compteur de visite

Catégories

30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 19:09
Se teindre les cheveux

Question :

 

Le jugement concernant le fait que la femme teigne ses cheveux en blond et brun, par exemple, mais pas en noir ?

 

Réponse de Sheykh ibn 'Uthaymin :

 

La règle de base à ce sujet est la permission (*), sauf si cela arrive au stade de ressembler aux mécréants, libertines et dévergondées, alors cela est interdit.

 

(*) Parce que cela fait partie des habitudes et non des adorations.

 

La règle de base concernant cela est donc la permission.

 

Bien plus, que la femme se fasse belle pour son mari fait partie des choses recommandées, du moment qu'elle arrive pas au stade de ressembler aux méréantes.

 

Page 193 du Recueil de fatawas concernant les femmes - chap. La parure et les vêtements, aux éd. al hadith

fdg

Question :

 

Quel est le jugement relatif au fait de teindre les cheveux complètement en quelque couleur que ce soit, rouge, jaune, blanc, doré ?

 

Quel est le jugement relatif aux mèches : c'est une mode qui est venue de l'Occident et qu'ont acceptée nos femmes.

 

Il s'agit de teindre des mèches de cheveux éparpillés en une couleur autre que celle des cheveux, soit blanche, rouge ou dorée en sorte que les cheveux soient teints en partie, une autre gardant la teinte naturelle ?

 

Réponse de Sheykh al Fawzan :

 

Teindre les cheveux comporte les détails suivants :

 

- Il est recommandé de teindre les cheveux blancs, en dehors du noir, avec du henné, du pastel, du carthame et du jaune, mais les teindre en noir n'est pas permis car le Prophète -sallallahu 'alayhi wa salam- a dit :

 

"Changer ces cheveux blancs mais évitez-leur le noir." [1]

 

Aussi, cela est général pour l'homme et la femme.

 

- Si ce ne sont pas les cheveux blancs, il faut les laisser tels qu'ils sont sans les changer [2] sauf si la couleur enlaidit, ils seront alors teints en sorte de remédier à cette difformité en donnant une couleur adéquate.

 

Quant aux cheveux naturels, sans la moindre difformité, il faut les garder naturels car il n'y a aucune raison de les changer.

 

- Enfin, si teindre les cheveux se fait d'une façon comportant une ressemblance aux mécréantes et à suivre des habitudes importées, il ne fait aucun doute que cela est illicite, que ce soit en une teinte unie ou sous forme de mèches.

 

[1] Rapporté par Ahmad, t. 3 p. 316, 322 et 338; Muslim, t. 4 p. 1663; Abu Dawud, n°44204 et al Nasa²i, t. 8, p. 138

[2] Il n'y a aucune preuve à ce sujet. Au contraire, la règle de base appuie la permission comme l'ont dit le Sheykh ibn 'Uthaymin et le Sheykh al-Mani (pour la fatwa du sheykh al Mani se referer au livre à la page 193)

 

Page 194-195 du Recueil de fatawas concernant les femmes - chap. La parure et les vêtements, aux éd. al hadith

copié de entre-soeurs.over-blog.fr

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 21:36
Profiter de ce qu'il y a chez les mécréants

Question :

 

Comment profiter de ce qu’il y a chez les mécréants sans tomber dans les choses illicites ?

 

Est-ce que les intérêts d’ordre général (Masâlih Mursala) ont un lien avec cette question ?

 

Réponse :

 

Ce que font les ennemis d’Allah et nos ennemis qui sont les mécréants se subdivisent en trois catégories :

 

Le culte et l’adoration,

Les habitudes,

L’industrie et le travail.

 

Concernant le culte et l’adoration : tout le monde sait qu’il est interdit au musulman de les imiter dans leur culte, et celui qui les imite dans leur culte et leur adoration un grave danger pèse sur lui, qui l’entraînera peut-être vers l’apostasie et la sortie de l’islam.

 

Concernant les habitudes : comme par exemple, dans les vêtements et autres, il est formellement interdit de les imiter car le Prophète a dit :

 

« Celui qui imite un peuple fait partie des leurs. » Ahmad (2/50-92)

 

Concernant l’industrie et le travail : il existe en ce domaine un intérêt général, et il n’y a pas de mal à étudier, à profiter de leurs expériences dans ces domaines et de leurs produits.

 

Ceci n’entre pas dans l’imitation des mécréants puisqu’il s’agit ici de participer aux choses utiles à la communauté.

 

En ce qui concerne la seconde question : Est-ce que les intérêts d’ordre général (Masâlih Mursala) ont un lien avec cette question ?

 

Les intérêts d’ordre général ne peuvent être pris comme preuve indépendante, mais on dira : si on reconnaît avec certitude que ces intérêts d’ordre général sont un vrai avantage, la loi islamique lui reconnaît sa légitimité.

 

Mais, si la loi ne reconnaît pas la validité de ces intérêts, ils ne seront pas pris en considération comme des intérêts d’ordre général, même si celui qui les applique les considère comme telles.

 

Maintenant, si cet avantage n’est ni consenti ni annulé, on examinera l’origine de cette affaire : si elle rentre dans le cadre du culte et de l’adoration, elle sera alors illicite.

 

Si elle ne rentre pas dans le cadre du culte, on pourra dire qu’elle est permise.

 

Ainsi, on vient de démontrer que les intérêts d’ordre général ne sont pas des preuves indépendantes en tant que telles.

 

Fatwa concernant la Foi, p. 255-256

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Emigration - الهجرة
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 21:34
Rappelle-toi la mort ! (audio-vidéo-dossier)

 

Toute les louanges reviennent à Allâh ; Nous Le louons et demandons Son aide et nous cherchons refuge en Lui contre nos propres maux et contre nos mauvaises actions; celui qu’Allâh guide personne ne peut l’égarer et celui qu’Allâh égare personne ne peut le guider.

J’atteste qu’il n’y a de divinité adorée avec vérité qu’Allâh, Lui Seul : Il n’a aucun associé, et j’atteste que Mohammad صلى الله عليه وسلم est Son serviteur et Son Messager.

Que les Prières d’Allâh et Ses Salutations soient sur lui ainsi que sa famille et tous ses Compagnons.

 

Ô serviteurs d’Allâh !

 

Craignez Allâh le Très-Haut, craignez-Le de la crainte de celui qui sait que Son Seigneur l’entend et le voit.

 

Ô serviteurs d’Allâh !

 

Un événement d’une grande importance et une affaire très grave qui a été citée dans le Livre d’Allâh et a été citée maintes et maintes fois dans le Coran.

 

Beaucoup de gens sont insouciants par rapport à cet événement; négligents et nonchalants quant à la préparation pour cet événement.

 

Cet événement -Ô serviteurs d’Allâh !-: C’est la mort, qui te dira ce qu’est la mort et ce qu’il y a après la mort ?

 

Ô serviteurs d’Allâh!

 

La mort est un événement gravissime car il amène à la première demeure de l’Au-Delà.

 

Et celui qui meurt sa résurrection est arrivée et son jugement commence, ainsi que la récompense ou le châtiment.

 

Ô serviteurs d’Allâh !

 

La mort :

 

-c’est la séparation entre cette demeure et la demeure éternelle

-elle est la séparation entre le temps des actions et celui de la rétribution

-et c’est la démarcation, la limite qui sépare le temps de préparation des provisions et sa rétribution

 

Et après la mort -Ô serviteurs d’Allâh !- il n’y ni conciliation ni excuse.

 

Et il n’y pas moyen de retourner à cette vie après la mort.

 

Et en ce qui concerne les bonnes actions il n’y aucun moyen de les augmenter ni de les multiplier.

 

Et en ce qui concerne les péchés il n’y aucun moyen de demander le pardon ni de s’en repentir.

 

Ô serviteurs!

 

Après la mort il n’y a qu’un trou dans lequel est placé la personne qui sera pour elle soit un jardin parmi les jardins du Paradis ou un trou parmi les trous de l’Enfer où elle restera jusqu’au Jour du Jugement Dernier, Le Jour de La Rencontre avec Le Puissant, Le Grand Pardonneur.

 

Ô serviteurs d’Allâh !

 

La mort touchera chaque individu sans aucune échappatoire et viendra sans aucun doute.

 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit :

 

"Où que vous soyez, la mort vous atteindra, fussiez-vous dans des tours imprenables." Sourate An-Nisâ v.78.

 

Et la (traduction du sens de la) parole d’Allâh :

 

"Dis : la mort que vous fuyez va certes vous rencontrer. Ensuite vous serez ramenés à Celui qui connait parfaitement le monde invisible et le monde visible et qui vous informera alors de ce que vous faisiez." Sourate Al-Joumou’ah v.8

 

Ô serviteurs d’Allâh !

 

La mort a un temps précis et un terme compté. Si son temps arrive il n’y pas de délai possible ni d’avancement.

 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit :

 

"Quand leur terme arrive, ils ne peuvent ni le retarder d’une heure ni l’avancer." Sourate Younous v.49.

 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh :

 

"Chaque échéance à son terme prescrit". Sourate Ar-Ra’d v.38.

 

Ô serviteurs d’Allâh!

 

Allâh a chargé un seul ange de saisir les âmes:

 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit:

 

"Dis : l’ange de la mort qui est chargé de vous, vous fera mourir. Ensuite, vous serez ramenés vers votre Seigneur." Sourate As-Sajdah v.11.

 

Ô serviteurs d’Allâh!

 

La mort ne fait aucune différence entre le grand et le petit, ni entre le male et la femelle, ni entre le malade et celui qui est en bonne santé.

 

La mort peut entrer dans une maison dans laquelle se trouve une personne âgée, quelqu’un de malade mais elle saisit celui qui est le plus en bonne santé.

 

Personne ne connaît sa fin ni son terme.

 

Savoir quand la mort va venir, ceci est du domaine de l’invisible : n’en a la science qu’Allâh.

 

C’est pour cela qu’un docteur pourrait dire à propos d’un malade dont l’état s’est aggravé que son heure est proche et qu’il va bientôt mourir ; alors qu’Allâh a écrit que le malade va vivre et que le docteur, lui, va mourir.

 

Toute l’affaire revient à Allâh avant et après !

 

Celui qui meurt, meurt à son terme et quitte ce monde par le moyen qu’Allâh lui a écrit dans Sa Science Eternelle et qu’Il a écrit pour lui dans la Tablette Préservée et par le moyen qu’Allâh a ordonné à l’ange d’écrire lorsqu’il est encore dans le ventre de sa mère et ce quelle que soit la manière dont il meurt.

 

Ô serviteurs d’Allâh!

 

Ce gravissime événement, lorsque le serviteur s’en rappelle, cela l’incite à se préparer et à faire ses provisions pour le Jour de la Résurrection.

 

Et il est rapporté dans le hadîth authentique du Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم qu’il a dit :

 

"Rappelez-vous (Littéralement: de multiples fois) la trancheuse de désirs"

 

c’est-à-dire la mort.

 

Si le serviteur d’Allâh se rappelle la mort :

 

-sa situation se réforme

-son lien avec Allâh se renforce ainsi que sa préparation pour Le Jour où il rencontre son Seigneur

 

Ô serviteurs d’Allâh!

 

Il va arriver un temps où la mort elle-même sera égorgée. Après cela tout le monde vivra d’une vie sans mort.

 

Il est rapporté dans les deux Authentiques, l’Authentique d’Al-Boukhârî et l’Authentique de Mouslim, que le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Le Jour du Jugement Dernier la mort sera amenée sous la forme d’un “kabch amlah” (1) ce bélier va être placé entre le Paradis et l’Enfer : un crieur va appeler les gens du Paradis : Ô gens du Paradis ils lèvent la tête vers lui et regardent il leur sera dit : le connaissez-vous ?

Ils diront : oui nous le connaissons : C’est la mort.

Car ils l’ont tous vue".

 

Puis les gens de l’Enfer seront appelés :

 

Ô gens de l’Enfer !

 

Connaissez-vous celui-ci ?

 

Ils répondront : oui c’est la mort car ils l’ont tous vue.

 

Le bélier sera alors égorgé au vu de tous entre le Paradis et l’Enfer.

 

Il sera dit : Ô gens du Paradis ! L’éternité sans mort et Ô gens de l’Enfer ! L’éternité sans mort puis le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم a récité le verset (dont la traduction du sens est) :

 

"Et avertis-les du Jour du Regret, quand tout sera réglé ; alors qu’ils sont inattentifs (c’est-à-dire qu’ils sont attentifs dans ce monde en ce qui concerne la mort) et qu’ils ne croient pas." Sourate Maryam v.39.

 

Ô Allâh !

 

Donne nous le bénéfice de la guidance de Ton Livre et permet nous de suivre la Sunnah de ton Prophète Mohammad صلى الله عليه وسلم et aide-nous -Ô Seigneur- à nous préparer pour le Jour de la Résurrection.

 

Je dis ceci et je demande pardon à Allah pour moi et pour vous et pour tous les musulmans, pour tous les péchés.

 

Demandez-Lui le pardon car Il vous pardonnera, Il est certes le Pardonneur, le Très-Miséricordieux.

 

Ô serviteurs d’Allâh!

 

Craignez Allâh et sachez -qu’Allâh vous préserve- qu’il y a dans le fait de se rappeler de la mort beaucoup de bienfaits car en se rappelant de la mort :

 

-les cœurs insouciants se réveillent

-les cœurs morts reviennent à la vie

-l’adorateur se tourne plus vers Allâh

-en se rappelant la mort on n’est plus insouciant et on ne se détourne plus de l’obéissance à Allâh.

 

Ô serviteurs d’Allâh!

 

La (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit:

 

"Toute âme goutera la mort. Mais c’est seulement au Jour de la Résurrection que vous recevrez votre entière rétribution. Quiconque donc est écarté du Feu et introduit au Paradis, a certes réussi. Et la vie présente n’est qu’un objet de jouissance trompeuse". Sourate Âli ‘Imrân v.185.

 

C’est une grave réalité que l’on se doit de comprendre et une affaire gravissime que l’on se doit de garder à l’esprit.

 

L’un de nos pieux prédécesseurs a voulu faire le rappel à un homme, il l’amena donc au cimetière et lui dit : "Ô toi ! Vois-tu cela ? Que souhaiterais-tu faire si tu étais à leur place ?".

L’homme répondit : "Je souhaiterais revenir à ce monde une deuxième fois pour faire les bonnes actions que je ne faisais pas".

Il dit : "Ô toi ! Tu es maintenant dans le temps que tu souhaiterais !"

 

Oui serviteurs d’Allâh ! Nous sommes dans le moment que nous souhaiterions !

 

Nous vivons maintenant cette vie en bonne santé, sains et saufs puis nous quitterons cette vie lorsque le terme, la mort arrivera. Ne nous préparerions-nous pas pour cela ?

 

Ô Allâh ! Réforme notre situation à tous.

 

Ô Allâh ! Réforme notre situation à tous et guide-nous vers le chemin de droiture qui mène à toi.

 

Et sachez -qu’Allâh vous préserve- que l’intelligent est celui qui se remet en question et travaille pour après la mort et le faible est celui qui laisse son âme suivre ses passions et a de fausses espérances.

