La politique et son enjeu en islam

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La politique et son enjeu en islam

Le ministre et savant, SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve), a expliqué que beaucoup de gens estiment que parce qu’ils ont suivi une chaîne de télévision satellite, ou lu une enquête, ils sont qualifiés pour parler de politique.

 

La politique est difficile, même pour ceux qui ont de grandes structures qui leur fournissent des informations, et ont des appareils et des polices secrètes.

 

La politique n’est pas une chose facile que des personnes peuvent juger, en disant que cette chose à tel jugement, et cette affaire doit être ordonnée comme ceci.

 

Il faut donc être dans le juste milieu en politique.

 

La compréhension des choses politiques est requises, cependant vous devez avoir confiance en le détenteur du pouvoir (musulman) parce qu’il a des outils, la vision et la perception des intérêts de la Communauté tel qu’on n’en trouve pas chez les gens.

 

Celui qui lit une enquête journaliste, ou regarde une chaîne satellite, puis se dresse en spécialiste de questions politiques, comme s’il était seul à vouloir le bien de cette Communauté et que les autres gens en dehors de lui n’ont pas cette envie, c’est qu’il a en effet exagéré et a abandonné le juste milieu.

 

Le juste milieu dans la politique est entre la compréhension et la satisfaction ; ce n’est pas toutes les choses qu’il est possible de comprendre ; et les choses peuvent ne pas être perçues avec une satisfaction complète.

 

Le juste milieu dans politique se trouve entre l’accusation absolue et la disculpation absolue.

 

Il y a des gens qui exagèrent dans l’accusation, accusent au premier réflexe, et à l’opposé, il y en a d’autres qui exagèrent en donnant une justification à toute chose.

 

La personne raisonnable qui comprend, l’étudiant en science ou celui qui est dans la vérité, est dans le juste milieu entre l’accusation et la disculpation ; il essaie de comprendre et est conscient, connaît les choses et leurs points dissimulés.

 

Al-Wassatiyyat ul-I’tidâl - p.65-66 

 Publié par manhajulhaqq.com

 

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز بن إبراهيم آل الشيخ

Partager cet article

Les dix obstacles qui empêchent l’exaucement des invocations - موانع الإجابة العشرة

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Les dix obstacles qui empêchent l’exaucement des invocations - موانع الإجابة العشرة

Un proche d’Ibn Ibrahim raconte :

 

Alors qu’Ibrahim Ibn Adh-Hâm traversait les marchés de Bassorah, une foule de gens s’amassa autour de lui pour lui dire ceci :

 

« Ô Aba Ishaqq ! Allah –le Très Haut- dit dans Son Livre (traduction rapprochée) :

 

{Et votre Seigneur dit: " Invoquez-Moi, Je vous répondrai…"} [Sourate Ghafir 40 - V.60].

 

Nous n’avons de cesse de l’invoquer depuis longtemps et nous ne sommes pas exaucés ! »

 

Ibrahim dit alors : « Ô habitants de Bassorah ! Dix choses ont fait de vos cœurs des "cœurs morts" :

 

1-Vous avez connu Allah et vous ne Lui avez pas donné Ses droits

2-Vous avez lu le Coran et vous ne l'avez pas mis en pratique

3-Vous avez prétendu aimer le Messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) alors que vous délaissez sa Sounna,

4-Vous avez prétendu combattre le diable et vous lui avez obéi et vous l'avez suivi,

5-Vous avez prétendu aimer le Paradis et vous n'avez pas travaillé pour cela,

6-Vous avez prétendu craindre l'Enfer et vous lui avez assigné vos âmes pour y êtes jetés,

7-Vous avez dit que la mort est véridique et vous ne vous y êtes pas préparés,

8-Vous vous êtes préoccupés des défauts de vos frères (en religion) et vous avez repoussé vos défauts

9-Le bienfait d'Allah vous ai parvenu et vous ne l'avez pas remercié,

10-Et vous avez enterré vos morts et vous n'en avez pas tiré des leçons

 

Le livre « L’Ornement des alliés [d’Allah] » p 8/15

Publié par 3ilmchar3i.net

قال شقيق بن إبراهيم :

مر إبراهيم بن أدهم في أسواق البصرة فاجتمع الناس إليه فقالوا له : يا أبا إسحاق, إن الله تعالى يقول في كتابه: 

(ادعوني أستجب لكم) غافر 60 

ونحن ندعوه منذ دهر فلا يستجيب لنا

فقال إبراهيم : يا أهل البصرة ماتت قلوبكم في عشرة أشياء

أولاها: عرفتم الله ولم تؤدوا حقه

والثاني: قرأتم كتاب الله ولم تعملوا به

والثالث: ادعيتم حب رسول الله صلى الله عليه وسلم وتركتم سنته

والرابع: ادعيتم عداوة الشيطان ووافقتموه

والخامس: قلتم نحب الجنة ولم تعملوا لها

والسادس: قلتم نخاف النار ورهنتم أنفسكم لها

والسابع: قلتم إن الموت حق ولم تستعدوا له

والثامن: اشتغلتم بعيوب إخوانكم ونبذتم عيوبكم

والتاسع: أكلتم نعمة ربكم ولم تشكروها

والعاشر: دفنتم موتاكم ولم تعتبروا بهم

(كتاب حلية الأولياء لأبي نعيم رحمه الله – 8/15)

Partager cet article

الكتاب الأساسي في تعليم العربية للناطقين بغيرها - Al-kitab al-asasi (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

الكتاب الأساسي في تعليم العربية للناطقين بغيرها - Al-kitab al-asasi (dossier)

Livres de l'enseignement de l'arabe de l'université de Umm al-qura (أم القرى) en Arabie Saoudite

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Les meilleurs temps pour...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les meilleurs temps pour...

Ibn Jama’ah a dit :

 

«La fin de la nuit juste avant l'aube est le meilleur temps pour la mémorisation,

les premières heures du jour pour les recherches,

le milieu du jour pour l’écriture,

et la nuit pour la lecture et la révision.»

 

Tadhkirah as-Sami' wal Mutakallim, p.72 - 3e chapitre : le comportement de l'enseignant - 1ère partie : son comportement en lui-même - point n°5

Traduit et publié par 3ilmchar3i.net

وأجود الأوقات للحفظ الأسحار، وللبحث الأبكار، وللكتابة وسط النهار، وللمطالعة والمذاكرة الليل

Les meilleurs temps pour...
Cliquez pour agrandir

 

Les meilleurs temps pour...
Cliquez pour agrandir

 

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

La cure de la migraine

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La cure de la migraine

Ibn Majah a rapporté dans ses "sounans" ces paroles dont la validité est incertaine :

 

"Lorsque le prophète avait la migraine il se couvrait la tète de henné et disait : il apaise la migraine si Allah le permet."

 

La migraine est une douleur siégeant d’un seul coté de la tète.

 

Si elle persiste, on l’appelle dans ce cas "chaqiqa" c'est-à-dire une douleur qui n’attaque qu’un seul coté.

 

Si elle englobe toute la tète comme un casque qui la couvre, elle s’appelle alors un mal de tête.

 

Cette douleur peut atteindre également soit le front soit l’occiput.

 

La migraine revêt plusieurs formes et remonte à des causes différentes.

 

Elles consiste en un chauffement de la tête du à la vapeur qui tend à en sortir.

 

Ne trouvant aucun accès lui permettant de s’extérioriser, elle cause la migraine de même que le contenu d’un récipient le fait s’il se réchauffe et désire en sortir.

 

Tout élément humide réchauffe requiert un espace plus vaste que son espace originale.

 

Si cette vapeur s’étend dans toute la tête et se trouve incapable de se diffuser et de se décomposer, elle circule dans la tête et prend la nomination de "vertige".

 

La migraine résulte de plusieurs causes (1) parmi lesquelles on cite :

 

- La suprématie de l’un des quatre caractères.

- L’existence de lésions dans l’estomac qui entraînent la migraine résultant de l’enflure car le nerf qui descend de la tête est liée à l’estomac.

Un gaz gastro-intestinal épais de l’estomac qui remonte à la tête lui causant la migraine.

L’enflure des veines de l’estomac qui engendre le mal de tête corrélé au mal de l’estomac en raison du lien entre le deux.

La réplétion qui fait que les aliments descendent alors qu’une part de ces aliments demeure crue, ce qui entraîne le mal de tête causant une lourdeur accablante.

La migraine se manifeste après le coït en raison de l’affaiblissement du corps à ce moment, ce qui permet à l’air chaud d’y accéder excessivement.

La migraine qui se déploie après le vomissement en raison de la prépondérance de la siccité ou bien la montée des vapeurs provenant de l’estomac.

La migraine qui résulte de l’ardeur de la chaleur et du réchauffement de l’air.

La migraine due à l’intensité du froid, la concentration des vapeurs dans la tête et sa non décomposition.

- La migraine qu’engendre la veille et l’insomnie.

La pression exercée sur la tête et tout corps lourd qui y est posé.

Parler beaucoup cause la migraine car ceci amoindrit la force du cerveau.

L’intensité du mouvement et le sportif excessif.

Les symptômes psychologiques tels que : le souci et l’attristement, le chagrin et la hantise ainsi que les idées obscures.

La faim intolérable qui fait que les vapeurs, ne trouvant rien pour y diffuser leurs effets, se multiplient et remontent au cerveau, l’accablant d’une douleur cuisante.

L’enflure localisée dans la péritoine du cerveau de façon à ce que le soufrant ressente qu’on lui assène des coups de marteau sur la tête.

La fièvre qui s’enflamme dans la tête, lui causant une douleur languissante. Et Allah est omniscient.

La cause de la migraine dite "chaqiqa" qui attaque un coté de la tête remonte à la présence d’une matière entre les veines de la tête qui s’y produit ou qui y accède.

 

Le coté faible de la tête l’accueille.

Cette matière est vaporeuse ou bien consiste t-elle en une humeur chaude ou froide.

Sa caractéristique est l’élancement des artères surtout sanguinaire.

Si on parvient à la normaliser par les bandages empêchant ainsi l’élancement, la douleur s’apaise sur le champ.

Abou Na’ima a mentionné dans le livre "la médecine du prophète" que ce genre de migraine affectait le prophète."

Il demeurait ainsi un ou deux jours, ne sortant guère.

 

Ce même livre rapporte d’après Ibn Abass :

"Le prophète, nous a prononcé un discours alors que sa tête était bandée."

 

Dans le sahih est indiqué que :

"Mohammed a dit alors qu’il endurait la maladie de sa mort : Oh, ma tête ! Et il bandait sa tête durant sa maladie."

 

Le bandage de la tête atténue la migraine dite (chaqiqa) ainsi que d’autres maux de tête.

 

Le remède de la migraine varie en fonction de son genre et de ses causes.

 

Certaines migraines sont traitées

  •  
    • par le vomissement,
    • d’autres par l’absorption de certains aliments,
    • par la sérénité et la quiétude,
    • par les compresses,
    • par le refroidissement, 
    • par le réchauffement
    • ou enfin par l’évitement d’entendre les sons ou de percevoir les mouvements.

 

Le traitement de la migraine par le henné, conformément au hadith précité, est partiel et non total.

 

C’est la cure appropriée à l’un des genres de migraine.

 

La migraine qui résulte d’une chaleur ardente alors que toute matière nécessitant le vomissement est absente, pourra être sensiblement apaisée par le henné.

 

Pulvérisé et mélangé au vinaigre, il pallie la migraine s’il est frictionné sur le front. Le henné renferme une force concevable au nerf qui atténue ses douleurs lorsqu’il y est appliqué.

 

Ceci ne concerne pas exclusivement la tête mais tous les organes.

 

Le henné est préhenseur et resserre les organes.

 

Il allège la tumeur chaude et enflamme lorsqu’il y est appliqué.

 

AlBoukhari a rapporté dans son livre (l’histoire) de même que Abou dawoud dans son livre (al-sounan) que le Prophète a conseillé tout souffrant d’un mal à la tête et qui s’est plaint auprès de lui de s’appliquer des ventouses.

 

Il a de même recommandé à celui qui souffre d’un mal aux pieds de se teindre au henné.

 

At-tirmidhi a rapporté ces paroles de salma Oum Rafé’, servante du prophète (A chaque fois que le prophète était atteint d’ulcère ou de panaris, il y appliquait le henné.

 

Le henné est froid au premier degré et sec au deuxième degré.

 

La force de l’arbre de henné et de ses branches est formée d’une force décomposée acquise à partir d’une essence liquide et modérément chaude et d’une force préhenseuse acquise à partir d’une essence terrestre et froide.

 

Parmi ses utilités, on cite qu’il est un décomposant qui pallie les brûlures.

 

Il contient une force correspondante eu nerf s’il y est appliqué.

 

Mâché, il est d’un effet bénéfique dans la lutte contre les ulcères de la bouche et les pustules qui apparaissent à la racine de la langue.

 

Il guérit l’aphte siégeant sur la muqueuse de la bouche des garçons.

 

Son utilisation en compresses remédie aux tumeurs chaudes et enflammées et exerce sur les abcès le même effet qu’exercice le sang dragon.

Si les fleurs sont mélangées à la cire clarifiée et à l’essence de roses, elles remédient aux douleurs du flanc.

 

Parmi ses traits spéciaux : si on en enduit sur la partie inférieure du pied d’un garçon manifestant les symptômes de la variole, le henné empêche ce mal d’atteindre les yeux.

Ceci est indubitablement correct et prouvé.

 

Les fleurs de henné déposées entre les plis des habits en laine les embaument et les préservent contre les mites.

Il préserve miraculeusement de la lèpre si on en boit durant quarante jours l’essence de son eau en raison de vingt portions par jour accompagnées de dix portions de sucre.

L’essence de ce breuvage est obtenue en laissant macérer les feuilles de henné dans de l’eau limpide submergeante puis en les essorant et les mettant à part.

En marge de ceci, on devra se nourrir de viande de mouton.

 

Il a été relaté qu’un homme dont les ongles des doigts de la main se sont fendillés a déclaré qu’il récompenserait toute personne capable de le guérir, mais en vain.

Une femme lui prescrit alors de boire le henné durant les dix jours mais il s’en abstint.

Il le macéra dans de l’eau et l’absorba.

Il s’en trouva rétabli et ses ongles reprirent leur belle forme.

Le henné appliqué en pâte sur les ongles, les embellit.

Mélangé au beurre et déposé en compresses sur les restes d’une tumeur chaude qui suinte une eau jaune, il lui est utile, de même qu’il remédie à la gale ulcérée et chronique de façon efficace.

 

Le henné laisse pousser les cheveux en les fortifiant et les embellissant et tonifie la tête.

Il traite les ampoules et les pustules accidentelles qui se manifestent dans les jambes, les pieds et le reste du corps.

 

(1) La migraine est une douleur qui n’affecte qu’un coté de la tête.

Ses causes sont très variées de sorte qu’il nous est impossible de les limiter dans ce domaine.

 

 Parmi les causes de la migraine :

  1.  
    1. Les cas de fièvre : la migraine s’étend dans la tête entière.
    2. La sinusite nasale : la migraine frappe la partie antérieure de la tête, surtout le matin.
    3. La tumeur cérébrale : la migraine est profonde et interne permanente et croissante.
    4. La faiblesse de la vue : la migraine affecte la partie antérieure de la tête après avoir affaibli la vue.
    5. L’augmentation de la tension artérielle : la migraine atteint alors la partie postérieure de la tête.
    6. La migraine neuralgique : la migraine est alors partielle, s’active le matin et s’accompagne de vomissement.
    7. Il existe plusieurs autres causes.

 

La cure de la migraine se fait par le traitement de sa cause provocatrice. Son lénifiant le plus utilisé pour l’apaiser temporairement est l’aspirine.


Source: La medecine Prophétique par Ibn Qayyim Al Jawziyya

page85 Chapitre XIV

copié de alhouda.forumactif.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Fréquenter l'innovateur ! (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Fréquenter l'innovateur ! (vidéo)

 

Cheikh Ahmad Ibn Yahya An-Najmi - الشيخ أحمد بن يحيى النجمي

Partager cet article

Cahier d'entraînement à l'écriture arabe (pour débutant) - التدريب على الإمساك بالقلم (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Cahier d'entraînement à l'écriture arabe (pour débutant) - التدريب على الإمساك بالقلم (dossier)

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Dîner avec sa famille mécréante

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Dîner avec sa famille mécréante

Question :

 

Une personne, lorsqu'elle s'assoit avec des gens de sa famille mécréante pour le déjeuner ou le dîner, ces derniers posent sur la table du vin, ou du porc.

 

Et lorsqu'elle arrête de s’asseoir avec eux, ils l'accusent de les détester et d'être dur (mutachaddid) etc...

 

Est-il permis de s’asseoir avec eux et cette situation ?

 

Réponse :

 

Non, il n'est pas permis de s’asseoir avec eux alors qu'ils présentent de la viande de porc et du vin.

 

Et si ils l'accusent de ce dont ils l'accusent, et bien Allâh (عز وجل) dit dans Son noble livre:

 

عَسَى اللَّهُ أَنْ يَجْعَلَ بَيْنَكُمْ وَبَيْنَ الَّذِينَ عَادَيْتُمْ مِنْهُمْ مَوَدَّةً

"Il se peut qu'Allâh mette de l'amour entre vous et ceux d'entre eux qui sont vos ennemis." (60:7)

 

Il se peut donc qu'Allâh mette dans leurs cœurs de l'amour envers lui, spécialement lorsqu'ils savent la véracité de la personne, et qu'il n'est pas orgueilleux et ne les méprise pas.

 

Avec le fait qu'il est obligatoire au musulman de louer Allâh (سبحانه وتعالى) car Allâh (عز وجل) dit dans Son noble livre:

 

وَمَنْ يَبْتَغِ غَيْرَ الْإِسْلَامِ دِينًا فَلَنْ يُقْبَلَ مِنْهُ

"Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ce ne sera pas accepté de lui." (8:25)

 

Et Il dit (سبحانه وتعالى):

 

إِنَّ شَرَّ الدَّوَابِّ عِنْدَ اللَّهِ الصُّمُّ الْبُكْمُ الَّذِينَ لَا يَعْقِلُونَ

وَلَوْ عَلِمَ اللَّهُ فِيهِمْ خَيْرًا لَأَسْمَعَهُمْ وَلَوْ أَسْمَعَهُمْ لَتَوَلَّوْا وَهُمْ مُعْرِضُونَ

"Les pires des bêtes auprès d'Allâh sont les sourds, les muets, ceux qui ne raisonnent pas.

Et si Allâh avait su du bien en eux, Il leur aurait fait entendre. Et s'Il leur avait fait entendre, ils se seraient détournés en tournant le dos." (8:23)

 

Il est donc obligatoire au musulman de se rendre compte de la valeur de l'Islam, sans être orgueilleux envers les autres:

 

وَمَنْ أَحْسَنُ قَوْلًا مِمَّنْ دَعَا إِلَى اللَّهِ وَعَمِلَ صَالِحًا وَقَالَ إِنَّنِي مِنَ الْمُسْلِمِينَ

"Et qui a une meilleure parole que celui qui appelle à Allâh, agit pieusement et dit: « Je fait partie des Musulmans (soumis) »" (41:33)

 

Et lorsque ses parents lui demandent de leur acheter de la viande de porc (1), ou du vin, ou autre, il ne leur obéit pas, car le prophète (صلى الله عليه وعلى آله وسلم) a dit :

 

«Qu'Allâh maudisse le vin, celui qui le boit, son serveur, son vendeur, son acheteur, celui qui le presse, celui qui le fait presser, celui qui le porte, et celui vers qui on le porte.» (2)

 

Il ne leur obéit pas en cela même si les parents sont mécréants.

 

(1) NdT: ou de la viande de boeuf, de mouton, de volaille qui n'a pas été égorgé selon les conditions islamiques, que ce soit par un Musulman ou un kitâbî (Chrétien ou Juif).

(2) NdT: rapporté par Abû Dâwûd d'après Ibn 'Umar.

 

 Publié par 3ilmchar3i.net

السؤال201: بعض الناس إذا جلس مع أفراد أسرته الكافرة في الغداء، أو العشاء، وضعوا على طاولتهم الخمر، أو الخنزير، وإذا ترك الجلوس معهم يتهمونه بأنه يكرههم وأنه متشدد.. الخ، فهل يجوز أن يجلس معهم والحالة هذه؟

الجواب:لا، لا يجوز أن يجلس معهم وهم يحضرون لحم الخنزير والخمر، ولو اتهموه بهذه التهم فالله عز وجل يقول في كتابه الكريم: ﴿عسى الله أن يجعل بينكم وبين الذين عاديتم منهم مودة﴾(12).

فعسى أن يجعل الله في قلوبهم مودة له، وخصوصا إذا علموا صدق الشخص، وأنه ليس بمتكبر ولا يحتقرهم، على أن المسلم يجب أن يحمد الله سبحانه وتعالى فإن الله عز وجل يقول في كتابه الكريم: ﴿ومن يبتغ غير الإسلام دينا فلن يقبل منه﴾(13)، ويقول سبحانه وتعالى: ﴿إن شر الدواب عند الله الصم البكم الذين لا يعقلون ولو علم الله فيهم خيرا لأسمعهم ولو أسمعهم لتولوا وهم معرضون﴾(14)

فيجب على المسلم أن يشعر بعزة الإسلام غير متكبر على الآخرين: ﴿ومن أحسن قولا ممن دعا إلى الله وعمل صالحا وقال إنني من المسلمين﴾(15)

وإذا طلب منه والداه أن يشتري لهما لحم خنزير، أو خمر، أو غير ذلك فلا يطعهما، لأن النبي -صلى الله عليه وعلى آله وسلم- يقول: «لعن الله الخمر وشاربها، وساقيها، وبائعها، ومبتاعها، وعاصرها، ومعتصرها، وحاملها، والمحمولة إليه». فلا يطعهما في هذا حتى وإن كان الأبوان كافرين

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ أبي عبد الرحمن مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article

Est-il réprouvé de le circoncire le septième jour de la naissance ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Est-il réprouvé de le circoncire le septième jour de la naissance ?

Sujet de controverse, on y distingue 2 positions

 Et ce sont 2 versions rapportées de l’Imam Ahmad

 

-Al-Khallâl rapporte qu’il a entendu Abdul Malik dire que Hassan Al Basrî réprouvait que le nouveau-né soit circonscis le septième jour de sa naissance.

 

Il rapporte aussi d’après Muhammad Ibn Ali As-Simsâr que Muhanna a dit :

 

« J’ai interrogé Abû Abdullah à propos de celui qui circonscit son enfant le septième jour de sa naissance. Il le reprouva et dit que c’est une pratique des juifs.»

 

-Al-Khallâl rapporte d’après Assama Ibn Issâm qui le tient de Hanbal qu’Abû Abdullah a dit :

 

« Il n’y a aucun grief s’il est circonscis le septième jour. Hassan l’a réprouvé pour ne pas ressembler aux juif, il n’y a en cela aucun mal. »

 

Al Baïhaqi rapporte dans As-Sunan d’après Jabir que le Messager d’Allah sallallahou 'alaihi wa sallam a fait le aqîqa de Hassan et Hussein et les a fait circoncire le septième jour de leur naissance.

Rapporté par Abû Dâwud et An-Nassâî et jugé authentique dans Irwa.

 

Preceptes islamiques du nouveau-né de Chamsou-dine Ibn Qayyim

copié de oummietmoi.net

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Programme pour apprendre sourate Al-Baqara, سُوۡرَةُ البَقَرَة (audio-dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Programme pour apprendre sourate Al-Baqara, سُوۡرَةُ البَقَرَة (audio-dossier)

Télécharger les audios (Al Husary)

Hizb 1

Hizb 2

Hizb 3

Hizb 4

Hizb 5

Partager cet article

Par ignorance, se faire duper par les innovateurs

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Par ignorance, se faire duper par les innovateurs

Quel est la prescription au sujet d’un homme du commun des musulmans qui a été dupé par les innovateurs et qui prend leur défense sans connaître leur vrai visage ?

 

Il est évident que le commun des musulmans (‘âmma) est, d’un côté, excusé comme le dit Allah ta’âla :

 

هَلْ يَسْتَوِي الَّذِينَ يَعْلَمُونَ وَالَّذِينَ لاَ يَعْلَمُونَ

«est ce que ceux qui savent sont comme ceux qui ne savent pas ?»

 

Évidemment, ce verset signifie que ceux qui savent sont différents de ceux qui ne savent pas par rapport au degré et à leur rang, mais il signifie aussi qu’ils ne seront pas jugés de la même façon comme l’indique une parole d’un pieux prédécesseur, il me semble que c’est Abi Darda (qu’Allah ta’âla l’agré), qui a dit : « malheur à l’ignorant une seule fois et malheur aux savants sept fois ».

 

Tu as compris la réponse ? très bien !

 

Donc de ce coté-là (coté science) ils sont excusés.

 

Par contre s’ils répondent à l’appel qui leur a été fait sans avoir réfléchi avec leur intelligence en fonction de leur capacité et je ne dis pas en fonction de leur science puisque ce ne sont pas des savants…

 

Et c’est pour cela que je dis à cette occasion à ceux qui ferment les portes de l’ijtihad dans la science : soubhanah Allah !

 

Nous ne devons pas fermer la porte de l’ijtihad, même pour le commun des musulmans (‘âmmiy) qui ne sont pas des savants et ni même des étudiants !!!

 

De quelle manière ? :

 

-  il leur parvient une fatwa d’un savant réputé auprès des gens, puis leur vient une autre fatwa d’un autre savant. La première contredit la seconde.

 

-  De la même façon un savant authentifie un hadith et un autre l’affaiblit.

 

Ils (le commun des musulmans) doivent alors faire un ijtihad (effort de réflexion).

 

Le fond de la question est de savoir comment est ce que le commun des musulmans va faire un ijtihad puisqu’ils n’ont pas de science ?

 

Certes, ils n’ont pas de science dans la législation islamique, mais lorsque leur parvient deux fatwas contradictoires alors à ce moment-là, il y a un domaine purement matériel (qui n‘exige pas de science particulière) dans lequel ils peuvent faire des recherches au même titre que les savants et les étudiants.

 

Quel est ce domaine ?

 

Je donne un exemple :

un docteur en science islamique vient juste d’obtenir son diplôme. 

A-t-il le même niveau de science que celui qui l’a obtenu il y a dix ans et qui ne cesse de faire des efforts pour augmenter sa science ? 

Et non pas comme font beaucoup d’entre eux : ils obtiennent leur diplôme puis ils n’évoluent plus parce que leur seul but était d’obtenir le diplôme afin d’avoir un poste. 

 

Je dis donc, le docteur qui vient d’avoir son diplôme n’est pas au  même niveau que celui qui l’a obtenu depuis dix ans et a continué à évoluer.

 

A-t-on besoin d’être savant pour arriver à cette conclusion ? Non.

 

Donc n’importe quel musulman « ‘âmmiy » peut faire cet effort (ijtihad) lorsqu’il reçoit deux fatwas contradictoires venant de deux savants.

 

Ils n’ont donc aucune excuse pour dire, lorsqu’ils reçoivent une fatwa du premier docteur et une autre du deuxième, « On ne sait pas quoi faire, ils nous ont bloqué ! ».

 

Ils n’ont aucune excuse.

 

Il leur est obligatoire de faire un effort (ijtihad) dans ce domaine.

 

Cet exemple que j’ai donné dans le domaine science religieuse, ils le pratiquent déjà dans la vie quotidienne lorsqu’ils vont faire leurs courses :

 

Ils vont d’un vendeur à l’autre pour voir lequel a les prix les plus intéressants, la qualité etc…

 

La religion a plus le droit qu’ils aient ce comportement envers elle.

 

Il y a encore d’autres choses qui permettent de donner la prédominance à tel avis plutôt qu’à un autre : l’âge, la durée d’étude,… et ils doivent être appliqué sur tous les savants.

 

Il y a une deuxième chose qui permet de distinguer les savants :

 

Il y a deux types de savants, ceux qui pratiquent leur science et ceux qui ne l’appliquent pas :

 

-  Les premiers sont de vrais savants,

-  Les autres sont des gens qui se prétendent savants.

 

Donc, ces gens du commun des musulmans qui disent que les savants, de part leur divergence, les ont laissés dans l’indécision, se sont, en fait mis tous seuls dans cet état car Allah leur a donné un cerveau avec lequel ils peuvent faire la différence entre le savant et l’ignorant, le bien et le mal et eux ont dissimulé cette capacité de discernement.

 

A cause de cette dissimulation, ils seront jugés et devront rendre des comptes.

 

Il y a un troisième cas, les deux savants pratiquent tous les deux leur science mais l’un d’entre eux est connu auprès du commun des musulmans (‘âmma) comme étant pieu, par contre l’autre n’est pas connu.

 

Alors il faut donner la prééminence au premier.

 

copié de sounnah.free.fr

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

La divergence n'est pas une miséricorde (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La divergence n'est pas une miséricorde (vidéo)

Publié par Les gens du athar

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

La ‘awra de la femme devant ses mahârims

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La ‘awra de la femme devant ses mahârims

Qui sont les maharims de la femme ?

 

Tout homme ne faisant pas partie des Maharims de la femme est un étranger pour elle.

 

L’Imam Nawawi dit :

 
« Quant au Mahram qui lui a le droit de voir la femme, de rester seul avec elle, de voyager avec elle, c’est celui pour qui il est illicite d’épouser cette femme de manière définitive...  

Ainsi l’homme n’est pas considéré comme le Mahram de sa belle-sœur puisqu’il pourrait l’épouser s’il venait à se séparer de son épouse, de même pour la tante paternelle et maternelle de sa femme ». [1]

      

Que peut montrer la femme devant ses maharims ?

 

Abou Bakr ibn Hafs a dit : 

« J’ai entendu Abou Salama dire : Je suis entré avec le frère de ‘Aicha chez ‘Aicha et son frère l’interrogea sur la manière dont le Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- effectuait ses grandes ablutions, alors elle demanda à ce qu’on lui apporte un récipient d’eau avec environ une poignée d’eau.

Alors elle se lava et se versa de l’eau sur la tête alors qu’entre elle et nous il y avait un voile » [2].

 

Al Hafidh Ibn Hajar a dit :    

« Al Qadhi ‘Iyadh a dit : Il apparaît (de ce Hadith) que tous deux ont vu ce qu’elle faisait à sa tête et en bas de son corps, dans les limites de ce qui peut être vu par un Mahram.

En effet, car elle (‘Aïcha) était la tante maternelle de Abou Salama par allaitement (sa sœur Oummou Kalthoum l’ayant allaité), par contre elle cacha le bas de son corps, comprenant tout ce que le Mahram ne peut voir.

Sans quoi (s’il ne l’avait pas vu), il n’y aurait eu aucun sens à ce qu’elle se lave devant eux.

Et dans l’attitude de ‘Aïcha, il y a un argument prouvant qu’il est recommandé d’enseigner par la démonstration car cela a plus d’impact chez les gens ». [3]  

 

Ibn Qoudama a dit : 

« Il est juste de dire qu’il est permis au Mahram de regarder ce qui communément est apparent ». [4]

 

Abdoullâh ibn ‘Omar a dit :

« Les hommes et les femmes faisaient leurs ablutions ensemble du temps du Prophète -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- ».[5]

 

Al Hafidh ibn Hajar dit :

« Rien n’empêchait qu’ils se réunissent avant l’obligation du Hijab par contre après que le Hijab devint obligatoire alors cela était spécifique aux femmes avec leurs Maharims » [6]

 

[1] Charh Mouslim (volume 3, page 484).

[2] Rapporté par Boukhari, Mouslim, Nassa-i.

[3] Fath al Bari (volume 1, page 465).

[4] Al Moughni  (volume 6, page 555).

[5] Rapporté par Boukhari, abou Dawoud, Nassa-i, ibn Maja.

[6] Fath al Bari (volume 1, page 298).

Il apparaît dans ce Hadith que le Mahram peut regarder les parties lavées pendant les ablutions, la traductrice.

 

copié de al.baida.online.fr

Partager cet article

Prends garde serviteur d'Allah (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prends garde serviteur d'Allah (audio)

Audio arabe/français du grand savant le Shaykh Rabee' Al Madkhali qu'Allah le préserve qui commente ici la parole d'Allah (traduction rapprochée du sens) : 

 

Que ceux qui s'opposent à son ordre prennent garde qu'une épreuve ne lesatteigne, ou que ne les atteigne un châtiment douloureux.Sourate la lumière verset 63

 

Il distille également dans cet audio des conseils judicieux et remarquables.

 

A télécharger d'urgence ! Un audio très bénéfique wal hamdoulillah

 

 

traduit par Abu-Ahmad

copié de ahloulhadith.typepad.com

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

L'essuyage avec autre chose que de l'eau (للاستجمار) ou l'essuyage avec de l'eau (الاستنجاء) ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'essuyage avec autre chose que de l'eau (للاستجمار) ou l'essuyage avec de l'eau (الاستنجاء) ?

Question :

 

Est-il suffisant d'utiliser des serviettes pour se torcher ?

 

Réponse :

 

Oui, il est suffisant pour cela d'utiliser des serviettes, il n'y a aucun mal à cela car le but de se torcher est d'enlever toute trace d'impureté, que cela soit fait à l'aide de serviettes, de morceaux de tissu, du sable ou de pierres.

 

Sauf qu'il est n'est pas permis à la personne de se torcher à l'aide de ce que le Législateur a interdit tel que les os et les excréments, car les os sont la nourriture des djinns, si ceux-ci proviennent d'une bête égorgée.

 

S'ils proviennent d'une bête qui n'a pas été égorgée, ils sont impurs, à savoir que l'impur ne peut purifier.

 

Quant aux excréments, s'ils sont impurs, ils seront considérés comme tels et ne purifieront pas, mais s'ils sont purs, il s'agit de la nourriture, il s'agit de la nourriture des bestiaux et des djinns.

 

Car lorsque les djinns vinrent trouver le Prophète salla allahou aleyhi wa salam et crurent en lui, il leur donna une invitation qui ne s'interrompra jamais jusqu'au jour de la résurrection, il dit :

 

"A vous tout os sur lequel a été invoqué le Nom d'Allah, vous le trouverez plus abondant qu'il y paraît en viande." 

Rapporté par Muslim et d'autres

 

Cela figure parmi les choses de l'Invisible que l'on ne peut voir mais il nous incombe d'y croire. De même, ces excréments sont de la pâture pour leurs bestiaux.

 

On retient du hadith le mérite des hommes sur les djinns car les hommes viennent d'Adam aleyhi wa salam pour qui le père des djinns reçut l'ordre de se prosterner comme dit Allah ta'ala (traduction rapprochée) :

 

"Ils se prosternèrent, excepté Iblis qui était du nombre des djinns et qui se révolta contre le commandement de son Seigneur." Sourate al-Kahf, verset 50

 

Source : Recueil des fatwas concernant les femmes

Compilé et annoté par 'Amr 'Abd al-Munim Salîm

Editions Al-Hadith

copié de sunnah-islam.fr

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article