Il n'y a pas dans la science, de chose insignifiante !

Publié le par 3ilm.char3i

Il n'y a pas dans la science, de chose insignifiante !

(L'Imâm) Mâlik fut interrogé sur une affaire et il répondit : "Je ne sais pas".

 

Celui qui l'avait interrogé dit alors : "Il s'agit d'une chose insignifiante et simple dont je veux informer l'émir".

 

Le questionneur était un homme important.

 

Mâlik se mit en colère et dit :

 

"Une chose insignifiante et simple !

 

Il n'y a pas dans la science, de chose insignifiante.

 

N'as-tu pas entendu la Parole d'Allâh تعالى (traduction rapprochée) :

 

"Nous allons te révéler des paroles lourdes (très importantes)"

 

Ainsi donc, toute la science est lourde et particulièrement ce au sujet de quoi on sera questionné le Jour de la Résurrection."

 

ترتيب المدارك وتقريب المسالك - 1/72

 Traduit et publié par la chaîne Telegram Cercle des Sciences - @Cercle_des_Sciences

 سئل مالك عن مسألة فقال: لا أدري

فقال له السائل: إنها مسألة خفيفة سهلة، وإنما أردت أن أعلم بها الأمير

وكان السائل ذا قدر، فغضب مالك وقال: مسألة خفيفة سهلة؟ ليس في العلم شيء خفيف، أما سمعت قول الله تعالى

إِنَّا سَنُلْقِي عَلَيْكَ قَوْلًا ثَقِيلًا - المزمل 5

فالعلم كله ثقيل وبخاصة ما يسأل عنه يوم القيامة

ترتيب المدارك وتقريب المسالك - 1/72

 

Cliquez pour agrandir

 

Cliquez pour agrandir

 

Partager cet article

S'attacher à la sunnah n'est pas une chose facile, ils diront : «Il est dur, il exagère etc...»

Publié le par 3ilm.char3i

S'attacher à la sunnah n'est pas une chose facile, ils diront : «Il est dur, il exagère etc...»

S'attacher à la sunnah n'est pas une chose facile, on est confronté aux épreuves et aux tests ; il y a des gens qui vont te dénigrer, te causer du tort et te rabaisser ; ils diront : "Il est dur, il exagère etc...", ou il se peut même qu'ils ne se limitent pas à la parole, il se peut qu'ils te tuent ou te frappent ou t'enferment, mais il faut que tu patientes si tu veux être sauvé et si tu veux boire de ce bassin (*), patiente en t'attachant à la sunnah du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم jusqu'à ce que tu le rencontres au bassin.

 

(*) : Le bassin du Prophète صلى الله عليه وسلم

 

Charh dourat Al moudiyah - page 190

Traduit par Muhammad Wora.

Publié par la chaîne Telegram - @muhammadwora

قـال الشيخ صالح الفوزان حفظه الله

ولزوم السنة ماهو بالأمر السهل ، فيه ابتلاء وامتحان، هناك ناس يعيرونك ويؤذونك ويتنقصونك
ويقولون : هذا متشدد متنطع إلى آخره ، أو ربما أنهم لا يكتفون بالكلام، ربما أنهم يقتلونك أو يضربونك، أو يسجنونك
ولكن اصبر إذا كنت تريد النجاة وأن تشرب من هذا الحوض، اصبر على التمسك بسنة رسول الله صلى الله عليه وسلم إلى أن تلقاه على الحوض

شرح الدرة المضية في عقد أهل الفرقة المرضية - 190

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Est-il dans le péché celui qui éprouve de la répugnance pour son épouse ?

Publié le par 3ilm.char3i

Est-il dans le péché celui qui éprouve de la répugnance pour son épouse ?

Le questionneur interroge : 

 

Celui qui éprouve de la répugnance envers son épouse est-il dans le péché ? 

 

Réponse : 

 

L’amour comme la répugnance sont deux choses qu’Allâh سبحانه وتعالى jette dans le cœur du serviteur et il se peut que la personne n’ait pas la capacité d’y faire quoique ce soit, c’est a dire qu’il ne soit pas en mesure de faire de la personne qu’il aime quelqu’un qu’il répugne et inversement.

 

Cependant, il y a des causes menant à l’amour et l’aversion.

 

Et Allâh a interdit toute chose qui puisse causer l’aversion et l’inimitié et a ordonné d’accomplir ce qui permet de susciter l’amour et l’affection.

 

Partant de là,  il appartient à l’homme et à plus forte raison vis à vis de son épouse de tout mettre en œuvre pour accomplir les causes qui engendreront l’affection et l’amour entre eux deux.

 

Parmi ces causes, le fait de mentionner ses qualités, de ne pas relever systématiquement ses défauts comme nous y a invité le prophète صلى الله عليه وسلم :

 

"Qu’un croyant ne déteste point une croyante, si lui répugne chez elle un de ses traits de caractère, il en trouvera un autre qui le satisfera."

 

C’est ainsi qu’il doit se comporter avec l’épouse et à elle d’en faire de même, afin que l’amour puisse pénétrer leur cœur à tout deux ainsi que l’affection.

 

Et concernant l’épouse la situation est particulière, elle n’est pas semblables aux autres personnes en raison des liens qui les unissent.

 

La séparation entre les époux n’est pas a prendre à la légère, tout particulièrement quand ils ont des enfants ensemble.

 

Fatawa Nour ‘Ala d Darb - V.10 - p 285/286

Traduit et publié par SalafIslam.fr

Est-il dans le péché celui qui éprouve de la répugnance pour son épouse ?
Cliquez pour agrandir

 

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les signes d'acceptation du pèlerinage et de la 'omra

Publié le par 3ilm.char3i

Les signes d'acceptation du pèlerinage et de la 'omra

Question :

 

Y a-t-il des signes apparaissant sur ceux dont l'accomplissement du pèlerinage ou de la 'omra aurait été accepté ?

 

Réponse :

 

Il se pourrait qu'il existe des signes sur celui de qui Allâh a accepté (ndt : l'adoration) parmi les pèlerins, les jeûneurs, les donateurs d'aumône et les prieurs : il s'agit de l'épanouissement de la poitrine, de la joie du cœur et de la lumière du visage.

 

En effet, l'obéissance possède des signes apparaissant sur le corps de l'individu ; plus encore, tant sur son apparence qu'en son for intérieur.

 

Et certains prédécesseurs mentionnèrent que le signe d'acceptation de la bonne œuvre est que l'individu se voit faciliter (l'accomplissement d') une bonne action après celle-ci.

 

Effectivement, la réussite qu'Allâh lui a accordé dans l'accomplissement d'une bonne œuvre après l'autre prouve qu'Allâh عز وجل a accepté sa première action et qu'Il l'a comblé par (l'accomplissement d') une autre action par le biais de laquelle Il sera satisfait de lui.

 

Majmou3 al fataawaa, 24/108

 Traduit et publié par l'équipe al Miirath - @al_miirath

‎هل هناك علامات تظهر على المقبولين في أداء الحج والعمرة ؟

‎فأجاب فضيلته بقوله: قد يكون هناك علامات لمن تقبل الله منهم من الحجاج، والصائمين، والمتصدقين، والمصلين وهي انشراح الصدر وسرور القلب، ونور الوجه، فإن للطاعات علامات تظهر على بدن صاحبها، بل على ظاهره وباطنه أيضاً، وذكر بعض السلف أن علامة قبول الحسنة أن يوفق الإنسان لحسنة بعدها، فإن توفيق الله إياه لحسنة بعدها يدل على أن الله عز وجل قبل عمله الأول، ومنَّ عليه بعمل آخر يرضى به عنه

‎مجموع فتاوى الشيخ ابن عثيمين رحمه الله ج٢٤ ص١٠٨

Cheikh Mohammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Des cœurs qui ne vous détesteront jamais

Publié le par 3ilm.char3i

Des cœurs qui ne vous détesteront jamais

 

Il y a des cœurs qui ne vous détesteront jamais, peu importe combien vous les avez blessés...

هناك قلوب لن تكرهك مهما أوجعتها

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Ecouter de la musique et des chansons

Publié le par 3ilm.char3i

Ecouter de la musique et des chansons

Ecouter de la musique et des chansons, est illicite et fait partie des choses condamnables et répréhensibles, ceci est parmi les causes de la dureté des cœurs, ainsi que de l'obstruction pour le rappel d'Allâh, et pour la prière.

 

Fatâwa 3/429

Traduit par هشام أبو صفا

Publié par 3ilmchar3i.net

Cliquez pour agrandir

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Le danger du fanatisme et du suivi aveugle (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Le danger du fanatisme et du suivi aveugle (audio)

Le savant pour lequel certaines personnes se sont fanatisés est excusé lorsqu'il s'éloigne de ce qui est correct dans l'avis qu'il émet, car ce savant a commis une erreur après avoir fait un effort d'interprétation. 

 

Mais celui qui s'est fanatisé pour ce savant n'est pas excusé.

 

Le savant est excusé car l'erreur est survenue après un effort d'interprétation.

 

Quant au fanatique, lui n'est pas excusé parce qu'il a suivi aveuglément ce savant dans son erreur, car il a pris la parole de ce savant tel quel, sans avoir regardé si ce savant a établi une preuve ou pas.

 

Et il arrive même parfois qu'il apparaisse clairement à certains fanatiques que celui qu'ils magnifient parmi les gens de science a émis un avis allant à l'encontre de la preuve et malgré cela ils persistent à le suivre aveuglément.

 

Et il se peut même qu'ils rédigent des paroles et établissent des règles contredisant la preuve.

 

Cela dans le but de consolider la parole du savant pour lequel ils se sont fanatisés.

 

Comme par exemple la parole de certains d'entre eux affirmant que tout hadith contredisant la parole de leur imam est abrogé ou bien à un autre sens que celui qui est apparent.

 

Le hadith sera dans tous les cas rejeté.

 

Ceci est une catastrophe.

 

L'imam Chafi'i qu'Allâh lui fasse miséricorde a dit :

 

«Celui dont la sounna du prophète عليه الصلاة والسلام apparaît clairement ne doit pas la délaisser au profit de la parole de qui que ce soit.»

 

Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit :

 

«Chacun doit prouver ses dires et il n'y a personne dont la parole constitue une preuve en soi, sauf Allâh et Son Messager».

 

La parole d'Allâh et celle de son messager عليه الصلاة والسلام sont toutes deux des preuves.

 

Quant à la parole des gens de science, il leur est demandé d'apporter une preuve.

 

Leurs paroles ne constituent pas une preuve en soi.

 

Mais il leur est plutôt demandé d'apporter une preuve.

 

Si la preuve venant étayer l'exactitude de la parole du savant est établie, elle sera alors acceptée mais dans le cas contraire l'obligation est de délaisser cette parole.

 

Et c'est pour cela que l'Imam Malik, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit :

 

«Chacun voit sa parole acceptée et également rejetée à l'exception du Prophète عليه الصلاة والسلام.»

 

L'imam Abou Hanifa, qu'Allâh lui fasse miséricorde, a dit :

 

«Personne ne doit prendre notre parole tant qu'il n'a pas pris connaissance de la preuve la concernant».

 

Traduit par Amine abou Jabir

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh 'Abder Razzâq Ibn Abdelmohsin Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبد الرزاق بن عبد المحسن العباد البدر

Partager cet article

Ceux qui prennent les conseils des savants et tapent sur les gens avec ! (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Ceux qui prennent les conseils des savants et tapent sur les gens avec ! (audio)

Question :

 

Cheikh qu'Allâh vous accorde le succès.

 

Quelqu'un dit :

 

"Certains étudiants en science, lorsqu'ils entendent les orientations des savants et les conseils qu'ils prodiguent aux étudiants, s'imaginent que ce ne sont pas eux qui sont concernés, mais les autres, ils ne font donc pas le bilan de leur propre personne et ne se remettent pas en question afin de corriger leur intention, avez-vous un conseil pour cela ?"

 

Réponse :

 

Oui c'est effectivement comme cela, il se peut même que nous soyons tous comme cela.

 

Lorsque nous entendons la promesse, la menace (de châtiment) et l'avertissement nous pensons que cela concerne les autres, nous ne pensons pas que cela nous est destiné, (c'est comme si) tout cela concernait les autres... "Ceci concerne les négligents, cela concerne les paresseux...", très bien !

 

Et toi ?

 

N'es-tu pas négligent ?

N'es-tu pas paresseux ?

N'as-tu pas de manquement ?

 

Il pense que ceci concerne les autres et c'est un fléau.

 

Lorsque nous entendons les textes qui mentionnent la menace (de châtiment) envers les mécréants, les pécheurs ou les hypocrites dans le Coran, nous pensons que cela ne nous concerne pas et nous ne faisons pas attention alors qu'il nous interpelle nous, c'est nous qui sommes interpellés, serait-ce ceux qui sont déjà partis ?

 

Ils ont déjà rencontré leur Seigneur, mais toi lorsque tu lis le Coran un argument se dresse contre toi et c'est à toi qu'il s'adresse.

 

Publié par la chaîne Telegram كن سلفي على الجادة - @Kun_salafi_3ala_aljaddah

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Partager cet article

Parmi les choses dont il incombe de se méfier...

Publié le par 3ilm.char3i

Parmi les choses dont il incombe de se méfier...

Parmi les choses dont il incombe de se méfier :

 

Le fait de faire marcher l'enfant avant l'heure, pour ce qui peut arriver à ses jambes à cause de cela comme déboîtement ou déformation du fait de leur faiblesse et immaturité.

 

Et méfie-toi au plus au point de le priver de ce dont il a besoin comme vomissement, sommeil, nourriture, boisson, éternuement, urine ou saignement car il y a dans cela des conséquences très néfastes concernant l'enfant et l'adulte.

 

تحفة المودود بأحكام المولود - ص ٢٤٦ 

 Publié par la Chaîne منهاج السالكات - MinhaajAsSaalikaat

ومما ينبغي أن يحذر أن يحمل الطفل على المشي قبل وقته لما يعرض في أرجلهم بسبب ذلك من الانفتال والاعوجاج بسبب ضعفها وقبولها لذلك واحذر كل الحذر أن تحبس عنه ما يحتاج إليه في قيء أو نوم أو طعام أو شراب أو عطاس أو بول أو إخراج دم فإن لحبس ذلك عواقب رديئه في حق الطفل والكبير

 

 

Cliquez pour agrandir

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Qu'attend la femme de l'homme ?

Publié le par 3ilm.char3i

Qu'attend la femme de l'homme ?

En résumé, elle veut avant tout la sécurité.

 

Elle ne veut pas d'un mari qui la fasse vivre dans la crainte, la menaçant constamment de prendre une autre épouse ; ou qu'il lui fasse ressentir que ses amis et leur compagnie lui importent davantage que de rester avec elle ; ou qu'elle ressente qu'il peut la quitter à cause de son regard baladeur poursuivant les femmes.

 

Elle souhaite un mari qui la respecte.

 

Ainsi, il la consulte et ne la déprécie pas.

 

Il est séduit par sa beauté, son discours, sa cuisine.

 

Il ne la rabaisse pas devant qui que ce soit.

 

Elle veut un époux qui lui donne la tendresse dont elle a besoin, après s'être fatiguée dans sa maison à lui et avec son enfant à lui.

 

Elle souhaite une amour sincère qui lui fasse ressentir qu'il lui fasse ressentir qu'elle lui fasse oublier toutes les autres femmes (les valant à elle) et qui la fasse se sentir femme.

 

Ne sois donc pas avare envers elle, Ô toi son époux !

 

Et crains Allâh la concernant.

 

Elle est certes l'un des deux faibles que le Messager صلى الله عليه وسلم nous a enjoints (de traiter convenablement).

 

Sur la page Facebook de Cheikh - facebook.com/mohammadbazmool

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

ماذا تريد المرأة من الرجل؟

باختصار تريد اولا الأمان... لا تريد زوجا يجعلها تعيش في خوف، كأن يهددها دائما بالزواج عليها... او يشعرها بأن اصحابه والجلوس معهم اهم من الحلوس معها... او تشعر بأنه يمكن ان يتركها بسبب طول عينه التي يتتبع بها النساء

تريد زوجا يحترمها.... فهو يشاورها.... ولا يقلل من قيمتها.. يعجبه جمالها... وحديثها... وطبخها... ولا ينتقصها امام احد

تريد زوجا يعطبها الحنان الذي تحتاجه بعد تعبها في بيته ومع ولده

وتريد حبا صادقا... يجعلها تشعر انها اختصرت له كل النساء...حبا يشعرها بأنوثتها

فلا تبخل عليها يا زوجها... واتق الله فيها فإنها أحد الضعيفين... الذين اوصانا بهما الرسول صلى الله عليه وسلم

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

 

Cheikh Mohammad Ibn 'Omar Ibn Sâlim Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر بن سالم بازمول

Partager cet article

La fraternité en islâm (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

La fraternité en islâm (audio)

La louange toute entière appartient à Allâh, nous le louons, nous implorons son aide et son pardon et nous nous repentons à lui.

Et nous cherchons refuge auprès d'Allâh contre les maux de nos âmes et contre nos mauvaises actions.

Celui qu'Allâh guide, nul ne peut l'égarer, et celui qu'Il égare, nul ne peut le guider.

J'atteste que nul ne mérite l'adoration si ce n'est Allâh, seul sans associé, et je témoigne que Mohammad est son serviteur et son Messager. 

Cela dit, 

"Ô les croyants ! Craignez Allâh comme Il doit être craint. Et ne mourez qu’en pleine soumission." (Âl-'Imrân/102).

 

Serviteurs d'Allâh, la fraternité dans la religion d'Allâh est un lien fort qui lie les croyants.

 

Ils sont en effet frères dans la religion d'Allâh - 'azza wa jalla - , cette foi les rassemble, ils se rencontrent pour celle-ci et s'unissent sous sa bannière.

 

Ils sont certes des frères, même si leurs corps diffèrent, même s'ils vivent à différents endroits et même si leur couleur n'est pas la même.

 

Le croyant aime pour son frère croyant ce qu'il aime pour lui même.

 

Comment en serait-il autrement, alors qu'Allâh a mis ton frère musulman au stade de ta propre personne ?

 

Allâh dit - sens -

 

"Ne vous dénigrez pas vous-même" c'est-à-dire : ne dénigrez pas vos frères.

 

Ce lien fraternel entre croyants est un don qu'Allâh - 'azza wa jalla - nous a fait et pour lequel nous louons Sa noblesse et Sa grâce.

 

Certes Allâh a fait don aux croyants de cette fraternité de foi et la leur rappelle dans sa parole - sens -

 

"et rappelez-vous le bienfait d’Allâh sur vous: lorsque vous étiez ennemis, c’est Lui qui réconcilia vos cœurs. Puis, par Son bienfait, vous êtes devenus frères."

 

Et la faiblesse ne s'est propagée au sein des croyants qu'à cause de la négligence des droits qu'exigent cette fraternité et du manque d'accomplissement de ce qu'Allâh a fait obligatoire vis-à-vis de celle-ci.

 

La force des croyants n'existe que par la foi, et la foi ne peut exister qu'en présence de son anse la plus solide, et son anse la plus solide est «d'aimer en Allâh et de détester en Allâh.»

 

Néanmoins, certains parmi les musulmans - qu'Allah les guide - ne se limitent pas à la négligence quant aux droits de cette fraternité dans la foi, mais ils ajoutent à cela un péché évident, qui est de nuire à leur frère musulman en ayant recours à n'importe quelle sorte de nuisance.

 

Ceux-là ne savent-ils pas que la sacralité du Musulman chez Allâhi 'azza wa jalla est immense ?!

 

'Omar ibnou l-Khattâb porta son regard sur la ka'bah et dit :

 

«Combien tu es éminente et combien ta sacralité est grande, mais le croyant possède chez Allâh une plus grande sacralité encore.»

 

Et pour cette sacralité, certes Allâhou - 'azza wa jalla - se met dans une colère terrible, lorsque son serviteur croyant ou sa servante croyante se voient causer du tort sans droit.

 

Allâhou - 'azza wa jalla - dit - sens - :

 

"Et ceux qui offensent les croyants et les croyantes sans qu’ils l’aient mérité, se chargent d’une calomnie et d’un péché évident."

 

Leur fardeau est une énorme calomnie et un péché évident, c'est-à-dire qu'il n'y a point d'excuse pour le coupable de cela.

 

Ceux-là ont bafoués les droits d'Allâhi - 'azza wa jalla - concernant la préservation de la fraternité relative à la foi.

 

Et ils ont enfreint ce qu'Allâh a rendu sacré en causant du tort à leurs frères musulmans.

 

Et le Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) a dit :

 

«Point de nuisance, ni à soi-même ni à autrui.»

 

Si le musulman ne reçoit aucun bien venant de toi, le stricte minimum est que tu l'épargnes de tes nuisances.

 

N'est-il pas que les façons de nuire aux croyants se propagent, se multiplient et se répandent progressivement.

 

Chaque jour nous, nous voyons émerger une forme de nuisance infligée aux croyants, des mains de ceux qui s'affilient pourtant à la foi et à la fraternité religieuse.

 

Et parmi les pires nuisances infligées aux croyants, il y a le fait de l'accuser et de salir son image devant les gens en ayant recours à la fausseté et au mensonge.

 

Il est rapporté d'Abi Ad-Darda - qu'Allâh l'agrée - qu'il dit :

 

«Quiconque propage une parole au sujet d'un musulman, afin de ternir son image alors qu'il en est innocent, Allâh se fait devoir de le châtier dans le feu de l'Enfer jusqu'à ce qu'il sorte de ce qu'il a dit.»

 

Le grand nombre d'atteintes à l'honneur des musulmans - en particulier aux savants parmi eux et aux étudiants en science - en inventant des choses à leur sujet, en mentant sur eux et en fournissant de fausses accusations contre eux, compte parmi les choses qui contreviennent aux droits de la fraternité établis noir sur blanc dans la religion de l'islâm et constitue une violation des limites d'Allâh ainsi que de ce qu'Il a fait sacré - soubhânahou wa ta'âlâ.

 

Le laxisme dans ce genre d'affaires n'est pas pardonné, jusqu'à ce que le croyant s'en repente et revienne vers Allâhi - soubhânahou wa ta'âlâ.

 

Et sont égaux dans cela, celui qui formule la parole pécheresse à l'égard d'un savant, d'un étudiant ou d'un musulman du commun, et celui qui la transmet et la propage sans s'assurer de son bien-fondé.

 

Comme l'a dit le prince des croyants, 'Ali ibn Abi Tâlib - qu'Allâh l'agrée - :

 

«Celui qui prononce une parole mensongère et celui qui allonge son câble (c'est-à-dire qu'il la propage) sont égaux dans le péché.»

 

Et parmi les formes de nuisances infligées aux croyants : on compte ce qui se produit entre certains d'entre eux, qui s'occupent à mentionner les défauts des autres et à scruter leurs secrets pour ensuite les divulguer aux gens.

 

Ceci est un des plus grands crimes contre lequel le Prophète ( salla Allâhou 'alayhi wa sallama ) nous a mis en garde, duquel les salafs s'éloignaient et avertissaient.

 

Un parmi les compagnons a dit - qu'Allâh l'agrée - :

 

«Nous disions que les individus qui ont le plus d'erreurs sont les plus prompts à mentionner les défauts d'autrui.»

 

C'est pour cela que Le Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) a attiré notre attention sur ceux-là, en disant :

 

«L'un d'entre vous voit la brindille dans l’œil de son frère alors qu'il oublie le tronc qui se dresse en travers du sien ?!»

 

Ceux-là possèdent des capacités, que Shaytân stimule afin qu'ils guettent les erreurs et mettent le doigt dessus.

 

Au point où l'un d'eux peut voir une chose minuscule que l'on ne peut pourtant déceler qu'à la loupe ou ce qui s'apparente à cela.

 

Et c'est là le sens de la parole du Prophète (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) :

 

«L'un d'entre vous voit la brindille dans l’œil de son frère.»

 

La brindille est à l'exemple d'un poil sur l’œil.

 

La punition d'Allâh - 'azza wa jalla - fut donc sévère : puisqu'il l'a distrait par le fait de scruter les défauts d'autrui, tandis qu'il lui fit oublier les manquements de son âme, qui sont pourtant immenses, comme le tronc d'un palmier.

 

Ceci, afin que la stratégie d'Allâh se concrétise sur lui, qu'il se présente à Allâhi -ta'âlâ - sans s'être repenti de ses fautes et sans lui avoir demandé pardon.

 

Ô musulmans !

 

Craignez Allâh - 'azza wa jalla - concernant la fraternité en religion, et sachez qu'elle compte parmi les plus grands bienfaits d'Allâhi 'azza wa jalla sur vous.

 

Et sachez également que son bien-fondé dans le Livre d'Allâh et dans la sounnah de son Messager (salla Allâhou 'alayhi wa sallama) fait partie ce qui est devenu extrêmement clair pour le commun des musulmans.

 

En effet, quiconque a lu le Corân et la sounnah ou entendu les textes sacrés en lien avec ce chapitre, a clairement vu que l'amour en Allâh ainsi que la fraternité islamique, sont un lien puissant et un fondement immense dans la législation d'Allâhi soubhânahou wa ta'âlâ. 


Ce lien ne peut-être dissout par des intuitions, ni par des suppositions mensongères et caduques, si ce n'est chez ceux qui ont le cœur scellé et la vue voilée par Allâhi - 'azza wa jalla- ils ne peuvent donc suivre la guidée d'Allâh, mais ils suivent plutôt les insufflations de Shaytân.

 

Ô vous musulmans !

 

La position du musulman vis-à-vis des erreurs de son frère musulman est détaillée dans le Livre d'Allâh -'azza wa jalla - et dans la sounnah de son Messager élu - salla Allâhou 'alayhi wa sallama.

 

Lorsque le musulman tombe dans une désobéissance, le couvrir est louable et ordonné à titre préférable et fortement recommandé.

 

Et les croyants sont ceux qui couvrent, tandis que les hypocrites sont ceux qui affichent.

 

Comme l'a dit al-Foudayl ibn 'Iyâd - qu'Allâh lui fasse miséricorde -:

 

«La turpitude se propage au sein des gens, jusqu'à arriver aux pieux qui lui font barrage.»

 

C'est comme cela qu'étaient les pieux prédécesseurs - qu'Allâh les agrée tous - ils couvraient et dissimulaient ce que l'on réprouve d'un croyant et qui pourrait ternir son image comme désobéissance à Allâh.

 

Ceci, afin que Shaytân ne soit pas un soutient pour votre frère, qu'il ne devienne pas son seul compagnon et le fasse errer dans tous les sentiers de l'égarement.

 

En revanche, si le musulman tombe dans une erreur en lien avec la religion d'Allâh, alors réfuter l'erreur est quelque chose de commander, il faut néanmoins user des méthodes qu'Allâh a ordonnées.

 

En effet, ceci ne doit pas être motivé par des raisons personnelles, ni pour donner victoire à sa propre personne, mais c'est plutôt par miséricorde envers le réfuté, afin que son erreur lui apparaisse et aussi par miséricorde envers les gens, afin que la vérité ne se mélange pas avec le faux et qu'ils ne s'égarent.

 

Voilà le sens des réfutations chez les savants, ils veillent à la réalisation de ce but et ils accompagnent chacune de leur réfutation de cette intention.

 

En revanche, lorsque les réfutations deviennent un moteur de haine, de répulsion et de rancœur et n'apportent aucune rectification des erreurs, mais au contraire ne font qu'augmenter la division et la dispersion, alors cela fait partie de ce que les savants ne louent pas et n'agréent pas entre les adeptes de la sounnah et du consensus.

 

Craignez donc Allâh serviteurs d'Allâh !

 

Et préservez ces fondements sur lesquels ont cheminé vos pieux prédécesseurs - qu'Allâh les agrée tous - Ceci eut comme résultat pour eux qu'ils concrétisèrent en terme de prédication à Allâhi - 'azza wa jalla - et de propagation de la science ce que nul autre qu'eux ne put concrétiser ni s'en réjouir.

 

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

 Publié par la Page L'Islam c'est la Sounnah et la Sounnah c'est l'Islam

واجب المسلم تجاه أخطاء إخوانه

إن الحمد لله، نحمده، ونستعينه، ونستغفره، ونعوذ بالله من شرور أنفسنا، وسيئات أعمالنا، مَنْ يَهْدِه الله فلا مُضِلّ له، ومَنْ يُضلل فلا هادي له، وأشهد أن لا إله إلا الله وحده لا شريك له، وأشهد أن محمدًا عبده ورسوله صلى الله عليه وعلى آله وأصحابه، وسَلّم تسليمًا كثيرًا إلى يوم الدين
أما بعد
أيها المؤمنون! اتقوا الله عز وجل حق تُقاته، ولا تموتن إلا وأنتم مسلمون

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُوا اتَّقُوا اللَّهَ حَقَّ تُقَاتِهِ وَلا تَمُوتُنَّ إِلَّا وَأَنْتُمْ مُسْلِمُونَ - آل عمران:102

عباد الله

إن الأُخُوّة في دين الله عز وجل رابطةٌ قويةٌ بين المؤمنين؛ فَهُم إِخوة في دين الله عز وجل، يجمعهم هذا الإيمان؛ فيلتقون عليه، ويَتّحدون تحت رايته، فَهُم إخوة وإن تفرقت أبدانهم واختلفت أماكنهم وتغيرت ألوانهم
يُحِبّ المؤمن لأخيه المؤمن ما يُحب لنفسه، كيف لا والله عز وجل قد نَزّل أخاك المسلم منزلة نفسك؟! فقال الله عز جل

وَلا تَلْمِزُوا أَنفُسَكُمْ - الحجرات 11 أي إخوانكم

إن هذه الرابطة بين المؤمنين رابطةٌ مَنّ الله عز وجل بها علينا، وتَفَضّل وتَكَرّم بها، لقد مَنّ الله على المؤمنين بهذه الأُخُوّة الإيمانية وذَكّرهم بها

وَاذْكُرُوا نِعْمَةَ اللَّهِ عَلَيْكُمْ إِذْ كُنْتُمْ أَعْدَاءً فَأَلَّفَ بَيْنَ قُلُوبِكُمْ فَأَصْبَحْتُمْ بِنِعْمَتِهِ إِخْوَانًا - آل عمران:103

أَلَا وإن الضعف ما بدأ يسري في المسلمين إلا بسبب التفريط في حقوق هذه الأُخُوّة، وضَعْف القيام بما أوجب الله عز وجل تجاهها
فقُوّة المؤمنين لا تكون إلا بإيمان، والإيمان لا يكون إلا بأوثق عُراه

وهو الحُب في الله، والبغض في الله

وإن بعض المسلمين –هداهم الله عز وجل- لم يكتفِ بالتفريط في حقوق هذه الأُخُوّة الإيمانية بل زاد على ذلك إثمًا مُبينًا؛ وهو إلحاق الضرر بإخوانه المسلمين بأي نوعٍ من أنواع الضرر
أفما علينا هذا وأمثاله أن حُرمة المؤمنين عند الله عز وجل عظيمة

رأى ابن عمر الكعبة فقال

ما أعظمكِ، وأعظم حُرمتك! وَلَلْمُؤمن أعظم عن الله حُرمةً منكِ

ولهذه الحُرمة فإن الله عز وجل يغضب غضبًا شديدًا إذا أُوذي عبده المؤمن أو أَمَته المؤمنة بغير حق؛ قال عز وجل

وَالَّذِينَ يُؤْذُونَ الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ بِغَيْرِ مَا اكْتَسَبُوا فَقَدِ احْتَمَلُوا بُهْتَانًا وَإِثْمًا مُبِينًا - الأحزاب:58

حملوا على ظهورهم البهتان (وهو الكذب الكبير)، وحملوا على ظهورهم الإثم المبين (أي البَيِّن الواضح؛ الذي لا عُذْر للمرء في اقترافه).

فهؤلاء ضَيّعوا حقوق الله عز وجل في حِفْظ الأُخُوّة الإيمانية، وانتهكوا حُرمات الله عز وجل في إلحاق الضرر بإخوانهم المسلمين
والنبي عليه الصلاة والسلام يقول

لَا ضَرَرَ وَلَا ضِرَار

فإذا لم يكن للمسلم منك خيرٌ فلا أقل من أن تَكُفّ أذاك عنه

ألَا وإنّ صُوَر أَذِيّة المؤمنين تنتشر وتكثر، وتفشو شيئًا فشيئًا؛ ففي كل يومٍ تُخرِج لنا الأيام صورةً من صُوَر أَذِيّة المؤمنين، تقع على أيدي بعض مَنْ ينتسب إلى الإيمان والأُخُوّة في الدين!
من أعظم ذلك ضررًا أَذِيّة المؤمن، اتهامه وإلحاق ما يشينه أمام الناس بالباطل والزور؛ فقد ثَبَت عن أبي الدرداء رضي الله تعالى عنه أنه قال

أيما امرئ أشاع على امرئ مسلم كلمةً فهو منها بريءٌ ليَشينه بها كان حَقًّا على الله عز وجل أن يُعَذِّبه بها في نار جهنم حتى يأتي بنفاذ ما قال

فكثرة الوقوع في أعراض المسلمين –لا سيما مَنْ كان من العلماء منهم، أو من طلبة العلم- بالافتراء عليهم والكذب عليهم، وإلصاق التُّهم الباطلة بهم هو مما يُنافي حقوق الأُخُوّة التي ثبتت بقَطعِيّات الشريعة الإسلامية، وهو انتهاكٌ صريحٌ لحدود الله وحُرماته تبارك وتعالى

فالتساهل في هذا الأمر جريمةٌ لا تُغتفَر حتى يتوب منها المؤمن ويرجع إلى الله سبحانه وتعالى

ويستوي في ذلك مَنْ نَطَق بكلمة الإثم إزاء عالِمٍ، أو طالب عِلْمٍ، أو إزاء رجل مسلم، أو إزاء امرأة مسلمة، يستوي هو ومَنْ نَقَلها ونَشَرها من غير تَثَبُّت، كما قال أمير المؤمنين علي بن أبي طالب رضي الله تعالى عنه، كما رواه أبو الشيخ عنه بإسنادٍ صحيح

القائل كلمة الزور والذي يَمُد بحبلها في الإثم سواء

ومن صُوَر أذِيّة المؤمنين: ما يقع من بعضهم من الاشتغال بذِكْر عيوبهم، والتتبع لعوراتهم ونَشْرها بين الناس؛ فذلك من الجرائم الكبيرة التي حَذَّر النبي عليه الصلاة والسلام منها، وجاء فِعْل السلف مُجانِبًا لها، مُحَذِّرًا منها
فقد قال بعض الصحابة رضي الله تعالى عنه

كُنّا نُحَدّث أن أكثر الناس خطايا أقربهم لذِكْر عيوب الناس

ولهذا؛ نَبّه النبي صلى الله عليه وسلم على هؤلاء في قوله

يُبْصِرُ أحَدُكُمُ الْقَذَاةَ في عَيْنِ أخِيهِ، وَيَنْسَى الْجِذْعَ مُعترضًا فِي عَيْنهِ؟!

فهؤلاء لهم قُدرة يَؤزّها الشيطان لتَصَيّد الأخطاء والوقوع عليها، حتى أنهم ليرون الشيء الصغير الذي لا يُرى إلا بالمجهر ونحوه، وهذا الذي أشار إليه النبي صلى الله عليه وسلم في قوله

يُبْصِرُ أحَدُكُمُ الْقَذَاةَ في عَيْنِ أخِيهِ

والقَذاة: هو كالشعر ونحوه إذا وَقع في العين.
فكان أن عَاقَبه الله عز وجل بعقوبةٍ صارمة؛ حيث ألهاه بِتَتَبّع هذه العيوب، وأنساه عن عيب نفسه؛ الذي هو كبير جدًّا، كجذع النخل، وذلك ليحق مَكْر الله عز وجل عليه، فيقدم على الله تعالى وهو غير تائبٍ من هذا الذنب، غير مستغفر له

فـ يا أيها المسلمون! اتقوا الله عز وجل في أُخُوّة الدين، واعلموا أنها من أعظم نِعَم الله عز وجل عليكم، واعلموا أن تقريرها في كتاب الله وفي سُنّة رسول الله صلى الله عليه وسلم أصبح من أوضح الواضحات لدى عموم المسلمين
عموم المسلمين
فكل مَنْ قرأ الكتاب والسُّنة، وكل مَنْ استمع إلى نصوص الكتاب والسُّنة في هذا الباب: تَبَيّن له أن المحبة في الله، وأن الأُخُوّة الإسلامية رابطةٌ عظيمة وأصلٌ كبير في شَرْع الله سبحانه وتعالى.
فلا يُزال هذا الأصل بأمورٍ تخمينية، وظنون كاذبةٍ فاسدة، إلا عند مَنْ خَتَم الله عز وجل على قلوبهم وطَبَع عليها، وجَعَل على أبصارهم غِشاوة؛ فلا يهتدون بهَدْي الله عز وجل، وإنما يهتدون 
بوحي الشيطان، أعاذنا الله عز وجل وإياكم من ذلك

أيها المسلمون
إن موقف المسلم من الأخطاء التي يقع فيها أخوه المسلم بَيّنةٌ في كتاب الله عز وجل، بَيّنةٌ في سُنّة المصطفى صلى الله عليه وسلم
فإن وَقَع المسلم في معصيةٍ فَسِتْره محمودٌ مأمورٌ به على جهة الاستحباب والتأكيد، وإن المؤمنين هُم الذين يسترون، وإن المنافقين هُم الذين يفرحون، كما قال الإمام الفُضَيل بن عياض رضي الله تعالى عنه ورَحمه

إن الفاحشة لتسري في الناس حتى إذا جاءت إلى الصالحين كانوا خُزّانها

فهكذا كانت السلف رضي الله تعالى عنهم يسترون، ويطوون ما يُنكَر عن مؤمنٍ مما يشينه في معصية الله عز وجل؛ وذلك لئلا يكون الشيطان عَوْنًا على أخيكم، فيتفرّد به، ويَهيم به في كل وادٍ من أودية الضلال

وأما إذا وقع المسلم في خطأ يتعلق بشرع الله عز وجل فإن رَدّ هذا الخطأ مأمورٌ به، ولكن بالطرق التي أَمَر الله سبحانه وتعالى بها؛ فلا يكون الرَّد لحظ النّفس، ولا للانتصار لها، وإنما يكون رحمةً بالمردود عليه؛ حتى يتبين له الحق
وأيضًا يكون رحمةً بالناس، وأن لا يلتبس عليهم الحق من الباطل فيضلوا
فهذا هو مُراد أهل العلم من الردود، فيُراعون هذا المقصد، ويستصحبونه في كل رَدٍّ يقومون به
أما أن تكون الردود داعيةً إلى البغضاء والتنافر والشحناء، لا تُثمر تصحيحًا للأخطاء، وإنما تزيد فُرْقةً وشَتاتًا فذلك مما لا يحمده أهل العلم ولا يرضاه بين أهل السُّنة والجماعة

فاتقوا الله تعالى عباد الله، وارعوا هذه الأصول التي سار عليها سلفكم رضي الله تعالى عنهم وأرضاهم، فكان أن حققوا من الدعوة إلى الله عز وجل ونَشْر العلم ما لم يُحَقّقه غيرهم، وما لم يسعد به سواهم

Cheikh 'Abdas Salam Ibn Barjass - الشيخ عبد السلام بن برجس آل عبد الكريم

Partager cet article

La perte de temps ! (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

La perte de temps ! (audio)

Et je conseille à tous ceux à qui ma parole-ci parvient, je leur conseille de porter une grande attention au Livre d’Allâh.

 

Le livre d’Allâh contient guidance et lumière et il est la base de tout bien (traduction relative) :

 

{certes, ce Qur’ân guide vers ce qu’il y a de plus droit}, {dis : «pour ceux qui croient, il est une guidée et une guérison»} 

 

Et Il Sobhânah a dit (traduction relative) :

 

{et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu’un guide, une grâce et une bonne annonce aux musulmans}

 

Il incombe dès lors aux savants, aux étudiants en science, à tous ceux qui récitent de mémoire ou en lisant le Livre d’Allâh de porter une grande attention à ce Livre grandiose, de se tourner de tout leur cœur vers lui en le lisant, en le méditant et en compréhension, durant les moments propices, de jour comme de nuit, lors des moments oisifs, afin de tirer profit des Paroles de son Seigneur, afin de connaître son Seigneur et afin d’agir en conséquence.

 

Il Sobhânah a dit (traduction relative) :

 

{un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu’ils méditent sur ses versets et que les doués d’intelligence réfléchissent !}

 

et (traduction relative) :

 

{ne méditent-ils pas sur le Qur’ân? Ou y a-t-il des cadenas sur leurs cœurs ?}

 

Il incombe donc aux musulmans de manière générale et tout particulièrement aux savants et aux étudiants en science de porter un soin attentif au grandiose Qur’ân, une attention particulière, complète, en le méditant, en le comprenant, en multipliant sa récitation, en recherchant les bénéfices puis d’agir.

 

Et confronté à une problématique, le savant se tourne vers son confrère, cherchant avec lui sur ce qui est équivoque, revenant aux tafsîrs célèbres dans lesquels beaucoup de bien se trouve, comme celui d’Ibn Jarîr, d’Al Baghawî, d’Ibn Kathîr ainsi que d’autres.

 

Il y retourne devant ce qui est équivoque et tire profit en solutionnant ce qui lui a posé problème, revenant aux preuves dans les ahâdîths si la solution lui a échappé dans le verset, mais sans être négligent.

 

Et toutes les Louanges reviennent à Allâh, ces livres sont facilement accessibles ainsi que les outils figurants dans les livres traitant des termes singuliers, de la langue, des hadîth, des fondements du fiqh, du glossaire des hadîth et tous les autres dont l’étudiant en science a besoin.

 

Concernant celui qui lit le Qur’ân mais qui n’est pas un savant, Allâh lui facilitera les choses s’il médite et saisit le sens.

 

Il s’y trouve aussi un adoucissement pour son cœur, un renforcement pour sa foi, un rappel de l’au-delà et des droits d’Allâh : il augmentera ainsi en science, guidée et piété.

 

Il ne sera guère privé de science qui pourrait lui être bénéfiques ou de biens.

 

Ensuite, nous avons la sunna du Messager صلى الله عليه وسلم, elle qui est la seconde révélation et fondation.

 

Quiconque la renie mécroit.

 

Quiconque la renie arguant qu’elle est inutile est un mécréant égaré et ce à l’unanimité des musulmans.

 

Elle est la seconde fondation révélée par Allâh à son Prophète, en exégèse du Livre d’Allâh, guider vers ce qui s’y trouve et exposer les autres jugements en suivant la sunna.

 

Il Sobhânah a dit (traduction relative) :

 

{et vers toi, Nous avons fait descendre le Qur’ân, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu’on a fait descendre pour eux} 

 

Et Allâh a institué Son prophète afin qu’il expose aux gens, qu’il leur clarifie ce qui pouvait ne pas l’être pour eux dans le Livre d’Allâh.

 

Ainsi la sunna clarifie le Qur’ân, y guide et l’expose.

 

Je conseille donc à mes frères -gens de science et étudiants en science- de porter un soin attentif et diligent à la sunna, de réviser ses textes et chaînes de transmissions, d’être diligent à en mémoriser ce qu’il peut.

 

Je conseille également de mémoriser « ‘oumdatou l-hadîth » et « boulough l-marâm » ; ces deux livres sont en effet très profitables, tout particulièrement pour l’étudiant en sciences.

 

Ces deux livres sont précieux.

 

Et s’il peut mémoriser « muntaqa l-akhbar », alors c’est un bien sur un bien et lumière sur lumière.

 

Quoi qu’il en soit, le minimum serait de mémoriser « ‘oumdatou l-hadîth » du shaykh Abdelghanî et « boulough l-marâm » du hâfidh bn Hajar, ces deux livres figurant parmi les meilleurs et plus bénéfiques livres qui soient.

 

Je conseille donc à mes frères de les mémoriser, de leur accorder une grande attention étant donné qu’ils aident à comprendre le Livre d’Allâh et ce qui est venu dans la sunna.

 

Je conseille aussi à tous mes frères et sœurs, ajouté à ce qui a été dit précédemment sur le soin attentif à porter au Livre d’Allâh et à la sunna, d’écouter le Qur’ân à la radio.

 

Il n’est pas aisé à certains de pouvoir lire le Qur’ân, leur lecture pouvant même s’avérer être faible : il leur incombe alors d’écouter le Qur’ân à la radio, énormément de bien et profits s’y trouvent, dont l’étudiant en sciences peut profiter ainsi que les gens du commun ou non, hommes et femmes.

 

Je conseille donc l’écoute de la station du Qur’ân à la radio, de s’y occuper d’en tirer profit, tout comme je conseille également le programme « ‘nour ‘alà d-darb » au cours duquel un groupe de savants est interrogé et répond.

 

Je conseille donc d’écouter ce programme, d’en tirer profit, tout particulièrement aux communs des musulmans et musulmanes puisque le bénéfice tiré est énorme.

 

Le croyant et la croyante tirent profit de ce programme alors qu’ils se trouvent dans leur lit, dans leur voiture et il s’agit là d’un bienfait parmi les bienfaits d’Allâh et une grâce d’Allâh. Ils doivent donc s’occuper avec cela et s’en emparer comme butin.

 

Voici ce que j’avais à dire, je ne veux pas éterniser le discours.

 

J’implore Allâh Azza wa Jall de m’accorder ainsi qu’à vous la science bénéfique et l’œuvre pieuse.

 

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié dans Rappels - تذكر

Partager cet article

Qu'est-ce que le pardon «al-maghfirah - المغفرة» ? (audio)

Publié le par 3ilm.char3i

Qu'est-ce que le pardon «al-maghfirah - المغفرة» ? (audio)

Ils ont dit : al-maghfirah est dérivée de "al-mighfar - المغفر".


Al-mighfar est une chose que le guerrier met sur sa tête pour la recouvrir et qui le protège des flèches (ndt : une coiffe de maille).

 

Il permet donc à la fois de recouvrir et de protéger.

 

Ainsi, lorsque tu dis : "J'implore le pardon d'Allâh" (أستغفر الله) ou bien "Pardonne-moi Ô Mon Seigneur" (رب اغفر لي), tu demandes, en somme, deux choses.

 

La première :

 

La dissimulation, à savoir que tes défauts soient cachés des gens.

 

Si les gens avaient connaissance des péchés à ton actif, ils ne te rendraient pas même le salâm.

 

Comme a dit le poète :

 

Par Allâh, s'il savaient ce qu'enfouit mon âme
Ceux qui me rencontrent ne m'adresseraient pas même le salâm

 

Tu demandes donc à Allâh de te dissimuler.

 

La deuxième :

 

Tu demandes à Allâh une protection contre le péché, une protection contre le châtiment.

 

Tout pécheur mérite punition.

 

Si une personne dit : le pardon (al-maghfirah), c'est le fait de ne pas saisir/sanctionner pour un péché.

 

Nous disons : c'est en partie son sens.

 

Sa signification (complète) est de cacher le péché et ne pas demander de compte
à son propos.

 

Tafsir Sourate Ash-Shura - Cours n°2 - 11ème minute environ

Traduit par Oum Suhayl 

 Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article