compteur de visite

Catégories

1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 13:36
Honorer les liens de parenté d'un proche mécréant

L'Imam Al-Bukhârî (413/10) rapporte [...] d'après Asmâ' qu'elle a dit :

 

"Ma mère vint à Médine avec son père durant la période du traité de paix que la tribu de Quraysh avait avalisé.

Je demandai au Prophète (sallalahou alayhi wa salam): "Ô messager d'Allah! Ma mère est venue en espérant que je lui rende visite. Puis-je le faire?"

Le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) répondit: "Oui, fais-le." [...]

 

Ibn 'Uyaynah a dit :

 

"C'est à ce sujet qu'Allah a révélé le verset suivant (traduction rapprochée): 

 

"Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion." (1)

 

Ce hadith a aussi été rapporté par Muslim (2/696) [...]

 

Ce hadith indique donc qu'il est légiféré de respecter les liens de parenté même si le proche en question est un mécréant. 

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

"Allah ne vous défend pas d'être bienfaisants et équitables envers ceux qui ne vous ont pas combattus pour la religion et ne vous ont pas chassés de vos demeures. Car Allah aime les équitables."  (2)

 

Al-Hâfidh Ibn Kathîr a dit en commentant ce verset :

 

"C'est-à-dire qu'il ne vous est pas interdit de faire preuve de bienveillance envers les mécréants qui ne vous combattent pas pour votre religion, comme les femmes et les faibles parmi eux. [...]"

 

Ibn Kathîr mentionne ensuite le hadith précédent de Asmâ' comme argument.

 

Puis le continue en disant :

 

"Allah explique ensuite qui sont les mécréants envers lesquels il n'est pas permis d'être bienveillant ni bienfaisant en ces termes:

 

"Allah vous défend seulement de prendre pour alliés ceux qui vous ont combattus pour la religion, chassés de vos demeures et ont aidé à votre expulsion. Et ceux qui les prennent pour alliés sont les injustes."  (3)

 

Être bienfaisant envers eux ne fait pas partie de l'affection qu'Allah nous a interdit d'avoir envers eux dans Sa parole (traduction rapprochée) :

 

"Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager, fussent-ils leur pères, leur fils, leurs frères ou les gens de leur tribu."  (4)

 

D'ailleurs, le Prophète (Sallalahou alayhi wa salam) aimait son oncle Abû Tâlib bien qu'il soit mécréant.

 

Et c'est à ce sujet que le verset suivant a été révélé (traduction rapprochée) :

 

"Tu (Muhammad) ne peux guider ceux que tu aimes." (5)

 

Ce dernier verset peut être compris de deux manières différentes, dont la seconde comporte un sous-entendu à savoir:

 

tu ne peux guider ceux que tu aimerais qu'ils soient guidés.

 

Cependant, la règle de base - s'il n'y a pas de nécessité - veut qu'il n'y ait pas de sous-entendu.

 

Ainsi, les arguments indiquant qu'il est permis d'éprouver de l'amitié envers un mécréant concernant l'amitié naturelle [due aux liens de parenté].

 

En effet, personne ne peut maîtriser ce genre de sentiments, et ce n'est pas considéré comme de l'affection interdite.

 

Et Allah est plus savant. 

 

(1) Sourate Al-Mumtahanah v.8

(2) Sourate Al-Mumtahanah v.8

(3) Sourate Al-Mumtahanah v.9

(4) Sourate Al-Mujâdalah v.22

(5) Sourate Al-Qasas v.56

 

Conseils aux femmes musulmanes - Pages: 277 à 279 - Dar Al Muslim

Retranscription: Oum chaïma

copié de Rappel01.fr

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Famille - أهل
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 12:59
La définition complète et définitive de la bid’ah

L'Imām ach-Chātibī, dans son excellent ouvrage al-I’tisām, a donné la définition législative la plus complète, concise et définitive d'al-bid’ah (البدعة), et notre exposé sur les fondements ne seraient pas complet si on n'en parlait pas.

 

L'imām ach-Chātibī a dit dans al-I’tisām (1/43) :

 

فالبدعة إذن عبارة عن: طريقة في الدين مخترعة تضاهي الشرعيّة، يُقصد بالسلوك عليها المبالغة في التعبد لله تعالى 

 

L'innovation (al-bid’ah) désigne donc :

 

-Une voie dans la religion,

-Inventée,

-Qui ressemble à la voie légale islamique (Chari’ah),

-Et qui a pour objectif d'amener celui qui l'emprunte à l'excès dans l'adoration d’Allah l'Exalté.

 

L'Imām ach-Chātibī a ensuite lui-même développé cette définition, et des savants de Ahl as-Sunnah l'ont également commentée.

 

Elle comporte plusieurs éléments et on peut les résumer de la façon suivante :

 

-Élément 1

 

Une voie (طريقة) : c'est tout sabīl, tarīq, sunan (ces termes référant tous à des voies), c'est la même chose, et cela désigne tout ce qui est mis en place pour être suivi et emprunté.

 

C'est donc la première chose : que l'intention derrière la mise au point ou la création d'une telle voie soit qu'elle soit prise comme une ligne de conduite.

 

-Élément 2

 

En matière de religion (في الدين) : cela exclut donc toutes les autres affaires, telles que les habitudes, les coutumes etc., et ce, parce que ce chemin ou cette voie se voit attribuée à la religion, et s'il s'agissait d'une chose mondaine (non religieuse), on ne l'appellerait pas bid’ah (innovation) [dans le sens législatif].

 

Toutes les affaires de l'ordre du terrestre se trouvent donc en dehors de la définition de la bid’ah.

 

C'est une chose qu'il est important de comprendre, car dans le langage de certains savants, on peut les voir employer le terme dans son sens linguistique, plus large ; on peut trouver des exemples de cela dans les paroles de l'Imām ach-Chafi’i, de Cheikh al-Islam Ibn Taymiyyah et de Cheikh Muhammad ibn ‘Abd el-Wahhāb.

 

-Élément 3

 

Inventée (مخترعة) : c'est-à-dire qu'elle n'a pas d'exemple précédent, de modèle antérieur.

 

Avec cette restriction, on exclut beaucoup de choses de la définition de la bid’ah, en particulier les choses qui ont bien un fondement dans la Chari’ah, et ces choses incluent la compilation du Qoran, l'écriture et la compilation des hadiths, la prière de tarawih en congrégation, les principes de fiqh, la science de la grammaire et de la morphologie, etc.

 

Même si elles n'étaient pas formellement présentes, leur fondement se trouve dans la Chari’ah.

 

Elles ne sont par conséquent pas considérées comme des innovations dans le sens législatif (c-à-d. blâmables), et ceux qui ont parlé d'elles en utilisant le terme d'innovations, ne l'ont fait que dans le sens linguistique du terme, comme dans la parole de ‘Umar ibn al-Khattāb parlant du fait qu'il a ressemblé les gens en une seule jamā’ah (groupe) pour la prière de tarāwīh et disant que c'est une « excellente bid’ah », or cet acte a un fondement dans la Sunnah car le Messager (‘alayhis salām) a dirigé les gens pendant trois jours au Ramadan dans une prière de tarawih en congrégation.

 

-Élément 4

 

Elle ressemble à la Chari’ah (تضاهي الشرعيّة).

 

C'est une autre partie cruciale de la définition, car l'innovation dans la religion est de deux types : une qui n'a absolument aucune base et qui est complètement étrangère à la religion, et une qui ressemble à la Chari’ah dans son fondement, mais qui s'oppose à la Chari’ah dans sa forme et ses détails, et la plupart des innovations sont de cette nature-là (la deuxième sorte).

 

Ach-Chātibi donne quelques exemples de ce qui est visé par cette partie de la définition et mentionne le dhikr en congrégation (le rappel à l'unisson, d'une seule voix), et le fait de prendre l'anniversaire du Prophète (‘alayhis salām) comme un jour de fête (‘id).

 

Le dhikr a un fondement dans la Chari’ah et l'existence de jours de fête (‘id) aussi, mais dans les détails particuliers, ces pratiques (le dhikr a l'unisson et la célébration de l'anniversaire du Prophète ‘alayhis salām) sont des innovations.

 

Ach-Chātibi dit que si ce n'était pas la nature des innovations de ressembler à la Chari’ah, on les traiteraient comme des actes habituels, rien de plus.

 

Ach-Chatibi explique aussi que la personne d'innovation innove dès le départ ces choses de telle sorte à ce qu'elles ressemblent à la Chari’ah afin qu'il puisse duper les autres, et il mélange des choses de la Sunnah avec son innovation car c'est la seule façon qu'il a d'obtenir des gens une réponse.

 

Cela fait partie des choses les plus importantes que l'Imām ach-Chatibi signale, car on entend les innovateurs, parmi les adorateurs de tombes contemporains et autres, essayer de justifier leurs actes en prétextant qu'ils ont une base dans la Chari’ah.

 

Ce n'est pas l'endroit pour réfuter ce doute, inchā'Allāh ce sera fait dans un autre article, mais il est important de bien noter cela : que c'est la nature même de l'innovation que de ressembler fortement à la Chari’ah, et c'est ainsi que la plupart des innovations ont une base dans la Charī’ah dans certains aspects, mais s'écartent d'elle dans d'autres aspects.

 

-Élément 5

 

Ce qui est recherché en empruntant la voie innovée particulière, c'est l'exagération dans l'adoration d'Allāh (يُقصد بالسلوك عليها المبالغة في التعبد لله تعالى) : cela participe de la complétude de la définition de la bid’ah, parce qu'il s'agit du principal objectif pour lequel elle (la bid’ah) est inventée, et c'est comme si l'innovateur pensait qu'il avait le droit de faire cela parce que c'est le but de sa création, conformément à la parole d'Allāh (traduction rapprochée) :

 

« Je n'ai créé les Djinns et les Hommes que pour qu'ils M'adorent. » (51:56).

 

Il ne lui est cependant pas apparu que les lois, règles et limites qu'Allāh a légiférées suffisent.

 

Toutefois, l'innovateur a souvent des désirs comme le fait de vouloir être suivi, et c'est ce qui le motive à innover pour les gens, avec comme prétexte de les faire se rapprocher d'Allāh.

 

Et ach-Chatibi cite à ce sujet la parole de Mu’adh ibn Jabal (radiallāhu ‘anhu) :

 

"On craint qu'un homme ne dise :

« Ce ne sont pas mes adeptes et ils ne me suivront pas, même si je leur récite le Qoran. Ils ne me suivront pas tant que je n'aurais pas innové quelque chose d'autre pour eux. »"

Prenez  donc garde à ce qu'il innove, car ce qu'il innove est un égarement."

Rapporté par Abu Dawud dans son Sunan, ad-Darimi dans son Sunan, et également par al-Ājurrī dans ach-Chari’ah, par Ibn Waddah dans al-Bida’ et par d'autres. 

 

Ach-Chatibi souligne aussi qu'avec cette partie de la définition, il devient clair que la notion d'innovation [blâmable] ne concerne pas le domaine de la vie quotidienne, des choses ordinaires (al-'ādāt).

 

Il y a des choses et des voies qui sont innovées, qui ressemblent à la Chari’ah, mais pas avec l'intention de se rapprocher par elles d'Allāh et de L'adorer ; ces choses n'entrent donc pas dans la définition de la bid’ah.

 

Les exemples qu'il donne comprennent les amendes imposées (auxquelles un dirigeant peut soumettre ses sujets), qui ont une valeur précise pouvant ressembler à celle de la zakah, ainsi que l'utilisation de passoires et le fait de se laver les mains avec de la potasse, parmi les choses qui n'étaient pas présentes auparavant.

 

Bien qu'elles peuvent ressembler à quelque chose de la Chari’ah, on n'a pas l'intention par elles d'amplifier l'adoration d'Allāh le Très-Haut.

 

-Élément 6

 

Ach-Chatibi explique aussi que dans sa définition se trouve incluse la bid’ah tarkiyyah, et que c'est lorsqu'une personne délaisse un acte, cherchant par là la proximité d'Allāh et à se rapprocher de Lui, et que cet abandon est contraire à la Chari’ah.

 

Se référer à : al-I’tisām (tahqiq : M. Salman, Maktabah at-Tawhid) 1/41-55.

Source : www.bidah.com

copié de albasyrah.over-blog.com

 

Imam Abou Ishaq Ach Chatibi - الإمام أبو إسحاق الشاطبي 

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 12:20
Abû Ishâq al-Huwaynî doit être traité comme ahl-ul-bid'a (vidéo)

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Cheikh Mohamed Ibn Hady Al Madkhaly - الشيخ محمد بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 08:38
Biographie de Cheikh Rabi' Ibn Hadi Al Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي عمير المدخلي(vidéo)

Sans titre 1-copie-5

Son Nom et Origine

 

Il est Al-'Alama, le Muhadith, shaykh Rabi' Ibn Hadi Ibn Muhammad 'Umair Al-Madkhali de la tribu de Mudakhala, une tribu bien connue dans la région de Jazan dans la partie sud du Royaume d'Arabie Saoudite.

C'est une des tribus de Banû Shabil.

Shabil était Ibn Yashjab Ibn Qahtan.

 

Sa naissance

 

Il est né dans le village de Jaradiya, qui est un petit village à l'ouest de la ville de Samita, distant de trois kilomètres.

Maintenant, le village est relié à cette ville.

Il est né en l’an 1351, dans la dernière partie de l'année.

Son père est décédé un an et demi après sa naissance, donc il a été élevé et éduqué dans la maison de sa mère, qu’Allâh lui fasse miséricorde.

Elle l'a surveillé et a pris en charge de l’élever de la meilleure façon possible et elle lui a appris de bonnes manières, comme l'honnêteté, la fiabilité et à être motivé dans l’accomplissement des prières.

Elle l’envoyait prier, sous la surveillance de son oncle paternel.

 

Son éducation

 

Quand le shaykh a atteint l'âge de huit ans, il a rejoint les cercles d'étude du village.

Là, il a appris l'écriture appropriée et la récitation (du Qur'an). Parmi ceux qui lui ont appris l'écriture, shaykh Shaiban Al-'Arishi et Al-Qadi Ahmad Ibn Muhammad Jabir Al-Madkhali.

Il a aussi appris avec une troisième personne, appelé Muhammad Ibn Hussain Makki de la ville de Sibya'.

Il a étudié le Qur'an avec shaykh Muhammad Ibn Muhammad Jabir Al-Madkhali, ainsi que le Tawhid et le Tajwid.

 

Ensuite il a étudié à l'école Salafi de Samita.

Parmi les enseignants avec qui il a étudié dans cette école, était le savant, shaykh Nasir Khalufa At-Tiyash Mubaraki (rahimahullah) qui était un savant célèbre parmi les étudiants principaux de shaykh Al-Qar'awi (rahimahullah).

Il a étudié les livres Bulugh Al-Maram et Nuzhat-un-Nadhr d’Al-Hafidh Ibn Hajr avec lui.

 

Puis il a rejoint l'institut éducatif de Samita, et là, il a étudié avec un certain nombre de nobles Mashayikh, le plus célèbre, et celui dont on parle le plus étant shaykh Hafidh Ibn Ahmad Al-Hakami - le grand savant bien connu (rahimahullah) et son frère, shaykh Muhammad Ibn Ahmad Al-Hakami.

Il a aussi étudié avec le grand savant, le Muhadith, Ahmad Ibn Yahya Najmi, qu’Allâh le préserve et Al-'Alama, shaykh Muhammad Aman Ibn 'Ali Al-Jami (rahimahullah).

Il a aussi étudié avec le Faqih, shaykh Muhammad Saghir Khamisi le livre Zad Al-Mustaqni' en ce qui concerne le Fiqh. Et beaucoup d'autres avec qui le shaykh a étudié la langue arabe, la Littérature, l’éloquence (Balagha), etc.

 

En l’an 1380, le shaykh a terminé ses études à l'institut éducatif de Samita.

Au début de l'année 1381, il a rejoint la Faculté de Shari'a de Riyadh et y reste un ou deux mois.

Alors l'Université Islamique de Médine s'est ouverte, il s'est donc déplacé à Médine et a rejoint la Faculté de Shari’a de l'Université Islamique.

Il a étudié là-bas quatre ans et a obtenu un diplôme en 1384 avec la mention Mumtaz (Excellent).

 

Les enseignants avec lesquels le shaykh a étudié à l'Université Islamique

 

-Al-'Alama, ancien Grand Mufti du Royaume d’Arabie Saoudite, shaykh ‘Abdul-'Aziz  Ibn 'Abdillah Ibn Baz (rahimahullah) avec qui il a étudié Al-'Aqida At-Tahawiya.

 

-Al-'Alama, le Muhadith, shaykh Muhammad Nasir-ud-Din Al-Albani (rahimahullah) avec qui il a étudié le Hadith et ses chaînes de transmission.

 

-Al-'Alama, shaykh Abdul-Muhsin Al-'Abad, avec qui il a étudié le Fiqh pendant trois ans, avec le livre Bidayat-ul-Mujtahid.

 

-Al-‘Alama, Al-Hafidh et Mufassir, shaykh Muhammad Al-Amin As-Shanqiti, auteur du livre Adwa-ul-Bayan, avec qui il a étudié le Tafsir et les principes du Fiqh pendant quatre ans.

 

-Shaykh Salih Al-'Iraqi, avec qui il a étudié Al-'Aqida (le Credo).

 

-Al-Muhaddith, shaykh  'Abdul-Ghaffar Hassan Al-Hindi, avec qui il a étudié la Science du Hadith et ses termes.

 

Après avoir terminé ses études à l'Université Islamique de Médine, il a travaillé un moment comme enseignant dans un des instituts de l'Université Islamique. Puis il a rejoint le Département des Hautes Etudes de l'Université Umm Al-Qurra, où il a continué ses études, obtenant son Magistère dans le sujet du Hadith en 1397, en achevant sa dissertation, bien connue "Entre les deux imams, Muslim et Ad-Daraqutni."

 

Puis en l'an 1400, il a obtenu son Doctorat d'Umm Al-Qurra, avec la mention Mumtaz (Excellent).

 

Grâce à sa vérification du livre "Nukat 'ala Kitab Ibn As-Salah" d'Al-Hafidh Ibn Hajr (rahimahullah).

 

Après cela, il est retourné travailler comme enseignant à l'Université Islamique (de Médine) à la Faculté du Hadith, où il enseignait le Hadith et ses Sciences.

 

Il est devenu plusieurs fois chef du Département de la Sunna dans le Département des Hautes Etudes.

 

Actuellement, il occupe une chaire permanente de professeur.

 

Ses attributs et caractéristiques

 

Le shaykh, qu’Allâh le préserve, se distingue par son humilité devant ses frères (musulmans), étudiants, les personnes qui posent des questions et les visiteurs.

Il est humble en ce qui concerne son domicile, ses vêtements et ses moyens de transport - n'aimant pas le luxe dans toutes ces choses.

Il est aussi toujours joyeux et a une mine gaie.

Il ne fatigue pas ses étudiants par trop de discours.

Et ses assises sont toujours remplies de lectures de Hadith, de la Sunna et d’avertissements contre l'innovation et ses gens, si bien qu'une personne qui ne le connaît pas bien ou se mélange avec lui, pourrait penser que le shaykh ne se préoccupe que de cela !

Il aime les étudiants en science Salafi, il est poli avec eux et les traite gentiment.

Et il s'efforce de les aider tant qu'il le peut, physiquement et financièrement.

Sa maison est toujours ouverte aux étudiants en science, si bien qu’il n’y a  pas un jour où il prend son petit déjeuner ou déjeuner ou le dîner seul.

Et il s’enquiert  de ses étudiants, les aide et partage avec eux.

 

Il est parmi les prêcheurs persistants et enthousiastes au Qur'an, à la Sunna et au credo des Salaf.

Nombreux à cette époque sont ceux qui ne peuvent égaler sa grande ardeur et sa passion pour la Sunna et le credo des Salaf.

Et à notre époque, il est de ceux qui défendent cette méthodologie des Salaf As-Salih, jour et nuit, en secret et ouvertement, sans laisser les accusations et critiques qu’on lui porte le censurer, pour l’amour d’Allâh.

 

Ses livres

 

Ses livres sont nombreux, la louange est à Allâh.

 

Le shaykh a écrit sur beaucoup de sujets importants et nécessaires, particulièrement celui de la réfutation des gens de l'innovation et des passions en ces temps où les redresseurs sont peu et les fauteurs de troubles nombreux.

 

Parmi ses livres :

  

-"Entre les deux imams, Muslim et Ad-Daraqutni" - c'est un grand volume, qui était sa dissertation de Magistère

 

-"Nukat 'ala Kitab Ibn As-Salah" - imprimé en deux volumes et qui était sa dissertation de Doctorat.

 

-Une vérification du livre "Al-Madkhal Ila As-Sahih" d'Al-Hakim - le premier volume de ce livre a été imprimé.

 

-Une vérification  du livre "At-Tawassul wal-Wasila" d'Ibn Taimiya – en un volume.

 

-"La Méthodologie des Prophètes dans Appel à Allâh"

 

-"Méthodologie d'Ahl-us-Sunna wal-Jama'a dans la Critique des Hommes, Livres et Groupes"

 

-"La Catégorisation du Hadith Sahih, Hassan et Da'if entre la réalité des Muhadithin et la falsification des disciples Aveugles" - une Réfutation de 'Abdul-Fattah Abu Ghuda et Muhammad 'Awama

 

-"Exposition des positions d’Al-Ghazali envers la Sunna et ses gens"

 

-"Prévention de l'Agression des Mécréants et Jugement concernant la recherche de l’Aide des Non-musulmans"

 

-"Le Statut d'Ahlul-Hadith"

 

-"La Méthodologie employée par l’imam Muslim dans la classification de son Sahih"

 

-"Ahlul-Hadith est le Groupe Victorieux et Sauvé" - une Discussion avec Salman Al-'Awda

 

-"Un Traité sur le Hadith Prophétique"

 

-"Répandre la Lumière Islamique sur le Credo et l’Idéologie de Sayid Qutub"

 

-"Les Abus de Sayid Qutub contre les Compagnons du Messager d'Allâh"

 

-" Protection contre les Dangers qui sont trouvés dans les Livres de Sayid Qutub"

 

-"La Frontière Décisive entre la Vérité et le Mensonge" - Discussion avec Bakr Abu Zayd

 

-"Majazafat Al-Hidad"

 

-"La Preuve Claire concernant la Protection de la Sunna"

 

-"Un Groupe (Jama'ah) pas plusieurs Groupes (Jamaa'at) et Un Chemin pas Plusieurs "- Discussion avec 'Abdur-Rahman' Abdul-Khaliq

 

-"An-Nasr-ul-'Aziz ' ala Ar-Radd-il-Wajiz"

 

-"La Forme Condamnée de Fanatisme et ses (mauvais) Effets"

 

-"Clarification de la corruption de la norme pour mesurer" - débat avec un hizbi qui se cache

 

-"Avertissement contre les Mensonges dans Tawdih Al-Malibari"

 

-"Réfutation des Mensonges de Musa Ad-Duwaish "

 

-"Destruction des Mensonges de 'Abdul-Latif Bashmil"

 

-"Attaque de Météores Salafi Flambants contre les campements Khalafi de 'Adnan"

 

-"Le Conseil est une Responsabilité Collective dans la Da'wa" - imprimé dans le magazine "At-Taw'iyh Al-Islamiya"

 

-"Le Qur'an et la Sunna - leurs effets, leur statut et le besoin d'eux dans l’établissement de l'éducation de nos écoles"

 

-"Jugement de l’islam concernant celui qui insulte le Messager d'Allâh ou critique quelque partie de Son Message" - article paru dans le journal koweïtien Al-Qabs (n° 8576) 9/5/1977.

 

Le shaykh a d'autres livres que nous n'avons pas mentionné ici. Nous demandons à Allâh de l'aider dans l'achèvement du bien et de lui accorder la capacité de faire ce qu’Il aime et agrée.

 

Certes, Allâh est Celui qui en a la puissance et est Capable de le faire.

 

 Publié par rabee.net

ترجمة موجزة للشيخ العلامة ربيع بن هادي عمير المدخلي

اسمه ونسبه
هو الشيخ العلامة المحدث ربيع بن هادي بن محمد عمير المدخلي . من قبيلة المداخلة المشهورة في منطقة جازان بجنوب المملكة العربية السعودية
مولده
ولد بقرية الجرادية وهي قرية صغيرة غربي مدينة صامطة بقرابة ثلاثة كيلومترات وقد اتصلت بها الآن ، وكان مولده عام 1351 هـ في آخره وقد توفي والده بعد ولادته بسنة ونصف تقريباً فنشأ وترعرع في حجر أمه ، رحمها الله تعالى فأشرفت عليه وقامت بتربيته خير قيام ، وعلمته الأخلاق الحميدة من الصدق والأمانة وحثه على الصلاة و تتعاهده عليها ، مع إشراف عمه عليه
نشأته العلمية
لما وصل الشيخ إلى سن الثامنة التحق بحلق التعليم في القرية وتعلم الخط والقراءة وممن تعلم عليه الخط الشيخ شيبان العريشي وكذلك القاضي أحمد بن محمد جابر المدخلي ، وعلى يد شخص ثالث يدعى محمد بن حسين مكي من مدينة صبياء وقرأ القرآن على الشيخ محمد بن محمد جابر المدخلي كما قرأ عليه التوحيد والتجويد وقرأ بالمدرسة السلفية بمدينة صامطه بعد ذلك
وممن قرأ عليهم بها
 الشيخ العالم الفقيه : ناصر خلوفة طياش مباركي ـ رحمه الله ـ عالم مشهور من كبار طلبة الشيخ القرعاوي ـ رحمه الله ـ ودرس عليه بلوغ المرام ونزهة النظر للحافظ ابن حجر ـ رحمه الله تعالى ـ
ثم التحق بعد ذلك بالمعهد العلمي بصامطة ودرس به على عدد من المشايخ الأجلاء ومن أشهرهم على الإطلاق الشيخ حافظ بن أحمد الحكمي العلامة المشهور رحمه الله تعالى ، وعلى أخيه صاحب الفضيلة الشيخ محمد بن أحمد الحكمي ، وكما درس به أيضاً على يد الشيخ العلامة المحدث أحمد بن يحي النجمي _حفظه الله _ ودرس فيه أيضاً على الشيخ العلامة الدكتور محمد أمان بن علي الجامي ـ رحمه الله ـ في العقيدة
وكذلك درس أيضاً على الشيخ الفقيه محمد صغير خميسي في الفقة _ زاد المستقنع _ ، وغيرهم كثير ممن درس عليهم الشيخ في العربية والأدب والبلاغة والعروض ، وفي عام 1380 هـ وفي نهايته بالتحديد تخرج من المعهد العلمي بمدينة صامطة وفي مطلع العام 1381 هـ التحق بكلية الشريعة بالرياض واستمر بها مدة شهر أو شهر ونصف أو شهرين ، ثم فتحت الجامعة الإسلامية بالمدينة النبوية ، فانتقل إلى المدينة والتحق بالجامعة الإسلامية بكلية الشريعة ودرس بها مدة أربع سنوات وتخرج منها عام 1384هـ بتقدير ممتاز
وممن درس عليهم الشيخ بالجامعة الإسلامية
سماحة الشيخ العلامة المفتي العام للملكة العربية السعودية : عبدالعزيز بن عبدالله بن باز ـ رحمه الله تعالى ـ وكانت دراسته عليه العقيدة الطحاوية
صاحب الفضيلة العلامة المحدث الشيخ محمد ناصر الدين الألباني _ رحمه الله _ في الحديث والأسانيد
صاحب الفضيلة الشيخ العلامة عبد المحسن العباد ودرس عليه الفقه ثلاث سنوات في بداية المجتهد
صاحب الفضيلة الشيخ العلامة الحافظ المفسر المحدث الأصولي النحوي اللغوي الفقيه البارع محمد الأمين الشنقيطي صاحب أضواء البيان _ درس عليه في التفسير وأصول الفقه مدة أربع سنوات
الشيخ صالح العراقي في العقيدة
الشيخ المحدث عبد الغفار حسن الهندي في علم الحديث والمصطلح
وبعد تخرجه عمل مدرساً بالمعهد بالجامعة الإسلامية مدةً ، ثم التحق بعد ذلك بالدراسات العليا وواصل دراسته وحصل على درجة " الماجستير " في الحديث من جامعة الملك عبدالعزبز فرع مكة عام 1397 هـ برسالته المشهورة " بين الإمامين مسلم والدار قطني "، وفي عام 1400 هـ حصل على الدكتوراه من جامعة الملك عبدالعزيز أيضاً بتقدير ممتاز بتحقيقه لكتاب " النكت على كتاب ابن الصلاح " للحافظ ابن حجر رحمه الله تعالى ثم عاد بعد ذلك للجامعة يعمل بها مدرساً بكلية الحديث الشريف ، يدرِّس الحديث وعلومه بأنواعها وترأس قسم السنة بالدراسات العليا مرارا وهو الآن برتبة " أستاذ كرسي " متعه الله بالصحة والعافية في حسن العمل
صفاته وأخلاقه
يمتاز الشيخ حفظه الله تعالى بالتواضع الجم مع إخوانه وطلابه وقاصديه وزواره وهو متواضع في مسكنه وملبسه ومركبه ، لا يحب الترفه في ذلك كله ، وهو أيضاً دائم البِشر ، طلق المحيا ، لا يمل جليسه من حديثه ، مجالسه عامرة بقراءة الحديث والسنة ، والتحذير من البدع وأهلها كثيراً ، حتى يخيل لمن يراه ولم يعرفه ويخالطه أنه لاشغل له إلا هذا ، يحب طلبة العلم السلفيين ويكرمهم ويحسن إليهم ويسعى في قضاء حوائجهم بقدر ما يستطيع بنفسه وماله ، وبيته مفتوح لطلبة العلم دائماً حتى إنه لايكاد في يوم من الأيام يتناول فطوره أو غداءه أو عشاءه بمفرده ويتفقد طلبته ويواسيهم . وهو من الدعاة الغيورين على الكتاب والسنة وعقيدة السلف يمتلئ غيرة وحرقة على السنة والعقيدة السلفية قل نظيره في هذا العصر وهو من المدافعين في زماننا هذا عن نهج السلف الصالح ليلاً ونهاراً وسراً وجهاراً من غير أن تأخذه في الله لومة لائم
مؤلفاته
هي كثيرة ولله الحمد وقد طرق الشيخ _ حفظه الله _ أبواباً طالما دعت إليها الحاجة خصوصاً في الرد على أهل البدع والأهواء في هذا الزمان الذي كثر فيه المفسدون وقل فيه المصلحون ، ومؤلفاته هي
       بين الإمامين مسلم والدار قطني " مجلد كبير وهو رسالة الماجستير
     النكت على كتاب ابن الصلاح " مطبوع في جزئين وهو رسالة الدكتوراه
  تحقيق كتاب المدخل إلى الصحيح " للحاكم طبع الجزء الأول منه
       تحقيق كتاب التوسل والوسيلة " للإمام ابن تيمية - مجلد
      منهج الأنبياء في الدعوة إلى الله فيه الحكمة والعقل
     منهج أهل السنة في نقد الرجال و الكتب و الطوائف
     "تقسيم الحديث إلى صحيح وحسن وضعيف بين واقع المحدثين ومغالطات المتعصبين " رد على عبد الفتاح أبو غدة ومحمد عوامه
   كشف موقف الغزالي من السنة وأهلها
     صد عدوان الملحدين وحكم الاستعانة بغير المسلمين
     مكانة أهل الحديث
  منهج الإمام مسلم في ترتيب صحيحه
    أهل الحديث هم الطائفة المنصورة الناجية ـ حوار مع سلمـــان العودة ـ
    مذكرة في الحديث النبوي
    أضواء إسلامية على عقيدة سيد قطب وفكره
   مطاعن سيد قطب في أصحاب رسول الله صلى الله عليه وسلم
     العواصم مما في كتب سيد قطب من القواصم
      " الحد الفاصل بين الحق والباطل " حوار مع بكر أبو زيد
    مجازفات الحداد
   المحجة البيضاء في حماية السنة الغراء
   " جماعة واحدة لا جماعات و صراط واحد لا عشرات " حوار مع عبد الرحمن عبد الخالق
     النصر العزيز على الرد الوجيز
    التعصب الذميم وآثاره . عني به سالم العجمي
      بيان فساد المعيار ، حوار مع حزبي متستر
   التنكيل بما في توضيح المليباري من الأباطيل
     دحض أباطيل موسى الدويش
  إزهاق أباطيل عبداللطيف باشميل
     انقضاض الشهب السلفية على أوكار عدنان الخلفية
    النصيحة هي المسؤولية المشتركة في العمل الدعوي . ( طبع ضمن مجلة التوعية الإسلامية )
     الكتاب والسنة أثرهما ومكانتهما والضرورة إليهما في إقامة التعليم في مدارسنا . ( ضمن مجلة الجامعة الإسلامية العدد السادس عشر )
   حكم الإسلام في من سبَّ رسول الله أو طعن في شمول رسالته . ( مقال نشر في جريدة القبس الكويتية ) العدد ( 8576 ) بتاريخ ( 9/5/ 1997 )
وللشيخ كتب أخرى سوى ما ذكر هنا وقد جمع أسماءها ونبذة عنها الأخ خالد بن ضحوي الظفيري في كتابه "ثبت مؤلفات الشيخ ربيع بن هادي المدخلي" وتجده في موقع الشيخ ربيع
نسأل الله تعالى أن يعينه على إتمام مسيرة الخير وأن يوفقه لما يحبه و يرضاه إنه ولي ذلك والقادر عليه

Sans titre 1-copie-5

 

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Savants - العلماء
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 06:53
Soyez rassuré quant à votre avenir dans l'au-delà... (audio-vidéo)

 

Question :

 

Qu’allah vous remercie noble Cheikh. Qu’Il vous rétribue et vous récompense de la meilleure façon. Amîn.

 

Une personne demande : Noble Cheikh je vous aime en Allah.

 

Et ma question est la suivante : Comment le croyant peut-il être rassuré quant à son futur dans l’au-delà ?

 

Réponse :

 

Pour ce qui est de l'amour en Allah, je te réponds : 

 

Qu'Allah, en qui tu m'a aimé, t'aime aussi.

Et l'amour en Allah compte parmi les actes rapprochant le plus d'Allah.

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Sept personnes seront à l'ombre d'Allah le jour où il n'y aura d'ombre que la Sienne.

Un gouverneur équitable

Un jeune ayant grandit dans l'adoration d'Allah

Un homme dont le coeur est attaché aux mosquées

deux hommes qui se sont aimés en Allah, se sont réunis pour Lui et se sont séparés pour Lui

un homme appelé (à la fornication) par une femme riche et belle et qui répond : "je crains Allah"

un homme faisant une aumône et la cachant si bien que sa main gauche ne sait pas que sa main droite a donné

et une homme pleurant en mentionnant Allah dans la solitude."

 

C'est à dire pleurant par crainte d'Allah.

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Allah dit : Mon amour est nécessairement accordé à ceux qui s'aiment pour Moi, ceux qui s'échangent pour Moi, ceux qui s'assoient pour Moi..."

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Allah dira au jour de la résurrection : "Où sont ceux qui s'aimaient pour Ma majesté ?"    

Aujourd'hui Il les couvrira de Son ombre, au jour où il n'y aura d'ombre que la Sienne."

 

Le présentateur :

 

La question est : Comment le croyant peut-il être rassuré quant à son futur dans l’au-delà ?

 

Réponse :

 

S'il agit en bien, il peut être rassuré.

 

S'il agit en bien, qu'il ait une bonne opinion se son Seigneur.

 

Car Allah dit (traduction rapprochée) :

 

" Je suis (avec mon serviteur) en fonction de l'opinion qu'il a de Moi et je suis avec lui lorsqu'il Me mentionne."

 

Ainsi, s'il agit en bien, avec application et sincérité, il aura une bonne opinion d'Allah.

 

Mais sis es oeuvres sont mauvaises, son opinion sera mauvaise. 

 

Il est donc obligatoire au croyant de :

 

-craindre Allah,

-de respecter les limites d'Allah,

-de prendre garde aux interdits d'Allah

-et d'accomplir ce qu'Allah lui a imposé.

 

Parmi les signes de ceci : l'attention portée à la prière et sa préservation.

 

Le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"On a mis ma réjouissance dans l'accomplissement de la prière."

 

Et il صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Celui qui la préserve, elle sera pour lui une lumière, une preuve évidente et un salut au jour de la résurrection.

Et celui qui ne la préserve pas, elle ne sera pour lui ni une lumière, ni une preuve évidente, ni un salut et il sera rassemblé au jour de la résurrection avec Pharaon, Hamam, Coré et Ubayy Ibn Khalaf."

 

Et il صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"La première oeuvre sur laquelle est jugé le serviteur est sa prière.

Si elle est saine, il aura réussi et sera sauvé.

Et si elle est corrompue, il aura perdu et échoué."

 

Et dans un autre hadith :

 

"La première chose que vous perdrez de votre religion sera la loyauté, et la dernière chose que vous perdrez de votre religion sera la prière."

 

Ainsi, si tu examines ton âme et la combats pour Allah, que tu préserve les prières en groupe, et agis en bien... tu aura une bonne opinion d'Allah et seras rassuré quant à ce qu'Allah a promis à Ses alliés comme salut et succés (traduction rapprochée) :

 

"En vérité, les bien-aimés d'Allah n'ont nulle crainte à avoir et ils ne seront point affligés, ceux qui croient et qui craignent (Allah). 

 Il y a pour eux une bonne nouvelle dans la vie d'ici-bas tout comme dans l'au-delà." (sourate Yunus verset 62 à 64)

 

Ils sont ceux qui ont cru en Allah, l'ont craint, et sont restés fermement sur Sa religion, et ils sont Ses alliés.

 

Ainsi, celui qui agit en bien, et combat son âme dans l'accomplissement des oeuvres, il aura une bonne opinion d'Allah.

 

Et au contraire, celui dont les oeuvres sont mauvaises, son opinion sera mauvaise et il n'y a de force et de puissance qu'en Allah.

 

Le présentateur :

 

Noble Cheikh, cette personne a sêrement voulu signifier qu'elle craignait être touchée par certaines croyances ou pensées qui sont un égarement et ce, sans le savoir.

 

Réponse :

 

Il doit s'attacher à apprendre.

 

Il doit chercher à comprendre sa religion.

 

Et le prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Celui à qui Allah veut du bien, il lui donne une bonne compréhension de la religion."

 

Il doit donc apprendre jusqu'à connaitre la croyance qu'Allah agréé ; Et ceci en méditant le coran, en s'attachant au coran et à la sounnah du prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Le coran expose la croyance avec laquelle Allah a envoyé Ses messagers et révélé Ses livres.

 

Et il en est de même pour la sounnah.

 

Il faut également interroger les savants connus pour leur croyance authentique parmi les savants des pieux prédecesseurs.

 

Il doit les interroger, assister aux assises scientifiques et en tirer profit jusqu'à bien comprendre sa religion et être clairvoyant dans sa religion.

 

Le présentateur :

 

Noble Cheikh nous entendons une invocation qui est :

 

اللهم إنا نعوذ بك من أن نشرك بك شيئا نعلمه و نستغفرك لما لا نعلمه

"ô Allah ! Nous cherchons protection auprès de Toi contre le fait de T'associer quelque chose que nous savons et nous Te demandons pardon pour ce que nous ne savons pas."

 

Celà est-il rapporté authentiquement (du prophète صلى الله عليه وسلم) ?

 

Réponse :

 

Oui.

 

Celà fait partie des meilleures invocations car l'homme peut tomber dans l'ostentation ou d'autres formes de polythéisme mineur.

 

Ainsi, qu'il cherche aide auprès d'Allah et dise : 

 

 اللهم إنا نعوذ بك من أن نشرك بك شيئا نعلمه و نستغفرك لما لا نعلمه

 

"Ô Allah ! Nous cherchons protection auprès de Toi contre le fait de T'associer quelque chose que nous savons et nous Te demandons pardon pour ce que nous ne savons pas." 

 
Car Allah est Celui qui sait ce qui émane de toi, ainsi dit : 

 

"Ô Allah ! Nous cherchons protection auprès de Toi contre le fait de T'associer quelque chose que nous savons et nous Te demandons pardon pour ce que nous ne savons pas."

 

Combats ton âme et examine-la dans tes oeuvres et tes paroles.

 

Ce que tu peux reconnaître comme péchés, repens-toi à Allah pour celà.

 

Et ce que tu vois de bien, remercie Allah pour celà.

 

C'est en examinant l'âme que tu connaîtras son bien et son mal.

 

"La première oeuvre sur laquelle est jugé le serviteur est sa prière."

 

Si tu examines ton âme et la combats, tu obtiendras un immense profit.

 

Tu loueras Allah pour t'avoir guidé vers le bien et le remercieras pour celà.

 

Tu prendras garde à ce qu'Allah t'a interdit et t'en éloignera.

 

Et tu remercieras Allah qui t'a accordé cette préservation.

 

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

 اللهم إنا نعوذ بك من أن نشرك بك شيئا نعلمه و نستغفرك لما لا نعلمه

 

"Ô Allah ! Nous cherchons protection auprès de Toi contre le fait de T'associer quelque chose que nous savons et nous Te demandons pardon pour ce que nous ne savons pas." 

 
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 04:52
Les diables enchaînés pendant le mois de ramadan (vidéo)
Question :

 

Comment cela se fait-il que lorsque les shayatin sont enchainés durant le mois du Ramadan nous voyons encore des gens commettre des péchés et du mal ?

 

Comment devons-nous comprendre le hadith du Prophète (paix et bénédictions sur Lui):

 

«Lorsque arrive le mois de Ramadan, les portes du Paradis sont ouvertes et celles de l'enfer fermées, tandis que les chayatines (démons) sont enchaînés.»?

[Rapporté par Al-Bukhari et Muslim]

 

Réponse de Cheikh Al-Ghoudayane :

 

En ce qui concerne ce hadith les gens sont de deux catégories :

 

-La première catégorie sont les koufars, il n'y a pas de protection contre les shayatin pour eux (c-a-dire que les shayatin ne sont pas enchaînés pour eux), Allah nous a informé qu'ils allaient entrer en enfer et ne jamais en sortir.

 

-En ce qui concerne la seconde catégorie ce sont les croyants. Il y a ceux qui font des péchés et dont leurs actes sont réduits.

 

Ce hadith ne concerne pas tout les gens en général, toute la création, nous devons reconnaître qu'en ce qui concerne les personnes qu'ils sont divisés en deux catégories.

 

Les koufars restent dans leurs égarements.

 

Cela dit, les croyants sont ceux dont leurs mauvaises actions sont réduites ou leurs transgressions dans ce mois particulier.

 

Ceci est la réponse à la question.

Sans titre 1-copie-5

Explication de ce hadith par cheikh al islam ibn taymiya

 

-Le Hadîth :

 

Le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- a dit :

 

« Lorsque arrive le mois de Ramadan, les portes du Paradis sont ouvertes et celles de l'enfer fermées, tandis que les chayatines  (démons) sont enchaînés. »

[Rapporté par Al-Bukhari et Muslim]

 

-Le commentaire du Hadîth :

 

Ibn Taymiyya -qu’Allah lui fasse Miséricorde- dit : 

 

Il est bien connu que le texte et le consensus établissent l'interdiction à la personne prenante part au jeûne de manger, et de boire et d'avoir des relations sexuelles.

 

Il est authentiquement rapporté que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- a dit :

 

« Le diable court et circule dans le fils d'Adam comme le sang y court et y circule. »

[Rapporté par Al-Bukhari et Muslim]

 

Sans aucun doute, le sang est produit en mangeant et en buvant; ainsi quand on mange ou boit, les conduits de Satan (les veines) s'élargissent.

 

Donc il est dit : «  resserrez les conduits par la faim. » 

 

Certains disent que c'est une narration (du Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-).

 

De la même façon que le Prophète -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- a dit :

 

« Lorsque arrive le mois de Ramadan, les portes du Paradis sont ouvertes et celles de l'enfer fermées, tandis que les Shayatines (démons) sont enchaînés.»

[Rapporté par Al-Bukhari et Muslim]

 

Si ces conduits ont été contraints et les cœurs se sont précipités pour faire les bonnes actions par lesquelles les portes de Paradis sont ouvertes et abstenues de mauvais actes alors les diables sont enchaînés, donc leurs effets diminuent en raison de l'enchaînement.

 

Ils seront incapables de faire ce qu'ils ont l'habitude de faire dans les autres mois que celui du Ramadhan. 

 

Le Messager d'Allah -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- n'a pas dit qu'ils seraient tués ou qu'ils allaient mourir.

 

Il a dit -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam-  : « Enchaîné ».

 

Le diable enchaîné peut causer un certain mal, mais son mal durant le mois de Ramadhan est plus faible que dans les autres mois.

 

Cela dépend de la perfection du jeune. 

 

Ainsi, celui dont le jeune est parfait repousse le diable mieux que celui dont le jeune est imparfait.

 

C'est la sagesse derrière l'interdiction pour la personne prenant part au jeune de manger et de boire.

 

La décision est stable seulement sur ce qui est en accord avec cela.

 

Source : Haqiqatou-Siyam.

 

copié de minhaj sunna

 

 

Cheikh AbdouLlah Al-Ghoudayân - الشيخ عبدالله الغديان

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 04:48
Se faire examiner par une gynéco pendant ramadan (vidéo)

Question :

 

Si une femme voit un gynécologue et se fait examiner durant le moment du jeûne, cela annule-il son jeûne?

 

Réponse :

 

S'il n'y a rien qui est considéré comme de la nourriture ou de la boisson qui ne rentre dans l'estomac, alors ce genre d'examen n'annule pas le jeûne.

 

 

Cheikh AbdouLlah Al-Ghoudayân - الشيخ عبدالله الغديان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 03:58
Ô jeune mouslim, ne te laisse pas avoir ! (audio)

Cours donnés au Centre Al-Forqane à Bruxelles - Belgique 

Explications du livre : " Woujoub At-Tathabout fi Al-Akhbar " de Sheikh Salih Ibn Abdallah Fawzan Al-Fawzan - (Qu'Allah le préserve)

وجوب التثبت من الأخبار واحترام العلماء

Traduction et explication : Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

 

64f5sfl7rlw

Cours 1 à télécharger

 

Cours 2 à télécharger

 

Cours 3 à télécharger

 

Cours 4 à télécharger

64f5sfl7rlw

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 03:24
Ô vie d’ici-bas !...

‘Abd Al-Mâlik ibn Marwân a dit lors de la maladie qui a entraîné sa mort:

 

«Levez-moi !»

 

Ils le levèrent jusqu’à ce qu’il puisse sentir l’air ambiant (le vent) et il dit:

 

« Ô vie d’ici-bas !

 

Comme tu es douce, mais la longueur de ton temps est bien courte !

 

Et ton abondance est bien vile et nous avons été trompé à ton sujet ! » 

 

{As-Siyar, 4/250}

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 03:03
La manière d’effectuer les petites ablutions

Allah ‘aza oua djal dit (traduction rapprochée):

 

« Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles… » Jusque « Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants. » (Sourate 5, Verset 6)

 

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) les a désigné comme étant « une condition à la Foi », vu la portée de ses vertus et que « seul un croyant peut en être assidu » car en réalité cet acte intime entre le serviteur et son seigneur.

 

Tous les péchés commis partent avec la dernière goutte d’eau, le prophète Muhammad (paix et bénédictions d’Allah sur lui) disait :

 

"Quand le croyant fait ses ablutions et se lave le visage, tous les péchés qu'il a commis avec ses yeux partent avec l'eau, et quand il se lave les mains, tous les péchés qu'il a commis avec ses mains partent avec l'eau.

Et quand il lave ses pieds, tous les péchés vers lesquels il s'est dirigé partent avec l'eau. "

(Hadith dans les Sounnan Abou Daoud)

 

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit:

 

"Celui qui fait son ablution ainsi, tous ses péchés antérieurs seront pardonnés"

(Hadith dans le Sahih de Mouslim).

 

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit:

 

"Voulez-vous que je vous montre une chose par laquelle Allah efface tous les péchés et hisse les gens à des niveaux supérieurs !

L'ablution selon les règles prescrites, même dans la crainte et la prière fréquente dans les mosquées "

(Hadith dans le Sahih de Mouslim).

 

Nous retrouvons cette importance de la purification dans le fait que, s'il ne nous est pas possible de trouver de l'eau, nous avons recours à de la terre pure.

 

Il est aussi possible d'utiliser du sable ou une pierre.

 

(traduction rapprochée) :

 

« Ô les croyants! Lorsque vous vous levez pour la Salat, lavez vos visages et vos mains jusqu'aux coudes; passez les mains mouillées sur vos têtes; et lavez-vous les pieds jusqu'aux chevilles. Et si vous êtes pollués "jounoub", alors purifiez-vous (par un bain); mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu ou' il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants. » (Sourate 5, Verset 6)

 

Les actes ne valent que par l'intention, la petite ablution commence elle aussi par l'intention.

 

Elle ne doit pas être formulée à haute voie mais toujours se faire de façon intime qui exclut la langue.

 

Le croyant doit dire : "Bismi Allah - Au nom d'Allah" et doit également être économe quant à l’eau utilisée car le prophète effectuait ses ablutions avec une petite quantité d’eau équivalente à une poignée de deux mains jointes [Moûd].

 

Note : L’utilisation du Siwâk (le cure-dent) avant d’effectuer ses ablutions est une Sounna :

 

D'après Abu Hurayra – radya Allah ‘an hou -, le Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) a dit :

 

"Si je ne craignais pas de surcharger ma communauté, je leur aurai ordonné d'utiliser le Siwâk avant chaque prière."

[Hadith dans le Sahih de Boukhari et Mouslim].

 

Nous trouvons ainsi dans les parties obligatoires à purifier le visage, les mains jusqu’aux coudes et les pieds jusqu'aux chevilles.

 

Le prophète Muhammad (paix et bénédictions d’Allah sur lui) avait pour habitude de laver une ou plusieurs fois ces parties (deux ou trois). Le lavage de son visage et de sa tête comprenait la bouche, le nez et la barbe.

 

-Se laver les deux mains en commençant par la droite, en s'assurant que de l'eau passe bien partout, notamment entre les doigts.

 

-Se rincer la bouche, en faisant passer l'eau à l'intérieur.

Rincer le nez en s'assurant que l'eau pénètre bien à l'intérieur et en ressorte.

Le prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) avait l'habitude d'aspirer l'eau de sa main droite et de la rejeter vers sa main gauche.

 

-Laver le visage en prenant de l'eau dans les deux mains comme indiqué.

Le visage (wadjh) est déterminé par tout ce qui se trouve entre le bas des cheveux et le menton et d'une oreille à l'autre (non comprises).

Faire un passage sur la barbe et passer les doigts imbibés d’eau s’il celle-ci est dense.

 

-Laver les avant-bras en commençant par le droit, du haut des mains jusqu'aux coudes compris, comme indiqué.

Faire passer l’eau entre les doigts à chaque passage et remonter jusqu’aux coudes comme l’indique l’image ci-contre.

 

-Laver la tête (cheveux) du haut du front jusqu'en haut de la nuque.

Utilisez les deux mains pour plus de facilité.

Laver à la suite les deux oreilles, en utilisant, par exemple, l'index pour l'intérieur et le pouce pour l'extérieur.

 

-Laver les deux pieds ainsi que les chevilles en commençant par le droit, en s'assurant que l'eau passe bien entre les doigts.

 

-On achève les ablutions par l’évocation suivante :

"Ash-hadou ala ilaha ila Allah, wahadahou la charika lahou oua ash-hadou ana Muhammad an ‘abdouhou oua rasoûlouh " 

Ce qui signifie :

"J’atteste qu’il n’y a point de divinité à part Allah, l’Unique qui n’a point d’associé et j’atteste que Muhammad est Son serviteur et Son Messager" .

 

D’autres formules peuvent être prononcées…

 

Il est conseiller à la suite des ablutions, de faire deux unités de prière (rak’atayn) comme cela est rapporté dans la Sounna.

 

Article tiré d'un facicule du centre de prêche de Riyadh .

Traduction rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy | 16 Rabi' 1428 – 03/05/07

copié de alghourabaa.com

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Purification - طهارة