Biographie de Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - للشيخ أبو الحسن علي الرملي

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Biographie de Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - للشيخ أبو الحسن علي الرملي

La louange est à Allah seigneur de l'univers, et que les prières et la paix soient sur celui envoyé comme une miséricorde pour l'univers, Le Prophète Mohammed et sur sa famille et l'ensemble de ses compagnons.

 

A la demande de certains de mes honorables frères, j'ai décidé d'écrire ma biographie de ma main, en espérant qu'Allah la rendra profitable. Et parmi ce qui à été établi par les gens de science, il y a le fait que la science ne se prend que d'une personne dont on a attesté de sa science et de sa religion. Et il n'est pas possible aux gens d'avoir confiance en moi ou en autres que moi si ce n'est à travers ce qu'ils connaissent de nous ou des tazkiya (recommandations) qui nous ont été attribuées.

 

J'écrirai donc ma biographie en joignant une tazkiya (recommandation) d'une personne de science à mon sujet.

 

Avec l'aide d'Allah nous commençons ce qui est attendu :

 

-Mon nom est 'Ali fils de Moukhtar fils de Hassen de la famille 'Aly al-Barry ar-Ramly de Jordanie.

 

-Je suis né sur le mont Hâchimi au nord, dans la capitale Amman al Balqa, capitale de la Jordanie, qu'Allah la préserve et la délivre des tentations et de tous mal et choses détestables.

 

Elle (Amman) qui est issue pays du Châm , qu'Allah les garde.

 

Et nous y sommes resté un an, avant de partir moi et mon père pour la Libye pour y vivre.

 

-Mon père, quant à est né dans le village de « Al Bariyah » connu pour être le village du miel, parmi les travaux réalisé dans la ville de Ramla en Palestine.

 

Et de laquelle sont issue de nombreux savants du hadith.

 

-J'ai vécu en Libye ou j'y ai fait mes classes primaires , préparatoires et secondaires. Malheureusement les conditions matérielles m'ont poussé a abandonner les études lors de ma dernières années du secondaire.

 

Et j'ai donc fait devancer le travail sur l'achèvement des études.

 

-Puis je suis rentré en Jordanie, et j'ai cherché à ce que l'on m'apprenne les prescriptions de ma religion,mais je n'y est pas trouvé ceux qui s'intéressent à l'enseignement et qui forme des étudiants en science dans ce pays.

 

Et je ne pouvais pas rencontré shaykh al Albani (qu'Allah lui fasse miséricorde), puisqu'il avait été interdit d'enseigner, et il s'isolait dans sa bibliothèque pour achever son immense projet.

 

En tout cas, il a retiré sa responsabilité devant Allah de se qui lui incombait concernant la propagation de l'islam (da'wa).

 

Lorsque cette porte cette fermé a lui, il s'est alors dirigé vers d'autres portes , qu'Allah le rétribue par le bien.

 

Puis j'ai rencontré un des frères Libyen , qui était chez shaykh Mouqbil al Wadi'i (qu'Allah lui fasse miséricorde), et je lui est avoué ce qui était en moi, concernant mon amour pour la recherche de la science, et l'absence de personne pour m'enseigner dans ce pays.

 

Il m'a alors informé de l'existence de l'école (merkez) de shaykh Mouqbil (qu'Allah lui fasse miséricorde) et tous ce qu'elle contenait comme chose bonne et profitable.

 

Et je suis allé a Dammaj chez shaykh Mouqbil (qu'Allah lui fasse miséricorde).

 

Et le shaykh m'a accueilli, m'a féliciter et m'a inviter à déjeuner.

 

Et cela était son habitude avec tous les visiteurs, ou étudiant nouvellement arrivé (et j'ai déjeuner avec lui qu'Allah lui fasse miséricorde)

 

-J'ai alors commencé ma quête dans la recherche de la science, et j'ai assisté aux cours de nombreux savants.

 

J'ai étudié les sciences outils avec de grand étudiants du shaykh (qu'Allah lui fasse miséricorde). Et chaque jours il alternait entre sa présence au cours et la révision des cours.

 

-C'est comme cela que nous vivions, parfois nous mangions a notre faim et d'autres fois non , et le shaykh (qu'Allah lui fasse miséricorde) n'était pas épargné [malgré son statut] de tous ces efforts a fournir pour atteindre la commodité des étudiants en science.

 

Il était noble, généreux et ne se souciait pas de la vie d'ici-bas.

 

Il nous informa (qu'Allah lui fasse miséricorde) que shaykh ibn Baz (qu'Allah lui fasse miséricorde) soutenait le merkez souvent. Et c'est comme cela qu'est parvenu le soutien de tous ceux qui appréciait la da'wa (prédication) de shaykh Mouqbil (qu'Allah les bénisse).

 

Il ne s'accordait pas un moment de bien-être alors qu'il pouvait au même moment être proche de ses enfants , les étudiants.

 

Il était tendre avec eux, il les conseillait et les soutenait.

 

Qu'Allah lui fasse miséricorde pour sa. bonté envers ses étudiants, et sa douceur lorsque les interdits d'Allah n'était pas transgressé.

 

-Et après avoir passé trois années chez shaykh pour y demander la science nuit et jour, la maladie de shaykh s'est intensifiée, et il décida de rester a la Mecque.

 

Nous avons alors appris que shaykh ne reviendrai plus a Dammaj.

 

J'avais déjà auparavant, commencé à enseigner la science du hadith au nouveaux étudiants : leur enseignant « al Bayqouniya » et « Ikhtisâr 'ouloum al Hadith » de Ibn Kathir durant la période ou shaykh Mouqbil était à Dammaj.

 

Après cela je suis rentré en Jordanie, et j'ai étudié chez Mashhour (Note du webmaster : Maintenant mis en garde, entre autres, par Cheikh An-Najmi ICI) a un tahqiq (explication de ahadith) supplémentaire de «'Awn al Ma'boûd» (explication des sounan d'abi Daoud).

 

Suite à cela je l'ai regroupé en une version original sur laquelle j'ai appliqué les règles qu'utilisait shaykh al Albani (qu'Allah lui fasse miséricorde).

