compteur de visite

Catégories

1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 15:04
Qu'est-ce qui détermine l'exagération et la négligence dans la religion ?

Question :

 

Quelle est la limite qui serait considérée comme exagération si une personne venait à la dépasser dans la religion ?

 

Quelle est la définition de l'exagération ?

 

Et également, qu'est-ce qui détermine la négligence dans la religion ?

 

Réponse :

 

La limite qui serait considérée comme exagération, si elle venait à être dépassée, est le dépassement dans ce qui est légiféré.

 

Et l'exagération est l'approfondissement abusif d'une chose et son exagération.

 

Et le Prophète صلى الله عليه وسلم a certes interdit l'exagération en disant:

 

«Prenez garde à l'exagération dans la religion car, certes, ce qui a fait périr ceux qui vous ont précédé est l'exagération dans la religion»

Rapporté par Ahmed et d'autres dans une bonne chaîne de transmission.

 

Quant à la négligence, il s'agit du manquement observé dans l'accomplissement de ce qu'Allâh a imposé, en commettant ainsi certaines désobéissances à l'exemple de la fornication, de la médisance et de la calomnie, ou du délaissement de certaines obligations comme la bonté envers les parents, le maintien des liens avec les proches, la réponse au salâm ou autre que cela.

 

Fatâwâ lajnah addâ'imah, (1) 1/382

 Traduit par l'équipe al Miirath - @al_miirath

س٥: ما الحد الذي إذا زاد عنه الإنسان في الدين يعتبر غلوا، وما تعريف الغلو، وكذلك حد التفريط في الدين؟

ج٥: الحد الذي إذا زاد عليه في الدين يعتبر غلوا هو الزيادة عن المشروع، والغلو هو: التعمق في الشيء والتكلف فيه، وقد نهى النبي صلى الله عليه وسلم عن الغلو فقال

«إياكم والغلو في الدين فإنما أهلك من كان قبلكم الغلو في الدين»

رواه أحمد وغيره بإسناد صحيح أما التفريط فهو التقصير في القيام بما أوجب الله؛ من فعل بعض المعاصي، كالزنى والغيبة والنميمة أو ترك بعض الواجبات كبر الوالدين وصلة الأرحام ورد السلام ونحو ذلك

فتاوى اللجنة الدائمة (١) ١-٣٨٢

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:41
Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:20
Quelques méfaits de la paresse

Les paresseux sont les gens qui éprouvent le plus d'angoisse, d'anxiété et de tristesse.

 

Ils ne ressentent ni joie, ni bonheur contrairement aux disciples de la vigueur et de la persévérance dans les actes, quel que soit l'acte.

 

Rawdhatou l-mouhibbine, page 168.

 Traduit par l'équipe al Miirath - @al_miirath

‎‏قال ابن القيم رحمه الله

‎الكسالى أكثر الناس هماً وغماً وحزناً
‎ليس لهم فرح ولا سرور بخلاف أرباب النشاط والجدِّ في العمل أي عمل كان

‎روضة المحبين - ١٦٨

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Comportement - أخلاق و آداب
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:17
Défense exemplaire du manhaj salafi sur un plateau télévisé lybien (audio-vidéo)

Questionneur :

 

Comment commentes-tu ces aveux d'une personne prétendant appartenir à la Salafya et aux Forces spéciales où il reconnaît avoir assassiné Nader Al-'Omrani ?

 

Cheikh :

 

Louange à Allâh, prière et salut sur le Messager d'Allâh, sa Famille, ses Compagnons et ses Alliés.

 

Comme a dit le frère Nu'man, cela ne fait pas partie du Minhaj Salafi dans l'essence et les fondements du Minhaj Salafi, il y a le rejet des assassinats, des attentats, des opérations suicides etc.

 

Les fatwas des gens de la Sounna, les Salafis, sur cela sont trop nombreuses pour êtres comptées.

 

Il se peut que la haine contre les Salafis à notre époque soit à cause de ces fatwas-là par exemple, certains qui ont commenté la mort de Nader Al-'Omrani disaient qu'il fallait assassiner les tawaghit en Egypte après la chute de Morsi, ils visent par là l'assassinat de l'armée égyptienne ceux-là sont le groupe des Ikhwans (les frères musulmans).

 

Al-Qardawi par exemple dit que les opérations suicides sont permises mais avec l'autorisation de l'émir du groupe et si elle a un intérêt pour le groupe dans les fondements de la voie des ikhwans et à leurs débuts il y a eu des assassinats de personnalités en Egypte comme l'assassinat de Nuqrachi Bacha, qui était député et avant cela, le premier ministre ils l'ont assassiné.

 

L'assassinat est donc présent dans leur voie, la voie des Ikhwans.

 

Le fait que les Salafs rejettent cela que les savants Salafis de la Sounna mettent en garde contre cela et leur mise en garde contre d'autres fondements de la croyance des Ikhwans a causé la haine qui est présente actuellement entre les gens de la Sounnah et ces groupes déviants car au début, ils avaient une bonne opinion, ils disaient : "C'est un groupe islamique, on les appelle, on est proches etc."

 

Mais lorsqu'ils voient que le Minhaj Salafi rejette cela ils mettent en garde contre lui et contre ses suiveurs.

 

Questionneur :

 

Donc ce n'est pas possible, noble Cheikh, qu'un Salafi commette un assassinat ?

 

Cheikh :

 

Oui, l'assassinat en vient jamais des Salafis, le Minhaj Salafi est contre les assassinats.

 

Questionneur :

 

Ils disent que vous importez vos fatwas des pays du Golfe et de l'étranger.

 

Comment réponds-tu à ces accusations ?

 

Cheikh :

 

Premièrement, je veux dire des choses qui peuvent prendre du temps.

 

La première chose qui doit être connue par Sadiq Al-Ghuryani et ses semblables qui font ces généralisations, est que le Minhaj Salafi est basé sur le Coran, la Sounna et la compréhension des textes selon les Pieux prédécesseurs.

 

Ils n'apportent pas de compréhension hors de la compréhension des Pieux prédécesseurs.

 

Donc le savant qui est sur le Coran et la Sounna selon la compréhension des Pieux prédécesseurs qu'il soit en Arabie saoudite, en Angleterre, en Algérie, en Egypte ou en Lybie, c'est un Cheikh Salafi et on accepte ses fatwas.

 

Donc je te cite par exemple à l'époque actuelle ils parlent toujours de Cheikh Rabi', c'est pourquoi ils parlent des madakhalistes parce que le Cheikh s'appelle Rabi' Al-Madkhali et je vais parler de cela en particulier.

 

Par exemple en Egypte, Cheikh Mohamed Sa'id Raslan fait partie des Machayekh de la Da'wa Salafiya.

 

Au Soudan, Cheikh Nizar Hachim fait partie des Machayekh de la Da'wa Salafiya.

 

En Algérie, Cheikh Mohamed 'Ali Ferkous fait partie des Machayekh de la Da'wa Salafiya.

 

Il y a des Machayekh de la Da'wa Salafiya au pakistan, en Inde et partout.

 

Ils sont considérés comme des Machayekh de la Da'wa Salafiya.

 

En Libye, il y a des Machayekh de la Da'wa Salafiya.

 

Et maintenant, ils veulent frapper ces Machayekh, nous et d'autres, prenons d'eux la science car ils sont sur le Coran, la Sounna et la compréhension des Pieux prédécesseurs.

 

Quant au fait de dire que c'est l'Arabie saoudite qui a diffusé le Minhaj Salafi, le Minhaj Salafi existe avant l'apparition de l'Etat saoudien, il est venu avec le Messager d'Allâh صلى الله عليه و سلم.

 

C'est pourquoi on a parlé de la compréhension des Pieux prédécesseurs.

 

Ce n'est pas l'Arabie saoudite qui a inventé le Minhaj Salafi.

 

Peut-être que le Minhaj actuel de l'Arabie saoudite est salafi mais ce n'est pas elle qui a inventé le Minhaj Salafi et l'a apporté, car le Minhaj Salafi est ancien.

 

L'imam Malik dont ils se revendiquent, pourquoi ?

 

Ils veulent te montrer que l'Imam Malik n'est pas Salafi.

 

L'imam Malik est Salafi.

 

L'imam Malik est Salafi, il fait parti des Prédécesseurs biens connus.

 

L'imam Al-Daraqotni après lui, les Imams malikites sont Salafis mais si quelqu'un dit : ''Notre voie est malikite, est modérée'', comme si tu voulais dire que l'Imam Malik ne fait pas partie des Pieux prédécesseurs.

 

L'imam Malik fait parti des têtes des Pieux prédécesseurs, qu'Allâh l'agrée.

 

L'imam Malik est Salafi avant nous, nous sommes salafis après lui.

 

Je dois éclaircir quelque chose sur le mot salafi... 

 

''Salafi'' est une affiliation.

 

Nous nous affilions aux Pieux prédécesseurs, ce n'est pas un parti, nous nous affilions aux Pieux prédécesseurs c'est pourquoi les Salafis sont les seuls à contredire leurs savants s'ils se trompent.

 

Questionneur :

 

Ils ont dit que les Salafis ont pris une fatwas de l'Arabie saoudite pour combattre les Ikhwans.

 

Cheikh :

 

Les Salafis n'ont pas pris de fatwas d'Arabie saoudite.

 

Les Salafis étaient avec l'opération Dignité dès le premier jour.

 

Je veux te dire quelque chose, je n'ai jamais étudié en Arabie saoudite, je ne suis allé en Arabie saoudite que pour la 'Omra ou le Hajj si quelqu'un te dit j'ai appris en Arabie saoudite cela n'a pas eu lieu aussi j'ai été emprisonné à l'époque de Qadafi pendant 5 ans comme a dit le frère Nu'man quand il a dit que tout les Salafis étaient en prison et ils ne se sont pas révoltés.

 

Questionneur :

 

Encore une fois, le sujet des madkhalistes, tu m'as dit que vous prenez de plusieurs Machayekhs dans plusieurs pays, le fait que vous ne prenez que de l'Arabie saoudite ou que vous suivez les services secrets saoudiens ou votre affiliation au Cheikh Rabi' Al-Madkhali et le fait que vous êtes décrits comme étant madkhalistes est seulement prétendu par Sadiq Al-Ghuryani qui a également prétendu que vous êtes une sectes takfiriste.

 

Cheikh :

 

Avant de parler de ce sujet en particulier je voulais répondre au frère Jamel sur sa parole : "La personne à côté de toi te juge mécréant car tu rase ta barbe", c'est un mensonge pur.

 

Juger mécréant les gens pour les péchés ne fait pas partie du Minhaj Salafi, il n'y a pas de doute que le Prophète صلى الله عليه وسلم a ordonné de laisser la barbe.

 

Deuxièment, il n'y a pas de doute que la laisser est obligatoire, cela fait partie de la différenciation des polythéistes et de la différenciation des juifs et des chrétiens etc.

 

Il y a beaucoup de textes sur la barbe.

 

Questionneur :

 

Mais tu ne rend pas mécréant...

 

Cheikh :

 

Jamais, et pas seulement pour la barbe.

 

Les Salafis, les gens de la Sounna ne rendent jamais mécréant pour les péchés, c'est pourquoi que l'imam Al-Tahawi et ce n'est pas un madkhali et ils connaissent l'Imam Al-Tahawi, à quel siècle était son époque.

 

Il dit : "Nous ne rendons personne mécréant parmi les gens de la Qibla, tant qu'il ne considère pas son péché comme étant licite", ils ne croient pas en cette chose là en particulier, ils rendent mécréant les gouverneurs des musulmans par le simple fait de juger par autre que ce qu'Allâh a révélé par exemple et ils le rendent égal au sacrifice, au circumambulation autour des tombes etc.

 

Juger par autre que ce qu'Allâh a révélé est un péché, nous ne rendons pas mécréant pour cela, jusqu'à celui qui le commet le rende licite.

 

Ils accusent les gens de la Sounna d'être des mourjites à cause de cela.

 

Si tu interroges beaucoup d'entres eux sur l'irja et les mourjites tu vois qu'ils ne savent pas ce que c'est, ceci est par rapport à la barbe.

 

Questionneur :

 

Vous prenez plus de Cheikh Rabi' Al-Madkhali que des autres Chouyoukh, c'est pour cela qu'ils vous accusent d'être Madkhalistes ?

 

Cheikh :

 

Les salafis sont décrits comme étant madkhalistes à cause du dénigrement de Sayed Qotb.

 

Cheikh Rabi'Al-Madkhali est celui qui a écrit le plus de livres pour dénigrer Sayed Qotb.

 

Sayed Qotb est la base des khawarij dans tout les pays, son livre "Jalons sur la route" est purement kharijite, son livre "Pourquoi ils m'ont exécuté" est purement kharijite.

 

Cheikh Rabi' l'a réfuté et a écrit sur lui prêt de 9 livres.

 

Ils ont donc fait de Cheikh Rabi' leur ennemi principal car il a fait tomber leur référence principal.

 

Cheikh Rabi' met en garde contre les ikhwans depuis des dizaines d'années, quand tu les entend parler sur lui on dirait qu'ils parlent d'un enfant, Cheikh Rabi' a plus de 80 ans, il est enraciné dans la science.

 

Il était avec les ikhwans, il a marché avec les ikhwans à condition de les conseiller, ils le disent tout le temps, ils disent que Cheikh Rabi' était avec eux.

 

Quand il a vu qu'ils ne s'amélioraient pas et ne profitaient pas des conseils, il les a laissé.

 

Questionneur :

 

Il y a une différence grande entre vous et les ikhwans, entre vous et Da'ech , entre vous et Al-Qaïda, mais pourquoi il y a ces attaques ou ces déclarations contre vous à Tripoli ?

 

Cheikh :

 

Les frères salafis qui ont été empêché d'enseigner sont des étudiants en science, ils ont étudié au Yémen, ils sont venus avec beaucoup de science et Allâh en a fait profiter les gens.

 

La Da'wa salafya ne c'est pas répandu maintenant seulement, elle existait déjà sous l'ancien régime, c'est une Da'wa forte, quand les étudiants en science ont pu donner des cours et des conférences, Allâh les secouru.

 

Cheikh Abou Mos'ab , un de ceux qu'ils ont empêchés, quand il vient faire un discours dans une mosquée on ferme les rues, quand il vient enseigner dans une mosquée on ferme les rues.

 

De même Cheikh Abou Houdhayfa-al-Maqalfta de Misrata et Abou 'Obeyd Al-Misrati, ceux-là, à Misrata, ce sont des piliers, ce sont eux qui ont secouru le Minhaj Salafi dans leur guerre dernièrement à Syrte, la brigade 604 est totalement Salafie, où sont les prises de position des ikhwans ?

 

Les ikhwans sont comme des chacals, les Salafis entrent dans une région et ils ne voient pas que les images sont autorisées, vous voyez ici, les Salafis à Benghazi ils libèrent une région et ils partent, ils n'attendent pas les images.

 

Regarde la brigade 210 et avant elle la brigade du Tawhid, grâce à Allâh, les Salafis connaissent la valeur du gouverneur, ils connaissent la valeur de la direction générale, ils connaissent la valeur du commandement de l'armée, c'est pourquoi quand on leur a dit d'annuler la brigade du Tawhid ils ont dit : "écoute et obéissance", ils ont dit cela dans leurs écrits.

 

Maintenant ils sont présent dans la brigade 210 ils rentrent région après région puis tu les vois, de même à Syrte les Salafis libèrent Syrte puis les ikhwans font des discours après eux.

 

Questionneur :

 

Ils vous ont aussi accusés d'être mes Mashaykhs des sultans.

 

Cheikh :

 

Oui, Machaykhs des sultans car on croit en l'écoute et l'obéissance pour les gouverneurs.

 

Questionneur :

 

C'est la divergence profonde entre vous maintenant ?

 

Cheikh :

 

Frère Ahmad, tu dois savoir que la relation entre les Salafis et les sultans depuis longtemps est une relation d'amitié et de conseil, c'est pourquoi l'imam Al-Tahawi a dit, et il n'est pas Madkhali...


Il a dit : "On ne croit pas à la révolte contre nos gouverneurs même si ils sont injustes".

 

Il a dit : "On croit au fait d'invoquer pour eux pour la droiture et le pardon".

 

Quand il parle du changement, sa parole : "Chaque école doit être laissée comme elle est etc".

 

Comme s'il voulait dire que les Salafis changent par la force.

 

La salafiya est une prédication, ce n'est ni une idée, ni une idéologie.

 

Est-ce que les Salafis ont forcé les gens à suivre et aimer le Minhaj Salafi ?

 

Non, par Allâh, ils ne les ont pas forcés.

 

Les Salafis ont appelé à Allâh avec sagesse et bonne exhortation, ils leur ont cités des choses au début de la guerre en février tout les lybiens l'ont comprise après cela c'est pourquoi leur amour est entré dans leurs cœurs.

 

Lorsque les khawarijs ont été combattu, les gens ont beaucoup souffert des khawarijs.

 

Ici à Benghazi on tue le frère devant son frère, par Allâh, personne ne dit rien, on assassine les gens dans la rue, les khawarijs s'arrêtent et me tuent au pistolet, les gens regardent comme si ils n'avaient rien vu, si ont leur demande de témoigner, ils ne témoignent pas, par crainte d'eux.

 

500 soldats ou officiers ont été assassiné après la guerre et que les Salafis sont sortis pour combattre les khawarij.

 

Et les textes sur le combat des khawarij existent depuis le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم et non depuis le Cheikh Rabi' Al Madkhali comme ils le disent.

 

Les textes sur le combat des khawarij existent depuis le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم.

 

Retranscrit par Narimen de l'équipe de retranscription Dourouss As Salafiyatt

Publié par 3ilmchar3i.net

Recommandations de Cheikh Abdullah Ibn Salfîq Al-Dhufayri

pour des étudiants en science de la ville de El-Marg en Libye

Cheikh Abou 'Issa Hammad Boudouira - الشيخ أبوعيسى حمد بودويرة

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:08
Cette communauté se divisera en soixante-treize groupes

Question :

 

J'ai pris connaissance d'un noble Hadith cité par le Cheikh de l'Islam Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb dans son livre "Mokhtasar Sîrat Ar-Rasoul صلى الله عليه وسلم - Résumé de la vie du Messager صلى الله عليه وسلم", dans lequel le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Cette communauté se divisera en soixante-treize groupes, tous en enfer sauf un"

 

La personne qui pose la question voudrait un éclaircissement sur ce sujet sur lequel l'Imam Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb a dit dans l'ouvrage précité :

 

"Ce sujet est l'un des plus importants.

En effet, celui qui l'a compris est un Faqîh (savant) et celui qui l'a mis en pratique est un musulman.

Nous demandons à Allâh Le Généreux, Celui qui comble de bienfaits, de nous accorder la faveur de nous le faire comprendre et de nous permettre de le pratiquer."

 

Il aimerait également une réponse aux questions suivantes qui concernent le Hadith cité ci-dessus :

 

1- Quel est le groupe sauvé indiqué dans le Hadith ?

 

2- Les groupes autres que "les gens du Hadith", comme les Chiites, les Châfi`ites, les Hanafites, les Tîdjânis et autres font-ils partie des soixante-douze groupes dont le Noble Messager a dit qu'ils rentreraient en Enfer ?

 

3- Si tous ces groupes sont destinés au Feu sauf un, comment leur autorisez-vous la visite de la Maison Sacrée d'Allâh ?

Est-ce que le grand Imam était dans l'erreur ou vous êtes-vous détournés du droit chemin ?

 

Réponse :

 

Premièrement :

 

Ce que l'Imam et Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb رحمه الله a cité dans "Résumé de la vie du Messager" est une partie du Hadith authentique connu, rapporté par les auteurs des "Sounans" et des "Mousnads" comme Abou Dâwoud, An-Nassâ'î, At-Tirmidhî et d'autres, avec des versions différentes, dont :

 

"Les juifs se sont divisés en soixante et onze groupes, tous iront au Feu sauf un.

Les chrétiens se sont divisés en soixante-douze groupes, tous iront au Feu sauf un et cette Oumma (Communauté musulmane) se divisera en soixante-treize groupes tous iront au Feu sauf un."

 

Et dans une deuxième version : "en soixante-treize religions"

 

Alors que dans une autre version :

 

"On interrogea le Prophète صلى الله عليه وسلم sur ce groupe épargné. Il صلى الله عليه وسلم répondit : "Ce sont ceux qui suivent ma guidée et celle de mes compagnons"".

 

Et dans une variante :

 

"C'est la Djamâ`a. La main d'Allâh est au-dessus de celle de la Djamâ`a (le groupe des musulmans dont les membres sont unis)" .

 

Deuxièmement :

 

Le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a décrit le groupe sauvé dans certaines versions du Hadith précédent par ses qualités et ses caractéristiques.

 

Dans sa réponse à la question de ses Compagnons : "Quel est le groupe sauvé ? Il a dit :

 

"Ce sont ceux qui suivent ma voie et celle de mes compagnons aujourd’hui".

 

Selon une autre version, il a dit :

 

"C'est la Djamâ`a. La main d'Allâh est au-dessus de celle de la Djamâ`a (le groupe des musulmans dont les membres sont unis)"

 

Il l'a décrit comme étant le groupe qui, dans sa croyance, sa parole, sa pratique et son comportement, se conforme à ce que le Prophète صلى الله عليه وسلم et ses Compagnons رضي الله عنهم pratiquaient.

 

C'est le groupe qui emprunte la voie du Livre et de la Sunna dans tout ce qu'il applique (comme obligations) et délaisse (comme interdits), et qui s'attache à la voie de la Djamâ`a des musulmans qui sont les Compagnons رضي الله عنهم) puisqu'ils ne suivirent personne si ce n'est le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم qui ne parle pas sous l'effet de la passion, et dont les paroles ne sont rien d'autre qu'une Révélation inspirée.

 

Assurément, tous ceux qui suivent le Livre, la Sunna verbale et pratique et le Consensus de la Oumma et qui ne cèdent pas aux conjectures mensongères, aux passions déviantes et aux fausses interprétations que la langue arabe - qui est la langue du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم et avec laquelle a été révélé le Noble Coran - refuse et que les fondements de la législation islamique rejettent, tous ceux qui sont ainsi font partie du groupe sauvé des gens de la Sunna et du Consensus (Ahl As-Sunna wa Al-Djamâ`a).

 

Troisièmement :

 

En revanche, celui qui prend sa passion comme divinité et contredit le Livre et la Sunna authentique, avec sa pensée ou la pensée de son Imam et la parole de celui qu'il suit aveuglement et avec entêtement, ou qui interprète les textes du Livre et de la Sunna avec ce que la langue arabe et les fondements de la législation islamique rejettent, il se sera écarté par cela de la Djamâ`a.

 

Il fera alors partie des soixante-douze groupes dont le Messager exempt d'erreur, Mohammad صلى الله عليه وسلم, a déclaré qu'ils iraient au Feu.

 

La caractéristique qui permet donc de reconnaître ces groupes est : l'abandon du Livre, de la Sunna et du Consensus par des interprétations qui ne sont pas en accord avec la langue du Coran ni avec les fondements de la Charia et qui n'admettent aucune excuse pour l'erreur.

 

Quatrièmement :

 

Le thème mentionné par l'Imam de la Da`wa (Prêche) Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb et qu'il a décrit comme étant l'un des sujets les plus importants, en précisant que celui qui l'aura compris aura compris la religion et que celui qui l'aura mis en pratique serait le musulman, ce thème est celui qui a été exposé dans le deuxième paragraphe de la réponse, à savoir le fait que le groupe sauvé se distingue par les caractéristiques décrites par le Prophète Mohammad صلى الله عليه وسلم, et que les autres groupes sont ceux qui s'y opposent.

 

Ainsi, celui qui discerne le groupe sauvé du groupe damné et qui comprend la différence entre ces deux groupes, en étant en accord avec la description donnée par le Prophète صلى الله عليه وسلم, aura certes compris la religion et aura discerné entre ceux auxquels il est obligatoire d'appartenir et ceux dont il faut s'écarter et fuir comme on fuit le lion.

 

Quant à celui qui s'impose la pratique de cette compréhension juste et qui suit le groupe de la guidée, de la vérité et leur Imam, c'est le vrai musulman, car ses caractéristiques correspondent à celles du groupe sauvé en ce qui concerne le savoir, la croyance, les paroles et les actes.

 

Nul doute que ce sujet est parmi les plus importants, les plus bénéfiques et les plus vastes en avantages.

 

Qu'Allâh fasse miséricorde à l'Imam et Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb, l'homme à la clairvoyance perspicace et à la compréhension précise de la religion et de ses objectifs, de telle sorte qu'il attira l'attention des musulmans sur ce qui est important pour eux dans leur religion, tantôt par l'allusion, comme pour cette question, tantôt par des formules et des explications comme dans beaucoup de ses écrits.

 

Cinquièmement :

 

Le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم n'a pas cité de noms pour les sectes qui se veulent affiliées à l'Islam, ni de signes permettant de reconnaître les soixante-douze groupes, ni de symboles les différenciant les uns des autres.

 

Par contre, il leur a attribué comme signes le fait de délaisser le Livre, la Sunna, le consensus des Califes bien guidés et du reste des Compagnons رضي الله عنهم, de se soumettre aux conjectures et aux caprices, de parler sur Allâh sans science et d'être des fanatiques de ceux qu'ils suivent en dehors du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم, par hostilité et par alliance.

 

En revanche, il a donné comme caractéristiques au groupe sauvé, le fait de suivre le Livre et la Sunna, l'adhérence à la communauté des musulmans et le fait de préférer cela à leurs connaissances, leurs conjectures et leurs passions.

 

En effet, leurs penchants suivent la législation islamique, et ils prennent des alliés et témoignent des hostilités en fonction de cela.

 

Quant à celui qui prend des critères, pour évaluer les groupes, autre que la description donnée par le Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم et avec lesquels il différencie entre le groupe sauvé et le groupe damné, il aura certes parlé sans science, donné un jugement sur ces groupes sans clairvoyance, et fait preuve d'injustice envers-lui même ainsi qu'envers ces factions affiliées à l'Islam.

 

Alors que celui qui se réfère, pour distinguer le groupe sauvé du groupe damné, à la description donnée par le Prophète صلى الله عليه وسلم, il aura été juste dans son jugement et aura su que les groupes de cette communauté ne sont pas de la même nature.

 

En effet, parmi eux, figurent ceux qui sont plus soucieux de suivre la législation islamique, plus soumis à celle-ci et plus éloignés des innovations en religion, des altérations et des rajouts et diminutions de ses textes.

 

Ceux-là ont tous les atouts pour faire partie du groupe sauvé.

 

On compte parmi eux les savants du Hadith et les Imams du Fiqh (jurisprudence) du Livre et de la Sunna, dont certains sont aptes à faire des efforts d'interprétation (Idjtihâd) qui préservent la législation et qui lui sont soumis, mais qui peuvent aussi mal interpréter les textes, ils sont alors excusés pour leurs erreurs car à l'origine, cela fait partie des possibilités envisageables en matière d'Idjtihâd.

 

Figurent également parmi eux ceux qui rejettent certains textes de la législation islamique soit parce qu'ils sont de nouveaux convertis soit parce qu'ils ont grandi dans les régions éloignées des Pays Islamiques et qu'il ne leur est pas parvenu ce qu'ils rejettent.

 

De même, il y a parmi eux ceux qui commettent des péchés ou inventent des innovations qui ne les font pas sortir du cadre de l'Islam, ils sont ainsi croyants, obéissant à Allâh à hauteur de leurs obéissances et pécheurs en fonction de ce qu'ils commettent comme péchés et inventent comme innovations ; ils sont alors sous la Volonté d'Allâh, s'Il veut, Il leur pardonne et s'Il veut, Il les châtie.

 

Le Très-Haut dit (traduction rapprochée) :

 

"Certes Allâh ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut". Et Il dit: "D'autres ont reconnu leurs péchés, ils ont mêlé de bonnes actions à d'autres mauvaises. Il se peut qu'Allâh accueille leur repentir."

 

Les uns et les autres ne sont pas mécréants pour avoir mal interprété et rejeté ce qu'ils ont rejeté mais ils sont excusés et sont du nombre du groupe sauvé même s'ils ont moins de mérite que les premiers.

 

A l'opposé, on trouve ceux qui ont nié ce qui est fondamentalement reconnu dans la religion après que cela leur ait été expliqué et qui ont suivi leur passion au lieu de suivre la guidée d'Allâh ou qui ont interprété certains textes de la législation islamique d'une interprétation éloignée en contredisant ceux qui les ont précédés parmi la communauté des musulmans, et lorsque la vérité leur a été exposée et les preuves leur sont parvenues à travers des débats ou autre, ils ne se sont pas rétractés, ceux-là sont des mécréants qui ont abjuré leur religion même s'ils prétendent être des musulmans et même s'ils font des efforts pour appeler à l'Islam selon leur croyance et leur voie.

 

On citera comme exemple le groupe des Qadianistes Ahmadites qui ont nié que la prophétie s'achevait avec la venue de Mohammad صلى الله عليه وسلم et qui ont prétendu que Gholâm Ahmad Al-Qâdyânî est le Prophète d'Allâh et Son Messager ou qu'il est le Messie `Issâ ibn Mariam (Jésus fils de Marie) ou que l'âme de Mohammad ou de `Issâ s'est réincarnée dans son corps et qu'il a atteint leur rang en ce qui concerne la prophétie et le Message.