 

Et sachez que la plus véridique des paroles est la parole d’Allâh et la meilleure des guidances est la guidance du Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم et que les pires des affaires sont celles qui sont innovées et toute chose innovée (dans la Religion) est une bid’ah, une innovation (religieuse) et toute innovation (religieuse) est un égarement et tout égarement est en Enfer et attachez-vous à la Jamâ’ah car la Main d’Allâh est avec la Jamâ’ah.

 

Qu’Allâh vous préserve !

 

Priez sur le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم et adressez lui vos salutations et multipliez cela et ce afin de mettre en application l’ordre d’Allâh (dont la traduction du sens est) :

 

"Certes Allâah et Ses anges prient sur le Prophète ; Ô vous qui croyez priez sur lui et adressez lui vos salutations." Sourate Al-Ahzâb v.56.

 

Ô serviteurs d’Allâh !

 

Si la mort devait laisser quelqu’un vivre elle aurait laissé le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم en vie mais la (traduction du sens de la) parole d’Allâh dit :

 

"En vérité tu mourras et ils mourront eux aussi" Sourate Az-Zoumar v.30.

 

(1) N.d.t : L’imam An-Nawawî -qu’Allâh lui fasse miséricorde- rapporte d’Al-Kisâî que amlah veut dire un bélier qui est noir et blanc mais dont la couleur va plus vers le blanc.

 

 Publié par spfbirmingham.com

Cheikh 'Abder Razzâq Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mort et funérailles - الموت والجنازة
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 21:33
L'apprentissage du coran négligé

Question :

 

Je suis un jeune censé (louange à Allah), mais j’ai un problème : j’apprends des versets et des parties du Livre d’Allah sans m’attarder dessus, jusqu’à ce que je les oublie.

 

Un péché m’est-il compté lorsque j’apprends les versets d’Allah et que je les oublie par la suite ?

 

Réponse :

 

Louange à Allah.

 

Il est requis à celui qui apprend du Livre d’Allah, de veiller à sa récitation [fréquente] afin qu’il n’oublie pas, comme l’a montré le Prophète (que la prière et le salut d’Allah soient sur lui).

 

-S’il oublie et que la cause de cela est une maladie qui l’a atteint et que sa mémoire s’est affaiblie, il n’y aura pas de péché compté pour lui.

 

-Mais si son oubli est le résultat d’une négligence, alors le jugement n’est pas loin du péché car il n’aura pas mis en pratique une recommandation et une guidée du Prophète (que la prière et le salut d’Allah soient sur lui), et parce que cela montre le manque d’amour et d’attention envers le Livre d’Allah.

 

Fatwa de cheikh Fawzen tirée de son site, Fatwa n°15995

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 21:32
Mon lapbook : Description de l'ablution et de la prière rituelle (dossier)
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 21:31
La réalité du dhikr

Le dhikr, c'est le fait de se débarrasser de l'indifférence et de l'oubli.

 

La différence entre l'indifférence et l'oubli, c'est que l'indifférence est une omission volontaire tandis que l'oubli est une omission involontaire.

 

C'est pourquoi Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

{Mentionne -udhkur- ton Seigneur en ton âme, avec humilité et crainte, et sans rien en manifester à haute voix, à l'aube et dans les moments de crépuscule, et ne sois point parmi ceux qui sont indifférents} ( al-a`râf,205 ).

 

Il n'a pas dit: "ne sois point parmi ceux qui sont oublieux", car l'oubli n'entre pas dans la catégorie des choses auxquelles le serviteur est assujetti pour qu'on puisse dire qu'il lui est interdit d'oublier.

 

Le dhikr comporte trois degrés :

 

- Premier degré :

 

Il s'agit du dhikr apparent qui est sous la forme d'éloges ou d'invocations ou celui qui consiste à se rappeler qu'on est surveillé par Allah.

 

Deuxième degré :

 

C'est le dhikr subtil qui consiste à se délivrer des liens, à contempler [Allah] en permanence et à s'entretenir incessamment en secret [avec Lui].

 

Le dhikr subtil signifie ici le dhikr opéré par le coeur.

 

Il est le fruit du dhikr du degré précédent.

 

Se délivrer des liens signifie se débarrasser de l'indifférence et de l'oubli.

 

Troisième degré :

 

Il s'agit du dhikr véritable qui consiste à laisser contempler ton évocation par le Réel -exalté soit-Il-, à te prémunir contre la contemplation suffisante de ton évocation de Lui et prendre conscience que celui qui continue à être fière [en matière de contemplation] avec son dhikr ne fait que prétendre qu'il pratique vraiment le dhikr.

 

Ce dhikr est qualifié de véritable parce qu'il est attribué au Seigneur -exalté soit-Il.

 

Attribuer le dhikr au serviteur, c'est le Lui attribuer improprement.

 

C'est donc le dhikr par Allah de Son serviteur qui consiste le dhikr véritable.

 

Il s'agit en effet de la contemplation de la mention par le Réel -exalté soit-Il- de Son serviteur et qu'Il le mentionne parmi ceux qu'Il a élus et a qualifiés pour être proches de Lui et pour invoquer Son nom.

 

Ainsi Il fait de lui Son "invocateur".

 

[Pour comprendre ce point, il faut savoir qu'] Allah ne fait qu'invoquer Lui-même Son nom, car c'est Lui-même qui inspire à Son serviteur d'invoquer Son nom et qui le qualifie à le faire.

 

Vers Allah - Résumé du Livre "Les voies des Itinérants" d'Ibn Qayyim Al-Jawziyya - Pages: Page 167 à 169

Retranscription: Oum Chaïma

copié de rappel01.fr

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 21:30
La soumission et la fissuration des montagnes

La valeur, la grandeur et la force d’incidence du Coran sont telles que, si on l’avait fait descendre sur une montagne douée de raison, à l’instar des humains, tu l’aurais vue-en dépit de son extrême dureté et solidité- se soumettre et se fissurer par crainte d’Allah.

 

Comme Allah le Très Haut dit (traduction rapprochée) :

 

« Si Nous avions fait descendre ce Coran sur une montagne, tu l’aurais vu s’humilier et se fendre par crainte d’Allah » (al-Hashr, 21).

 

C’est-à-dire que la montagne aurait écouté les avertissements, et ses rochers se seraient fissurés tant elle aurait été ébranlée par la crainte d’Allah.

 

-La soumission (khushu’) : C’est le fait de courber la tête et de s’incliner.

 

C’est-à-dire, que tu la verrais poser son sommet sur le sol.

 

-La fissuration : C’est le fait de se fendre.

 

C’est-à-dire qu’elle tremblerait et se fendrait par crainte d’Allah le Très Haut.

(Al-Tahrir wa al-tanwir, 28/104)

 

Comment se fait-il que vos cœurs ne se soumettent, ni se fendent par crainte d’Allah, alors que vous avez compris l’injonction d’Allah et que vous avez réfléchi sur Son Livre ?

(Tafsir ibn kathir, 4/343-344)

 

L’intention, en produisant un signe, est de faire ressortir la grandeur du Noble Coran ; d’inciter à la méditation de ses sublimes exhortations, car personne n’a d’excuse à ce sujet pour ne pas s’acquitter du droit d’Allah le Très Haut en exaltant Son Livre et admonestant celui qui ne respecte pas ce Sublime Coran.

 

La Grandeur du Noble Coran - Page 35-36

Retranscription: Oumomeya

copié de la-ilaha-illallah.over-blog.com

 

Cheikh Mahmud ibn Ahmad ibn Salih Al-Dowsary - الشيخ محمود بن أحمد الدوسري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Coran - القرآن الكريم
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 22:57
Cheikh Salih Al Fawzan dévoile la haddâdiya (audio-vidéo)

Question :

 

J'étudie avec quelques étudiants en science qui affirment : "Nous sommes sur le minhaj des savants de la da'wa (najdiya),mais nous ne prenons pas de plusieurs savants" et ils calomnient Cheikh Al-Islam Ibn Taymiya, l'Imam Adh-Dhahabî et ils mettent en garde sur l'oeuvre : "Al-'Aquida At-Tahâwiyya", sur le fait de l'étudier et de l'expliquer.

