L'accolade le jour de l'aid

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'accolade le jour de l'aid

Question :

 

Lors des occasions et des jours de fêtes (3id) les gens se font l'accolade? 

 

Réponse Cheikh abdelmohsin al abbad :

 

Par Allah, il m'apparait que ceci ressemble à celui qui est de retour de voyage, celui à qui les gens font l'accolade, ils sont dans la joie et ils sont contents, donc il n'y a pas de mal en cela.

 

Tout comme si un homme se marie il se réjouit de ce mariage, on le félicite et on lui fait l'accolade.

 

Dans tout cela il y a la joie, comme la joie du voyageur et celle du mariage et la joie de la fête (3id).

 

Voila. 

 

السؤال: الآن عندنا في المنا سبات وفي أيام الأعياد يعني يتعانق الناس؟

الجواب: والله الذي يبدو لي بأن هذه تشبه المجيء من السفر الذي كانوا يتعانقون فيه كونهم في الفرح والسرور فلا بأس في ذالك, مثل أيضا لو إنسان عنده زواج فرح بالزواج كونه يعني يهنأ ويعانق كل هذا فيه السرور مثل الفرح بالمسافر والفرح بالزواج والفرح بالعيد نعم

Cheikh alOuthaymin sur les règles et sunan de l'3id, a été questionné sur l'accolade :

 

L'accolade des hommes les uns aux autres, il n'y a pas de mal en cela, et embrasser les femmes parmi les "maharim", il n'y a pas de mal en cela.

 

Cependant les savants ont détestés cela sauf pour la mère.

 

L'homme embrasse la tête de sa mère ou son front, et aussi la fille avec son père.

 

Et en dehors de ces deux-là parmi les "maharim", on s'écarte de leur embrasser les joues, et ceci est meilleur. 

 

:سئل الشيخ العثيمين رحمه الله عن أحكام العيد وسنن وسئل عن حكم المعانقة فأجاب
معانقة الرجال بعضهم لبعض، وهذا لا حرج فيه، وتقبيل النساء من المحارم لا بأس به، ولكن العلماء كرهوه إلا في الأم فيقبل الرجل رأسها أو جبهتها وكذلك البنت، وغيرهما من المحارم يبعد عن تقبيل الخدين، فذلك أسلم
حمل المادة المذكرة صوتيا من هنا

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La traîne de la mariée et le salaire des chanteuses

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La traîne de la mariée et le salaire des chanteuses

Question :

 

Vous nous avez expliqués et montrés que le fait de laisser trainer son vêtement chez l’homme est strictement interdit, ceci est aussi valable pour la femme si cela est fait par vantardise…quel est donc, le jugement porté sur la robe de la mariée au long voile d’une longueur à peu prés équivalente à 3 m et qui traine derrière elle ?

 

Quel est également votre avis sur la somme d’argent versée pour les chanteuses lors du mariage [et leur présence] ?

 

Réponse :

 

En ce qui concerne la femme, la Sounna dans ce cas, c'est qu’elle relève son vêtement d’un empan [chibr] et qu’elle n’excède l’équivalent d’une coudée afin de dissimuler et ne rien laisser apparaître de ses pieds.

 

Si cela excède une coudée, alors cela devient blâmable pour la mariée et pour toute autre personne, ceci est interdit.

 

De plus, ceci n’est qu’une perte d’argent et contre toute justice dans l’achat de vêtements de valeur excessifs.

 

Il est recommandé de se vêtir modestement, il est inutile de s’embellir en investissant des sommes colossales, alors qu’on peut en faire bénéficier la communauté pour la bonne cause (religion) et ses besoins [matériels].

 

Pour ce qui est des chanteuses, il n’est pas autorisé de faire appel à leurs services en échange d’une forte somme d’argent.

 

Elles ne doivent fredonner que des chants appropriés, simples et prompts au cours de la soirée [du mariage] pour exprimer aux gens leur joie et leur gaité en désignant de ce fait l’endroit de la cérémonie [de l’événement], alors [dans ce cas] il n’y a aucun mal à cela.

 

Car le chant et les tambourins, sont autorisés au cours de la cérémonie de mariage, voir toléré si cela ne pousse pas à commettre un mal, et il est bien entendu que cela ne peut se faire qu’entres les femmes et pendant un court moment de la nuit [tout particulièrement] sans que cela ne se poursuivent en une veillée nocturne et se termine jusqu’au petit matin avec l’utilisation de hauts parleurs.

 

Les chants doivent comporter [des paroles] appropriés de sorte à honorer la mariée ou ses proches et honorer réellement le mari ou ce qui s’en rapproche, c'est-à-dire qui ne contiennent pas de mauvaises expressions.

 

Cela doit être exclusivement se dérouler entre les femmes et en aucun cas, un homme doit se trouver parmi elles, sans hauts parleurs et donc, [comme cela], alors il n’y a aucun mal à cela.

 

De sorte à être conforme à la tradition au temps du prophète صلى الله عليه وسلم et au temps de [ses] compagnons.


Par contre, le fait de se vanter [lors de la cérémonie] et montrer sa richesse par la présence de chanteuses [qui demandent beaucoup d’argent], est un acte blâmable et interdit.

 

C’est ainsi pour tout ce qui est blâmable car cela ne fait que causer du tord au gens et pousse à veiller la nuit entière et pour finir, rater la prière du fajr (du matin).

 

Ceci est donc blâmable et il faut absolument délaisser [ce genre d’acte].

 
Parmi les questions qui ont été posées à son excellence à la suite d’une conférence qu'il a donné à l'Université " Al Wafa Charity " à Riyad et publiées dans le journal " Al Jazira " n° 4210.
Source : Majmou' Fatawas et maqalat moutanayi'a - volume 21

Traduction rapprochée : Ibn Hamza 

 

الحكم على أمور مخالفة تحدث في ليلة الزفاف

تفضلتم وذكرتم أن إطالة الثوب بالنسبة للرجل محرم، وأيضا إذا كان بالنسبة للمرأة إذا كان تفاخرا فهو محرم.. فما رأيكم بفستان الفرح الذي تسحبه العروس وراءها بطول 3 أمتار تقريبا، وما رأيكم أيضا في الأموال التي تدفع للمطربات في الزفاف؟

أما ما يتعلق بالمرأة، فالسنة أن تضفي ثوبها شبرا، ولا تزيد على ذراع لأجل الستر وعدم إظهار القدمين، وأما الزيادة على ذراع فمنكر للعروس أو غيرها لا يجوز، وهذا إضاعة للأموال بغير حق في الملابس ذات الأثمان الغالية

فينبغي التوسط في الملابس، لا حاجة إلى ترصيعها بأشياء تهدر الأموال العظيمة، التي تنفع الأمة في دينها ودنياها

وأما ما يتعلق بالمطربات فلا يجوز إحضارهن بالأموال الغالية، أما المغنية التي تغني غناء معتادا بسيطا خفيفا في وقت من الليل لإظهار الفرح، وإظهار السرور، وإظهار العرس فلا بأس، فالغناء في العرس والدف في العرس أمر جائز، بل مستحب إذا كان لا يفضي إلى شر لكن بين النساء خاصة في وقت من الليل ثم ينتهي بغير سهر أو مكبر صوت، بل بالأغاني المعتادة التي بها مدح للعروس، ومدح للزوج بالحق، أو أهل العروس، أو ما أشبه ذلك من الكلمات التي ليس فيها شر، ويكون بين النساء خاصة ليس معهن أحد من الرجال، ويكون بغير مكبر، هذا لا بأس به. كالعادة المتبعة في عهد النبي صلى الله عليه وسلم، وعهد الصحابة

وأما التفاخر بالمطربات وبالأموال الجزيلة للمطربات فهذا منكر لا يجوز. وهكذا بالمكبرات؛ لأنه يحصل به إيذاء للناس، والسهر بالليل حتى تضيع صلاة الفجر، وهذا منكر يجب تركه

من ضمن الأسئلة الموجهة لسماحته بعد المحاضرة التي ألقاها في جمعية الوفاء الخيرية بالرياض، ونشر في جريدة (الجزيرة) العدد (4210) - مجموع فتاوى ومقالات متنوعة الجزء الحادي والعشرون

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Répréhension de se plaindre à ses semblables

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Répréhension de se plaindre à ses semblables

Les salafs détestaient se plaindre auprès des gens.

 

En même si on y trouve un soulagement, se plaindre reste néanmoins un signe de faiblesse et de bassesse.

 

Au contraire, faire preuve de patience en s'abstenant de faire état de ses malheurs est un signe de force et d'honneur.

 

De plus, informer les gens de ses malheurs, c'est divulguer un secret qu'Allâh nous a confié.

 

Et en se plaignant, l'homme réjouit ses ennemis et fait de la peine à ses amis.

 

Tiré du livre : Méditations sur la mort

Publié par 3ilmchar3i.net

Imam Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Partager cet article

Montre-moi une oeuvre que si je la fais, Allah m’aimera...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Montre-moi une oeuvre que si je la fais, Allah m’aimera...

Abû l-‘Abbas Sahl Ibn sa’d As-Sa’idi - رضي الله عن - rapporte :

 

Un homme vint dire au Prophète - صلى ا لله عليه وسلم - : « Envoyé d’Allah, montre-moi une œuvre que si je la fais, Allah m’aimera et les gens m’aimeront aussi ».

Il lui dit : « Fais preuve d’ascétisme dans ce bas monde Allah t’aimera ; Renonce à ce que possèdent les gens, les gens t’aimeront ».

Explications


[Ce Hadith prouve que] Les compagnons du messager d’Allah sont les hommes désirant le plus ardemment le bien, ils sont également les premiers dans la réalisation des bonnes oeuvres. 

Ce compagnon c’est attaché à connaître ce qui va lui procurer l’amour d’Allah et des gens, et a donc posé au prophète cette question. 

Sa parole « Fais preuve d’ascétisme dans ce bas monde, Allah t’aimera » démontre que l’amour d’Allah s’obtient en faisant preuve d’ascétisme dans ce bas monde. 

Et la meilleure parole qui a été dite concernant la clarification de ce qui est voulue par le terme « ascétisme » est :
 
«Le délaissement par l’homme de tout ce qui le détourne d’Allah»

Cette parole est rapportée par Ibn Rajab Al Hambali qui l’a rapporte d’Abou Souleymane Ad-daaraniy : 

« Abou Souleymane Ad-darany a dit : Nous avons divergés en Irak concernant la signification du terme Az-zuhd [ascétisme].
Pour certains cela consiste à délaisser le fait de rencontrer les gens, pour d’autres cela consiste à abandonner les passions et pour d’autres cela consiste à délaisser le fait de manger à sa faim. 
Leurs paroles sont proches les unes des autres.
Pour ma part, je penche vers le fait que l’ascétisme consiste à abandonner tout ce qui occupe et détourne d’Allah exalté soit il. 
Cette parole de Abou Souleymane est bonne, elle englobe les différents sens du terme ascétisme, ses subdivisions et ses types » 
[Jami’ Al ‘Ouloum Wal Hikam Vol 2 P 186 ]

Quant à sa parole «renonce à ce que possèdent les gens, les gens t’aimeront ». 
 
Ceci est dû au fait que les gens convoitent l’argent et les jouissances de la vie mondaine. 
 
Ils font généralement preuve d’avarice et ne font pas largesse de ce qu’ils possèdent et Ils n’aiment pas celui qui convoite ou porte son regard sur ce qu’ils possèdent. 
 
Lorsque l’homme renonce à ce que les gens possèdent, il obtient leur admiration et leur amour, et lorsqu’ il obtient leur amour, il se voit préservé de leur mal. 
 
Parmi les enseignements de ce hadith

 

- Le désir ardent des compagnons du messager d’Allah d’obtenir l’amour d’Allah et celle des gens. 
- Ce hadith contient l’affirmation qu’Allah possède comme attribut l’amour. 
- Le bien pour le serviteur se trouve dans l’obtention de l’amour d’Allah. 
Ce qui procure l’amour d’Allah est l’ascétisme dans ce bas monde. 
- Lorsque l’homme renonce à ce que les gens possèdent, il obtient leur amour ce qui lui permet d’être préservé de leur mal. 

Fath Al Qawiy Al Matine Fi Charhi Al Arbaîna wa Tamamatou Bi Khamissina Li-Nawawi wa Ibn Rajab

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

La crainte de l'ostentation lorsqu'on donne des conseils

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La crainte de l'ostentation lorsqu'on donne des conseils

Une femme pose la question suivante :

 

Je crains l'ostentation et je m'en méfie à tel point que je ne peux pas conseiller à certaines personnes ou leur interdire certains actes, comme la médisance, la délation etc.

 

Je crains que ce ne soit par ostentation et que les gens pensent que je le fait par ostentation, donc je ne leur donne pas de conseils sur quoi que ce soit. 

 

Parfois je me dis aussi qu'ils sont des gens instruits et ne sont pas dans le besoin de mes conseils.

 

Que me conseillez-vous ?

 

Réponse :

 

C'est un des tours de Satan par lequel il incite les gens à abandonner l'appel à Allâh, ainsi que la recommandation du convenable et l'interdiction du blâmable. 

 

Il pousse les gens à penser que c'est de l'ostentation ou que les gens peuvent le penser.

 

Notre sœur dans l'islam ; vous ne devez pas prêter attention à ces pensées. 

 

En fait, il vous est obligatoire de donner des conseils à vos sœurs et vos frères dans l'Islam si vous les voyez négliger leurs obligations religieuses ou commettre des actes interdits, tels que la médisance, la délation, le manque de pudeur en présence d'hommes etc.

 

Vous ne devez pas craindre que cela soit de l'ostentation.

 

Vous devez être sincère et loyale envers Allâh et vous attendre au meilleur.

 

Vous devez ignorer ces suggestions et astuces du Diable, car Allâh sait ce qui est dans votre cœur, votre intention, votre sincérité envers Lui (Exalté soit-Il) et votre honnêteté envers Ses serviteurs.

 

Sans doute, l'ostentation est un chîrk (association d'autres avec Allâh dans Sa divinité ou dans le culte) et il n'est pas permis de se comporter ainsi, mais il n'est pas permis aux croyants de s'abstenir de faire quelque chose qu'Allâh a prescrit, comme l'appel des gens à Son Chemin ou la recommandation du bien et l'interdiction du mal par crainte de l'ostentation.

 

Le croyant doit se méfier de cela, mais en même temps, il doit s'acquitter de ses obligations envers les hommes ou les femmes.

 

Cet avis religieux s'applique à l'homme et à la femme également, car Allâh (Gloire a Lui) affirme cela dans Son Livre glorieux en disant (traduction rapprochée) :

 

"Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la Salât, acquittent la Zakât et obéissent à Allâh et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allâh fera miséricorde, car Allâh est Puissant et Sage."

 

(Numéro de la partie: 6, Numéro de la page: 404)

 Publié par alifta.com

 

الخوف من الرياء في النصح

س: امرأة تسأل فتقول: إني أخاف من الرياء وأحذره لدرجة أنني لا أستطيع أن أنصح بعض الناس أو أنهاهم عن أمور معينة مثل الغيبة والنميمة ونحو ذلك، فأخشى أن يكون ذلك رياء مني وأخشى أن يظن الناس في ذلك ويعدوه رياءً، فلا أنصحهم بشيء، كما أني أقول في نفسي إنهم أناس متعلمون وليسوا في حاجة إلى نصح فما هو توجيهكم؟

جـ: هذا من مكائد الشيطان، يخذل بها الناس عن الدعوة إلى الله وعن الأمر بالمعروف والنهي عن المنكر، ومن ذلك أن يوهمهم أن هذا من الرياء، أو أن هذا يخشى أن يعده الناس رياءً فلا ينبغي لك أيتها الأخت في الله أن تلتفتي إلى هذا، بل الواجب عليك أن تنصحي لأخواتك في الله وإخوانك إذا رأيت منهم التقصير في الواجب، أو ارتكاب المحرم كالغيبة والنميمة وعدم التستر عند الرجال ولا تخافي 

الرياء، ولكن اخلصي لله واصدقي معه وأبشري بالخير، واتركي خداع الشيطان ووساوسه والله يعلم ما في قلبك من القصد والإخلاص لله تعالى والنصح لعباده، ولا شك أن الرياء شرك ولا يجوز فعله، لكن لا يجوز للمؤمن ولا للمؤمنة أن يدع ما أوجب الله عليه من الدعوة والأمر بالمعروف والنهي عن المنكر خوفًا من الرياء، فعليه الحذر من ذلك، وعليه القيام بالواجب في أوساط الرجال والنساء، والرجل والمرأة في ذلك سواء وقد بين الله ذلك في كتابه العزيز حيث يقول سبحانه:  وَالْمُؤْمِنُونَ

وَالْمُؤْمِنَاتُ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ يَأْمُرُونَ بِالْمَعْرُوفِ وَيَنْهَوْنَ عَنِ الْمُنْكَرِ وَيُقِيمُونَ الصَّلاَةَ وَيُؤْتُونَ الزَّكَاةَ وَيُطِيعُونَ اللَّهَ وَرَسُولَهُ أُولَئِكَ سَيَرْحَمُهُمُ اللَّهُ إِنَّ اللَّهَ عَزِيزٌ حَكِيمٌ

(الجزء رقم : 6، الصفحة رقم : 404)

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Le coran complet (vidéo arabe/français)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le coran complet (vidéo arabe/français)

Partager cet article

La grâce d'Allah et Sa miséricorde

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La grâce d'Allah et Sa miséricorde

(Traduction relative et approchée)

 

" Dis: " La grâce d'Allah et Sa miséricorde: voilà de quoi ils devraient se  réjouir." ( sourate Yûnus v.58)

 

Diverses interprétations ont été avancées par les pieux prédécesseurs concernant le sens des termes "grâce"  et  "miséricorde".

 

L' avis le plus correct est qu' il s' agit de la droiture et des bienfaits.

 

La grâce  est donc la droiture venant d' Allah et Sa miséricorde correspond à Ses bienfaits.

 

C' est pour cela qu' Allah cite conjointement le droit chemin et les bienfaits, comme dans la sourate Al-Fâtihah (Traduction relative et approchée) :

 

" Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de Tes bienfaits." (sourate Al-Fatiha v.6-7)

 

De même lui rappelant les bienfaits dont il l'a gratifié, Allah Taala dit à Son prophète (sallalahu alaihi wa sallam) (Traduction relative et approchée) :

 

" Ne t' a-t-Il pas trouvé orphelin et t' a accueilli !  Ne t' a-t-Il pas trouvé égaré puis t'a guidé ? Ne t' a-t-Il pas trouvé pauvre et t' a enrichi ?". ( sourate Ad-Duhâ v.6-8)

 

Allah a conjointement cité le fait qu' il a guidé le prophète, sallalahu alaihi wa sallam, et les bienfaits dont il l' a gratifié, comme le refuge et la prospérité.

 

La grâce d' Allah est donc Son droit chemin, Sa miséricorde Ses bienfaits, Sa bienfaisance et Sa bonté à leur égard.

 

Allah Taala dit (Traduction relative et approchée) :

 

" Si jamais un guide vous vient de ma part, quiconque suit Mon droit chemin ne s´égarera ni ne sera malheureux." ( sourate Ta-Ha v.123)

 

La droiture est un rempart contre l' égarement, et la miséricorde un rempart contre le malheur.

 

C' est ce qui est mentionné au début de la sourate Ta-Ha (Traduction relative et approchée) :

 

" Ta-Ha. Nous ne t'avons point révélé le Coran pour que tu sois malheureux."

 

Allah Taala affirme donc que la révélation du Coran faite au Prophète sallalahu alaihi wa sallam, implique que le malheur ne peut le toucher.

 

C' est la même notion qui est abordée en fin de sourate lorsqu' Allah dit des adeptes du prophète sallalahu alaihi wa sallam (Traduction relative et approchée):

 

" Quiconque suit Mon droit chemin ne s'égarera ni ne sera malheureux." ( sourate Ta-Ha, v.123) 

 

Les méditations d´Ibn Al Qayyim

Extrait du Chapitre: La droiture est indissociable de la miséricorde comme l'égarement est indissociable du malheur (p.285-290)

Publié par ca.groups.yahoo.com

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Déposer de l'argent dans les banques

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Déposer de l'argent dans les banques

Question :

 

J'ai un compte sans intérêt usuraire dans une banque, en sachant que cette banque pratique l'intérêt.

 

Est-ce que mon argent est rentré dans l'usure ?

 

Et ai-je commis un péché ?

 

Dois-je retirer mon solde des banques, tout en sachant que j'ai peur de le perdre ?

 

Réponse : 

 

Il n'y a pas d'inconvénient à ce que tu déposes ton argent dans les banques, de peur de le perdre.

 

Ceci est un cas de nécessité, si tu as besoin de cela alors pas d'inconvénient tant qu'il n'y a pas d'intérêt usuraire.

 

Mais si il t'est possible de déposer cela dans les banques islamiques, et que tu les encourages et les aides dans leur mission, ceci est prioritaire et plus juste.

 

Il est obligatoire d'encourager et d'aider les banques islamiques.

 

Et lorsqu'elles commettent un faux pas ou une erreur, on les en avertit et les corrige afin qu'elles puissent concurrencer les banques à intérêt et que les musulmans les utilisent à la place des banques à intérêt.

 

Il t’est possible de déposer ton argent dans une banque islamique, et tu obtiens une rémunération légale au travers des transactions de « moudhâraba » (1).

 

Mais la rémunération déterminée, telle que 5% ou 10% n'est pas autorisée ni dans les banques islamiques, ni dans les banques à intérêt.

 

Ceci est interdit dans tous les cas, personne ne doit prendre une rémunération déterminée, ni d'une banque islamique, ni d'un commerçant précis, ni d'une banque à intérêt, ou de quoi que ce soit d'autre.

 

Les rémunérations déterminées consistent à ce que tu verses à une banque islamique, à un commerçant, ou à une banque à intérêt 100000 riyals, et qu'il te verse chaque mois un gain déterminé, 5% ou 10%, cela n'est pas autorisé et fait partie des pratiques usuraires.

 

Cependant les banques islamiques peuvent utiliser l'argent dans des voies islamiques, comme « al moudharaba » (1), acheter des biens puis les revendre avec un gain.

 

Elle réunit les bénéfices et reverse au propriétaire de l'argent sa part du bénéfice, part sur laquelle ils se sont mis d'accord au préalable.

 

Ceci peut être le tiers, la moitié ou le cinquième du bénéfice suivant ce sur quoi la banque islamique et le propriétaire de l’argent se sont mis d’accord.

 

La conclusion, c'est qu'il n'y a pas d'inconvénient à déposer de l'argent dans les banques à intérêt tant que le compte n'est pas rémunéré, que ce soit par nécessité ou par crainte.

 

Mais si tu trouves une alternative à cela, que tu déposes ton argent auprès d'un commerçant sûr, ou dans une banque islamique sans intérêt, ou encore tu fais travailler ton argent par des pratiques légiférées et des méthodes fructueuses légales, toujours via les banques islamiques, alors tout ceci est autorisé afin de ne pas encourager l’usure et ses adeptes.

 

(1) « al moudhâraba » consiste à ce « qu’un homme donne son argent à un autre afin que ce dernier fasse du commerce pour lui pourvu que le bénéfice naissant de ce commerce soit partagé entre eux suivant ce qu'ils ont convenu ». Al moughni d’Ibn Qouddâma (Note du traducteur).

 

Majmoû' l-fatâwâ wa l-maqâlât l-moutanawwi'a - volume 19 question 96 pages 153-154 (question posée lors de l'émission « Noûr 'alâ d'darb »).

Publié par albounyane.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Est-ce qu'il est meilleur de lire le coran la nuit ? (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Est-ce qu'il est meilleur de lire le coran la nuit ? (vidéo)

La Question :

 

Est-ce que c'est mieux de lire le coran la nuit ou dormir et le lire durant la journée après chaque prière?

 

La réponse :

 

Lis ce qui t'est aisé du coran le jour ou la nuit.

 

Le lire la nuit est meilleur.

 

Le lire la nuit est meilleur parce que Jibril عليه السلام l'enseignait au prophète صلى الله عليه وسلم pendant Les nuits du ramadan.

 

Lire le coran la nuit est meilleur.

 

Essai de traduction Oum Haroun

 

السؤال : هل الأفضل قراءة القرآن في الليل، أم ينام ويقرأ بالنهار بعد الصلوات؟

الجواب : يقرأ حسب ما يتيسر له من الليل أو بالنهار، تلاوة الليل أفضل، تلاوة الليل أفضل؛ لأن جبريل -عليه السلام- كان يدارس النبي -صلى الله عليه وسلم- القرآن في رمضان
ليلاً، تلاوته بالليل أفضل

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

L'aumône d'eau...

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'aumône d'eau...
Sa'd bn 'Ubâdah رضي الله عنه :

 

"Ô Messager d'Allâh ! quelle est la meilleure aumône ?"

Il dit صلى الله عليه وسلم : "Donner à boire de l'eau (abreuver, étancher la soif d'autrui...)."

sahîh bn mâdjah, n°2986 

 

 يا رسول الله أي الصدقة أفضل قال سقي الماء
الراوي: سعد بن عبادة المحدث: الألباني - المصدر: صحيح ابن ماجه - لصفحة أو الرقم: 2986
خلاصة حكم المحدث: حسن

Sa'd bn 'Ubâdah رضي الله عنه:

 

"Ô Messager d'Allâh ! ma mère est décédée. Puis-je faire une aumône en son nom ?"

Il dit صلى الله عليه وسلم : "Oui."

Il dit : "Quelle est donc la meilleure aumône ?"

Il dit صلى الله عليه وسلم : "Donner à boire de l'eau."

sahîh an-nasâ î, n°3666 

 

  يا رسول الله ! إن أمي ماتت ، أفأتصدق عنها ؟ قال : نعم . قلت : فأي الصدقة أفضل ؟ قال : سقي الماء
الراوي: سعد بن عبادة المحدث: الألباني - المصدر: صحيح النسائي - لصفحة أو الرقم: 3666
خلاصة حكم المحدث: حسن

Sa'd bn 'Ubâdah رضي الله عنه :

 

"Ô Messager d'Allâh ! quelle est l'aumône la plus méritoire ?"

Il dit صلى الله عليه وسلم : "Donner à boire de l'eau."

sahîh an-nasâ î, n°3667 

 
 يا رسول الله ! أي الصدقة أفضل ؟ قال : سقي الماء 
الراوي: سعد بن عبادة المحدث: الألباني - المصدر: صحيح النسائي - لصفحة أو الرقم: 3667
خلاصة حكم المحدث: حسن

La mère de Sa'd bn 'Ubâdah رضي الله عنه décéda et il dit :

 

"Ô Messager d'Allâh ! ma mère est décédée. Puis-je faire une aumône en son nom ?"

Il dit صلى الله عليه وسلم : "Oui."

Il dit : "Quelle est l'aumône la plus méritoire ?"

Il dit sallâ-llâhu 'alayhi wa sallama : "Donner à boire de l'eau."

Al-Hasan dit : "Et il se trouve à Médine l'abreuvoir de Sa'd."

sahîh an-nasâ î, n°3668

 

 
 أن أمه ماتت ، فقال : يا رسول الله ! إن أمي ماتت ، أفأتصدق عنها ؟ قال : نعم . قال : فأي الصدقة أفضل . قال : سقي الماء فتلك سقاية سعد بالمدينة
الراوي: سعد بن عبادة المحدث: الألباني - المصدر: صحيح النسائي - لصفحة أو الرقم: 3668
خلاصة حكم المحدث: حسن [لغيره]

Il dit sallâ-llâhu 'alayhi wa sallama d'après Sa'd bn 'Ubâdah رضي الله عنه :

 

"La meilleure aumône est le fait de donner à boire de l'eau."

sahîh al-djâmi', n°1113

 
 أفضل الصدقة سقي الماء

الراوي: سعد بن عبادة و ابن عباس المحدث: الألباني - المصدر: صحيح الجامع - لصفحة أو الرقم: 1113
خلاصة حكم المحدث

 Publié par hadithdujour.com

Partager cet article

Les cours pendant la prière de tarawih (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les cours pendant la prière de tarawih (audio-vidéo)

 

Question : 


J’ai une question en rapport avec le Fiqh si vous le permettez ?

Est-il permis à l’imam de la mosquée ou au prédicateur dirigeant les gens dans la prière de Tarâwîh dans la mosquée d’adresser un rappel aux gens sur certains points lors du repos entre les Raka’ât.

Par exemple : les vertus de la prière, le suivi du Prophète, l’avertissement contre certaines innovations ou actes de polythéisme.
 
Réponse : 

La réponse est que cela est permis et interdit.

Si le rappel, l’avertissement, l’ordre ou l’interdiction concerne un évènement (touchant les gens), cela est obligatoire.

Mais si cela devient un programme et une habitude et qu’après quatre raka’ât par exemple ou plus ou moins, l’imam donne un cours, cela est contraire à la Sunna.

S’il s’agit d’un évènement (touchant les gens), il faut attirer l’attention sur cela.

Mais au point d’en faire un programme (régulier), alors la prière de Tarâwîh est une adoration indépendante par laquelle le musulman se dirige vers Allah par tous ses membres, son for intérieur, sa raison et son cœur.

C’est là le but de la prière de nuit de Ramadan.

Quant au fait d’organiser régulièrement des assises (cours) après deux raka’ât ou quatre, c’est là une chose que le Prophète ne pratiquait pas.


Publié par salafs.com

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

S'abstenir d’ordonner le louable et d’interdire le blâmable alors qu'on est capable de le faire

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

S'abstenir d’ordonner le louable et d’interdire le blâmable alors qu'on est capable de le faire

Question :

 

Quel est l'avis religieux sur celui qui se renonce au fait d'ordonner le bien et de prohiber le mal alors qu'il est capable de le faire ?

 

Réponse :

 

Il est considéré comme étant désobéissant à Allah et à Son Messager (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), sa foi est faible et il paraît être exposé à une maladie grave de celles du cœur et à ses mauvaises conséquences ici-bas et dans l'Au-delà conformément a ce qu'Allah (Gloire a Lui) a dit (traduction rapprochée) :

 

"Ceux des Enfants d’Israël qui n’avaient pas cru ont été maudits par la bouche de David et de Jésus fils de Marie, parce qu’ils désobéissaient et transgressaient."

 

"Ils ne s’interdisaient pas les uns aux autres ce qu’ils faisaient de blâmable. Comme est mauvais, certes, ce qu’ils faisaient !"

 

Il est authentiquement rapporté que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a dit :

 

"Quiconque parmi vous s’aperçoit de quelque chose de répréhensible, qu'il la redresse de la main ; s'il ne le peut pas, que ce soit de sa langue ; s'il ne le peut pas toujours, que ce soit de son cœur. Or, cette dernière attitude constitue le degré le plus faible de la foi." 

 

De plus, il a dit (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :

 

"Quand les gens voient la chose répréhensible et daignent pas de le changer, Allah est sur le point d'infliger un châtiment collectif à ceux qui ne dissuadent pas l'oppresseur"

Rapporté par l'Imam Ahmad, avec une chaîne de narration jugée authentique, d'après 'Abou Bakr As-Siddîq (qu'Allah soit Satisfait de lui).

 

Il existe de nombreux hadiths à ce sujet.

Nous implorons Allah d'aider les musulmans à accomplir ce grand devoir d'une manière qui Lui plaît.

 

source : Revue des recherches islamiques numero 37 page 169

copié de alifta.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

«Vis autant que tu veux, tu mouras…»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

«Vis autant que tu veux, tu mouras…»

Jibril ‘alayhi salam a dit au prophète, ‘alayhi salatu wa salam :

 

«Ô Muhammad vis autant que tu veux, tu mouras ;

Aime qui tu veux, tu en seras séparé ;

Et fais ce que tu veux, tu en seras rétribué».

 

[Ibn Hajar " Al-Isti'adaad liyami-lmi'ad "]

copié de citationssalafssalih.wordpress.com

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

L'invocation pour sortir d'une difficulté

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'invocation pour sortir d'une difficulté

Le Prophète (Paix et Bénédiction d'Allâh sur Lui) nous a enseigné des invocations pour chaque instant de notre vie.

 

Ainsi, lorsque nous éprouvons le moindre souci ou chagrin, il nous incombe de retourner vers Notre Créateur qui Lui Seul est capable d'enlever nos moindres difficultés.

 

Voici donc une de ces Ad-Do'a prophétique...

 

Selon Anas, le Messager d'Allâh (Paix et Bénédiction d'Allah sur Lui) a dit :

 

"Ô Allâh, rien n'est facile, sauf ce que Tu as rendu facile, et Tu es Celui qui, selon Ton vouloir, rend facile le chagrin"

 


 

اللهم لا سهل إلا ما جعلته سهلا وأنت تجعل الحزن إذا شئت سهلا

 

Allâhoumma La Sahla illa ma ja'altahu sahlan wa anta taj'all al hazan idha chitta sahlan

 

 

Recueilli par Ibn Hibban dans son Sahih, et Sheikh Al Albani l'a déclaré authentique selon les conditions de Muslim.

Extrait de «Silsilah Ahadith As-Sahiha 'vol.6 N° du hadith: 2886 p.902


Publié par sounnah-publication.com

 

Partager cet article

Avaler sa mucosité (morve) rompt-il le jeûne ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Avaler sa mucosité (morve) rompt-il le jeûne ?

Il y a deux cas :

 

-Le premier : qu'elle ne parvienne pas à la bouche et à sa limite apparente, mais elle descend du cerveau à son ventre directement, ce n'est pas considéré comme rompant le jeûne.

 

An Nawawî -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit :

 

« Nos compagnons (1)  ont dit : La mucosité, tant qu'elle ne parvient pas à la limite apparente de la bouche ne cause pas de tort à l'unanimité. »

 

-Deuxième cas : qu'elle parvienne à la bouche, puis qu'il l'avale.

 

Il y a alors deux paroles :

 

Ce qui est connu chez les Hanâbilah et c'est le madhhab des Châfi'iyyah est que ça rompt. An Nawawî a dit :

 

« et c'est ce qu'a affirmé catégoriquement la majorité. »

 

C'est-à-dire la majorité de ses compagnons.

 

Et c'est ce qui apparaît de la parole du grand savant Ibn Baz -qu'Allah lui fasse miséricorde- du fait qu'il dit :

 

« Il n'est pas permis au jeûneur de l'avaler car il est possible de s'en débarrasser et ce n'est pas comme la salive. »

 

Une transmission d'après Ahmad qu'Ibn 'Aqîl Al Hanbalî a appuyé et c'est faible chez les Châfi'iyyah : que ça ne rompt pas. Et c'est ce qu'a appuyé notre shaykh Muqbil et shaykh Ibn 'Uthaïmîn qu'Allah leur fasse miséricorde car ça n'est pas sorti de la bouche et sa consommation n'est pas considérée comme une boisson ou une nourriture.

 

Et cette parole prédomine et Allah est plus savant, car la base est que le jeûne est valide et on ne juge de sa nullité que par une preuve authentique et claire et d'Allah vient la réussite.

 

(1) NDT : c'est-à-dire les Châfi'iyyah

 

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Muhammad Ibn Hizam - الشيخ محمد بن حزام

Partager cet article