 

-J'ai indexé le livre d'Ibn Ghanam dans l'interprétation des rêves.

 

J'ai classer le recueil de poèmes de 'Ali Ibn Abi Talib (qu'Allah l'agrée). J'ai authentifié « at-Tayisir bi charh al djami'i as -Saghir » de 'AbdoulRaouf al Manawi, que j'ai regroupé en quatre manuscrit, je l'ai classer, puis je lui est appliquer les règles qu'utilisait shaykh al Albani (qu'Allah lui fasse miséricorde), et j'ai également commenter les erreurs au niveau du dogme qui se trouvait a l'intérieur.

 

J'ai réalisé pour lui d'autres travaux.

 

Cette situation à durer cinq ans puis j'ai arrêté de travailler avec lui.

 

-Et à cette époque j'ai commencé la da'wa (l'appel) vers Allah dans ma région, et j'enseignais les livres suivant:

 

L'explication de « Oussoul ath-Thalatha »

Kiteb at-Tawhid

Lam'atou al I'tiqâdi

Al 'aqidatou al wasitiya

Oussoul as Sounnah de l'imam Ahmed

Ad Dourar al Bahiya

Une partie de « ar-Rawdatou an-Nadiya »

Al Iqna' de Ibnoul Moundhir

Al Oussoul min 'ilmi al Oussoul

Al bayqouniya

Ikhtisar 'ouloum al hadith

Al 'ilal de Ibn Radjab

Exegese de diverses Sourates du Coran

Une partie du Tafsir de l'imam as Sa'di

Une partie des Sounan de Abi Daoud

 

-Puis j'ai été interdit d'enseigner et des faire les prêches du vendredi, j'ai alors décidé de transférer ma da'wa sur internet.

 

Et j'ai ouvert ce site internet pour continuer mon appel vers Allah.

 

Et je demande a Allah – le Très-Haut, le Loué – qu'Il m'accorde la réussite pour la suite, qu'Il nous accorde la patience et la persévérance, qu'Il bénisse mes actions et qu'Il raffermisse mes pas dans le bien.

 

Et j'espère que mes honorables frères nous aideront dans tous ce qu'il considèrent bien, et nous excuserons pour nos manques.

 

Ecrit par Aboul Hassen 'Ali de la famille de 'Ali ar-Ramly

Durant la nuit du 6 chawwal 1429(hégire) qui correspond au 5 octobre 2008

Corrigé le 28 Mouharam 1430 (hégire)

Essai de traduction: Abou Haroun AbdoulMalik 

 

الترجمة

بسم الله الرحمن الرحيم

الحمد لله رب العالمين ، والصلاة والسلام على المبعوث رحمة للعالمين ، سيدنا محمد وعلى آله وصحبه أجمعين ، أما بعد

نزولاً عند رغبة بعض الإخوة الكرام ؛ عزمت على كتابة ترجمتي بيدي ، عسى أن ينفع الله بها ، فمن المقرر عند أهل العلم ؛ أن العلم لا يؤخذ إلا عمن يوثق بعلمه ودينه ، ولا يمكن للناس أن يثقوا بي أو بغيري من غير أن يعرفونا أو يزكينا من يثقون به

فلذلك سأكتب ترجمتي وأضع تزكية أهل العلم لي فيها

فبعون الله ؛نبدأ بالمقصود

اسمي علي بن مختار بن حسان آل علي البري الرملي الأردني

ولدت في جبل الهاشمي الشمالي الكائن في عمان البلقاء عاصمة الأردن حفظها الله وسلمها من الفتن ومن كل سوء ومكروه من بلاد الشام حرسها الله

ومكثت فيها سنة واحدة ثم ارتحل بي والدي إلى ليبيا للعيش فيها

ووالدي ولد في قرية البريّة المعروفة بقرية العسل من أعمال مدينة الرملة في فلسطين ، التي خرج منها جمع كبير من علماء الحديث

عشت في ليبيا ودرست فيها المرحلة الابتدائية والإعدادية والثانوية ، ولسوء الأحوال الماديّة تركت الدراسة في آخر سنة من الثانوية وآثرت العمل على إتمام الدراسة

ثم رجعت إلى الأردن وأخذت أبحث عمن يعلّمني أمر ديني ، فلم أجد من يهتم بالتدريس ، وإخراج طلبة علم في هذه البلاد ،ولم أتمكن من الالتقاء بالشيخ الألباني – رحمه الله – لأنه كان قد منع من التدريس ، فاعتكف في مكتبته – رحمه الله –لإتمام مشروعه العظيم ،فقد أبرأ ذمته أمام الله مما كان عليه من واجب الدعوة ، فاتجّه حين سد ّعليه هذا الباب إلى غيره من الأبواب جزاه الله خيراً ، ثم التقيت بأحد الإخوة الليبيين الذين كانوا عند الشيخ مقبل الوادعي – رحمه الله -، فصارحته بما في نفسي من حب لطلب العلم ، وعدم وجود من يدرسني في هذه البلاد ، فأخبرني بمدرسة الشيخ مقبل – رحمه الله – وما فيها من خير ونفع ، فذهبت إلى دماج عند الشيخ مقبل – رحمه الله – فاستقبلني الشيخ ورحّب بي ودعاني إلى الغداء – وكانت عادته مع كل زائر أو طالب يصل حديثاً – فتغديت معه – رحمه الله

وبدأت مسيرتي في طلب العلم ، وكنت أحضر دروس الشيخ الكثيرة ، ودرست علوم الآلة على كبار طلبة الشيخ – رحمه الله – وكان يومنا بين حضور الدروس ومراجعتها

أما عيشنا ؛ فقد كنا نشبع أحياناً ونجوع أخرى ، ولم يدّخر الشيخ – رحمه الله – جهداً في تحقيق الراحة لطلبة العلم فقد كان كريماً جواداً لا يأبه للدنيا ، وأخبرنا – رحمه الله – أن الشيخ ابن باز – رحمه الله – كان يدعم المركز أحياناً كثيرة ، وكذلك كان يأتي الدعم من محبي دعوة الشيخ – بارك الله في الجميع . كما أنه لم يدخر وقتاً من أوقات راحته يستطيع فيه أن يكون قريباً من أبنائه الطلبة ، فيحنو عليهم وينصحهم ويعينهم ؛ فرحمه الله ما أبرّه بطلبته وما ألين جانبه إذا لم تنتهك محارم الله

