compteur de visite

Catégories

1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 21:01
Le sang que voit la femme ménopausée

Question :

 

Quel est l'avis religieux relatif au sang de la femme ménopausée, c'est-à-dire qui n'a plus les menstrues depuis plus d'une année, qui est âgée entre 50 et 55 ans, et qui a saignée à cause d'une maladie ou d'un état psychique ?

 

Doit-elle ou non accomplir la prière ?

 

Réponse :

 

Si la femme arrive à la ménopause qui intervient à 50 ans, le sang qui coule après cette phase est invalide, elle ne doit interrompre, pour cela, ni le jeûne ni la prière.

 

En effet, il ne s'y applique pas les mêmes règles que pour les menstrues selon la parole de `A'îcha (Qu'Allah soit satisfait d'elle) :

 

"S'il arrive que du sang coule de la femme qui a atteint la ménopause, vers la cinquantaine, cela ne sera pas considéré comme des menstrues."

Cité par 'Ahmad .

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La Fatwa numéro (18579)

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 234)

copié de alifta.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 21:00
Rechercher un mot dans le coran (toutes les langues)
 

Recherche dans le Coran :

 

 

in

 

 

 

 

 

 

 

Publié par searchtruth.com

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 21:00
Lire du coran sur de l'eau pour lutter contre les douleurs physiques

Question :

 

Est-ce qu'il est permis pour un homme souffrant de la douleur de boire l'eau sur laquelle les Ayah Qur'anique (versets) ont été lues en tant que Ruqyah? 

 

Réponse :

 

Dar Al-Ifta (la Maison de la Fatwa) a précédemment publié une réponse à une question semblable.

 

La Fatwa est comme suit :

 

Il est permis de boire de l'eau d'un récipient sur lequel certaines Ayahs du Qur'an ont été lu.

 

Ceci se basé sur la signification générale de l' Ayah Quran'ique dans lequel Allah (qu' Il soit Exalté) dit :

 

وَنُنَزِّلُ مِنَ ٱلۡقُرۡءَانِ مَا هُوَ شِفَآءٌ۬ وَرَحۡمَةٌ۬ لِّلۡمُؤۡمِنِينَ‌ۙ

 

17.82. Ce Coran que Nous révélons et qui apporte aux croyants guérison 

 

Ainsi, le Qur'an guérit les maladies des coeurs et des corps.

 

Ceci est également basé sur le hadith relaté par Al-Hakim dans son livre intitulé "Al-Mustadrak" et Ibn Majah dans ses Sunan (Livre de Hadith) d'après Ibn Mas` ud (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète (que la paixsoit sur lui) a dit :

 

"Persévérez dans la recherche du traitement par les deux remèdes; le miel et le Qur'an."

 

De plus, Ibn Majah rapporte sous l'autorité d'Aly (qu'Allah soit satisfait de lui) que le Prophète (que la paix soit sur lui) a dit :

 

"Le meilleur médicament est le Qur'an."

 

Ibn Al-Sunny rapporte également sous l'autorité d' Ibn ` Abbas (qu'Allah soit satisfait d'eux deux) qu'il a dit :

 

"si une femme ressent une grande douleur pendant l'accouchement, prenez un récipient propre dans lequel vous pouvez écrire les Ayah Qur'aniques suivantes :

 

كَأَنَّہُمۡ يَوۡمَ يَرَوۡنَ مَا يُوعَدُونَ لَمۡ يَلۡبَثُوٓاْ إِلَّا سَاعَةً۬ مِّن نَّہَارِۭ‌ۚ

46.35 ...Le jour où ils seront en face de ce qui leur est promis, il leur semblera n'être restés sur Terre qu'une heure de la journée....

 

كَأَنَّہُمۡ يَوۡمَ يَرَوۡنَہَا لَمۡ يَلۡبَثُوٓاْ إِلَّا عَشِيَّةً أَوۡ ضُحَٮٰهَا

79.46. ...En vérité, le jour où l'Heure sonnera, il leur semblera n'avoir passé sur Terre qu'une soirée ou une matinée....

 

لَقَدۡ كَانَ فِى قَصَصِہِمۡ عِبۡرَةٌ۬ لِّأُوْلِى ٱلۡأَلۡبَـٰبِ‌ۗ

12.111. Il y a, à coup sûr, un enseignement dans l'histoire des prophètes pour les hommes doués d'intelligence.

 

Après avoir lavé cela, on le donne à la femme pour qu'elle boive et on asperge de l'eau sur son abdomen et son visage".

 

Ibn Al-Qayyim dit dans son livre intitulé "Zad Alma ` `ad" (vol. 3, page, 381) :

` Abdullah ibn Ahmad m'a raconté ceci :

Quand une femme ressentait une grande douleur pendant l'accouchement, mon père avait l'habitude d'utiliser un récipient blanc ou une feuille propre sur laquelle il écrirait le Hadith d'Ibn ` Abbas (qu'Allah soit satisfait de tous les deux) :

"il n'y a aucune vraie divinité en dehors d'Allah, le plus indulgent, l'omnipotent. L'éloge est à Allah, le Seigneur du Magnifique Trône.

 

ٱلۡحَمۡدُ لِلَّهِ رَبِّ ٱلۡعَـٰلَمِينَ

1.2. Louange à Dieu, le Maître de l'Univers

 

كَأَنَّہُمۡ يَوۡمَ يَرَوۡنَ مَا يُوعَدُونَ لَمۡ يَلۡبَثُوٓاْ إِلَّا سَاعَةً۬ مِّن نَّہَارِۭ‌ۚ بَلَـٰغٌ۬‌ۚ

46.35 Le jour où ils seront en face de ce qui leur est promis, il leur semblera n'être restés sur Terre qu'une heure de la journée. Les voilà donc suffisamment avertis.

 

كَأَنَّہُمۡ يَوۡمَ يَرَوۡنَہَا لَمۡ يَلۡبَثُوٓاْ إِلَّا عَشِيَّةً أَوۡ ضُحَٮٰهَا

79.46. ...En vérité, le jour où l'Heure sonnera, il leur semblera n'avoir passé sur Terre qu'une soirée ou une matinée...

 

Al-Khallal dit : Abu Bakr Al-Marrudhy nous a rapproté qu'un homme est venu à Abu ` Abdullah et a dit :

 

"O Abu ` Abdullah, écrirais tu du Qur'an pour une femme qui a éprouvé des douleurs d'accouchement pendant deux jours ?

Il lui a demandé d'apporter un large récipient et du safran.

Je l'ai vu écrire pour beaucoup de gens."

 

Ibn Al-Qayyim dit également :

 

"un groupe de Salaf (Pieux Prédécesseurs) sont du point de vue selon lequel certains versets du Qur'an peuvent être écrits sur l'eau pour une personne malade dans le but de la boire.

Mujahid a dit : Il n'y a aucun mal à écrire certaines Ayahs du Qur'an, les laver et ensuite donner l'eau à une personne malade pour qu'elle la boive."

 

Le même chose est dite par Abu Qilabah.

 

Fin de citation d' Ibn al Qayyim

 

Qu'Allah nous accorde le succès.

Que la paix et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons

 

La deuxième question de la fatwa n° 143 

Fatwa du Comité Permanent - volume 1 page 241-242

Traduit par Oum 'Ikrima 

copié de alhouda.forumactif.com

 

القرآن شفاء للقلوب والأبدان
س2: إذا طلب رجل به ألم رقى، وكتب له بعض آيات قرآنية، وقال الراقي: ضعها في ماء واشربها فهل يجوز أم لا؟
ج2: سبق أن صدر من دار الإِفتاء جواب عن سؤال مماثل لهذا السؤال هذا نصه: كتابة شيء من القرآن في جام أو ورقة وغسله وشربه يجوز؛ لعموم قوله تعالى:  وَنُنَـزِّلُ مِنَ الْقُرْآنِ مَا هُوَ شِفَاءٌ وَرَحْمَةٌ لِلْمُؤْمِنِينَ  ، فالقرآن شفاء للقلوب والأبدان، ولما رواه الحاكم في [المستدرك] وابن ماجه في [السنن] عن ابن مسعود رضي الله عنه: أن النبي صلى الله عليه وسلم قال:   عليكم بالشفاءين العسل والقرآن  ، وما رواه ابن ماجه ، عن علي رضي الله عنه، عن النبي صلى الله عليه وسلم أنه قال:   خير الدواء القرآن  ، وروى ابن السني عن ابن عباس رضي الله عنهما: (إذا عسر على المرأة ولادتها خذ إناءً نظيفًا فاكتب عليه)  كَأَنَّهُمْ يَوْمَ يَرَوْنَ مَا يُوعَدُونَ  الآية، و  كَأَنَّهُمْ يَوْمَ يَرَوْنَهَا لَمْ يَلْبَثُوا  الآية، و  لَقَدْ كَانَ فِي قَصَصِهِمْ عِبْرَةٌ لأُولِي الأَلْبَابِ  الآية، ثم يغسله وتسقى المرأة منه وتنضح على بطنها وفي وجهها
وقال ابن القيم في [زاد المعاد] (جـ3 ص381): (قال الخلال : حدثني عبد الله بن أحمد قال: رأيت أبي يكتب للمرأة إذا عسر عليها ولادتها في جام أبيض أو شيء نظيف يكتب حديث ابن عباس رضي الله عنهما: (لا إله إلاَّ الله الحليم الكريم، سبحان الله رب العرش العظيم)،  الْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ  كَأَنَّهُمْ يَوْمَ يَرَوْنَ مَا يُوعَدُونَ لَمْ يَلْبَثُوا إِلا سَاعَةً مِنْ نَهَارٍ بَلاغٌ  كَأَنَّهُمْ يَوْمَ يَرَوْنَهَا لَمْ يَلْبَثُوا إِلا عَشِيَّةً أَوْ ضُحَاهَا  . قال الخلال : (أنبأنا أبو بكر المروذي ، أن أبا عبد الله جاءه رجل فقال: يا أبا عبد الله ، تكتب لامرأة عسرت عليها ولادتها منذ يومين، فقال: قل له: يجيء بجام واسع وزعفران، ورأيته يكتب لغير واحد)، وقال ابن القيم أيضًا: (ورأى جماعة من السلف أن يكتب له الآيات من القرآن ثم يشربها، قال مجاهد : لا بأس أن يكتب القرآن ويغسله ويسقيه المريض، ومثله عن أبي قلابة ). انتهى كلام ابن القيم
وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم
اللجنة الدائمة للبحوث

( الجزء رقم : 1، الصفحة رقم: 242 - 241)

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 20:57
Le jugement concernant le fait de regarder les dessins animés

La question :

 

Quel est le jugement concernant le fait de regarder les dessins animés ?

 

La réponse :

 

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu’Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

Ceci dit :

 

En effet, il est permis de voir les dessins animés, mais à condition qu’ils soient régis par les normes de la Charia telles que : la bonne intention, à savoir qu’ils soient objectifs de sorte qu’ils réalisent des fins orienteuses, instructives et éducatives, et qu’ils ne contiennent ni les aspects de dépravation et de dévoilement, ni de la musique, ni de l’éducation incorrecte ; c’est-à-dire qu’ils ne doivent pas manquer aux bienséances et aux convenances islamiques ; comme ils doivent être dépourvus de tout appel au polythéisme ou à discréditer et dédaigner la religion avec un style comique et des tournures médisantes, ou à éloigner les gens de la religion par le biais des messages qu’ils transmettent.

 

Par ailleurs, ces dessins animés peuvent être recommandés si le message qu’ils contiennent traduit une éducation religieuse correcte.

 

En outre, il est connu que les images avilies sont permises, vu que le Prophète صلّى الله عليه وسلّم a interdit toute image, excepté celle qui est un signe sur un vêtement [1].

 

Aussi, cela est prouvé par le hadith de `Â'icha رضي الله عنها lorsqu’elle jouait avec les poupées [2].

 

Ibn Qoudâma a dit dans El-Moughnî (7/216) en parlant à propos du fait de répondre à l’invitation aux fêtes de mariage :

 

« Et si l’on ôte la tête de l’image, il n’y aura pas de détestation… aussi, si l’image représente un corps sans tête ou une tête sans corps, ou représente une tête et tout le corps n’est pas celui d’un animal ; ces cas-là ne sont pas concernés par l’interdiction, car de telles images ne sont pas considérées comme une image d’animal ».                       

 

Le savoir parfait appartient à Allah عزّ وجلّ, et notre dernière invocation est qu’Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed صلّى الله عليه وآله وسلّم, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 8 Ramadan 1426 H, correspondant au 11 octobre 2005 G

 

[1] Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Habits », concernant celui qui déteste de s’asseoir sur les images (hadith 5613), par Mouslim, chapitre des « Habits et de la parure », concernant l’interdiction de reproduire les images des animaux (hadith 5640), par Abou Dâwoûd, chapitre des « Habits », concernant les images (hadith 4155), par Et-Tirmidhi, chapitre des « Habits », concernant ce qui est rapporté au sujet de l’image (hadith 1750) et par En-Nassâ'i, chapitre de « La parure », concernant les images (hadith 5350) par l’intermédiaire d’Abou Talha رضي الله عنه.

 

[2] Rapporté par Abou Dâwoûd, chapitre de « La bienséance » (hadith 4932), par l’intermédiaire de `Â'icha رضي الله عنها :

« Un jour, le Prophète صلّى الله عليه وسلّم était revenue d’une conquête à Taboûk ou à Khaybar, lorsque le vent qui soufflait écarta le rideau qui cachait les poupées contenues dans le dépôt de `Â'icha.

Le Prophète صلّى الله عليه وسلّم dit : « Qu’est-ce que c’est, ô `Â'icha ? ».

« Mes poupées », dit-elle.

Comme le Prophète صلّى الله عليه وسلّم vit parmi les poupées un cheval fait de morceaux de tissu et doté de deux ailes, il dit : « Qu’est-ce que je vois au milieu d’elles ? ».

« Un cheval », répondit-elle.

« Et qu’est-ce qu’il a sur lui ? », dit le Messager صلّى الله عليه وسلّم.

« Deux ailes », dit-elle.

« Un cheval avec deux ailes ? », dit le Messager صلّى الله عليه وسلّم.

« N’avez-vous pas entendu que Salomon disposait de chevaux dotés d’ailes ? », dit-elle.

Le Prophète صلّى الله عليه وسلّم éclata de rire au point de laisser apparaître ses molaires ».

Ce hadith est jugé authentique par El-Albâni dans « Âdâb Ez-Zifâf » (page 170).

De plus, il est rapporté par El-Boukhâri (mais en d’autres termes), chapitre de « La bienséance », concernant le fait de plaisanter avec les gens (hadith 5779).

 

traduit par ferkous.com

 

في حكم مشاهدة الرسوم المتحركة

السـؤال:ما حكم مشاهدة الرسوم المتحركة؟
الجـواب:الحمد لله ربّ العالمين والصلاة والسلام على من أرسله الله رحمة للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أما بعد:
فالرسوم المتحركة من الأفلام الكرتونية إذا كانت منضبطة بالضوابط الشرعية كسلامة القصد وكانت هادفة بحيث تحقق مقاصد توجيهية وتعليمية وتربوية وخلت من مظاهر الخلاعة، والسفور، والموسيقى، والتربية غير السديدة أي غير مخلة بالآداب والأخلاق الإسلامية أو تجرّدت من الدعوة إلى الشرك أو الحط من أمور الدين والاستخفاف به بالأسلوب الهزلي والعبارات القادحة فيه ، أومن إبعاد الناس عن الدين بواسطة ما تمليه هذه الرسوم فإنَّ مشاهدتها مباحة، وقد تكون مستحبة إن كانت مربية تربية دينية صحيحة ولا يخفى أن الصورة الممتهنة جائزة لنهيه صلى الله عليه وآله وسلم عن الصور إلا ما كان رقما في ثوب(١)، ولحديث عائشة ولعبها بالبنات(٢). قال ابن قدامة في المغني [٧/ ٢١٦] في معرض إجابة الدعوة لوليمة العرس:فإن قطع رأس الصورة ذهبت الكراهة، وكذلك إذا كان في ابتداء التصويرة صورة بدن بلا رأس أو رأس بلا بدن أو جعل له رأس وسائر بدنه غير حيوان لم يدخل في النهي، لأن ذلك ليس بصورة حيوان
والعلمُ عند الله تعالى، وآخر دعوانا أنِ الحمد لله ربِّ العالمين، وصلى الله على نبيّنا محمّد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، وسلّم تسليمًا
الجزائر في: ٨ رمضان ١٤٢٦ﻫ
الموافق ﻟ: ١١ أكتوبر ٢٠٠٥م
(١) أخرجه البخاري في «اللباس»، باب من كره القعود على الصور: (٥٦١٣)، ومسلم في «اللباس والزينة»، باب تحريم تصوير صورة الحيوان:  (٥٦٤٠)، وأبو داود في «اللباس»، باب في الصور: (٤١٥٥)، والترمذي في «اللباس»، باب ما جاء في الصورة: (١٧٥٠)، والنسائي في «الزينة»،  باب التصاوير: (٥٣٥٠)، من حديث أبي طلحة رضي الله عنه.
(٢) أخرجه أبو داود في الأدب(٤٩٣٢)، من حديث عائشة رضي الله عنها قالت:"قدم النبي صلى الله عليه وسلم من غزوة تبوك أو خيبر وفي سهوتها ستر فهبت ريح فكشفت ناحية الستر عن بنات لعائشة لعب فقال: «ما هذا يا عائشة؟ قالت: بناتي. ورأى بينهنّ فرسا له جناحان من رقاع فقال: ما هذا الذي أرى وسطهن قالت: فرس، قال: وما هذا الذي عليه؟ قالت: جناحان، قال: فرس لها جناحان، قالت: أما سمعت أنّ لسليمان خيلا لها أجنحة، قالت، فضحك حتى رأيت نواجذه». وصححه الألباني في «آداب الزفاف»: (١٧٠). واصله في البخاري كتاب «الأدب»، باب الانبساط إلى الناس :(٥٧٧٩)

الفتوى رقم: ٢٩٨
الصنف: فتاوى متنوِّعة

 

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

الفتوى رقم: ٢٩٨
الصنف: فتاوى متنوِّعة
في حكم مشاهدة الرسوم المتحركة
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Distraction - musique - image - sport et internet
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 20:24
Qu'est-ce que la substance blanche chez la femme ?

Question :

 

Quelle est la matière blanche chez la femme ?

 

Quels sont les jugements qui s'y appliquent ?

 

Réponse :

 

Les oulémas ont divergé au sujet de la matière blanche mentionnée dans la parole de la Mère les Croyants `A'îcha رضي الله عنها :

 

"Ne vous précipitez pas, assurez-vous d'abord de la présence de la matière blanche."

 

Elle fait référence ici à la purification des menstrues.

 

Ils ont fourni deux avis :

 

-Le premier : La matière blanche est un liquide blanc sécrété par la femme vers la fin des règles, c'est un signe de purification.

 

-Le deuxième : Quand la femme met un coton ou un tissu blanc dans son vagin et qu'elle le trouve blanc sans tache ni sang ni matière jaune ni matière trouble, c'est un signe de purification, c'est-à-dire le fait qu'il soit sec.

 

En conclusion, les femmes se purifient par l'une des deux options précitées : En voyant un liquide blanc, ou si son vagin devient sec de sorte que si elle met un coton ou autre dedans, elle le trouve blanc.

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La question 4 de la Fatwa numéro (20961)

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 212)

Publié par alifta.net

ما هي القصة البيضاء بالنسبة للمرأة

س4: ما هي القصة البيضاء بالنسبة للمرأة ، وما هي أحكامها؟

ج4 : اختلف العلماء في تفسير القصة البيضاء المذكورة في قول أم المؤمنين عائشة رضي الله عنها

 لا تعجلن حتى ترين القصة البيضاء

تريد بذلك: الطهر من الحيضة. اختلفوا على قولين:الأول: أن القصة البيضاء سائل أبيض يخرج من النساء في آخر الحيض، يكون علامة على الطهر

الثاني: أن تدخل المرأة قطنة أو خرقة في فرجها، فتخرج بيضاء ليس فيها شيء، من الدم ولا صُفرة ولا كُدرة، فيكون ذلك علامة على الطهر، وهو ( الجفاف ).والحاصل: أن النساء تطهر بأحد الأمرين السابقين، فإن رأت سائلاً أبيض في آخر الحيض طهرت، أو جف فرجها بحيث لو أنها أدخلت قطنة أو نحوها خرجت بيضاء طهرت.وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الرابع من الفتوى رقم - 20961

(الجزء رقم : 4، الصفحة رقم: 212)

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:57
Comment se servir d'un dictionnaire de langue arabe ? (قاموس عربي)

Dans un dictionnaire arabe, les mots ne sont généralement pas classés par ordre alphabétique mais par racines.

 

Cette racine est parfois évidente, mais parfois, on sera obligé de formuler plusieurs hypothèses avant de la trouver.

000-copie-2

Trouver la racine

 

Méthode à suivre :

 

-Dégager, si nécessaire, le mot des autres mots qui ont pu lui être ajoutés :

 

- soit devant (c’est le cas particules monolitères comme les prépositions, لِـ بِـ كَـ  du فَـ  ou du وَ  de coordination, et de la marque du futur سَـ , etc.)

 

- soit derrière : c’est le cas des pronoms suffixes الضَّمَائِرُ الْمُتَّصِلَةُ comme : ـِي , ـكَ , ـهُ , ـهَا etc.

 

C’est le cas aussi des suffixes du duel ـَيْن/ ـَانِ ou ceux du pluriel externe ـُونَ / ـِينَ  pour le masculin etـَات  pour le féminin.

 

Exemples :

 

بِـسَـيَّـارَتِـكَ  : avec ta voiture

كَ + سَـيَّـارَة + بِـ

Pronom suffixe « ta » + mot principal + préposition « avec »

فَـسَـيَـدْرُسُـهَا : « il l’étudiera »

ـهَا + يَـدْرُسُ + سَـ + فَـ

Pronom suffixe + mot principal + marque du futur + particule introduisant la conséquence

 

-Identifier la nature du mot : s’agit-il d’un verbe ou d’un nom ? Et les marques qui le caractérisent 

 

S’il s’agit d’un verbe, dégager les préfixes et les suffixes de la conjugaison :

 

Exemple :

 

يَـدْرُسُ     « il étudie »

دْرُسُ + يَـ

Préfixe de la conjugaison de l’inaccompli

 

-Identifier son schème الْوَزْنُ : s’il s’agit d’un verbe, d’un participe, d’un nom de lieu, etc.

 

-Enfin il faudra enlever les lettres qui ne peuvent faire partie de la racine :

 

- la tâ’ marbouta ة ne fait jamais partie de la racine du mot puisqu’elle est la marque du féminin.

 

- le alif ا ne fait jamais partie de la racine d’un mot car ce n’est pas une consonne.

 

Exemple :

 

سَـيَّـارَة  - voiture

On enlève la tâ’ marbouta ة

On enlève le alif ا

Il nous reste les lettres : س ي ر

Il faudra donc chercher ce mot dans le dictionnaire en suivant l’ordre de ces 3 lettres

 

Une fois ce travail effectué, la plupart du temps, la racine du mot sera évidente.

 

Mais dans certains cas, il restera des ambiguïtés.

 

Peut-être qu’alors vous serait face à une racine malade c’est-à-dire que la racine contient une lettre malade soit le و ou soit le ي 

 

- si vous arrivez à 2 lettres soit c’est un mot qui a une racine de 2 lettres (assez rare) ou bien c’est un و qui a disparu.

 

- si vous arrivez à plus de 3 lettres soit c’est une racine à 4 lettres (assez rare) soit essayer d’enlever les و et les ي qui servent de voyelles longues s’il y en a, ou le و qui sert de consonne.

 

- si vous êtes toujours à plus de 3 lettres et qu’il y a un مـ au début du mot principal c’est sûrement lui qu’il faut enlever, car le مـ est souvent rajouter à la racine pour former les schèmes de participes des formes dérivés, les schèmes de noms de lieu et ceux des noms d’instrument.

 

-En ce qui concerne les prépositions il sera souvent vain de rechercher leur racine il faudra les chercher telle qu’elle dans le dictionnaire comme : إِلىَ , فِي etc.

000-copie-2

Présentation des mots dans le dictionnaire

 

-en ce qui concerne les noms :

 

Ils seront souvent suivi de la lettre ج (première lettre du mot جَمْع qui signifie « pluriel ») pour indiquer leur pluriel.

 

Exemple :

 

Mosquée

جَامِع ج جَوَامِع

 

-en ce qui concerne les verbes :

 

Ils seront toujours présentés dans le dictionnaire sous la conjugaison la plus simple c’est-à-dire à la 3ème personne du masculin singulier (il -هُوَ) de l’accompli (passé -الْمَاضِي ), 

 

Suivi de la voyelle de l’inaccompli الْمُضَارِعُ, et ensuite du nom d’action du verbe le masdar الْمَصْدَرُ au cas direct (مَنْصوب).

 

Exemple :

 

Etudier, apprendre - دَرَسَ ـُ دَرْسًا

دَرَسَ il s’agit ici du verbe sous sa conjugaison la plus simple c’est-à-dire à la 3ème personne du masculin singulier (il - هُوَ) de l’accompli (passé -الْمَاضِي )

 

ـُil s’agit de la voyelle que portera la 2ème consonne du verbe quand il sera conjugué à l’inaccompli الْمُضَارِعُ.

 

دَرْسًا c’est le nom d’action du verbe au cas directمَنْصُوب.

 

les chiffres romains placés avants les verbes que vous pourrez rencontrez dans les dictionnaires indique le numéro de la forme dérivée du verbe.

Il y en a 10 en tout.

 

Exemple :

 

Enseigner qqch à qqn

دَرَّسَ تَدْرِيسًا ه هـ II

 

- II cela indique qu’il s’agit de la 2ème forme dérivée de la racine درس, elle se caractérise par la 2ème consonne qui porte une chadda.

 

تَدْرِيسًا c’est le nom d’action du verbe au cas direct مَنْصُوب.

هce signe veut dire qqn (quelqu’un)

هـce signe veut dire qqch (quelque chose)

 

Ces 2 derniers signes ه هـ explique comment le verbe دَرَّسَ se construit, on comprend ici que le verbe est doublement transitif directe.

 

copié de darwa.com

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Langue et civilisation arabe - اللغة العربية
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:30
Mise en garde contre deux imposteurs : Nader Abou Anas et Rachid Abou Houdayfa (vidéo)
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:25
Conseils au commerçant

Louange à Allah, Maître des Mondes; et paix et salut sur celui qu'Allah عزّ وجلّ a envoyé en miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection. Ceci dit :

 

Sache que le commerce est le meilleur moyen de gagner sa vie.

 

D’ailleurs, le Prophète صلّى الله عليه وسلّم a travaillé comme commerçant avant que ne lui vienne la révélation.

 

De même, un grand nombre de Compagnons رضي الله عنهم en ont fait leur métier ; parmi eux, on compte la plupart des Dix à qui a été promis le Paradis.

 

Les savants sont unanimes pour dire que la règle de base dans le commerce – ainsi que dans les autres moyens de gagner de l’argent – est que ce moyen est licite.

 

Cependant, les formes de profits commerciaux ne sont pas toutes licites, et c’est pourquoi il incombe au commerçant d’accorder une attention suffisante à la connaissance des règles religieuses dans le domaine de la jurisprudence des transactions financières.

 

Apprendre ces règles est une condition nécessaire et confirmée pour exercer sa profession de commerçant, afin qu’il ne commette pas des choses illicites sans le savoir, d’une part ; et d’autre part, afin qu’il prenne conscience de l’ampleur du danger de commettre des interdits, pour qu’il s’en écarte et qu’il craigne Allah عزّ وجلّ dans ce domaine.

 

Je conseille donc aux commerçants de faire en sorte que le commerce ne les incite pas à se consacrer essentiellement à la vie d’ici-bas, et à se précipiter dans la recherche des profits à court terme.

 

Ceci peut les pousser à ne pas respecter le droit d’Allah عزّ وجلّ concernant les biens qu’Il leur a octroyés, et ne pas maintenir les liens de parenté.

 

Cela est mentionné dans le hadith d’Abou Kabcha El-Anmâri :

 

« La vie d’ici-bas comprend quatre types de personnes : (et il a cité)… un serviteur à qui Allah عزّ وجلّ a accordé de l’argent, mais Il ne lui a pas accordé la science ; il gaspille son argent sans savoir ce qu’il fait, et il ne craint pas Allah عزّ وجلّ quant à cet argent, et il ne s’en sert pas pour maintenir les liens de parenté, et il ne sait pas qu’il doit payer un droit dessus.

Cette catégorie est la pire ».

 

Il convient également au commerçant de veiller à bien accomplir ses obligations et ses devoirs, et il ne doit pas laisser son commerce le pousser à négliger ses obligations religieuses que ce soit envers Allah عزّ وجلّ, sa famille ou d’autres, ou envers lui-même, ou encore à être insouciant dans l’accomplissement des ordres qu’Allah عزّ وجلّ lui a imposés.

 

Il doit également adopter le bon comportement comme la sincérité et l’honnêteté dans ses transactions, car ce sont des traits de caractère recommandés ; il doit donc s’écarter du mensonge et éviter de cacher les défauts de sa marchandise.

 

En effet, la sincérité procure la bénédiction, et le fait de cacher les défauts cause la baisse des ventes et l’anéantissement [de son commerce].

 

Le Prophète صلّى الله عليه وسلّم a dit :

 

« L’acheteur et le vendeur ont la possibilité de revenir sur leur parole tant qu’ils ne se sont pas séparés. S’ils sont sincères et montrent les défauts de la marchandise, ils obtiendront la bénédiction dans leur vente.

Et s’ils mentent et cachent les défauts, la bénédiction sera anéantie dans leur vente » [1].

 

Celui qui sait que sa marchandise comporte un défaut et le cache, et n’attire pas l’attention de l’acheteur dessus, c’est comme s’il était satisfait d’avoir fait perdre de l’argent à son frère en Islam et ceci est interdit.

 

En exemple, on peut citer le fait d’écouler sa marchandise à l’aide de publicités mensongères et de fausses prétentions ; donc il propage ce qui comporte de la tromperie et de l’escroquerie, et il embellit ce qui comporte de la fraude.

 

Il maquille les choses et mystifie les acheteurs. De plus, il se peut que tout cela se fasse en jurant par Allah alors qu’il ment.

 

Par ailleurs, le commerçant se doit de propager les vertus à travers son commerce, et il ne doit pas s’en servir pour porter atteinte à la croyance correcte et dénigrer la voie droite du Prophète صلّى الله عليه وسلّم ni pour corrompre les bonnes mœurs.

 

Il ne doit donc pas vendre des choses qui poussent au vice :

 

-Soit parce que cet objet est illicite par nature.

 

-Soit parce que la loi islamique l’a interdit, car cela aide à commettre un interdit.

 

-Ou bien parce que c’est une injustice, ou cela revient à prendre l’argent des gens sans droit, comme pratiquer l’usure sous toutes ses formes.

 

-Ou encore parce que cela cause des conflits entre les frères dans la foi, comme le fait de vendre une chose sans la décrire, ou à des conditions qui comporte un aléa.

 

De plus, le commerçant ne doit pas pratiquer son commerce dans les heures pendant lesquelles c’est interdit ; il doit également payer le juste prix (autant en quantité qu’en qualité) pour la marchandise sans la dévaluer ou réduire son prix. Il doit éviter d’augmenter les prix pour l’acheteur qui ne connaît pas le marché, ou une personne qui lui accorde une confiance excessive, ou un nonchalant.

 

En conclusion, le commerçant doit faire des efforts pour mettre en pratique les bonnes vertus, et propager le bien, tout en craignant Allah عزّ وجلّ, ce qui éloigne les calamités et permet de faire des profits licites.

 

Allah عزّ وجلّ dit :

 

﴿وَمَن يَّتَّقِ اللهَ يَجْعَل لَهُ مَخْرَجاً وَيَرْزُقْهُ مِنْ حَيْثُ لاَ يَحْتَسِبُ﴾ [الطلاق: 2].

 

Traduction du sens du verset :

 

﴾Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par des moyens sur lesquels il ne comptait pas...﴿ [Et-Talâq (Le Divorce) : 2]

 

Il dit عزّ وجلّ aussi :

 

﴿وَتَعَاوَنُواْ عَلَى الْبرِّ وَالتَّقْوَى وَلاَ تَعَاوَنُواْ عَلَى الإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ ﴾ [المائدة: 2]

 

Traduction du sens du verset :

 

﴾Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression ﴿ [El-Mâ'ida (La Table Servie) : 2]

 

Et notre dernière invocation est qu'Allah, Seigneur des Mondes, soit Loué et que paix et salut soient sur notre Prophète Mohammed, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Mardi, le 27 El-Mouharram 1426 H, correspondant au 8 mars 2005 G

 

[1] Rapporté par Ed-Dârimi (2/6), par En-Nassâ'i, (4/196) et par Et-Tahâwi dans « Charh Ma`âni El-Âthâr » (2/54) par l’intermédiaire de Hafsa رضي الله عنها.

 

copié de ferkous.com

 

نصيحة التجار

الحمد لله رب العالمين والصلاة والسلام على من أرسله الله رحمة للعالمين وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين، أمّا بعد

فاعلم أنّ التجارة أفضل أنواع المكاسب، وقد عمل رسول الله صلى الله عليه وآله وسلم في التجارة قبل النبوة، واحترفها عدد كبير من الصحابة رضي الله عنهم من بينهم أكثر العشرة المبشرين بالجنة، وقد أجمع العلماء على أنّ «الأَصْلَ فِي التِّجَارَةِ وَسَائِرِ أَنْوَاعِ الَمكَاسِبِ الحِلُّ»، لكن ليست كلّ صور المكاسب التجارية لها صفة الجواز، لذلك كان لزاما بالتاجر أن يعتني العناية الكافية بمعرفة الأحكام الشرعية المتعلقة بفقه المعاملات المالية، وتعلم أحكامها شرط ضروري وأكيد لمزاولة مهنته التجارية، لئلا يقع التاجر في المحرمات من حيث لا يدري، وليعلم من جهة أخرى مدى خطورة مقارفة المنهيات والمحرمات ليجتنبها وليتقي الله فيها.

هذا وأنصح التاجر أن لا يجعل تجارته مطية للركون للدنيا فيطمع لينال الغرض العاجل، فلا يؤدي حق الله فيما رزقه ولا يصل به رحمه كما في حديث أبي كبشة الأنماري: «إِنَّمَا الدُّنْيَا لأَرْبَعَةِ نَفَرٍ.....وَعَبْدٌ رَزَقَهُ اللهُ مَالاً وَلَمْ يَرْزُقْهُ عِلْمًاً، يَخْبِطُ فِي مَالِهِ بِغَيْرِ عِلْمٍ، وَلاَ يَتَقِي فِيهِ رَبَّهُ، وَلاَ يَصِلُ فِيهِ رَحِمَهُ، وَلاَ يَعْلَمُ أَنَّ فِيهِ حَقًّا فَهَذَا بِأَخْبَثِ المَنَازِلِ».

كما أنّ على التاجر الحرص على أداء الواجبات والمهمات، فلا يترك تجارته تجرّه للتهاون عن القيام بواجبه الشرعي سواء اتجاه ربه أو أهله وغيرهم أو نفسه، أو الغفلة عن تطبيق الأوامر التي فرضها الله عليه.

وعليه أن يتحلّى بالصدق والأمانة في معاملاته فهو خلق محمود، فيجتنب الكذب وإخفاء العيوب في تجارته، فإنّ الصدق سبب البركة، والكذب والكتمان علّة الكساد والمحق، قال صلى الله عليه وآله وسلم : «البَيِّعَانَ بِالخِيَّارِ مَا لَمْ يَتَفَرَقَا، فَإِنْ صَدَقَا وَبَيَّنَا بُورِكَ لَهُمَا فِي بَيْعِهِمَا، وَإِنْ كَذَبَا وَكَتَمَا مُحِقَتْ بَرَكَةُ بَيْعِهِمَا»(١)، والذي يعلم عيبًا ويخفيه ولم ينبه عليه كان راضيًا بضياع مال أخيه المسلم وهو حرام، ومن ذلك أن يروج السلع بالإعلانات الكاذبة والدعايات المبتذلة، فيشيع ما فيه خداع وغش، ويهول ما فيه تزوير، ويوهم ما فيه تدليس، وقد يكون بالأيمان الكاذبة.

كما أنّ على التاجر أن ينشر الفضيلة بتجارته فلا يساعد بها على ما يلوث الاعتقاد السليم أو يقدح في المنهج النبوي المستقيم أو ما يفسد الخلق القويم، فلا يبيع الرذيلة وهي كلّ محرّم لذات المبيع، أو ما نهى الشرع عنه لأنّه إعانة على حرام، أو لكونه ظلما أو أكلا للمال بالباطل كالرّبا وأنواعه، وما يحدث نزاعا بين الإخوة الإيمانية كبيوع الجهالة والغرر...

وعلى التاجر أن يمتنع عن ممارسة أعمال تجارية في الأوقات التي يحرم فيها البيع، وأن يفي الإيفاء الحقيقي للسلعة كمّاً وكيفاً دون بخس أو انتقاص، وأن يتجنب رفع السعر على مشتر غافل، أو على راكن ثقة بالبائع، أو مسترسل.

فالحاصل أن يسعى التاجر إلى تحقيق الفضيلة ونشر الخير وتوسيع دائرته مع تقوى الله التي هي سبب رفع البلاء وكسب الرزق الحلال قال تعالى

﴿وَمَن يَّتَّقِ اللهَ يَجْعَل لَهُ مَخْرَجاً وَيَرْزُقْهُ مِنْ حَيْثُ لاَ يَحْتَسِبُ﴾[الطلاق ٢]

وقال تعالى

﴿وَتَعَاوَنُوا عَلَى البِّرِ وَالتَقْوَى وَلاَ تَعَاوَنُوا عَلَى الإِثْمِ وَالعُدْوَانِ﴾[لمائدة ٢]

 وآخر دعوانا أن الحمد لله رب العالمين وصلى الله على محمّد وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين وسلم تسليما

الثلاثاء 27 محرم 1426ﻫ

الموافق لـ: 08 مارس 2005م

١- أخرجه الدارامي: (٢/٦)، والنسائي: (٤/١٩٦)، والطحاوي في «شرح معاني الآثار» :(٢/٥٤) من حديث حفصة -رضي الله عنها-

 

Cheikh Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 18:38
Le cadeau offert à l'occasion de l'anniversaire de mariage

Question :

 

Est-il permis à l’époux d’offrir un cadeau à sa femme le jour de l’anniversaire de leur mariage, afin de renouveler l’amour et l’affection entre eux, sachant qu’ils se limiteront au cadeau sans faire de fête pour cette occasion ?

 

Réponse :

 

Je pense qu’il vaut mieux fermer la porte à ce genre de choses, car cette année, c’est le cadeau, et l’année prochaine, ce sera la fête.

 

De plus, le fait de s’habituer à offrir un cadeau à cette occasion est déjà considéré en lui-même comme une fête, car la fête dans la langue arabe est tout ce qui se renouvelle et se reproduit à des moments précis.

 

L’affection entre les époux doit se renouveler à chaque instant, et non pas chaque année.

 

A chaque fois que la femme verra de son mari quelque chose qu’elle aime, son amour pour lui se renouvellera, et de même pour le mari qui voit une chose satisfaisante de sa femme.

 

Kitab ada'wa (5) - Volume 2 page 92

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 18:34
Les catégories de personnes dans la prière

Lors de l’accomplissement de leur prière, les gens se classent en cinq catégories :

 

-La catégorie de celui qui se fait du tort à lui-même et qui est négligent : Il est celui qui a dénigré ses ablutions, les temps de ses prières, les limites de celles-ci et ses piliers. 

 

-Celui qui préserve les temps impartis de ses prières, ses limites, ses piliers manifestes et ses ablutions.

Cependant, il a perdu son combat intérieur à cause des insufflations.

Il s’est laissé détourner par les suggestions et les pensées.

 

-Celui qui a préservé ses limites et ses piliers.

Il a lutté ferme pour repousser les suggestions et les pensées.

Il est occupé à combattre son ennemi afin que ce dernier ne lui vole pas sa prière.

En fait, il prie et mène un combat en même temps.

 

-Celui qui lorsqu’il se lève pour [accomplir] la prière la perfectionne dans ses droits, ses piliers et ses limites.

Son cœur est absorbé par la préservation de ses limites et de ses droits afin de ne rien en perdre.

Plutôt, son principal souci est dirigé vers l’accomplissement de cette prière comme il convient mais aussi son perfectionnement et son achèvement.

Son cœur est immergé dans la prière et dans la servitude à son Seigneur -Gloire et pureté à Lui-.

 

-Celui qui lorsqu’il se lève pour [accomplir] la prière la perfectionne de la même manière que le précédent.

Mais, en plus de cela, il a pris son cœur et l’a déposé devant son Seigneur -Gloire et pureté à Lui- en Le regardant avec lui [son cœur], en L’épiant et en l’ayant rempli de Son amour et de Sa majesté.

C’est comme s’il Le voyait et L’observait. Les suggestions et les pensées se sont dissipées et le voile entre lui et son Seigneur s’est levé.

Ce qu’il y a entre lui et une autre personne en ce qui concerne la prière est bien meilleur et supérieur que ce qu’il y a entre le ciel et la terre.

En fait, cette personne est [entièrement] occupée par son Seigneur-Gloire et pureté à Lui- et émerveillé par lui.

 

La première catégorie sera punie,

la seconde sera jugée,

la troisième verra ses péchés expiés,

la quatrième est récompensée

et enfin la cinquième sera parmi les rapprochés de son Seigneur.

 

Concernant la dernière catégorie, il en sera ainsi parce que la personne aura fait de sa prière la prunelle de ses yeux.

 

Et quiconque en ce bas-monde fait de la prière la prunelle de ses yeux, alors dans l’au-delà il aura le mérite de se réjouir de la proximité de son Seigneur -Gloire et pureté à Lui-.

 

Cette réjouissance [n’est pas uniquement spécifique à l’au-delà mais elle] l’est aussi en ce bas-monde.

 

En effet, quiconque fait d’Allah le plaisir de ses yeux alors chaque œil [qui le regardera] sera enchanté à sa vision.

 

Et inversement, quiconque ne fait pas d’Allah -Gloire et pureté à Lui- le plaisir de ses yeux alors il quittera ce bas-monde plein de regrets.

 

Al Wâbil as-Sayyîb (Fin du chapitre II)

copié de convertistoislam.over-blog.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prière - الصلاة