compteur de visite

Catégories

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 12:39
Mise en garde contre Abou Bakr Al-Jazairy

Question :

 

Quel est le cas du commentaire (du Coran) de Cheikh Abou Bakar el Jazâïrî ?

 

Réponse :

 

Au Nom d’Allah , Louange à Allah et que la Prière d’Allah et Sa Paix soient sur notre Prophète Mohammed, sur sa famille et sur tous ses compagnons :

 

Certes, je suis parmi les plus connaisseurs de Cheikh Abi Bakar el Jazâïrî, j’ai souvent eu à faire à lui directement et j’ai été son élève au Centre du Hadiith à Médina durant un long moment et aussi durant les études supérieures à l’université islamique .

 

Ayant fréquenté cet homme, étudié auprès de lui et poursuivant la recherche d'informations le concernant ; il m’est apparu de cet homme, ce qui suit :

       

-Premièrement : cet homme est bon dans la narration des expressions (des phrases), semblable aux paroles enjolivées !

 

Il est capable de parler durant des heures, car il compose les paroles dans un style splendide .

 

Et apparemment, il mémorise le Coran et mémorise aussi quelques hadiths du Prophète –Prière d’Allah et Paix sur Lui- .

 

-Deuxièmement : Le Cheikh Abdou as_Samad Ibn Mohammed el Kâtib –qu’Allah le fasse guérir- nous a rapporté que lorsque Abou Bakar el Jazâïrî arriva de son pays à Médina , il etait un lecteur (sans étudier chez les savants !) .

 

Donc je dis : Ceci est une remarque et même une preuve que cet homme n’est pas enraciné dans la science religieuse !

 

-Troisièmement : Mon professeur Cheikh Hamîd el Hâzimî –qu’Allah le préserve- nous a rapporté que Cheikh el Jazâïrî était son camarade à l’Institut des Sciences Religieuses lorsqu’il était adhérent dans cette l’Institut.

 

Et qu’il, c’est-à-dire Cheikh Hamîd el Hâzimî, lui envoyait les notes scolaires .

 

-Quatrièmement : J’ai eu l’occasion d’écouter un enregistrement du Qatar qui contient une rencontre qu’il a fait avec, il me semble, Mou3jab a_Dawsarî .

 

Et lorsqu’il l’a questionné sur les «el achâ3irah » et « el mâtourîdiyyah » (sectes dans la croyance ) ; Est-ce qu'ils font parti des gens de la Sunna et du groupe (sauvé ) ?

 

El jazâïrî a répondu par : En vérité ce sont eux les gens de la Sunna et du groupe (sauvé) ! Et ceci est un jugement injuste !

 

car cela voudra dire que « al achâ3irah » et « al mâtourîdiyyah» sont meilleurs que les autres !

 

même meilleurs que ceux qui sont connu pour être purement dans la Sunna !

 

Et est-ce qu’un tel jugement peut provenir d’un savant enraciné dans la Sunnah ?

       

-Cinquièmement : Il est parvenu de lui il y a quelques années, une fatwâ écrite dans laquelle il y a un hommage pour le groupe de tablîgh et qu'il est le meilleur groupe sur toute la terre !

 

Et le grand savant Cheikh Ahmed Ibn Yahyâ an_Nadjmî –qu’Allah lui fasse miséricorde- lui a certes répliqué d’une réplique puissante qui étancha la soif et purifia (guéri) la maladie. 

       

-Sixièmement : Lorsqu’il a cite (dans son tafsîr) le récit des magiciens de Pharaon, ceux qui ont crut en Allah et en Son Messager Moùssâ –Prière et Paix d’Allah sur Lui- , lorsque les signes qui ont prouvé sa véracité sont apparut à leurs yeux, il (el Jazâïrî) a déduit des jugements de cette histoire, comme : « la légalité de promouvoir les employés » !

 

Gloire à Allah Le Majestueux !

 

Comment peut-il échapper, à celui qui un grain de science, sans parler des enracinés, que cette histoire a été cité dans le Coran dans un contexte de critique, réprimande et de dénonciation sur l’ennemi d’Allah, Pharaon qu’Allah le maudit !

 

Et qu’elle n’a pas été cité a titre d’approbation et de compliment (d'eloge)?!

 

Et certains frères m’ont rapporté que dans son commentaire (du Coran), il sy trouve la croyance de la fatalité et d’autres confusions !

 

Est-ce qu’après tout ceci, peut-on complimenter cet homme et son commentaire qui est rempli de confusions étranges ?

 

Est-ce qu’après tout ceci, peut-on ennoblir le cas de cet homme et de dire qu'il est de confiance ou que c’est une référence dans la science religieuse ? 

 

Je dis, meme avec certitude, que cet homme n’est pas apte a être orateur !

 

et il a même été suspendu de l’enseignement à la mosquée du Prophète (Prière et Paix sur Lui) à plusieurs reprises ! à cause de fatâwâ aberrantes qu’il a délivré .

 

Mon conseil pour chaque musulman et musulmane, est de ne pas se fier à cet homme et de tout ce qui provient de lui .

 

En effet , ceux qui ont un savoir et une bonne compréhension et qui ont la compétence de discerner entre le bon et le mauvais et entre la vérité et le faux ; ils peuvent effectivement examiner ses livres .

 

Quant aux gens du commun et ceux qui ont une faible compréhension de la religion, à ceux-là je ne leur conseille surtout pas de lire ses livres !

 

et Allah est plus Savant .

 

Et que la Prière d’Allah et la Paix soient sur notre Prophète Mohammed , sur sa famille et sur tous ses compagnons.

 

Ecrit par 3Oubayd Ibn 3Abdi Llahi Ibn Soulaymân el Jâbirî, ancien professeur à l’université islamique .

 

السؤال: ما هو حال تفسير الشيخ أبو بكر الجزائري ؟

:جواب الشيخ عبيد الجابري صباح اليوم : بسم الله، والحمد لله، وصلى الله وسلم على نبينا محمد وعلى آله وصحبه أجمعين 

فإني من أعرف الناس بالشيخ أبي بكر الجزائري، فقد باشرته كثيرا وتتلمذت عليه في دار الحديث بالمدينة وقتا من الزمن، وفي الدراسات العليا في الجامعة الإسلامية،

ومن خلال معاشرتي للرجل

وتتلمذتي عليه وتتبع أخباره، ظهر لي من حال الرجل ما يلي: 

أولا: أن الرجل جيد في إنشاء العبارات، أشبه بزخرف القول، فهو قادر على الكلام بالساعات، لآنه

ينشئ الكلام إنشاء، والظاهر أنه يحفظ القرآن، ويحفظ شيئا من أحاديث النبي صلى الله عليه وسلم 

ثانيا: حدثنا الشيخ عبد الصمد بن محمد الكاتب شفاه الله:

أن أبا بكر الجزائري قدم من بلده إلى المدينة وكان صحفيا،

وأقول: هذا تنبيه بل دليل على أن الرجل ليس مؤصلا في العلم الشرعي 

ثالثا: حدثنا أستاذنا الشيخ حميِد الحازمي حفظه الله: أن الشيخ الجزائري زامله في كلية الشريعة منتسبا إلى تلك الكلية، وأنه أي الشيخ حميد الحازمي، كان يبعث إليه بالمذكرات الدراسية  

رابعا: وقفت له على شريط مسجل في قطر، يتضمن لقاء أجراه في غالب ظني معجب الدوسري، فلما سأله عن الأشاعرة والماتريدية، هل هم من أهل السنة والجماعة؟

أجاب الجزائري قائلا:

بل هم في الحقيقة "أهل السنة والجماعة"!ا.ه.

وهذا حكم جائر، مفاده أن الأشاعرة والماتريدية هم أفضل من غيرهم، حتى من عرفوا بأنهم خلص في السنة، فهل يصدر هذا الحكم من عالم راسخ في السنة؟

خامسا: صدرت عنه قبل سنوات، فتوى خطية، فيها ثناء على جماعة التبليغ، وأنها أفضل جماعة على وجه الأرض، وقد رد عليه العلامة الشيخ أحمد بن يحيى النجمي رحمه الله، ردا قويا يروي الغليل، ويشفي العليل 

سادسا: لما ذكر حديث سحرة فرعون الذين آمنوا بالله وبرسوله موسى صلى الله عليه وسلم، لما ظهر لهم من الآيات، دليل صدقه، مستنبطا أحكاما من تلك القصة، قال:

“مشروعية ترقية الموظف"!ا.ه  

فسبحان الله العظيم! هل يخفى على من لديه مسحة من العلم فضلا عن الراسخين، أن هذه القصة سيقت في القرآن مساق الذم والتوبيخ والتشنيع على عدو الله فرعون لعنه الله. ولم تذكر على سبيل الإقرار والثناء  

وقد حدثني بعض الأخوة أنه وجد في تفسيره الجبر وتخليطات أخرى، أفبعد هذا كله يشاد بالرجل وبتفسيره الذي كثر فيه التخليط العجيب؟

أفبعد هذا كله يرفع من شأن الرجل ويقال أنه عمدة أو مرجعا في العلم الشرعي؟ 

بل أقول متيقنا أن الرجل لا يصلح واعظا، وقد أوقف عن التدريس في المسجد النبوي مرات، جراء فتاوى شاذة صدرت عنه  

فنصيحتي لكل مسلم ومسلمة، ألا يعول على هذا الرجل، وما صدر عنه، نعم لمن أوتوا علما وفقها، وكان عندهم من الأهلية ما يميزون به بين الغث والسمين، والصحيح والسقيم، فلهم النظر في كتبه. أما العوام ومن كان فقههم قليلا، فإني لا أنصحهم بقراءة كتبه، والله أعلم 

وصلى الله وسلم على نبينا محمد وعلى آله وصحبه أجمعين

أملاه عبيد بن عبدالله بن سليمان الجابري

المدرس بالجامعة الإسلامية سابقا

وكان الإملاء صباح الخميس: العشرين من صفر عام واحد وثلاثين وأربعمائة وألف

الموافق للرابع من فبراير عام عشرة وألفين

 

Et cette (réponse ) a été écrite jeudi matin ; le 20 du mois de Safar de l’année 1431 , correspondant au 4 février de l’année 2010.

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 12:18
Prier alors qu'on a besoin d'aller aux toilettes

Question :

 

Est-il admissible qu'un musulman puisse accomplir une prière, alors qu'il ressent un besoin urgent d'uriner ou de déféquer ?

 

Réponse :

 

Il n'est pas permis à un musulman d'accomplir une prière alors qu'il ressent un besoin urgent d'uriner ou de déféquer comme cela est indiqué dans cette parole du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) :

 

"Point de prière en présence d'un repas ni lorsque la personne retient ses besoins."

Hadith consigné par Mouslim dans son recueil de hadiths authentiques

(Sahîh Mouslim)

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 7, Numéro de la page: 25)

La question 6 de la Fatwa numéro (10616)

traduit par alifta.com


 مدافعة الأخبثين

س6: هل يمكن للمسلم أن يصلي وهو يريد أن يقضي الحاجة؟
ج6: لا يجوز للمسلم أن يصلي وهو يدافع البول أو الغائط؛ لقول النبي صلى الله عليه وسلم:  لا صلاة بحضرة الطعام، ولا وهو يدافعه الأخبثان  أخرجه مسلم في صحيحه
وبالله التوفيق وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال السادس من الفتوى رقم - 10616

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Prière - الصلاة
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 11:26
Explication du livre de l'unicité (kitab at-tawhid) - شرح كتاب التوحيد (audio-dossier)

154 cours audios à télécharger

Sans titre 1-copie-2

Introduction au livre Kitab At-Tawhid de Cheikh Salih Al-Fawzan.

Suite de l’introduction au sujet du Tawhid qui est la base de la religion.

Chapitre 1 : Le Tawhid – Les trois catégories de Tawhid.

Suite de l’explication des catégories de Tawhid – Allah nous a crée dans le but qu’on L’adore.

Tous les messagers sont venus pour appeler au Tawhid et mettre en garde contre le Taghout – Explication du terme Taghout.

Le Tawhid est le premier droit qu’Allah a sur nous : La Ilaaha illa Allah implique l’affirmation de l’adoration pour Allah Seul et la négation de l’adoration de tout autre que Lui – Début d’explication des versets 151 à 153 où Allah ordonne dix choses : 1-Ne rien associer avec Allah. 2-La bienfaisance envers les parents.

Suite de l’explication des versets 151 à 153 : 3-Ne pas tuer les enfants par crainte de pauvreté. 4-Ne pas s‘approcher des turpitudes. 5-Ne pas tuer sans droit la vie qu’Allah a rendu sacrée.

Suite de l’explication des versets 151 à 153 : 6-Ne s’approcher des biens de l’orphelin que d’une façon correcte. 7-Donner la juste mesure et le bon poids. 8-Être équitable lorsque l’on parle. 9-Remplir notre engagement envers Allah.

Fin de l’explication des versets 151 à 153 : 10-Suivre la voie de la rectitude et non les sentiers d’égarement. – La voie de la rectitude est unique et les voies d’égarement sont nombreuses.

Explication du Hadith de Mou’aadh Ibn Jabal au sujet du droit d’Allah sur Ses serviteurs, et du droit des serviteurs sur Allah s’ils ne Lui associent rien.

Suite de l’explication du Hadith de Mou’aadh Ibn Jabal.

Fin de l’explication du Hadith de Mou’aadh Ibn Jabal – Bienfaits que l’on tire du Chapitre 1.

Chapitre 2 : Le mérite du Tawhid et les péchés qu’il expie – Le Shirk est la plus grande des injustices envers Allah et amène au feu éternel.

La Shahaadah implique d’attester qu’Allah Seul mérite l’adoration, de nier toute divinité en dehors d’Allah, d’attester que Mohammad est le serviteur et messager d’Allah – La Shahaadah a des conditions pour être valable.

Mohammad est le serviteur et messager d’Allah » réfute la croyance des juifs et des chrétiens au sujet de ‘Issa : les juifs lui ont refusé le statut de messager et les chrétiens l’ont élevé au rang de divinité.

Croire au Paradis et à l’Enfer fait partie de la foi – La Shahaadah permet à celui qui la prononce et agit en conformité avec ce qu’elle implique d’être pardonné, de bénéficier de la Miséricorde d’Allah et d’entrer au Paradis.

Chapitre 3 : Celui qui met en vigueur le Tawhid accède au Paradis sans jugement – Les catégories de personnes qui sont sur le Tawhid – Les quatre caractéristiques d’Ibrahim sont celles des personnes dont le Tawhid est complet.

Plusieurs caractéristiques de ceux qui ont devancé les autres dans le bien « As-Sabiqoun Bi-l-Khayrat ».

Explication du Hadith au sujet 70 000 qui entrent au Paradis sans jugement.

Suite de l’explication du Hadith des 70 000 qui entrent au Paradis sans jugement.

Fin de l’explication du Hadith des 70 000 qui entrent au Paradis sans jugement – Les dix points que l’on tire de ce Hadith.

Chapitre 4 : La crainte du Shirk – Explication du titre.

Le danger du Shirk – Explication de ce qu’est l’ostentation.

Chapitre 5 : L’invitation au témoignage que « Rien ne mérite d’être adoré excepté Allah » (La Ilaaha Illallah).

Explication des points bénéfiques tirés du premier verset et explication du Hadith de Mou’aadh lorsqu’il fut envoyé aux gens du livre du Yémen.

Suite de l’explication du Hadith de Mou’aadh.

Explication des points bénéfiques tirés du Hadith de Mou’aadh et début de l’explication du Hadith de Sahl Ibn Sa’ad qui parle du jour où ‘Ali – Radiyallahou ‘Anhou – fut envoyé contre les juifs de Khaybar.

Suite de l’explication du Hadith de Sahl Ibn Sa’ad et énumération des points bénéfiques de ce Hadith.

Chapitre 6 : L’explication du Tawhid et du témoignage que « Rien ne mérite d’être adoré excepté Allah » (La Ilaaha Illallah).- Explication du terme « Al-Wassila» et fausse interprétation qu’en font les adorateurs des tombes.

Désaveu d’Ibrahim envers son père et son peuple – Prendre une législation d’autre qu’Allah et aimer comme on aime Allah entre dans le Shirk.

Chapitre 7 : Le port de fils et de bracelets pour dissiper le mal fait partie du Shirk - Détails au sujet des moyens de guérison permis et ceux qui font tomber la personne dans le Shirk.

Explication d’un verset qui prouve que les idoles ne peuvent pas dissiper le mal – Conséquences pour celui qui porte un bracelet en croyant que cela peut le guérir..

Explication d’une Dou’a du prophète au sujet de celui qui porte un talisman, un coquillage ou une amulette.

Chapitre n°8 : Les incantations et les talismans. – Prendre des moyens de guérison non légiférés fait partie du Shirk.

Définition des termes «Tamaa-im », « Rouqiyah », « Tiwalah » - Explication de Hadiths qui montrent l’interdiction des talismans et la récompense pour celui qui les détruit.

Chapitre 9 : Rechercher la Baraka (bénédiction) auprès d’un arbre, d’une pierre ou autre chose. – Explication du verset au sujet des idoles Al-Laat, Al-‘Ouzza et Al-Manaat.

Explication du Hadith au sujet des croyants nouvellement convertis qui ont demandé au prophète de leur désigner un arbre pour y accrocher leurs épées comme le faisaient les Moushrikines.

Chapitre 10 : Au sujet du sacrifice pour autre qu’Allah.- Explication du Hadith où le prophète appelle la malédiction d’Allah sur quatre personnes.

Suite de l’explication du Hadith – Hadith de celui qui a sacrifié une mouche pour autre qu’Allah et le mérite de mourir sans avoir commis le Shirk.

Chapitre 11 : On ne sacrifie pas pour Allah là où on sacrifie pour autre que Lui. – L’interdiction de prier dans une mosquée dédiée à autre qu’Allah – Explication du Hadith au sujet d’un homme qui a fait un serment de sacrifier un chameau et points bénéfiques de ce Hadith.

Chapitre 12 : Faire un vœu (An-Nadhr) à autre qu’Allah est une forme de Shirk. – Le vœu est une adoration que l’on voue exclusivement à Allah.

L’obligation d’honorer le vœu qui est dans l’obéissance et de délaisser celui qui contient une désobéissance –Chapitre 13 : Chercher refuge auprès d’autre qu’Allah fait partie du Shirk.

Les bienfaits de la recherche de refuge auprès d’Allah et le blâme de ceux qui cherchent refuge auprès des Jinns.

Chapitre 14 : Demander secours ou invoquer autre qu’Allah est une forme de Shirk. – Explication du titre et des deux premiers versets du chapitre.

Suite de l’explication des versets au sujet de l’invocation – Explication d’une parole d’At-Tabarani et détails concernant l’hypocrisie.

Chapitre 15 : Au sujet des preuves que rien ne mérite d’être adoré en dehors d’Allah.

Explication des preuves attestant que Seul Allah a le pouvoir sur toute chose et mérite l’adoration et que ni les idoles, ni le prophète sallAllahou’alayhi wa salam n’ont de part dans l’ordre divin.

Autres preuves montrant que le prophète sallAllahou’alayhi wa salam n’a aucune part dans l’ordre divin et ne sera d’aucune utilité pour ses proches.

Fin de l’explication du Hadith où le prophète avertit sa famille qu’il ne leur sera d’aucune utilité et leçons à tirer de ce Hadith.

Chapitre 16 : Au sujet des preuves de la fausseté du Shirk et de la fausseté de l’adoration des anges et de toutes les créatures qui leurs sont inférieures.

Explication au sujet du Hadith parlant de la façon dont les Jinns interceptent les informations – Bienfaits que l’on tire de ce Hadith.

Suite et fin des bienfaits tirés du Hadith précédent.

Chapitre 17 : L’intercession – Définition des termes et explication des différentes catégories d’intercession. - Explication des premiers versets du chapitre.

Suite de l’explication des preuves du chapitre.

Fin de l’explication des preuves du chapitre.

Chapitre 18 : Au sujet de la parole d’Allah : (Tu (Muhammad) ne diriges pas celui que tu aimes, mais c'est Allah qui guide qui Il veut.) Sourate Al-Qasas : verset 56. – Explication du Hadith relatant la mort de l’oncle du prophète Abou Talib.

Explication du verset 56 de Sourate Al-Qasas – Points bénéfiques que l’on tire du chapitre.

Chapitre 19 : Au sujet de ce qui a été rapporté sur le fait que la cause de la mécréance des fils d’Adam et de l’abandon de leur religion est dans leur exagération vis-à-vis des hommes pieux. – Explication des preuves – Tafsir d’Ibn ‘Abbas du verset 23 de Sourate Nouh.

Suite du Tafsir d’Ibn ‘Abbas – Points à retenir de ce Tafsir.

Explication du Hadith où le prophète sallAllahou’alayhi wa salam met en garde sa communauté contre l’exagération à son sujet comme l’ont fait les Chrétiens avec ‘Issa ‘alayhi salam.

Explication des Hadiths parlant de l’exagération. – Les différentes catégories d’exagération : 1- Dans la parole.

Les différentes catégories d’exagération : 2- Dans la preuve religieuse. 3- Dans l’adoration. – Points à retenir du chapitre. – Chapitre 20 : Ce qui a été rapporté au sujet de la gravité d’adorer Allah près de la tombe d’un homme pieux et que dire alors de celui qui adore la tombe ?.

Explication des hadiths où le prophète sallAllahou’alayhi wa salam met en garde contre ceux qui érigent des statues sur la tombe des hommes pieux et vont les adorer.

Bénéfices tirés des Hadiths précédemment cités.

Explication du Hadith au sujet de l’interdiction formelle de la part du prophète sallAllahou’alayhi wa salam de faire de sa tombe un lieu de culte.

Suite de l’explication du Hadith et points bénéfiques que l’on en tire. – Chapitre 21 : Ce qui a été rapporté

Les bienséances en ce qui concerne la visite de la tombe du prophète sallAllahou’alayhi wa salam. – Début de l’explication du Hadith parlant d’Al-Lat et d’Al-‘Ouzza.

Fin de l’explication du Hadith au sujet d’Al-Lat et d’Al-‘Ouzza. - Explication du Hadith d’Ibn ‘Abbas concernant la malédiction du prophète sallAllahou’alayhi wa salam pour les femmes qui visitent les tombes.

Bénéfices à tirer du Hadith expliqué précédemment. – Chapitre 22 : Ce qui a été rapporté au sujet de la protection des remparts du Tawhid par le prophète sallAllahou’alayhi wa salam et du fait qu’il a bloqué tout chemin menant au Shirk. - Explication du titre.

Explication de la parole d’Allah (Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants.) Sourate At-Tawba : verset 128.

Début de l’explication du Hadith où le prophète sallAllahou’alayhi wa salam demande de ne pas faire des maisons des cimetières, de ne pas faire de sa tombe un lieu d’adoration et de prier sur lui.

Fin de l’explication du Hadith mentionnant le fait que l’on doit prier sur le prophète sallAllahou’alayhi wa salam. – Bienfaits tirés du Chapitre.

Chapitre 23 : Ce qui a été mentionné sur le fait qu’une partie de cette Oumma adorera les idoles. – Explication du titre et des premières preuves de ce chapitre.

Points à retenir des premières preuves mentionnées. – Explication des Hadiths du chapitre.

Fin de l’explication du dernier Hadith dans ce chapitre. - Points bénéfiques que l’on tire de ces preuves.

Chapitre 24 : As-Sihr (La magie, la sorcellerie) – Explication du titre et des versets du chapitre. – Début de l’explication du Hadith au sujet des sept péchés qui causent la perte de quelqu’un.

Suite de l’explication du Hadith qui expose les sept péchés qui causent la perte de quelqu’un.

Fin de l’explication du Hadith sur les sept péchés. – Explication de différentes narrations des Sahabahs concernant la peine légale appliquée au sorcier.

Chapitre 25 : Clarification de certaines sortes de magie. – Explication du chapitre.

Chapitre 26 : Les devins et leurs semblables. – Explication des deux premiers Hadiths du chapitre au sujet de celui qui va voir un devin.

Suite de l’explication des preuves du chapitre. – Énoncé des différentes sortes de devins.

Chapitre 27 : An-Nouchra (Les moyens de soigner la sorcellerie) – Explication des preuves du chapitre – Distinction entre An-Nouchra qui est interdite et celle qui est permise.

Chapitre 28 : At-Tatayyour (Le mauvais présage) – Explication de terme At-Tatayyour – Explication de la parole du prophète sallAllahou’alayhi wa salam « Point de ‘Adwa, ni de Tiyarah, ni de Haammah, ni de Safar, ni de Naouw, ni de Ghoul » ; définition des différents termes.

Explication des preuves parlant du mauvais présage. – Explication du Hadith rapporté par Abou Moussa Al-Ach’ari au sujet des trois personnes qui n’entreront pas au Paradis.

Chapitre 29 : At-Tanjim (L’astrologie) – Explication du chapitre – Mention des croyances liées aux étoiles.

Chapitre 30 : Ce qui a été mentionné au sujet de la croyance que les étoiles font tomber la pluie. - Explication des versets du chapitre. – Explication du Hadith du prophète sallAllahou’alayhi wa salam sur quatre caractéristiques de la Jahiliyah persistant dans la communauté.

Explication du Hadith Qoudsi au sujet de serviteurs qui au matin sont croyants et d’autres qui sont mécréants selon à qui ils attribuent la pluie. – Fin de l’explication du chapitre.

Chapitre 31 : Au sujet de la parole d’Allah : (Parmi les hommes, il en est qui prennent, en dehors d'Allah, des égaux à Lui, en les aimant comme on aime Allah.) Sourate Al-Baqarah : verset 165. – Explication des versets du chapitre.

Explication des Hadiths mentionnant l’importance d’aimer Allah et Son Messager plus que tout autre créature.

Chapitre 32 : Au sujet de la parole d’Allah (C'est le Diable qui vous fait peur de ses adhérents. N'ayez donc pas peur d'eux. Mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyants.) Sourate Ahl’Imran : verset 175. - Explication de la crainte et de ses différentes formes.

Explication du verset 18 dans sourate At-Tawba. – Explication de paroles des Sahabahs sur le fait de rechercher la satisfaction d’Allah malgré le mécontentement des gens.

Chapitre 33 : Au sujet de la parole d’Allah : (Et c'est en Allah qu'il faut avoir confiance, si vous êtes croyants.) Sourate Al-Ma-idah : verset 23. – Explication des versets mentionnant la confiance en Allah

Explication de la parole d’Ibn ‘Abbas au sujet du verset (Allah nous suffit.Il est notre meilleur garant.) – Points importants du chapitre.

Chapitre 34 : Ce qui a été rapporté au sujet de ceux qui se sentent à l’abri du stratagème d’Allah et de ceux qui perdent espoir. – Explication des versets du chapitre.

Explication du Hadith du prophète sallAllahou’alayhi wa salam au sujet de trois grands péchés : Le Shirk, le fait de désespérer de la Miséricorde d’Allah et le fait de se croire à l’abri de la ruse d’Allah. – Points bénéfiques du chapitre.

Chapitre 35 : Supporter patiemment les épreuves du destin d’Allah fait partie de la foi. – Explication du titre du chapitre et des premières preuves.

Explication des Hadiths mentionnant le blâme de ceux qui ne patientent pas dans l’épreuve et le mérite de celui qui est éprouvé ici-bas et qui patiente.

Chapitre 36 : Ar-Riya (L’ostentation). – Explication de ce qu’est Ar-Riya. – Début de l’explication du premier verset du chapitre.

Suite de l’explication du verset. – Explication du Hadith Qoudsi attestant qu’Allah abandonne celui qui Lui associe au Shirk qu’il commet. – Explication du Hadith au sujet de la crainte du prophète sallAllahou’alayhi wa salam pour sa communauté d’Ar-Riya.

Chapitre 37 : Faire des actes d’adoration pour obtenir une chose de la Douniya fait partie du Shirk.

Fin de l’explication des preuves du chapitre et bienfaits que l’on en tire.

Chapitre 38 : Obéir aux savants ou aux dirigeants dans l’interdiction de ce qu’Allah a autorisé ou dans la légitimation de ce qu’Allah a interdit revient à les prendre pour divinités. – Explication du Hadith d’Ibn ‘Abbas parlant de ceux qui prennent l’avis d’Abou Bakr et ‘Omar alors qu’on leur mentionne les propos du prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam.

Explication de la parole de l’Imam Ahmad Ibn Hanbal qui s’étonne de ceux qui s’attachent à l’opinion de l’Imam Soufian Ath-Thawri alors qu’ils connaissent l’Isnad. – Les différentes catégories de personnes face à la divregence.

Fin de l’explication de la parole de l’Imam Ahmad Ibn Hanbal – Explication du Hadith au sujet de ceux qui prennent leurs rabbins et leurs moines comme divinités en dehors d’Allah. – Clarification du Sheikh Ahmad An-Najmi à propos de ceux qui obéissent à la créature dans la désobéissance au Créateur.

Les huit points bénéfiques tirés du chapitre.

Chapitre 39 : Au sujet de la parole d’Allah : (N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu'on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le Tagut, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement.) Sourate An-Nisa : verset 60. – Explication du titre du chapitre.

Explication du verset 60 de sourate An-Nisa – Les différentes catégories de Taghout.

Suite de l’explication du verset – Définition des termes Nifaq et Mounafiqines – Explication supplémentaire du Sheikh Ahmad An-Najmi.

Suite de l’explication du verset.

Explication des versets suivants du chapitre.

Explication du Hadith (Ne croit pas en Allah celui dont le désir n’est pas conforme à ce qui m’a été révélé.) – Explication de la narration d’Ach-Cha’bi au sujet du conflit entre un hypocrite et un juif.

Les points importants du chapitre 39.

Chapitre 40 : Au sujet de celui qui renie quelqu’un des noms et attributs d’Allah. – Explication du titre. – Résumé au sujet des catégories de Tawhid.

Explication du verset 30 dans sourate Ar-Ra’d – Explication de la narration de ‘Ali sur l’importance de parler aux gens d’une façon qu’ils comprennent.

Suite de l’explication de la narration de ‘Ali. – Explication de la parole d’Ibn ‘Abbas au sujet des versets clairs et des versets équivoques. – Points importants du chapitre.

Chapitre 41 : Au sujet de la parole d’Allah : (Ils reconnaissent la grâce d'Allah; puis, ils la renient) Sourate An-Nahl : verset 83. – Explication du titre. – Explication des paroles de différents savants au sujet de la signification de ce verset.

Suite des paroles des savants concernant la signification du verset 83 de sourate An-Nahl.

Chapitre 42 : Au sujet de la parole d’Allah : (n’attribuez pas à Allah des égaux, alors que vous savez.) Sourate Al-Baqarah : verset 22. – Explication du verset.

Explication du commentaire d’Ibn ‘Abbas au sujet du verset 22 de Sourate Al-Baqarah. – Clarification au sujet des catégories de Shirk. – Explications des preuves du chapitre.

Chapitre 43 : Ce qui a été mentionné au sujet de celui qui n’est pas convaincu par un serment que l’on fait devant lui au nom d’Allah. – Explication de la preuve où le messager d’Allah Sallallahou ’Alaihi wa Sallam nous demande de ne jurer que par Allah. Chapitre 44 : Ce qui a été rapporté sur la parole de celui qui dit « Ce qu’Allah veut et toi ». – Explication de la première preuve.

Explication du Hadith qui mentionne qu’il est meilleur de dire «Ce qu’Allah Seul veut». – Explication du Hadith concernant le rêve de At-Toufail puis points bénéfiques de ce Hadith.

Chapitre 45 : Quiconque insulte le temps a mis Allah en colère. – Explication des preuves du chapitre.

Chapitre 46 : Ce qui a été rapporté sur le fait de se nommer «le juge des juges» - Explication du titre. – Explication du Hadith mentionnant que le plus vil des hommes est celui qui se nomme « «roi des rois». –Chapitre 47 : Le respect envers les noms d’Allah et la necessité de changer de nom par respect pour Allah. – Clarification au sujet des noms d’Allah et de ce qui est interdit en ce qui concerne les noms d’Allah.

Explication du Hadith du changement de nom d’Abou Al-Hakam en Abou Chourayh. – Bienfaits tirés de ce Hadith. – Rappel de quelques règles au sujet des noms d’Allah.

Chapitre 48 : Verdict de l’Islam au sujet de celui qui se moque de quelque chose en lien avec Allah, le Coran et le Messager. – Explication des versets 65 et 66 dans sourate At-Tawbah.

Chapitre 49 : Au sujet de la parole d’Allah : (Et si nous lui faisons goûter une miséricorde de Notre part, après qu'une détresse l'ait touché, il dit certainement: ‹Cela m'est dû!) Sourate Foussilat : verset 50. – Explication des paroles de Salafs au sujet de ce verset. – Explication du Hadith parlant du lépreux, du le chauve et de l’aveugle et points bénéfiques du Hadith.

Chapitre 50 : Au sujet de la parole d’Allah : (Puis, lorsqu'Il leur eût donné un (enfant) sain, tous deux assignèrent à Allah des associés en ce qu'Il leur avait donné. Mais Allah est bien au-dessus des associés qu'on Lui assigne.) Sourate Al-A’raaf : verset 190. – Explication des versets 189 et 190 et points importants dans ce chapitre.

Chapitre 51 : Au sujet de la parole d’Allah : (C'est à Allah qu'appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms et laissez ceux qui profanent Ses noms.) Sourate Al-A’raaf : verset 180. – Explication du verset – Rappel au sujet du Tawassoul.

Fin du chapitre 51 avec explication des différentes formes d’Ilhad. – Chapitre 52 : On ne doit pas dire «La paix soit sur Allah» - Explication du Hadith où le prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam interdit de dire «La paix soit sur Allah» et bienfaits que l’on tire de ce Hadith.

Chapitre 53 : Ce qui a été rapporté sur la personne qui invoque en disant « Ô Allah pardonne moi si tu veux»- Chapitre 54 : Ce qui a été rapporté au sujet de la personne qui dit « mon esclave» (‘Abdi pour un homme ou Amati).

Chapitre 55 : Interdiction de refuser une chose à quelqu’un qui demande par Allah. – Chapitre 56 : On ne doit solliciter par Le Visage d’Allah que le Paradis.

 

Chapitre 56 : Au sujet du fait de dire «Si» - Explication du titre - Clarification supplémentaire de Sheikh ‘Outhaymine. – Explication du verset 154 de sourate An-Nisa.

Explication du verset 168 de sourate Aalou ‘Imraan – Explication du Hadith sur le fait de dire « C’est ce qu’Allah a prédestiné et Il fait ce qu’Il veut» et non pas « si» - Chapitre 58 : Interdiction d’insulter le vent. – Explication du titre.

Explication du Hadith où le prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam nous interdit d’insulter le vent

Chapitre 59 : Au sujet de la parole d’Allah : (une autre partie était soucieuse pour elle-même et avait des pensées sur Allah non conformes à la vérité, des pensées dignes de l'époque de l'Ignorance. - Ils disaient: ‹Est-ce que nous avons une part dans cette affaire?› Dis: ‹L'affaire toute entière est à Allah.›) Sourate Aalou ‘Imran : verset 154. – Explication d’Ibn Al Qayyim au sujet de ce verset.

Suite de l’explication du verset – Bienfaits tirés du chapitre.

Chapitre 60 : A propos de ceux qui nient le Qadar. – Explication du Hadith d’Ibn ‘Omar qui dit qu’Allah n’accepte pas celui qui ne croit pas au Qadar. - Explication des deux premiers piliers de la foi.

Explication des quatre derniers piliers de la foi. – Explication détaillée de la foi en Al-Qadar.

Explication de la parole de ‘Oubaadah Ibnou As-Saamit à son fils ainsi que des autres narrations. – Points bénéfiques du chapitre.

Chapitre 61 : Ce qui a été rapporté au sujet des gens qui font des images. – Explication du Hadith Qoudsi où Allah défie ceux qui imitent Sa Création. – Explication des Hadiths suivants au sujet du châtiment réservé à ceux qui reproduisent des images.

Explication du Hadith où ‘Ali charge Abou Al-Hayyaaj de ne laisser aucune image sans l’effacer ni aucune tombe sans la niveler, comme l’en avait chargé le prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam . – Points que l’on tire des différentes preuves.

Chapitre 62 : Ce qui a été rapporté au sujet du fait de jurer beaucoup. – Explication du premier Hadith. – Explication du Hadith de Salman Al-Faarisi au sujet des trois personnes à qui Allah n’adressera pas la parole au jour de la résurrection : la personne âgée qui commet le Zina.

Explication du Hadith de Salman Al-Faarisi au sujet des trois personnes à qui Allah n’adressera pas la parole au jour de la résurrection : la personne pauvre qui fait preuve d’orgueil et celle qui achète et ne vend qu’en jurant. – Point que l’on tire de ces Hadiths. – Explication du Hadith de ‘Imraan Ibnou Housain au sujet de ceux qui témoignent sans qu’on leur demande, qui trahissent, à qui on ne peut faire confiance et qui seront obèses.

Clarification supplémentaire de Sheikh ‘Outhaymine au sujet du Hadith précédent. - Explication du Hadith d’Ibnou Mas’oud sur ceux qui viendront après les meilleures générations et dont le témoignage précède le serment et inversement.

Chapitre 63 : A propos de ce qui a été rapporté au sujet de garder les ententes d’Allah et de Son prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam. – Explication du verset 91 de sourate An-Nahl.

Explication du Hadith de Bourayda. – Explication au sujet des buts du Jihad.

Suite de l’explication du Hadith de Bourayda. – Explication de quelques règles du Jihad.

Suite de l’explication du Hadith de Bourayda. – Explication au sujet de la Hijrah puis de la Jizyah.

Fin de l’explication du Hadith de Bourayda. – Explication des recommandations du prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam au chef de l’armée.

Chapitre 64 : Au sujet de celui qui jure à propos d’Allah. – Explication du Hadith de ce chapitre et points importants à en tirer. – Chapitre 65 : On n’intercède pas par Allah pour une créature - Points bénéfiques dans ce chapitre.

Chapitre 66 : Ce qui a été rapporté au sujet de la protection par prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam des barrières du Tawhid et du fait qu’il a fermé toutes les voies qui mènent au Shirk. – Explication des preuves du chapitre.

Chapitre 67 : Au sujet de la parole d’Allah : (Ils n'ont pas estimé Allah comme Il devrait l'être alors qu'au Jour de la Résurrection, Il fera de la terre entière une poignée) Sourate Az-Zoumar : verset 67. – Explication du verset. – Les différentes catégories de personnes qui n’estiment pas Allah comme Il le mérite

Explication du Hadith d’Ibnou Mas’oud au sujet du rabbin juif qui mentionna au prophète Sallallahou ’Alaihi wa Sallam qu’il a trouvé dans son livre qu’Allah place Ses créatures sur Ses doigts. – Explication des Hadiths suivants.

Explication du Hadith d’Ibnou Mas’oud sur la distance entre les différents cieux. – Points importants du chapitre.

Sans titre 1-copie-2

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Unicité - التوحيد
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:52
Wahabite... ne vous en déplaise ! (audio)

 

Cheikh Abou Abdillah Mohamed Tchalabi Al Djazairy - الشيخ أبو عبد الله محمد تشلابي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 10:36
Khôl, henna et le percing sur la langue pour nos soeurs ?!