وبعد أن أمضيت عند الشيخ ثلاث سنوات في طلب العلم ليل نهار ، اشتد مرض الشيخ ، وقرر البقاء في مكة ؛ وحينها علمنا أن الشيخ لن يعود إلى دماج، حيث سلم أمر التدريس في المركز ليحيى الحجوري ، وكنت قبلها قد بدأت بتدريس مصطلح الحديث للطلبة الجدد ، فدرّست هناك "البيقونية "و " اختصار علوم الحديث " لابن كثير في فترة وجود الشيخ في دماج ثم رجعت إلى الأردن و عملت عند مشهور في تحقيق أكثر " عون المعبود " ، حيث قابلته على النسخة الحجريّة وأنزلت عليه أحكام الشيخ الألباني – رحمه الله - ، وفهرست له كتاب ابن غنام في تعبير الرؤيا ، ورتبت ديوان علي بن أبي طالب ، وحققت له كتاب " التيسير شرح الجامع الصغير " للمناوي ، قابلته على أربع مخطوطات ونسّقته وأنزلت عليه أحكام الشيخ الألباني ، وعلقت على الأخطاء العقديّة التي فيه ، وعملت له أعمالاً أخرى ، دام هذا الحال خمس سنوات ، ثم انقطعت عن العمل معه

وفي هذه الفترة كنت بدأت بالدعوة إلى الله في منطقتي ، فدرّست الكتب التالية

· شرح الأصول الثلاثة

· كتاب التوحيد

· لمعة الاعتقاد

· العقيدة الواسطية

· أصول السنة للإمام أحمد

· الدرر البهية

· بعض الروضة الندية

· الإقناع لابن المنذر

· الأصول من علم الأصول

· البيقونية

· اختصار علوم الحديث

· شرح العلل لابن رجب

· تفسير سور متفرّقة من القرآن

· بعض تفسير السعدي

· بعض سنن أبي داود

ثم منعت من التدريس والخطابة ، فقررت تحويل دعوتي إلى الإنترنت ، ففتحت هذا الموقع للاستمرار بالدعوة إلى الله

فأسأل الله – سبحانه وتعالى – أن يوفقني فيما هو آت ، وأن يهبنا الصبر والثبات ، وأن يبارك في علمي وفي عملي ويثبت على الخير قدمي

وأرجو من الإخوة الكرام أن يعينونا في كل مايرونه خيراً ، وأن يعذرونا إن بدر منا تقصير

( فجلّ من لا عيب فيه وعلا )

كتبه أبو الحسن علي آل علي الرملي

في ليلة 6/شوال/ 1429هـ

الموافق 5/10/2008م

عدلت يوم 28 /محرم/1430 هـ

fdg

Sa tezkiya de Cheikh Mouqbil (rahimahouLah)

 

 

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Partager cet article

Corrige ton comportement ! - راجع نفسك (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Corrige ton comportement ! - راجع نفسك (audio-vidéo)

 

Le Cheikh a dit (après avoir répondu à une question concernant certains mauvais comportements) : 

 

Je profite de l’occasion, et ceci est malheureusement un triste constat et une chose établie chez certains étudiants, chez certains frères -qu’Allâh les guide- pour donner un conseil plein de compassion et  appeler à la prise de conscience pour celui qui y prête attention.  

 

Ces frères donc -qu’Allâh leur donne le succès et les guide vers la Sounna- sont de 3 catégories :

 

-Certains étaient mécréants, ou l'étaient devenus, et Allâh les a comblés par la guidée à l’Islam et la Sounna.

Et ceci est un bienfait, n'est-ce pas ?

 

-D’autres, musulmans d’origine, mais dans l’égarement et l’insouciance, et plus que laxistes vis-à-vis d'Allâh par rapport aux droits d’Allâh.

Allâh les a guidés vers la Sounna et le droit chemin. 

 

-Enfin, il y a ceux qui ont grandi et ont été éduqués parmi les gens de la Sounna, dans la voie de la Sounna, adoptant leurs comportements et apprenant leur science.

 

La première et la deuxième catégorie, aucun doute que leur guidée vers la Sounna est une grâce et un bienfait énorme venant d’Allâh, bienfait qui n’a pas de prix.

 

Cependant, ce qui est ô combien triste et désolant, est que ces frères là ont gardé des comportements de la mécréance et de la perversité en eux, tels que la suspicion, la tricherie, la traîtrise, le mensonge, la calomnie, la tromperie et bien d’autres mauvais comportements qu’ils gardent en eux après avoir emprunté le chemin de la Sounna, ne faisant rien pour les corriger.

 

Ces mauvais comportements engendrent de profonds et nombreux maux, et sont parfois la cause de l’éloignement des gens de la voie de la Sounna.

 

Le Prophète عليه الصلاة والسلام a dit à un de ses compagnons :

 

«Il y a en toi des restes de la Jahiliyya»  (1)   

 

Et également alors que des compagnons étaient en train de se quereller en appelant à leurs clans respectifs «Ô vous les Ansars !» «Ô vous les Mouhajirines !»

 

Il dit عليه الصلاة والسلام :

 

«Est-ce par l'appel de la jahiliyya que vous appelez alors que je suis parmi vous ?!

Laissez-là car elle est répugnante !» 

 

Tout ceci est donc interdit pour celui qui s’accroche à la Sounna, il lui est obligatoire d’apprendre et d’adopter les comportements de la Sounna. 

 

Et par Allâh, c’est une chose que j’ai ressenti et vécu.

 

De plus, beaucoup de querelles et de rancœurs entre les étudiants de la même voie, celle de la Sounna, celle des pieux prédécesseurs (al Salafiya), sont dues et reviennent à ce mal récurrent.

 

Allâh connait leurs arrière-pensées.

 

Et bien qu’ils tentent de te le cacher, cela apparaitra forcément à travers leurs actes et leurs paroles.

