Renforcer sa volonté dans la quête du savoir

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Renforcer sa volonté dans la quête du savoir

Question :

 

L'on constate parfois une certaine faiblesse dans la volonté de poursuivre la recherche du savoir. 

 

Quelles sont les voies et moyens permettant de renforcer la volonté du chercheur du savoir ?

 

Réponse :

 

Louange à Allah,

L'affaiblissement de la volonté par rapport à la recherche du savoir religieux fait partie des grandes catastrophes. 
 
A cet égard, plusieurs choses s'imposent :
 
- La première consiste dans la sincérité
 
Il faut être sincère à l'égard d'Allah, le Puissant, le Majestueux dans la recherche du savoir et réaliser que cette recherche voudra à son auteur une récompense et le hissera au troisième rang de la hiérarchie établie au sein de la Umma car elle est une source de stimulation.

 

وَمَن يُطِعِ ٱللَّهَ وَٱلرَّسُولَ فَأُو۟لَٰٓئِكَ مَعَ ٱلَّذِينَ أَنْعَمَ ٱللَّهُ عَلَيْهِم مِّنَ ٱلنَّبِيِّۦنَ وَٱلصِّدِّيقِينَ وَٱلشُّهَدَآءِ وَٱلصَّٰلِحِينَ ۚ وَحَسُنَ أُو۟لَٰٓئِكَ رَفِيقًۭا 

«Quiconque obéit à Allah et au Messager ... ceux-là seront avec ceux qu' Allah a comblés de Ses bienfaits: les prophètes, les véridiques, les martyrs, et les vertueux. Et quels bons compagnons que ceux-là! » (s4 v69) 
 
- La deuxième consiste à choisir des compagnons qui encouragent à l'acquisition du savoir et aident à discuter et à faire de la recherche
 
Il ne faudra pas que l'on se lasse de la présence de tels compagnons aussi longtemps qu'ils aideront à la recherche du savoir. 
 
- La troisième consiste dans la persévérance
 
Il faut exercer un effort sur soi-même afin de ne pas se laisser distraire.

A ce propos, Allah Ta'Ala dit à son Prophète :
 
وَٱصْبِرْ نَفْسَكَ مَعَ ٱلَّذِينَ يَدْعُونَ رَبَّهُم بِٱلْغَدَوٰةِوَٱلْعَشِىِّ يُرِيدُونَ وَجْهَهُۥ ۖ وَلَا تَعْدُ عَيْنَاكَ عَنْهُمْ تُرِيدُ زِينَةَ ٱلْحَيَوٰةِ ٱلدُّنْيَا ۖ وَلَا تُطِعْ مَنْ أَغْفَلْنَا قَلْبَهُۥ عَن ذِكْرِنَا وَٱتَّبَعَ هَوَىٰهُ وَكَانَ أَمْرُهُۥ فُرُطًۭا 

«Fais preuve de patience (en restant) avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant Sa Face. Et que tes yeux ne se détachent point d' eux en cherchant (le faux) brillant de la vie sur terre. Et n' obéis pas à celui dont Nous avons rendu le coeur inattentif à Notre Rappel, qui poursuit sa passion et dont le comportement est outrancier. » (s18 v28). 
 
Que l'on soit patient.

Si l'on persévère et s'habitue à la recherche, cela finira par devenir naturel, au point que le jour que l'on passera sans avoir effectué des recherches paraisse trop long.

 

A défaut de la maîtrise de soi, l'on n'aura rien.

En effet, l'âme charnelle est incitatrice au mal, et Satan encourage la paresse et l'abandon de l'instruction. 
 

Extrait des avis de Cheikh Muhammad ibn Salih al-Outhaymine, livre sur le savoir, élaboré par Fahd ibn Nassir as-Soulayman, p.105

copié de el-ilm.net

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les parents ou la hijra ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les parents ou la hijra ?
Il est une obligation pour le musulman de prendre garde au fait de vivre dans un pays qui appel à ce qu' Allah à déclaré illicite :
 
Tel que le délaissement de la prière, le rasage de la barbe, l'accomplissement d'actes honteux comme la fornication ainsi que la consommation d'alcool.
 
Il lui est obligatoire d'abandonner ce pays et de le quitter, car il s'agit d'un pays mauvais, dans lequel il lui est interdit d'y résider à tout jamais.
 
Il lui est obligatoire de quitter ce pays même s'il doit pour cela désobéir à ses parents, l’obéissance à Allah passe en premier, et l'obéissance aux parents n'a lieu que dans le bien, conformément à la parole du prophète عليه الصلاة والسلام 
 
" Quant à l'obeissance elle n'a lieu que dans le bien " 
 
Et sa parole : 
 
"Nulle obéissance à une créature dans la désobéissance au créateur"
 
Il est obligatoire de quitter tout pays dans lequel on ne peut pratiquer sa religion ou bien dans lequel on oblige la désobéissance.

 

 
Majmou Fatawa - p 278 vol 8
Publié par al-bayan.fr

س5  : فضيلة الشيخ: ماذا يجب على المسلم الملتزم الذي يعيش في البلدان غير الإِسلامية التي تفرض عليه حلق اللحية وعدم الصلاة والمجاهرة بالمعاصي؟ وهل تركه لأهله وماله يعتبر هجرة؟ 

ج5  : الواجب على المسلم أن يحذر الإِقامة في بلد يدعوه إِلى ما حرم الله، أو يلزمه بذلك؛ من ترك الصلاة، أو حلق اللحى، أو إِتيان الفواحش مثل الزنا والخمور، فيجب عليه ترك هذه البلاد والهجرة منها؛ لأنها بلاد سوء فلا يجوز الإِقامة فيها أبدًا، بل يجب أن يهاجر منها، وإِن خالف وعصى والديه؛ لأن طاعة الله مقدمة، وطاعة الوالدين إِنما تكون في المعروف؛ لقول النبي عليه الصلاة والسلام

 إِنما الطاعة في المعروف

 و

 لا طاعة لمخلوق في معصية الخالق

 ، فكل بلد لا يستطيع إِظهار دينه فيه، أو يجبر على المعاصي فيه يجب أن يهاجر منه

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

L’invocation dite qunût (دعاء القنوت) à faire au cours de la prière

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’invocation dite qunût (دعاء القنوت) à faire au cours de la prière
Si vous me demandez s'il y a une formule déterminée à utiliser dans le qunût à faire dans les prières (witr) et dans celles accomplies en période de calamité, je vous réponds que le premier se présente sous plusieurs formules. En voici quelques unes :

-  La formule que le Messager d'Allah (bénédiction et salut soient sur lui) apprit à Hassan ibn Ali :
 
اللـهم اهـدِنا فيمَن هـديت .. وعافـِنا فيمـَن عافـيت .. وتولنا فيمن توليت ..
وبارك لنا فيما أعطيت .. وقِـنا شـر ما قضيت .. انك
تقضي ولا يـُقضى عليك.. اٍنه لا يذل مَن واليت .. ولا يعـِـزُ من عاديت ..
تباركت ربنا وتعـاليت .. لك الحمد على ما قـضيت .. ولك
الشكر على ما أعـطيت .. نستغـفـُرك اللـهم من جميع الذنوب والخطـايا ونتوب اٍليك. 

« Allahouma ihdinî fî man hadayta, wa aafinî fî man aafayta wa tawallanî fî man ta wallayta, wa bârik lî fî mâ a'tayta, wa qinî sharra ma qadayta, fa innaka taqdhî wa lâ yuqdhâ alayka ; innahou lâ yadhillou ma waalayta wa lâ ya'izzou man âdayta, tabârakta rabbanâ wa ta'aalayta, la mandjâ mink illâ ilayka ».
(cité par Abou Dawoud, n° 1213 et par an-Nassaï, n° 1725 et jugé authentique par al-Albani dans Irwâ, n° 429) 

Mon Seigneur, guide-moi avec ceux que tu guides ;
Donne -moi la sécurité avec ceux auxquels Tu la donnes ;
Prends-moi en charge avec ceux que Tu prends en charge ;
Bénis pour moi ce que Tu m'as donné ;
Protège-moi contre Tes pires décisions ;
Tu juges et personne ne Te juge ;
Ton protégé ne sera pas humilié et celui que Tu hais n'auras pas le dessus ;
Tu procures bénédiction et Tu restes transcendant
L'on ne peut t'échapper qu'en se réfugiant auprès de Toi ».
 
- D'après Ali ibn Abi Talib le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) disait au terme de son « witr » :

«Allahoumma, innî aaoudhou biridhâka min sakhatika wa bi mu'âfâlika min uqûbatika wa aoudhou bika minka ; lâ uhsi thanâ'an alayka ; anta kamâ athnayta alâ nafsika»

(rapporté par at-Tirmidhi, n° 1727 et jugé authentique par al-Albani dans al-Irwâ, n° 430 et dans Sahihi Abi Dawoud, n° 1282.

« Mon Seigneur,
je demande que Ton agrément me protège contre Ton mécontentement,
que la sécurité que Tu procures me mette à l'abri de Ton châtiment.
Je demande que Tu me protèges contre Toi-même ;
je ne saurais Te louer parfaitement ;
Tu es comme Tu T'es présenté ». 
 
Ensuite, le prieur prie pour le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) comme il a été sûrement rapporté que certains Compagnons le faisaient au terme du qunût dit dans le cadre du witr. Parmi les dits Compagnons figuraient Ubay ibn Kaab et Mu'adh al-Ansari.

 Le qunût en temps de calamité
 
Quand on fait le qunût en période de calamité, on utilise une formule adaptée à la situation à l'instar du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) qui maudit des tribus arabes ayant assassiné un groupe de ses compagnons et pria au profit de croyants persécutés à La Mecque afin qu'Allah le Très Haut les sauvât. Selon Ibn Omar, il utilisa cette formule :
 
«Allahoumma, innâ nas'ta înouka wa nou'minou bika wa natawakkalou alayka wa nouthni alayka al-khayra wa laa nakfourouka, allahoumma iyyaka na'boudou wa laka noussali wa nasdjoudou, wa ilayka nas'aa wa nahfidou, narjou rahmataka wa nakhafou adhabaka inna adhabaka al-djidda bi al-kaafirîna mulhaqun. Allahoumma adhib al-kafarata ahl al-kitabi al ladhina yasuddûna an sabilika»

(rapporté par al-Bayhaqi, 2/210 et jugé authentique par al-Albani dans al-Irwâ, 2/170). Al-Al-Banni dit : « cette version vient d'Omar et s'applique à la prière du matin. Il paraît que cette formule était employée en période de calamité comme l'indique la mention des mécréants .
 
« Mon Seigneur,
nous croyons en Toi,
sollicitons Ton assistance,
et nous nous confions à Toi,
Te faisons de bonnes louanges et ne Te renions pas.
Mon Seigneur,
c'est Toi que nous adorons et C'est pour Toi que nous prions et nous prosternons.
C'est vers Toi que nous nous dirigions et nous rassemblons.
Nous espérons bénéficier de Ta miséricorde et redoutons Ton châtiment.
Il est vrai que Ton châtiment inéluctable frappera les mécréants.
Mon Seigneur, châtie les mécréants, gens du livre qui détournent les gens de Ton chemin ». 
 
Si vous me demandez s'il vous est possible d'utiliser d'autres formules, ma réponse est affirmative. Car an-Nawawi dit dans al-Madjmou' (3/497) :

«Ce qui est notoirement et résolument vrai pour la majorité (des ulémas) c'est que la formule ci-dessus indiquée ne s'impose pas puisqu'on peut employer toute autre invocation. 
 
Ladite formule ne s'imposant pas puisque n'étant pas employée par le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) ; il n'y a aucun mal à la dépasser.

Cheikh al-Albani (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a dit : «Il n'y a aucun mal à y ajouter la malédiction des mécréants, la prière pour le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) et pour l'ensemble des musulmans».
Voir Qiyâmou Ramadan par al-Albani, 31.
 
Il nous reste à traiter une question importante.

C'est de savoir si le qunût est à dire avant ou après la génuflexion (rou'kou).

La plupart des hadith adopté par la majorité des ulémas indiquent que le qunût est à faire après s'être redressé de la génuflexion.

Cependant il n'y a aucun mal à le faire avant la génuflexion. Le fidèle a le choix (entre deux façons de procéder) : 
 
- s'incliner à la fin de sa récitation puis se redresser et dire : rabbana wa laka al-hamd avant de dire le qunût ;
 
- procéder au qunût dès la fin de la récitation puis prononcer Allahou akbar puis s'incliner.
 
L'une et l'autre pratiques s'attestent dans la Sunna.
 
Ach-charh al-mumti', 4/64.
Publié par darwa.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La critique détaillée disparaît-elle avec l'éloge ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La critique détaillée disparaît-elle avec l'éloge ?

Question : 

 
Suffit-il de rapporter la parole des imams au sujet de la critique détaillée?
 
Réponse : 
 
Et comment ne suffirait-il pas ?!

Lorsque les imams rapportent la critique détaillée, nous n'acceptons pas ?!

Même si un seul imam rapporte la critique détaillée, ça nous suffit.

Et il a précédé que si une personne se fait critiqué par quelqu'un de considéré et que vient quelqu'un qui le contredit et qui fait l'éloge (tazkiyah) de ce critiqué, et bien [celui qui fait l'éloge] tombe et sa parole aussi.

 

السؤال: هل يكفي نقل كلام الأئمة في الجرح المفسر ؟

الـجــواب: الجواب : كيف لا يكفي ؟! إذا نقل الأئمة الجرح المفسر لا نقبل !ولو إمام واحد نقل الجرح المفسر يكفينا ,وتقدم لكم أنه لو جرح واحد بجارح معتبر وجاء من يعارضه ويزكي هذا المجروح أنه يسقط ويسقط كلامه

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Conseils à nos soeurs (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Conseils à nos soeurs (vidéo)


Voici de nouveaux conseils précieux de Shaykh Zayd Al Madkhali à nos soeurs (et à nous aussi les frères !) à écouter, mettre en pratique et propager inchâ Allah !
 
Le sujet est comment adopter un beau comportement, la question fût posée pour une soeur mais la réponse du shaykh s'adresse en vérité à chacun de nous musulmans et musulmanes.

11

Retranscription de l'audio

 

D'après Abû Dharr, Joundoub Ibn Junayd & Abderrahman Mou'ahd Ibn Jabal (radhia Allah Anhoum), le Messager d'Allah (salallahu 'alayi wa salam) a dit :

 

 « Crains Allah où que tu sois et fais suivre la mauvaise action d'une bonne action qui l'effacera. Et comporte toi avec les gens en faisant preuve d'un beau comportement».

 Ce hadîth a été rapporté entre autre par l'imam At.Tirmidhi qui l'a déclaré hassan.

 

Question d'une soeur de France :

 

« Quel conseil me donneriez-vous afin que s'améliore mon comportement ainsi que ma moralité ?

Quel serait votre conseil afin que je fasse partie des Musulmanes pieuses ?  »

 

Réponse de sheykh Zayd Ibnu Muhammad Al Madkhali (Hafidhahu ALlah) :

 

« Mon conseil, comme a dit 'Aisha umm ul mu'minin, radhia Allahu Anha, (la mère des croyants, qu'ALlah soit satisfait d'elle) quand on l'a interrogé sur le comportement du Prophète (salallahu 'alayhi wa salam) elle a répondu :

« Son comportement, c'était le Qur'an »

 

C'est-à-dire qu'il récitait le Qur'an et qu'il comprenait les fondements qu'il contient.

De même que les règles liées au bon comportement ainsi que les lois, les obligations, les prescriptions, les recommandations, les interdictions et qu'il les mettait en pratique.

 

O Musulmane, remercie donc Allah qui t'a guidé sur l'Islâm et lis le Qur'an en l'accompagnant d'un livre de tafsir, un livre d'explication des versets, comme le tafsir résumé d'Ibn Kathir (rahimahullah) ou le tafsir de sheykh Ibn Sa'di (rahimahullah).

Et on peut se les procurer assez facilement.

 

Assimiles, comprends les versets du Qur'an puis adopte le noble comportement auquel le Qur'an t'invite. 

 Étudies également la sunnah dans ce qu'elle clarifie des fondements de la législation et dans ce qu'elle contient comme invitation au bon comportement.

 

Tout ce qui est lié au droit d'Allah mets-le en pratique.

 

Et quiconque met en pratique, respecte le droit d'Allah est doté d'un bon comportement.

Et quiconque respecte le droit des créatures, le droit des autres, est également doté d'un bon comportement.

Et quiconque patiente, se satisfait des décrets d'Allah est doté d'un bon comportement.

Et quiconque remercie Allah pour Ses faveurs et Ses dons, est certes doté d'un bon comportement.

Et quiconque retient sa langue face aux gens, à leur mal, de même que s'il se retient physiquement est certes doté d'un beau comportement : ce comportement exemplaire auquel le Qur'an nous invite.

 

De même que le Prophète (salallahu 'alayhi wa salam) à qui El furqane a été révélé.

 Et EL Furqane qui signifie le discernement est un des noms du Noble Qur'an.

 

Le Prophète (salallahu 'alayhi wa salam) nous dit dans un conseil à sa communauté :

« Fais suivre la mauvaise action par une bonne action qui l'effacera.  Et comporte-toi avec les gens en faisant preuve d'un beau comportement.».

 

Et Allah est le Plus Savant

 

Cheikh Zayd Ibn Mohammed Al Madkhali - الشيخ زيد بن محمد بن هادي المدخلي

Partager cet article

L’invocation à dire pour nous protéger du chirk mineur

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L’invocation à dire pour nous protéger du chirk mineur
Le Prophète [sallâ-l-lâhu 'alayhi wa sallam] : 
 
«Quiconque élève sa voix pour être entendu, Allâh le fera entendre. Quiconque cherchera à être vu, Allâh le fera voir.»
 (Rapporté par Al-Bukhârî, 6134 et Mouslim, 2988). 
 
Commentaire :
 
Ibn Hadjar dit :
 
« D'après Al-Khattâbî, cela signifie que l'œuvre non sincère accomplie par une personne qui ne cherche qu'à être vue et entendue par les gens sera récompensé par un déshonneur connu de tous et qui laissera apparaître tout ce qui été caché. On dit : Celui qui par son action cherche considération et prestige auprès des gens et ne vise pas à complaire à Allâh, Allâh laissera de lui un mauvais souvenir au sein des gens auprès desquels il cherchait à se donner une audience. Et il ne recevra aucune rétribution dans l'au- delà. »
 Source : "fath al-bârî.", 11/336.
 
Le Prophète [sallâ-l-lâhu 'alayhi wa sallam] a dit : 
 
- « Ô hommes, évitez ce polythéisme aussi subtil que la marche d'une fourmi. » quelqu'un lui dit : 
- « Comment l'éviter s'il est aussi subtil que la marche d'une fourmi, ô Messager d'Allâh ? » 
- « Dites :

« Mon Seigneur, nous Te demandons de nous protéger contre le fait de commettre délibérément le chirk et Te demande de nous pardonner ce que nous faisons inconsciemment. » 

allahumma innî a'ûdhu bika an uchrika bika chay an wa anâ a'lamu wa astarghfiruka limâ lâ a'lam. 


(Rapporté par Ahmad, 3/403 et déclaré authentique par Chaykh Al-Albânî dans : « sahîh al-djâmi'. », 3731).

 

Publié par darwa.com

Partager cet article

Quel conseil peut être donné aux frères qui sont si occupés par les affaires de da'wa qu'ils négligent les droits de leur famille ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Quel conseil peut être donné aux frères qui sont si occupés par les affaires de da'wa qu'ils négligent les droits de leur famille ?
Question : 
 
Quel conseil peut-on donner aux Musulmans qui recherchent la science dans les centres islamiques, qui s'impliquent dans différentes affaires de Da'wa, et donc fréquentent les frères (à la mosquée ou autre part), alors qu'en même temps ils négligent les droits de leur famille ?

Leur famille souffre à cause de leur absence et leur négligence.

Ne sont ils pas capables d'étudier et de travailler en parallèle pour pourvoir aux besoins de leur famille ? 

Etant donné que je connais beaucoup de frères dans cette situation, je pense que beaucoup de gens pourront profiter du conseil que vous avez à donner.  
 
Réponse :

Par Cheikh Mouhammad Bazmoul, enseignant à l'université Oumm al Qoura à Mekkah

Le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit :
 
« Ta femme a des droits sur toi, ton invité a des droits sur toi, et ton corps a des droits sur toi... »
(Sahih Al-Boukhari 1975 (4/275 de Fathoul-Baari) et Sahih Mouslim 2722 (4/283 du Charh An-Nawawi))
 
Donc, en me basant sur ce hadith, je dis que subvenir aux besoins de sa famille, dépenser son argent pour eux, et s'occuper d'eux sont, sans aucun doute, des obligations.

L'implication d'un homme dans la Da'wa constitue une responsabilité de groupe, quelque chose qui est recommandé. Si d'autres se sont chargés de ce devoir, alors il n'est pas obligé de le faire.
 
Sans aucun doute, Un homme qui s'occupe de ses obligations personnelles a plus de mérite que s'il s'occupe d'actes recommandés, ou de choses dont les autres s'occupent suffisamment.

Donc, s'il y a incompatibilité entre ses obligations envers ses enfants, sa femme, ses invités ou lui même et le bénéfice général de son investissement dans la Da'wa, alors je dis - Non !
 
Remplir tes obligations envers ta femme et tes enfants, tes invités, ton foyer et donner priorité à ta propre personne doit passer avant ton implication dans la Da'wa, parce que ce sont des obligations, alors que ton engagement dans la Da'wa est recommandé tant que la Da'wa ne dépend pas totalement de toi et qu'il y a d'autres personnes qui s'en occupent.

Par conséquent, tu tombes dans le pêché en négligeant les droits de ta famille !

Et tu n'as pas le droit de justifier cela en disant que tu es occupé par la Da'wa, étant donné que ce n'est pas une excuse et que ça ne te libère pas de ton péché, dans ce cas.

Tu te diriges vers l'erreur si tu prends cette voie.

Regarde l'exemple du Prophète صلى الله عليه وسلم !
Il appliquait les obligations de la Da'wa, appelant à la voie d' Allah, subhanahu wa ta'la. Malgré cela, 'A'icha -qu'Allah l'agrée- a dit : 

« Le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم avait l'habitude d'être au service de sa famille. Lorsqu'il entendait l'adhan, il nous laissait pour la prière comme s'il ne nous avait jamais connu. » 
( Sahih Al-Boukhaari 676 (2/201 de Fathoul-Baari) sans la phrase «comme s'il ne nous avait jamais connu. »)

Elle a également mentionné qu'il avait l'habitude d'apporter de l'eau à sa famille, de traire les chèvres, etc.
Il s'occupait des affaires nécessaires de son foyer, des choses nécessaires pour ses femmes.

Et le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم fût notre modèle et exemple.

Donc le Messager صلى الله عليه وسلم a-t-il manqué de s'occuper de ses femmes ?

Le Messager صلى الله عليه وسلم a-t-il négligé ses autres obligations à cause de son implication dans la Da'wa, et il était le Messager !? Bien entendu, la réponse est non.
 
Aussi, quiconque veut appeler à la Voie d'Allah, le Plus Haut et Le Majestueux, doit d'abord se préoccuper de ses propres responsabilités.

Ensuite, ce n'est qu'après cela qu'il peut s'investir dans des actes recommandés.

Mais faire ce que quelques frères font, qu'Allah les guide vers le Droit Chemin, à savoir abandonner leur familles et les personnes qu'ils ont à charge, négliger de s'occuper des affaires ménagères, quelques uns étant à la limite d'une extrême pauvreté, ne pas travailler pour subvenir aux besoins de leurs familles, ne pas prendre de dispositions pour leurs familles, en pensant que tout ce qu'ils font est pour la Da'wa, cela est de l'ignorance, sans aucun doute, une sérieuse forme de négligence, et une contradiction avec la Sounnah du Messager صلى الله عليه وسلم.

Et nous ne connaissons rien dans la Sounnah du Messager صلى الله عليه وسلم, ni dans la Sounnah des Compagnons -qu'Allah les agrée-, ni dans la Sounnah des pieux prédécesseurs ou d'autres qu'eux, qui montre qu'ils se comportaient de la sorte.

Regardez Abou Bakr As-Siddiq, émir des croyants de son époque (après la mort du Messager صلى الله عليه وسلم) !
Il avait l'habitude de sortir et de gagner de l'argent alors qu'il était le dirigeant des Musulmans !
Alors on lui dit :
 
« Ô Emir des croyants ! Si seulement tu restais chez toi... »
Il répondit : « Mais dans ce cas, qui prendra soin de ma famille? Qui subviendra à leurs besoins ? »
 
Alors les Compagnons se rassemblèrent et se mirent d'accord qu'ils devaient pourvoir aux besoins de Abou Bakr en prenant de la trésorerie des musulmans.

Pour Abou Bakr, le Khalifah, il était impossible de s'asseoir et de ne pas pourvoir aux besoins de sa famille, et pourtant il était le dirigeant des croyants !

Donc que dire des autres personnes parmi les Musulmans qui s'investissent dans la Da'wa ?

Sans aucun doute, cela (cette négligence) est une contradiction avec la Sounnah du Messager صلى الله عليه وسلم et avec la Sounnah des Compagnons -qu'Allah les agrée-, et cela est malheureux de trouver beaucoup de familles négligées à cause de cela.
 
Encore plus malheureux, beaucoup de parents ne marient pas leurs filles aux jeunes frères qui adhèrent à la religion et semblent pieux, car ils craignent qu'ils les (leurs filles) négligent comme ceci.

Tout cela est en réalité, une conséquence de la faible compréhension des gens face aux de questions de Da'wa et des malentendus sur la Religion.

 
Je suis surpris par certaines personnes qui s'impliquent dans la Da'wa, alors qu'ils ne comprennent pas bien les cas comme celui-ci.

Je dis : C'est lui plutôt qui a besoin qu'on lui fasse Da'wa et qu'on lui enseigne la Sounnah avant qu'il enseigne aux gens !
 
Commence par toi-même, préserve toi du mal ; Et quand il cesse, alors tu es quelqu'un de sage.


Article tiré du site bakkah.net
 

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Partager cet article

Emigrer là où l’on peut pratiquer

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Emigrer là où l’on peut pratiquer

L'émigration est une chose qui perdurera.


Le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :

«L'émigration ne cessera que quand cessera le repentir, et le repentir ne cessera que quand se lèvera le soleil du côté de son couchant.»
 Rapporté par Ahmad

L'émigration ainsi perdurera.

Lorsqu'une personne ne peut pratiquer sa religion dans un endroit, elle se doit de partir dans un endroit autre qui lui permette de pratiquer sa religion avec les musulmans.

Et lorsqu'elle n'a pas la capacité d'aller dans un pays musulman, qu'elle se rende dans un pays où elle pourra pratiquer sa religion, même si cela se fait dans un pays non musulman.

Car certains endroits sont moins mauvais que d'autres.

Les compagnons ont émigré chez le Négus et son peuple, alors qu'ils étaient Chrétiens.

Ils ont pu pratiquer ainsi près d'eux leur religion, et cessé le mal que leur causaient les polythéistes.

Allâh - Djalla wa 'Ala - dit :

«Craignez Allâh, donc autant que vous le pouvez» [Coran, 64/16]

Lorsque l'Islâm est minoritaire et que les musulmans sont nombreux en un endroit, la personne doit se rendre et s'installer là où elle pourra pratiquer avec eux, quand même cela est dans un pays non musulman.

Lorsqu'elle n'a pas la capacité d'appliquer cela dans un pays musulman, elle diminuera le mal dans la mesure de ses capacités (en se rendant ailleurs).


Kitâb « Silsilatou Charh ir-Rassâ-îl »
Publié par manhajulhaqq.com

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Les devoirs de la femme envers son époux

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les devoirs de la femme envers son époux

L'obéissance au mari dans le bien

 
Pourquoi les femmes doivent-elles obéir aux hommes ? 
 
Allah a dit (Traduction relative et approchée) : 
 
« Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens » S4 V34 
 
Cheikh al 'Otheïmine -Qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :  
 
« Ce verset montre que l'homme a une autorité sur la femme. Et Allah donne deux raisons à cela :
En raison des faveurs qu'Allah accorde aux hommes par rapport aux femmes ; dans l'esprit, dans l'intelligence, dans le rapportement des informations, dans le respect des sanctions, dans la science, dans la compréhension.
A cause des dépenses qu'ils font de leurs biens en faveur des femmes. 
L'imam at-Tabari a dit en ce qui concerne ce verset : « Les hommes ont autorité sur leurs femmes dans le fait qu'ils les éduquent et dans le fait qu'ils s'en occupent. Pour toutes ces raisons, ils ont autorité sur les femmes ». 
 
Allah dit aussi (Traduction relative et approchée) :
 
« Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l'absence de leurs époux, avec la protection d'Allah » S4 V34 
 
L'imam at-Tabari a dit "que ce sont les femmes qui préservent en l'absence de leurs maris aussi bien leurs parties intimes que les biens de leurs maris. Et ce sont aussi les femmes qui préservent les obligations qui les concernent vis à vis d'Allah. » [1]
Sans titre 1-copie-3
Le service de la femme dans la maison du mari
 
Est-ce un devoir ou non ? 
 
L'obligation du travail de la femme dans la maison de son mari, n'est pas si évident que cela. 
 
Mais les femmes des compagnons s'occupaient de tâches qui facilitaient la vie quotidienne, et même des tâches extérieures qui étaient très difficiles. 
 
Pourtant, jamais il n'a été entendu que ces femmes aient été empêchées de faire un tel travail ; ou encore qu'elles se soient plaintes ou qu'elles aient invoqué leur rang ou leur beauté afin de ne rien faire. [2]
 
Cheikh al Albany -Qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :
 
« Au contraire de nombreuses preuves viennent montrer l'obligation du travail de la femme dans la maison de son mari. Allah a dit :
 
Traduction relative et approchée : 
 
« Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément au bien » S2 V228 
 
A travers ce verset, on voit que les droits de la femme sont équivalents à ses devoirs : autant le mari doit subvenir aux besoins de sa femme et la vêtir, autant la femme doit travailler dans la maison de son mari. » [3]
 
[1] Voir l'Explication de Kitab an-Nikah dans Sahih al Boukhari  de Cheikh al 'Otheïmine (K7 audio)
[2] Voir ar-Rawda an-Nâdiya annoté par Cheikh al Albani, page 219.
[3] Ar-Rawda an-Nâdiya, voir note 1 de Cheikh al Albani, page 220.
 
copié de true.salaf.over-blog.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Futur projet de réaménagement de la Mecque et de Medine

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Jamarat Project in Mina Makkah Al Mukkarrmah after Completion
 
 
Makkah-Al-Mukkarrma after 12 Years

 Electric Trains will be started Next Year from Haram to Mina, Mina to Muzdalifa, Muzdalifa to Arafat

 
Holy kaaba'a Mataaf Covered with 4 umbrellas

 
After Three Years Haram Mosque will Look Like This
 
 
A big housing project started near the Holy Haram

 
Madena Haram Masque After four Years

 Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

A propos de la viande

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

A propos de la viande
La viande des Gens du Livre et la viande d'autres mécréants

 

Question : 

Je suis un étudiant Somalien qui étudie en Chine et je fais face à beaucoup de difficultés concernant l'alimentation en général et les viandes en particulier. Les problèmes sont les suivants :
♦ J'ai entendu dire avant l'arrivée en Chine que les animaux que les athées sacrifient, ou il est plus approprié de dire qu'ils les tuent, ne sont pas permis pour le musulman. Nous avons un petit restaurant à l'université pour les musulmans et on y trouve des viandes, mais je ne suis pas certain qu'ils ont été abattus selon le rite islamique et je doute sur cela même si mes amis n'ont pas de doute comme moi. Ils mangent de cette viande. Ont-ils raison ou mangent-ils quelque chose de haram (illicite) ?
 En ce qui concerne les récipients pour faire cuire l'alimentation, il n'y a aucune distinction entre les récipients des musulmans et les récipients d'autres gens (c'est-à-dire des mécréants). Qu'est-ce qui est exigé de moi concernant ces questions ?
Ibrahim Alif. Ba. (Ses initiales) - étudiant Somalien

Réponse :

Il n'est pas permis de manger les animaux égorgés par les mécréants à part les Gens du Livre, parmi les Juifs et les Chrétiens.

Cela ne fait aucune différence si les autres sont des adorateurs du feu, d'idoles, des communistes ou d'autres qu'eux parmi les divers types de mécréance.

Il n'est pas non plus permis de manger ce qui est mélangé avec leurs animaux abattus, comme le bouillon (ou la sauce) et autre que cela.

Ceci parce qu'Allah, le Très-Haut, ne nous a permis aucune des viandes abattues par des mécréants, sauf la viande abattue des Gens du Livre, dans Sa Parole, le Puissant et Majestueux (traduction rapprochée) :

« Vous sont permises, aujourd'hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise » [sourate Al-Ma'ida : 5]

Et leur nourriture est leurs animaux égorgés, comme l'a dit Ibn 'Abbas et d'autres que lui.

En ce qui concerne les fruits et les produits alimentaires semblables (c'est-à-dire les légumes, les fruits, les grains, le poisson, et ainsi de suite), il n'y a aucun mal, parce qu'ils ne sont pas inclus dans l'alimentation interdite.

En ce qui concerne la nourriture des musulmans, elle est permise pour les musulmans et d'autres qu'eux, s'ils (ceux qui l'ont abattu) sont vraiment des musulmans, qui n'adorent rien d'autre qu'Allah, ne font pas appel à un autre que Lui en dehors de Lui, comme les prophètes, les pieux, les morts et d'autres qu'eux parmi ceux que les mécréants adorent.

En ce qui concerne les récipients de cuisine, il est obligatoire aux musulmans d'avoir des récipients autres que les récipients des mécréants, qu'ils emploient pour faire cuire leur nourriture, alcool et ainsi de suite.

Si les musulmans ne peuvent trouver des récipients (spécifiquement pour leur utilisation), il est obligatoire au cuisinier des musulmans de laver les récipients que les mécréants utilisent et d'y mettre ensuite la nourriture des musulmans.

Ceci en raison de ce qui est confirmé dans les deux Sahih (Al-Bukhari et Muslim) sur l'autorité d'Abû Tha'laba Al-Khashani (radhiyallahu 'anhu) qui a interrogé le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) sur le fait de manger dans les récipients des polythéistes.

Le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) lui a dit : 

« Ne mange pas dedans à moins que tu ne puisse trouver autre chose, alors (si tu ne peux trouver un autre récipient) lave-les (les récipients des mécréants) et mange dedans. »
Viande importée des pays des mécréants
 
Question :

Qu'en est-il des viandes importées de l'extérieur (c'est-à-dire à l'extérieur du Royaume d'Arabie Saoudite) et des poulets surgelés, pour lesquels nous ne connaissons pas les méthodes d'abattage, certains savants ne soutiennent pas leur achat ?

Réponse :

Si les viandes mentionnées sont importées des pays des Gens du Livre (c'est-à-dire des juifs et des chrétiens), il est légal de les manger tant que vous ne connaissez pas quelque chose qui prouve leur interdiction. Ceci en raison de la Parole d'Allah, le Très-Haut 
(traduction rapprochée) :

« Vous sont permises, aujourd'hui, les bonnes nourritures. Vous est permise la nourriture des gens du Livre, et votre propre nourriture leur est permise » [sourate Al-Ma'ida :5]

Le fait que certaines maisons d'abattage dans certains pays des Gens du Livre abattent les animaux d'une manière qui n'est pas légiférée, n'implique pas l'interdiction de la viande abattue importée des pays des Gens du Livre, jusqu'à ce que vous sachiez que cette viande abattue (que vous avez) provient d'une maison d'abattage qui abat d'une manière qui n'est pas légiférée.

Parce que le principe de base est que la viande est légale et sûre jusqu'à ce que l'on connaisse quelque chose qui le contredit.


Article tiré du site assalafi.com
Source : Al-Fatawa min Kitabid-Da'wa, Vol. 1, pp. 249-251.
Traduit par Abu Sumaya
copié de salafs.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Les erreurs commises dans la croyance

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les erreurs commises dans la croyance

-Parmi les erreurs : Implorer le secours des morts, les invoquer, leur demander de l'aide, se rapprocher d'eux par une quelconque forme d'adoration, comme rechercher leur bénédiction, égorger pour eux, leur consacrer des vœux sur leur tombes. 

 
Tout ceci entre dans le polythéisme majeur qui exclut la personne de l'Islam.
 
Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :
 
{Quant à celui qui invoque avec Allah une autre divinité, alors qu'il n'a aucune preuve de ce qu'il avance, il rendra compte de ses actes uniquement auprès de son Seigneur. Certainement, les mécréants ne connaîtront jamais la réussite.} (Sourate 'Les Croyants' verset 117)


Et aussi (traduction rapprochée) :


{Les mosquées sont réservées à Allah, n'invoquez donc personne avec Allah.} (Sourate 'Les Djinns' verset 18)

Également 
(traduction rapprochée) :


{Dis : ma prière, mes sacrifices, ma vie, ma mort, appartiennent à Allah, Seigneur des Univers. Il n'a nul associé.} (Sourate 'Les Bestiaux' verset 162-163)

Le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit : 

« L'invocation c'est l'adoration. »
(El Tirmidhî et Ibn Mâjah)


- Parmi les erreurs : Mettre des porte-bonheur qui comportent du polythéisme, porter des amulettes, ou des talismans, par crainte du mauvais œil, ou contre le mauvais œil et la jalousie.


Tout ceci est également du polythéisme majeur.

En effet, le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

«Celui qui suspend une amulette a commis un acte de polythéisme. » 
(Ahmed)


-Parmi les erreurs : Questionner les devins, les voyants, ou les sorciers, et croire en leurs paroles.


Ceci est de l'incroyance, car le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Celui qui se rend chez un devin ou un voyant et croit en sa prédiction, a mécru en ce qui a été révélé à Mohammed » 
(Ahmed)


-Parmi les erreurs : Prétendre connaître l'Inconnaissable ou prétendre avoir accès aux Tablettes Préservées (du destin).


Ceci est de l'incroyance, car Allah Le Très Haut dit (traduction rapprochée) :


{Dis : Personne dans les Cieux et la Terre ne connaît l'Inconnaissable sauf Allah, et ils ne savent même pas quand ils seront ressuscités} (Les Fourmis, v.65)

Et aussi 
(traduction rapprochée) :


{ Et c'est Lui seul qui détient les clefs de l'Inconnaissable, personne ne les connaît sauf Lui} (Les Bestiaux, v.59)


-Parmi les erreurs : Beaucoup de gens comprennent la parole : « il n'y a pas de vraie divinité sauf Allah » comme étant uniquement l'affirmation de l'adoration à Allah.


Or, ceci est une explication incomplète.

En effet, son sens est : « nul ne mérite d'être adoré sauf Allah », c.-à-d. l'affirmation de l'adoration à Allah et la négation de toute forme d'adoration à autre qu'Allah Le Très Haut.

La preuve est dans la parole suivante d'Allah Le Très Haut 
(traduction rapprochée) :


{Nous avons certainement envoyé dans chaque communauté un Messager qui leur disait : « Adorez Allah ! Et rejetez le Tâghût ! [1]. »} (Sourate 'Les Abeilles' verset 36)

Il est donc obligatoire de désavouer le polythéisme et ses partisans.


-Parmi les erreurs : Jurer par autre qu'Allah, même si le but n'est pas de vénérer la chose par laquelle on jure, comme on vénère Allah.


Par exemple : jurer sur l'honnêteté, sur la morale, ou sur l'honneur, ... Tout ceci est du polythéisme mineur, car le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Celui qui jure par un autre qu'Allah a commis un acte d'incroyance ou de polythéisme »
(El Tirmidhî, Abû Dâwûd et Ahmed)

et également :

« Celui qui jure sur l'honnêteté n'est pas des nôtres. »
(Abû Dâwûd)


-Parmi les erreurs : Prendre les tombes comme mosquées ou lieux de prière, ou faire des invocations auprès d'elles.


C'est une innovation détestable et une voie vers le polythéisme, car le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Allah maudit les juifs et les chrétiens, ils ont pris les tombes de leurs Prophètes comme mosquées. Ne prenez pas les tombes comme mosquées, car je vous l'interdis. »
(El Bukhârî et Muslim)

Et aussi :

« Ne priez pas en direction des tombes. »
(Muslim)


-Parmi les erreurs : Construire sur les tombes, les plâtrer, écrire dessus, ou y planter des arbres. Ce sont des innovations répréhensibles.


Jâbir ibn Abdallah -qu'Allah l'agrée - rapporte :

« Le Messager d'Allah - Prière et Salut sur lui - a interdit de plâtrer les tombes, de s'asseoir dessus, et de construire dessus. » (Muslim)

et dans une version authentique rapportée par El Tirmidhî, il est ajouté : « et d'écrire dessus. »


-Parmi les erreurs : Être allier des mécréants et les aimer, d'après la parole d'Allah Le Très Haut (traduction rapprochée) :


{Certes vous avez un bon exemple à suivre en Abraham et ceux qui étaient avec lui, lorsqu'ils dirent à leur peuple : « Nous vous désavouons, ainsi que ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre nous, l'animosité et la haine sont apparues à tout jamais, jusqu'à ce que vous croyiez en Allah seulement}
(Sourate 'L'Éprouvée' verset 4)


-Parmi les erreurs : Être allié de son clan ou de son pays, au détriment de l'alliance et du désaveu pour la croyance, qui se traduit par l'amour pour Allah et la haine pour Allah.


C'est une grave erreur. Le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Celui qui aime pour Allah et hait pour Allah, donne pour Allah et prive pour Allah, a complété sa foi. »
(Abû Dâwûd)

 

-Parmi les erreurs : Organiser différentes fêtes dans le but de se rapprocher d'Allah, comme célébrer l'anniversaire de naissance du Prophète - Prière et Salut sur lui, le nouvel an, ou l'ascension du Prophète - Prière et Salut sur lui - , tout ceci constitue des innovations.


Le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Celui qui innove dans notre religion ce qui n'en fait pas partie, son acte est rejeté. »
(El Bukhârî et Muslim)

Également dans un hadith rapporté par El °Irbâd ibn Sâriya : le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Attachez-vous à ma Sunna et à celle des califes bien guidés après moi. Tenez-y fermement. Prenez garde aux nouveautés dans la religion. Car toute nouveauté est une innovation. »
(Ahmed, El Tirmidhî et Ibn Mâjah)


-Parmi les erreurs : Accomplir une quelconque adoration dans le but de se rapprocher d'Allah, sans qu'elle n'ait aucune origine dans la religion.


Par exemple : veiller toute la nuit du 15ème jour de Cha°bân, jeûner particulièrement le mois de Rajab, fixer des jours particuliers, ou des semaines, ou des mois, pour accomplir des adorations non-légiférées.

En effet, le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Toute innovation est un égarement. »
(Muslim)

De plus, Ibn Mas°ûd a dit : « Toute adoration que les compagnons de Mohammed n'ont pas faites, ne la faîtes pas, car les premières générations n'ont pas laissé le choix aux dernières. »


-Parmi les erreurs : Se moquer de la religion, de ses adeptes, ou de certains de ses rites.


Par exemple : se moquer de la barbe, des vêtements au dessus des chevilles.

C'est un domaine très grave et une voie vers l'incroyance, car se moquer d'Allah, de Son Messager - Prière et Salut sur lui - ou des rites de la religion, est un acte d'incroyance. En effet, Allah Le Très Haut dit :

{Si tu les questionnais, ils diraient certainement : « Nous ne faisions que bavardez et nous amusez ! » Dis : « Est-ce d'Allah, de Ses versets et de Son Messager, dont vous vous moquiez ? » Ne vous excusez pas, vous avez bel et bien mécru après avoir eu la foi} (Sourate 'Le Repentir' verset 65-66)


-Parmi les erreurs : Chercher à ressembler aux mécréants.


Le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Celui qui cherche à ressembler à un peuple, en fait partie. »
(Abû Dâwûd)

 

-Parmi les erreurs : Introduire des mécréants dans la péninsule arabique, sans raison valable.


Le Prophète - Prière et Salut sur lui - a dit :

« Faîtes sortir les juifs et les chrétiens de la péninsule arabique, jusqu'à ce qu'il ne reste que des musulmans. »
(Muslim)

Nous demandons à Allah de nous pardonner nos erreurs et nos négligences. Et Allah est plus savant.

[1] « Tâghût » tout ce qui est adoré en dehors d'Allah et admet cela. [Note du traducteur]

 

Bibliographie :
« Point de vue sur beaucoup d'erreurs répandues » par Cheikh Sâlih Âl Cheikh.
« Erreurs répandues dans la croyance » par Cheikh Abdel Rahmân El Mahmûd. 
copié de 
alghourabaa.com

Partager cet article

Les portes de la réussite

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les portes de la réussite
Shaqeeq Ibn Ibraheem a dit :
 
Les portes de la réussite ont été fermées aux créatures pour 6 raisons :

- Leur préoccupation par les bienfaits d'Allâh au lieu de remercier Allâh [pour ces bienfaits]

-  Leur désir d'apprendre tout en abandonnant les actions.

-  Leur empressement à commettre les pêchés alors qu'ils retardent la Tawbah (repentir)

-  La tromperie d'avoir comme compagnons des gens pieux et de ne pas les prendre comme exemples.

-  La vie d'ici bas défile devant eux mais ils continuent à la poursuivre.

-  L'au-delà approche mais ils s'en détournent
.
 
L'auteur continue en disant :
 
"Je dis que la raison [de ces défauts] est l'absence de désir et de crainte, dus à une certitude (yaqeen) faible, au manque de clairvoyance, du à un avilissement et une bassesse de l'âme, et l'échange de ce qui est "bas" contre ce qui est élevé. 
 
Même si l'âme est noble/droite et élevée, elle ne se contente pas de ce qui est inférieur (bas, vil). 
 
Tout le bien provient de la réussite accordée par Allâh, par Sa Volonté à une âme droite, noble et grande. 
 
Mais l'origine du mal est du à la bassesse de l'âme, à son avilissement et à sa petitesse. 
 
Allâh a dit (traduction rapprochée) :
 
"A réussi, certes, celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la corrompt." 
(Ash-Shams, 9-10)
 
C'est-à-dire, a réussi, celui qui grandit, enrichit son âme par l'obéissance à Allâh, mais est perdu celui qui, l'a rendue avilie et basse en désobéissant à Allâh. 
 
Donc les âmes nobles n'acceptent que les choses les plus élevées, les meilleures et les plus louables en récompenses, alors que les âmes viles recherchent les turpitudes sur lesquelles elles tombent comme sont attirées les mouches par les ordures. 
 
Les âmes nobles et élevées rejettent l'injustice, les turpitudes, le vol et la trahison car elles sont supérieures et plus respectueuses.
 
Par contre les âmes viles, méprisables et basses sont le contraire de ces permières [âmes]. 
 
Car chaque âme se penche vers ce qui lui convient et ce qui lui ressemble, et ceci est le sens de la parole d'Allâh L'Exalté (traduction rapprochée) : "Dis: "Chacun agit selon sa méthode..." (Al-Israa, 84), c'est-à-dire que chacun agit avec ce qui se rapproche de lui et ce qui lui convient. 
 
Il agit donc selon sa propre méthode qui convient à son caractère et à sa nature.
 
Tout homme se conduit selon sa propre méthode, selon son madhhab et selon ses habitudes qu'il a acquises et avec lesquelles il a été formé (éduqué).

Le débauché agit donc selon ce qui ressemble à sa méthode (tareeqah), en répondant aux bienfaits par la désobéissance.

Mais le croyant agit selon ce qui se rapproche de sa nature, comme reconnaissance pour les bienfaits [d'Allâh], l'amour, les louanges, l'affection, la pudeur, l'observation, la glorification, et la vénération [d'Allâh].
 
Al-Fawaa-id
 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Vérification des comptes du mécréant au jour de la résurrection

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Vérification des comptes du mécréant au jour de la résurrection
Question : 
 
Le croyant subira une vérification de compte au jour de la Résurrection.

Ce qui pourra aboutir soit au bien soit au mal.

Mais comment le mécréant pourrait-il amener à subir cette vérification de compte alors qu'il n'est pas concerné par les obligations religieuses qui incombent au croyant ? 
 
Réponse :
 
Cette question repose sur une compréhension inexacte.

Car l'infidèle est concerné par ce qui est exigé du croyant, mais il n'est pas tenu de s'y conformer ici-bas. Cela s'atteste dans cette parole du Très Haut: 

 
-traduction relative et approchée-
 
« Sauf les gens de la droite (les élus) : dans des Jardins, ils s'interrogeront au sujet des criminels : « Qu' est- ce qui vous a acheminés à Saqar ? » Ils diront : « Nous n' étions pas de ceux qui faisaient la Salat, et nous ne nourrissions pas le pauvre, et nous nous associons à ceux qui tenaient des conversations futiles, et nous traitions de mensonge le jour de la Rétribution » 
(Sourate 74 verset 39 à 46)
 
S'ils ne devaient pas subir les conséquences de l'abandon de la prière et de l'offre de nourriture aux pauvres, ce rappel ne leur serait pas adressé.

Ceci indique qu'ils seront châtiés à cause de leur attitude à l'égard des prescriptions secondaires de l'Islam.

Ceci est à la fois conforme aux textes (religieux) et au bon sens.

Si Allah le Très Haut châtie Son serviteur croyant coupable de l'abandon de ses obligations religieuses, comment n'en ferait Il pas de même à l'endroit de Son serviteur mécréant ?

Mieux, je vous dirai en plus que le mécréant sera châtié pour les bienfaits divins en matière de nourriture et de boisson dont il aura joui. A ce propos, le Très Haut a dit :

 
-traduction relative et approchée-
 
« Ce n' est pas un péché pour ceux qui ont la foi et font de bonnes œuvres en ce qu' ils ont consommé (du vin et des gains des jeux de hasard avant leur prohibition) pourvu qu' ils soient pieux (en évitant les choses interdites après en avoir eu connaissance) et qu' ils croient (en acceptant leur prohibition) et qu' ils fassent de bonnes œuvres ; puis qui (continuent) d'être pieux et de croire et qui (demeurent) pieux et bienfaisants. Car Allah aime les bienfaisants. » 
(Sourate 5 verset 93)
 
Ce verset indique explicitement que rigueur ne sera pas tenue aux croyants pour ce qu'ils ont consommé (en matière de nourritures interdites).

Mais on peut en déduire justement que rigueur sera tenue aux mécréants pour ce qu'ils ont consommé.

Dans cet ordre d'idées, le Très Haut dit encore : 

 
-traduction relative et approchée-
 
« Dis: « Qui a interdit la parure d'Allah, qu'Il a produite pour Ses serviteurs ainsi que les bonnes nourritures ? » Dis : « Elles sont destinées à ceux qui ont la foi, dans cette vie... »
(Sourate 7 verset 32)
 
Ses propos : « Dis: « Elles sont destinées à ceux qui ont la foi, dans cette vie » indiquent que le mécréant n'a pas le droit d'en jouir.

Je soutiens qu'il n'a aucun droit légitime d'en jouir.

Quant au droit fondé sur l'ordre général, il signifie qu'Allah, le Transcendant et Très Haut a créé la subsistance qui a incontestablement profité au mécréant.

Ce qui implique que le mécréant sera interrogé à propos des denrées licites qu'il aura consommées y compris les vêtements, qu'il aura utilisés.

Ceci est non seulement conforme aux traditions religieuses mais aussi au raisonnement correct.

En effet, comment ce mécréant et rebelle à l'égard d'Allah puisqu'il ne croit en Lui, peut-il avoir raisonnablement le droit de jouir des biens créés par Allah et des bienfaits octroyés à Ses serviteurs (sans en répondre) ?
 
Si cela est claire pour vous, (vous comprendrez) que le mécréant sera interrogé et traité en fonction de ses actions au jour de la Résurrection.

Mais le règlement de compte qu'il subira ne sera pas comme celui auquel le musulman sera soumis.

En effet, celui appliqué au musulman sera facile puisque le Maître l'isolera et lui fera reconnaître ses péchés puis lui dira : 

 
« J'ai dissimulé tes péchés dans la vie antérieure et Je te les pardonne maintenant » 
 
Quant au mécréant - puisse Allah nous en protéger ! - Allah vérifiera ses comptes, lui fera reconnaître ses péchés et le déshonorera devant tout le monde : 
 
-traduction relative et approchée-
 
« Les témoins (les anges) diront : « Voilà ceux qui ont menti contre leur Seigneur. » Que la malédiction d'Allah (frappe) les injustes »
(Sourate 11 verset 18)


(Source : Extrait des fatwa de Cheikh Muhammad ibn Salih al-'Outheymine publiés dans Fatawa islamiyya, 1/82) 
copié de darwa.com
                                                          
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

3 livres concis que doivent mémoriser les débutants

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

3 livres concis que doivent mémoriser les débutants
Question :
 
Quels sont les livres que vous conseillez au débutant dans [sa] quête du savoir ?
 
Réponse :
 
Nous lui conseillons la mémorisation (hifz) [des livres] sommaires (mukhtasarât) dans le dogme (‘aqîdah) comme :

 

الاصول الثلاثة - thalâthah al-u sûl – Les Trois Fondements » [1]
 
كشف الشبهات - kachfu-chchubuhât – Le Dévoilement des Ambiguïtés » [2]
 
كتاب التوحيد - kitâbu-ttawhîd alladhî huwa haqq Allâh ‘ala-l’abîd – Le Livre du Monothéisme ; Droit d’Allâh sur les Serviteurs »[3] 

du Chaykh Muhammad Ibn ‘Abd-lWahhâb – qu’Allâh lui fasse miséricorde-.
 
[1] : A télécharger (en arabe) ici et (en français) ici et le commentaire du Chaykh Ibn Bâz (en arabe) ici
[2] : A télécharger (en arabe) ici et (en français) ici avec le commentaire du Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan ici
[3] : A télécharger (en arabe) ici et (en français) ici le commentaire du Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan (en arabe) ici
 
copié de mukhlisun.over-blog.com
 
Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

La double face ou la duplicité

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La double face ou la duplicité

Al-Bukharî et Muslim rapportent dans leurs recueils authentiques que le Prophète salla lahou aleyhi wa salam a dit :

 
"La pire des personnes est la double face qui présente un visage à certains et un autre à d'autres".
 
Un poète à dit :
 
Il n'y a pas de bien à se lier d'amitié avec une double face
Aux propos mielleux mais dont le coeur est plein de haine
Du bout de la langue, il te berce de belle paroles
Mais il se faufile comme se faufile le renard
Quand il te voit, il jure te faire confiance
Mais dans ton dos, c'est un scorpion.
 
Un autre a dit :
 
La pire des personnes est celle qui - lorsqu'elle me voit - me flatte
Mais qui m'insulte en mon absence
Elle me salue chaleureusement lorsqu'elle me rencontre
Mais quand elle est seule, elle mange ma chair et boit mon sang
Elle a de mauvaises paroles à mon encontre, que je n'écoute pas
Bien que je ne sois pas sourd
 
Beaucoup de femmes - sauf celles qu'Allah a préservées par Sa Miséricorde - ont ce genre d'attitude en termes de duplicité et d'artifices. 
 
Tout ceci est dû à la faiblesse de la foi et de la crainte d'Allah.

Ceci peut aussi être dû à de l'ignorance. 

Quoi qu'il en soit, il faut délaisser ce vil caractère. 
 
Certaines femmes ont même plus de deux visages, surtout les opportunistes parmi elles qui ne recherchent que leurs propres intérêts.
 
Conseils Aux Femmes Musulmanes Page 274-275 
 
Cheikha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya - الشيخة أم عبد الله الوادعية

Partager cet article

Comment lire ? (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Comment lire ? (audio-vidéo)

 

Question : 

 
Quelle est la meilleure manière de lire les livres et les épîtres (rasa’il) des imams de la da’wa (des savants de la sunna) ?
 
Réponse :

Louange à Allah Seigneur des mondes.

Tout d’abord il est nécessaire que cela se fasse par étapes, comme l’ont fait les savants.

Il faut prendre les épîtres les une après les autres, en commençant par une courte, puis une plus longue, plus une plus longue, selon le cas.

Et il est nécessaire qu’il y ait un savant qui comprenne les paroles des savants de la da’wa salafya, afin qu’il explique.

Il est vrai que la science est présente et que la personne peut avoir une certaine compréhension, mais il faut qu’il y ait un savant.

Sur ce point, une des meilleures paroles est celle de l’imam As-Shatibi :

« La science était dans les poitrines des hommes, puis elle s’est retrouvée dans les ventres des livres, mais les clés sont restées dans les mains des hommes ».

La science est présente dans les livres, mais qui peut te faire comprendre ces livres ?

Il faut nécessairement un savant, ancré dans la science.

Aujourd’hui, vous voyez beaucoup de gens se déclarer de la da’wa (salafya) et argumenter avec les paroles des savants de la da’wa, alors qu’il fait une erreur sur le sujet : sur le takfir, sur la révolte contre les gouverneurs, sur la critique desmadha’ib… il utilise des paroles qu’il ne comprend pas, qu’il ne connaît pas, il n’a pas étudié ses épîtres et livres auprès des savants de la da’wa connus pour cela.

Tu le vois alors se tromper dans la compréhension, s’égarer et égarer (les autres).

Ce qui est obligatoire, c’est de prendre la science de ses gens (des savants), ceux qui comprennent, car si dans le Qur’ân il y a des versets clairs (muhkam) et des versets qui prêtent à interprétation (mutashâbi) (traduciton rapprochée) : 

« C’est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s’y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d’autres versets qui peuvent prêter à d’interprétations diverses »

Allah nous informe que dans le Qur’ân il y a des versets clairs et d’autres qui prêtent à interprétation, les khawarijs se sont appuyés sur le Qur’ân et ils se sont égarés car ils n’ont pas pris le Qur’ân avec la compréhension des compagnons, ils n’ont pas interrogé les compagnons, ils l’ont compris comme ils ont voulu dans les versets de la mécréance, de la souveraineté ou d’autres choses encore.

Ils ont jugé d’eux-mêmes sans revenir vers les compagnons, et cela c’est prendre ce qui prête à interprétation et laisser ce qui est clair et le retour vers ceux qui sont ancrés dans la science.

De même, dans la sunna il y a des choses claires et d’autres qui prêtent à interprétation, mais aussi dans les paroles des savants, dans les paroles de shaikh al-islam ibn taymia, dans les paroles des imams de la da’wa. Donc il ne faut pas prendre une parole et dire : c’est cela la compréhension !

Au contraire il faut revenir vers les gens de science afin qu’ils t’explique le jugement et le suivi, qu’ils expliquent les paroles qui prêtent à interprétation par les paroles claires et qu’ils te fasse comprendre.

Donc, dans le fait de revenir aux livres des imams de la da’wa, il y a une lumière et une guidée pour le muslim, mais il faut que cela se fasse en revenant aux savants afin qu’ils t’expliquent les difficultés et la parole correcte dans l’explication des paroles des gens de science sur cette question.

traduit par salafs.com

Cheikh Sâlih Ibn ‘Abdel-‘Azîz Âli Ash-Cheikh - الشيخ صالح بن عبد العزيز آل الشيخ

Partager cet article