Question :

 

Ici, quelques sœurs salafiyat sortent sans se couvrir d'un voile sur le visage, et sans se couvrir les mains avec des gants.

 

Mais elles ne se contentent pas de cela, en plus elles sortent avec les yeux maquillés avec du " khôl ", en portant de l'or et en mettant du " henna " sur leurs mains.

 

Elles s'appuient sur le fait que Shaykh Al Albani et Shaykh Mouqbil, rahimahoumoullah, ont autorisés cela. 

 

Est-ce que leur acte est valable ? 

 

Et est-ce que leur parole comme quoi Shaykh Al Albani et Shaykh Al Wadi'i ont autorisé cela est vraie ? 

 

Et quel est votre conseil envers elles, avec des preuves -qu'Allah vous protège- sachant que cette question a déclenché une fitna entre les sœurs, qu'Allah les protège de tous péchés. 

 

Et une deuxième question de la même sœur qui a posé la première : 

 

Est-ce qu'il est autorisé de mettre des percing sur la langue ?

 

Qu'Allah vous récompense en bien et vous bénisse dans votre vie et votre œuvre. 

 

Réponse :

 

Il aurait fallu à ces musulmanes qu'elles soient fermement convaincues et qu'elles fassent très attention à tout ce qui attire vers elles le regard des hommes. 

 

La question dans leurs cas est plus grave car elles habitent un pays mécréant.

 

Or l'infamie et les péchés sont amplifiés avec la mécréance. 

 

Mon conseil envers elles est qu'elles restent chez elles dans leurs maisons et qu'elles ne suivent pas leurs émotions, ni les esprits exempts et dépourvus de preuves tirées de la législation. 

 

Au contraire, je leur recommande de rester dans leurs foyers, cela en premier. 

 

Et deuxièmement, ce qu'elles ont fait comme exposition de leur parure, et de leur promenade avec dans les chemins, les rues et les quartiers, ceci est de l'exhibition de la période pré-islamique (tabarrouj al jahiliyah). 

 

Et cela est interdit avec l'accord de tout ce que nous connaissons comme paroles des gens de science ; et ce même si la responsable était à Médine, à plus forte raison dans ce pays mécréant.

 

Et dans le hadith authentique : 

 

" Deux sortes des gens de l'enfer que je n'ai pas vu : des gens avec des fouets comme des queues de vaches et qui tapent les gens avec, et des femmes à la fois vêtues et nues, désinvoltes et aguichantes, leurs têtes ressemblant à la bosse tombante du chameau ".

 

Et ce que font ces sœurs, de la façon dont tu l'as décrite dans cette question, fait parti de ce genre de chose, de la désinvolture.

 

Celles qui agissent ainsi sont désinvoltes et aguichantes.

 

Nous leur recommandons le repentir vers Allah de cette œuvre, et même si elles étaient à La Mecque ou à Médine.

 

En fait, il est obligatoire à une musulmane qui sort pour la prière en groupe ou pour le jour du vendredi, ou qui sort au marché pour une nécessité que nul ne peut faire à sa place, qu'elle sorte accompagnée, sans s'embellir, sans parfum ni rien d'autre parmi les parures apparentes. 

 

Troisièmement, je dis que ces sœurs, qu'elles en soient conscientes ou non, elles ont prêtés des propos à Shaykh Nasser et je pense aussi à Shaykh Mouqbil. 

 

Et ce que je sais de Shaykh Nasser Al Albani, l'imam, le mouhaddith de notre époque sans aucune contestation, est qu'il autorise à la femme de montrer son visage, et ce même si nous savons de lui qu'il ordonnait à ses femmes de se couvrir le visage. 

 

Et je ne connais pas de lui qu'il autorise la femme à sortir de la façon que tu as décrite. 

 

Alors je questionne l'assemblée : Est ce que vous avez entendu quelque chose comme cela ? 

 

Les gens présents vous disent " Non ". 

 

Et nous leurs disons aussi à ces sœurs : Non ! 

 

Craignez Allah dans vos personnes, et craignez Allah par rapport aux autres musulmanes, car ce comportement fait parti de l'exhibition de la période pré-islamique. 

 

Pour preuve, voir le hadith authentique du prophète, que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur lui, dans l'interdiction de cela, et le châtiment sévère à celles qui agissent ainsi. 

 

Pour ce qui est de ta question du percing sur la langue, peut-être que tu veux parler de ce qu'entraîne ce percing. 

 

Mais sur la langue, je ne connais pas cela pour être une parure.

 

Et s'il est dit que c'est une parure -bien que je ne vois pas en quoi cela est une parure- alors pour qui ?

 

Pour le mari ?

 

A la base, ceci ne fait pas parti des parures. 

 

Mais peut-être signifies-tu que certaines femmes font cela dans un but précis (superstition), alors ceci est une erreur, et cela est interdit, car si celle qui le fait croit que cela éloigne les épreuves ou les enlève, alors cela fait parti de la grande association (shirk akbar).

 

Et si elle croit que l'éloignement des épreuves et leur disparition vient d'Allah mais que ceci n'est qu'un moyen, cela est tout de même interdit, et c'est un chemin parmi les chemins de l'association (shirk).

 

C'est comme le talisman qui se met autour du cou pour protéger contre le mauvais œil.

 

Oui. 

 

copié de darwa.com

 

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - للشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 09:37
La manière de patienter face à la maladie (audio)

 

Question :

 

Le malade a-t-il une récompense s'il fait preuve de patience et quelle est la manière de patienter face à la maladie ?

 

Réponse :

 

Il aura une énorme récompense s'il fait preuve de patience et espère la récompense [d'Allah].

 

Le Prophète (Paix et Salut d'Allah sur Lui) a dit :

 

"Comme est étonnante l'affaire du musulman !

Son affaire toute entière est un bien pour lui; si un malheur le frappe, il fait preuve de patience et c'est un bien pour lui et quand  un bonheur le touche, il fait preuve de gratitude et c'est un bien pour lui"

[Rapporté par l'imâm Mouslim, Hadîth n° 5318]

 

La patience est le fait que l'homme durant la maladie n'accomplisse pas ce qui est en contradiction avec La Législation, qu'il ne déchire pas ses vêtements, qu'il ne se lamente pas, qu'il ne commette pas ce qu'Allah a interdit.

 

Au contraire, il fait preuve de patience et espère la récompense [d'Allah], il prononce de bonnes paroles.

 

Ceci fait partie de la patience.

 

Cependant, le fait qu'il se plaint auprès des gens: "moi ceci... moi cela...", ceci est en contradiction avec la patience.

 

Par contre, il n' y a pas de problème d'informer sur sa maladie.

 

Le fait qu'il informe qu'il est touché par telle chose ou par telle chose sans se plaindre aux gens ou le fait d'informer le médecin jusqu'à ce qu'il le soigne, il n'y a [dans cela] aucun mal.

 

Mais de commettre ce qu'Allah a interdit comme le fait de vociférer, de se lamenter, de déchirer ses vêtements, de se frapper le visage, de s'arracher les cheveux et tout ce qui y ressemble, ceci est interdit !

 

traduit par sounnah-publication.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 09:32
Acheter des fleurs pour les offrir aux malades

Question :

 

Quel est l'avis religieux sur le phénomène qui s'est répandu dernièrement, consistant à acheter des fleurs pour les offrir aux malades auxquels on vient rendre visite dans les hôpitaux ?

 

Réponse :

 

Il ne fait pas partie des us des musulmans, à travers les siècles, d'offrir des fleurs, naturelles ou artificielles, aux malades dans les hôpitaux ou ailleurs.

 

Cette habitude appartient aux mécréants, et c'est d'eux que les musulmans moins pratiquants se sont inspirés pour commencer à le faire.

 

En réalité, ces fleurs ne sont d'aucune utilité aux malades : il s'agit d'une simple imitation des mécréants, et cela consiste aussi à dépenser de l'argent dans une voie inutile ; de même, cela peut amener certaines personnes à s'illusionner que ces fleurs peuvent d'une manière ou d'une autre contribuer à la guérison.

 

Au vu de tout cela, il est illicite de commercialiser ces fleurs dans les hôpitaux, de les acheter dans ce but, ou de les offrir.

 

Ce qui est prescrit, dans le cas de visite aux malades, c'est d'invoquer pour eux la guérison, de leur redonner espoir, de leur enseigner des choses utiles dans leur cas, comme nous l'a enseigné la Sunna du Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam).

 

Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 11, Numéro de la page: 65)

copié de alifta.net

 

 بيع الزهور في المستشفيات
س: انتشرت في بعض المستشفيات محلات بيع الزهور وأصبحنا نرى بعض الزوار يصطحبون باقات - طاقات - الورود لتقديمها للمزورين فما حكم ذلك؟
ج: ليس من هدي المسلمين على مر القرون إهداء الزهور الطبيعية أو المصنوعة للمرضى في المستشفيات أو غيرها وإنما هذه عادة وافدة من بلاد الكفر نقلها بعض المتأثرين بهم من ضعفاء الإيمان، والحقيقة أن هذه الزهور لا تنفع المزور، بل هي محض تقليد وتشبه بالكفار لا غير، وفيها أيضًا إنفاق للمال في غير مستحقه، وخشية مما تجر إليه من الاعتقاد الفاسد بهذه الزهور من أنها من أسباب الشفاء، وبناء على ذلك فلا يجوز التعامل بالزهور على الوجه المذكور بيعًا أو شراءً أو إهداءً
والمشروع في زيارة المرضى هو: الدعاء لهم بالعافية، وإدخال الأمل في نفوسهم، وتعليمهم ما يحتاجون إليه حال مرضهم، كما دلت على ذلك سنة النبي صلى الله عليه وسلم
وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 11، الصفحة رقم: 65)
الفتوى رقم - 21409

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 07:30
Peut-on manger la chair de son frère ! (dossier)

(traduction rapprochée)

 

(Les croyants sont des frères alors conciliez entre vos frères et craignez Allah, ainsi bénéficierez-vous de Sa Miséricorde • Ô croyants ! Un clan d’hommes ne doit pas se moquer d’autres hommes car ils peuvent être meilleurs qu’eux, et un clan de femmes ne doit pas se moquer d’autres femmes car elles peuvent être meilleures qu’elles. Ne vous dénigrer pas et ne vous appelez pas par des sobriquets les uns les autres ; il est si vilain d’avoir un nom pervers après avoir embrasé la foi. Celui qui ne se repent pas fait vraiment partie des injustes. Ô croyants ! Évitez bon nombre de suspicions car certaines suspicions sont des péchés ; ne vous épiez pas et ne médisez pas les uns sur les autres ; plairait-il à l’un d’entre vous de manger la chair du cadavre de son frère ; cela vous serait plutôt répugnant alors craignez Allah et sachez qu’Allah est Absoluteur et Tout Miséricordieux) (Les appartements ; 10-11-12)

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 00:34
La polygamie

-Chaque épouse doit disposer d'un lieu privatif

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Et restez dans vos maisons. » (Sourate An-Nûr, v.33) 

 

"Ô vous les croyants ! N'entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins qu’on vous y invite. » (Sourate Al-Ahzâb, v.53)

 

Allah a ainsi cité plusieurs maisons ou demeures et non pas une seule.

 

À’ishah (radiallahou anha) rapporte que le Prophète demanda durant la maladie qui entraîna sa mort :

 

« Où serais-je demain? Où serais-je demain ?» désignant par là le jour de À'ishah.

Ses épouses lui permirent alors de demeurer où il le désirait.

Il resta donc dans la maison de À’ishah jusqu'à sa mort.

Elle dit: « Il mourut le jour où il résidait [habituellement] chez moi. Allah prit son âme alors que sa tête reposait entre ma gorge et ma poitrine et que ma salive s’était mélangeait à la sienne. »

(Juste avant que le Prophète ne meurt, Ài’shah lui prépara un bâton de siwâk en machouillant son extrémité de manière à ce qu’il soit tendre et que le Prophète puisse ainsi aisément se nettoyer les dents.

C’est ainsi que sa salive se mélangea à celle du Prophète)

(Al-Bukhârî)

 

Anas (radiallahou anhou) rapporte :

 

« Le Prophète était chez l’une de ses femmes et une autre de ses épouses lui envoya un plat contenant de la nourriture.

Celle chez qui le Prophète résidait frappa la main du servant qui portait le plat et celui-ci se brisa.

Le Prophète réunit alors les morceaux du plat cassé et la nourriture et dit : « Votre mère a fait une crise de jalousie. »

Il fit attendre le servant jusqu'à lui donner un plat de l’épouse chez laquelle il était, et il remplaça le plat cassé par un plat en bon état, alors que le plat cassé resta dans la maison où il fut cassé. »

(Al-Bukhârî)

 

Ibn Abî Shaybah (rahimahoullah) a dit :

 

« 3Abbâd ibn Al-3Awâm m’a informé d’après Ghâlib qui dit : ]’ai interrogé — ou on a interrogé - Al-Hasan à propos d’un homme qui avait deux femmes dans une maison.

Il répondit : « [Les pieux prédécesseurs] détestaient ce genre de comportement consistant à ce que l’époux ait des rapports intimes avec une de ses épouses en présence de l’autre. »

(Al-Musannaf (4/388)) Et ce récit est authentique.

 

Ibn Qudâmah (rahimahoullah) a dit :

 

« L’homme ne peut réunir deux femmes dans une même maison, grande ou petite, sans leur accord.

Car cela amène entre elles inimitié et jalousie. Les loger en un même lieu amène l’opposition et la dispute, chacune d’entre elles entendant ou voyant les rapports intimes que l'époux entretient avec l'autre.

Mais si elles sont d’accord, cela est permis, car ce droit leur revient et elles peuvent le délaisser.

Il en est de même si elles acceptent qu’il dorme entre elles sous un même drap.

Mais il n’est pas permis d’avoir un rapport sexuel avec l’une en un lieu ou l’autre peut les voir, même si elles l’acceptent, car c'est un abaissement, une stupidité et un manque d’honneur. »

( Al-Mughnî (7/26) )

 

Al-Qurtubî (rahimahoullah) a dit :

 

« Il ne peut les réunir dans une même maison qu’avec leur accord. »

(]âmi‘ Ahkâm Al-Qur’ân (17/217))

 

Remarque :

 

Chaque maison doit être séparée l’une de l’autre et ne pas avoir de lieu commun comme pour le repas.

 

Cela apparaît dans le hadith précédent :

 

« Une autre de ses épouses lui envoya un plat contenant de la nourriture.>>

 

Ce qui montre que chaque épouse mangeait indépendamment des autres.

 

Mais si elles veulent se réunir pour manger, il n’y a aucun problème. Et Allah est plus savant.

 

-Ce que doit faire l'époux le lendemain de la nuit de noce

 

Anas (radiallahou anhou) rapporte :

 

« Lorsque le Prophète eut consommé le mariage avec Zaynab bint Jahsh, il invita les gens à un repas composé de pain et de viande.

Puis il rendit visite aux mères des croyants comme il le faisait à chaque lendemain de noce, il les saluait et invoquait Allah pour elles, et elles le saluaient et invoquaient Allah pour lui. »

 

-Combien de temps doit–on rester avec la jeune fille et la femme qui se remarie après les noces ?

 

Anas (radiallahou anhou) rapporte :

 

« La Sunna, lorsqu’un homme épouse une jeune fille est qu’i1 reste chez elle sept jours consécutifs puis partage ses nuits entre ses épouses.

S’il épouse une femme qui a déjà été mariée, il reste chez elle trois jours consécutifs, puis partage ses nuits entre ses épouses. »

(Al Bukhari)

 

Abû Qilâbah (rahimahoullah) a dit :

 

« On peut même attribuer cette parole au Prophète »

 

Umm Salamah (radiallahou anha) rapporte que lorsque le Prophète l’a épousée, il est resté chez elle trois jours et a dit :

 

« Tu ne seras pas méprisée. Si tu veux je peux rester sept jours auprès de toi, et si je le fais pour toi, je le ferais pour mes autres épouses. »

(Muslim)

 

-L'obligation d'être juste dans le partage entre les épouses

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Si vous craignez de ne pas être justes envers les orphelins, il vous est permis d'épouser deux, trois ou quatre femmes parmi celles qui vous plaisent. Mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors n’en épousez qu'une seule, ou des esclaves que vous possédez. Ceci afin que vous ne soyez pas injustes. » (Sourate An-Nisâ’, v.3)

 

« Ne suivez pas vos passions, afin de ne pas dévier de la justice. Si vous portez un faux témoignage ou si vous refusez (un témoin), [sachez qu'] Allah sait parfaitement ce que vous faites. » (Sourate An-Nisâ’, v.135)

 

« Ne penchez pas (totalement) vers l'une d’elles, au point de laisser l’autre en suspens. » (Sourate An-Nisâ’, v.129)

 

Anas (radiallahou anhou) rapporte :

 

« Le Prophète avait neuf épouses. Lorsqu'il partageait les jours entre elles, il ne revenait à la première qu’après neuf jours, et elles se réunissaient chaque nuit dans la maison de celle chez qui il résidait.

Un soir qu'il était chez À’ishah, Zaynab arriva et il tendit la main vers elle, À’ishah dit (par jalousie) : « C'est Zaynab », le Prophète retint sa main et elles échangèrent des mots et le ton monta alors qu’on appelait à la prière. Abû Bakr arriva à ce moment et entendit leurs voix, il dit: « O Messager d’Allah, viens à la prière et jette de la terre dans leurs bouches. »

À’ishah dit:« Le Prophète est allé accomplir sa prière, mais Abû Bakr va venir et me sermonner.>>

Lorsque le Prophète eut fini la prière, Abû Bakr vint voir À’ishah et eut des paroles très dures envers elle, il lui dit : « Qu’est-ce que tu me fais là ! »

(Muslim)

 

-Le mari doit tout de même accorder son jour à l'épouse malade, en état de menstrues ou autre

 

À’ishah (radiallahou anha) rapporte :

 

"Lorsque l’une d’entre nous était en état de menstrues et que le Messager d’Allah voulait jouir d’elle, il lui ordonnait de porter un izâr, puis il jouissait d’elle. "

Elle dit ensuite : « Mais qui parmi vous peut retenir son désir comme le faisait le Prophète ? »

(Al Bukhari et Muslim)

 

-Le mari ne peut quitter de nuit la maison de celle chez qui il réside pour une autre de ses épouses, sauf en cas de nécessité

 

À'ishah (radiallahou anha) rapporte :

 

« Voulez-vous que je vous parle du Prophète et de moi ? »

Nous dîmes: « Bien sûr! »

Elle dit: « Un soir que le Prophète dormait chez moi, il mit son ridâ’, enleva ses chaussures qu’il posa près de ses pieds, étendit son izâr sur sa couche, et il s’allongea.

Il resta ainsi jusqu’à ce qu’il pensât que je dormais.

Il enfila alors son ridâ et ses chaussures en vitesse, ouvrit la porte et sortit.

]’enfilai alors ma tunique, mis mon voile et mon izâr et je suivis ses traces.

Il se rendit au cimetière de Baqî' et y resta debout longuement, puis il leva trois fois les mains et repartit, alors je repartis.

Il accéléra et j’accélérai, il courut et je courus, mais j’arrivais tout de même la première, et à peine m’étais-je allongée qu’il entra.

Il me dit: « O Ãishah, qu’as-tu à souffler ainsi ? »

]e dis: « Rien.>>

Il dit: « Dis-le moi, sinon c’est Le Subtil et le Clairvoyant qui m’en informera. »

]e dis : « O Messager d’Allah, que mon père et ma mère soient sacrifiés pour toi...>> et je l’informai de ce qui s'était passé.

Il dit: « C'était donc toi l'ombre noire que j'ai vue devant moi. »

]e dis: « Oui. »

Il me serra au point de me faire mal et dit: « Pensais-tu qu’Allah et Son Messager auraient été injustes envers toi ? »

Elle dit : « Tout ce que les gens peuvent cacher, Allah le sait. »

Il dit « Oui, Jibrîl ( est venu me voir et m’a appelé, je lui ai répondu en te le cachant, car il ne pouvait entrer alors que tu étais dévêtue.

]e pensais que tu dormais et je ne voulais pas te réveiller et que tu aies peur.

Il m’a dit: « Ton Seigneur t'ordonne de te rendre au cimetière de Baqî’ afin de demander pardon pour ses habitants. »

Elle dit: « Et comment dois-je faire, ô Messager d’Allah, [si moi aussi je veux visiter les cimetières] ? »

Il dit : « Dis comme moi : "Que le salut soit sur vous, ô habitants de ces demeures parmi les croyants et les musulmans, qu’Allah fasse miséricorde à ceux qui sont morts avant nous et ceux qui vont les suivre, nous vous rejoindrons bientôt si Allah le veut. »

(Al Bukhari)

 

Ibn Qudâmah (rahimahoullah) a dit :

 

« Il n’est pas permis à l’époux d’entrer de nuit chez une autre épouse que celle chez qui il réside, sauf en cas de nécessité.

Par exemple, si l’une de ses épouses est mourante et qu’il veut veiller auprès d'elle ou pour toute autre raison nécessaire, c’est alors permis.

Si elle décède, il n’a pas à compenser cela, par contre si elle guérit, il doit compenser ce temps manqué chez la première. »

(Al-Mughni (8/146) )

 

Ibn Al-Qayyim (rahimahoullah) a dit :

 

« L’homme peut rentrer chez toutes ses épouses le même jour, mais il ne doit avoir de rapport sexuel qu'avec celle dont c’est le jour. »

( Zâd Al-Ma3âd (5/152))

 

-A propos de l'équité

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Vous ne pourrez jamais être (totalement) équitables entre vos femmes, même si vous vous y appliqués. Ne penchez pas (totalement) vers l’une d’elles, au point de laisser l’autre en suspens. Mais si vous améliorez (vos relations avec vos épouses) et que vous craignez (Allah), Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » (Sourate An-Nisâ’, v.129)

 

Al-Hâfidh ibn Kathîr (rahimahoullah) a dit :

 

« C’est-à-dire que vous ne pourrez pas être équitables en toute chose avec vos épouses.

Même si vous donnez une nuit à chacune, il y aura nécessairement une différence dans l’amour et le désir que vous leur éprouvez pour elle. »

 

Il dit aussi à propos de Sa Parole :

 

"Ne penchez pas (totalement) vers l’une d’elles », si vous penchez vers l’une d’elles, ne penchez pas totalement « au point de laisser l'autre en suspens », on rapporte que certains savants ont expliqué ce verset par le fait qu’elle n’est ni épouse ni divorcée"

 

Il dit également à propos de Sa Parole :

 

"Mais si vous améliorez (vos relations avec vos épouses) et que vous craignez (Allah), Allah est Pardonneur et Miséricordieux"

C'est-à-dire, si vous faites tout votre possible pour améliorer vos relations, votre partage en toute équité, et que vous craignez Allah en toute situation, Allah vous pardonne le penchant que vous pouvez avoir vers l’une plutôt qu’une autre. »

(Tafsîr Al-Qur’an Al-'Adhîm (1/563))

 

-L'équité dans l'affection et les rapports intimes n'est pas obligatoire

 

Ibn Abbâs (radiallahou anhou) rapporte que Umar est entré chez Hafsah et a dit :

 

« O mon enfant, ne te laisse pas abuser par celle qui est médusée par sa beauté et l’amour que lui voue le Prophète — en visant par cela A’ishah. »

]e rapportais cela au Messager d’Allah et il sourit. »

(Al Bukhari)

 

À’ishah (radiallahou anha) rapporte :

 

« Les femmes du Prophète ont envoyé Fâtimah, sa fille, chez le Messager.

Elle lui demanda l’autorisation d’entrer alors qu’il était allongé avec moi sous ma couverture, et il le lui permit.

Elle dit : « O Messager d’Allah, tes femmes m’envoient à toi pour te demander l’équité à leur égard concernant la fille d’Ibn Abî Quhâfah (il s'agit de A'ishah). »

]e gardai le silence et le Messager d’Allah lui dit : « O mon enfant n’aimes-tu pas ce que j'aime ?"

Elle dit : « Bien sûr ! »

Il dit: « Alors aime-la [càd Ã'ishah]. »

Fâtimah se leva lorsqu’elle entendit cela et revint chez les femmes du Prophète afin de les informer de ce qu’elle avait dit et de ce que lui avait répondu le Messager d’Allah.

Elles lui dirent: « Tu ne nous as servi à rien.

Retourne chez le Messager d’Allah et dis lui que ses épouses l’exhortent à l'équité à leur égard concernant la fille d’lbn Abî Quhâfah."

Elle leur dit: « Par Allah, je ne lui en reparlerai plus jamais. »

Elles envoyèrent donc Zaynab bint Jahsh, l'épouse du Prophète qui était celle d’entre elles qui me concurrençait dans la place occupée dans le cœur du Messager d’Allah.

Elle était pour moi la meilleure des femmes sur terre, la plus pieuse, la plus véridique, celle qui maintenait le plus les liens de parenté, celle qui donnait le plus en aumône, celle qui faisait le plus d’efforts sur soi dans les œuvres que l’on peut donner et qui rapprochent d’Allah, si ce n’étaient ses rudesses et colères passagères.

Elle demanda au Messager d’Allah l’autorisation d’entrer, alors qu’il était allongé avec À'ishah, comme l'avait laissé Fâtimah - le Prophète lui permit d’entrer et elle dit : « O Messager d’Allah, tes femmes m’envoient à toi pour te demander l’équité à leur égard concernant la fille d’Ibn Abî Quhâfah. »

Puis elle s’en est prise à moi et fut arrogante à mon égard. ]e surveillais le Prophète et guettais son regard pour savoir s’il m'autorisait à lui répondre.

Zaynab ne cessa pas jusqu’à ce que je vis que le Prophète ne désapprouvait pas que je défende, et lorsque je m’en suis prise à elle, je ne lui ai laissé aucun répit, et le Messager d’Allah sourit et dit : « C’est bien la fille d’Abu Bakr. »

(Muslim)

 

Ibn Al-Qayyim (rahimahoullah) a dit :

 

« L’équité entre les épouses dans l’amour n'est pas obligatoire, car cela n'est pas maîtrisable, et À'ishah était l’épouse préférée du Prophète.

On peut en déduire que l’équité dans les rapports intimes n'est pas non plus obligatoire car cela dépend de l’amour et du désir et cela est entre les mains de Celui qui détient les cœurs.

On peut préciser cette question en disant que si le mari délaisse les rapports intimes par absence de désir [suscité par l'épouse], il est excusé.

Mais si le désir est présent et qu'il délaisse tout de même les rapports intimes en raison d’un désir plus fort pour une autre épouse, [il n'est pas excusé] car cela peut être maîtrisé.

S’il remplit son devoir conjugal envers elle, elle ne pourra en demander davantage et il ne lui est pas obligatoire d’être équitable envers toutes ses épouses sur ce point.

Mais s’il délaisse même ce qui lui est obligatoire, elle est en droit de se plaindre. »

 

Mais il est tout de même préférable d’être équitable jusque dans les rapports intimes et c’est l'avis d'lbn Qudâmah qui dit :

 

« S’il est possible d’être équitable dans les rapports intimes entre les épouses, cela est préférable, car cela est plus juste. »

( Al-Mughnî (16/430))

 

-L'obligation d'être équitable dans les dépenses

 

Shaykh Al-Islâm ibn Taymiyyah (rahimahoullah) a dit :

 

« L’équité dans les dépenses est une Sunna, conformément à l’exemple du Prophète qui donnait une part équitable des biens à chacune de ses épouses, tout comme il partageait son temps équitablement entre elles, bien que les savants aient divergé sur le caractère obligatoire ou non du partage du temps et des dépenses pour ce qui est du Prophète.

De même, ils ont divergé sur l’obligation ou non de l’équité et des dépenses. L'obligation est plus appuyée et plus conforme aux preuves du Coran et de la Sunna. »

 

Anas (radiallahou anhou) rapporte qu’Umm Sulaym l’a envoyé chez le Messager d’Allah avec un voile contenant des dattes fraîches.

 

"Le Prophète (sallallahou 'alaihi wa sallam) prit une poignée qu’il envoya à certaines de ses épouses, puis une autre qu’il envoya à d’autres de ses épouses, puis il s’assit et mangea le reste comme quelqu’un dont on sait qu’il apprécie [ce qu’il mange]. »

(Ahmad, hadith sahih)

 

-Tirer au sort pour le voyage

 

À’ishah (radiallahou anha) rapporte :

 

« Lorsque le Messager d’Allah voulait voyager, il tirait au sort entre ses épouses, et celle qui l’emportait partait avec lui.

Il donnait à chacune de ses épouses son jour et sa nuit, à part pour Sawdah bint Zum3ah qui donna son jour à À'ishah, cherchant par cela l’agrément du Prophète [car À’ishah était sa préférée]. »

(Al Bukhari)

 

À’ishah (radiallahou anha) rapporte que lorsque le Prophète voulait partir en voyage, il tirait au sort entre ses épouses, et une fois À’ishah et Hafsah furent choisies.

 

Le Prophète (sallallahou 'alaihi wa sallam) passait ses nuits à discuter avec À’ishah, et Hafsah dit :

 

« Ne veux-tu pas que cette nuit nous changions de monture, toi sur la mienne et moi sur la tienne, afin que chacune de nous deux profite du paysage ?

À’ishah dit: « Certainement"

Le Prophète monta sur le chameau de À’ishah, sur lequel était Hafsah, il la salua et resta avec elle jusqu’à ce qu’ils s'arrêtent.

Le Prophète manqua tellement à À’ishah que lorsqu’ils s’arrêtèrent, elle fourra son pied dans un buisson et dit: « O Allah fait qu’un scorpion ou un serpent me pique car je ne peux rien dire [au Prophète»

(Al Bukhari et Muslim)

 

-Les disputes entre les épouses

 

À’ishah (radiallahou anha) rapporte :

 

« ]e suis entré chez le Prophète avec un plat que j’avais préparé pour lui.

]e dis à Sawdah - alors que le Prophète était entre nous — Mange !

Elle refusa et je lui dis: Mange ou je t’en macule le visage !

Elle refusa, donc je mis ma main dans le plat et lui badigeonnai le visage.

Le Prophète rit et prit sa main en lui disant: « Macule toi aussi son visage !>>

Et il rit encore.

Umar vint et dit : « O Abd Allah ! O Abd Allah ! »

Le Prophète pensa qu’il allait entrer et dit alors : « Quelqu'un arrive, lavez vos visages. »

À’ishah dit: « Depuis, je ne cessais de respecter Umar en raison du respect que lui accordait le Messager d' Allah ."

(Abu Dawud, hadith sahih)

 

Anas (radiallahou anhou) rapporte:

 

« Le Prophète était chez l’une de ses femmes et une autre de ses épouses lui envoya un plat contenant de la nourriture.

Celle chez qui le Prophète résidait frappa la main du servant qui portait le plat et celui-ci se brisa.

Le Prophète réunit alors les morceaux du plat cassé et la nourriture et dit : « Votre mère a eu une crise de jalousie. »

Il fit attendre le servant jusqu’à lui donner un plat de l’épouse chez laquelle il était, et il remplaça le plat cassé par un plat en bon état, alors que le plat cassé resta dans la maison où il fut cassé. »

(Al Bukhari)

 

À’ishah (radiallahou anha) rapporte:

 

« Une nuit, je ne vis plus le Messager d'Allah et je pensai qu’il était parti chez une de ses épouses.

]e le cherchai et en revenant je le vis en inclinaison — ou en prosternation — et il disait: « Gloire et Louange à Toi, il n’y a de divinité digne d’être adorée que Toi. »

]e dis : « Que mon père et ma mère soient sacrifiés pour toi, tu étais occupé [à adorer Allah] alors que je pensais que tu étais sorti [pour te rendre chez une autre de tes épouses]. »

(Muslim)

 

Remarque :

 

certains se précipitent en prenant une autre épouse sans aucune clairvoyance ni réflexion, et perdent ainsi la réussite de leur famille et y sèment la discorde.

 

Celui qui s'aventure dans la polygamie alors qu’il n'a ni les moyens financiers, ni la possibilité de bien éduquer ses enfants, peut certes tomber dans la misère et le malheur, comme l’a dit le bédouin :

 

J’ai épousé deux femmes car j’ignorais

Le malheur qu’endure celui qui a deux épouses

Je me disais : je serais entre elles comme un mouton

Profitant de l 'attention des deux chèvres les plus douces qui soient

Mais voilà que je me retrouve matin et soir comme une chèvre

Subissant les tourments de deux loups perfides

L’agrément de l'une amène la colère de l’autre

Je ne peux échapper à l'une de deux colères

Je subis toutes les difficultés de la vie

En plus des problèmes entre mes deux co-épouses

A celle-ci une nuit et à celle-là une autre

Mais chaque nuit les reproches, eux, sont continus

Si tu veux rester digne

Les mains pleines de bienfaits

Reste donc célibataire, et si tu ne le peux pas

Mieux vaut une seule femme que les problèmes de deux co-épouses

 

Ce que dit le bédouin n'est pas totalement vrai. Mais celui qui veut être polygame et n’a pas les moyens d’entretenir [des épouses], de les éduquer et de bien gérer [la situation] peut aisément tomber dans la misère et le malheur que raconte le bédouin.

 

-Prendre en charge et loger la femme divorcée

 

( Il s’agit de la femme dont le mari a divorcé d’elle une ou deux fois.

Au bout de la troisième fois, elle ne peut prétendre à ces droits. ) (traduction rapprochée)

 

« Ô Prophète ! Quand vous répudiez les femmes, répudiez-les conformément à leur période d’attente prescrite, comptez la période, et craignez Allah votre Seigneur. Ne les faîtes pas sortir de leurs maisons, et qu'elles n’en sortent pas, à moins qu’elles n’aient commis une turpitude prouvée. Telles sont les lois d’Allah, Quiconque transgresse les lois d’Allah, se fait du tort à lui-même. Tu ne sais pas si d’ici là Allah ne suscitera pas quelque chose de nouveau. » (Sourate At-Talaq verset 1)

 

Al-Hâfidh ibn Kathîr (rahimahoullah) dit à propos de ce verset :

 

« C’est-à-dire que pendant la période de viduité, elle doit être logée par l’époux. Le mari ne peut la chasser et elle aussi ne peut sortir, car elle est également liée au droit du mari. »

 

La femme dont on a divorcé définitivement [au troisième divorce] n’a pas droit à cela, comme il est rapporté par l’imam Muslim dans le hadith de Fâtimah bint Qays [qui viendra en intégralité dans le chapitre suivant] :

 

« Abû 3Amr ibn Hafs divorça définitivement d’elle alors qu’il était absent, il envoya donc son représentant qui vint à elle avec de l'orge, et elle se mit en colère contre lui.

Le représentant de Abû 3Amr dit : « Tu ne peux rien exiger de nous. »

Elle se rendit donc chez le Prophète et lui rapporta ce qui s’était passé, il dit : « Il n’a pas à subvenir à tes besoins. »...

 

-Prendre en charge la femme divorcée enceinte

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Et si elles sont enceintes, pourvoyez à leurs besoins jusqu'à ce qu’elles aient accouché. » (sourate AT-Talaq verset 6)

 

Al-Hâfidh ibn Kathir (rahimahoullah) a dit :

 

Ibn Abbâs (radiallahou anhou), un groupe parmi les pieux prédécesseurs et de nombreux contemporains ont dit :

 

« Cela concerne la femme dont on divorce définitivement et qui est enceinte : on doit la prendre en charge jusqu’à ce qu’elle accouche, car pour la femme dont on a divorcé (qu'une première ou une deuxième fois), il est obligatoire de subvenir à ses besoins, qu’elle soit enceinte ou non. »

 

-Les biens dont peut jouir la femme divorcée

 

Ibn ]arîr At-Tabarî a dit (5/262) :

 

« La femme [divorcée] peut jouir des vêtements, dépenses, servants et d’autres choses encore. »

 

Quelle en est la valeur ?

 

Allah dit (traduction rapprochée) :

 

« Donnez-leur toutefois quelque bien convenable dont elles puissent jouir - l’homme aisé selon sa capacité, l’indigent selon sa capacité. Ceci est un devoir pour les bienfaisants. » (sourate Al-Baqarah verset 236)

 

Les savants ont divergé quant à savoir si cette jouissance était accordée à toute femme divorcée ou seulement à celle avec laquelle le mariage n’a pas été consommé et la dot non fixée. Un de ces avis est le suivant : cela englobe toutes les femmes divorcées, en raison de la généralité de la Parole d’Allah (traduction rapprochée) :

 

" Les femmes divorcées ont droit à une allocation convenable, ceci est un devoir pour les pieux. " (Sourate Al-Baqarah verset 241)

 

Extrait de « Les droits des croyantes » 

 

Umm Salamah - أم سلمة السلفية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 00:23
Prendre une seconde épouse sans en informer la première (audio)

 

Un homme a posé la question suivante :

 

M'est-il permis de prendre une deuxième épouse sans en informer la première car cette dernière n' est pas d' accord ? 

 

Le cheikh répond : 

 

Pourquoi cela, peureux !

 

La plupart d'entre nous sommes lâche dans ces sujets. 

 

Ne le dites pas à vos femmes, sinon elle accepteront pas les propos.

 

La première femme n'a pas le droit de t'empêcher de te marier . 

 

Cependant, toi, questionne toi !

 

Si tu es un homme capable d'être juste, que tu sois quelqu'un de fort intérieurement et que tu supporte les propos (qui ne déplairont) et que tu passes outre certaines paroles et qu'en premier lieu tu fais tous les efforts pour être juste alors, vas y! 

 

Mais si tu penses que au fond de toi tu vas te pencher sur une épouse au détriment de l'autre, alors ne le fais pas.

 

Si c'est arrivé au point que tu craignes que ta femme soit au courant, alors la situation est grave. 

 

Tu te dois d' être doux avec avec elle, et introduire ce sujet-là.

 

Essai d' adoucir l'ambiance avec elle, lui faire plaisir et avec la douceur. 

 

Puis si malgré cela elle persiste, tu n'es pas tenu de conformer à son désir. 

 

Faites revivre cette sounnah, beaucoup de femmes musulmanes sont dans les maisons non mariés.

 

Parfois, on en trouve 10 dans un foyer certaines ont la quarantaine, la cinquante. 

 

Et nous, on a imité l' occident, on a suivi les feuilletons de bas étages et tous les feuilletons sont de bas étages. 

 

Ces feuilletons qui salit l' image du mariage et de la polygamie. 

 

(traduciton rapprochée)

 

« Si vous craignez d’être injustes pour les orphelins , épousez des femmes qui vous plaisent. Ayez-en deux , trois ou quatre, mais si vous craignez d’être injustes, une seule ou bien des esclaves de peur d’être injustes. » 

 

Allah a commencé par deux. 

 

Cheikh Ibn Baz (rahimahoullah) disait que la base c' est la polygamie et il a en ce propos des savants qui l' ont devancé. 

 

Et la monogamie c'est quand l' homme a peur d' être inujste en étant polygame.

 

Cheikh Abd-S-Salaam As Souhaymi - للشيخ عبد السلام السحيمي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق