Othmân Abou AbdelA'ly - الشيخ خالد عثمان ابو عبدالأعلى

Cheikh Tal'at Zahran - الشيخ طلعت زهران

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود