Les fléaux qu’engendrent les péchés

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les fléaux qu’engendrent les péchés

Ibn Al-Qayyim dit :

 

«On compte parmi les fléaux qu’engendrent les péchés : la disparition des bienfaits et l’apparition des malheurs.

Ainsi, tout bienfait qui disparaît est dû à un péché commis par le serviteur, et tout malheur qui a lieu est dû à un péché, comme l’a dit ‘Ali ibn Abî Tâlib :

«Un malheur ne se produit qu’en raison d’un péché commis, et il ne disparaît que grâce au repentir.»

 

Allah dit (traductions rapprochées) :

 

«Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont commis. Et Il pardonne beaucoup.» Sourate Ash-Shûrâ v.30

 

«C’est qu’en effet Allah ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci ne change lui-même. Et Allah entend et sait tout.» Sourate Al-Anfâl v.53

 

Allah nous informe donc qu’Allah n’altère pas un bienfait dont Il a gratifié quelqu’un avant que ce dernier ne change lui-même.

 

Il remplace ainsi l’obéissance à Allah par sa désobéissance, son remerciement par l’ingratitude à Son égard et les causes menant à Sa satisfaction par celles menant à Son courroux.

 

Si donc il change ces choses, Allah changera Ses bienfaits à son égard et c’est là une rétribution juste (traduction rapprochée) :

 

«Et Allah n’est pas injuste envers les serviteurs.» Sourate Fussilat v.46

 

Si le serviteur remplace la désobéissance par l’obéissance, Allah remplacera le châtiment par la préservation, et l’humiliation par l’honneur.

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

«En vérité, Allah ne modifie point l’état d’un peuple, tant que les (individus qui le composent) ne modifient pas ce qui est en eux-mêmes. Et lorsqu’Allah veut (infliger) un mal à un peuple, nul ne peut le repousser : ils n’ont en dehors de lui aucun protecteur.» Sourate Ar-Ra’d v.11

 

A ce propos, les vers suivants sont d’une grande pertinence :

 

Si tu jouis d’un bienfait, préserve-le.

 En effet, les péchés font disparaître les bienfaits.

 Protège ce bienfait par l’obéissance au Seigneur des hommes,

 Car le Seigneur des hommes châtie rapidement les désobéissants.

 Prends garde à l’injustice autant que tu peux,

 Car l’injustice à l’encontre des hommes a de graves conséquences.

 Voyage avec ton cœur parmi les créatures,

 Pour savoir la destinée de ceux qui ont été injustes.

 Leurs demeures vides après qu’ils ont péri

 Sont un témoin indiscutable à ce sujet.

 Et rien ne leur a été plus néfaste que leur injustice,

 ET c’est leur injustice qui les a détruits.

 Combien de jardins et de palais ont-ils laissés ?

 Et combien d’autres choses plus grandes encore ?

Ils ont été introduits en enfer, et les délices ont disparus.

Quand aux plaisirs passés, ils ont été pour eux comme un mirage.

 

Conseils pour la femme musulmane p 415-417

 Publié par la-ilaha-illallah.over-blog.com

 

Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Partager cet article

Avoir un doute si on a encore les ablutions ou pas

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Avoir un doute si on a encore les ablutions ou pas

Question 8 :

 

Le fait de douter de ses ablutions les annule-t-il ?

 

De même, si j'ai un doute sur le fait d'avoir ou non accompli la prière de Zhouhr (de midi), dois-je la refaire pour ne plus douter, ou bien dois-je ignorer le doute et considérer ce pour quoi j'ai le plus de certitude ?

 

Si je réalise, quelques temps après la prière, que je ne m'étais pas bien orienté vers la Qibla (direction de la prière vers La Mecque), dois-je refaire la prière ?

 

Réponse 8 :

 

Premièrement :

 

Si quelqu'un fait ses ablutions et qu'ensuite il doute de la survenue d'une impureté mineure, la base est que ses ablutions ne sont pas annulées jusqu'à ce qu'il s'assure du contraire.

 

Donc, qu'il prenne en considération la base et ignore le doute.


Au cas où il n'aurait pas fait ses ablutions et qu'il a un doute de les avoir faites, la base est qu'il ne les a pas faites jusqu'à ce qu'il en ait la certitude, et il devra prendre en considération la base, à savoir, qu'il n'a pas fait les ablutions.


La règle religieuse est que le doute n'annule point la certitude, la base étant de considérer l'état tel qu'il est jusqu'à preuve du contraire.


Deuxièmement :

 

Si quelqu'un doute d'avoir fait sa prière ou non, la base est de considérer qu'il ne l'a pas faite jusqu'à ce qu'il soit sûr de l'avoir accomplie.


Troisièmement :

 

Si une personne ne trouve pas quelqu'un pour lui montrer la direction de la prière (Qibla), qu'elle n'arrive pas à la déterminer, qu'elle fournit un effort pour la trouver, qu'elle prie et qu'ensuite elle réalise que la direction n'était pas la bonne, qu'elle ne refasse pas la prière, elle est, louange à Allah, correcte.
 

Toutefois, si la personne n'avait pas demandé ni fourni un effort pour déterminer la Qibla, et qu'ensuite elle réalise qu'elle n'était pas vers la bonne direction, sa prière est dans ce cas incorrecte, et elle devra la refaire.
 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 8 de la Fatwa numéro (18612)

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 122)

Traduit et publié par alifta.net

 

 الشك في الحدث بعد الوضوء

س 8: الشك في الوضوء هل ينقضه؟ كذا إن شككت هل صليت الظهر أم لا، هل أصليه فأقطع الشك أم أطرح الشك وأبني على ما قارب يقيني؟ وإذا أدركت بعد فترة من الصلاة أني أخطأت في توجهي نحو القبلة، هل يلزمني إعادة تلك الصلاة؟
ج 8: أولاً: إذا توضأ الإنسان وشك في الحدث، فالأصل أنه على الوضوء حتى يتيقن الحدث، فيبني على الأصل ولا يلتفت إلى الشك
وإذا كان على غير وضوء وشك في أنه توضأ، فالأصل عدم الوضوء حتى يتيقنه، فيبني على الأصل وهو عدم الوضوء
وقاعدة الشريعة في هذا: أن اليقين لا يزول بالشك، وأن الأصل بقاء ما كان على ما كان حتى يثبت ما يرفعه
ثانيًا: إذا شك الإنسان في صلاته هل صلاها أو لا، فالأصل أنه لم يصلها حتى يتيقن أنه صلاها
ثالثًا: إذا لم يجد الشخص من يرشده إلى جهة القبلة، ولم يستطع النظر في الأدلة التي تدل عليها، فاجتهد فصلى ثم تبين له أنه مخطئ في اجتهاده، فلا يعيد الصلاة وصلاته صحيحة والحمد لله
ولكن إذا فرَّط في السؤال أو النظر، ثم تبين له خطأ اجتهاده، فصلاته غير صحيحة وعليه الإعادة
وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الثامن من الفتوى رقم - 18612

(الجزء رقم : 4، الصفحة رقم: 122)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

السؤال الثامن من الفتوى رقم ( 18612 )

Partager cet article

N'oublions pas nos propres défauts...!

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

N'oublions pas nos propres défauts...!

"Ne t'occupes pas des défauts d'autrui en oubliant les tiens ...

car tu auras commis deux erreurs."

 

Vers d'Al Qahtani dans sa Nuniyyah p. 39

Partager cet article

Menteur ! Il s’agit d’un grand menteur ! (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Menteur ! Il s’agit d’un grand menteur ! (audio-vidéo)

 

Question :

 

Une personne demande :

 

« Me conseillez- vous d’adhérer au groupe Tabligh, tout particulièrement après avoir récemment fait l’éloge de ce groupe, wa jazakoum Allah kheyr… ».

 

Réponse :

 

Celui qui dit que j’ai fait l’éloge de ce groupe, n’est qu’un menteur !

Je ne fais pas d’éloges en faveur de ces gens-là. Je ne fais d’éloges qu’aux gens de la Sounna et du Consensus  qui appellent au Tawhid et à la croyance authentique et enseignent aux gens la science bénéfique.

Ce sont ces gens-là que nous conseillons aux musulmans de suivre.  

Quant aux innovateurs et ceux qui ne donnent pas d’importance au Tawhid et ne dédaignent même pas lui accorder de l’importance et propagent les innovations, ceux-là, au contraire, nous mettons en garde contre eux, nous mettons une grande mise en garde contre eux.

 

Question :

 

Votre Eminence [Sheikh], qu’Allah vous accorde la réussite, une personne demande :

Une des protagonistes du groupe Tabligh prétend que vous avez fait l’éloge des gens du Tabligh durant une de vos conférences que vous auriez tenu précédemment dans la ville d’Al-Qurayyat (Ville d’Arabie Saoudite), est-ce vrai ?

 

Réponse :

 

Menteur ! Il s’agit d’un grand menteur…

Je ne fais pas d’éloges en faveur de ces gens-là et je ne les aime pas !

 

Traduit par AbuKhadidja Al Djazairy

 Publié par alghourabaa.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Rouqya et salaire

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Rouqya et salaire
Voici une fatawa traduite en français avec un hadith, qui est très souvent mal compris et mal interpréter, puisse Allah azzawajal nous accorder le discernement et nous montrer le vrai du faux 

 

Abou Said (paix d'Allah sur lui) a dit :

 

" Des compagnons du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) partirent en voyage et s’installèrent près d’un abreuvoir appartenant à une tribu arabe. Ils sollicitèrent l’hospitalité de ces derniers mais elle leur fut refusée. Et puis le chef de la tribu fut mordu par un serpent et on ne lui trouva aucun remède efficace. Certains (membres de la tribu) dirent (à d’autres) :

Si vous alliez voir ce groupe (de voyageurs) car il se peut qu’il ait un remède…

Ils se rendirent près du groupe et leur dit :

Notre chef a été mordu par un serpent et nous n’avons pas encore trouvé un remède efficace pour lui…

Y-a-t-il parmi vous quelqu’un qui puisse faire quelque chose pour lui ?

L’un des voyageurs dit :

Oui, au nom d’Allah.

Je sais exorciser, mais, au nom d’Allah, nous avons sollicité votre hospitalité en vain.

Par conséquent, je ne vais pas exorciser votre malade sans contrepartie ».

Après négociation, la tribu donna un troupeau de mouton…

Et le Compagnon se mit à réciter la Fatiha et à cracher sur le malade.

Celui-ci ne tarda pas à être délivré de son mal et à marcher correctement comme s’il venait d’être libéré d’une attache.

Puis les arabes donnèrent aux voyageurs la contrepartie exigée.

Une partie de ces derniers dit : il faut partager (les moutons).

Mais l’exorciseur dit : non, ne le faites pas ; attendez que nous rentrions auprès du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) pour lui raconter ce s’est passé et entendre l’ordre qu’il nous donnera…

A leur retour auprès du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) ils lui racontèrent l’histoire et il dit :

Comment aviez-vous su qu’elle (la Fatiha) pouvait servir dans l’exorcisation.

Puis il ajouta :

Partagez-vous (les moutons) mais réservez-moi une part et il éclata de rire… "

 

(Rapporté par al-Boukhari, 4175 et par Mouslim, 2192).

 

A leur retour à Médine il questionnaire le prophète :

Il a pris une récompense sur le livre d’Allah !

Il répondit :

Certes le plus digne de ce que vous avez pris en récompense est le livre d’Allah.

 

(Rapporté par AL-Boukhari)

separatorr

Cheikh islam Ibn Taymiyyah (rahimahou Allah) dit :

 

Lorsqu’il a mentionné ces paroles du prophète :

Certes le plus digne de ce que vous avez pris en récompense est le livre d’Allah.

 

Il dit :

Et le salaire était la guérison du malade et non la récitation.

 

Il dit aussi :

Certes le salaire concernait la guérison non la récitation, c'est-à-dire que le salaire était le prix, et que la guérison en était seulement la condition. (Fin de citation)

 

Ce que font les gens de nos jours va à l’encontre des pratiques de pieux prédécesseurs, ils prennent un salaire sur la récitation que cela se fasse directement sur le malade ou sur les médicaments en augmentant le prix du à leur récitation.

 

Tous ceci n’a rien à voir avec le hadith, le salaire est payer au raqui après la guérison du malade c’est ce que l’on retire du hadith, l’exorcisme fut pratique est conditionné à la guérison.

 

Ce que l’on voie aujourd’hui comme pratique de la part des raqui ils prennent l’argent des gens sans que la guérison s’en suive.

Certains pour un soufflement dans une bouteille d’eau exigent un prix élevé comme s’il était un bienfaiteur guérissant toutes les maladies tous ceci c’est dévorer l’argent des gens en pure mensonge.

 

Qu’ils sachent ceux qui font du Coran une profession, un moyen de subsistance, qu’ils sont en contradiction avec les pieux prédécesseurs de cette oumma, que leur exemples sont les prophètes et les envoyé d’Allah, Allah nous informe qu’ils ne demandaient aucune récompenses aux gens quand a la propagation de la religion de leur Seigneur.

 

Allah dit (traduction rapprochée) : (Au sujet de Nouh)

 

Ô mon peuple, je ne vous demande pas de richesse en retour. Mon salaire n'incombe qu'à Allah. (11/29)

 

(traduction rapprochée) (Au sujet de Houd)

 

Ô mon peuple, je ne vous demande pas de salaire pour cela. Mon salaire n'incombe qu'à Celui qui m'a créé. Ne raisonnez-vous pas ? (11/51)

 

(traduction rapprochée) (Au sujet de Salih)

 

Je ne vous demande pas de salaire pour cela, mon salaire n'incombe qu'au Seigneur de l'univers. (26/145)

 

Ainsi tous les envoyés n’ont jamais demandé de salaire, ou de récompense pour avoir prêchés les gens et de les avoir sauvé du feu, ils ne souhaitaient de salaire et de récompense que de la part d’Allah.

 

Médite l’exemple de Dhoul-Qarnayn lorsque un peuple lui proposa une récompense afin qui leurs construisent un barrage réfléchie bien à sa réponse et médite là :

 

Ils dirent :

 

«Ô Zul-Qarnayn, les Yajuj et les Majuj commettent du désordre sur terre.

Est-ce que nous pourrons t'accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous ? »

Il dit : «Ce que Mon Seigneur m'a conféré vaut mieux (que vos dons). Aidez-moi donc avec force et je construirai un remblai entre vous et eux. » 

 (18/94/95)

 

Voilà le comportement des gens pieux d’autres fois, alors qu’aujourd’hui la religion et devenu une occasion de s’enrichir tout ce monnaye, la rouqia ainsi devenu une profession ainsi la course à la Dounia et la seule préoccupation de ces gens, et d’amasser des grandes sommes d’argent.

 

On questionna AbdAllah Ibn al-Moubarak sur les gens ignoble ?!

 

Il dit : 

 

"C'est celui qui mange par sa religion."

 (Cha'ab al-Iman 6934)

 

Soufian al-Thawri dit :

 

"Certes le plus vil des désirs c'est que tu demandes ce bas monde par la science de l'au-delà." (Cha'ab al-Iman 6937)

 

Extrait du majmou’ fatawa (128/18) Ibn Taymiya

copié de rouqia-chariya.blog4ever.com

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

Un site web bien connu, appelé «Facebook»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Un site web bien connu, appelé «Facebook»

Question :

 

Il existe un site Web bien connu, appelé Facebook et est largement utilisé partout dans le monde.

 

Sur ce site, toute personne peut avoir sa propre page ou peut écrire et valider jusqu'à ses photos.

 

Grâce à l'utilisation de ce site Web, hommes et femmes sont en mesure de regarder les photos de l'autre et ils répondent souvent par le biais de ce site Web.

 

En outre, il y a également de l'adultère et de la fornication directement en raison de ce site Web.

 

Maintenant, certains des Ahl as-Sunna ont commencé à utiliser ce site Web au nom de la Da'wah.

 

Donc est-il possible pour nous d'utiliser ce site Web pour faire la Da'wah par le biais de photos, videos, message ecrit ect... ? .

 

Bismi Allâh el Rahman el Rahim 

Au nom d'Allâh, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux 

Louange à Allâh ; 

C’est Lui que nous louons et dont nous implorons l’aide et le pardon.

Et nous recherchons refuge auprès d’Allâh contre la méchanceté de nos âmes et contre nos mauvaises actions.

 

Le Sheikh Mohammed ibn Ramzane (qu’Allâh le préserve), m’a demandé dernièrement si je possédais une page sur Facebook, je lui ai répondu qu’actuellement non en lui rappelant la fitna présente sur ce site.

 

Il m’a répondu que cela est bénéfique lorsqu’il s’agit de l’utiliser pour la daw`ah à la condition de configurer la page d’accueil comme étant une page de lecture uniquement.

 

De cette sorte, tout contact avec autrui sera impossible.

 

Dans ce cas la page de ton compte sur Facebook sera une page d'exposition uniquement (articles, liens bénéfiques etc...).

 

wa billahi a-Tawfiq.

 

Abdelmalik Abou Adam al-firansi le 18/08/1432 - 19/07/2011 Joubail - Arabie Saoudite

Publié par dourouss-abdelmalik.com

 

Cheikh Mohammed Ibn Ramzane Al-Hadjiri - الشيخ محمد رمزان الهاجري

Partager cet article

Invocation de protection lorsque l'on rentre dans un lieu

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Invocation de protection lorsque l'on rentre dans un lieu

Invocation de protection lorsqu'on rentre dans un lieu .

Tel qu'un endroit qu'on redoute, un endroit où il est susceptible de nous arriver un mal etc..

Lorsqu'on s'arrête dans un endroit pour y passer la nuit etc...

 

Dans le recueil du Sahih Muslim :

 

" Quiconque s'arrête à un endroit (pour camper) et dit :  

 

 

"Je recherche refuge auprès des paroles parfaites d'Allah

contre le mal qu'il a créé."

 

أعوذ بكلمات الله التامّات من شرّ ما خلق

 

A'oudhou bi Kalimati Lahi At-tâmâti Min Chari Ma Khalaq

 

 

Rien ne pourra le nuire jusqu'à ce qu'il quitte ce lieu ! "

-Contre le mal qu'il a crée : C'est à dire toute créature qui pourrait causer du mal à la personne, que se soit un animal, un jinn, un humain, un vent, une pluie, un tonnerre bref toute chose susceptible de nuire. 

 

-Rien ne pourra le nuire jusqu'à ce qu'il quitte ce lieu ! : Ceci parce qu’il est sous la protection d'Allah tout puissant.

 

Cependant, la condition pour l'exaucement de cette invocation est de la prononcer avec sincérité, de placer sa confiance en Allah et d'être assidus à sa récitation lorsque l'occasion se présente.

Al Qourtoubi a dit au sujet de ce hadith : 

 

" Il s'agit d'une information authentique et d'une parole véridique, la preuve (La Hadith) et l'experience nous ont démontré la véracité de cette invocation.

Depuis que j'ai pris connaissance de ce Hadith, je le met en pratique et rien ne m'a jamais nuit.

Un jour alors que j'avais oublié de réciter cette invocation je me fis piquer par un scorpion, après avoir bien réfléchis je me rendis compte que j'avais oublié de formuler cette invocation de protection." 

 

Allah ordonne donc au musulman de revenir à Lui et de n'invoquer que lui en se mettant sous sa protection et de ne pas faire comme ceux avant la venue de l'Islam, qui lorsqu'ils voulaient camper ou dormir dans un endroit ou autre demandaient la protection des Jinns. 

 

Références principales : Tayssir l-Aziz l-Hamid p 214 de Soulaymane Ibn Abdillah et Fiqh l-Ad'iyat wal adhkar du Sheikh Abdurazaq Al Abbad tome 3 p 278 

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr -  الشيخ عبد الرزاق العباد البدر

Partager cet article

Achetez, vendez dans le monde arabe...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

"Le bon coin", version arabe

 

Capture-copie-1.GIF

 

clipart_fleches_0198.pngVisitez le site

Partager cet article

Pourquoi l'Arabie est-elle prise pour cible ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Pourquoi l'Arabie est-elle prise pour cible ?

Question :

 

Il y a des chaînes de télévision et des sites web qui incitent les gens à être désobéissants envers le dirigeant de ce pays (l'Arabie Saoudite) et à ne pas lui prêter serment d'allégeance.

 

Que dites-vous à propos de ceux qui ont été égarés par ces menteurs et ont coopéré avec eux ?

 

Réponse :

 

Oui, ce pays est à la fois assiégé et une cible, parce qu'il est le seul pays restant à être sur la méthodologie (Manhaj) des Salaf as-Sālih.

 

Ce pays est exempt de chaos, de révolutions et de perpétrateurs de coups d'état.

 

Ce pays est plein de sûreté, de sécurité et (plein de) de la méthodologie des Salaf as-Sālih.

 

Ils veulent éteindre ces qualités et en faire un pays de chaos et de désordre.

 

Ils souhaitent que le meurtre et la mort se produisent dans ce pays tout comme cela s'est produit dans d'autres pays.

 

Nous devons à la fois les mettre en garde, et mettre en garde contre eux.

 

Ne les laisser pas vous attirer.

 

N'amenons pas dans nos maisons ces chaînes à nos enfants, (sinon) ils regarderaient ces maux et ce chaos, et ils grandiraient avec cela (ces idées).

 

Les habitations devraient être exemptes de ces chaînes et nous devrions aussi interdire à nos enfants d'aller sur ces sites web (qui sont plein de destruction).

 

Leurs parents sont responsables d'eux.

 

Cassette «al-Hamalāt al-I’lāniyyah dhidd Hukkām wa ‘Ulamā' Bilād-il-Haramayn».

Publié par salafiya-contre-terrorisme.over-blog.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

L’interdiction d’avoir de mauvaises fréquentations

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’interdiction d’avoir de mauvaises fréquentations

Les preuves du Coran

 

(Traductions rapprochées)

 

-« Quand tu vois ceux qui se perdent dans des discussions à propos de Nos versets, éloigne-toi d'eux jusqu'à ce qu'ils entament une autre discussion. Et si le Diable te fait oublier, alors, dès que tu te rappelles, ne reste pas avec les injustes ». (S6/V68)

      

-« Dans le Livre, Il vous a déjà révélé ceci: lorsque vous entendez qu'on renie les versets d'Allah et qu'on s'en raille, ne vous asseyez point avec ceux-là jusqu'à ce qu'ils entreprennent une autre conversation. Sinon, vous serez comme eux. Allah rassemblera, certes, les hypocrites et les mécréants, tous, dans l'Enfer ». (S4/V140)

 

-Ibn ‘Aoun رحمه الله a dit :

 

« Ibn Sirin رحمه الله était d’avis que les gens les plus prompts à apostasier étaient Ahl Al Ahwa et que ce verset fût descendu à leurs sujet « Quand tu vois ceux qui se perdent dans des discussions à propos de Nos versets, éloigne-toi d'eux ».

(Voir Al Ibâna de Ibn Batta 431/2)

 

-Layth Ibn Abi Soulaym rapporte de Abou Ja’far cette parole :

 

« ne vous asseyez pas avec Ahl Al Khoussoumates car ce sont eux qui se perdent dans des discussions à propos des versets d’Allâh »

(Tafsir Tabari 229/7 et Tafsir Qourtoubi 12/7).

 

Ahl Al Khoussoumates : ceux qui débattent de la religion sans science et sans vouloir arriver à la vérité

 

-L’imâm Mouhamad Ibn Jarir At Tabari رحمه الله a dit dans son tafsir :

 

« On voit dans ce verset une preuve claire de l’interdiction de s’asseoir avec Ahl Al Bâtil de toutes sortes parmi les innovateurs et les pervers quand ils pataugent dans leurs fautes ».

(Tafsir Tabari 330/5)

 

Ahl Al Bâtil : ceux qui prônent le faux 

111

Les preuves de la Sounna

 

-Le Messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« L’exemple du bon compagnon et du mauvais compagnon est celui de celui qui porte du musc et du forgeron.

 Quant à celui qui porte du musc : ou bien il te fait un cadeau de son parfum, ou bien tu lui en achètes, ou bien tu profites de sa bonne odeur.

 Quant au forgeron : ou bien il brûle tes vêtements, ou bien tu sens de sa part une vilaine odeur. »

 (Al Boukhari et Mouslim)

 

-Ibn Hajar Al ‘Asqalani رحمه الله a dit à propos de ce hadith :

 

« Dans ce hadith, on voit l’interdiction de s’asseoir avec les personnes dont la compagnie est néfaste pour les affaires de la religion et de la vie mondaine de même que l’on y voit l’incitation à s’asseoir avec les personnes dont la compagnie est bénéfique dans ces deux domaines. »

(Fath Al Bari, hadith n° 1959)

 

-An Nawawi رحمه الله a dit :

 

« On voit dans ce hadith le mérite de côtoyer les vertueux et l’interdiction de côtoyer les personnes mauvaises et Ahl al Bida' »

(Sharh Sahih Mouslim par Al Nawawi, hadith n° 4762)

 

-Le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

« Ne côtoie que le croyant et ne mange qu’en compagnie du pieux »

( Voir Sahih Al Jami’ n° 7341 et Sahih At Targhib Wat Tarhib n° 3036)

 

-Il صلى الله عليه وسلم a dit également : 

 

« L’homme est sur la religion de son ami intime. Regardez donc qui vous côtoyez »

(Hadith hassan rapporté par Abou Daoud)

111

Paroles de savants

 

-Ibn ‘Abâss رضي الله عنه :

 

« Ne côtoie pas Ahl Al Ahwa, car leurs compagnies rendent les cœurs malades »

(Al Ibâna 438/2)

 

-Ibrâhim An Nakha’i رحمه الله :

 

« Ne côtoyez pas Ahl Al Ahwa car leurs compagnie retirent du cœur la lumière de la Foi, enlaidissent le visage et amènent la haine dans le cœur des croyants »

(Al Ibâna 439/2)

 

-Al Fodeyl Ibn ‘Iyad رحمه الله :

 

« Allâh a des anges qui recherchent les assemblées où l’on fait le Dhikr.

Observe donc avec qui tu t’assoies.

Que ton compagnon ne soit pas un innovateur car Allâh ne les regarde pas. Le signe de l’hypocrisie est que l’homme se lève et s’assoie en compagnie d’un innovateur.

J’ai vécu à l’époque des meilleures personnes, toutes suivaient la Sounna et interdisaient de côtoyer les innovateurs. »

(Hiliat Al Awlia 104/8)

 

-Cheikh Mouhamad Ibn ‘Abdilwahâb رحمه الله :

 

Il écrit dans sa lettre aux habitants de Qassim :

 

« Je prends Allâh comme témoin, ceux qui sont présents parmi les anges, ainsi que vous-mêmes que j’ai la même croyance que Al Firqa An Nâjia (le groupe sauvé), Ahl As Sounna wal Jamâ’a. » 

Ensuite il donne un résumé de la croyance de Ahl As Sounna wal Jamâ’a, dont le point suivant :

«Il faut boycotter Ahl Al Bida’ et les quitter jusqu’à ce qu’ils se repentent.

Je les juge selon ce qu’ils laissent apparaître et je laisse à Allâh ce qu’ils cachent.

Je crois fermement que toute nouveauté dans la religion est une hérésie. »

(Majmou’ mouallafate, partie 5, Ar rassail achakhssia p 11)

 

-Cheikh Mouhamad Ibn Sâlih Al ’Outhaymin رحمه الله :

 

« Fuir Ahl Al Bida’ c’est : s’éloigner d’eux, ne pas les aimer, ne pas les prendre comme alliés, ne pas les saluer, ne pas les visiter etc.…

C’est une obligation, et la preuve est la parole d’Allâh عز و جل : 

 

« Tu n'en trouveras pas, parmi les gens qui croient en Allah et au Jour dernier, qui prennent pour amis ceux qui s'opposent à Allah et à Son Messager ». (S58/V22) »

(Explication de Loum’at Al I’tiqâd page 110)

 

-Cheikh ‘Abdoulaziz Ar Râjihi, qu'Allah le préserve : 

Cheikh nous explique ici la recommandation de l’Imâm ‘Abdoullâh Ibn Al Moubârak à Ismâ’il At Toussi :

 

« Tu côtoies les pauvres, et prends garde de côtoyer l’innovateur car je crains qu’Allâh t’exècre » 

 

Explication

 

« Tu côtoies les pauvres » : cette information est en fait un ordre et son sens est « il faut que tu côtoies les pauvres ». 

 

« Les pauvres » : Ahl As Sounna 

 

« Et prends garde de côtoyer l’innovateur car je crains qu’Allâh t’exècre » : l’exécration c'est-à-dire la plus grande haine.

« Tu côtoies les pauvres » : c'est-à-dire Ahl As Sounna, même s’ils sont faibles et pauvres tant qu’ils se cramponnent à la Sounna. Donc, côtoie- les et prends garde de côtoyer Ahl Al Bida’ même s’ils font partie des personnes de haut rang car je crains que la colère d’Allâh descende sur toi.

 

Ceci montre que les imâms et les savants mettent en garde contre Ahl Al Bida’ et sont d’avis que les assemblées de Ahl Al Bida’ sont des assemblées de colère et d’exécration de la part d’Allâh, ceci car ils sont loin de la Sounna et déviés du droit chemin. »

 

-Cheikh Al Albâni رحمه الله :

 

« C’est pour cette raison que nous trouvons beaucoup de textes rapportés de nos pieux prédécesseurs parmi les savants comme Mâlik, Ahmad et d’autres dans lesquels ils mettent en garde les gens contre le fait de s’asseoir avec Ahl Al Bida’. Plus encore, ils leurs ordonnaient de les boycotter de crainte que ne pénètre dans leurs cœurs une ambiguïté »

 

copié de alminhadj.fr

Partager cet article

Quand est-il permis à une personne de demander l'assistance (financier) d'autrui ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quand est-il permis à une personne de demander l'assistance (financier) d'autrui ?

Samoura Ibn Joundoub Rapporte :

 

"Le fait de demander (la mendicité) est une blessure que l'on fait à son propre visage sauf si on s'adresse à une autorité ou si on est acculé par une nécessité réelle (Fi Amri la Bouda Minhou)"

 

Rapporté par tirmidhi et Authentifié par Sheikh Al Albani

 Qabisa Ibn Moukhàrek rapporte :

 

«J'avais pris sur moi de payer une rançon pour mettre fin à une querelle et je vins trouver le Messager d'Allah pour lui demander de m'y aider.

 

II dit : «Reste ici en attendant que nous viennent des aumônes et j'ordonnerai qu'on t'en donne».

 

Puis il me dit : « Ô Qabisa ! La mendicité n'est permise qu'à l'un de ces trois :

 

Quelqu'un qui a pris en charge de payer une rançon pour mettre fin à une querelle. Celui-là peut demander assistance jusqu'à ce qu'il ait la valeur de la rançon puis il s'arrête de demander.

 

Quelqu'un dont les biens ont été frappés d'une calamité. Il a droit de demander assistance jusqu'à ce qu'il retrouve de quoi vivre.

 

- Quelqu'un qui souffre d'une disette dont témoignent trois sages de son peuple. Il lui est alors permis de demander assistance jusqu'à ce qu'il puisse subvenir lui-même à ses besoins».

 

(Rapporté par Moslem) 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Hassan Al-Basri : la description d'un croyant (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Hassan Al-Basri : la description d'un croyant (dossier)

«Al-Hassan Al-Basri» [1]

 

Il disait -qu’Allah lui fasse Miséricorde- :

 

«Satisfaire le besoin d’un frère musulman m’est préférable à une retraite spirituelle d’un mois !»

 

Un homme le questionna au sujet du bon comportement.

 

Il répondit :

 

«C’est la générosité, le pardon et la tolérance.»

 

«Si Allâh, Puissant et Grand, avait voulu, IL aurait fait de vous des gens riches sans aucun pauvre parmi vous, et s’IL avait voulu, IL aurait fait de vous des gens pauvres sans aucun riche parmi vous.

 

Mais, Il a voulu vous éprouver les uns par les autres, afin de voir votre comportement, puis Il a indiqué à Ses serviteurs les vertus morales en leur disant (traduction rapprochée) :

 

«Ils les préfèrent à eux-mêmes, même s’ils sont dans le besoin. Et quiconque se garde de sa propre avidité, les voilà alors ceux qui réussissent !» (sourate Al-Hasr verset 9)

 

«Nous considérions comme avare celui qui prêtait de l’argent à son frère (c'est-à-dire : qui n’était pas assez généreux pour lui donner).

Je jure par Allâh qu’il y avait, parmi ceux que j’ai vu et fréquenté, celui qui déchirait sa cape et donnait la moitié à son frère, et qui gardait ce qui en restait.

Certes, il y avait avant vous, celui qui jeûnait, et qui, au moment de rompre son jeûne, allait chez l’un de ses frères et lui disait :

« aujourd’hui j’ai jeûné pour Allâh, et je veux, si Allâh l’accepte de moi, que tu en ais une part (en me donnant de quoi rompre mon jeûne).

La personne lui apportait alors ce qu’elle avait en eau et en dattes et il rompait son jeûne avec cela, désirant ainsi lui faire acquérir une récompense, même s’il pouvait se passer de ce que ce dernier possédait.»

 

« J’ai vécu à l’époque de personnes parmi lesquelles il y avait celui qui remplaçait son frère auprès de la famille et des enfants de ce dernier, durant quarante ans après sa mort » (c'est-à-dire : leur assurait leur subsistance) !

 

Les larmes d'Al-Hassan Al-Basri  

 

Nous fîmes la prière du vendredi avec Al-Hassan Al-Basri -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-, et lorsque nous terminâmes, nous nous regroupâmes autour de lui ; il se mit alors à pleurer d'une manière intense, on lui demanda : 

 

«Que t'arrive-t-il - qu'Allah te fasse miséricorde - alors que durant ton sommeil le Paradis t'a été annoncé 

 

Ses pleurs devinrent plus intenses et il dit :

 

«Et comment ne pleurerais-je pas alors que si l'un des compagnons du Prophète صلى الله عليه وسلم, entrait par cette porte de la mosquée, il ne reconnaîtrait que la direction vers laquelle [on se tourne pour prier].»

 

Puis il ajouta :

 

«Loin s'en faut !

 

Les souhaits ont fait périr les gens, ont donné des propos sans actes, une connaissance sans patience et une foi sans certitude ; pourquoi vois-je des hommes et ne vois-je pas d'esprit, et entends-je des bruits légers et ne vois-je ni monture ni compagnon ?

 

Par Allâh !

 

Les gens sont entrés puis sont sortis, ils ont su et ils ont blâmé, ils ont interdit puis ils ont rendu licite.

 

Certes, la religion de l'un d'entre vous est [semblable à un] brin de paille sur sa langue, si on lui demandait:

 

Crois-tu au Jour de la rétribution ?

 

Il répondrait : Oui ! Par le Maître du Jour de la rétribution !  Il ment.

 

Certes, parmi les comportements du croyant, il doit avoir une force dans la religion, une fermeté accompagnée d'une douceur, une foi accompagnée d'une conviction, une science accompagnée d'une indulgence, une indulgence accompagnée d'une science, une intelligence accompagnée d'une douceur, une belle apparence tout en étant pauvre, une richesse accompagnée d'une modération, des dépenses accompagnées d'une sollicitude, une miséricorde envers celui qui est essoufflé, l'acquittement des droits [d'autrui], une rectitude accompagnée d'une équité ; il n'est pas injuste envers celui qu'il hait, il ne commet pas de péchés afin d'aider celui qu'il aime, il ne calomnie pas, il ne fait pas de clins d'œil, il ne dénigre pas, il ne tient pas de propos futiles, il ne se divertit pas et il ne s'amuse pas, il ne sème pas la discorde, il ne convoite pas ce qui ne lui appartient pas, il ne nie pas les droits qui sont à sa charge, il ne dépasse pas la limite dans les quantités, il ne se réjouit pas de la turpitude dont est atteint autrui et il n'éprouve pas de plaisir lorsqu'un malheur atteint autrui.

 

Le croyant fait preuve de recueillement dans sa prière, il s'empresse de s'acquitter de l'aumône légale.

Ses propos sont une guérison, sa patience est une piété, son silence est une réflexion, son regard est une leçon.

Il fréquente les savants afin d'apprendre, il se tait lorsqu'il est avec eux, afin d'être sain et sauf.

Il parle afin de rapporter un butin, s'il se comporte bien, il se réjouit, et s'il se comporte mal, il demande pardon [à Allâh].

Si on lui fait des reproches, il cherche à contenter, si on se moque de lui, il fait preuve d'indulgence, s'il subit une injustice, il patiente, si on l'opprime, il s'éloigne, il ne cherche de protection qu'auprès d'Allâh, il ne demande l'aide que d'Allâh.

Il est posé lorsqu'il est en public, il est très reconnaissant lorsqu'il est seul, il est satisfait de ce qu'il possède, il loue [Allâh] pour l'aisance.

C'est un patient lors des malheurs, le désespoir ne l'atteint pas et il n'est pas vaincu par l'avarice.

S'il s'assoit avec ceux qui font du vacarme, on l'inscrit parmi ceux qui invoquent [Allâh], et s'il s'assoit avec ceux qui invoquent [Allâh], on l'inscrit parmi les insouciants.

 

Le croyant a un visage souriant, un bon comportement, il est bienfaisant et généreux, il est clément et entretient ses liens de parenté ; on coupe les liens de parenté avec lui et lui, il les entretient, on lui fait du mal et il supporte, on l'humilie et il honore, il est un grand patient lors des malheurs et il supporte les différents préjudices ; la vie terrestre n'a aucune valeur pour lui, c'est pour cela qu'il n'y construit pas de demeure et qu'il n'y change pas de vêtements, il a une bonne confiance [en Allâh] et il ne pense pas du mal d'Allâh.

 

Le croyant est paisible, tendre, pieux, pur, vertueux, satisfait, il ne se fait pas piquer deux fois par un même terrier [2], il est pâle, il a les cheveux ébouriffés, il convoite peu, il est intelligent en ce qui concerne sa religion, et il est niais en ce qui concerne sa vie terrestre.

 

Le croyant est très respectueux, généreux avec son voisin, il obéit au Tout-Puissant, il fuit les châtiments de l'Enfer, son âme témoigne de la science d'Allâh, ses membres invoquent Allâh, sa main est tendue vers le bien, il se fatigue à faire son examen de conscience et les gens sont à l'abri de lui.

 

Le croyant est franc s'il promet, il agrée rapidement, il est loin de la colère, il apprend si on l'instruit, il comprend si on lui explique ; celui qui le prend pour ami est à l'abri, celui qui le fréquente y gagne, il a la raison complète, il œuvre beaucoup, il a peu d'espoir, il a un bon comportement, il dissimule sa colère. »

 

Puis il pleura et fit pleurer.

 

Il a dit :

 

«C´est ainsi qu' étaient les compagnons du Prophète صلى الله عليه وسلم les uns après les autres, jusqu'à ce qu'ils rejoignirent Allâh, subhanahu wa ta'ala.

 

C´est ainsi qu'étaient les musulmans parmi vos pieux prédecesseurs, mais cela a changé lorsque vous avez changé.»

 

Puis il lu la parole d'Allâh :

 

له معقبات من بين يديه ومن خلفه يحفظونه من أمر الله إن الله لا يغير ما بقوم حتى يغيروا ما بأنفسهم وإذا أراد الله بقوم سوء فلا مرد له وما لهم من دونه من وال

 

"En vérité, Allâh ne change pas l´état d´un peuple, tant que les individus qui le composent, ne changent pas ce qui est en eux même, et lorsque Allâh veut infliger un mal à un peuple, nul ne peut le repousser, ils n'ont aucun protecteur en dehors de Lui." (sourate 13 verset 11)

 

Puis, al-Hassan dit :

 

«Ô Allâh !

Notre Seigneur, prie sur notre chef Muhammad, ainsi que sur sa pure famille, et accorde-nous ce que Tu as accordé à Tes sincères serviteurs, eux, les pieux, car tu as le pouvoir sur toute chose, Tu aides pour tout le bien et Allâh nous suffit, et Il est notre meilleur garant.»

 

[1] Al-Hassan Al-Basrî (642 - 728 ou 737), surnommé Abû Sa'îd, était le serviteur de Zayd Ibn Thâbit.

Sa mère s'appelait Khayra et elle était la servante d'Oum Salama qu'Allâh l'agrée l'épouse du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم.

On rapporte qu'Oum Salama qu'Allâh l'agrée l'allaita lorsqu'il était petit, d'où le fait que la tradition rapporte que sa sagesse et sa connaissance sont dues à cela.

Il n'a pas connu l'Envoyé d'Allâh صلى الله عليه وسلم, mais il a connu ses illustres compagnons et c'est d'eux qu'il tira ses connaissances et sa sagesse bien légendaire.

On rapporte que 'Umar Ibnou Al-Khattâb qu'Allâh l'agrée implora la bénédiction divine en sa faveur de la sorte :

"Seigneur fais-lui don de la compréhension de la religion et fais qu'il soit aimé des gens"

[2]  Probablement une référence au très célèbre hadith du Prophète صلى الله عليه وسلم :

"Le Croyant ne doit pas se laisser piquer deux fois (par un animal) sortant d'un même trou"

(rapporté par al-Bukhârî n°5668 ; Muslim n°5317 ; Abû Daoud n°4220 ; Ahmad n°8572 ; ad-Dârimî n°2662) c'est-à-dire qu'il ne tombe pas deux fois dans le même piège.

 

Source le livre : Al Hassan al Basrî, de ibn al jawzi. Page 168 et 170

Publié par 3ilmchar3i.net

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Qui sont les gens du hadith, أهل الحديث ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Qui sont les gens du hadith, أهل الحديث ?

Ils sont ceux qui sont sur la voie des Compagnons et ceux qui les ont suivit dans la droiture, en s’accrochant au Livre et à la Sounnah, y mordant avec leurs molaires, et les laissant [le Qor’ân et la Sounnah] prendre le dessus sur toute affirmation ou manière d’agir, que ce soit dans la croyance ou les actes d’adoration tels que les contrats et transactions, le comportement, la politique et la vie sociale.

 

Ils sont ceux qui sont fermes en ce qui concerne les fondements de la religion et ses branches, sur ce qu’Allâh a fait descendre sur Son Serviteur et Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam).

 

Ils sont ceux qui ont mis en place l’appel à cela avec tous les efforts, la sincérité et la ferme volonté.

 

Ils sont ceux qui portent le savoir du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam), en en expulsant toutes les distorsions de ceux qui ont exagéré et les affirmations illégitimes de gens du mensonge [de la fausseté] et les interprétations des ignorants.

 

Ils sont ceux qui observent et sont à l’affût de tout groupe qui a dévié du chemin de l’Islâm, tels que les Djahmites, les Mou’tazilites, et les Khawâridj, et les Mourji’ah, et les Qadariyah, et tous ceux qui ont dévié du chemin d’Allâh et ont suivi leurs passions, et ce, à toutes les époques, et dans tous les lieux.

 

Ils ne sont pas affectés par les reproches de ceux qui les blâment, pour la cause d’Allâh.

 

Ils sont le groupe que le Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) d’Allâh a loué et désigné dans sa parole : 

 

« Il ne cessera d’y avoir un groupe de ma Ummah manifeste sur le chemin de la vérité, et qui n’est pas touché par ceux qui les délaissent ni par ceux qui s’opposent à eux, jusqu’à ce que l’Heure soit établie. » [1]

 

Ils sont le « Groupe Victorieux », ferme sur ce sur quoi le Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) et Ses Compagnons (radhiallâhu ’anhum) étaient, ceux qui ont été différenciés et distingués précisément lorsque le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) mentionna que cette Ummah se diviserait en 73 sectes, toutes allant au Feu excepté une et il fut demandé : 

 

« Qui sont-ils, Ô Messager d’Allâh ? »

Il répondit : « Ils sont ceux qui sont sur ce sur quoi je suis moi et mes Compagnons. »

 

Et ce n’est pas quelque chose que nous disons avec exagération, ni une simple prétention, mais véritablement nous parlons d’une réalité dont les textes du Qor’ân et de la Sounnah témoignent, dont l’histoire témoigne, et dont leurs [c-a-d les gens du hadîth] paroles, leur condition, leurs écrits et travaux témoignent.

 

Ils sont ceux qui mettent devant leurs yeux la Parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

« Et tenez fermement au « habl » [câble/ corde] d’Allâh »

 

Et à Sa Parole (traduction rapprochée) :

 

« Que ceux, donc, qui s’opposent à son commandement prennent garde qu’une épreuve ne les atteigne ou que ne les atteigne un châtiment douloureux » [2]

 

Ils sont les plus assidus dans le fait de s’éloigner de désobéir aux ordres du Messager et les plus éloignés de la « fitnah » [discorde].

 

Ils sont ceux qui font de leur constitution (traduction rapprochée) :

 

« Non !... Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement (à ta sentence). » [3]

 

Ils sont ceux qui donnent au Qor’ân et à la Sounnah leur vraie valeur, et leur donne l’honneur et la vénération qu’ils méritent, leur donnant priorité au-dessus de toute parole humaine, et qui donnent préséance à leur guidance par-dessus la guidance de toute personne, et qui jugent par eux dans toutes les affaires avec une satisfaction totale, avec des cœurs dévoués et sans resserrement ni restriction, et ils se soumettent à Allâh et à Son Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) d’une soumission totale dans leur ’Aqîdah et leur adoration et leurs affaires.

 

Il sont ceux pour lesquels la Parole d’Allâh tient vrai que (traduction rapprochée) :

 

« La seule parole des croyants, quand on les appelle vers Allah et Son messager, pour que celui-ci juge parmi eux, est : "Nous avons entendu et nous avons obéi". Et voilà ceux qui réussissent » [4]

 

Ils sont, après tous les Compagnons, et dont à leur tête sont les Califes bien guidés et les leaders des tabi’înes et à leur tête :

 

- Sa’îd Ibn al-Mousayyib [m. 90H],

- ’Urwah Ibn Zoubair [m. 94H],

- ’Alî Ibn al-Houssayn Zain al-’Âbidin [m. 93H],

- Mouhammad Ibn Hanafiyyah [m. 80H],

- ’Ubaydullâh Ibn ’Abdillâh Ibn ’Utbah Ibn Mas’oud [m. 94H],

- Salim Ibn ’Abdillâh Ibn ’Umar [m. 106H],

- Qâsim ibn Mouhammad Ibn Abî Bakr as-Sadiq [m. 106H],

- al-Hasan al-Basrî [m. 110H],

- Mouhammad Ibn Sîrîn [m. 110H],

- ’Umar Ibn ’Abdul-’Aziz [m. 101H]

- et Mouhammad Ibn Shihâb az-Zuhrî [m. 125H]

 

Puis les « Tabî’ at-Tâbi’în », et à leur tête :

 

- Imâm Mâlik [m. 179H],

- al-Awzâ’î [m. 157H],

- Sufyân Ibn Sa’îd ath-Thawrî [m. 161H],

- Sufyân Ibn Uyayna [m. 198H],

- Ismâ’îl Ibn Ubya [m. 193H],

- Layth Ibn Sa’d [m. 175H]

- et Abû Hanîfa an-Nou’mân [m. 150H ]

 

Puis ceux qui les ont suivi, et à la tête desquels :

 

- ’Abdullâh Ibn al-Mubârak [m. 181H],

- Waki’ Ibn al-Djarrâh [m. 197H],

- l’ Imâm Mouhammad Ibn Idris ash-Shâfi’î [m. 204H],

- ’Abdur-Rahmân Ibn Mahdî [m. 198H],

- Yahya Ibn Sa’id al-Qatân [m. 198H]

- et Afân Ibn Muslim [m.219H].

 

Puis leurs étudiants qui les ont suivi dans cette voie [méthodologie], et à la tête desquels :

 

- l’Imâm Ahmad ibn Hanbal [d. 241H],

- Yahya Ibn Ma’în [m. 233H]

- ’Alî Ibn al-Madinî [m. 234H]

 

Puis leurs étudiants tels que :

 

- Al-Bukhârî [m. 256H],

- Muslim [m. 261H],

- Abî Hâtim [m. 277H], Abî Zara’ [Abû Zur’ah] [m. 264H],

- Abû Dâwoud [m. 275H],

- at-Tirmidhî [m. 279H]

- et an-Nassâ’î [m. 303H] »

 

Puis ceux qui ont pris leur voie dans les générations qui leurs ont succédées comme :

 

- Ibn Djarîr [at-Tâbarî] [m. 310H],

- Ibn Khouzaymah [m. 311H],

- ad-Dâraqoutnî [m. 385H] à son époque,

- al-Khatib al-Baghdâdî [m. 463H]

- et Ibn ’Abdel-Barr an-Niwârî [m. 463H]

 

Et :

 

- ’Abd ul-Ghanî al-Maqdasî [m. 620H],

- Ibn Salâh [m. 643H],

- Ibn Taymiyyah [m. 728H],

- al-Mizzî [m. 743H], adh-Dhahabî [m. 748H],

- Ibn Kathîr [m. 774H] 

 

et leurs contemporains et ceux qui vinrent après eux, et suivirent leurs pas en s’accrochant fermement au Livre et à la Sounnah jusqu’à ce jour.

 

Ce sont ceux qui sont désignés par : « Les gens du hadîth ».

 

[1] Hadîth authentique, rapporté par Muslim (3/1523), Ahmad (5/278-279), Abû Dâwoûd (3/4), Tirmidhî (4/420), Ibn Mâdjah (1/4-5), al-Hâkim (4/449-450), at-Tabarânî dans Mou’djam al-Kabîr (7643) et Abû Dâwoûd at-Tayâlisî (p. 94, no. 689) - Authentifié par SHeikh al-Albânî dans « As-Sahîhah n°270-1955 »

[2] Coran 24/63

[3] Coran 4/65

[4] Coran 24/51

 

kitâb « Makânat Ahl ul-Hadîth » - traduit par Bilal Davies - salafipublications.com

Publié par manhajulhaqq.com

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Faire l’intention la veille de jeûner un jour obligatoire ou surérogatoire

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Faire l’intention la veille de jeûner un jour obligatoire ou surérogatoire

Question :

 

Quel est l’avis religieux sur celui qui n’est pas au courant de l’avènement du mois de Ramadan qu’après l’apparition de l’aube ?

 

Que doit-il faire ?

 

Réponse :

 

Celui qui n’est pas au courant de l’avènement du mois de Ramadan qu’après l’apparition de l’aube doit s’abstenir des choses qui annulent le jeûne le reste de la journée car, ce jour appartient au mois de Ramadan.

 

Toutefois, il doit compenser le jeûne car, il n’a pas formulé l’intention [dans son cœur] du jeûne avant l’aube.

 

Il est authentiquement rapporté d’après le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit:

 

« Pas de jeûne pour quiconque n’émet pas l’intention de jeûner avant que l’aube ne se lève ».

 

Rapporté par Ad-Darqotnî avec sa chaîne de transmission d’après `Amra d’après `A’îcha (Qu’Allah soit satisfait d’elle) et il dit : Ceux qu’on retrouve dans sa chaîne de transmission sont tous des hommes dignes de confiance.

 

Al-Mouwaffaq ibn Qodâma, (Qu’Allah lui fasse miséricorde), l’a rapporté dans Al-Moughnî.

 

Cet avis est partagé par la majorité des jurisconsultes.

 

Il est question ici du jeûne obligatoire vu le noble hadith que nous avons cité.

 

Quant au jeûne surérogatoire, on peut l’entamer dans la journée si l’on n’a pas consommé une chose qui annule le jeûne après l’aube, car, il est authentiquement rapporté d’après le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) ce qui le démontre.

 

Nous implorons Allah de nous guider ainsi que tous les musulmans vers ce qu’Il agrée et d’accepter leur jeûne et leur prière nocturne.

 

Certes Il est Audient et Proche.

 

Prière et salut d’Allah sur notre Prophète Mohammad ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

Source : Fatâwas  Cheikh Ibn Bâz – Volume 15 – Le livre du jeûne.

Numéro de la page : 91-92

Publié par islamlinks.fr

 

حكم تبييت النية في صيام الفرض والنفل

ما حكم من لم يعلم بدخول شهر رمضان إلا بعد طلوع الفجر فكيف يعمل؟

من لم يعلم بدخول شهر رمضان إلا بعد طلوع الفجر فعليه أن يمسك عن المفطرات بقية يومه؛ لكونه يوماً من رمضان لا يجوز للمقيم الصحيح أن يتناول فيه شيئاً من المفطرات، وعليه القضاء لكونه لم يبيت الصيام قبل الفجر وقد ثبت عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال: ((من لم يبيت الصيام قبل طلوع الفجر فلا صيام له))[1] رواه الدارقطني بإسناده عن عمرة عن عائشة رضي اله عنها، وقال: إسناده كلهم ثقات. ونقله الموفق ابن قدامة رحمه الله في المغني، وهو قول عامة الفقهاء، والمراد بذلك صيام الفرض؛ لما ذكرنا من الحديث الشريف، أما صيام النفل فيجوز أثناء النهار إذا لم يتناول شيئاً من المفطرات بعد الفجر؛ لأنه صح عن النبي صلى الله عليه وسلم ما يدل على ذلك، ونسأل الله أن يوفقنا وجميع المسلمين لما يرضيه وأن يتقبل منهم صيامهم وقيامهم إنه سميع قريب، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

[1] رواه النسائي في الصيام باب ذكر اختلاف الناقلين برقم 2331، والدارمي في الصوم باب من لم يجمع الصيام من الليل برقم 1698

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Le livret pour enfants sur le ramadan (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le livret pour enfants sur le ramadan (dossier)

Chers parents, accompagnez votre (ou vos) enfant(s) à la découverte de ce magnifique mois que nous allons passer et qui fait parti d’un des cinq piliers de l’Islam. Ainsi il a toute son importance et nous avons le devoir, l’obligation leur faire comprendre les devoirs qui nous incombes et ce que représente pour nous -musulmans- ce mois si béni.

 

Un tel livret regroupant à la fois l’apprentissage, et le loisir créatif et intellectuel n’a jamais était réalisé jusqu’à présent.

 

De plus, les textes et articles religieux pour adultes ne sont pas adaptés à nos enfants, c’est pourquoi j’ai décidé d’élaborer ce livret mis à disposition gratuitement pour que tous nos enfants puissent avoir accès à la science religieuse in shâ a Llah.

 

Ce livret peut convenir de la maternelle au primaire.

Mais il se peut que des activités soient trop compliquées à lui faire faire.

A ce moment-là, faites lui faire celles qu’il aimera et seront plus à son niveau.

De toutes les manières, il y a des jeux et des coloriages donc ce ne sera pas une pénalité pour lui.

copié de supports-islamiques.over-blog.com

Partager cet article