La musulmane ne rompt jamais avec ses soeurs (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La musulmane ne rompt jamais avec ses soeurs (audio)

D'après Abû Hurayra رضي الله عنه, le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit et a juré par Allâh :
 
"Par Celui qui détient mon âme en Sa Main (Allâh), vous n'accéderez au Paradis que lorsque vous acquerrez réellement la foi.
Or, ceci ne se réalisera que lorsque vous témoignerez de l'affection les uns envers les autres.
Voulez-vous donc que je vous indique une oeuvre dont l'accomplissement vous permet de manifester votre affection les uns envers les autres ?
Echangez fréquemment les salutations ".

Rapporté par Muslim

Une musulmane ayant une connaissance suffisante de sa religion sait que les sources même qui ont recommandées la fraternité et l'amour pour Allâh عز وجل, ont interdit d'autre part la rupture des liens et la haine entre les croyants.

 

Ces sources même affirment aussi que les erreurs accidentelles ne sauraient séparer deux croyants qui s'entraiment sincèrement pour Allâh, car une telle relation est censée être solide et profonde au point qu'aucune inconvenance ne parvient à la rompre.

 

Ce que veut dire ici l'auteur c'est que : Quand il y a vraiment l'amour en Allâh entre deux personnes, même si il y a une erreur accidentelle, cette erreur ne pourra pas séparer ces deux personnes qui se sont aimées car la personne qui a fait du tord va demander le pardon et la personne à qui on a fait du tord va pardonner même si on ne va pas lui demander pardon.

 

Pourquoi ?

 

Parcequ'il y a quelque chose de plus solide... Il y a l'amour en Allâh qui a dépassé l'amour de mon nafs, l'amour de ma personnalité, qui a dépassé et surpassé mon orgueil, ma vanité.

 

Il y a l'amour en Allâh عز وجل qui est plus important !

 

Il arrive cependant, qu’une femme succombe à sa faiblesse humaine et se laisse emporter par la colère à l'encontre de sa sœur en Allâh عز وجل.

 

Il arrive même que cette colère la pousse à offenser sa soeur, entrainant ainsi la rupture entre les deux.

 

Dans ce cas, elle doit se rappeler que la durée de cette rupture ne doit pas dépasser 3 jours.

 

Sachant que la nature humaine est succeptible de céder à de tels emportements, et que juste après la mésentente, la réconciliation reste difficile, l'islam a accordé cette durée de 3 jours pour un renouement dans le calme et la sérénité.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Il n'est pas permis à un musulman de rompre avec son frère en religion plus de 3 jours, au point où quand ils se rencontrent, chacun d'eux se détourne de l'autre.

Le meilleur des deux est celui qui commence par saluer l'autre."

Hadith rapporté par Al-Bukhâry et Muslim, voir charh as-sounnah vol 13 p100

 

Il est naturel et il est possible, et cela arrive que, emportée par la colère (ou sous l'emprise de la colère), une soeur (ou bien même un frère succombe) à sa faiblesse et offense l'autre personne.

 

Il arrive même qu'il ne va pas lui parler ce jour-là, ou bien il ne va pas lui parler cette heure-là, ou bien il ne va pas lui parler pendant un certain laps de temps.

 

Mais l'essentiel ici c'est qu'il est interdit de dépasser 3 jours parce qu'Allâh عز وجل, qui nous a créé, sait que des fois c'est difficile de se réconcilier sur le champ, des fois on est tellement blessé qu'on ne peut pas excuser sur le champs.

 

On doit attendre un peu que shaitan parte et s'en aille et me laisse un peu seul et me laisse le temps de dire : "أعوذ بالله من الشيطان الرجيم", de dire : "أستغفر الله", de lire un peu et de faire un peu des invocations pour que mon coeur s'apaise de nouveau.

 

C'est pour cela que l'islam a donné 3 jours ; Tu as 3 jours devant toi pour essayer de faire le maximum pour apaiser ton coeur et de trouver les excuses pour celui (ou celle) qui vient de t'offenser.

 

Rappelons qu'à l'instar de tous les textes législatifs à portée générale, le terme "musulman" inclut la femme.

 

Quand vous m'avez entendu lire le hadith qui dit : "Il n'est pas permis à deux musulmans...", çà veut dire aussi : à deux musulmanes.

 

A chaque fois que le mot "musulman" vient dans le coran ou bien la sounnah, la musulmane rentre dans "le musulman", elle aussi elle est impliquée, elle est visée aussi.

 

Une vraie musulmane ne doit pas persister à prolonger la rupture entre elle et sa soeur, quelque soit les raisons ou les conséquences de cette rupture.

 

Elle doit plutôt manifester son désir de réconciliation en prenant l'initiative de lui adresser ses salutations car elle sait qu'elle aura un grand mérite demain devant Allâh عز وجل, en agissant de la sorte.

 

Quand quelqu'un s'est disputé avec son frère en ensuite c'est lui qui revient le premier le saluer, ce n'est pas parce que mon frère est mieux que moi ou il a plus de piété que moi ou il est plus fort que moi... Je l'ai fait pour Allâh عز وجل !

 

Moi qui suis venu le premier vers toi, j'ai plus que piété que toi ; C'est moi qui aime Allâh تعالى plus que toi car Allâh nous a montré qu'Il aimait celui qui fait le premier pas.

 

Donc, ayant fait le premier pas, çà veut dire que chez Allâh عز وجل, je suis mieux que toi ou à la rigueur : J'escompte la grande récompense demain quand je rencontrerai Allâh عز وجل.

 

Toutes les personnes qui se disputent et qui ne peuvent pas faire le premier pas pour réconcilier çà veut dire qu'elles n'ont pas mis entre leurs yeux la récompense qui les attends demain devant Allâh عز وجل.

 

En d'autres termes, toutes personnes qui aime Allâh عز وجل et veut de Lui la récompense, elle fait le premier pas et pardonne.

 

La grande récompense attendra celui qui pardonnera et qui fera ce premier pas pour Allâh عز وجل ; Si c'est pour moi, c'est difficile de faire ce premier pas... on a le shaitan, on a la vanité, etc... Là il oublie tout parce qu'il a dit : "Je fais cette chose pour Allâh عز وجل, j'attends la récompense de Lui c'est tout, çà ne m'interresse pas ce que vont dire les gens ou bien ce que va dire la personne avec laquelle je me suis disputée".

 

On rapporte à ce sujet que le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Il n'est pas permis à une personne de rompre avec un croyant plus de 3 jours.

Une fois ces 3 jours passés, il doit aller à sa rencontre et le saluer.

Si celui-ci répond à son salut, ils se partageront la récompense d'Allâh.

Si par contre l’autre ne répond pas, il se sera disculpé du péché de la rupture."

Al-Bukhâry dans adhab almoufrad vol 1, son sens est vrai.

 

Quand tu fais le premier geste, tu demandes le pardon : Ou bien on te pardonne, ou bien on ne te pardonne pas.

 

Si on te pardonne, الحمد لله les deux vous avez gagné dans cette vie et vous gagnerez dans l'au-delà.

 

Si on ne te pardonne pas, tu as fais ce qu'il fallait faire devant Allâh عز وجل.

 

Quand quelqu'un s'oublie et oublie son nafs et il met la récompense d'Allâh عز وجل qui l'attend, entre les yeux, il fait le premier pas et il ne donne pas d'importance à sa propre personnalité parce qu'il s'oublie.

 

La rupture en tant que péché s'aggrave en fonction de sa durée.

 

Il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Celui qui rompt avec son frère en religion durant une année sera considéré comme s'il avait fait couler son sang."

Al-Bukhâry dans adhab almoufrad n°404, Cheikh Al-Albany a dit que ce hadith est authentique.

 

Donc là celà devient plus grave, çà veut dire que celui qui reste une année sans parler avec son frère en religion c'est comme si il l'avait tué, comme si il avait fait le crime d'avoir tué cette personne.

 

Et malgrè tout celà bien sûr, il nous arrive tous que l'on reste beaucoup de temps à ne pas parler avec des gens que la faute vienne de nous ou bien des autres, celà arrive presque à tout le monde.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم lui même est resté un mois à ne pas parler avec ses femmes, ses épouses lorsqu'elles lui ont demandé la parure et le hadith est authentique.

 

Des fois, la personne essaye de faire la réconciliation et c'est l'autre côté qui répond par la négative, des fois la personne essaye de faire ce qu'elle peut et c'est l'autre côté qui ne veut pas et qui reste toujours sur ses positions ; Dans ce cas, la personne qui a essayé, Allâh تعالى sait et a vu dans son coeur qu'elle voulait et que c'est l'autre qui ne veut pas, dans ce cas, c'est l'autre qui endossera d'avoir coupé les liens en Allâh عز وجل.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Ne rompez pas vos liens de fraternité, ne vous détournez pas les uns des autres, ne soyez pas envieux les uns vis-à-vis des autres, soyez plutôt frères, comme Allâh vous l'a ordonné."

Rapporté par Muslim

 

Allâh a dit (traduction rapprochée) :

 

"Ceux qui dominent leur ressentiment et pardonnent à autrui car Allâh aime les bienfaiteurs" (sourate 3 verset 134)

 

Quand tu pardonnes, cela ne veut pas dire que tu pardonnes parce que cette personne est mieux que toi, tu as pardonné pour le visage d'Allâh.

 

"Je ne t'ai pas pardonné... (parce que peut-être même tu ne mérite pas le pardon), mais je t'ai pardonné parce que Allâh تعالى aime les pardonneurs, aime les bienfaiteurs"

 

Quand quelqu'un fait une chose pour Allâh, il doit s'oublier.

 

(...)

 

Il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Méfiez-vous de la conjoncture car la conjoncture est le propos le plus mensonger, ne soyez pas indiscret, n'espionnez pas, ne rivalisez pas, ne soyez pas envieux les uns vis-à-vis des autres, ne soyez pas haineux les uns vis-à-vis des autres, ne vous détournez pas les uns des autres, soyez plutôt frère Ô serviteurs d'Allâh".

Rapporté par Al-Bukhâry et Muslim

 

Ensuite il a dit صلى الله عليه وسلم :

 

"Ne soyez pas envieux les uns vis-à-vis des autres, ne renchérissez pas pour pousser les autres à l'achat, ne soyez pas haineux les uns vis-à-vis des autres, ne vous détournez pas les uns des autres, que l'un d'entre vous ne supplante pas son frère en proposant au client de celui-ci la vente de la même marchandise à un prix plus bas."

 

(...)

 

En méditant ces traditions recommandant l'affection, la fraternité, l'entraide et l'altruisme, une musulmane au sentiment raffinée par l'islam ne saurait nourrir une haine à l'encontre de sa sœur en religion ou bien rompre avec elle.

 

Une musulmane vertueuse ne s'abaisse jamais à un tel niveau car il n'y a que la femme à mentalité complexée et à l'esprit rigide qui s'enferme dans ces sentiments plein de haine et de rancune.

 

A cette catégorie de gens aux coeurs pétrifiés et aux esprits rigides, à ces gens qui se sont égarés  et se sont refusés à la tolérance prônée par l'islam en persistant à rompre les liens de fraternité avec les autres croyants, un sort horrible est réservé dans la vie présente et dans la vie future.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"On ouvre les portes du Paradis chaque lundi et chaque jeudi et on pardonne à toutes personnes n'associant aucun être à Allâh excepté un homme en discorde avec son frère (Une soeur en discorde avec une soeur jusqu'à ce qu'ils se réconcilient). 

Allâh qui alors aux anges : "Accordez un délai à ces deux personnes jusqu'à ce qu'ils se réconcilient ! (3 fois)""

Hadith rapporté par Al-Bukhâry dans adhab al-moufrad et Muslim

 

Quand deux personne ne se parlent pas dans la religion, chaque lundi et chaque jeudi ils font passer le mérite d'être pardonnés car Allâh تعالى pardonne chaque lundi et chaque jeudi à tous croyants sauf aux deux personnes qui ne se parlent pas Il dit : "Laissez ces deux-là de côté jusqu'à ce qu'ils se réconcilient".

 

Elle est indulgente envers elles (ses soeurs) :

 

La musulmane est tolérante à légard de ses amies et ses soeurs en religion, elle n'éprouve à leur encontre ni rancune ni haine.

 

Quand une de ses soeurs la contrarie, elle retient sa colère et fait preuve d'indulgence de la manière la plus naturelle et la plus spontanée.

 

Dans sa réaction indulgente, elle ne doit ressentir ni honte ni humiliation, elle y voit plutôt un acte de haute bienfaisance, qu'Allâh apprécie et rapproche ceux qui s'appliquent à l'observer.

 

Quand quelqu'un fait le premier pas pour se réconcilier, il ne doit pas se dire : "Je suis humilié" mais il doit mettre entre ses yeux que l'amour d'Allâh est plus important que l'amour de sa propre personne, que Allâh تعالى même est plus important que je m'aime moi et que les gens disent de moi... Tout cela ne m'interresse pas devant ce qui m'attends devant Allâh سبحانه عز وجل qui m'a créé pour Lui obéir.

 

Lorsque Allâh تعالى a dit (traduction rapprochée) :

 

"Ceux qui dominent leur ressentiment et pardonnent à autrui car Allâh aime les bienfaiteurs" (sourate 3 verset 134)

 

Ce verset nous enseigne qu'il ne suffit pas de contenir son ressentiment mais qu'il faut manifester son indulgence et son pardon.

 

Une musulmane qui a atteint le degré de haute bienfaisance ne aisse pas le ressentiment s'installer dans son coeur. 

 

Dès qu'une contrariété provoque sa colère, elle s'empresse de pardonner avec mansuétude.

 

(...)

 

Il est certes difficile de contenir son ressentiment dans certaines situations avec certaines personnes... on entend des choses... on nous apprend des choses... Il est difficile des fois de se contenir, cependant la meilleure façon de réagir c'est le pardon car il vaut mieux pardonner et oublier les offenses de l'autre que vivre en portant le fardeau de la rancune à son encontre.

 

(...)

 

Acquérir cette qualité morale est certes une tâche difficile mais pour y parvenir il suffit de se rappeler que l'indulgence est un comportement qui reflète la noblesse d'esprit et non la faiblesse.

 

Les gens, quand ils pardonnent, ils croient que c'est un défaut.

 

Il dit : "Je ne pardonne pas" pour montrer que je suis (comme font certains ignorants), je suis un homme... Ce n'est pas çà qui montre la virilité ou que tu es un homme mais c'est la piété qui le montre car si tu etais pieux tu aurais pardonné.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Pour l'indulgence du serviteur, Allâh ne lui accorde que plus de considération.

Aucun serviteur ne fait montre de modestie par amour d'Allâh, sans qu'Allâh élève son rang​".

Rapporté par Muslim

 

Il n'y a aucune personne à laquelle tu vas pardonner sans que Allâh تعالى ne te fasse élever un rang.

 

L'indulgence n'est pas seulement un acte de haute bienfaisance mais c'est aussi un acte de noblesse qui accroît la considération du croyant aux yeux d'Allâh, d'où le grand honneur à ceux qui font montre de pardon et de tolérance.

 

La rancoeur et la haine ne sauraient trouver leur place dans le coeur de la musulmane imprégnée des principes de la religion car elle est consciente de la valeur de l'indulgence et de sa contribution à l'obtention du pardon et de l'agrément d'Allâh.

 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Chaque lundi, chaque jeudi les portes du Paradis s'ouvrent, Allâh pardonne à la personne qui ne fait pas le shirk sauf à une personne qui a de la rancune envers son frère.

Allâh تعالى dit : "Accordez un délai à ces deux-là jusqu'à ce qu'ils se réconcilient"".

 
La musulmane, quand elle rencontre une musulmane, elle la rencontre avec un visage radieux.

 

Extrait la personnalité de la musulmane (Al Hachimi), cours audio 26 à partir de 4 mn 04

 Retranscription par une soeur de l’équipe du site 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy - الشيخ أبو عبد الله محمد تشلابي

Partager cet article

La solitude

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La solitude

'Umar ibn al-Khattâb رضي الله عنه a dit : 

 

" Il y a, dans la solitude, une volonté de fuir les mauvaises fréquentations." 

(ou il a dit : " ... des mauvais comportements.")

 

Az-zuhd al-kabîr, d'Al-Bayhaqî n°118.

Partager cet article

Préparer un repas pour remercier Allah تعالى d'un bienfait

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Préparer un repas pour remercier Allah تعالى d'un bienfait

Question :

 

Une personne dit qu’Allah lui a octroyé un bienfait.

 

Et afin de remercier Allah pour ce bienfait il souhaite préparer un repas et inviter l’ensemble de ses frères et amis. 

 

Cela lui est-il permis ? 

 

Réponse :

 

Je dis : Il n’y a pas de mal à ce qu’il fasse cela.

 

Il n’y a pas d’interdiction à ce qu’il fasse cela. 

 

Charh Sunane Abi Daoud K7 n° 159 2 mn 56 sec 

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

«Prends garde mon fils à ne jamais précéder l'imam (dans la prière) !»

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

«Prends garde mon fils à ne jamais précéder l'imam (dans la prière) !»

Le récit de celui dont la tête a été transformée en celle d'un âne par Allah, comme rapporté dans l'ouvrage "Al-Qawl al-Mubîn Fî- Akhta Al-Musallîn" p.252 :

    

"lbn Hajar rapporte d'un traditinniste que celui-ci s'était rendu à Damas afin de prendre des cours de hadiths auprès d'un Shaykh réputé.

 

Ce Shaykh lui transmit un certain nombre de hadith mais de derrière un voile de telle sorte qu'on ne voyait pas son visage.

 

Mais vu que son séjour se prolongeait et que le Shaykh eut observé le soin qu'il portait aux hadiths, il leva ce voile et on put enfin voir son visage : il avant une tête d'âne !

 

Le Shaykh lui dit : " Prends garde mon fils à ne jamais précéder l'imam (dans la prière)."

 

Lorsque j'ai lu le hadith (1) j’étais loin d’imaginer que celà puisse arriver, alors j’ai précédé l’imam et ma tête est devenue celle que tu vois”.

 

(1) Ndt : réfeérence au hadith rapporté par Abu Hurayrah dans Sahih AlBukharî n°691 :

 

Le Prophète (sallallahou 'alaihi wa salam) a dit :

 

" L'un de vous ne craint-il pas, en relevant sa tête avant l’imam, qu’Allah lui transforme la tête en une tête d’âne – ou qu’Allah lui transforme la face en une faced d’âne"

 

Al-qawl al mufid, leçons de tawhid

Leçon 34 : le danger de se moquer du coran, de la sunna, ou de ceux qui y prêchent, ainsi que de s’y oppose.

 

Cheikh Mouhamed Ibn Abdelwahab Al-Wassabee - الشيخ محمد بن عبد الوهاب الوصابي

Partager cet article

Que répondre à celui qui te dit : «Jazâka Llahou kheiran» ? (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Que répondre à celui qui te dit : «Jazâka Llahou kheiran» ? (audio)

 

Questionneur :

 

Qu’Allah vous récompense par un grand bien.

 

Cheikh :

 

Et à toi aussi.

 

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Les gens de la sounna sont tel un bouclier protecteur (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les gens de la sounna sont tel un bouclier protecteur (audio-vidéo)

 
Question :

 

Les critiques fusent envers les gens de la Sounna quant à leur position vis-à-vis des gouverneurs et en raison de leur point de vue sur les manifestations à tel point que certains d’entres eux disent même ceci : « Les gens de la Sounna sont tel un bouclier protecteur autour des gouverneurs », nous souhaiterions donc un éclaircissement et des conseils à ce sujet, barak Allah ou fikoum. 

 

Réponse :

 

Les gens de la Sounna sont tel un bouclier protecteur contre le désordre, contre les troubles, contre les tourments.

 

Ils sont tel un bouclier protecteur, après Allah – Gloire et pureté à Lui - contre les révolutions, contre les soulèvements (coup d’état), contre le chaos, contre les tribulations, contre les séditions et les tourments.

 

A vous d’en tirer une leçon de ce qui a déjà touché les autres, comme pour la Somalie, voyez -donc depuis combien de temps le désordre s’y est installé ?

 

Et les troubles, les tribulations, les tourments, les meurtres et les tueries… jusqu’à ce jours et Seul Allah sait quant est-ce que cela se terminera !

 

Ô mes frères !

 

Les gens de la Sounna sont des gens de science, ils sont ceux qui ont la bonne compréhension, la clairvoyance, et ils sont ceux qui font preuve d’une grande fiabilité, ils savent temporiser quand il le faut et savent mesurer les avantages des inconvénients.

 

Ils réunissent les preuves tirées de la législation et les mettent en application dans leur vie.

 

On ne peut attendre de ces manifestations que des troubles obscurs, que de la haine, que des meurtres et des tueries, que des tourments et du désordre, veillez-donc à préserver ce climat de paix ! – qu’Allah vous en récompense –veillez-donc à préserver ce climat de paix, à conserver la tranquillité, la sérénité, la quiétude et ne vous précipitez pas et soyez avec les gens de science.

 

Il a été rapporté dans un hadith la parole du Prophète (paix et bénédictions d’Allah sur lui) ceci :

 

« Écoute et Obéis… » C’est-à-dire au gouverneur : « …même si on frappe ton dos et qu’on prend tes biens… »

[Al-Boukhari et Mouslim]

 

C’est-à-dire que tu écoutes et tu obéis et tu patientes, patiente-donc et ne te révolte pas contre le gouverneur musulman (celui qui détient le pouvoir) même s’il est injuste, même si c’est un tyran, car se révolter contre lui n’est pas chose facile et n’engendrera que des tourments, des tribulations, des meurtres et des tueries.

 

Appliquez-donc ce qui vous a été transmis du Messager (paix et bénédictions d’Allah sur lui) et attendez-vous à un bien et observez ce qui est dans le Livre et dans la Sounna : Est-ce que le Coran et la Sounna vous commandent le désordre et les calamités ainsi que de se rebeller contre le gouverneur musulman ?

 

La réponse est non ! [Je dirais que] c'est plutôt l'inverse même.

 

Tout ce désordre a été encouragé par les mécréants ; qu’entend-on précisément par désordre ? 

 

À savoir, si un gestionnaire ou un directeur général ou alors un gouverneur ou un président ou un ministre ne convient plus, alors les gens protestent contre lui en manifestant.

 

Ils se mettent d’abord à le blâmer puis exigent de lui sa démission sur le champ ; Ils se rassemblent en un attroupement de jeunes, un groupe d’enfants et de personnes qui n’ont pas d’emploi, de chômeurs, et ils sortent tous en hurlant et en proférant des insultes contre lui.

 

Est-ce que ce moyen est-il un moyen légiféré pour eux ?

 

Le gouverneur deviendrait-il soudainement telle une personne ordinaire à leurs yeux, semblable à un vulgaire personnage qui n’a aucune valeur et qui ne mérite plus aucun respect ?

 

Voilà ce qu’on entend par désordre mes frères ! 

 

Et tout ceci est le résultat de la démocratie, c’est en effet les conséquences de la démocratie : le désordre, les troubles, les tourments, les tribulations, la rébellion contre le gouverneur, les meurtres et les tueries, la liberté au non de la liberté et au nom de la démocratie.

 

Dis-leur maintenant de récolter les fruits de cette démocratie, un désordre de nuit comme de jour !

 

Les gens de la Sounna, quant à eux – qu’Allah les récompense –, ils sont les prêcheurs de la quiétude et de la paix, ils sont les prêcheurs du Tawhid et de la bonne Croyance, de l’adoration et de la prière, de la droiture et de la patience.

 

Patientez-donc avec le gouverneur même s’il est injuste… (traduciton rapprochée)

 

« Et les endurants auront leur pleine récompense sans compter. » [Sourate Az-Zoumar V.10] 

 

Et c'est Allah qui accorde la réussite

 

Source : www.olamayemen.net 

Fatwa de Sheikh Muhammad Ibn Abd Wahhâb Al Wussâbi (Qu'Allah le préserve) - 15 / 3 / 1432 de l’Hégire. 

Traduction rapprochée : AbuKhadidja Al Djazairy

copié de alghourabaa.com

Cheikh Mouhamed Ibn Abdelwahab Al-Wassabee - الشيخ محمد بن عبد الوهاب الوصابي

Partager cet article

Quelques enseignements contenus dans sourate al-fatiha - سورة الفاتحة (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

193541 198200100198463 150383938313413 674570 1970486 o

 

 

Traduction d'une épitre intitulée :

 

Quelques enseignements contenus dans sourate al-fatiha

بعض فوائد سورة الفاتحة

Cheikh Muhammad Ibn ‘Abdel-Wahhâb

الشيخ محمد بن عبد الوهاب

 

icone_texte.gifDossier à télécharger 

(en français/arabe avec les voyelles)

 

Lorsque l'on connait la signification de ce que l'on récite, celà aide à la concentration dans la prière.

 

copié

 

Cheikh Muhammad Ibn ‘Abdel-Wahhâb - الشيخ محمد بن عبد الوهاب

Partager cet article

L'avis religieux relatif à la mendicité

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'avis religieux relatif à la mendicité

Question :

 

Quel est l'avis religieux concernant la mendicité ?

 

Réponse :

 

La mendicité n'est pas autorisée sauf dans trois cas que le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) a détaillé dans le Hadith authentique rapporté par Mouslim dans son Sahîh, d'après Qabîsa ibn Moukhâriq Al-Hilâlî Il (Qu'Allah soit satisfait de lui), lorsqu'il dit (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :

 

"Certes la mendicité n'est autorisée que pour trois types de personnes :

 

-Une personne s'étant chargé de verser une somme afin de mettre fin à une querelle.

 

La mendicité lui est alors autorisée jusqu'à ce qu'il obtienne la somme désirée.

 

-Une personne ayant subi une catastrophe qui détruisit ses biens.

 

La mendicité lui est alors autorisée jusqu'à ce qu'il puisse satisfaire ses besoins primordiaux.

 

-Une personne étant victime d'une extrême pauvreté, dont peuvent témoigner trois personnes raisonnables parmi ses proches.

 

La mendicité lui est alors autorisée jusqu'à ce qu'il puisse satisfaire ses besoins primordiaux.

 

Puis le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) dit :

En dehors de ces cas là, ô Qabîssa, tout bien acquis par mendicité est illicite, et son propriétaire en fait alors usage illicitement."

 

Le Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) y a expliqué les différentes sortes de mendicités autorisées, et que ce qui est en dehors de cela, est illicite.

 

Donc, celui qui possède, ce qui lui permet de subvenir à ses besoins comme revenus tirés d'un emploi, d'un commerce, de récoltes, de biens immobilier ou d'un travail manuel comme la menuiserie, le métier de forgeron, l'agriculture ou autre, il lui sera interdit de mendier (ou de demander l'aumône).

 

En revanche celui qui est dans la nécessité, il n'y a pas de mal à ce qu'il demande en fonction de ses besoins.

 

Tout comme celui qui a dépensé pour réconcilier deux parties ou pour subvenir aux besoins de sa famille et de ses enfants, il n'y a aucun mal à ce qu'il demande.

 

Et c'est Allah qui est le garant de la réussite.

 

Fatâwa Cheikh Ibn Bâz Volume 14 annexe livre de la zakat

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Sites islamiques à visiter

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Sites islamiques à visiter

Sans-titre-1-copie-5.gif

Le coran avec la traduction du sens de ses versets dans de nombreuses langues

Sans-titre-1-copie-5.gif

L'analyse grammaticale des versets du saint coran

Partager cet article

Cheikh Mouhammad Taqî Ud-Dîn Salim Al-Hilâlî Al Maghribi - الشيخ محمد تقي الدين الهلالي (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Cheikh Mouhammad Taqî Ud-Dîn Salim Al-Hilâlî Al Maghribi - الشيخ محمد تقي الدين الهلالي (vidéo)

(Note du webmaster : A ne pas confondre avec l'égaré Salîm Al-Hilâlî mis en garde par les savants ICI)

 

Partager cet article

Prends connaissance des avis des deux partis avant de t'empresser de juger !

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Prends connaissance des avis des deux partis avant de t'empresser de juger !

Oumar Ibn Abdel Azîz رحمه الله a dit :

 

«Si vient à toi un des deux antagonistes pour se plaindre qu'on a crevé son oeil, ne t'empresse pas de juger en sa faveur avant que ne te vienne son opposant.

 

Car peut-être qu'on lui a crevé à lui ses deux yeux !»

 

إذا أتاك أحد الخصمين وقد فُقِئَتْ إحدى عينيه فلا تقض له حتى يأتيك خصمه فلعله قد فُقِئَتْ عيناه

Cette parole de sagesse insinue simplement que :

 

Lorsque tu dois juger en face de deux parties adversaires, de ne pas t'empresser de juger après avoir écouter et pris connaissance des dégâts que l'un d'entre eux t'a exposé, sans attendre d'écouter et voir le cas de son adversaire.

-Et cette parole est exacte car elle est basée sur des règles et textes de notre religion, comme les Paroles suivantes d'Allah Le Très Haut :

 

وإن حكمت فاحكم بينهم بالقسط إن الله يحب المقسطين 

(Traduction rapprochée ) :

 

".. Et si tu juges, alors juge entre eux en équité.

Car Allah aime ceux qui jugent équitablement." (Sourate 5 ; verset 42)

 

 خصمان بغى بعضنا على بعض فاحكم بيننا بالحق ولا تشطط واهدنا إلى سواء الصراط 

(Traduction rapprochée): 

 

"..Nous sommes tous deux en dispute; l'un de nous a fait du tort à l'autre.

Juge donc en toute équité entre nous, ne sois pas injuste et guide-nous vers le chemin droit." (Sourate 38 ; verset 22)

 

-Et le Hadith authentique suivant : 

 

فإذا جلس بين يديك الخصمان فلا تقضينّ حتّى تسمع من الآخر كما سمعت من الأوّل ، فإنّه أحرى أن يتبيّن لك القضاء 

 

"S'il te viennent deux antagonistes, ne juge surtout pas (entre eux) tant que tu n'auras pas entendu du deuxième comme tu auras entendu du premier !

Car il te sera certes plus apte à juger ..."

Sahîh sunnan Abi Dâdoùd ,v/2 , page/684 , n° de hadîth/3054

 

Partager cet article

Réciter avec le moushaf durant tarâwîh... (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Réciter avec le moushaf durant tarâwîh... (audio)

 

Question :

 

Est-il correct de réciter [le Qur'ân] à l'aide du Moushaf durant la prière de Tarâwîh ?

 

Réponse :

 

La personne qui est incapable de réciter [le Qur'ân] par coeur, il n'y a aucun mal pour elle qu'elle le récite à l'aide du moushaf durant la prière de Tarâwîh car elle lira le Qur'ân en entier, du début jusqu’à la fin.

 

Si la personne n'a pas appris par coeur le Qur'ân, elle le lit à l'aide du moushaf.

 

Certains salafs pratiquait cela!

 

copié de sounnah-publication.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Les dangers de se moquer de la sounna

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les dangers de se moquer de la sounna

Le récit concernant celui qui s'est moqué du siwâk (petit bâton d'arak servant à se curer les dents), comme cité dans l'ouvrage " AlBidâya wan-Nihâyah " d'lbn Kathîr :

 

" Ibn Khillikân raconte d'après ce qu'il rapporte des récits de Shaykh Qutb Ad-Dîn Al-Yunânî : (Il nous est parvenu qu'il fut un jour cité les vertus du siwâk à un homme se faisant appeler Abû Salam, de la région de Busrâ, qui était quelque peu debauché et impudique.

 

Il dit alors : " Par Allah ! Je ne me cure avec que mon derrière ! "

 

Il prit alors un siwâk et le rentra dans son derrière puis l'en ressortit.

 

Il demeura après celà neuf mois en se plaignant de douleurs au ventre et au derrière.

 

Il mit alors au monde un enfant à l'image d'un rat avec quatre pattes et une tête de poisson (qui avait quatre canines saillantes et une longue queue de la taille d'un empan et quatre doigts), et il possédait un derrière tel celui d'un lapin.

 

Quand cet animal vint au monde, il poussa trois cris.

 

La fille de cet homme se leva et écrasa sa tête, il mourut alors. Cet homme vécut aprés l'avoir mis au monde deux jours et mourut le troisième.

 

Il disait : " Cet animal m'a tué, il a coupé mes intestins ! "

 

Plusieurs personnel et orateurs de cette région en ont été témoins. Certains ont vu l'animal vivant, et d'autres après sa mort. "

 

Source : al-qawl al mufir, leçons de tawhid

Leçon 34 : le danger de se mùoquer du coran, de la sunna, ou de ceux qui y prêchent, ainsi que de s’y oppose.

 

Cheikh Mouhamed Ibn Abdelwahab Al-Wassabee - الشيخ محمد بن عبد الوهاب الوصابي

Partager cet article