S'établir dans un pays de koufr pour échapper à l'injustice de certains pays musulmans

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

S'établir dans un pays de koufr pour échapper à l'injustice de certains pays musulmans

Question :

 
Qu'Allâh soit bon envers vous, voici la question des jeunes salafis de l'Angleterre qui demandent au sujet de s'établir dans un pays de koufr pour échapper à l'injustice de certains pays musulmans.

Et quel est le verdict de prendre la citoyenneté britannique ?
 
Réponse :
 
Allâh est plus savant, mais 90% de ceux qui vont en Europe et en Amérique ce n'est pas à cause de ce qu'ils subissent de leur gouvernement, ni à cause de rien du tout... même s'ils subissaient de la part de leur gouvernement (quelque injustice) il endure et patiente.

Est-ce que Ahmad Ibn Hanbal lorsqu'il a été torturé, s'est-il enfuit vers les pays des koufr ?

Je vous demande, l'Imam Ahmad ou autre que lui, puis Ibn Taymiyyah lorsqu'il a été ennuyé et qu'on lui à fait du tort et qu'il à été emprisonné, est-ce qu'il s'est enfuit vers les pays de koufr ?

Voilà !
Qu'Allâh vous bénisse !
Il fait preuve de patience.

Il reste dans son pays, même si c'est en prison, cela est mieux pour lui que d'aller en Europe ou en Amérique en particulier.

Et ils (les kouffars) ont des motivations et des plans d'enrôler les musulmans dans leurs sociétés pour les convertir au christianisme et pour les faire devenir des athées et des hérétiques.

Et ce sont des plans très anciens et ils les appliquent aujourd'hui et beaucoup de Dou'aats et de 'Oulamas corrompus font des efforts pour enrôler les musulmans dans les sociétés européennes.
 
Pourquoi vas-tu vers ces pays et pourquoi n'endures-tu pas ?

Même si le gouvernement te fait de l'injustice, cela est meilleur pour toi.

Et beaucoup d'entre eux vont là-bas sans avoir subit aucune injustice.

Il part uniquement pour manger, pour boire et pour servir le juif et le chrétien dans son pays.
Il s'humilie lui-même et humilie l'Islam.

Qu'Allâh vous bénisse.

Alors qu'Allâh lui à garanti son rizq (traduction rapprochée) :
 
(Et quiconque craint Allâh, il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas) (sourate At-Talaaq verset 3)

Tu n'as qu'à craindre Allâh et Il te donnera ton rizq de là où tu ne t'attendais même pas.

Et aucune âme ne mourra tant qu'elle n'a pas reçu ce qui a été écrit pour elle.

Mais le Shaytaan leur embellie l'idée d'aller vivre en occident pour vivre comme vivent les bêtes, dans l'humiliation et l'abaissement et la honte.

Il est également entouré de danger, lui ainsi que sa famille. Lorsque ton enfant atteint l'âge de 6 ans, où va-t-il apprendre ?

Il va apprendre dans les écoles des juifs, des athées, des laïques et des chrétiens qui vont lui apprendre leur religion, qu'Allâh vous bénisse !
 
En ce qui concerne de prendre la citoyenneté des pays de koufr plutôt que celles des pays musulmans, certains 'Oulamas ont déclaré que cela rend quelqu'un kafir !

Car il ne prend la citoyenneté qu'après s'être préparer à se soumettre aux lois de ce pays, et de faire Al-Wala et Al-Bara pour ces lois et même de combattre pour elles.

Et si une armée musulmane attaque un pays kafir, il va devoir affronter l'armée musulmane car il est devenu un soldat des ennemis d'Allâh et préparé.

Ils peuvent même le préparer à combattre les musulmans dans leur pays, comme cela est arrivé en Afghanistan.

Ils ont enrôler des musulmans pour combattre les Afghans et une fatwa à été faite de la par de certains 'Oulamas corrompus pour dire qu'il est permit de combattre les musulmans pour prouver et confirmer sa nationalité et pour affirmer son allégeance à l'Amérique.

Et cette fatwa est celle de Al Qardawi, qui a pris une grande place chez les musulmans et qui sort avec ce genre de fatwa.

Qu'Allâh vous bénisse.

Combien de fatwa corrompues !

Qu'Allâh nous en épargne.

Car ils s'activent en occident pour réaliser ce but et pour enrôler les musulmans dans les armées des sociétés occidentales.

Comment peux-tu partir là-bas dans de telles conditions ?

Il est obligatoire aux musulmans de faire la hijrah vers leur pays, surtout lorsqu'ils entendent ces tentatives d'intégrer et qu'ils s'activent pour cela dans les sociétés occidentales.

 

Traduit par Abou Hammaad Sulaiman Dameus Al-Hayiti

Publié par 3ilmchar3i.net

السائل : أحسن الله إليكم هذا سؤال من الشباب السلفي في بريطانيا يسألون عن حكم الإقامة في بلاد الكفر وذلك فرارا من جورحكم بعض الدول المسلمة . وحكم التجنس بالجنسية البريطانية ؟

الجواب : والله أعلم 90% من الذين يذهبون إلى أوربا وأمريكا لا من أجل ملاحقة الحكومات ولا من أجل شيء حتى لو لاحقته الحكومة يصبر , أحمد بن حنبل لما عذب راح هرب إلى بلاد الكفر ؟
أنا أسألكم أحمد بن حنبل وغيره , ثم ابن تيمية لما أذوه وأذوه وسجنوه هل هرب إلى بلاد الكفر ؟ إيه بارك الله فيكم , يصبر , يعيش في بلده ولو في السجن خير له من أن يذهب إلى أوربا وأمريكا خاصة وهم لهم نشاط ولهم خطط في تجنيد المسلمين في مجتمعاتهم وتنصيرهم وتحويلهم إلى ملاحدة وزنادقة , وهذه خطط قديمة والآن يطبقونها ويسعى كثير من دعاة السوء وعلماء السوء إلى تجنيد المسلمين في المجتمعات الأوربية
فلماذا تذهب إلى هذه البلاد لماذا لا تصبر حتى لو لا حقتك الحكومة اصبر خير لك , كثير منهم يذهب بدون ملاحقة ,يذهب للأكل والشرب ولخدمة اليهود والنصارى في بلدانهم يذل نفسه ويذل الإسلام . بارك الله فيكم , والله تبارك وتعالى تعهد برزقه

(( ومن يتق الله يجعل له مخرجا ويرزقه من حيث لا يحتسب ))

ما عليك إلا أن تتق الله عز وجل ويأتيك رزقك من حيث لا تحتسب ولن تموت نفس حتى تستوفي ما كتب لها فالشيطان يزخرف لهم الذهاب إلى بلاد الغرب , ليعيش كما تعيش الأنعام في ذل وهوان ثم البلاء والخطر محدق به وبأسرته , لما يبلغ إبنك 6سنوات فين يتعلم؟ ـ يتعلم في مدارس اليهود والملاحدة والعلمانيين والنصارى ويعلمونهم دينهم ولا يفرقون في هذا , بارك الله فيكم
وأخذ الجنسية الأجنبية الكافرة بدل الجنسية الإسلامية , كفّر بها بعض العلماء , وهو لا يأخذ الجنسية هذه إلا بعد أن يتأهب بالخضوع إلى قوانين هذه البلاد والولاء والبراء لها ويتأهب يمكن بالجهاد ,لو زحف الجيش الإسلامي على بلد كافر, يواجه الجيش الإسلامي لأنه أصبح جنديا لأعداء الله ومستعد يمكن يجهزونه لحرب المسلمين في بلدانهم كما حصل في أفغنستان وجندوا المسلمين لقتال الأفغان وصدرت فتوى من بعض علماء السوء أنه يجوزله أن يقاتل المسلمين ليثبت جنسيته ويثبت ولاءه لأمريكا وهذه فتوى القرضاوي الذي يحتل منصب عظيم عند المسلمين بهذه الفتاوى . بارك الله فيكم , وكم من الفتاوى الفاسدة . نسأل الله العافية
الأن نشاطات قائمة في الغرب لتحقيق هذه الأهداف , تجنيد المسلمين في المجتمعات الغربية . كيف تروح في هذه الضروف يجب على المسلمين أن يهاجروا إلى بلدانهم ,إذا سمعوا بمثل هذه النشاطات والمحاولات لدمجهم وتمويلهم في المجتمعات الغربية

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Partager cet article

Les félicitations à l’occasion de la fête de l’aïd

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Les félicitations à l’occasion de la fête de l’aïd

Question :

 

Un frère de Washington dit dans sa question : « les gens disent lorsqu'ils félicitent leurs frères à l'occasion de la fête de l'Aïd :

 

"Taqabal-Allâh minnâ wa minkoûm al a'mal as-saliha"

 

"Puisse Allâh accepter nos bonnes actions et les vôtres"

 

Ô votre éminente bienveillance, n'est-il pas préférable que la personne fasse des invocations (afin qu'Allâh veuille bien accepter) chacune de nos actions (et pas seulement les bonnes actions)...? »

Y a-t-il une invocation légiférée spécifique pour ce genre d'occasion ?
 


Réponse :
 
Il n'y aucune gêne à ce que le musulman dise à son frère le jour de l'Aïd ou en dehors de ce jour :
 

 

تقبل الله منا ومنك أعمالنا الصالحة

"Taqabal-Allâh minnâ wa minka a3malounaas-saliha"

"Puisse Allâh accepter nos bonnes actions et les vôtres"

 

 

D'ailleurs, je n'ai pas connaissance de l'existence d'un récit à ce propos ?

Cependant, le croyant doit invoquer (Allâh) en faveur de son frère par en formulant des invocations agréables, selon les nombreuses preuves qui ont été rapporté à ce sujet.

Et Allâh est Celui qui facilite.
 
Traduit par Abu Hamza Al Djazairy
Publié par alghourabaa.free.fr
 
التهنئة بالعيد
الأخ (ص.م.م) من واشنطن، يقول في سؤاله: يقول الناس في تهنئة بعضهم البعض يوم العيد: (تقبل الله منا ومنكم الأعمال الصالحة) أليس من الأفضل يا سماحة الوالد أن يدعو الإنسان بتقبل جميع الأعمال؟ وهل هناك دعاء مشروع في مثل هذه المناسبة؟
لا حرج أن يقول المسلم لأخيه في يوم العيد أو غيره تقبل الله منا ومنك أعمالنا الصالحة، ولا أعلم في هذا شيئاً منصوصاً، وإنما يدعو المؤمن لأخيه بالدعوات الطيبة؛ لأدلة كثيرة وردت في ذلك، والله الموفق
مجموع فتاوى ومقالات متنوعة المجلد الثالث عشر
 

    Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Dormir pendant la prière du fajr

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Dormir pendant la prière du fajr

Question :

 
Concernant la personne qui prie toutes les prières obligatoires, mais retarde la prière du Fajr, (les autres) prières qu'il prie sont-elles correctes (c'est-à-dire acceptable) ?

Et que lui conseillez-vous ?
 
 

Réponse : 

S'il ne prie pas du tout la prière du Fajr, il est considéré comme un mécréant (Kafir) et s'il la retarde (la prière duFajr), il est considéré comme un pécheur désobéissant.

Il a été rapporté dans le  Sahih d'Al-Bukhari qu'il a été dit : 

« ô messager d'Allah, untel a dormi jusqu'à ce que vienne le matin. Donc le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : «  Shaytan a uriné dans ses oreilles. » 

Il a aussi été rapporté dans le  Sahih d'Al-Bukhari que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Shaytan vient à l'un d'entre vous et il lie un nœud à l'arrière de sa tête, en faisant trois nœuds.
Et il (le Shaytan) dit dans chaque nœud, ' Dors, tu as une longue nuit pour toi. '
Ainsi quand il se lève et se rappelle Allah, un des nœuds est délié et quand il fait ses ablutions un autre nœud est délié et quand il prie les trois nœuds sont déliés.
Ainsi, il se lève vif et avec un bon esprit et s'il se lève et ne se rappelle pas Allah, n'accomplit pas ses ablutions et ne prie pas, alors il se lève avec un mauvais esprit et paresseux (c'est-à-dire lent). » 

Donc s'il la retarde (la prière du Fajr), il est considéré comme un pécheur désobéissant, sauf s'il le fait rarement, le sommeil (c'est-à-dire trop dormir) lui arrivant de temps en temps et qu'il soit incapable de se lever.

Comme ce qui est arrivé au prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) pendant une expédition. 

Lui et ses compagnons ont voyagé pendant la nuit, puis à la fin de la nuit ils se sont installés (pour faire un camp).

Donc il (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : « qui nous réveillera ? » Bilal a dit : « je le ferai. »

Alors ils ont dormi et Bilal est allé dormir après eux en raison de la fatigue et du fait d'être resté éveillé tard dans la nuit.

Bilal a dormi et rien ne les a réveillés sauf la chaleur du soleil.

Donc le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) s'est levé et a ordonné que le Mu'adhin fasse l'Adhan (l'appel à la prière).

Puis ils ont prié comme ils priaient d'habitude (la prière du Fajr), c'est à dire qu'ils ont prié deux Raka'a de la prière sunna du Fajr. Puis ils ont prié la prière obligatoire.


Ainsi si cela arrive de temps en temps (c'est-à-dire dormir trop longtemps) il n'y a aucun mal  en cela, si Allah, le Très-Haut, le veut.

Je me rappelle aussi quelque chose que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :  

« Quiconque dort pendant la prière ou oublie de la faire, son temps (de la prière) est lorsqu'il s'en rappelle. »

Donc cela prouve qu'il n'y a aucune négligence dans le sommeil et la distraction, si cela arrive de temps en temps.

Cependant, si c'est l'habitude normale de la personne, alors non.

Article tiré du site assalafi.com
Traduit par Aqil Walker
Source : Ijabatus-Sa'il, pp. 40-41
copié de salafs.com

 

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié dans Prière - الصلاة

Partager cet article

Suivre des débats retransmis ou diffusés à la télévision ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i - La science legiferee

Suivre des débats retransmis ou diffusés à la télévision ? (audio)

 

Questionneur :

 

Une question concernant l’écoute des débats retransmis à la télévision et si ceci est permis...

 

Réponse :

 

Soyez attentifs mes chers frères !

 

Ces débats qui ont lieu en public sont une erreur !

 

Et ils sont sur l’erreur de différents points de vue.

 

-Le premier angle : est que ceux qui débattent, la plupart d’entre eux ne sont même pas des gens de la Sunna et de la Salafiyya claire.

 

Ainsi, ils ne distinguent pas clairement entre la Vérité et le faux, même dans leurs réponses.

 

C’est pourquoi vous trouvez certains d’entre eux s’asseoir avec un Rafidhi [Chiite] en étant souriant et jovial et le traitant comme s’il était un frère.

 

N’est-ce pas ?

 

Ceci est une erreur !

 

Le Rafidhi est un khabith !

 

Il maudit Abou Bakr et ‘Omar et je lui souris ?!

 

Jamais !

 

Au contraire, je lui montre un visage en colère !

 

Et je ne lui donnerai jamais un regard gentil !

 

Ceci est une première observation.

 

-La deuxième observation : Certains d’entre eux sont juhhâl (ignorants) qui n’ont pas pris leur science des Savants.

 

Ils n’ont pas appris des Savants !

 

Cheikh Al Fawzan dit même au sujet de l’un d’eux que c’est un muta’âlim (quelqu’un qui prétend avoir de la science).

 

-Le troisième point : Parfois il arrive que la personne de l’innovation – dans son débat – avance des choses que l’autre partie n’a pas la capacité de réfuter.

 

Et il y a en cela une fitna pour ce débatteur et pour l’homme de la masse qui regarde le débat.

 

-Le quatrième point : Ceci n’est pas la voie empruntée par nos Salafs !

 

Lorsque les Salafs réfutaient les gens de l’innovation, ils réfutaient leurs innovations non pas par l’angle du débat, mais uniquement par l’angle de réduire le faux à néant et rendre la Vérité manifeste.

 

Et il y a une différence entre les deu x!

 

En réalité, débattre avec les gens de l’innovation signifie que tu t’assoies avec lui à une table et que tu lui donnes l’occasion de parler avec son faux discours et de continuer dans sa clarification, et ceci est interdit conformément aux Salafs !

 

Mais lorsque le faux discours des gens de l’innovation leur est parvenu, les Savants le réfutèrent alors et ne l’autorisèrent pas à débattre.

 

Ils mettaient alors en garde contre lui, le déclaraient innovateur, et ordonnaient [aux gens] de l’éviter.

 

C’est ainsi qu’étaient les Salafs-us-sâlih, qu’Allah soient satisfait d’eux.

 

Aussi, parmi les choses qui arrivent, est que cheikh Ibn Baz, qu’Allah lui fasse miséricorde – et c’est aussi une caractéristique des Salafs – ne débattait pas avec les gens de l’innovation en public !

 

Ils ne débattaient pas avec eux en public !

 

Et c’est la raison pour laquelle je termine mon propos avec deux choses :

 

-La première chose : Il pourrait y avoir une fitna pour l’homme de la masse et même certains étudiants en science – qui ne sont pas qualifiés au regard de la science – à regarder ces débats!

 

-La deuxième chose : Les Savants ont déclaré dans leur fatâwa (décrets) qu’il est haram (illicite, interdit) de regarder et d’écouter ces débats.

 

Haram !

 

Non permis !

 

Car ce sont des endroits de fitan, des endroits qu’Allah – le Puissant, le Majestueux – déteste, des endroits où le faux est propagé et des endroits de malédiction !

 

Il n’est donc pas permis de s’y asseoir.

 

Na’am.

 

Cheikh Ibn ‘Uthaymin, cheikh Al Fawzan, cheikh Rabi’ et d’autres ont interdit ces choses pour les gens du commun, de les regarder et ils ont interdit la mise en place de ces débats en public.

 

Source : Questions et réponses sur le Manhaj (méthodologie)

traduit de l’anglais par Saalem Abou ‘AbdrRahman.

Cheikh Ahmad Ibn 'Umar Bâzmoul - الشيخ أحمد بن عمر بازمول

Partager cet article

De la patience dans les épreuves pour acquérir la douceur de la foi [Al Iman]

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

De la patience dans les épreuves pour acquérir la douceur de la foi [Al Iman]

Question :

 
Je ressens comme un vide dans mon cœur (pas d'humilité - khouchou') et je ne sens plus de la douceur au niveau de la Foi ; cela se fait ressentir dés la venue d'une épreuve et à l'apparition des malheurs.
 
Quelle est l'issue dans cette situation ?
 
Conseillez-moi à ce sujet, Allah vous gratifiera.
 

Réponse :


Le musulman est dans l'obligation de se cramponner à Allah et doit se retourner vers Lui lorsqu'il souhaite [d'Allah] ce qui lui est profitable et repousser ce qui pourrait lui être néfaste.

Dans le cas ou il serait affecté par une épreuve où surviendrait un malheur [dans sa vie], il se doit de se montrer patient et espérer pour cela la récompense auprès d'Allah.


Il doit également savoir que ceci est prédestiné par Allah et n'est que Sa volonté ; qu'il implore donc Allah afin qu'Il ôte le mal qu'il le touche et afin qu'Il lui accorde une meilleure rétribution dans son malheur.

Qu'Il tienne également un langage approprié à ce qu'Allah à légiféré dans Sa parole (traduction rapprochée) :

 

«...Et fais la bonne annonce aux endurants, » [Sourate Al Baqara - 155].

 

«...qui disent, quand un malheur les atteint: "Certes nous sommes à Allah, et c'est à Lui que nous retournerons.» [Sourate Al Baqara - 156].

 

Qu'il multiplie les bonnes actions et s'éloigne des choses répréhensibles ; et [De ce fait], il en ressentira insha Allah la douceur de la Foi.

 

Et Dieu est le Seul garant du succès. Paix et Salut sur notre Prophète Mohammed, ses proches et tous ses compagnons.

 
Source : alifta.com - sahab.com
Traduction rapprochée : Ibn Hamza Al Djazairy
copié de alghourabaa.free.fr
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Obéir à quelqu'un dans la désobeissance à Allah

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Obéir à quelqu'un dans la désobeissance à Allah
Question: 
 
Quel est le jugement concernant le fait de suivre les savants ou une femme quand ceux-ci rendent licite une chose qu'Allah a décrétée illicite et inversement ?
 
Réponse:

Le fait de suivre les savants ou la femme rendant licite ce qu'Allah a décrété illicite ou inversement, peut être séparé en 3 catégories :

 
-S'il fait cela en agréant ce qu'ils disent, préférant cela car il n'est pas satisfait du jugement d'Allah, alors il est mécréant (kafir) parce qu'il déteste une chose qu'Allah a descendue, et détester ce qu'Allah a fait descendre (la révélation) est de la mécréance (kufr), par Sa -Ta'Ala- parole (traduction rapprochée) :

« c'est parce qu'ils ont de la répulsion pour ce qu'Allah a fait descendre. Il a donc rendu veines leurs oeuvres » (sourate 47 verset 9)

et il n'y a que la mécréance qui annule les actions. Ainsi quiconque déteste une chose qu'Allah a descendue, alors il est mécréant.

-Si il les suit sur cela en agréant ce qu'Allah a légiféré et en sachant que c'est ce qu'il y a de mieux et de plus adapté pour l'homme et le pays, mais ses propres passions l'ont amenées à les suivre sur cela, alors celui-ci n'a pas mécru mais est considéré comme pervers.
Si certains disent : Pourquoi n'a t-il pas mécru ?
Je réponds : Cela vient du fait qu'il ne rejette pas ce qu'Allah a légiféré et il l'agréé mais il a dévié en suivant sa passion, il est comme tous les désobéissants.

-Si il les suit par ignorance en pensant que c'est ce qu'Allah a légiféré, dans ce cas la il y a 2 possibilités :
 
S'il peut connaître la vérité par lui-même, alors il a exagéré en faisant ça ou il a manqué à son devoir, il est pêcheur, car Allah a ordonné à celui qui n'a pas de science de demander aux savants.
 
S'il est ignorant et qu'il ne peut connaître la vérité par lui-même, ainsi il les a suivi par obligation en les imitant pensant que c'est cela la vérité, dans ce cas il n'est pas blâmable, il a fait ce qui lui est obligatoire et il est en ce sens excusable, et à ce sujet il nous est parvenu du prophète salallahu aalayhi wa salam :

« celui qui prononce des avis sans science, le péché retombe sur celui qui a donné l'avis.»
 
Et si l'on se met dans l'hypothèse qu'il est blâmable à cause des erreurs commise par autre que lui cela entraînera la gêne et la difficulté et les gens n'auront plus confiance en une personne de peur qu'elle se trompe.
 
source: fatawas al 'aquida (n°101)
copié de darwa.com
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les conseils des sages

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Les conseils des sages
- 4 choses détruisent le corps


Le soucis

Le chagrin

La faim

La veille

 

- 4 choses sont réjouissantes

 

Regarder la verdure et la nature

Regarder l'eau coulante

Regarder l'être aimé

Regarder des fruits

 

4 choses obscurcissent la vue

 

La marche à pied nu

La rencontre, le matin et le soir du visage détesté, lourd et ennemi

 

4 choses renforcent le corps

 

Le port de l'habit fin

L'entrée dans un bain tempéré

La prise de nourriture douce et grace

L'odoration des bons parfums

 

4 choses raidissent le visage et le fait perdre sa lueur

 

Le mensonge

L'impudence

L'abondance des questions sans rien savoir

L'excès du libertinage

 

4 choses intensifient la lueur du visage

 

La bravoure

La fidélité

La générosité

La piété

 

4 choses engendrent la haine et l'aversion


L'orgueil

La jalousie

Le mensonge

La calomnie

 

4 choses apportent les biens 

 

L'accomplissement des prières la nuit

L'abondance des invocations à l'aube

L'engagement à l'aumône

Le rappel d'Allah au début et à la fin de la journée

 

4 choses empêchent les biens 

 

Le somme de la matinée

Les rares prières

La paresse

La malhônneté

 

4 choses nuisent à la compréhension et à l'intelligence 

 

L'habitude de manger des aliments aigres et des fruits

Se coucher sur le dos

Le souci

Le chagrin

 

4 choses qui augmentent la compréhension 

 

La vacuité du coeur

L'abstinence de manger trop

La bonne conduite en mangeant les aliments sucrés et les graisses

L'évacuation des restent qui alourdissent le corps

 

Ce qui nuit à la raison 


L'habitude de manger l'oignon, les légumes, les olives et les aubergines

Le coït fréquent

La solitude

L'inquiétude

L'ivrognerie

L'abondance des rires

Le chagrin

 

source : la médecine prophétique

copié de darwa.com

Les conseils des sages

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Seul Allah est juge ?

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Seul Allah est juge ?

Question :

 
Il y a des gens qui disent qu'on ne peut jamais juger quelqu'un d'égaré quand émane de lui l'égarement, ni mécréant quand émane de lui la mécréance ni pervers quand émane de lui la perversité, car seul Allah le sait et tu ne connais pas ce qu'il y a dans son cœur.
 
Réponse :
 
Ce n'est pas vrai, celui qui a dit cela, ce n'est pas vrai c'est une parole fausse.
mmm

Question :

Et quelle est la réponse à cela ? 

Réponse :

 
La réponse est que le jugement de l'apostasie est clair et évident dans les livres de jurisprudence, et que le Prophète, qu'Allah prie sur lui et le salue, a dit :
 
"celui qui change de religion , tuez le"
 
comment peut-on tuer cette personne sans l'avoir jugée mécréante ? 
 
Cependant celui qui le juge est le magistrat, après avoir demander au coupable de se repentir.
 
mmm
Question :
 
Par exemple, quand il y a des prêcheurs à l'égarement et à l'hérésie, ceux qui les défendent disent : "Vous ne devez pas dire que c'est un égaré car vous ne savez pas ce qu'il y a dans son cœur."  
 
Réponse :

Si !
 
Lorsque quelqu'un s'écarte du droit chemin, on lui dit  "tu es un égaré"  ! 
 
mmm
Question :
 
Que répondre à ceux qui argumentent cette règle par la parole d'Allah dans la traduction rapprochée  
 
"Le jugement n'appartient qu'à Allah" (Sourate 12 verset 40)

et autres versets .

Et disent il n'est pas permis à l'homme de juger quelqu'un, ou de le blâmer ou le critiquer et de dire c'est un égaré , car vous ne savez  pas ce qu'il y a dans son cœur.

 
Réponse :
 
"Le jugement n'appartient qu'à Allah" c'est à dire : la législation, la législation appartient à Allah seul.
Quant au fait de juger les gens, Les magistrats (les juges, les tribunaux etc...) qui sont nommés, ne sont-ils pas des juges qui jugent ?
 
On juge les gens selon l'apparence, d'après ce que les gens laissent paraîtrent.
 
"Le jugement n'appartient qu'à Allah" c'est à dire la législation, et c'est pour cela qu'Allah dit :
dans la traduction rapprochée :
 
"Et ceux qui ne jugent pas d'après ce qu'Allah a fait descendre ceux-là sont les mécréants" (Sourate 5 verset 44)

c'est à dire « juger par ce qu'Allah a fait descendre ! dans la traduction rapprochée :
 
"Et juge parmi eux d'après ce qu'Allah a fait descendre" (Sourate 5 verset 49)


Source : appel téléphonique
copié de assounnah.com


Cheikh 'Abdoul Mouhçin Bnou Nâçer al 'Oubeykân - الشيخ عبدالمحسن بن ناصر العبيكان

Partager cet article

Les péchés sont les causes des malheurs !

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Les péchés sont les causes des malheurs !

Question :

 

Certaines personnes expliquent avec précipitation la sage raison (Hikma) de certains événements en disant par exemple :

 

« Par ces épreuves qui ont lieu en ce moment, Allâh a voulu telle et telle chose »

 

ou « Il n'y a plus de pluie à cause des péchés trop nombreux »

 

ou « Tel tremblement de terre est arrivé pour qu'Allâh les éprouve ».

 

Cela ne revient-il pas à parler au sujet d'Allâh sans connaissance ni certitude, car nous ne savons pas ce qu'Allâh a vraiment voulu ? 

 

Réponse : 

 

Il n'y a pas de mal à ce que l'on donne aux tremblements de terre, aux épreuves et à la pauvreté qui frappent les gens une cause ou une raison qu'Allâh a déclarée comme telle [dans le Coran].

 

Il a par exemple montré dans son Livre que les péchés sont une cause de mal et de corruption.

 

Allâh a dit (traduction rapprochée) :

 

« La corruption est apparue sur terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains » (Les Romains, v. 41)

 

également (traduction rapprochée) 

 

« Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis. Et Il pardonne beaucoup. » (La Consultation, v. 30)

 

Ainsi que (traduction rapprochée) 

 

« Quoi ! Quand un malheur vous atteint - mais vous en avez jadis infligé le double - vous dites : "D'où vient cela ?" Réponds-leur : "Il vient de vous-même." » (La Famille d'Imrân, v. 165)

 

Les textes à ce sujet sont donc nombreux et connus.

 

Il n'y a donc aucun mal à ce que l'on donne à ces malheurs une cause ou une raison qu'Allâh Lui-même a déclaré comme telle, même s'il y a d'autres causes que nous ignorons.

 

Bref, si la raison qu'Allâh a déclarée comme telle est donnée, alors nous ne parlons pas au sujet d'Allâh sans connaissance ; au contraire, nous disons de Lui ce que Lui-même dit, à savoir que ces malheurs ont pour cause nos péchés, nos actions et ce que nous avons commis de nos propres mains.

 

Kitâb ud-Da'wa, 5, tome 2, pages 143 et 144      

Publié par fatawaislam.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Savoir dire : «Je ne sais pas» (audio)

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Savoir dire : «Je ne sais pas» (audio)

Question :

 

Est-il permis à quiconque d'émettre une "fatwâ" s'il ne peut contacter les savants ?

 

Réponse :

 

(Le Cheikh répète la question)

 

Nous répondons, s'il est ignorant alors comment pourrait-il faire "ijtihâd" ?

Et sur quel fondement construira t-il son "ijtihâd"?

Et ce que doit (al wâjibo 'aleyh) faire celui qui ne connait pas le "hukm" (jugement) est de faire halte.

Et s'il est interrogé alors qu'il réponde : "je n'ai pas de science" (lâ 'ilma 'indî). 

 

Les anges, lorsqu'ils furent interrogés, par Allah  par ces phrases (traduction rapprochée) :

 

" Informez-Moi des noms de ceux-là, si vous êtes véridiques ! " (sûrah 2 âyah 31)

 

Ils répondirent (traduction rapprochée)  : 

 

"Gloire à Toi ! Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage" (sûrah 2 âyah 32)

 

Quant au fait de dire, si il ne trouve pas de 'âlim "j'émets la fatwâ", il répond à l'aveuglette que ça soit juste ou non : c'est une erreur, ce n'est pas permis.

 

Ce que doit obligatoirement dire la personne à celui qui demande la "fatwâ" est : "Demandes donc aux savants"

 

Et aujourd'hui "Wali Allahi L hamd" la communication est simple.

 

Il contacte les savants par télèphone, par lettre rapide ...

 

Al-hamduli Lahi la situation a été simplifié.

 

K7 de Shaykh Al 'Utheymin  dans la série de durûs à la mosquée de Al Madîna

(K7 n°33 face 1 à partir de la minute 1'36)

Publié par darwa.com

 هل يجوز الفتوى من اى انسان اذا لم يتيسر العلماء؟

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La sounnah consiste à prendre une qounia même si l'on ne possède pas d'enfant

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

La sounnah consiste à prendre une qounia même si l'on ne possède pas d'enfant
'Aicha rapporte qu'elle a dit au messager d'Allah :
 
" O Messager d'Allah ! Toutes tes femmes possèdent une qouniya excepté moi"

Le messager d'Allah répondit :

" Tu es Oum 'Abdillah".
[Jugé Authentique par Cheikh Al Albani dans As-Sahiha n°132]
      
Comme le mentionne Cheikh Al Albani [Retourner à Noudhoum l-farayd mima fi silsilatiy Al Albani min fawaîd Tome 2 p 398] : 
 
"Ce Hadith constitue une preuve démontrant qu'il est légiféré à celui qui n'a pas d'enfant de posséder une qouniya.. 
 
En effet, ceci fait partie de l'éducation (Adab) islamique qui n'a pas de semblable dans les autres communautés. 
 
Il convient donc aux musulmans hommes et femmes de s'accrocher à ceci..."

Il dit plus loin : " Les Musulmans, surtout les non arabe parmi eux, ont délaissé cette coutume (arabe) islamique. Il est rare de trouver chez ces gens là une personne possédant une qouniya, même lorsqu'elle possède plusieurs enfants..."
 
Cheikh Abdel Mouhssine Al 'Abbad [dans son Charh 40 Nawawi K7 n°1] en commentant le première Hadith rapporté par Abu Hafs 'Omar Ibn Khattab, explique lui aussi : 
 
Qu'il est tout à fait permis à celui qui ne possède pas d'enfant de prendre une Qouniya. 
 
Comme cela fut le cas de Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya qui avait comme Qouniya « Abou l-Abbas » or il n'avait pas d'enfant.
 
De même que l'Imam An-nawawi avait comme Qouniya « Abou Zakariya », or il n'avait pas d'enfant.
 
Omar Ibn Khattab avait comme qouniya Abu Hafs, or celui-ci n'avait pas d'enfant appelé « Hafs », Abou Bakr ne possédait pas d'enfant appelé "Bakr".
 
Je rajoute aussi, que Cheikh Al Albani dans As-sahiha Hadith n°33, a authentifié un récit dans lequel un homme été venue voir un Sahabi, et lui a demandé la raison pour laquelle il avait une Qouniya, alors qu'il n'avait pas d'enfant. Le compagnon lui a donc répondu que c'était le messager d'Allah qui l'avait nommé « Abu Yahya » (malgré qu'il n'avait pas d'enfant).
 
Dans un Autre récit authentifié par Cheikh Al Albani le messager d'Allah avait même donné une Qouniya à une tout petite fille.
 
Citation:
Dans un Autre récit authentifié par Cheikh Al Albani le messager d'Allah avait même donné une Qouniya à une tout petite fille .
 
Ce Hadith là prouve donc qu'il est permis de donner une Qouniya à un tout petit enfant.
 
Et il y a un autre Hadith authentique venant confirmé cela : 
 
Anas rapporte : " J'avais un petit-frère ayant comme qouniya Abu Oumayr. 
Il possédait un petit oiseau avec lequel il jouait. 
Puis cet oiseau mourut, lorsque le messager d'Allah se presenta chez nous et qu'il constata la tristesse de l'enfant. Il demanda qu'a t'il ?
On lui a dit il est triste car son oiseau est mort. 
Le messager lui a donc dit : " O Abou Oumayr qu'a fait ton oiseau ? ".
[Authentifié par Cheikh Al Abani Sunane Abu Dawud N° 4969]

Ce hadith peut paraitre anodin, cependant les savants ont déduit de ce Hadith de très nombreuses enseignements, parmi lesquels :
 
-La permission de porter une qouniya même lorsqu'on ne possède pas d'enfant, en effet Abou Oumayr était tout petit il n'avait donc pas d'enfant. 
Ce hadith constitue donc une réponse à ceux qui l'interdisent.
La permission de donner une qouniya même à un petit enfant.
La permission de posséder un oiseau à condition de s'en occuper et de ne pas lui faire de mal.
L'excellent comportement du Messager d'Allah.
La permission de laisser l'enfant jouer avec l'oiseau (s'il ne risque pas de lui faire du mal).
 
Sources : Charh Sounnane Abu Dawud de Cheikh AbdelMouhssine Al 'Abbad et Charh Sahih Al Boukhari de Cheikh Ar-rajahi
copié de darwa.com

 
fsf
Les différents "surnoms"


 Qouniya  

 

C'est le fait de mettre Abou & Oumm devant un autre nom. 
Ex: Abou Mu'adh = Père de Mu'adh 
Oum 'Isa = Mère de 'Isa

 

 Nasab 

 

C'est le fait de mettre Ibn (Ben) & Bint devant le nom de son père ou de son ancêtre, Nasab veut dire "ascendance", 
Ex parmi les sahaba: Ibn Mas'ud = Fils de Mas'ud 
Ibn 'Umar = Fils de 'Omar 
Ex commun: Ibn 'Ali = Fils de 'Ali 
Bint Yahya = Fille de Yahya 

 

 Nisba 

 

Adjectif désignant la relation avec un lieu de naissance, de résidence, une occupation, une secte, un clan etc... 
Parmi les sahaba: Salman Al-farsy = Salman le Perse 
On trouve aussi dans les nom des sahaba les Nisba : Al Ansary pour les Médinois et Al Mouhajir pour les Mecquois 

 

 Laqab 

 

Titre honorifique que l'on donne à une personne par lequel on reconnaît son statut ou ses qualités. 
Ex parmi les Prophètes: Ibrahim "Khalilullah" 
Parmi les Sahaba: Abou Baker "As-Saddiq" = Le Véridique

 

fsf

Choisir la qouniya que l'on souhaite mais prendre le nom de l'ainé est préférable

 

La preuve réside notamment dans le Hadith suivant :

 

عَنْ هَانِئٍ أَنَّهُ لَمَّا وَفَدَ إِلَى رَسُولِ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم- مَعَ قَوْمِهِ سَمِعَهُمْ يَكْنُونَهُ بِأَبِى الْحَكَمِ ، فَدَعَاهُ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم فَقَالَ : ( إِنَّ اللَّهَ هُوَ الْحَكَمُ وَإِلَيْهِ الْحُكْمُ فَلِمَ تُكْنَى أَبَا الْحَكَمِ ؟ ) ، فَقَالَ : إِنَّ قَوْمِي إِذَا اخْتَلَفُوا فِي شَيْءٍ أَتَوْنِي فَحَكَمْتُ بَيْنَهُمْ فَرَضِيَ كِلاَ الْفَرِيقَيْنِ ، فَقَالَ رَسُولُ اللَّهِ صلى الله عليه وسلم : ( مَا أَحْسَنَ هَذَا فَمَا لَكَ مِنَ الْوَلَدِ ؟ ) قَالَ : لِي شُرَيْحٌ ، وَمُسْلِمٌ ، وَعَبْدُ اللَّهِ ، قَالَ : ( فَمَنْ أَكْبَرُهُمْ ؟ ) قُلْتُ : شُرَيْحٌ قَالَ : ( فَأَنْتَ أَبُو شُرَيْحٍ ) . 

رواه أبو داود ( 4955 ) والنسائي ( 5387 ) ، وصححه الألباني في " صحيح أبي داود " 

 

Dans ce Hadith le messager d'Allah sallallahou 'alaihi wa sallam changea le nom d'un homme qui se faisait appeller Abou Al-Hakam en Abou Shourayh.

Et avant de changer sa Kounia le prophète sallallahou 'alaihi wa sallam lui demanda s'il avait des enfants, ils répondit qu'il en avait plusieurs, il lui a donc de prendre comme Kounia celui de l'ainé. 

 

Les savants ont déduit de ce Hadith le fait qu'il est préférable lorsqu'on prend une kounia de prendre celui de l'ainé.

 

La commission permanente des recherches scientifiques et de l'Ifta a donné une réponse dans ce sens dans une de ses Fatwas : 

 

وسئل علماء اللجنة الدائمة : هل يجوز أن يُنادى على أحد بالابن الأصغر ؛ لأن الابن الأكبر توفي في صغر سنِّه ؟

فأجابوا : " الأفضل : أن يكني الإنسان بابنه الأكبر ، سواءً كان حيّاً ، أو ميتاً ، وينادى بتلك الكنية ، ولكن لو كنَّاه أحد بابنه الأصغر ، وناداه بها : فلا إثم عليه ، وسواء كان ابنه الكبير حيّاً ، أم ميتاً

وبالله التوفيق ، وصلى الله على نبينا محمد ، وآله وصحبه وسلم " انتهى

الشيخ عبد العزيز بن باز ، الشيخ عبد الرزاق عفيفي ، الشيخ عبد الله بن قعود

 فتاوى اللجنة الدائمة - 11 / 487

Partager cet article

Les 5 types de patience

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Les 5 types de patience
La Patience se divise en cinq grandes catégories :
 
al wâjib (l'obligatoire)
al mandûb (l'encouragé)
al mahdhûr (interdit)
al makrûh (la détestée)
al mubâh (la permise) 
 
Et la patience pourrait encore être subdivisée parmi ces 5 grandes catégories d'actes...
 
La patience Obligatoire (wâjib)
 
♦ La patience dans l'abstinence des choses et des actions interdites 
 
♦ La patience dans exécution des actes obligatoires 
 
La patience face aux épreuves de la vie, face aux choses que l'on ne contrôle pas, comme la maladie, la pauvreté, etc... 
 
La patience encouragée (mandûb) 
 
♦ La patience dans l'abstinence de choses détestables (makrûh) 
 
♦ La patience dans l'exécution des actes d'adoration non obligatoires mais aimé par Allah (mustahabb) 
 
♦ La patience dans le fait de s'abstenir de se venger lors d'une injustice 
 
La patience interdite (mahdhûr)
 
♦ La patience dans le fait de se priver d'alimentation et de boisson si cela entraîne la mort. 
 
La patience dans l'abstinence de manger les choses interdites tel que la charogne et le sang, alors qu'on y est contraint pour survivre (en cas de famine par exemple).
L'imam Ahmad ibn Hanbal a dit : "Entrera en enfer quiconque n'a d'autre choix pour rester en vie, que de manger la charogne, la viande interdite ou le sang, mais s'y refuse et meurt". 

♦ La patience dans le fait de s'abstenir de mendier. 
 
Sur cet avis les savants ont divergé... L'imam Ahmad dit que cette patience ci est autorisée. 
 
On lui demanda: " Et si un homme craint que le fait de ne pas mendier entraîne sa mort ? " L'imam Ahmad répondit : " il ne mourra pas. Allah pourvoira aux besoins de cet homme (rizq) ".

L'imam Ahmad n'a pas permis de mendier, alors qu'Allah connaît le besoin et la sincérité d'une personne dans son abstinence de mendier, Allah lui enverra sa subsistance (rizq).

Cependant d'autres savants, et parmi eux certains compagnons de l'imam Ahmad ainsi que l'imam ash-Shafi'î ont dit : " il est obligatoire pour cette personne de mendier. 
 
Car en mendiant il se protège de la mort et si il ne le fait pas alors il est pécheur ". 
 
♦ La patience dans le fait d'endurer des choses pouvant mener à la mort, comme les prédateurs, les serpents, le feu, l'eau etc... 
 
♦ La patience en temps de fitnah quand des musulmans combattent d'autres musulmans. 
 
La patience dans l'abstinence de se battre lors d'une telle situation, est mubâh (permise), et c'est même mustahabb (préférable, recommandable). 
 
Quand on interrogea le Prophète (صلى الله عليه و سلم) sur ce sujet, il ( صلى الله عليه و سلم) répondit :

" Sois comme le meilleur des 2 fils d'Adam''
(c'est a dire Abel qui refusa de combattre Cain quand celui ci l'attaqua). 
 
Dans d'autre versions, le prophète (صلى الله عليه و سلم) dit également :

"Ressemblez à l'esclave d'Allah qui fut tué et ne ressemblez pas a celui qui tua " et " laisse le tueur endosser la responsabilité de vos mauvais actes pour vous deux "
 
Dans une autre version, il (صلى الله عليه و سلم) dit :

"si l'épée est trop brillante, mettez votre main sur votre visage." 
 
Allah nous conte dans Son Noble Livre l'histoire du meilleur des deux fils d'Adam : il s'est livré et ne s'est pas défendu contre son frère et Allah fit ses éloges pour cela. 
 
Par contre c'est totalement différent si des musulmans se battent avec des kâfirûn : dans cette situation le musulman doit se défendre, car le but du jihad est de se défendre et de défendre l'islâm. 
 
La patience détestable (makruh) 
 
♦ La patience dans l'abstinence des besoins naturels (nourriture, boisson, relations conjugales) à la mesure des conséquences négatives que ce type de patience aura sur une personne.
 
♦ La patience dans le fait de faire d'un acte makrûh. 
 
La patience autorisée (mubâh) 
 
♦ La patience dans l'abstinence des actes autorisés.
 
copié de darwa.com
 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Il y a deux voies permettant d'acquérir la science

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Il y a deux voies permettant d'acquérir la science

Deux voies permettent d'acquérir la science...

 

Premièrement
 
Cela consiste à apprendre [la science] dans des livres sûrs rédigés par des savants reconnus pour leur science, leur honnêteté et leur croyance pure débarrassée des innovations et des fausses croyances.

Prendre la science dans les livres n'empêche pas la personne d'arriver à son but.
Ceci dit, elle se doit de passer deux obstacles :
 
  • Le premier obstacle

La durée. Il faudra que la personne attendre longtemps, souffre durement et déploie un effort soutenu avant d'obtenir la science recherchée.
Ceci constitue un obstacle que beaucoup de gens n'ont pas la force de franchir.
Et particulièrement, lorsque l'on voit autour de soi ceux qui ont perdu leur temps sans utilité aucune, d'où paresse et lassitude empêchant de parvenir à ce qui est voulut.
 
  • Le deuxième obstacle

Celui qui cherche le savoir dans les livres recueille souvent de faibles connaissances, qui sont non fondées sur des règles ou fondements.
C'est pourquoi, on constate beaucoup d'erreurs chez ceux qui apprennent le savoir dans les livres, car ils sont dépourvus de règles et fondements de référence qui permettent de cerner les détails mentionnés dans le Livre et la Sounnah.
Certains personnes empruntent un hadîth qui n'est cité ni dans les recueils authentiques de hadîth qui font autorité en la matière, ni dans les rassemblements [Massânîd], une approche contraire aux règles fondamentales avérées auprès des gens de science comme par l'ensemble de la communauté.
Ensuite, ils font du hadîth qu'ils ont pris le fondement de leur croyance.
Et cela est sans aucun doute une erreur.
Car le Livre [d'Allâh] et la Sounnah comportent des règles fondamentales qui régissent des spécialités.
Ceux-ci ne peuvent pas être opposés à celles-là. En effet, s'ils se révèlent contradictoires avec les règles, on se doit de les délaisser.
 
Deuxièmement

De ce qui fait partie de la voie pour l'acquisition de la science, il y a le fait de s'instruire auprès d'un professeur sûr dans sa science et sa religion.
Cette voie est plus rapide et plus sûre pour la science.
Certes, la première voie peut égarer l'étudiant à son insu, par le défaut de sa compréhension ou par sa négligence, ou pour d'autres circonstances.
Quant à la deuxième voie, elle permet de discuter [débattre] avec le professeur, d'accepter des idées et d'en rejeter d'autres.
Ceci ouvre à l'étudiant beaucoup de portes lui permettant de comprendre, de vérifier et de connaître la manière de défendre les paroles authentiques et de repousser les paroles faibles.
Si l'étudiant réunit ces deux voies, cela est bien plus complet et achevé.
Il doit commencer par ce qui est important à ce qui est encore plus important, des abrégés aux ouvrages exhaustifs de manière à ne pas passer à une étape avant de maîtriser la précédente, et de cette manière, il cheminera sainement.

 

Sans titre 1-copie-3

Question :


Certains étudiants en science se suffisent d'écouter les cassettes des savants qui dispensent leur cours. Cela suffit-il pour apprendre la science ?

Peut-on considérer ceux qui agissent ainsi comme des chercheurs de la science ?

Et est-ce que cela peut influer sur leur croyance ?


Réponse :


Il n'y a aucun doute que l'écoute des cassettes leurs suffisent en remplacement des cours des gens de science quand ils ne peuvent pas y assister.

 

Cependant, la participation aux cours des savants est meilleure et plus proche de l'excellence, ainsi que plus proche d'une bonne compréhension et du débat.

 

Toutefois, s'ils ne peuvent pas y assister, cela [les cassettes] leurs suffisent.

Sans titre 1-copie-3


Ensuite, est-il possible de le considérer comme étudiant en science quand il se limite à cela ?


Nous disons : Oui, lorsque la personne déploie un grand effort pour cela.

 

Comme il est possible qu'une personne devienne savante quand elle prend la science directement des livres.

 

Ceci dit, il existe une différence entre le fait de prendre la science des livres et cassettes et son apprentissage direct auprès des savants, car cette dernière approche est plus à même de procurer la science, et celle-ci est un chemin facile qui permet de discuter des divergences de ce que la personne a entendu ou lu.

 

Ce qui est différent pour celle [qui écoute ou lit seulement] et qui devra déployer un important effort afin de rassembler les différentes parties de la science sur le sujet.

Sans titre 1-copie-3


Quant à la question de savoir si le fait de se contenter des cassettes pourrait influencer la croyance de ces personnes, la réponse est :

Oui, cela peut influencer leur croyance quand elles peuvent écouter des cassettes qui comportent des innovations et qu'elles les suivent.

 

Si par contre, elles écoutent des cassettes de savants avérés pour elles, celles-ci ne laisseront aucune influence négative sur leur croyance.

 

Bien au contraire, elles augmenteront leur foi et les sauvegarderont et leur feront adopter une croyance authentique.


« Kitâb ul-'Ilm » de SHeikh Ibn 'Uthaymîn, p.68-70
copié de manhajulhaqq.com


Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Maculer la tête du nouveau né avec du safran

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Maculer la tête du nouveau né avec du safran

Abou Bourayda رضي الله عنه a dit : 

 

" Dans la djahiliya (période preislamique) lorsque il y avait la naissance d'un garçon chez l'un d'entre nous, il égorgait un mouton et de son sang (sang de la bête) il maculait la tête (du nouveau né).

 

Mais lorsqu'Allah est venu avec l'islam, on égorgait alors un mouton, on rasait la tête (au nouveau né) et on la maculait de safran ". 

Rapporté par Abou Dawoud 

(le cheikh Albani  juge ce recit authentique, voir le sahih sounnan Abi Dawoud tome3 page 107).

 

‏حَدَّثَنَا ‏ ‏أَحْمَدُ بْنُ مُحَمَّدِ بْنِ ثَابِتٍ ‏ ‏حَدَّثَنَا ‏ ‏عَلِيُّ بْنُ الْحُسَيْنِ ‏ ‏حَدَّثَنِي ‏ ‏أَبِي ‏ ‏حَدَّثَنَا ‏ ‏عَبْدُ اللَّهِ بْنُ بُرَيْدَةَ ‏ ‏قَالَ سَمِعْتُ ‏ ‏أَبِي بُرَيْدَةَ ‏ ‏يَقُولُ ‏

‏كُنَّا فِي الْجَاهِلِيَّةِ إِذَا وُلِدَ لِأَحَدِنَا غُلَامٌ ذَبَحَ شَاةً ‏ ‏وَلَطَخَ ‏ ‏رَأْسَهُ بِدَمِهَا فَلَمَّا جَاءَ اللَّهُ بِالْإِسْلَامِ ‏ ‏كُنَّا نَذْبَحُ شَاةً وَنَحْلِقُ رَأْسَهُ ‏ ‏وَنُلَطِّخُهُ ‏ ‏بِزَعْفَرَانٍ

 

copié de darwa.com

Partager cet article

Applaudir l’élève et se lever pour l’instituteur

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Applaudir l’élève et se lever pour l’instituteur
Question :
 
Dans certaines écoles, si l'élève excelle dans une discipline, ses camarades l'applaudissent.
 
On remarque aussi que les élèves se lèvent lorsque le directeur ou l'enseignant entre en classe.
 
Comment la religion considère-t-elle ceci ? 
 
Réponse :

Les applaudissements sont une chose très détestable, et ils font même partie des coutumes de la Jâhiliyya [1] et des pratiques des femmes.

Allah le Tout-Puissant a décrit les mécréants en disant (traduction rapprochée) :

« Et leur prière, auprès de la maison, n'est que sifflement et battements de mains. » [2]

Le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit :

« Lorsque l'imam se trompe dans sa prière, que les hommes lui signalent en prononçant le Tasbîh [3] et que les femmes frappent des mains. » [4]

et dans un autre version :

« Le Tasbîh est pour les hommes et le battement des mains est pour les femmes. » [5]

De même, se lever pour l'enseignant est détestable.

Anas, qu'Allah l'agrée, a rapporté que les Compagnons, qu'Allah les agrée, ne se levaient pas quand le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, entrait, car ils savaient qu'il détestait cela, malgré que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, était la personne qu'ils aimaient le plus.
 
Toutefois, si un élève ou une autre personne se levait pour aller au devant d'une personne qui entre, la saluer et lui serrer la main, cela est autorisé.

Le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a dit à certains Compagnons :

« Levez-vous pour accueillir votre maître. » [6]

En parlant de Sacd ibn Mucâdh, qu'Allah l'agrée, (lorsqu'il s'était présenté pour arbitrer dans l'affaire de la tribu des Banî Quraydha).

Par ailleurs, le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, se levait pour sa fille Fatima lorsqu'elle venait chez lui, lui prenait la main et l'embrassait, et elle, qu'Allah l'agrée, se levait pour son père, prière et salut d'Allah sur lui, lui prenait la main et l'embrassait lorsqu'il venait chez elle.
 
Lorsqu'Allah a accepté le repentir des trois Compagnons qui n'avaient pas assisté à la bataille de Tabûk, qui sont Kacb ibn Mâlik et ses deux Compagnons, et que Kacb est arrivé à la mosquée alors que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, était assis parmi ses Compagnons, Talha ibn cUbaydillâh, qu'Allah l'agrée, s'est levé, lui a serré la main et l'a félicité pour son repentir.

Le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, qui a vu cela, n'a rien dit et n'a pas condamné cet acte.

Les hadiths dans ce sens sont nombreux.

Et Allah est Celui Qui accorde la réussite.
 
[1] Le temps de l'ignorance avant l'avènement de l'islam.
[2] Le Butin, v. 35.
[3] Tasbîh : le fait de dire Subhânallah.
[4] Rapporté par Al-Bukhârî, chapitre de la prière (n°1218) et Muslim, chapitre de la prière (n°421).
[5] Rapporté par Al-Bukhârî, chapitre de la prière (n°1203,1204) et Muslim, chapitre de la prière (n°422).
[6] Rapporté par Al-Bukhârî, chapitre de la guerre sainte (n°3043) et Muslim, chapitre de la guerre sainte (n°1768).
 
Magazine ad-DaCwa, n°1325.
copié de fatawaislam.com 
 
حكم قيام الطلاب للمدرسين
من عبد العزيز بن عبد الله بن باز ، إلى حضرة الأخ المكرم / معالي وزير المعارف - وفقه الله -
السلام عليكم ورحمة الله وبركاته ، أما بعد [1] [0] : 
فقد بلغني : أن كثيراً من المدرسين يأمرون الطلبة بالقيام لهم إذا دخلوا عليهم الفصل ، ولاشك أن هذا مخالف للسنة الصحيحة ، فقد ثبت عن رسول الله صلى الله عليه وسلم أنه قال : ((من أحب أن يمثل له الرجال قياماً فليتبوأ مقعده من النار))[2] [0] . أخرجه الإمام أحمد وأبو داود والترمذي عن معاوية - رضي الله عنه – بإسناد صحيح
وخرج الإمام أحمد والترمذي بإسناد صحيح عن أنس - رضي الله عنه – قال : ((لم يكن شخص أحب إليهم – يعني الصحابة - رضي الله عنهم – من رسول الله - صلى الله عليه وسلم - وكانوا لا يقومون له إذا دخل عليهم ؛ لما يعلمون من كراهيته لذلك))[3] [0]
فأرجو من معاليكم التعميم على المدارس ، بأن السنة عدم القيام للمدرسين إذا دخلوا على الطلبة في الفصول ؛ عملاً بهذين الحديثين الشريفين وما جاء في معناهما
ولا يجوز للمدرس أن يأمرهم بالقيام ؛ لما في حديث معاوية من الوعيد في ذلك ، ويُكره الطلبة أن يقوموا ؛ عملاً بحديث أنس المذكور 
ولا يخفى أن الخير كله في اتباع سنة الرسول - صلى الله عليه وسلم - والتأسي به وأصحابه - رضى الله عنهم -
جعلنا الله وإياكم من أتباعهم بإحسان ، ووفقنا جميعاً للفقه في دينه والثبات عليه
والسلام عليكم ورحمة الله وبركاته
[1] [0] نشر في مجلة البحوث الإسلامية ، العدد : 26 ، عام 1410هـ ، ص : 347 
[2] [0] أخرجه أحمد برقم : 16311 مسند الشاميين ، باب حديث معاوية بن أبي سفيان - رضي الله عنه ، وأبو داود برقم : 4552 كتاب الأدب ، باب في قيام الرجل للرجل والترمذي برقم 2679كتاب الأدب باب ماجاء في كراهية قيام الرجل للرجل
[3] [0] أخرجه أحمد برقم : 11895 باقي مسند المكثرين ، مسند أنس بن مالك - رضي الله عنه - ، والترمذي برقم : 2678 كتاب الأدب ، باب ما جاء في كراهية قيام الرجل للرجل

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Le remède contre les doutes et les waswâs

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Le remède contre les doutes et les waswâs

Question :

 

Je suis un jeune à qui Allâh fit grâce de le guider, mais lorsque j'apprend des choses de la ‘aqîda et au sujet du monothéisme, je commence à avoir des doutes et qui préoccupe ma raison, alors que je sais que c'est une chose qui est sûr et certaine pour les musulmans, quelle est la solution ?

 

Orientez-moi vers l'avis correct.

 

Réponse :

 

Ceci est un bienfait d'Allâh envers toi, de t'avoir fait grâce de la guidée, il faut donc que tu en remercies Allâh سبحانه وتعالى, et que tu t'adonnes à son rappel, à le louer, et à réciter Son livre, et à l'adorer soubhânahou en pratiquant sa loi et en accomplissant les obligations et en délaissant les interdictions.

 

Quant à ces doutes, il t'est obligatoire de faire ce vers quoi t'a orienté le prophète صلى الله عليه وسلم, comme cela fut rapporté dans le sahih d'al boukhârî, dans le hadith de Abou Hourayra رضي الله عنه, que le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم a dit :

 

"Satan vient chez l'un d'entre vous et lui dit « qui a créé ceci ? Qui a créé cela ?"  jusqu'à ce qu'il dise "Qui a créé Allâh ?" 

S'il en arrive là, qu'il dise : "Je crois en Allâh et en Son messager - آمنت بالله ورسوله - âmintou billehi wa rasoûlih"
et qu'il arrête»

 

Il t'est obligatoire t'arrêter de penser à ces doutes et que tu dise : "Âmintou billehi wa rasoûlih - آمنت بالله و رسوله" et que tu demandes protection à Allâh contre satan le lapidé, et là, ces doutes cesseront.

 

Et sache, que ces doutes et ces waswâs viennent de l'ennemi d'Allâh, satan le lapidé, il veut te nuire et te torturer, mais tant que tu déteste ces doutes, et que tu n'en parle à personne, et que tu les combats, sache que ceci fait partie de la foi.

 

C'est pour cela que certains compagnons se plaignirent au messager d'Allâh de ces waswâs qu'ils avaient, il a été confirmé dans les hadiths authentiques que certains compagnons ont dit au prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Ô messager d'Allâh, il y a des choses en nous (c'est à dire du waswâs) tel qu'il nous serait préférable de nous jeter du ciel que d'en parler."

 

Et dans une version : 

 

"Les charbons ardents nous serait préférable que d'en parler. 

Le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم répondit : "Ceci est la foi évidente ""

rapporté par Mouslim dans son sahîh.

 

Ceci signifie que le fait de cacher et d'enfouir son waswâs, ne pas en parler et les combattre est la foi évidente (صريح الإيمانsarîh al imân).

 

Et tu as dit dans ta question que tu sais de façon certaine que cela fait partie des affaires des musulmans, c'est à dire que tu sais de façon certaine ce qu'il t'es obligatoire de croire comme foi en Allâh, ses anges ses livres ses messagers, le jour du jugement et le destin et ce qu'il à de bon ou de mauvais, et que tout ces waswâs contredisent la croyance du croyant en Allâh et ses livres et ses prophètes et le jour du jugement et le destin bon ou mauvais, tu n'as donc rien d'autre à faire que de les combattre, les caché et les enfouir, et de ne pas en parler, et que tu cesse d'y penser, et que tu dises :

 

Je crois en Allâh et en Son messager

آمنت بالله ورسوله

Âmantou biLlâhi wa rasoûlih

 

à ce moment-là, ils cesseront et cela ne te causera aucun mal.

 

Je demande à Allâh qu'il t'inspire à la réussite, et à la rectification, au salue et à la sécurité de l'épreuve et des égarements.

 

Source : sh-rajhi.com

traduit par Abou al Hassan 'Abdallah al baljîkî

  Publié par 3ilmchar3i.net

علاج الشكوك والوساوس

السؤال :  سائل يقول أنا شاب قد منّ الله عليَ بالهداية، فأنا عندما أتعلم شيئاً من العقيدة وأمور التوحيد أبدأ بالشكوك وانشغال الذهن وأعلم أنها يقيناً من المسلمات ،فما الحل ؟أرشدونا إلى الصواب

الجواب : هذا من فضل الله عليك أن منّ عليك بالهداية، فعليك أن تشكر الله سبحانه وتعالى وتلهج بذكره وتحميده وتقديسه وتلاوة كتابه، والتعبد إليه سبحانه وتعالى بما شرع في أداء الواجبات وترك المحرمات، وأما هذه الشكوك التي ترد عليك، فعليك أن تفعل ما أرشدك إليه النبي صلى الله عليه وسلم، كما جاء في صحيح البخاري من حديث أبي هريرة رضي الله عنه أن النبي صلى الله عليه وسلم قال

يأتي الشيطان أحدكم يقول من خلق كذا من خلق كذا، حتى يقول من خلق الله، فإذا وجد ذلك فليقل آمنت بالله ورسوله ولينتهي

، فالواجب عليك أن تقطع التفكير بهذه الشكوك، وتقول آمنت بالله ورسوله، وتستعيذ بالله من الشيطان الرجيم، حينئذ تزول هذه الشكوك، واعلم أن هذه الشكوك والوساوس من عدو الله الشيطان الرجيم،فهو يريد أن يعذبك ويؤذيك، وما دمت أنك تكره هذه الشكوك ولا تتكلم بها وتشق عليك وتحار بها، فاعلم أن هذا من الإيمان، ولهذا شكا بعض الصحابة للنبي صلى الله عليه وسلم هذه الوساوس التي يجدونها في نفوسهم، فقد ثبت في الاحاديث الصحيحة أن بعض الصحابة قال للنبي صلى الله عليه وسلم

 يا رسول الله إن أحدنا يجد في نفسه يعني من الوساوس ما أن يخر من السماء أفضل من أن يتكلم به

وفي لفظ أن يكون

 حممة- يعنى فحمة خير له من أن يتكلم به، فقال رسول الله صلى الله عليه وسلم : أوقد وجدتموه؟ قالوا: نعم، قال: ذاك صريح الإيمان

أخرجه مسلم في صحيحه، وهذا يعني أن كتم الوسوسة ودفعها، واستعظام التكلم بها ومحاربتها صريح الإيمان، ولقد ذكرت في السؤال إنك تعلم يقيناً أنها من المسلمات، يعني تعلم يقيناً ما يجب اعتقاده من الإيمان بالله وملائكته وكتبه ورسله واليوم الآخر، وأن هذه الوساوس كلها تنافي عقيدة المؤمن بالله وبكتبه ورسله واليوم الآخر والقدر خيره وشره، فما عليك إلا أن تحاربها وتدفعها وتكتمها ولا تتكلم بها، وتقطع التفكير عنها وتقول

آمنت بالله ورسوله

وحينئذ تزول ولا تضرك

وأسأل الله أن يلهمك التوفيق والتسديد والسلامة والعافية من الفتن ومضلات الفتن

 
Cheikh ‘Abdel‘Azîz Bnou ‘Abdillah Ar-Râjihî - الشيخ عبد العزيز بن عبد الله الراجحي

Partager cet article

Conseils aux jeunes débutants

Publié le par 3ilm char3i - La science légiférée

Conseils aux jeunes débutants

Question :


Quel est votre conseil au jeune qui commence sur le chemin de la droiture ?
 
Réponse :

Je conseille à ce jeune qui commence sur le chemin de la droiture :
 
-  de demander constamment à Allah de l'’affermir (sur ce chemin).

-  de beaucoup lire le Qur’an et réfléchir sur ses sens, car le Qur’an a un grand effet sur le coeœur, surtout si on le lit avec réflexion.

-  qu'’il s’'efforce de rester dans l’'obéissance, qu’'il ne dévie pas et ne sois pas fainéant, car le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) cherchait protection contre l'’incapacité et la fainéantise.

-  qu’il s'’efforce de rester avec les gens de bien, et qu'’il s'’écarte des gens mauvais.

-  qu’'il conseille son âme, lorsqu'’elle lui dit : « tu as le temps, le chemin est long », qu'’il conseille et renforce son âme, car le paradis est entouré de choses déplaisantes et l'’enfer est entouré des passions.

-  qu'’il s’'écarte des gens mauvais, même s'’ils étaient ses amis auparavant, car le fait de rester avec eux aura un effet sur lui, c’est pourquoi le prophète (salallahu ‘alayhi wasalam) dit :
« Les mauvaises assises sont comme le forgeron : soit il brûle tes habits, soit il te transmet une mauvaise odeur »
(rapporté par Al-Bukhari et Muslim).

Source : Liqa’at al-bab al-maftuh (1571)
copié de salafs.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article