 

Ils affirment aussi le tabdi' de l'imam At-Tahâwi.

 

Quel est donc votre opinion à leur sujet, est-ce que ce qu'ils affirment est vrai et correct de sorte que l'on puisse le prendre ?

 

Réponse :

 

Ils se disent de ahl as-sounna et ils insultent les savants ?

 

Où, où sont-ils de ahl as-sounna ?

Ce sont des menteurs, ils ne sont pas de ahl as-sounna !

 

Plutôt ils se disent de ahl as-sounna sous la forme du mensonge et de la dissimulation. 

 

Si il montre une attitude hostile envers Cheikh Al-Islam Ibn Taymiya, envers les commentateurs de la Tahâwiyya et envers les savants, alors ils ne sont pas de ahl as-sounna, mais ils se disent de ahl as-sounna sous la forme de la tromperie.

 

Alors méfiez-vous d'eux et éloignez-vous deux !

 

Na'am... 

 

Retranscrit par une sœur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net

Publié par Les gens du athar

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 22:47
Un péché mène vers un autre péché... et ainsi de suite

Ibn Al-Qayyim Al-Jawziyyah رحمه الله a dit :

 

« Une part de la punition pour un péché est en raison du fait qu’il mène vers un autre péché, puis un autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il détruise complètement la personne si elle ne se repent pas. »

 

[Madarij as-Salikine] 

copié de citationssalafssalih.com 

 

Imam Muhammad Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Péchés et repentir - الذنوب و التوبة
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 22:38
Les poupées faites grossièrement

Question :

 

Il y a différentes sortes de poupées parmi lesquelles certaines sont fabriquées en coton.

 

C’est en fait un sac qui représente les formes de la tête, des mains et des pieds.

 

Certaines de ces poupées ressemblent parfaitement à l’homme, et d’autres parlent, pleurent ou marchent même. Quel est donc le statut juridique de la fabrication ou l’achat de ce genre de jouets pour les petites filles, avec l’objectif d’apprendre et de se divertir ?

 

Réponse :

 

Il n’y a pas de doute que les poupées qui sont représentées juste avec quelques membres et la tête, mais sans être une représentation parfaite des caractéristiques humaines, sont permises car elles sont du même genre que les poupées avec lesquelles jouaient Aicha, qu’Allah l’agrée.

 

Quant à la poupée qui ressemble parfaitement à l’être humain au point où l’on se croirait face à une vraie personne, surtout si elle bouge ou parle, j’éprouve quelque réticence sur la permission de ces jouets, car ils ressemblent parfaitement à la création d’Allah, or il semblerait que  les jouets de Aisha n’étaient pas de ce genre.

 

Je pense donc qu’il vaut mieux les éviter, même si je ne prononce pas d’interdiction formelle à leur propos, puisqu’il y a une certaine latitude donnée aux enfants, plus qu’aux adultes dans ce domaine.

 

En effet, l’enfant a une disposition naturelle à jouer et à s’amuser, et n’a pas à accomplir les actes d’adoration.

 

On ne peut donc pas dire qu’il perd son temps dans le divertissement et le jeu.

 

Toutefois, si une personne veut prendre plus de précautions à ce sujet, elle pourrait alors enlever la tête de la poupée ou bien la faire chauffer pour la ramollir, puis la presser pour effacer les traits. »

 

Tirés du livre des fatawas relatives à l'enfant musulman - fatwa/page 133/(Madjmouou fatwa wa rassa'il ach-cheikh (3/156)) 

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال