La meilleure chose à faire lorsque surviennent les troubles (fitan)... (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

La meilleure chose à faire lorsque surviennent les troubles (fitan)... (audio)

Question :

 

Quelle est la meilleure chose (à faire) lorsque surviennent les troubles (fitan) : se tenir à l’écart et ne pas s’y engager jusqu’à ce qu’ils se dissipent ou bien y rechercher la vérité et l’exactitude ?

 

Réponse :

 

Ces choses-là sont relatives et diffèrent d’un individu à l’autre et d’une situation à l’autre.

 

Certains troubles, quand bien même tu connaîtrais la vérité, le fait que tu y fasses irruption et que tu t’y exposes ravive le feu.

 

Présentement, la fitnah qui a lieu entre Cheikh Rabî’ - qu’Allâh le préserve et lui accorde une longue vie dans la santé, la sauvegarde et la préservation - et Cheikh Muhammad ibn Hâdî.

 

Cette fitnah, j’estime que s’y introduire, même pour quelqu’un qui sait de quel côté est la vérité, fait partie de ce qui l’exalte et l’avive.

 

Ceci n’est point convenable.

 

Laissez les mashaykh kibâr (les grands savants) arranger les choses afin que les axes de convergence se mettent en place.

 

Quant à ce que celui-ci soutienne par-ci, et l’autre par-là, et celui-là par-ci et cet autre par-là, comment donc les choses peuvent-elles s’apaiser ?

 

Ceux-ci rétorquent à ceux-là et ceux-là à ceux-ci…

 

Comment les choses peuvent donc s’atténuer ?

 

Toi, si tu veux éteindre un feu et tu sais pertinemment comment t’y prendre pour l’éteindre, vas-tu l’alimenter avec des bûches ou bien retirer ces dernières et en éloigner tout ce qui est susceptible de l’attiser ?

 

Aujourd’hui, les jeunes qui s’immiscent dans cette affaire, même s’ils ont connaissance de la vérité, sont à l’image de ces bûches qui attisent le feu.

 

Toutefois, personne ne veut entendre…

 

Certains auraient rapporté de Cheikh Rabî’, j’ignore s’ils disent vrai ou faux, certains affirment : «Soit tu discernes le vrai et le faux et tu te ranges alors de notre côté, soit tu comptes parmi les partisans du faux.» 

 

Qu’est-ce donc que cela ?!

 

Qu’est-ce que cela ?!

 

Sachant que l’on m’a rapporté que lorsque Cheikh Sâlih Al-Fawzân - qu’Allâh le préserve - a rendu visite à Cheikh Rabî’ et que ce dernier lui a mentionné le problème de Cheikh Muhammad ibn Hâdî, il ne s’en est pas mêlé et a déclaré : «Ceci est un problème entre vous, résolvez-le».

 

Observe donc la parole des savants !

 

«Entre toi et lui, à vous de le résoudre».

 

Il n’a pas consenti à s’immiscer.

 

Vas-tu dire de Cheikh Fawzân : «Avec nous ou contre nous» ?! 

 

Soit il dit la vérité soit le faux ?

 

Mais pour certaines mentalités, il en est ainsi, elles ne tolèrent que cette façon de faire…

 

Ô assemblée, ô assemblée, quel que soit le problème survenant entre des étudiants en science que l’on considère suivre les salaf (prédécesseurs) et être sur leur méthodologie (manhaj), l’intrusion des petits et des étudiants en science même s’il disait «Moi je connais la vérité, je veux prendre part car je discerne la vérité»…

 

Ceci est une erreur.

 

Laisse-les mon frère.

 

Tu as une chose à dire in petto, fais-la parvenir à l’une ou l’autre des parties, à Cheikh Rabî’ ou Cheikh Muhammad ibn Hâdî.

 

Il y a quelque temps, quelques mois auparavant, un frère est venu à moi et m’a dit : «Je connais untel et j’ai vu de lui des choses mauvaises, que me conseilles-tu ?».

 

Je lui ai dit : «Je te conseille de te taire».

 

Je lui ai dit : «Je te conseille de te taire».

 

Nous avons un proverbe qui dit :

 

«Lorsque la vache s’écroule, les couteaux la menaçant sont nombreux»

 

(ndt :  Le sens de cet adage est que lorsqu’une personne respectable trébuche et se retrouve en situation de faiblesse, les assaillants en profitent pour la malmener et l’achever. La vache est, pour certaines populations, rurales surtout, un animal aux nombreux intérêts, source de subsistance notamment, et donc respectable à ce titre.)

 

Ne multiplie pas les couteaux autour d’elle.

 

Relève-la et fais en sorte qu’il y ait là un motif d’acceptation de la vérité.

 

Que lui accepte la vérité.

 

Quant à ce que si toi tu vois une certaine chose et qu’aussitôt tu attises, et moi pareil, je dis de lui ceci, j’ai vu de lui cela, de même un deuxième et un troisième…

 

Quelle tournure prendront alors les choses ?

 

Elles vont exploser et prendre de l’ampleur.

 

On ne les amenuise pas de la sorte.

 

Par ailleurs, tu parles de personnes dont nous connaissons l’effort, le mérite et la prédication, que ce soit Cheikh Rabî’ ou Cheikh Muhammad ibn Hâdî.

 

Nous ne savons rien de mal à leur sujet et nous n’en pensons que du bien.

 

Par Allâh, il me parvient des choses sur untel et untel parmi les savants, je les réprouve mais je dis : je ne peux que les interpréter dans un bon sens.

 

Je ne les interprète pas mal.

 

Je ne peux qu’avoir une bonne opinion.

 

Aie une bonne opinion !

 

Aie une bonne opinion !

 

Et Allâh t’a épargné du fait de t’en mêler et t’en a écarté.

 

Mais tu persistes à t’immiscer ?

 

Mon frère, éloigne toi.

 

Ecoute le conseil : Écarte-toi !

 

C’est un feu !

 

Éloigne-toi !

 

Éloigne-toi !

 

Et in shâ’a LLâh les points de vue finiront par converger. 

 

Mais tant que tu t’ingéreras et que tu répliqueras à ceux-là et que ces derniers te répondront…

 

Les choses ne s’apaiseront pas sauf si Allâh le veut.

 

Ainsi, mon conseil à votre intention : occupez-vous avec la science, affairez-vous à la quête de la science, affairez-vous à la sunnah, affairez-vous aux adorations surérogatoires, occupez-vous à être au service de votre famille, ton épouse, tes enfants, ceux dont tu as la charge, ta mère, sois au service de ton père.

 

Accomplis le bien et occupe-toi avec.

 

Le bien dont nous savons qu’il est pur.

 

Quant à ce que tu t’immisces dans l’affaire, celui-ci parle et celui-là parle, et celui-ci rapporte et celui-là rapporte...

 

«Nous avons visité Cheikh Rabî’ qui a dit telle chose».

 

«Nous avons visité Cheikh Muhammad ibn Hâdî et il a dit ceci et cela».

 

«Nous avons interrogé untel il a dit ceci et cela».

 

Veux-tu éteindre la fitnah ou l’exalter ?

 

C’est ce qui s’est passé.

 

Soyez donc vigilants, qu’Allâh vous récompense en bien et soit bienfaisant envers vous.

 

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

Conditions pour lancer une association caritative

Publié le par 3ilm.char3i

Conditions pour lancer une association caritative

Question :

 

As salam alaykoum cheikhannah, hayakoum Allâh fi ta3ati.

J'espère que vous allez bien.

 

Voici la question d'un frère :

 

Je suis en train de créer une association, l'objectif c'est de récolter des dons pour cette association et ses actions

 

1/ Est-il possible pour un musulman de récolter de l'argent auprès des fidèles.

 

2/ peut-il récolter zakât al mal pour l'association ou pas du tout ?

 

3/ peut-il utiliser l'argent des dons pour se rémunérer ?

 

Réponse :

 

Wa alaykoum as salam Wa rahmatuAllâh Wa barakatuh, Ahlan wa sahlan, el hamdoulillah je vais bien.

 

Pour la question du frère :

 

1/ Oui il peut récolter de l'argent à deux conditions :

 

La première est qu'il choisit les personnes qui ont de l'argent halal, c'est-à-dire que toutes personnes qui travaillent dans des  activités haram comme banque, impôts, assurance...  il n'accepte pas d'eux.

 

La seconde est qu’il ne doit pas obliger les gens à donner une somme quelconque dans des délais précis, au point d’en faire une règle pour les frères ou sœurs : "Il faut pour chacun de vous donner tel somme chaque mois" par exemple.

 

2/ Pour l'argent du zakât, vaut mieux ne pas le faire rentrer dans l'argent de l'association, parce que la zakât n’est réservée que pour certains types de personnes bien spécifiques qui sont cités dans la Sourate Tawba et ils sont huit catégories de personnes, sauf si vous voulez aider les riches à distribuer leurs zakât à condition que vous les donner à des personnes faisant partie d’une des 8 catégories de personnes.

Par contre l'association distribue son argent dans plusieurs activités caritatives.

 

3/ Vous pouvez le faire mais à condition que vous demandez la permission ou que vous le spécifiez au préalable aux gens qui vous donnent cet argent, et vous pouvez leurs demander ça en avance.

 

Wa Allâhu a3lem.

 

Question/réponse en français sur le compte Whatsapp de Cheikh le 04/01/2019, par le frère Zakaria Abou Neyla

 Publié par la page Sur la trace de nos prédécesseurs

Cheikh Nadjîb Djelouah - الشيخ نجيب جلواح

Partager cet article

Il suffit à l'intelligent d'un signe pour comprendre...

Publié le par 3ilm.char3i

Il suffit à l'intelligent d'un signe pour comprendre...

Je vais vous raconter une partie de ce qui s'est produit anciennement dans cette prédication, en guise de remémoration pour celui qui a oublié et d'enseignement pour celui qui ignore.

 

Au début, lorsque Oussamah ben Laden, le groupe al-Qaidah et les sourouriyyin sont apparus, ils s'étaient introduit au sein des salafiyyoun, s'étaient mélangé à eux, et s'étaient montrés comme étant salafiyyin, comme étant des gens de la sounnah, de religiosité, de suivi (du prophète) et de bon comportement.

 

Ils s'étaient rapprochés d'une partie des macheikh de la sounnah et avaient tenté de les corrompre en leur proposant de l'argent.

 

Parmi les événements qui se sont produit : le dénommé Oussamah ben Laden était venu auprès de notre Cheikh (Mouqbil) al-Wâdi'î et lui avait proposé plus d'argent dans le but d'armer les jeunes.

 

Et ce qui s'est produit avec as-sourouriyyah et les étudiants de Cheikh Al-Albânî, ibn 'Uthaymîn, et d'autres, ils se sont introduit dans leur rang et les en ont extirpé après avoir échoué avec les savants eux-même.

 

Ils y étaient néanmoins parvenu avec certains macheikh au Yémen, au Châm et autres.

 

Ils s'étaient emparé de la prédication en contrôlant ses leaders par le soudoiement ou par la menace.

 

Ils y étaient donc arrivé avec une certaine partie d'entre eux.

 

Les savants les ont donc dévoilés et mirent en garde contre eux, c'est à ce moment que la séparation eut lieu.

 

Les tentatives de ce genre recommenceront, mais elles aboutiront à l'échec - إن شاء الله - car les fondements des partisans de la sounnah empêchent le fanatisme et l'interdisent.

 

Les partisans de la sounnah n'ont pas d'autres dirigeants que leur dirigeant officiel et ils n'acceptent pas les groupes (ahzâb).

 

Plutôt, l'affaire chez eux revient au Livre d'Allâh, à la sounnah du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم et à la méthodologie des pieux prédécesseurs.

 

Et chacun d'entre-eux n'a d’ordres à recevoir que du dirigeant officiel de leur pays musulman uniquement.

 

Ils respectent les savants, honorent leur rang et ils savent que ce sont des êtres humains, ils peuvent avoir raison ou se tromper.

 

Il ne faut pas prendre leurs paroles comme étant des ordres auxquels il est obligatoire d'obéir, sauf s'ils savent qu'ils sont conformes à ce qu'Allâh aime, agrée et ordonne.

 

Et cela non pas parce que cela vient d'eux, mais parce qu'ils pensent que cela vient d'Allâh.

 

Quant à la politique des pays et des serviteurs d'Allâh, qui est en conformité avec l'obéissance à Allâh, l'obéissance dans cela revient exclusivement au gouverneur de ton pays musulman et à personne d'autre.

 

Publié par le cheikh sur sa chaîne telegram أبو الحسن علي الرملي - @alramly

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah.

Publié par la page L'Islam c'est la Sounnah et la Sounnah c'est l'Islam

اللبيب بالإشارة يفهم
سأحكي لكم بعض ما حصل في هذه الدعوة قديما تذكيرا للناسي وتعليما للجاهل بها في بداية ظهور أسامة بن لادن وجماعة القاعدة والسروريين كانوا قد دخلوا بين السلفيين واختلطوا بهم وأظهروا أنهم سلفيون وأنهم أصحاب سنة ودين واتباع وخلق فاقتربوا من بعض مشايخ السنة وحاولوا السيطرة عليهم بالترغيب بالمال
من الأحداث التي حدثت أن جاء مبعوث أسامة بن لادن إلى شيخنا الوادعي وعرض عليه مالا كثيرا لتسليح الشباب
ومما حصل من السرورية مع طلبة الشيخ الألباني وابن عثيمين وغيرهم أن دخلوا بينهم فسحبوا منهم أفرادا بعد أن لم يتمكنوا من المشايخ أنفسهم وتمكنوا من بعض المشايخ في اليمن والشام وغيرها وسيطروا على أجزاء من الدعوة بالسيطرة على رؤوسها إما بالترغيب أو بالترهيب وتمكنوا من بعضهم
وكشفهم أهل العلم وحذروا منهم وحصلت المفارقة
وستتجدد المحاولات ولكنها إن شاء الله ستفشل فأصول أهل السنة تمنع التحزب وتحرمه وأهل السنة ليس عندهم أمراء غير ولاة الأمر ولا يقبلون الأحزاب بل الأمر عندهم لكتاب الله وسنة رسول الله صلى الله عليه وسلم ومنهج السلف الصالح
وكل منهم يأتمر بأمر ولي أمر بلاده المسلم فقط ويحترمون العلماء ويقدرونهم ويعلمون أنهم بشر يصيبون ويخطئون ولا يأخذون بأقوالهم على أنها أوامر يجب أن تطاع إلا إذا علموا أنها موافقة لما يحبه الله ويرضاه وما يأمر به فقط لا لأنها منهم بل لأنها أوامر الله في ظنهم
أما سياسة البلاد والعباد الموافقة لطاعة الله فهذه الطاعة فيها لولي أمر بلادك المسلم فقط لا غير

Cheikh Abou Al-Hassan 'Ali Al-Ramly - الشيخ أبو الحسن علي الرملي

Partager cet article

L'étudiant petit en âge et d'esprit détruit la ouma lorsqu'il se mêle de ce qui ne le regarde pas

Publié le par 3ilm.char3i

L'étudiant petit en âge et d'esprit détruit la ouma lorsqu'il se mêle de ce qui ne le regarde pas

L'étudiant qui fait preuve de pondération et de circonspection gagne en raison/sagesse.

 

Et certes, l'étudiant jeune d'âge et d'esprit détruit la Ummah lorsqu'il se mêle de ce qui ne le regarde pas et ce qu'il ne comprend point.

 

Source : Al-Majmû' (2/562)

Traduit par عبد المالك بن إبراهيم الحامدي - @abouimrane7

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Hamâd Ibn Mohamed Al-Ançâry - الشيخ حماد بن محمد الانصاري

Partager cet article

Le tact et la bienséance du prétendant à qui la femme n'a pas plu (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

Le tact et la bienséance du prétendant à qui la femme n'a pas plu (audio-vidéo)

Et ce regard (du prétendant sur la fiancée) se fait de deux manières :

 

Qu’il la regarde alors qu’elle en est informée, de même que son tuteur et ce sans isolement.

 

Il la regarde à son su, c’est-à-dire avec son assentiment et sa connaissance, ainsi que l’accord de son tuteur et la connaissance de ce dernier, sans isolement.

 

Et ceci est rapporté d’Al-Mughîrah ibn Shu’bah رضي الله عنه, puisqu’il a dit :

 

«Je vins au Prophète صلى الله عليه وسلم et lui mentionnai une femme dont j’avais demandé la main.

Il صلى الله عليه وسلم dit alors : «Va et regarde-la, c’est plus propice à établir l’entente entre vous deux.»

Il dit : «Je me rendis alors auprès d’une femme des Ansâr et demandai sa main à ses parents. Je les informai de la parole du Prophète صلى الله عليه وسلم et ce fut comme s’ils éprouvèrent quelque aversion.»

 

C’est-à-dire qu’ils répugnèrent à ce qu’il la regarde.

 

Il dit :

 

«La femme entendit cela tandis qu’elle se trouvait dans son appartement et dit : «Si le Messager d’Allâh t’a ordonné de regarder, alors regarde. Sinon, je t’adjure (de ne pas le faire).»» 

 

Comme si elle prenait la chose très au sérieux, comme si l’affaire était sévère à ses yeux.

 

Mais telle est la soumission.

 

Il dit :

 

«Je la regardai puis l’épousai et mentionnai, par la suite, sa convenance et son bien.»

Rapporté par Ibn Mâjah et jugé authentique par Al-Albâni.

 

Qu’il la guette, de telle sorte qu’il la voie à son insu.

 

Il la guette dans la rue par exemple, ou depuis une maison de façon à la voir dans la cour de sa demeure ou ce qui se rapproche de cela.

 

Ceci a été rapporté de Jâbir رضي الله عنه.

 

En effet, d’après Jâbir ibn ‘AbdiLlâh رضي الله عنه, d’après son père qui a dit :

 

«Le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم a dit : «Lorsque l’un d’entre vous demande une femme en mariage, s’il peut regarder ce qui l’inciterait au mariage avec elle, qu’il le fasse.»

Il a dit : «J’ai demandé une jeune fille en mariage. Je me cachais d’elle jusqu’à voir ce qui m’incita à l’épouser. Dès lors, je l’ai épousée».»

Rapporté par Abî Dâwûd et jugé bon par Al-Albâni.

 

Ainsi, Jâbir رضي الله عنه la guettait et se cachait, jusqu’à ce qu’il vit d’elle ce qui l’incita à l’épouser.

 

Et la majorité a adopté l’avis selon lequel la permission de la fiancée n’est pas une condition requise pour la regarder.

 

Plutôt, il est permis de la regarder avec et sans son autorisation, en observant une certaine réserve toutefois.

 

C’est-à-dire qu’il ne convient pas qu’il vienne de nuit par exemple, ou dans les moments où elle se laisse aller à retirer ses vêtements, puis qu’il observe.

 

Et les mâlikites ont adopté l’avis selon lequel son accord est nécessaire.

 

Cela dit ; l’avis prépondérant est celui de la majorité, cela ayant été attesté des compagnons رضوان الله عنهم.

 

Et certains de nos mashaykh ont dit :

 

Le second mode opératoire est meilleur que le premier, de sorte que l'âme de la femme ne se brise pas s'il ne la convoite pas et afin que les gens n'aient pas connaissance de la chose.

 

En d'autres termes : S'il la voit sans qu'elle ne le sache, dans le cas ou elle ne lui plaît pas et qu'il la délaisse, son âme (à la femme) ne sera pas brisée.

 

Mais s'il la voit et qu'il la regarde tandis qu'elle est au courant puis qu'il la délaisse, elle en sera alors affectée psychologiquement.

 

Et les deux procédés sont légiférés et corrects.

 

En tout état de cause, si le prétendant choisi la première méthode, alors il ne convient pas de l'annoncer.

 

Plutôt, cela reste entre l'homme, la femme, son tuteur et sa famille (à l'homme) car on ignore quelle sera l'issue.

 

Il est possible qu'il la voie et qu'elle lui plaise comme il est possible qu'il la voie et qu'il ne la trouve pas à son goût.

 

Certaines personnes disent : "Cette nuit, nous avons une entrevue" (entre la femme et le prétendant) et ils le proclament ouvertement.

 

Et de nos jours, avec cette indécence qu'est Twitter, les gens divulguent même ce qu'ils mangent ! "Aujourd'hui nous avons mange du riz et hier un plat en sauce".

 

Ils publient sur les réseaux sociaux : "Cette nuit, un homme va venir voir notre fille".

 

Et ne sois pas stupéfait (de constater cela) à cette époque où l'on voit des choses tout à fait incongrues.

 

Et il ne doit pas l'ébruiter après que cela se soit passé s'il s'est détourné d'elle.

 

Et il ne doit pas mentionner ce qu'il lui a trouvé de repoussant.

 

Il l'a vue, elle ne lui a pas plu, point.

 

Et il ne le révèle pas en disant : "Par Allâh, je me suis rendu chez la fille d'untel, je l'ai vue et elle ne m'a pas plu".

 

Car cela la heurterait.

 

Et pire que cela, qu'il la décrive en disant : "Je l'ai trouvée de petite taille", et "Par Allâh, j'ai vu la fille d'untel et j'ai trouvé telle chose (déplaisante) dans ses yeux".

 

Ceci n'est pas convenable !

 

Bien plus, ce n'est pas légiféré, ni permis.

 

دورة فقه الأسرة الدرس الثالث

Séminaire fiqh al-usrah - Troisième conférence - 30ème min environ

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

 

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Aime qui tu veux, tu en seras de toute façon séparé (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm.char3i

Aime qui tu veux, tu en seras de toute façon séparé (audio-vidéo)

Aime qui tu veux, tu en seras de toute façon séparé.

 

Cette vie mondaine n’est pas la demeure d’éternité ni celle de pérennité ni celle de séjour éternel.

 

Elle est juste le lieu d’espérance, la demeure de passage, et celui qui y est de passage est voué à partir et ses jours sont des étapes.

 

Cette vie mondaine, qui que tu aimes, tu devras obligatoirement t’en séparer : tu te sépareras des biens que tu auras aimé, tu te sépareras de l’épouse et l’épouse se séparera également de son époux, tu te sépareras des enfants…tu te sépareras de toute chose.

 

Ainsi, aime qui tu veux, tu en seras de toute façon séparé.

 

Il y a en cela un énorme avertissement quant à ce que l’Homme se doit d’accrocher son cœur à Allâh عز وجل, à la vie dans l’au-delà et que son souci le plus grand et le plus imposant soit la demeure dernière, qu’il bâtisse pour la vie dernière.

 

Il جل وعلا a dit (traduction rapprochée) :

 

"et prenez vos provisions ; mais vraiment la meilleure provision est la piété. Et redoutez-Moi, ô doués d’intelligence !"

 

Certaines personnes que tu auras aimé ici-bas seront la cause de ton châtiment au jour de la résurrection, la cause de ton entrée en enfer, nous cherchons refuge auprès d’Allâh contre l’avilissement.

 

Les amitiés, par exemple : si elles ne sont pas fondées sur la crainte pieuse d’Allâh se transformeront en ennemies et malédictions.

 

Il جل وعلا a dit (traduction rapprochée) :

 

"les amis, ce jour-là, seront ennemis les uns des autres ; excepté les pieux"

 

l’épouse et les enfants (traduction rapprochée) :

 

"vous avez de vos épouses et de vos enfants un ennemi (une tentation)" : les biens sont une tentation.

 

Que l’Homme prenne donc garde et sache qu’il n’y a rien sans qu’il n’en soit rétribué et aucune chose qu’il aime sans qu’il n’en soit séparé. 

 

Et ce pour quoi tu as la conviction que tu t’en sépareras et dont tu aimerais fructifier de façon profitable alors que cela repose sur la crainte pieuse d’Allâh et recherchant Son agrément.

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

 

Cheikh 'Aziz Ibn Farhan Al-Anazi - الشيخ عزيز بن فرحان العنزي

Partager cet article

Les femmes au travail et les hommes au chômage !

Publié le par 3ilm.char3i

Les femmes au travail et les hommes au chômage !

Nos ennemis, les ennemis d‘Allâh, les ennemis de Sa législation, les ennemis de la pudeur, veulent précipiter la femme aux postes des hommes afin d'acculer ces derniers et d'inciter les jeunes à flâner dans les marchés, sans occupation aucune.

 

Et découle de leur temps libre un grand mal et un trouble immense.

 

Ceci car la jeunesse, le temps libre et la richesse (conjugués) comptent parmi les plus grands fléaux, comme il a été dit (dans un vers de poésie) :

 

إن الشباب والفراغَ والجِده *** مَفَسَدةٌ للمرء أيُ مفسده

 

La jeunesse, le temps libre et l'opulence sont certes

Un fléau pour l'homme et quel fléau !

 

2/485 - شرح رياض الصالحين 

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

أعداء دين الله، وأعداء شريعته، وأعداء الحياء – يُريدون أن يُقحِمُوا المرأة في وظائف الرجال، حتى يضيقوا على الرجال الخِناق، ويجعلوا الشباب يتسكعون في الأسواق، ليس لهم شُغل، ويحصل من فراغهم هذا شرٌ كبير وفتنةٌ عظيمة، لأن الشباب والفراغ والغنى من أعظم المفاسد كما قيل

إن الشباب والفراغَ والجِده *** مَفَسَدةٌ للمرء أيُ مفسده

2/485 - شرح رياض الصالحين 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Réfléchir avant de poster/partager/consulter sur les réseaux sociaux (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Réfléchir avant de poster/partager/consulter sur les réseaux sociaux (audio)

Beaucoup de ceux qui utilisent le téléphone en font un usage méticuleux par peur de la facture, du crédit et de son épuisement.

 

Ainsi, ils se contrôlent par égard envers cela.

 

Mais considérer le compte des actions est d'autant plus nécessaire.

 

Cet emploi méticuleux du téléphone par rapport au solde (de la facture) devrait se faire en considération du compte du Jour de la Résurrection, du solde des bonnes ou mauvaises actions.

 

من قوله: وأما التقوى فحقيقتها العمل بطاعة الله إيماناً واحتساباً 

46ème min environ

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Partager cet article

Ne dissipe pas ton moment !

Publié le par 3ilm.char3i

Ne dissipe pas ton moment !

J'ai appris de l'écoulement des années, tandis que j'atteins le milieu de la cinquantaine, que chacun des stades a une splendeur qui lui est propre, et que le bonheur consiste en ce que tu vives l'instant et que tu y oeuvres avec ce qui te profitera dans ta religion, ton bas-monde, et te réjouira dans ta vie présente et dans l'au-delà.

 

Ainsi, le passé a défilé avec tout ce qu'il contient alors défais-toi de ses erreurs à travers un repentir sincère.

 

Et l'avenir est dans la main d'Allâh et Il est plus Miséricordieux avec nous que nous le sommes nous-mêmes.

 

Alors ne dissipe pas ton moment ; plutôt, sois-y un serviteur vertueux.

 

Sur le compte Twitter de Cheikh - @solyman24

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

تعلمت من مرور السنين وقد تنصفت الخمسين أن لكل مرحلة من المراحل بهجتها وأن السعادة أن تعيش اللحظة وتعمل فيها بماينفعك في دينك ودنياك ويسعدك في حياتك وأخراك فالماضي مر بكل مافيه فتخلص من خطاياه بتوبة صادقة والمستقبل بيدالله وهو أرحم بنا من أنفسنا فلاتضع لحظتك بل كن فيها عبدا صالحا

 

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Rechercher la science est un travail de longue haleine

Publié le par 3ilm.char3i

Rechercher la science est un travail de longue haleine

Et Al-Dja3d Ibn Dirhim fut certes exécuté en raison de sa parole disant qu'Allâh n'aurait ni élevé Ibrâhîm au rang de khalil, ni parlé à Moûssâ de vive voix.

 

Et les paroles des salafs sont très nombreuses à ce sujet.

 

C'est donc pour cela ô mes bien-aimés, qu'il nous faut obligatoirement la science légiférée, particulièrement dans ces chapitres, les chapitres de la croyance, et dans les sujets relatifs à l'Inconnaissable ; il faut nécessairement la science.

 

Et la science n'est science que si elle est prise du Livre d'Allâh et de la sunna du Prophète صلى الله عليه وسلم, ainsi que de ce sur quoi étaient les salafs de cette communauté.

 

Énormément de gens - sauf ceux à qui Allâh عز وجل a fait miséricorde - renoncent à la science, ou lisent très peu, et pensent qu'ils ont acquis quelque chose de la science. 

 

Non, tu dois impérativement quêter la science jusqu'à la mort, tu effectues des recherches, tu interroges, tu lis, tu mémorises, tu révises la science, afin d'être sur une preuve évidente.

 

Et combien de savants ont vu leur plume glisser, leur langue fourcher, et leurs pieds trébucher dans ces chapitres à cause de cela, à savoir qu'ils se contentaient de quelques lectures qui ne suffisent en rien au lecteur.

 

Un travail de recherche doit forcément se faire dans ce sujet, auprès de ceux qui le détiennent parmi les savants. 

 

La croyance requiert obligatoirement une recherche constante, et un travail de longue haleine et assidu, sans relâche ni lassitude, cela est obligatoire.

 

C'est pour cela que ceux qui ont émergé parmi les gens de science, concernant ces chapitres, les chapitres de la croyance, les chapitres de l'unicité : unicité de la seigneurie, unicité de l'adoration, unicité des noms et attributs, les sujets de la foi, les sujets de l'Inconnaissable, n'émergèrent que parce qu'ils lui ont vraiment sacrifié beaucoup et énormément d'heures.

 

Ainsi, nous ne devrions pas nous contenter d'un livre, ou d'un cheikh, ou d'une infime période donnée.

 

Cela ne suffit pas, et les savants en ont fait l'expérience.

 

Au contraire, il faut nécessairement un travail sans relâche, de longues lectures et écoutes, et prendre des savants dans ces chapitres.

 

Nous demandons à Allâh عز وجل de nous raffermir, ainsi que vous, et de nous accorder ainsi qu'à vous la science bénéfique et l'œuvre pieuse. 

 

Commentaire de Fath al-wadoûd sharh hâ'iyat Abî Bakr Ibn Abî Dâwoûd, cours n°2 (13'57")

Traduit par la chaîne Telegram غيث القلوب - @ghaithqolob

 Publié par 3ilmchar3i.net

وقد قتل الجعد بن درهم بسبب قوله إن الله لم يتخذ إبراهيم خليلا ولم يكلم موسى تكليما. وأقوال السلف في هذا كثيرة جدا، فلذلك أيها الأحبة لا بد لنا من العلم الشرعي خاصة في هذه الأبواب؛ أبواب العقيدة، وفي مسائل الغيبيات؛ لا بد من العلم، ولا يكون العلم إلا إذا كان من كتاب الله وسنة النبي ﷺ، وما كان عليه سلف هذه الأمة. فكثير من الناس - إلا من رحم الله عز وجل - يزهد في العلم أو يقرأ قليلا ويظن أنه قد بلغ من العلم شيئا، لا، العلم لا بد أن تطلب العلم إلى الممات، أنت تبحث وتسأل وتقرأ وتحفظ وتراجع العلم حتى تكون على بينة. كم من العلماء في هذه الأبواب زلت أقلامهم، وزلت ألسنتهم، وزلت أقدامهم بسبب ذلك، أنهم يكتفون ببعض القراءات التي لا تغني عن القارئ شيئا. فلا بد من بحث في هذا الموضوع على أهله من العلماء
 العقيدة: لا بد من البحث الجاد والعمل الطويل الدؤوب؛ بدون ملل ولا كلل، فلا بد. ولذلك ما برز من برز من أهل العلم في هذه الأبواب؛ أبواب العقيدة،وأبواب التوحيد: توحيد الربوبية، توحيد الألوهية، توحيد الأسماء والصفات، مسائل الإيمان، مسائل الغيبيات، إلا لأنهم بذلوا لها من الأوقات الكثير والكثير جدا. فلا نكتفي بكتاب أو نكتفي بشيخ أو نكتفي بزمن معين قليل. هذا لا يكفي. والعلماء قد جربوا ذلك. بل لا بد من العمل الدؤوب، وإطالة القراءة، والسماع والأخذ عن العلماء في هذه الأبواب - نسأل الله عز وجل أن يثبتنا وإياكم وأن يوفقنا وإياكم للعلم النافع العمل الصالح

Cheikh Razîq Bin Hâmid Al-Qorachiy - الشيخ رزيق بن حامد القرشي

Partager cet article

Me faire roqyah moi-même alors que je suis pécheur et que ma foi est faible ou la demander à plus pieux que moi ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Me faire roqyah moi-même alors que je suis pécheur et que ma foi est faible ou la demander à plus pieux que moi ? (audio)

Question :

 

S'il y a là quelqu'un à la foi plus forte, de plus pieux et plus savant que moi, et que je sais que je commets des péchés et que j'éprouve une faiblesse de foi, est-ce que je lui demande de me faire roqyah ou bien la faire moi-même est meilleur ?

 

Réponse :

 

Fais-toi roqyah toi-même et ne la demande pas, passe-toi des gens, quand bien même tu serais pécheur.

 

Il faudrait que tu sois parfait, sans aucun péché à ton actif ?!

 

Tous autant que nous sommes - لا حول ولا قوة إلا بالله - nous ne sommes pas exempts de péchés.

 

فتح المجيد شرح كتاب التوحيد 27-03-1435هـ

55min - 40sec

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Qui fixe le montant de la dot ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Qui fixe le montant de la dot ? (audio)

La base est que ceci est laissé à la femme et son tuteur se charge de cela pour elle.

 

Lorsque le tuteur de la femme et le mari se sont mis d'accord sur une dot, alors voilà son montant, que ce soit peu ou beaucoup.

 

Et il est impératif de mentionner le montant de la dot et qu'il y ait dans le contrat une dot. Si elle fut mentionnée alors c'est la référence, sinon, il faut qu'elle soit déterminée en se basant sur ce qui est coutume, on évalue son montant en prenant la dot coutumière de ses homologues comme référence.

 

On prend ce qui est tradition comme référence.

 

Et il ne convient pas d’exagérer dans les dots, même si cela est permis, car la bénédiction s'en va.

 

En effet, la bénédiction de la femme diminue avec cela.

 

Comme je vois également qu'il ne faille pas négliger le droit de la femme au point où la dot est presque équivalente au néant.

 

Comme nous entendons certains dire «1 riyal, 2 riyals», le tuteur ne doit pas faire cela, sauf si la femme le désire, car c'est son droit.

 

Il faut, selon l'avis prépondérant, que la dot ait une valeur considérable.

 

Certains parmi les dhaahiriyyah disent qu'il est permis de donner un grain de riz en dot, la réalité est que ceci n'est pas correcte et acceptable.

 

Le grain de riz ne vaut rien, c'est comme s'il n'y avait pas de dot.

 

Il convient de donner à la femme une dot de valeur, selon la capacité et sans exagération.

 

Si elle demande par-contre de prendre une chose minime, alors c'est son droit.

 

Et la dot est un droit appartenant à la femme, et non au père, il est obligatoire qu'il le donne à la fille mariée.

 

Il n'est pas permis qu'il la prenne à sa place, comme rétribution pour ce qu'il a dépensé pour elle.

 

Non, la dot est pour le mariage, il ne vend pas sa fille pour prendre en contrepartie dans la dot ce qu'il a dépensé dans ces études, pour ceci, pour cela, etc.

 

La dot est pour le mariage et elle est donnée à la femme.

 

Publié par la page L'Islam c'est la Sounnah et la Sounnah c'est l'Islam

Cheikh Souleyman Ben Salîm Allâh Ar-Ruheylî - الشيخ سليمان بن سليم الله الرحيلي

Partager cet article

Le Dajjal (le faux messie) est-il un être humain ?

Publié le par 3ilm.char3i

Le Dajjal (le faux messie) est-il un être humain ?

Question : 

 

Est ce que le Dajjal (faux messie) est un être humain ?

 

Réponse :

 

Le faux messie fait partie des fils d’Adam.

 

Certains savants disent que c’est un démon, d’autres disent que son père est humain et que sa mère est une djinn.

 

Ces paroles ne sont guère authentiques.

 

Ce qui est le plus probant c’est que le faux messie est un être humain parmi les fils d’Adam. Il mange et boit etc…

 

De ce fait le prophète ‘Issa عليه السلام le tuera de façon normale, de la même manière que les humains sont tués.

 

Majmou’ fatawa wa rassa’il - v.2-p.19

Traduit et publié par salafislam.fr

وسئل فضيلة الشيخ ‏:‏ هل الدجال من بني آدم ‏؟‏

فأجاب قائلاً‏:‏ الدجال من بني آدم ‏

وبعض العلماء يقول ‏:‏ إنه شيطان‏.‏ وبعضهم يقول ‏:‏ إن أباه إنسيّ وأمه جنية ، وهذه الأقوال ليست صحيحة ، فالذي يظهر أن الدجال من بني آدم ، وأنه يحتاج إلى الأكل والشرب وغير ذلك ، ولهذا يقتله عيسى قتلاً عادياً كما يقتل البشر‏

كتاب: مجموع فتاوى ورسائل

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article