 

Il convient donc que l'individu se corrige ainsi que la voie sur laquelle il chemine, et qu'il se repente et fasse son examen de conscience.

 

Va-t-il rester avec de tels comportements ?! 

 

Lorsque le Prophète عليه الصلاة والسلام est venu avec l’islam, les gens étaient dans l’ignorance et sur des habitudes hideuses comme le polythéisme, la sorcellerie, l’adultère, l’usure, les jeux de hasard de même que les paris, et bien d’autres égarements.

 

Cependant, ils avaient aussi de bons comportements comme le courage, l’hospitalité, la générosité, l’aide au nécessiteux.

 

Lors de sa venue, l’Islam a approuvé les bons comportements et a interdit les mauvais, les a combattus et effacés.

 

En résumé, mon frère, et je ne suis pas de celui qui juge les intentions, et je ne sais pas ce qu’il y a dans le cœur des gens.

 

Tu sais mieux que quiconque ce qu’il y a en toi !

 

Pose-toi des questions !

 

Interroge ton âme !

 

‘Omar رضي الله عنه n’a-t-il pas dit :

 

«Jugez vos âmes avant qu’elles ne soient jugées.»

 

Pesez vos œuvres avant qu’elles ne soient pesées !

 

L’intelligent est celui qui se juge lui-même et œuvre pour l’au-delà, et l'incapable est celui qui suit ses passions et se base sur des espoirs trompeurs.

 

Ô mon frère juge ton âme, délaisse les mauvais comportements !

 

Par quoi les remplacer ?

 

Par la Sounna exempte de tout défaut.

 

Et c'est pour cela que les savants ont montré et expliqué ces bons comportements dans leurs livres, l’imam al Boukhari a consacré des chapitres de son Sahih aux comportements (al adab, al riqaq), il a même écrit un livre de hadith spécialement dédié aux bons comportements (al adab al moufrad), lis y les comportements du Prophète عليه الصلاة والسلام.

 

Abou Cheikh qui a également écrit un livre sur les comportements du Prophète عليه الصلاة والسلام.

 

Lis donc mon frère, apprend, car personne ne naît avec le savoir.

 

Va-t-on  rester comme ça jusqu’à la mort ?

 

Quand va-t-on se corriger ?

 

Quand va-t-on demander pardon à Allâh et se repentir ? 

 

Il apparait que cette question (qui a eu pour conséquence l’exhortation du cheikh) est causée par ce problème de comportement.

 

Comme il est mentionné dans la question, le fait de rendre mécréant, de calomnier, et de donner des surnoms à une personne même après son repentir sincère, pourquoi donc ?!

 

Celui qui se repent d’un repentir sincère, et bien al hamdulillah, ses fautes sont pardonnées.

 

Que veux tu des gens ?

 

Ne veux tu pas des gens qu’ils se repentent ?

 

Allâh éprouve de la joie quand son serviteur se repent.

 

Toi, tu n’es pas content ?

 

En conclusion, tout le bien se trouve dans la Sounna et le mal se trouve dans le fait de la contredire.

 

Et prend garde à ne pas associer tes mauvaise manières, et tes mauvais comportements à la Sounna, qu’ils soient actes ou paroles.

 

Tu serais alors un ennemi du Messager d’Allâh عليه الصلاة والسلام et mentirais sur lui.

 

Et ce, même si ce n'est pas volontaire.

 

Et le hadith :

 

«Celui qui se prononce en mon nom alors qu'il sait que c'est un mensonge fait partie des menteurs»

 

ne vise pas seulement les paroles, car celui qui attribue à la Sunna un acte qui lui est étranger et également un menteur sur le Messager d'Allâh عليه الصلاة والسلام.

 

Fais donc attention -qu’Allâh te garde-, je t’aurais certes conseillé, et Allah tient sa promesse.

 

Et que les éloges d’Allah et Sa paix soient sur le Messager d’Allâh, sur sa famille et ses compagnons. 

 

(1) Al Jahiliya : Cheykh Salah Al-Fawzan a dit : "C’est la période avant l’arrivée de l’islam, et c’est aussi tout ce qui contredit ce que le Messager d’Allâh عليه الصلاة والسلام a apporté."

 

Propagé après avoir obtenu la permission du Cheikh.

 Traduit par Daoud abou Soulayman, Médine 1433. 

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Partager cet article

Les conditions de la conformité à la sunna sont au nombre de 6

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les conditions de la conformité à la sunna sont au nombre de 6

Parole profitable :

 

Le grand savant jurisconsulte Muhammad Ibn Salih al-Uthaymin, qu'Allah lui fasse mséricorde, a dit dans son précieux livre "Al-Ibda' fi Kamal as-Shar' Khatar Al-Ibtida'", p.21-23 :

 

"...Ô mes frères !

 

Suivre la sunna du prophète sallallahu' aleyhi wa salam (al-Mutaba'ah) ne se réalise que si l'oeuvre est en conformité avec la législation en six points :

 

Dans sa cause

Comme celui qui prie deux raka'at en raison de la pluie (cela n'est pas permis).

 

- Dans son genre

Comme celui qui s'acquitte de la Zakat-al-fitr en argent (cela n'est pas permis).

 

Dans sa quantité

Comme celui qui prie quatre raka'at volontairement lors de la prière du Maghrib (cela n'est pas permis).

 

Dans sa manière

Comme celui qui fait ses ablutions en commençant par ses pieds et terminant par son visage (cela n'est pas permis).

 

Dans son temps

Comme celui qui égorge la bête qu'il doit sacrifier pour 'Id al-AdHa pendant le mois de Ramadan (cela n'est pas permis).

 

- Dans son lieu

Comme celui qui fait al-I'tikaf (retraite de dévotion dans les mosquées) dans les déserts (cel n'est pas permis).

 

Ô mes frères !

Accrochez-vous à la Sunna du Messager d'Allah sallallahu 'aleyhi wa salam avec vos molaires, empruntez la voie des pieux predecesseurs et conformez-vous à leur actes et observez : cela peut-il vous etre néfaste ?! "

 

Tiré du livre Al Qawl al Mufid (leçons de tawhid) de sheykh Muhammad al-Wusabi, leçon n°60 :" Les conditions de la conformité à la sunna sont au nombre de six" page 258

copié de saliha.over-blog.fr

 

Cheikh Mouhamed Ibn Abdelwahab Al-Wassabee - الشيخ محمد بن عبد الوهاب الوصابي

Partager cet article

Pas de politique dans la religion, et pas de religion...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Pas de politique dans la religion, et pas de religion...

Les éminents savants de Lajnah ad-Dâ-îma ont expliqué que la religion Islamique est venue avec la politique authentique entre les états musulmans et les autres, que ce soit en état de paix comme en état de guerre.

 

Elle comprend également la politique authentique que les gouverneurs des musulmans doivent appliquer pour gérer les affaires de la nation musulmane dans la vie d’ici-bas et sur le plan religieux.

 

Quant à la mauvaise politique, basée sur la perversion, la trahison, le mensonge, la violation des pactes et engagements, le non accomplissement des serments, elle n’est pas incluse dans la religion Islamique.

 

Celui qui étudie les textes du Livre, la Sounnah du Prophète (sallallahu ‘alayhi wa salam) et sa biographie pratique, trouvera certes la politique véridique, sincère et juste à l’égard de ceux qui l’appliquent et de ceux qui la refusent. [1]

 

La politique Islamique (Légiférée) est celle qui est basée sur le Livre (d’Allâh) et la Sounnah ; et cela avec justice de la part de celui qui gouverne, écoute et obéissance pour les gouvernés.

 

Cela comme Allâh – Ta’âla – le dit (traduction rapprochée) :

 

« Certes, Allâh vous commande de rendre les dépôts à leurs ayants droit, et quand vous jugez entre des gens, de juger avec équité. »

 

Jusqu’à :

 

« Ô les croyants ! Obéissez à Allâh et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. » [2] [3]

 

SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve) a expliqué que l’Unicité d’Allâh – Djalla wa ‘Ala – se concrétise dans l’obéissance et l’application véritable de l’attestation qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allâh, et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh.

 

Et cela n’a lieu pour les adorateurs que quand ils jugent avec ce qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala - a révélé à Son Envoyé.

 

Et délaisser le jugement avec ce qu’Allâh a révélé à Son Envoyé, pour les lois dignes de l’époque de l’ignorance, ou les lois inventées par les hommes, ou des jugements liés aux coutumes tribales ou tout autre jugement qui contredit ce qu’Allâh – Djalla wa ‘Ala – a révélé, est de la mécréance majeure à l’égard d’Allâh et rend caduque l’attestation de foi qu’il n’y a de divinité si ce n’est Allâh et que Muhammad est l’Envoyé d’Allâh.

 

Et cela a été la raison pour laquelle SHeikh Muhammad Ibn ‘Abdel-Wahab (rahimahullâh) a nommé l’un de ses chapitres (dans le livre de l’Unicité) ainsi, afin d’expliquer que le jugement par ce qu’Allâh a révélé est obligatoire, et juger avec une loi autre que ce qu’Allâh a révélé dans les affaires des justiciables, et cela en substitut du Qor’ân, est du polythéisme majeur à l’égard d’Allâh – Djalla wa ‘Ala – en plus d’être de la mécréance qui fait sortir de la religion Islamique.

 

L’imâm SHeikh Muhammad Ibn Ibrâhîm (rahimahullâh) a débuté son ouvrage intitulé « Les lois des hommes » par les paroles suivantes :

 

« La mécrance majeure manifeste consiste à élever les lois humaines maudites au niveau de la révélation posée par l’Esprit de vérité (Djibrîl) dans le cœur du maître des Envoyés, afin que ces lois soient une référence législative pour les mondes, ce qui annule et s’oppose à ce qu’a révélé le Seigneur de l’univers. »

 

Fin de ses propos dans son sens. [4]

 

[1] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 23/401-402

[2] Coran, 4/57-58

[3] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 23/401

[4] Al-Tamhîd li-Charh Kitâb it-Tawhîd de SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.405-406

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Cheikh ‘Abdel-‘Azîz Ibn Abdellah Âl Ach-Cheikh - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله آل الشيخ

Partager cet article

Lorsqu’un savant commet une erreur (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Lorsqu’un savant commet une erreur (audio)

 

Question :

 

Quel est la bonne attitude que le musulman doit avoir vis-à-vis des erreurs de certains savants ?

 

Réponse :

 

Premièrement, ce n’est pas tout musulman qui peut s’apercevoir des erreurs des savants et les reconnaitre mais ce sont les savants qui reconnaissent les transgressions et les divergences d’autres savants.

 

Donc si la personne qui examine les divergences des savants, fait partie des gens de science et de ceux qui ont les capacités de faire des efforts d’interprétation, il doit alors regarder lequel des avis est basé sur une preuve claire sur le sujet puis accepter et soutenir cet avis.

 

Et il doit excuser l’autre savant qui a divergé, surtout dans les sujets de jurisprudence comme ce qui est lié à la purification, à la prière, au pèlerinage, au mariage et autres.

 

Si les savants divergent sur des points liés à ces sujets, que l’avis des uns s’oppose à celui des autres, et que chacun expose ses preuves, alors l’étudiant en science doit considérer la plus forte des preuves et l’adopter.

 

Il doit se mettre du côté de l’auteur de l’avis juste et trouver une excuse à l’opposant, s’il fait partie des gens de science et de l’observation, car la divergence dans les sujets liés à la jurisprudence est inévitable,

 

Concernant l’opposant, s’il fait partie de ceux qui ont les capacités de faire des efforts d’interprétation, alors il est excusé, même s’il se trompe, il a une récompense pour son effort d’interprétation.

 

Et celui qui a vu juste a deux récompenses.

 

Quant à ce qui est appelé « erreurs des savants », alors qu’il s’agit en réalité d’innovations nouvellement instaurées par des innovateurs dans la religion, et qu’on leur trouve des excuses sous prétexte qu’il s’agit de l’erreur d’un savant et qu’on en doit pas la lui reprocher, ceci est une erreur !

 

Justifier l’erreur est interdit, ce n’est pas permis !

 

Quiconque instaure une innovation, même s’il prétend faire partie des gens de science, son innovation doit être mise au clair, on doit le réfuter et mettre en garde contre lui afin que l’innovation ne se répande pas sur terre semant la corruption.

 

Et s’opposer aux gens de la Sunna, annihilant ainsi la Sunna, suffit comme corruption.

 

copié de sunnah-islam.over-blog.com

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

Le musulman a obligation d'accepter la vérité (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le musulman a obligation d'accepter la vérité (vidéo)

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Les pieux prédécesseurs et leur bienfaisance envers leurs parents

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les pieux prédécesseurs et leur bienfaisance envers leurs parents

"...Il a prescrit la bonté à l'égard de vos père et mère. Si l'un d'entre eux ou bien tous les deux ont atteint la vieillesse près de toi, ne leur dis pas : « Fi ! » "

 

Moujahid a dit au sujet de ce verset :

" S'ils atteignent la vieillesse auprès de toi, et ont besoin de ton aide lorsqu'ils urinent et font leur besoin, n'éprouve pas de la répugnance pour eux et ne leur dis pas "fi" !

Mais nettoie-les des excréments et de l'urine de la même manière qu'ils te nettoyaient alors que tu étais petit, sans se plaindre"

(La bienfaisance envers tes parents un effort au quotidien p 10) 

 

Et à ce sujet il est rapporté qu'Abou Houreira portait sa mère sur son dos et l'aidait à faire ses besoins car elle était aveugle et âgée.

Il existe plusieurs récits de Salafs qui portaient leurs parents sur le dos et les aidaient à faire leurs besoins ( en les nettoyants etc..) 

 

-Un Salaf déclara un jour :

" Wallah que si on me demandait de décrire mon père je ne pourrais pas !."

On lui demanda : " Et pourquoi donc ?".

Il répondit : " Parce que je n'est jamais osé le regarder dans les yeux".

(Conférence : Fa Fihama Fa Jahid du Sheikh Ash-shinqiti) 

 

-Ibn Sirine était réputé pour sa bonté envers sa mère.

Il n’élevait jamais la voix devant elle lorsqu’il lui parlait.

Il ne s’adressait à sa mère qu’humblement et à voix basse.

Un homme entendant Ibn Sirine parler à sa mère, demanda : Ibn Sirine est-il tombé malade ?."

les présents répondirent: " Non ! sa voix est ainsi quand il s'adresse à sa mère.

(Syar A'lam An-nubala) 

 

-Talq Ibn Habib embrassait (souvent) la tête de sa mère.

(Bir al-walidayne d'Al-Tartouchi) 

 

-La mère d’Abdullah Ibnu ‘Awne l’appela et il haussa la voix sur elle.

Il regretta profondément et affranchit deux esclaves (à cause de son geste)

(Syar A'lam An-nubala) 

 

-Hicham Ibn 'Urwa rapporte que son père a dit au sujet du verset :

" Et par miséricorde, rabaisse sur eux l'aile de l'humilité (S18 v24)

Ce verset signifie : " Ne leur refuse rien de ce qu'ils aiment "

(Sahih Adab Al-Moufrade) 

 

-Dhabyan Ibn 'Ali At-thawri a dit :

" Une nuit ma mère s'est endormie en étant fâchée contre moi, je suis alors resté debout toute la nuit à ses cotés, ne voulant ni la réveiller ni m'asseoir, et lorsque je fus fatigué, deux de mes garçons vinrent me soutenir et je suis resté appuyé sur eux jusqu'à ce qu'à son réveil "

(Birou l-Walidayne d'Ibn Al-Jawzi) 

 

-La mère d'Ibn Mass'oud demanda de l'eau au cours d'une nuit; il partit et lui ramena de l'eau, mais trouvant que sa mère s'était endormie, il resta avec la boisson à son chevet jusqu'au matin.

(Birou l-Walidayne d'Ibn Al-Jawzi) 

 

-Soufiane Ibn Ouyaina rapporte qu'un homme revint d'un voyage et trouva sa mère debout en train de prier, il ne voulut pas s'assoir pendant que sa mère était débout.

Elle devina alors son intention et prolongea sa salat pour qu'il en soit récompensé.

(Birou l-Walidayne d'Ibn Al-Jawzi) 

 

-Moujahid a dit :

" Il ne convient pas à l'enfant de repousser la main de son père lorsqu'il le frappe.

Celui qui dévisage ses parents n'est pas bienfaisant envers eux.

Et celui qui leur cause des chagrins a été ingrat envers eux .

Celui qui dévisage ses parents n'est pas bienfaisant envers eux.

Et celui qui leur cause des chagrins a été ingrat envers eux."

(Al-birou wa Silat d'Ibn Al-Jawzi) 

 

-On demanda à Ali Ibn Al-Hussein Ibn Ali :

" Tu es parmi les hommes les plus dévoués envers leurs parents, et nous te voyons jamais manger avec ta mère ?.

Il répondit : " J'ai peur que ma main ne se précipite sur ce que son œil visait déjà et qu'ainsi j'aie fait preuve d'ingratitude envers elle.

Sachez qu’il y a encore très peu de temps, il y avait une communauté chez laquelle on ne trouvait pas de personnes qui habitent à l’étage au-dessus alors que leurs mères habitaient à l’étage au-dessous".

(Al-Birou Wa Sila p 82) 

 

-Haywa Ibn Shouraih était un grand savant, parfois lorsqu'il s'asseyait dans son cercle pour enseigner, sa mère lui disait :

" Haywa lève-toi et donne à manger aux poules". Alors, il se levait et abandonnait l'enseignement".

(Biroul Walidaine Ibn l-Jawzi p 79) 

 

-Muhammad Ibnou Sîrîne a dit :

« le prix du palmier atteignit mille dirhams au temps d’Othmâne Ibnu ‘Affâne. Oussâma Ibnu Zaïd opta pour un palmier et l’acheta.

Ensuite, il l’évida pour en extraire son cœur (cœur de palmier) qu’il donna à manger à sa mère.

On lui dit : « Qu’est-ce qui t’a amené à faire cela sachant que le prix du palmier a atteint mille dirhams ?! »

Il rétorqua : « Ma mère me le demanda, et il n’y a pas une chose qu’elle me demande et que je peux accomplir, sans que je le lui ramène. »

(L' immense valeur des parents) 

 

-Muhammad Ibnu Al-Mounkadir a dit :

« J’ai passé ma nuit à m'occuper des pieds de ma mère (c'est à dire à les baigner, les masser etc..) alors que mon frère Omar a passé la sienne en prière ; sa nuit ne me comblait pas autant que la mienne. »

(L' immense valeur des parents)

 

La plupart de ces récits sont tirés du livre Min Akhbar As-salafs du Sheikh Pakistanais : Zakariya Ibn Ghoulam Qadir Al-Bakistani 

Publié par muslimislam.fr

 

Publié dans Famille - أهل

Partager cet article

S'en remettre entièrement à Allâh : التوكل على الله - at-tawakul

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

S'en remettre entièrement à Allâh : التوكل على الله - at-tawakul

Question :

 

Je voudrais une explication exhaustive du hadith suivant pour pouvoir bien le comprendre :

"Si seulement vous vous en remettez à Allâh tel qu'il le faut vraiment, il vous fournira des moyens de subsistance comme Il les fournit aux oiseaux : ils s'envolent le matin affamés et rentrent le soir rassasiés" ?

 

Réponse :

 

Ce hadith est rapporté par `Omar رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Si seulement vous vous en remettiez à Allâh tel qu'il le fallait vraiment, il vous fournirait des moyens de subsistance comme Il les fournit aux oiseaux: ils s'envolent le matin affamés et rentrent le soir rassasiés."

 

C'est un hadith rapporté par l'Imam 'Ahmad, At-Tirmidhî, An-Nasâ'î, Ibn Mâjda, Ibn Hayân et Al-Hâkim. At-Tirmidhî : dit qu'il est bon et authentique.

 

Effectivement, s'en remettre à Allâh consiste à avoir un cœur confiant en Allâh, Le Très-Haut, en toute sincérité, à compter sur Lui pour accéder à tout ce qui est utile et pour éviter tout ce qui est nuisible dans les affaires de la vie d'ici-bas et dans l'au-delà.

 

Le sens de ce hadith est que si les gens parviennent à s'en remettre à Allâh, évidemment de tout leur cœur, à compter entièrement sur Lui pour se procurer le bien et repousser les maux, en prenant soin de faire les efforts nécessaires, Allâh leur octroiera des biens de toutes parts, à l'instar des oiseaux.

 

En effet, Allâh pourvoit à la subsistance de ces êtres dès qu'ils font leur simple aller retour, qui constitue un genre de requête toutefois aisée.

 

Cependant, le fait de s'en remettre à Allâh n'exclut pas l'effort exigé pour trouver sa subsistance, instauré comme loi naturelle par Allâh, c'est même une de Ses recommandations .

 

Donc, le fait de prendre en compte les moyens et de les rechercher par les cinq sens est une obéissance, et le fait de s'en remettre à Allah de tout son cœur est une marque de foi .

 

Allâh Le Très-Haut dit (traduction rapprochée) :

 

"Et craignez Allâh. C'est en Allâh que les croyants doivent mettre leur confiance."

 

Il associe la remise de soi à Allâh à la piété définie comme la prise en charge des moyens, alors que s'en remettre à Allâh sans ce critère est considéré comme un signe de pure impuissance, même s'il revêt une certaine forme de remise de soi à Allâh.

 

Le serviteur ne doit donc pas substituer l'un à l'autre, mais il faut que cette remise de soi à Allâh fasse partie des moyens qui lui assurent la réalisation de son but.

 

Qu'Allâh vous accorde le succès et que la Prière et la Bénédiction d'Allâh soient sur son Messager sa famille et ses compagnons.

 

Publié par alifta.com

شرح حديث لو أنكم توكلون على الله حق توكله

س6: أريد شرحًا وافيًا لهذا الحديث حتى نفهمه الفهم الصحيح

لو تتوكلون على الله حق توكله لرزقكم كما يرزق الطير تغدو خماصًا وتروح بطانًا ؟

ج6: الحديث عن عمر رضي الله عنه عن النبي صلى الله عليه وسلم قال

لو أنكم توكلون على الله حق توكله لرزقكم كما يرزق الطير تغدو خماصًا وتروح بطانًا

رواه الإِمام أحمد والترمذيوالنسائي وابن ماجه وابن حبان والحاكم، وقال الترمذي حسن صحيح حقيقة التوكل هو صدق اعتماد القلب على الله عز وجل في استجلاب المصالح ودفع المضار من أمور الدنيا والآخرة. ومعنى الحديث أن الناس لو حققوا التوكل على الله بقلوبهم واعتمدوا عليه اعتمادًا كليًّا في جلب ما ينفعهم ودفع ما يضرهم وأخذوا بالأسباب المفيدة لساق إليهم أرزاقهم مع أدنى سبب، كما يسوق إلى الطير أرزاقها بمجرد الغدو والرواح، وهو نوع من الطلب ولكنه سعي يسير، وتحقيق التوكل لا ينافي السعي في الأسباب التي قدر الله سبحانه وتعالى المقدرات بها وجرت سننه في خلقه بذلك فإن الله تعالى أمر بتعاطي الأسباب مع أمره بالتوكل، فالسعي في الأسباب بالجوارح طاعة والتوكل بالقلب عليه إيمان به، قال تعالى

وَاتَّقُوا اللَّهَ وَعَلَى اللَّهِ فَلْيَتَوَكَّلِ الْمُؤْمِنُونَ

فجعل التوكل مع التقوى التي هي القيام بالأسباب المأمور بها والتوكل بدون القيام بالأسباب المأمور بها عجز محض وإن كان مشوبًا بنوع من التوكل، فلا ينبغي للعبد أن يجعل توكله عجزًا ولا عجزه توكلاً، بل يجعل توكله من جملة الأسباب التي لا يتم المقصود إلاَّ بها كلها.وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 1، الصفحة رقم: 380)

السؤال السادس من الفتوى رقم - 9580

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Evoquer ses bonnes oeuvres pour se réconforter

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Evoquer ses bonnes oeuvres pour se réconforter

Il n'y a pas de mal a ce que le mourant évoque ses bonnes oeuvres pour se réconforter et se rassurer.

 

Abu Ishâq dit :

 

" A son agonie, Abu Sufyân ibn al-Hârith dit a son épouse :

"Ne me pleures pas puisque je ne me suis jamais souillé du moindre péché depuis que j'avais embrassé l'islam."

 

Ibrahim dit que :

 

"Les salafs recommandaient de rappeler au moribond ses meilleures oeuvres pour qu'il ait la meilleur opinion possible de Son Seigneur."

 

Ibrahim ibn Abu Bakr ibn ' Ayyâch raconte qu'ayant pleuré auprés de son père agonisant, celui-ci lui dit :

 

"Pourquoi pleures tu donc ?

Penserais Tu qu'Allah ne comptera pas les quarante ans de ma vie passés à réciter l'intégralité du Coran quotidiennement ?!"

 

Ces vers d'un sage sont propres à atténuer l'angoisse que l'on éprouve au moment de la mort :

 

Tout Prophète a trépassé

 Ainsi que tout être sensé.

 tout a chacun a son heure meurt.

 Et le savant et le docteur.

 N'aie pas peur donc de ce chemin.

 Qu'empruntera tout être humain.

 

Meditations sur la mort, Ibn Al Jawzy, Maktaba, p.64.65  

copié de alhouda.forumactif.com

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Quand le musulman implore pour son frère en Allâh...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quand le musulman implore pour son frère en Allâh...

D'après Oubada Ibn Samit رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Celui qui demande pardon pour les croyants et les croyantes, Allâh lui inscrit une bonne action pour chaque croyant et chaque croyante».

 

Rapporté par Tabarani et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°6026

 

عن عبادة بن الصامت رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : من استغفر للمؤمنين و للمؤمنات ، كتب الله له بكل مؤمن و مؤمنة حسنة 

bfgb

C'est à dire que l'on dit par exemple :

 

 

" Ô Allâh pardonne aux croyants et aux croyantes."

 

Allâhouma Ghfir Lil Mou'minin Wal Mou'minat

 

اللهم اغفر للمؤمنين و المؤمنات

 

bfgb

Abou Ad-Dardâ' رضي الله عنه rapporte que le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit : 

 

«L'imploration d'Allâh par le musulman pour son frère, en son absence, est exaucée.

Près de sa tête, il y a un Ange, chaque fois qu'il invoque Allâh pour le bien de l'absent, l'Ange mandaté à cela dit : Âmîn et tu en as l'équivalent.» 

 

Rapporté par Mouslim et Ibn Mâjah

 

وفي رواية له عن أبي الدرداء مرفوعًا

«مَنْ دَعَا لأَخِيهِ بِظَهْرِ الْغَيْبِ، قَالَ الْمَلَكُ الْمُوَكَّلُ بِهِ: آمِينَ، وَلَكَ بِمِثْلٍ»

bfgb

Selon Aboû Hamza Anas ben Mâlek رضي الله عنه serviteur de l'Envoyé d'Allâh, le Prophète صلى الله عليه وسلم  a dit : 

 

«Aucun de vous ne devient véritablement croyant s`il ne désire pour son frère, ce qu`il désire pour lui-même». 


Rapporté par Al Boukhari et Mouslim

bfgb
 
! اللهم اغفر للمؤمنين والمؤمنات الأحياء منهم والأموات
Ô Allâh pardonne aux croyants et aux croyantes, aux vivants et aux morts parmi eux !

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Ceux qui méprisent les savants sont des faibles d’esprit ! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Ceux qui méprisent les savants sont des faibles d’esprit ! (audio-vidéo)

 

Question :

 

Certains jeunes méprisent les savants et disent que les savants ne comprennent pas les problèmes d’actualité.

 

Quel conseil pouvez-vous leur donner ?

 

Réponse :

 

Il ne faut pas prêter attention à ces gens car ce sont des faibles d’esprit.

 

Lorsque le stupide parle, ne lui répond pas.

Car le silence est meilleur que de lui répondre.

 

Ce sont des faibles d’esprit, il est obligatoire de les délaisser et de ne pas leur prêter attention.

 

Car ces gens là ne connaissent pas la valeur de la science ni celle des savants.

 

C’est pour cette raison qu’ils ont prononcé ces paroles.

 

Traduit et publié par sunnah-islam.over-blog.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Faire le rappel d'Allah تعالى

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Faire le rappel d'Allah تعالى

D'après Abou Oumama (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a dit :

 

« M'asseoir pour faire le rappel d'Allah :

lui faire du tekbir,

du tehmid,

du tesbih

et du tehlil

jusqu'à ce que le soleil se lève (*) m'est plus aimé que de libérer deux esclaves ou plus parmi les enfants de Ismail,

et du 'asr jusqu'au coucher du soleil m'est plus aimé que de libérer quatres esclaves parmi les enfants d'Ismail ».

 

(Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°466)

 

(*) c'est à dire après la prière du sobh jusqu'à ce que le soleil se lève

 

- Le tekbir est le fait de dire Allahou Akbar : الله أكبر 

- Le tehmid est le fait de dire El Hamdoulilah : الحمد لله 

- Le Tesbih est le fait de dire Sobhanallah : سبحان الله 

- Le Tehlil est le fait de dire La Ilaha Illa Allah : لا إله إلا الله 

 

عن أبي أمامة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه وسلم

لأن أقعد أذكر الله تعالى ، و أكبره ، و أحمده و أسبحه ، و أهلله ، حتى تطلع الشمس ، أحب إلى من أن أعتق رقبتين أو أكثر من ولد إسماعيل ، و من بعد العصر حتى تغرب الشمس أحب إلى من أن أعتق أربع رقاب من ولد إسماعيل

Partager cet article

Site pour la grammaire arabe

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Site pour la grammaire arabe

Un excellent site pour la grammaire arabe, avec de nombreuses leçons et des exercices

Partager cet article