 

Sixièmement :

 

Les gens de la Sunna et du Consensus (Ahl As-Sunna wa Al-Djamâ`a) ont des fondements établis par des preuves sur lesquels ils se basent et auxquels ils se réfèrent pour argumenter sur des sujets partiels et pour la mise en pratique des règles envers eux-mêmes aussi bien qu'envers les autres.

 

Parmi ces fondements :

 

La croyance que la foi est définie par la parole, les actes et la croyance, et qu'elle augmente avec l'obéissance et diminue à cause des péchés.

 

A chaque fois que le musulman augmente dans l'obéissance, sa foi augmente, en revanche, celle-ci diminue à chaque fois qu'il renonce à l'obéissance ou qu'il commet des péchés qui ne débouchent pas sur la mécréance claire.

 

Effectivement, pour eux, la foi a des degrés et le groupe sauvé comporte des niveaux différents, les uns sont plus élevés que les autres selon les arguments et selon ce que les gens ont prononcé comme paroles et accompli comme actes.

 

Parmi leurs fondements également :

 

Le fait de ne pas juger de la mécréance d'une personne ou d'un groupe en particulier parmi les gens de la Qibla (direction vers laquelle s'oriente le musulman lorsqu'il prie).

 

En effet, ils s'abstiennent de faire cela car le Prophète صلى الله عليه وسلم a renié le fait que Oussâma ibn Zayd ibn Hâritha ait tué un homme qui était du nombre des mécréants après qu'il eut dit : "Nulle divinité n'est digne d'adoration si ce n'est Allâh" et n'accepta pas l'excuse donnée par Oussâma qui justifia cela en disant que l'homme avait simplement prononcé l'attestation de foi pour préserver sa vie.

 

Il lui a alors dit :

 

"Pourquoi ne lui as-tu pas ouvert le cœur pour voir s'il l'a dit sincèrement ou non?"

 

Ce qui signifie : S'il l'a dit sincèrement du fond du cœur ou non.

 

Cependant, celui qui commet un acte de mécréance évidente, comme le fait de nier ce qui est fondamentalement reconnu dans la religion ou de contredire complètement le consensus et d'interpréter des textes clairs qui ne nécessitent pas d'interprétation, et qui ne revient pas sur cela après qu'on lui ait expliqué la vérité [est jugé mécréant].

 

L'Imam de la Da`wa, Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb رحمه الله est resté attaché à la voie des gens de la Sunna et du Consensus (Ahl As-Sunna wa Al-Djamâ`a) et a suivi leurs fondements.

 

En effet, il s'est abstenu de juger mécréant un individu ou un groupe en particulier comptant parmi les gens de la Qibla pour des péchés, des interprétations ou des innovations sauf en la présence de preuves sur cette mécréance et s'il est établi que le Message soit parvenu et l'explication de la vérité donnée.

 

Le gouvernement Saoudien (qu'Allâh le prenne sous Sa garde et le renforce par Son succès) ne s'oppose pas à cela dans ses relations avec les citoyens et le jugement qu'il applique sur eux, ni dans sa position envers les musulmans des autres Etats et en particulier ceux qui viennent à la Maison sacrée d'Allâh pour accomplir le Pèlerinage (Hadj) ou la Visite Sacrée (`Omra).

 

Il pense du bien des musulmans et les considère comme ses frères en religion.

 

Il cherche l'entraide avec eux dans ce qui les rend plus forts, préserve leurs droits et leur rend ce qui leur est dû.

 

Il accueille ceux qui viennent et leur facilite l'accomplissement de leurs rites ou de leurs affaires de la meilleure des façons avec sympathie et révérence.

 

Ceci est visible à ceux qui connaissent son engagement et qui ont été témoins des efforts matériels et financiers déployés pour servir les musulmans et assurer le confort aux pèlerins de la Maison Sacrée.

 

C'est pour cela qu'il autorise aux différents groupes de musulmans de visiter la Maison Sacrée d'Allâh sans rechercher ce qu'ils dissimulent comme croyance, se contentant de ce qui est apparent sans regarder les intérieurs, car c'est Allâh qui Se charge des secrets.

 

Et si la mécréance d'une personne ou d'un groupe particulier est avérée, comme les Qadianistes par exemple, et que cela est confirmé par les savants reconnus des Etats islamiques, il ne pourra faire autrement que d'empêcher celui dont la mécréance et l'apostasie ont été confirmées d'accomplir le Hadj et la `Omra, préservant ainsi la Maison Sacrée d'Allâh d'être approchée par celui qui a dans son cœur de la mécréance et mettant en pratique la Parole du Très-Haut (traduction rapprochée) :

 

"Ô vous qui croyez! Les associateurs ne sont qu’impureté: qu’ils ne s’approchent plus de la Mosquée sacrée, après cette année-ci."

 

Et Sa Parole (Exalté soit-Il) (traduction rapprochée) :

 

"et purifie Ma Maison pour ceux qui tournent autour, pour ceux qui s'y tiennent debout et pour ceux qui s'y inclinent et se prosternent"."

 

Il ressort de ce qui a précédé l'importance de ce sujet crucial à laquelle l'Imam de la Da`wa de son époque, Cheikh Mohammad ibn `Abd-Al-Wahâb رحمه الله a fait référence, et sur laquelle le demandeur a posé la question.

 

Nous constatons que le Cheikh a suivi la voie saine puisqu'il s'est attaché aux fondements des gens de la Sunna et du consensus (Ahl As-Sunna wa Al-Djamâ`a) et que le gouvernement Saoudien, dans ses relations avec les musulmans dans le monde, n'a pas dévié du droit chemin, mais s'est conformé aux règles des gens de la Sunna et du consensus comme l'a fait l'Imam de la Da`wa.

 

En effet, il a considéré les musulmans selon les apparences sans rechercher ce que renferment leurs cœurs.

 

Il a été indulgent avec ceux dont la réalité est cachée et dur avec ceux dont le crime a été dévoilé et qui ont persisté dans leur apostasie après les discussions et les explications successives.

 

Qu'Allâh nous accorde la réussite et que la prière et la paix d'Allâh soient sur notre Prophète Mohammad, sa famille et ses compagnons.

 

La fatwa numéro 830

Numéro de la partie: 2, Numéro de la page: 221 à 229

Publié par alifta.net

ستفترق هذه الأمةعلى ثلاث وسبعين فرقة

س: قد اطلعت على حديث شريف أورده شيخ الإِسلام محمد بن عبد الوهاب في كتابه [مختصر سيرة الرسول صلى الله عليه وسلم]؛ وهو قوله صلى الله عليه وسلم

ستفترق هذه الأمة على ثلاث وسبعين فرقة كلها في النار إلاَّ واحدة

، والسائل هنا يريد بيان هذه المسألة التي قال فيها الإِمام محمد بن عبد الوهاب في كتابه آنف الذكر: (فهذه المسألة من أجل المسائل فمن فهمها فهو الفقيه ومن عمل بها فهو المسلم، فنسأل الله الكريم المنان أن يتفضل علينا بفهمها والعمل بها) كما يود إجابته على الأسئلة التالية التي تدور حول الحديث المذكور وهي

1

 من هي الفرقة الناجية المشار إليها في الحديث؟

2

- وهل تدخل الفرق الأخرى غير أهل الحديث؛ كالشيعة ، والشافعية ، والحنفية ، والتيجانية وغيرها في الاثنتين والسبعين فرقة التي نص الرسول الكريم على أنها في النار؟

3

- وإذا كانت هذه الفرق في النار إلاَّ واحدة فكيف تسمحون لهم بزيارة بيت الله الحرام ؟ هل كان الإِمام الكبير على خطأ أم قد حدتم عن الجادة المستقيمة؟

ج: أولاً: ما ذكره الإِمام الشيخ محمد بن عبد الوهاب رحمه الله في [مختصر السيرة] طرف من حديث صحيح مشهور رواه أصحاب السنن والمسانيد كأبي داود والنسائي والترمذي وغيرهم بألفاظ عدة منها

افترقت اليهود على إحدى وسبعين فرقة كلها في النار إلاَّ واحدة، وافترقت النصارى على اثنتين وسبعين فرقة كلها في النار إلاَّ واحدة، وستفترق هده الأمة على ثلاث وسبعين فرقة كلها في النار إلاَّ واحدة

وفي رواية: على ثلاث وسبعين ملة 

وفي رواية

قالوا: يا رسول الله، من الفرقة الناجية؟ قال: من كان على مثل ما أنا عليه اليوم وأصحابي

 وفي رواية قال

هي الجماعة، يد الله على الجماعة

.ثانيًا: الفرقة الناجية قد بينها رسول الله محمد صلى الله عليه وسلم في بعض روايات الحديث المتقدم بصفتها ومميزاتها في جوابه على سؤال أصحابه: من الفرق الناجية؟ حيث قال

من كان على مثل ما أنا عليه اليوم وأصحابي

 وفي رواية أخرى قال

هي الجماعة يد الله على الجماعة

، فوصفها بأنها هي التي تسير في عقيدتها وقولها وعملها وأخلاقها على ما كان عليه النبي محمد صلى الله عليه وسلم وما كان عليه الصحابة رضي الله عنهم، فتنهج نهج الكتاب والسنة في كل ما تأتي وما تذر، وتلزم طريق جماعة المسلمين وهم الصحابة رضي الله عنهم حيث لم يكن لهم متبوع إلاَّ رسول الله صلى الله عليه وسلم الذي لا ينطق عن الهوى، إن هو إلاَّ وحي يوحى، فكل من اتبع الكتاب والسنة قولية أو عملية وما أجمعت عليه الأمة ولم تستهوه الظنون الكاذبة ولا الأهواء المضلة والتأويلات الباطلة التي تأباها اللغة العربية - التي هي لسان رسول الله صلى الله عليه وسلم وبها نزل القرآن الكريم - وتردها أصول الشريعة الإِسلامية، كل من كان كذلك فهو من الفرقة الناجية أهل السنة والجماعة.ثالثًا: أما من اتخذ إلهه هواه وعارض الكتاب والسنة الصحيحة برأيه أو رأي إمامه وقول متبوعه حمية له وعصبية، أو تأول نصوص الكتاب والسنة بما تأباه اللغة العربية وترده أصول الشريعة الإِسلامية فشذ بذلك عن الجماعة فهو من الفرق الثنتين والسبعين التي ذكر الرسول المعصوم محمد صلى الله عليه وسلم بأنها جميعها في النار، وإذًا فأمارة هذه الفرق التي بها تعرف: مفارقة الكتاب والسنة والإِجماع بلا تأويل يتفق مع لغة القرآن وأصول الشريعة ويعذر به صاحبه فيما أخطأ فيه.رابعًا: المسألة التي ذكرها إمام الدعوة الشيخ محمد بن عبد الوهاب وذكر أنها من أجل المسائل، وأن من فهمها فقد فهم الدين، ومن عمل بها فهو المسلم - هي ما تقدم بيانه في الفقرة الثانية من الإِجابة، من تميز الفرقة الناجية بما ميزها به النبي محمد صلى الله عليه وسلم، وأن الفرق الأخرى على خلافها، فمن ميز بين الفرقة الناجية والفرقة الهالكة بما ميز به النبي صلى الله عليه وسلم، وفهم الفرق بين الفرق الناجية والهالكة على وفق بيانه فقد فهم الدين وميز بين من يجب أن يلزم جماعتهم ومن يجتنبهم ويفر منهم فراره من الأسد، ومن أخذ نفسه بالعمل بهـذا الفهم الصحيح فلزم جماعة الهدى والحق وإمامهم فهو المسلم؛ لأنه ينطبق عليه وصف الفرقة الناجية علمًا وعقيدةً وقولاً وعملاً.ولا شك أن هذا من أجل المسائل وأعظمها نفعًا وأعمها فائدة، فرحم الله الإِمام الشيخ محمد بن عبد الوهاب ، رجل البصيرة النافذة والفهم الدقيق لنصوص الدين ومقاصده، حيث نبه على ما يهم المسلمين في أمر دينهم بالإِشارة أحيانًا كما هنا، وبالعبارة والبيان أحيانًا أخرى كما في كثير من مؤلفاته.خامسًا: لم يجعل رسول الله صلى الله عليه وسلم الألقاب التي اشتهرت بها الطوائف المنتسبة للإِسلام سمات تعرف بها الفرق الثنتان والسبعون، ولا عنوانًا يتمايز به بعضها عن بعض، وإنما جعل أمارتها مفارقة الكتاب والسنة وإجماع الخلفاء الراشدين وسائر الصحابة رضوان الله عليهم أجمعين، اتباعًا للظن وما تهوى الأنفس، وقولاً على الله بغير علم وعصبية لمتبوعهم سوى رسول الله صلى الله عليه وسلم، يعادون في ذلك ويوالون، كما جعل شعارًا للفرقة الناجية اتباع الكتاب والسنة ولزوم جماعة المسلمين، وإيثار ذلك على مداركهم وظنونهم وأهوائهم، فهواهم تبعًا لما جاءت به الشريعة الإِسلامية، يوالون في ذلك ويعادون، فمن يتخذ ميزانًا يزن به الطوائف سوى بيان رسول الله صلى الله عليه وسلم ويعرف به فرقها ليميز الفرقة الناجية من الفرق الهالكة فقد تكلم بغير علم وحكم في الفرق بغير بصيرة فظلم بذلك نفسه، وظلم الطوائف المنتسبة للإِسلام، ومن رجع في تمييز الفرقة الناجية من الفرق الهالكة إلى بيانه صلى الله عليه وسلم عدل في حكمه وعرف أن جماعات الأمة درجات متفاوتة، فمنهم من هو أحرص على اتباع الشريعة والاستسلام لها وأبعد الناس عن الابتداع في الدين والتحريف في نصوصه، والزيادة فيه أو النقص منه فهؤلاء أسعد الناس بأن يكونوا من الفرقة الناجية، فعلماء الحديث وأئمة الفقه في الكتاب والسنة منهم من هو أهل للاجتهاد يحرص على الشريعة ويسلم لها إلاَّ أنه قد يتأول بعض نصوصها تأويلاً يخطئ فيه فيعذر في خطئه لكونه في موارد الاجتهاد، ومنهم من ينكر بعض نصوص الشريعة، إما لكونه حديث عهد بالإِسلام، وإما لأنه نشأ في أطراف البلاد الإِسلامية فلم يبلغه ما أنكره، ومنهم من يرتكب معصية أو يبتدع بدعة لا يخرج بها عن حظيرة الإِسلام، فهو مؤمن مطيع لله بما فيه من طاعة، مسيء بما ارتكب من معصية وابتدع من البدع فكان في مشيئة الله إن شاء الله غفر له وإن شاء عذبه، قال تعالى

إِنَّ اللَّهَ لاَ يَغْفِرُ أَنْ يُشْرَكَ بِهِ وَيَغْفِرُ مَا دُونَ ذَلِكَ لِمَنْ يَشَاءُ

وقال

وَآخَرُونَ اعْتَرَفُوا بِذُنُوبِهِمْ خَلَطُوا عَمَلا صَالِحًا وَآخَرَ سَيِّئًا عَسَى اللَّهُ أَنْ يَتُوبَ عَلَيْهِمْ

فهؤلاء وهؤلاء ليسوا بكفار بتأويلهم الخاطئ أو جحدهم ما جحدوا بل يعذرون ويدخلون في عداد الفرقة الناجية وإن كانوا دون الأولى. ومنهم من جحد معلومًا من الدين بالضرورة بعد ما تبين له واتبع هواه بغير هدى من الله أو تأول بعض نصوص الشريعة تأويلاً بعيدًا مخالفًا في ذلك من سبقه من جماعة المسلمين، ولما بين لهم الحق وأقيمت عليهم الحجة بالمناظرات وغيرها لم يرجعوا فهؤلاء كفار مرتدون عن الإِسلام وإن زعموا أنهم مسلمون، وإن اجتهدوا في الدعوة إليه على عقيدتهم وطريقتهم؛ كجماعة القاديانية الأحمدية الذين أنكروا ختم النبوة بمحمد صلى الله عليه وسلم وزعموا أن غلام أحمد القادياني نبي الله ورسوله، أو أنه المسيح عيسى ابن مريم، أو تقمصت روح محمد أو عيسى بدنه فكان بمنزلته في النبوة والرسالة.سادسًا: لأهل السنة والجماعة أصول ثابتة بالأدلة يبنون عليها الفروع، ويرجعون إليها في الاستدلال على المسائل الجزئية وفي تطبيق الأحكام على أنفسهم وعلى غيرهم.ومنها: أن الإِيمان قول وعمل وعقيدة يزيد بالطاعة وينقص بالمعصية، فكلما زاد المسلم في الطاعة زاد إيمانه وكلما فرط فيها أو ارتكب معصية بحيث لا ينتهي به ذلك إلى الكفر الصريح نقص إيمانه، فالإِيمان عندهم درجات والفرقة الناجية طبقات متفاوتة بعضها فوق بعض حسب الأدلة وما كسبوا من الأقوال والأفعال.ومنها: أنهم لا يكفرون أحدًا معينًا أو طائفة معينة من أهل القبلة ويتحرجون من ذلك؛ لإِنكار النبي صلى الله عليه وسلم على أسامة بن زيد بن حارثة قتله رجلاً من الكفار بعد أن قال: لا إله إلاَّ الله، ولم يقبل من أسامة اعتذاره عن قتله بأنه قالها متعوذًا ليحرز بها نفسه. بل قال له

أفلا شققت عن قلبه حتى تعلم أقالها أم لا

يعني: أقالها خالصًا من قلبه أم لا.إلاَّ إذا أتى بما هو كفر واضح، كإنكاره لمعلوم من الدين بالضرورة أو مخالفة لإِجماع قاطع وتأويله لنصوص صريحة لا تقبل التأويل ثم لم يرجع عن ذلك بعد البيان.وقد لزم إمام الدعوة الشيخ محمد بن عبد الوهاب رحمه الله طريقة أهل السنة والجماعة وسار على أصولهم، فلم يكفر أحدًا معينًا ولا طائفة معينة من أهل القبلة بمعصية أو تأويل أو بدعة إلاَّ إذا قام الدليل على الكفر بذلك، وثبت البلاغ والبيان، ولم تختلف الحكومة السعودية - رعاها الله وأيدها بتوفيقه - عن ذلك في معاملتها لرعيتها وحكمها فيهم، ولا في موقفها من المسلمين في الدول وخاصة من يفد إلى بيت الله الحرام لأداء نسك الحج أو العمرة فهي تحسن الظن بالمسلمين وتعتبرهم إخوانًا لها في الدين وتتعاون معهم على ما يشد أزرهم ويحفظ حقهم ويرد إليهم ما سلب منهم، وترحب بمن يفد إليها وتقوم بما يسهل عليهم أداء نسكهم أو مهمتهم خير قيام بعطف وحدب، يعرف ذلك من خبر أحوالها ووقف على شؤونها وما تبذله من جهود وأموال في سبيل الإِصلاح العام للمسلمين وتوفير الراحة لحجاج بيت الله الحرام .ولهذا تسمح لطوائف المسلمين المختلفة بزيارة بيت الله الحرام دون التنقيب عما خفي من عقائدهم عملاً بالظاهر دون التنقيب عما في البواطن، والله يتولى السرائر، فإذا وضح لها كفر شخص أو طائفة معينة كالقاديانية مثلاً وثبت ذلك لدى العلماء المحققين من الدول الإِسلامية فلا يسعها إلاَّ أن تمنع من ثبت كفره وردته من أداء الحج والعمرة؛ حمايةً لبيت الله الحرام أن يقربه من في قلبه رجس، وعملاً بقوله تعالى

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا إِنَّمَا الْمُشْرِكُونَ نَجَسٌ فَلا يَقْرَبُوا الْمَسْجِدَ الْحَرَامَ بَعْدَ عَامِهِمْ هَذَا

وقوله تعالى

وَطَهِّرْ بَيْتِيَ لِلطَّائِفِينَ وَالْقَائِمِينَ وَالرُّكَّعِ السُّجُودِ

.ومما تقدم يتبين وجه أهمية المسألة العظيمة التي أشار إليها إمام الدعوة في عصره الشيخ محمد بن عبد الوهاب وجاء طلب بيانه في السؤال، كما يتضح أنه رحمه الله سار على النهج السليم حيث لزم أصول أهل السنة والجماعة ، وإن الحكومة السعودية في معاملتها للمسلمين في العالم لم تحد عن الجادة، بل التزمت أصول أهل السنة والجماعة أيضًا كما لزمها إمام الدعوة، فأخذت المسلمين بظواهرهم ولم تنقب عن قلوبهم، فتسامحت مع من خفي أمره وقست على من كشف عن جريمته، وأصر على ردته بعد المناظرات المتتالية والبيان المتتابع.وبالله التوفيق. وصلى الله على نبينا محمد، وآله وصحبه وسلم

فتوى رقم  830

(الجزء رقم : 2، الصفحة رقم: 222-229)

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:07
Dire à un non-musulman : «Ô mon frère !» (audio-vidéo)

Question :

 

La question est posée par un prêcheur :

 

En occident, et plus précisément en Amérique et il dit : Lorsque j'invite les non-musulmans à l'islam, je les appelle parfois en disant : "Ô mes frères !" Ou alors : "Ô chers frères !"

 

Et c, en raison de notre fraternité en humanité, afin d'attirer leurs coeurs et pour qu'ils écoutent mon invitation à l'islam.

 

Y a-t-il un mal à cela ?

 

Réponse :

 

Il ne fait aucun doute qu'il n'est pas permis d'interpeller un mécréant en lui disant : "Ô mon frère !"

 

Car Allâh dit (traduction rapprochée) :

 

"Certes, les croyants sont des frères." (sourate Al-Hujurât verset 10)

 

La fraternité réside dans la foi.

 

Si c'est son frère de sang, il n'y a pas de mal car Allâh dit (traduction rapprochée) :

 

"Nous envoyâmes aux hommes de 'Ad leur frère Hûd" (Sourate Hûd verset 52)

 

"Et aux Madyan, leur frère Chuaïb" (Sourate Al-A'râf verset 85)

 

Il n'y a aucun mal quand il s'agit de la fraternité familiale.

 

Quant à la fraternité religieuse, il n'est en aucun cas ton frère.

 

Allâh a dit à Nuh au sujet de son propre fils ;

 

"Il ne fait pas partie de ta famille" (Sourate Hûd verset 46)

 

Néanmoins, il se peut que nous trouvions une alternative en disant : "Ô frère !" 

 

En estimant qu'il est le frère de son vrai frère de sang.

 

Il ne dit pas : "Ô mon frère !" ; Mais il peut dire : "Ô frère !", en désignant sa fraternité familiale ou les gens qui ont la même religion que lui.

 

Il réussira ainsi à l'approcher et l'attirer sans pour autant s'affilier à lui en tant que frère.

 

Et l'insinuation est une alternative eu mensonge.

 

Le présentateur :

 

N'est-ce pas que tous les hommes sont frères car l'ancêtre commun est Âdam ?

 

N'est-ce pas suffisant ?

 

Cheikh :

 

Cela n'est pas suffisant.

 

Le présentateur :

 

Ne sont-ils pas tous des êtres humains ?

 

Cheikh :

 

Ce sont tous des descendants d'Âdam, c'est certain.

 

Mais on ne dit pas : "C'est mon frère" à un mécréant, en pensant à la fraternité en humanité.

 

On ne peut le dire que dans le cadre familial et/ou religieux.

 

Retranscrit par une sœur de l'équipe du site 3ilmchar3i.net

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 14:04
La privation de la science

As-Safârîny a dit رحمه الله :

 

La privation de la science est sous six aspect :

 

Le premier : Le fait de ne pas poser de question (aux gens de science).

 

Le deuxième : Le fait de ne pas se taire lorsque le savant parle et de ne pas lui prêter oreille.

 

Le troisième : La mauvaise compréhension.

 

Le quatrième : La mauvaise mémorisation.

 

Le cinquième : Le fait de ne pas propager et ne pas enseigner cette science (ce que tu connais).

Car celui qui garde la science (pour lui seul) sans la transmettre, Allâh lui fera oublier cette science comme rétribution équitable جزاء وفاقاً.

 

Le sixième : Le fait de ne pas mettre en application (cette science).

Car la mise en pratique nous aide obligatoirement à la mémoriser, à la méditation et la considération que l'on porte à cette science.

Mais si la personne néglige les actes, elle oubliera cette science.

 

غذاء الألباب م1 ص 44

 Groupe de traductions et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

قال السفاريني - رحمه الله

 وحرمان العلم يكون بستة أوجه

أحدها: ترك السؤال

الثاني: سوء الإنصات وعدم إلقاء السمع

الثالث: سوء الفهم

الرابع: عدم الحفظ

الخامس: عدم نشره وتعليمه ، فمن خزن علمه ولم ينشره ، ابتلاه الله بنسيانه جزاء وفاقاً

 السادس: عدم العمل به ، فإن العمل به ، يوجب تذكره ، وتدبره ، ومراعاته ، والنظر فيه ، فإذا أهمل العمل به نسيه

غذاء الألباب م1 ص 44

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Apprentissage - طلب العلم
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 13:54
Mise en garde contre le haddadi khabith, Abdel-Hay Abou Ishaq (audio)

Louange à Allâh, le Seigneur des mondes.

Que les éloges et le salut soient sur Son Messager le digne de confiance, Muhammed ainsi que sur sa famille et l'ensemble de ses compagnons.

Ceci dit :

 

Le dénommé Abdel-Hay Abou Ishaq qui fait l'apologie des innovateurs, tels que les qutbis et les autres (groupes d'égarement), et qui diffame Cheikh Rabee en le décrivant comme étant un murji ; Cet individu n'est qu'un haddadi khabith !

 

Il fait mettre en garde contre lui, car c'est un égaré égareur !

 

Traduit par Adam Ibn Adam

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Ali Redâ Ibn 'Abd Allah Al-Madany - الشيخ علي رضا بن عبدالله المدني

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 13:39
La prière attachée au mariage

Question :

 

Ils disent qu'il y a une prière attachée au mariage et ils la nomment sunna ou sunna du mariage.

 

Elle se fait avant la consommation, c'est à dire avant le coït.

 

Et ils disent que tu pries 2 rakâs et après elles, il y a le rapport.

 

Soyez-nous bénéfiques.

 

Réponse :

 

Il est rapporté à ce sujet certains récits de certains compagnons, une prière de deux rakâs avant le rapport.

 

Mais il n'y a pas d'information authentique sur laquelle s'appuyer.

 

Donc s'il prie deux rakâs comme l'ont fait certains salafs alors il n'y a pas de mal.

 

Et s'il ne le fait pas alors il n'y a pas de mal.

 

L'affaire à ce sujet est large.

 

Et je n'y connais pas de sunna authentique sur laquelle s'appuyer. 

 

Traduit et publié par telegram.me/cercle_sciences

 ما هي الصلاة التي تؤدى يوم الزواج قبل الدخول ويسمونها سنة الزواج

يقولون إن للزواج صلاة ويسمونها سنة أو سنة الزواج، وهي قبل الدخول: أي قبل المجامعة ويقولون: تصلى ركعتين أو تصلي ركعتين، ومن بعدها الدخول أفيدونا مشكورين؟

يروى في ذلك بعض الآثار عن بعض الصحابة صلاة ركعتين قبل الدخول ولكن ليس فيها خبر يعتمد عليه من جهة الصحة، فإذا صلى ركعتين كما فعل بعض السلف فلا بأس وإن لم يفعل فلا بأس، والأمر في هذا واسع، ولا أعلم في هذا سنةً صحيحة يعتمد عليها

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 13:05
Sur l'introduction ou non de publicités ou de logos ou annonces publicitaires à l'intérieur de la mosquée, comme les horloges ou calendrier qui y sont accrochés ou les dépliants... (audio)

Question :

 

Qu'Allâh soit bienfaisant envers vous.

 

Celui qui interroge dit : Certains calendriers et certaines horloges portent les noms des entreprises qui les exportent.

 

Leur introduction dans la mosquée est-il alors considéré comme de la publicité ?

 

Réponse de Cheikh Salih Al Fawzan :

 

Il n'est pas permis de faire entrer dans la mosquée de la publicité pour des choses mondaines.

 

S'il s'y trouve (sur ces produits) de la publicité mondaine, il n'est alors pas permis de les faire entrer à la mosquée.

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine a dit :

 

Il n'est pas permis d'accrocher à l'intérieur de la mosquée des publicités/annonces pour le hajj et la omra.

 

Car la plupart de ceux qui organisent ces voyages visent le profit pécuniaire et cela est donc un sorte de commerce.

 

Au lieu d'être à l'intérieur de la mosquée, qu'elles soient à la porte de la mosquée, à l'extérieur.

‎وسئل الشيخ ابن عثيمين رحمه الله

لا يجوز أن تعلق الإعلانات للحج والعمرة داخل المسجد ؛ لأن غالب الذين يأخذون هذه الرحلات يقصدون الكسب المالي ، فيكون هذا نوعاً من التجارة ، لكن بدلاً من أن تكون في المسجد تكون عند باب المسجد من الخارج " انتهى

لقاءات الباب المفتوح - لقاء رقم 151، سؤال رقم 10

Le Messager d’Allâh صلى الله عليه وسلم a ordonné dans sa parole :

 

«Si vous voyez quelqu’un vendre ou acheter dans la mosquée, dites :

«Qu’Allâh n’accorde aucune réussite à ton commerce.»

Et si vous voyez quelqu’un demander à haute voix après sa bête perdue, dites :

«Qu’Allâh ne te la rende pas.»»

 

Rapporté par At-Tirmidhi (1/248)

 Traduit par t.me/cercle_sciences

 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان