Les soupçons

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les soupçons

Question :

 
Est-ce que les soupçons sont, dans tous les cas, illicites ?
 
Je souhaite entendre (la réponse à cette question), qu'Allâh vous récompense.  


Réponse : 

Allâh Le Très-Haut dit :

 

يَـٰٓأَيُّہَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ ٱجۡتَنِبُواْ كَثِيرً۬ا مِّنَ ٱلظَّنِّ إِنَّ بَعۡضَ ٱلظَّنِّ إِثۡمٌ۬‌

 

(traduction rapprochée)

 

«Ô vous qui avez cru, évitez beaucoup de conjectures [sur autrui]. Certes, une partie des conjectures est péché.» (Les Appartements, v. 12)


Mais toutes les conjectures ne sont pas des péchés.

 
-Ainsi il n'y pas de mal à avoir des soupçons basés sur des indications proches de la certitude.

 

-Quant aux conjectures basées sur des illusions, elles ne sont pas permises

 

Si nous supposons qu'un homme en voit un autre accompagné d'une femme, et que ce dernier soit en apparence un homme droit, alors il n'est pas licite de l'accuser du fait que cette femme soit une étrangère pour lui, car ceci fait partie des soupçons qui sont comptés comme péchés.

 

En revanche, si ce soupçon a une cause légitime, alors il n'y a pas de mal, et il n'y a pas de gêne à l'éprouver.

 

Les savants disent :

 

يحرم ظن السوء بمسلم ظاهره العدالة

 

«Il est illicite d'avoir des soupçons à l'égard d'un musulman qui, en apparence, est droit»

 

Et Allâh est Plus Savant.

 

Fatâwâ Islâmiyya, tome 4 page 537

 Traduit et publié par fatawaislam.com

حكم ظنه السوء بمسلم ظاهرة العدالة ؟
س : هل الظن السيء حرام كله ؟ أرجو بهذا الافادة جزاكم الله خيراً ؟
ج : قال الله تعالى{يا أيها الذين آمنوا اجتنبوا كثيراً من الظن أن بعض الظن إثم} وليس كل الظن إثما ، فالظن المبني على قرائن تكاد تكون كاليقين لا بأس به ، وأما الظن الذي بمجرد الوهم فإن ذلك لا يجوز، فلو فرضنا أن رجلا رأى مع رجل آخر امرأة ، والرجل هذا ظاهره العدالة ، فإنه لا يحل له أن يتهمه بأن هذا المرأة أجنبية منه ، لأن هذا من الظن الذي يأثم به الإنسان
أما إذا كان لهذا الظن سبب شرعي فإنه لا بأس به ولا حرج على الإنسان أن يظنه
والعلماء قالوا{يحرم ظن السوء بمسلم
ظاهره العدالة} والله أعلم
الكتاب : فتاوى إسلامية جـ4 صـ537

D'après Abou Houreira رضي الله عنه, le Prophète صلى الله عليه وسلم a dit :

 

«Prenez garde au soupçon car certes le soupçon est le plus mensonger des propos».

Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°6064 et Mouslim dans son Sahih n°2563

 

عن أبي هريرة رضي الله عنه قال النبي صلى الله عليه وسلم

إياكم والظن فإن الظن أكذب الحديث

رواه البخاري في صحيحه رقم ٦٠٦٤ و مسلم في صحيحه رقم ٢٥٦٣

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

La patience : la solution pour les peines de la vie (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La patience : la solution pour les peines de la vie (dossier)
Extrait de Fath ul-Majid de l'Imâm 'AbdurRahmân ibn Hasan Ali Shaikh (rahimahullah), chapitre :
 

"Patienter face aux décrets divins est une partie de la foi en Allah"

article separator1
Sommaire

-Les vertues de la patience
-La signification de la patience
-La guidance pour les coeurs
-Se plaindre du décrêt d'Allah
-Tendres coeurs et larmes de compassion
-Les épreuves qu'affrontent les croyants
-Les récompenses sont proportionnelles aux afflictions
-Parvenir à une tranquillité 

Cheikh Abdel-Rahman Ibn Hassan Âli Ash Cheikh -  الشيخ عبد الرحمن بن حسن ابن الشيخ

Partager cet article

Le coran a été révélé pour être médité

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le coran a été révélé pour être médité
Pour ce qui est de la méditation du Qor'ân, elle consiste à concentrer le cœur sur ses significations, à concentrer l'esprit et la réflexion pour le comprendre, tel est le but de sa révélation et non pas seulement dans la simple récitation de son texte sans compréhension ni réflexion. Allâh - Ta'âla - a dit (traduction rapprochée) :
 
«[Voici] un Livre béni que Nous avons fait descendre vers toi, afin qu'ils méditent sur ses versets et que les doués d'intelligence réfléchissent !» [Coran, 38/29]
 
Et (traduction rapprochée) :
 
«Ne méditent-ils pas sur le Coran ? Où y a-t-il des cadenas sur leurs cœurs ?» [Coran, 47/24]
 
Et (traduction rapprochée) :
 
«Ne méditent-ils donc pas sur la parole (le Coran) ?» [Coran, 23/68]
 
Et Il - Ta'âla - dit (traduction rapprochée) :
 
«Nous en avons fait un Coran arabe afin que vous raisonniez.» [Coran, 43/3]
 
Al-Hassan a dit : 

«Le Qor'ân a été révélé pour qu'on le médite et qu'on agisse en conséquence. Faites donc de sa lecture une pratique.»

C'est-à-dire, que rien n'est plus bénéfique pour l'adorateur [d'Allâh] dans sa vie de tous les jours, dans la préparation de son retour final et dans l'obtention de son salut, que de réfléchir sur le Qor'ân, de méditer longuement sur son texte et de concentrer l'esprit sur le sens de ses versets.

Car cela fait découvrir à l'adorateur tous les sentiers du bien et du mal, leurs ramifications, leurs causes, leurs débouchés et leurs fruits ainsi que les issues pour ceux qui les pratiquent, et il met dans sa main les clés des trésors de la félicité et des sciences bénéfiques, ce qui est de nature à fortifier les bases de la foi dans son cœur, à construire son édifice et à assurer ses piliers.
 
En effet, la méditation du Qor'ân fait voir au serviteur dans son cœur l'image du bas monde, de la vie future, du Paradis et de l'Enfer, lui inculque des enseignements exemplaires, lui fait contempler la justice d'Allâh et Ses faveurs, lui fait connaître Son Essence, Ses noms, Ses attributs et Ses actes, ce qu'Il aime et ce qu'Il déteste, Sa voie droite qui mène à Lui, les obligations de l'itinérant sur ce chemin et les difficultés ainsi que les calamités qui menacent sur cette voie.

Elle lui fait connaître également l'âme et ses caractéristiques, ce qui corrompt les œuvres et ce qui les améliore.

Elle lui fait connaître aussi les gens du Paradis et les gens de l'Enfer ainsi que leurs œuvres, leurs états et leurs marques, ainsi que les rangs des gens heureux et des réprouvés, et la répartition des créatures.

En un mot, elle lui fait connaître le Seigneur vers lequel il est appelé, la voie qui mène à Lui, et la félicité qu'il aura en accédant auprès de Lui.


Kitâb « Madâradj as-Sâlikîn » de Ibn al-Qayyîm, 2/34-36

 Publié par manhajulhaqq.com

 

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Partager cet article

Comment conseille-t-on les gouverneurs ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Comment conseille-t-on les gouverneurs ?
Un nombre considérable d'imams, qu'Allah nous guide et les guide, sont en totale contradiction avec la sounnah lorsqu'il s'agit de traiter du sujet du conseil aux gouverneurs.
 
L'un d'eux les dénigre ouvertement sur le minbar le jour de la prière du vendredi, l'autre joue avec la corde sensible des pulsions (hamas) de nos frères et soeurs pour ancrer dans leurs coeurs la haine de nos gouverneurs, qu'ils sachent que ceci est contraire à la sounnah de notre prophète, 'alayhi salat wa salam, ainsi que celle de ses compagnons, radhi Allahou 'anhoum, qu'ils craignent Allah dans leurs paroles.
 
Voici, une question qui a été posée à Cheikh Ibn Baz, raHimahoullah, à ce sujet et lisons ce que fut sa réponse :
 
Question :
 
Est-ce que dénigrer les gouverneurs du haut des chaires (manâbir) fait partie de la voie laissée par les pieux prédécesseurs (As-salaf) ? Et comment ces derniers conseillaient les gouverneurs ?
 
Réponse :
 
Evoquer au grand jour les défauts des gouverneurs du haut des chaires ne fait pas partie de la voie de nos pieux prédécesseurs en ce sens que ce comportement mène à l'anarchie, à la désobéissance aux gouverneurs dans ce qui est convenable et à une situation qui n'est d'aucune utilité.

S'isoler avec les gouverneurs dans le but de les conseiller en tête-à-tête, les conseiller par l'écriture et se servir des savants pour qu'ils entrent en contact avec eux dans le but de les guider vers le bien, telle était la voie qu'empruntaient nos pieux prédécesseurs.

Désapprouver un acte blâmable se fait sans en évoquer son auteur car il suffit de désapprouver et de mettre en garde contre l'acte blâmable sans pour autant dénoncer la personne responsable de cet acte, fut-ce un gouverneur ou non.
 
Certaines personnes à l'époque de 'Uthmân, qu'Allah soit satisfait de lui, au moment de la période de désordre (al fitnah), dirent à Usâma bni zayd, qu'Allah l'agrée :

Ne désapprouves-tu pas 'Uthmân ?!" Il répondit : " vais-je me comporter de cette façon auprès des gens ?! Je lui ferai part de ma désapprobation en tête-à-tête car je ne veux pas être responsable de l'ouverture d'une porte qui mène au mal auprès d'eux "
(Muslim : 2989).

Lorsque cette porte fut ouverte à l'époque de 'Uthmân et que les gens commencèrent à le désapprouver en public, il s'est alors passé l'inévitable, à savoir la "fitnah", la tuerie et le désordre, dont nous en subissons toujours les conséquences aujourd'hui. Une "fitnah" d'une telle intensité qu'elle mit en opposition 'Ali et Mu'âwiyah .

C'est à cause de celle-ci que 'Uthmân et 'Ali, qu'Allah les agrée, furent tués, ainsi qu'un nombre important de compagnons, qu'Allah les agrée, et d'autres, tout cela en raison de la désapprobation au grand jour et l'évocation des défauts en public jusqu'à ce que les gens détestèrent leurs gouverneurs au point de les tuer et nous demandons à Allah le bien-être.

"Al fatâwa al muhima fi tabsîr al umah", Chapître : Takfîr Al Hukâm, page 17.
Auteur : Sheikh Ibn Baz
Traducteur : Abou Abdillah.

copié de sounna.com
 
Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Zakat al fitr (l'aumône de la rupture du jeûne)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Zakat al fitr (l'aumône de la rupture du jeûne)

L'aumône de la rupture du jeûne est une obligation (Wajiba) Pour chaque musulman.

 

La preuve est tirée du Hadith : d'après Ibn 'Omar ( Qu'Allah l'agrée) : 

 
« Le Messager d'Allah ( Paix et bénédictions sur lui ) a rendu obligatoire l'aumône de la rupture du jeûne par un saa' de dattes ou un saa' d'orge, pour chaque esclave ou personne libre,mâle ou femelle, petit et grand parmi les musulmans. 
Puis il a ordonné qu'elle soit remise avant que les gens ne se rendent à la prière (de l'Aïd) » (1)
  
bugvuLa sagesse de zakat el fitr
 

D'après Ibn 'Abbass (Qu'Allah l'agrée) :


« Le Messager d'Allah ( Paix et bénédictions sur lui ) a imposé l'Aumône de la rupture du jeûne car elle purifie le jeûneur des paroles futiles et indécentes,de même qu'elle est une nourriture pour les pauvres. 
Celui qui l'accomplit avant la prière, elle sera une Zakat acceptée, quant à celui qui la donne après la prière, elle ne sera qu'une aumône parmi les aumônes » (2) 

bugvuPour qui la zakat el fitr est-elle obligatoire ?

 

Elle est un devoir pour tout musulman libre, qui a de quoi se nourrir lui et sa famille pour au moins un jour et une nuit et qui dispose d'un surplus de nourriture.

Celui-ci se doit de la sortir pour lui et tout ceux qui sont à sa charge, tels que sa femme, ses enfants, ses employés...Bien sûr, à condition que ceux-là soient musulmans. (3)  
 
bugvuLa mesure de zakat el fitr


Il doit sortir pour chaque personne à sa charge, la quantité de ½ saa' de blé (Qamh) ou 1 saa' de dattes, ou 1 saa' d'orges ou 1 saa' de lait desséché ou d'autres aliments que mangent les gens du pays, tels que le riz, les graines, les raisins secs... 

[ Soulignons que le ½ saa' est spécifique au  blé]


La preuve est tirée du Hadith de Abou Saïd Al Khoudri (Qu'Allah l'agrée) :

  
« (Du temps du Prophète ( Paix et bénédictions sur lui ) nous sortions la Zakat El Fitr d'1 saa' de nourriture,ou bien 1 saa' d'orge, ou 1 saa' de dattes, ou 1 saa' de lait desséché, ou 1 saa' de raisins secs ».(4)    

Quant au blé, la preuve se trouve dans le Hadith rapporté par l'imam Tahaoui, Vol 2 P42.  

Qu'est-ce qu'1 saa' ?

C'est une mesure qui équivaut à environ 3 Kg (entre 2.5 Kg et 3 Kg) . (5) 
 
bugvuLa nature de Zakat el fitr

Il est très important de savoir que la majorité des juristes (Fouqaha) n'ont pas permis de sortir l'Aumône de la rupture du jeûne par son équivalent (El Quima), c'est à dire en argent ou autres. 

Quand à abou Hanifa, il l'a permis (6).

Toutefois la parole d'abou Hanifa ne peut être prise en considération, avec tout le respect et l'amour que nous avons pour nos Imams et nos Savants d'Ahl us-Sounnah. 

Nous allons répondre en 10 points à ceux qui se fanatisent sur cet avis. En cas de divergence comme c'est le cas ici, Allah nous dit - Traduction relative et approchée :

 "Puis si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et à Son Messager (7)... " S4 V59 


- L'avis d'Abou Hanifa (Qu'Allah l'agrée) est un effort de réflexion de sa part, donc cela l'expose soit à tomber juste ou bien à se tromper, mais dans les deux cas il a une récompense, car c'est un « Moujtahid » (8).

 

Quant à la récompense, elle est tirée du Hadith :

 « Lorsque le juge fait un effort (dans un jugement), s'il tombe juste il aura deux récompenses et s'il se trompe il n'a qu'une récompense » (9) 

- La majorité des juristes s'est limitée à ce qui a été rapporté dans la Sounnah quant au fait de la sortir en nourriture. 

- A travers les Hadiths que nous avons cités, nous voyons que c'est le Prophète ( Paix et bénédictions sur lui ) qui a ordonné de la sortir en nourriture et Allah a dit dans le Coran - Traduction relative et approchée :

 "Ô vous qui avez cru, ne devancez pas Allah et Son Messager  (10)" S49 V 1.     

A partir de ce moment, il ne nous est pas permis de devancer une parole sur celle d'Allah et de Son Prophète ( Paix et bénédiction sur lui ) Allah  nous dit - Traduction relative et approchée :

 "...Ce que le Messager vous donne prenez-le et ce qu'il vous interdit abstenez-vous en et craignez Allah car Il est dur en punition "S59 V7


- Quant à ceux qui disent que notre époque est différente, il faut savoir que le Coran est valable pour tous les temps et tous les lieux.

De même, nous pouvons ajouter à cela que l'argent existait déjà du temps du Prophète( Paix et bénédiction sur lui ) et l'on constate cela à travers le troisième piliers de l'Islam qui est la « Zakat » dont l'une de ses catégories est l'argent.

- S'il avait été préférable de donner la Zakat El Fitr en argent au lieu de la nourriture, les compagnons du Prophète (Qu'Allah les agrées) qui étaient les meilleurs hommes que la terre n'ait jamais porté, l'auraient autorisé.

- Si cela était permis, Allah  nous l'aurait légiféré, or Allah nous dit - Traduction relative et approchée : 

"Et ton Seigneur n'oublie point " S19 V64


- Donner la Zakat El Fitr en nourriture, c'est faire revivre la Sounnah du Prophète (Paix et bénédiction sur lui ) 

- Le Prophète( Paix et bénédiction sur lui ) a dit : 

« Celui qui fait une œuvre non conforme à nos enseignements, elle sera rejetée » (11)

- L'avis qui dit qu'il est permis de donner la Zakat El Fitr en argent est un effort de réflexion tiré de la raison (Ray), quant à l'avis qui dit que l'on doit la sortir en nourriture, c'est une révélation (Wahy) et Allah a dit au sujet du Prophète (Paix et bénédiction sur lui) - Traduction relative et approchée : 

« Et il ne prononce rien sous l'effet de la passion ; Ce n'est rien d'autre qu'une révélation inspirée » S53 V3&4 


- Il ne faut pas oublier qu'Allah a dit - Traduction relative et approchée : 

« ...Vous avez dans le Messager d'Allah un excellent modèle [ à suivre] pour quiconque espère en Allah et au jour dernier ...» S33 V21 

 

Parmi les contemporains qui soutiennent cet avis, il y a le cheikh Mouqbel (12), savant du Hadith au Yémen, Le grand juriste cheikh Ibn Baz (13), , le grand cheikh Ibn 'Otheimine (14) et beaucoup d'autres parmi les savants de Ahl us-Sounnah.

 

Bien sûr, cette liste de noms a été citée en tant que témoignage et non pas par fanatisme envers ces hommes, car ce qui nous importe, c'est le Coran, la Sounnah et la voie des compagnons uniquement. (15)

bugvu

Quand doit-on sortir la zakat el fitr ?

 

D'après le Hadith d'Ibn 'Omar (Qu'Allah l'agrée) :  

« Le Messager ( Paix et bénédiction sur lui ) nous a ordonné de sortir la Zakat El Fitr et de la donner avant que les gens ne sortent pour la Salaat » (16)

On peut également la donner un ou deux jours en avance, mais pas au-delà. La preuve de cela est tirée du Hadith d'après Nafée' qui dit qu'Ibn 'Omar (Qu'Allah l'agrée) la donnait à ceux qui en avaient le droit. 
 
Il leur remettait un ou deux jours avant la rupture ( fin du mois de Ramadhan) (17).

Par contre, il n'est pas permis de la retarder après ce temps légal, sans aucune excuse. Comme cela est spécifié dans le Hadith cité plus haut : 

« ...Celui qui l'accomplit avant la prière, elle sera une Zakat acceptée... ».
bugvu
A qui doit-on donner la Zakat El Fitr ?


Elle doit être donné aux pauvres, d'après le Hadith d'Ibn 'Abbass (Qu'Allah l'agrée) cité plus haut : 


« ... et elle est aussi une nourriture pour les pauvres ...».

Elle peut être donnée à un proche qui est dans le besoin ou à tout nécessiteux.
 
Cela concerne la personne ayant juste de quoi subvenir aux besoins de sa famille ou moins que cela.

 ...Et Allah est plus Savant
 
(1) Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, Abou Daoud, Nassaï et Ibn Maja.  
(2) Hadith hassan (bon) rapporté par Ibn Maja et Abou Daoud  
« ...une aumône parmi les aumônes » : C'est à dire une Sadaqat.  
(3) Ceci est tiré du Hadith d'ibn 'Omar (Qu'Allah l'agrée) rapporté par al Bayhaqui et Daraqoutni, Hadith classé Sahih.  
(4) Rapporté par Al Boukhari, Mouslim, Tirmidhi, Abou Daoud, Ibn Maja et Nassaï.
(5) Tiré du livre Foussoul Fi Siyam wa Tarawih wa zakat, voir P30-31, chapitre zakat El Fitr .   
(6) Ceci est évoqué dans le commentaire du Sahih Mouslim par le savant An-Nawawi, Vol 7 P60.
(7) « ...Allah et à Son Messager » : C'est à dire au Coran et à la Sounnah (Extrait du tafsir d'Ibn Kathir) .  
(8) « Al Moujtahid »[8] : C'est celui qui a un niveau très élevé dans la science et qui est en mesure de tirer des lois à partir des textes, pour les détails consultez Oussoul min 'Ilm Al Oussoul de Cheikh Ibn 'Otheimine.
(9) Rapporté par Al Boukhari N°7352 et Mouslim N°1716  
(10) « ...ne devancez pas Allah et Son Messager » :C'est à dire dans vos décisions et vos initiatives.  
(11) Rapporté par Al Boukhari et Mouslim   
(12) Voir Ijabat El Saïline P 125
(13) voir Fatawa Zakat P 76-77
(14) voir Foussoul fi Siyam wa Tarawih wa Zakat P30-31
(15) voir Kitab Irchadou Sary Hibadatou El Bariy P22.  
(16) Rapporté par Al Boukhari et Mouslim et autres.
(17) rapporté par Al Boukhari.

 

Ouvrages de références :

Fiqh as Sounnah de Saïd Sabaq
Ijabat Assaïline de cheikh Mouqbel Al Wadi'i
Al Wajiz fi Fiqhi Sounnati wal Kitabou al 'Aziz
Boulough al Maram d'Ibn Hajr al 'Asqualani
Fatawi Zakat d'ibn Baz, ibn Otheimine et Lajnatou Daïma lil IFTA
Irchadou Sary Hibadatou el Bary du cheikh Abou Malik, Mouhammad Ibrahim al Chaqrah
Foussoul Siyam wa Tarawih wa Zakat de cheikh ibn 'Otheïmine

Recherche de abou Hajar

copié de al.baida.online.fr

Partager cet article

Le rattachement aux salafs

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le rattachement aux salafs

Imam al-Asbahani (d.535H) - rahimahoullah - a dit : 

«  Le signe d'Ahlous-Sounnah est qu'ils suivent les Salafous-Salih et abandonnent tout ce qui est innové et récemment introduits dans la religion » . 
[Al-Hujjah fi Bayaanil Mahajjah 1/364]
Abou Hanifah (d. 150H) - rahimahoullah a dit :

«Adhérez au récit (al Athar) et au chemin (at-Tariqa) des Pieux Prédécesseurs (Salafs) et méfiez vous des choses récemment inventées car tout cela est innovation».  
[ Rapporté par as-Souyouti dans Sawn al Mantaq wal-Kalaam p.32]   
lbn Taymiyyah (d.728H) - rahimahoullah - a dit : 

« Il n'y a aucune critique contre celui qui proclame le chemin (madh-hab) des Salafs qui s'y attache et s'y réfère. Plutôt, c'est obligatoire de l'accepter par un accord unanime (Ittifâq) parce que le chemin (madh-hab) des Salafs n'est rien sauf la Vérité (Haqq) ». 
[Majmou al-Fataawaa 4:149]   
Imam Adh-Dhahabi (d.748H) - rahimahoullah - a dit :
 
« Il est rapporté authentiquement par ad-Daraqoutni qui a dit : Il n'y a rien de plus méprisé par moi que l'innovation de la parole et des rhétoriques (' ilmoul-kalâm). Je dis: Aucune personne ne devrait entrer dans ' Ilmoul-kalâm, ni argumenter. Plutôt, il devrait être Salafi (un partisan des Salafs) ».
[Siyar 16/457]   
As-Sam'âni (d.562H) a dit dans al-lnsâb (3/273) :
 
As-Salafi c'est un rattachement aux Salafs et le suivie de leurs chemins, dans ce qui est rapporté d'eux".
lbn al-Athir (d.630H) a dit dans "al-Loubab fi Tahdhiboul-lnsâb" (2/162), commentant la parole précédente de as-Sam'aani :

...Et un groupe était connue pour ce rattachement ". 
C'est-à-dire que le terme Salafi, et son rattachement à eux, était une chose connue de l'Imam as-Sam'ani, ou de ceux avant lui. 

 Publié par sounnah.free.fr

Partager cet article

Le commerce de la cigarette et le regard de la religion sur le fait de fumer

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le commerce de la cigarette et le regard de la religion sur le fait de fumer
La cigarette et son commerce


Question :

 

Quel est le regard de la religion sur le fait de fumer ou d'en faire le commerce ?

 

Réponse :

 

La cigarette est interdite, car elle est un mal et contient des substances nocives.

 

En effet, Allah, qu'Il soit exalté, a rendu licite pour Ses serviteurs ce qui est bon parmi les nourritures, les boissons et autres, et en a interdit le mauvais (Khabîth).

 

Allah, qu'Il soit exalté, a dit (traduction rapprochée) :

 

« Ils t'interrogent sur ce qui leur est permis. Dis : « Vous sont permises les bonnes nourritures ». » (1)

 

Il dit aussi, qu'Il soit exalté, en décrivant Son prophète, prière et salut d'Allah sur lui, dans la sourate Al-Acrâf, v.157 (traduction rapprochée) :

 

« Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licite les bonnes choses, leur interdit les mauvaises. »

 

La cigarette, quelle qu'elle soit, ne fait pas partie des bonnes choses, mais c'est plutôt  une chose nuisible.

 

Il en est de même pour toutes les boissons enivrantes ; il n'est pas permis de fumer la cigarette et d'en faire le commerce, comme c'est le cas pour le vin.

 

Il incombe donc à celui qui fume la cigarette ou en fait le commerce de s'empresser à se repentir et de revenir à Allah, qu'Il soit exalté, le plus tôt possible, de regretter de l'avoir fait et de prendre la décision ferme de ne pas recommencer.

 

A celui qui se repent sincèrement, Allah Tout-Puissant dit (traduction rapprochée) :

 

« Et repentez-vous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès. » (2)

 

Allah, qu'Il soit exalté, dit aussi (traduction rapprochée) :

 

« Et Je suis Grand Pardonneur à celui qui se repent, croit, fait bonne œuvre, puis se met sur le bon chemin. » (3) et (4)
 

Regard de la religion sur le fait de fumer
 

Question :

 

Quel est le regard de la religion sur le fait de fumer, et quelles sont les preuves de son interdiction ?

 

Réponse :

 

Fumer est interdit conformément au contenu clair du Coran, de la Sunna et du raisonnement clair.

 

Dans le Coran, Allah dit (traduction rapprochée) : 

 

« Et ne vous jetez pas par vos propres mains dans la destruction. » (5)

 

C'est-à-dire, ne faites pas quelque chose qui cause votre destruction.

 

La preuve en est que fumer la cigarette est similaire au fait de se jeter de ses propres mains vers la destruction.

 

D'autre part, dans la Sunna, on rapporte de source authentique que le Prophète, prière et salut d'Allah sur lui, a interdit le fait de gaspiller l'argent.

 

Gaspiller l'argent, c'est le dépenser dans des choses inutiles.

 

Il est clair que dépenser de l'argent pour acheter des cigarettes est encore pire qu'une dépense inutile, car c'est une dépense dans une chose nuisible.

 

Parmi les preuves de la Sunna, il y a aussi le hadith du Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم :

 

« Il ne faut pas se faire du tort, ni faire du tort. »

 

Donc, se faire du tort est interdit dans la religion, que ce soit au corps, à la raison ou dans ses biens.

 

Il va de soi que fumer la cigarette constitue un tort pour le corps et l'argent.

 

Selon le raisonnement rationnel, la preuve de l'interdiction de fumer est que le fumeur cause des dommages à son âme, l'expose à une anxiété et à une fatigue nerveuse, et celui qui est conscient n'agrée pas ce tort pour lui-même.

 

Combien est difficile la situation du fumeur quand il n'a pas la cigarette, et combien lui est pénible le jeûne et les autres adorations, car cela l'empêche de fumer ; plus insupportable pour lui encore est la fréquentation des gens pieux devant lesquels il ne peut pas fumer.

 

Il est angoissé de s'asseoir avec eux et de les fréquenter. Toutes ces observations montrent que fumer est interdit.

 

Mon conseil pour mes frères musulmans qui ont été éprouvés par la cigarette est de demander l'aide d'Allah, qu'Il soit exalté, et de décider d'abandonner, car, avec l'aide d'Allah, puis de la bonne volonté, l'espoir d'obtenir Sa Récompense et de éloigner de Son Châtiment il peut s'arrêter.

 

Un autre conseil est de ne pas s'asseoir avec les fumeurs, afin de ne pas y être tenté.

 

D'autre part, il retrouvera, avec l'aide d'Allah, un dynamisme dans son corps et une vitalité qu'il avait perdu lorsqu'il fumait.

 

Si quelqu'un dit qu'il ne trouve pas de texte clair qui interdit la cigarette dans le Livre d'Allah ou dans la Sunna de Son Messager, la réponse est que les textes du Coran et de la Sunna sont de deux catégories :

 

La première regroupe les preuves générales, dont on déduit des règles et des normes (d'autorisation ou d'interdiction) dont découlent beaucoup de choses, jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

La deuxième catégorie regroupe des preuves qui désigne textuellement (l'autorisation ou l'interdiction) de la chose.

 

Par exemple, pour la première catégorie, on peut citer le verset et les deux hadiths qui prouvent par leur généralité, l'interdiction de la cigarette, même si elle n'est pas mentionnée textuellement.

 

Pour la deuxième catégorie, on peut citer par exemple, les paroles d'Allah (traduction rapprochée) :

 

« Vous sont interdits la bête trouvée morte, le sang, la chair de porc, ce sur quoi on a invoqué un autre nom que celui d'Allah » (6)

 

ou  (traduction rapprochée)

 

« Ô les croyants ! Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Écartez-vous en »  (7)

 

Que les textes soient de la première ou de la deuxième catégorie, les serviteurs d'Allah sont contraints de les appliquer. (8)

 

(1) La Table Servie, v.4.

(2) La Lumière, v. 31.

(3) Tâ-hâ, v. 82.

(4) Kitâb ud-Dacwa, Ibn Bâz, p. 236.

(5) La Vache, v. 195.

(6) La Table Servie, v. 3.

(7) La Table Servie, v. 90.

(8) Nur calâ ad-darb, Fatawa cheikh Ibn cUthaymîn.

 

Publié par fatwas.online.fr

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Les récompenses sont proportionnelles aux afflictions

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les récompenses sont proportionnelles aux afflictions
-Le prophète (sallallahou 'alaihi wa sallam) a dit :
 
« La grandeur de la récompense va de pair avec la grandeur de l'épreuve. Allah le Très-Haut, quand Il aime un peuple, l'éprouve. Celui qui accepte l'épreuve avec abnégation aura la satisfaction d'Allah, et celui qui lui oppose son mécontentement, Allah sera mécontent de lui »
Hasan : Rapporté par at-Tirmidhi (n. 2398) et Ibn Mâjah (n. 4021) de Anas . Il a été
authentifié par Al Albani dans as-Sahîhah (n. 146)

-De plus, le Prophète (sallallahou 'alaihi wa sallam) a aussi dit :
 
« Quand Allah aime un peuple, Il l'éprouve. Quiconque fait preuve de patience, fait partie des patients et quiconque s'en indigne, fait partie des indignés »
Sahîh : Rapporté par Ahmad (5/427) de Mahmûd Ibn Lubayd . Il a été authentifié par al-
Mundharî dans at-Targhîb wat-Tarhîb (4/283), al-Haythamî Majma'uz-Zawâ'id (2/291) et Ibn Hajar
dans Fathul-Bârî (10/108).

La signification du premier hadith est :
 
plus l'affliction est grande et plus la récompense est importante.
 
Il est dit :
 
En effet, les malheurs sont une source de récompense, ainsi qu'une expiation des péchés. 

L'avis le plus juste pour Ibn ul- Qayyim est que la récompense est juste l'expiation des péchés, sauf si elle est une cause pour oeuvrer dans le bien, comme la patience, l'acceptation (du malheur), le repentir et la demande de pardon. Il est donc récompensé pour ce qui en aura résulté. 

En raison de cela, il a été dit que le sens du hadith est :
 
En effet, la récompense est proportionnelle au malheur, à condition qu'il y ait patience et espoir de la récompense.

De même que dans le hadith de Sa'd , « le prophète (salla Allahu 3alayhi wa salam) fut questionné, 

« Quels sont ceux qui subissent les épreuves les plus difficiles ? ». Il dit : Ceux qui ont les épreuves les plus difficiles sont les prophètes, puis ceux qui les suivent le mieux, puis ceux qui les suivent ; l'homme est éprouvé selon sa religion ; s'il tient bien à sa religion, son épreuve est plus difficile ; et s'il est souple dans sa religion, il est éprouvé selon sa religion ; et le serviteur ne cesse d'être soumis à l'épreuve jusqu'à ce qu'il marche sur terre sans avoir aucun péché (comme les anges »
Sahîh : Rapporté par Ahmad (1/172), at-Tirmidhi (n. 2398) et Ibn Mâjah (n. 4023). Il a été authentifié par Al-Albani dans As-Sahîhah (n. 143).

Ce hadith et ceux qui lui ressemblent, sont des preuves du Tawhid.
 
Puisque si un individu sait que les Prophètes et les awliyya (les alliés d'Allah) ont eux-mêmes été éprouvés de calamités et qu'elles sont en réalité une miséricorde (rahmah) et que nul ne peut ôter ces malheurs excepté Allah, alors ils sauront qu'ils ne peuvent ni provoquer, bénéficier ou éviter le mal pour eux-mêmes - alors comment pourraientils éviter le mal pour d'autres ? 

Ainsi, plutôt que de se tourner vers les Prophètes et les gens pieux pour ôter le mal, ou les soulager de soucis ou d'une peine, l'individu doit se tourner directement vers Allah Seul - Celui qui est capable d'accomplir cela.
 
Publié par al-bayan.fr

 

Cheikh Abdel-Rahman Ibn Hassan Âli Ash Cheikh -  الشيخ عبد الرحمن بن حسن ابن الشيخ

Partager cet article

Qu’en est-il d’étudier auprès d’un seul savant ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Qu’en est-il d’étudier auprès d’un seul savant ?

Question :

 
Al-Khatîb al-Baghdâdî a mentionné qu'un des aspects dans l'apprentissage de la science est le fait de rester [d'apprendre] avec un seul savant ou un seul SHeikh.

Quelle est votre opinion SHeikh ?
 

Réponse :

 
Il est bon qu'une personne se concentre sur un SHeikh parmi les SHeikhs et qu'elle en fasse sa source principale, surtout lorsque cette personne est jeune débutante.

Car si le jeune débutant recherche la science auprès de plusieurs personnes, il sera [dans une position] d'hésitation.

Car les gens n'ont pas tous une seule et même opinion, et plus particulièrement de nos jours.

Dans le passé, les gens ici dans le Royaume [d'Arabie saoudite] ne s'éloignaient jamais [des livres tels que] « al-Iqnâ' » et « al-Mountahâ », et tu trouveras que leurs fatwas étaient une ; leurs commentaires étaient identiques ; aucun parmi eux ne différait de l'autre si ce n'est dans leur élocution et leur bon style.

Maintenant, si tout un chacun se met à mémoriser un ou deux hadîth et dit :

« Je suis l'Imâm qui doit être suivi. L'Imâm Ahmad était un homme et nous sommes nous des hommes. » 

Et bien cela devient le chaos [l'anarchie], tout le monde devient alors apte à donner des fatwas, et parfois ce sont des « fatâwas » qui vous font pleurer et rire en même temps.

Je pensais à noter ces fatwas, mais j'ai eu peur d'être parmi ceux qui cherchent les erreurs de ses frères, je ne l'ai donc pas fait de peur que nous transmettions des choses loin de ce qui est juste, tel le monde des Pléiades.
 
Je dis certes :

La persévérance auprès d'un seul savant est très importante quand l'étudiant [en science] débute son premier chemin [vers la science], et cela afin qu'il ne soit pas [dans une position] d'hésitation.

Et c'est pour cela que nos SHeikhs ont défendu de lire « al-Moughnî » [1] et « Charh al-Mouhadhdhab » [2] et d'autres livres encore qui contiennent de nombreuses opinions alors que nous débutons.

Il nous a été dit par certains de nos SHeikh que SHeikh 'Abd-Allâh Ibn 'Abd al-Rahmân Bâbitîn (rahimahullâh), qui était un parmi les grands SHeikh « Mouftî » du Nadjd, n'avait seulement lu que « ar-Rawdh al-Mourbi' » [3] et n'a jamais lu autre chose.

Il l'a lu à maintes reprises, et pourtant il en a acquis comme compréhension, discussions et leçons beaucoup de bien.
 
Lorsque la personne a élargi ses facultés, c'est alors qu'elle devrait voir les [différentes] paroles des savants afin de prendre d'eux ce qui est bénéfique en termes de leçon scientifique et de leçon académique.

Ceci dit, lorsque l'on commence tout juste, mon conseil, est que l'étudiant se concentre sur un savant en particulier sans aller vers d'autres. [4]
 
[1] De Ibn Qoudâma al-Maqdissî
[2] De l'Imâm an-Nawawî
[3] De L'Imâm Mansoûr Ibn Younûs al-Bahûtî, qui est le commentaire de « Zâd al-Moustaqnî' » de al-Maqdissî
[4] « Kitâb ul-'Ilm » de SHeikh Ibn 'Uthaymîn, p.107-108

 

 Publié par manhajulhaqq.com

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Histoire d'un talab el 3ilm (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

matabe3_library.jpg

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

Paroles bénéfiques

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Paroles bénéfiques
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :
 

"Ahl As Sounna n'ont personne à part Allah  

عز وجل."

 
Et il a cité comme preuve la parole d'Allah (traduction rapprochée) :

"Certes mon Maître, c'est Allah qui a fait descendre le Livre . C'est Lui qui se charge (de la protection) des vertueux" (s7/v196)
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :

" ils disent que le terme salafi est innové, mais plutôt eux même sont l' innovation.
Retournez aux livres de généalogie, d'histoire et de langue, et vous y trouverez son origine."
 
 p42
-Cheikh Mouqbil رحمه الله disait au sujet de ceux qui écrivaient des paroles stupides et vulgaires sur les portes des toilettes : 
 
"Les murs sont les journaux des fous"
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :

"Parmi les sounnan recommandées lors de l'arrivée d'un nouveau né: la 'aqiqa, puis le choix du nom, le choix de la nourrice (la personne qui l'allaitera)".
Puis il a dit: " prends garde à l'allaitement de la stupide et de la folle car le lait influe"
-L'Islam est basé sur la propreté. C'est pour cela qu' a été légiféré le lavage de la janaba et le lavage des mains après avoir mangé, pour preuve le hadith :

" celui qui dort sans avoir lavé ses mains, qu'il ne s'en prenne qu'à lui même"
 
p32
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit au sujet du groupe des Tabligh :

"Eux -mêmes ont besoin de tabligh (ndt: c'est à dire qu'on leur transmette la da'wa)".
 
 p33
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Celui qui attend des salaires mensuels, sa langue s'arrêtera de dire la vérité, d'ordonner le bien et d'interdire le mal.
Le mieux pour une personne est d'apprendre un métier par lequel il gagnera sa vie".
p35
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Celui qui se rase la barbe est un désobéissant et le désobéissant est pervers.
Si il se tient droit sur la Sounna, ce péché ne le fait pas sortir de Ahl As Sounna et il est de loin meilleur que le hizbi."
p35
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit à la lecture de ce verset (traduction rapprochée) : 
"Supporte donc, d'une belle patience." :
 
"Il est obligatoire pour le prédicateur de patienter car s'opposeront à lui dans sa da'wa l'ignorant, l'obstiné, le jaloux (....)
 
Et je conseille le prédicateur de ne pas aller aux tribunaux et aux juges s'il subit de la part des gens des nuisances car ceci le détournera des études religieuses", ensuite il a cité la parole d'Allah ta'la "lorsque les ignorants s'adressent à eux, disent : "Paix" et sa parole "et quand ils entendent des futilités, ils s'en détournent"
p35
-Cheikh Mouqbil رحمه الله au sujet de la parole d'Allah (traduction rapprochée)  :

"Et Nous savons certes que ta poitrine se serre, à cause de ce qu'ils disent."
" il convient au prédicateur d'avoir toujours à l'esprit ce verset"
p36
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :

"Ibn Al Qayyim a dit :
"Deux types de mémorisation: naturelle et acquise.
L'acquise est celle que l'homme acquiert par des efforts. Et l'aveugle quand il est vertueux, la force de sa vue se déplace vers son cœur.
C'est pour cela que tu remarqueras que les aveugles sont plus forts au niveau de la mémorisation car il y a un voile entre eux et les choses visibles, choses qui prennent une place dans le cœur et te détournent de la mémorisation"
p36
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :
 
"Ce que nous craignons le plus pour notre da'wa ce sont nos propres personnes et nos péchés.
Allah a dit: "Tout malheur qui vous atteint est dû à ce que vos mains ont acquis.
Et Il pardonne beaucoup" "
p38
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :

" le plus grand bienfait, après l'Islam, est celui dont joui le talib 'ilm.
En effet, en observant les gens dans leurs marchés et dans les administrations tu verras qu'ils ne font le rappel d'Allah que très peu" 
p39
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Il a été proposé à cheikh Ibn Baz une attestation (ndt:un diplôme).
Il a alors répondu : "Non, l'attestation la ilaha illa Allah me suffit""
p40
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a été questionné :

Harout et Marout font partie des anges ou des jinn ?
 
il a répondu : "ils font partie des rois de la dounia et ils ne font parti ni des Anges ni des jinn car Allah a dit au sujet des Anges (traduction rapprochée) :

"ne désobéissant jamais à Allah en ce qu'Il leur commande, et faisant strictement ce qu'on leur ordonne" (s66/v6)
 
p 42 et 43
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Cheikh Ibn Baz est un imam parmi les imams, mais plutôt il est considéré comme l'imam des musulmans.
Il est donc comme Abdoullah Ibn Al Moubarak.
 
Quant à Al Albani, il est un père pour les salafis, en effet il a fait revivre les sounna et le tasshih et le tad'if"

après que la communauté pensait qu'il n'y avait personne pour le faire
ndt: authentifier et rendre faible les hadith
p 43
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"La preuve de l'interdiction des éléctions est la parole d'Allah (traduction rapprochée)

 

"ou traiterons-Nous les pieux comme les pervers ?"(s38/v28). 

Allah n'a donc pas mis le vertueux comme celui qui sème la corruption.
Et eux ils vont au contraire de ce texte coranique,ainsi ils mettent à égalité la voix et l'avis du fornicateur, de l'ivrogne et de l'homosexuel avec la voix du musulman vertueux.
 
De même quand les Sahabas ont divergé au sujet du commandemant de Oussama Ibn Zayd, le Prophète صلى الله عليه وسلم ne leur a pas dit "faites des élections" , de même que les élections n'étaient pas connues à l'époque du Prophète صلى الله عليه وسلم ni à l'époque de Abou Bakr, ni à celle de Oumar, ni à l'ère des Omeyyades, ni à celle des Abbasides. 
 
Elles sont un chemin vers la démocratie qui est la mécréance même, la démocratie qui veut dire: ni Livre ni Sounna mais le peuple se gouverne lui même, et alors le Coran devient comme un journal quotidien"
p 44
-Cheikh Mouqbil رحمه الله raconte qu'un homme a vu Al 'A'mash qui ne pouvait passer d'une rive à l'autre. Alors l'homme l'a porté puis à mi-chemin du cours d'eau, Al 'Amash a récité (traduction rapprochée)

"Gloire à Celui qui nous a soumis tout cela alors que nous n'étions pas capables de les dominer" (s43/v13). 

Alors l'homme l'a jeté dans l'eau et a récité "Et dis :

"Seigneur, fais-moi débarquer d'un débarquement béni. Tu es Celui qui procure le meilleur débarquement". (s23/v29)
 
p 102-103
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :
 
"Attention, attention à ce que la da'wa et l'enseignement aux gens ne vous détournent de vos familles, car certes chacun de vous est un berger et sera questionné sur son troupeau"
p46
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Ibn Al Qayyim dit que le Feu a une fin.
 
Il a ramené 25 preuves et il a été réfuté avec plus de preuves que celles qu'il a citées. Parmi elles, la parole d'Allah : (traductions rapprochées) 
 
"on ne les achève pas pour qu'ils meurent"
 
et
 
et ils crieront : "Ô Malik ! que ton Seigneur nous achève !"
 
et
 
Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d'autres peaux en échange afin qu'ils goûtent au châtiment
 
Donc toutes ces preuves et d'autres montrent que cette croyance (la fin du feu) est fausse"
p53
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Kitab As Sounna de Ibn Abi 'Assim fait parti des meilleurs livres de la Sounna, malgré qu'il comporte certains hadith faibles.
Cependant, il est meilleur en raison son nombre important de hadith.
Après lui vient Kitab Ash Shari'a de Al Ajouri.
Et le meilleur livre dans le Tawhid de la divinité c'est le livre Fath Al Majid sharh Kitab At Tawhid."
 
p54
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit
 
" Pourquoi cheikh Mouhamad Ibn Abdilwahab a mentionné dans Kitab At Tawhid l'interdiction de la représentation et quel est son rapport avec le Tawhid ? "
 
Un enfant a répondu: "parce qu'il se peut qu'elle soit adorée en dehors d'Allah"
 
Cheikh lui alors dit: "tu es un cheikh"
 
p55
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Si le divorce revenait à la femme, elle divorcerait son époux plus de 20 fois par jour en raison de sa raison diminuée, mais par la grâce d'Allah عز و جل , Allah a donné l'autorité à l'homme"
 
p57
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Il a été rapporté qu' Al Awza'i a eu un jour un wasswass du chaytan comme quoi il n'aurait pas lavé sa main. Il a alors dit:
 
la preuve incombe à celui qui prétend et le serment incombe à celui qui nie*"
 
p57
 
*ndt: voir hadith n°33 des 40 nawawi
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit au sujet de la transplantation d'organe d'une personne à une autre:
 
"Ceci n'est pas permis.
 
Concernant la transplantation d'un vivant à un vivant, la preuve est (traduction rapprochée) :
 
Dis : "En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Allah, Seigneur de l'Univers."(s6v162).

Ta vie ne t'appartient pas mais elle appartient à Allah.

Quant à la transplantation d'un mort à un vivant, la preuve est la parole du Messager صلى الله عليه وسلم 
 
"casser l'os d'un mort est semblable à le casser vivant".
 
p60
-Cheikh Mouqbil رحمه الله fût questionné :
 
" Est-il permis d'assister aux funérailles des innovateurs tant que leur bid'a n'atteint pas la mécréance ? "
Il répondit : "Tu peux y assister comme tu peux ne pas y assister.
Cependant, le mieux est de ne pas y assister car il n'est pas connu des Salafs, rahimahoum Allah, qu'ils y assistaient, mais plutôt, l'imam Ahmad disait: "entre nous et eux: les funérailles", c'est-à-dire qu'ils n'y assistaient pas"
 
p61
-Cheikh Mouqbil رحمه الله fut questionné au sujet d'un homme qui a accusé un homme de fornication, il n'a pas amené 4 témoins mais il a avec lui une photo qui confirme cette turpitude.
 
Il a répondu :

" Ceci ne suffit pas et il doit être fouetté de 80 coups de fouets.
 
Puis il a dit : "Faites attention, ô étudiants, à ce genre de choses"
 
p62
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit:
 
"Parmi les preuves d'Al Jarh wa At Ta'dil la parole d'Allah ta'ala (traduction rapprochée) :
 
"Que périssent les deux mains d'Abu-Lahab et que lui-même périsse." (s111/v1)

et 
 
"Et n'obéis à aucun grand jureur, méprisable" (s68/v10)

et le hadith :
 
"es-tu un fauteur de troubles, ô Mou'adh?"

et s'adressant à Abou Dharr :
 
"Certes tu es un homme dans lequel il y a de la jahiliya"

et le hadith
 
"quant à Mou'awia il est pauvre, quant à Abou Soufian il ne retire jamais le bâton de son épaule"
 
p72
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :
 
"Ibn Taymia et Ahmad Ibn Hanbal ont pour avis que la réfutation à Ahl Al Bida' fait partie des plus immenses moyens de se rapprocher d'Allah, plus encore: c'est parmi les meilleures formes de Jihad.
 
Et certes, Mouhamad Ibn Ismail al San'ani a mentionné qu'il souffrait de diarrhée, il avait un livre d'une personne de Ahl Al Bida', il dit alors:"brûlez-le et utilisez-le pour me faire du pain".
C'est ce qu'ils firent, puis il mangea ce pain et alors Allah le guérit de cette maladie"
 
p72
-Cheikh Mouqbil رحمه الله a dit :
 
"Le shadh (la personne isolée) est celui qui contredit la vérité même s'ils sont un groupe et celui qui est sur la vérité est seul.
A mentionné cela Mouhamad Ibn Hazm dans son livre -Ahkam Al Ahkam-"
 
p75
 

Fawaid min dourouss

Publié par alminhadj.com

 

Cheikh Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ أبي عبد الرحمن مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article

Photos de l'écriture de Cheikh Al Islam Ibn Taymiya

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Photos de l'écriture de Cheikh Al Islam Ibn Taymiya
Photos de l'écriture de Cheikh Al Islam Ibn Taymiya
Photos de l'écriture de Cheikh Al Islam Ibn Taymiya

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Cheikh Ul-Islam Taqiyud-din Ibn Taymiyyah - الشيخ الإسلام بن تيمية

Partager cet article

Le hammam

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le hammam

Umm al-Dardâ rapporte :

 
"En sortant du bain public (hammâm), le Messager d'Allâh (sala-LLâhou 'alaïhi wa sallâm) m'a vu et m'a dit : "D'ou viens-tu?".

Elle répondit "Du bain public",

il répliqua : "Par Celui qui détient mon âme entre Ses mains, lorsqu'une femme enlève ses vêtements or de chez elle (ou de ses parent) elle coupe les liens entre elle et son Seigneur (le Tout-miséricordieux)"".


Rapporté par ahmed 6/361,362 et Al-Dûlâbî 2/134.

 
Extrait du livre âdab azafâf
copié de darwa.com
 
Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Partager cet article

Le diable est pour vous un ennemi (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le diable est pour vous un ennemi (vidéo)

Publié par 3ilmchar3i.net

Partager cet article

Les sahabas

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les sahabas

Allah a choisi à cette communauté le meilleur des messagers, lui a révélé le meilleur des livres et Allah a fait de cette communauté la meilleure.
Et tout ceci implique qu'Allah ait choisi, comme porteurs de cette religion et comme compagnons du meilleur Messager, les meilleures hommes qui soient après les messagers et les prophètes : 
Les Sahabas.
 
 

Qui considère t-on comme un Sahabi ?

 

Un Sahabi est, d'après ibn Rajeb :
 
« Toute personne ayant rencontré le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) en croyant en lui et qui est mort en étant musulman" (1)
 
• Ainsi, le fait de dire : "Toute personne qui a vu le Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui) est un Sahabi", ceci est faux puisqu'un Sahabi peut ne jamais avoir vu le Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui) comme Ibn oummou Maktoum qui était aveugle. 

 

• De même, dire que " Tout musulman qui vécu au temps du Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui) est un Sahabi ", ceci est faux également puisqu'il faut impérativement avoir rencontré le Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui), en étant croyant et être mort dans la religion de Mouhammad(Prière et bénédiction d'Allah sur lui).

 

Divider2.png

Si depuis sa révélation, la religion a réussit à se perpétuer à travers les générations, et bien elle eut besoin de personnes qui en soient porteuses pour pouvoir ensuite la transmettre de manière sure aux générations qui succédèrent.

Mais si la première génération de cette communauté, c'est à dire les compagnons ne furent pas à même de remplir cette tâche, cela signifierait que la religion d'Allah eut été perdue.

Et comment alors ceux qui vinrent après eux pourraient-ils avoir reçu une religion qui n'aurait pas été transmise !!!

Il va donc de soit qu'Allah ait fait de ce groupe, qui est en fait le groupe mère, la source d'où l'Islam prit son ampleur et débuta son expansion.

Ainsi les Sahabas apprirent le Coran et la Sounnah du Prophète (Prière et bénédiction d'Allah sur lui), et de la meilleure façon répandirent ses enseignements.

D'ailleurs Allah Qui connaît toute chose les loue et vente leur mérite dans plusieurs versets coraniques :

Allah dit (
Traduction relative et approchée) : 


"Mouhammad est le Messager d'Allah et ceux qui sont avec lui sont durs avec les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés prosternés recherchant d'Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par leur prosternation. Telle est leur image dans la Thora. Et l'image que l'on donne d'eux dans l'évangile est celle d'une semence qui sort sa pousse, puis se raffermit, s'épaissit, et ensuite se dresse sur sa tige, à l'émerveillement des semeurs.(Allah) par eux (les croyants) remplit de dépit les mécréants. Allah promet à ceux d'entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, un pardon et une énorme récompense"S48 V29 

ibn el jawzi a dit : « Et ceci caractérise l'ensemble des Sahabas pour la majorité des savants » (2)

el qourtoubi a dit concernant "...Il a promis a ceux qui ont cru..." :   

« C'est à dire qu'Allah a promis à ceux qui sont avec Mouhammad  et ce sont eux les croyants dont les œuvres sont pieuses et Allah leur a promis "...un pardon et une immense récompense..." c'est a dire une récompense éternelle : Le Paradis » (3)  

El Hafidh ibn Kathir  a dit : « Et tous ceux qui sont sur les traces des compagnons rentrent dans le même contexte » (4)

abou 'aroua ez-zoubayri a dit : « Nous étions chez Malek et il fut fait allusion à un homme qui dénigrait les compagnons du Prophète alors Malek lut ce verset "...Mouhammad est le Messager d'Allah [...] par eux (les croyants), (Allah) remplit de dépit les mécréants[...]"   

Puis Malek dit : « Celui qui a dans le cœur de la haine (du dépit) envers les compagnons de Mouhammad est concerné par ce verset (5) »


Allah dit (Traduction relative et approchée) :

"...On ne peut comparer cependant celui d'entre vous qui a donné ses biens et qui a combattu avant la conquête de la Mecque, ces derniers sont élus hauts en hiérarchie que ceux qui ont donné leurs biens et combattu après. Or à chacun Allah a promis  la plus belle récompense (el Houssna) et Allah est Grand Connaisseur de ce que vous faitesS57 V10    

D'après ibn jarir  (el Houssna) c'est en fait le Paradis comme ce fut rapporté du Prophète(Prière et bénédiction d'Allah sur lui) (Marfou') et des compagnons (Maouqouf) (6)

ibn hazm prit pour argument (...or, à chacun Allah a promis el Houssna) pour affirmer que tous les Sahabas sans exception sont promis au Paradis (7) 


Allah dit (Traduction relative et approchée) :

"Les tous premiers croyants parmi les émigrés et les auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans le beau comportement, Allah les a agrée et ils L'agréent. Il a préparé pour eux des jardins sous lesquels coulent des ruisseaux et ils y demeureront éternellement. Voilà l'énorme succès " S9 V100   

el hafidh ibn kathir a dit : « Allah nous a certes informé qu'Il était satisfait des premiers parmi les Mouhajirines (Mecquois) et les Ansars (Médinois) et ceux qui les ont suivit dans les bien, alors malheur à celui qui les déteste ou insulte l'un d'entre eux, d'autant plus s'il s'agit du grand véridique, du Calif Abou Bakr ibn abi Kahafa. Car en effet le groupe des Rafida (les chiites) font preuve d'animosité envers le meilleur Sahabi, le déteste et l'insulte. Que font ces gens-là de leur foi au Coran, lorsqu'ils insultent ceux qu'Allah a agréés !!! Alors que les gens de la Sounnah agréent ceux qu'Allah et Son Messager ont agréés et insultent ceux qu'Allah et Son Messager insultent, prennent pour amis ceux qu'Allah et Son Messager prennent pour amis et pour ennemis ceux qu'Allah et Son Messager prennent pour ennemis. Et les gens de la Sounnah suivent et n'innovent pas et voilà pourquoi ils forment le parti vainqueur d'Allah et sont Ses adorateurs croyants» (8)


Allah dit (Traduction relative et approchée) :

"Allah a très certainement agréé les croyants quand ils t'ont prêté le serment d'allégeance sous l'arbre. Il a su ce qu'il y avait dans leur cœur et a fait descendre sur eux la quiétude, et Il les a récompensés par une victoire proche" S48 V18

ibn hazm a dit : « Allah nous a informé qu'Il savait ce qu'il y avait dans leur cœur, et qu'Il avait fait descendre la paix sur eux, il n'appartient donc à personne de douter des compagnons» (9)


Allah dit (Traduction relative et approchée) :

"Dis :  " Louange à Allah et paix sur Ses serviteurs qu'Il a élus ! "Lequel est meilleur ? Allah ou bien ce qu'ils Lui associent"   S27 V59

ibn 'abdel bar a dit : « Es Saoudi rapporte d'Abou Malek d'après ibn Abassi au sujet de ce verset : « Ceux sont les compagnons de Mouhammad » Tels furent les propos de es Saoudi, de Hassan el Bassri, ibn 'Ouyina et ath-Thawri » (10)


Allah dit (Traduction relative et approchée) :

"... le jour où Allah épargnera l'ignominie au Prophète et à ceux qui croient avec lui ..."S66 V8   

Cheikh el islam ibn Taymiya a dit : « En somme tout ce qui est dans le Coran comme interpellation aux croyants, aux pieux, aux bienfaisants, ainsi que les louanges qui leur sont faites et bien ce sont eux (c'est à dire les compagnons). Ce sont eux les premiers de cette communauté et les meilleurs de cette communauté à être visés par ces versets » (11)

 

(1) Ibn Rajeb dans « El Issaba » Vol.1 p.10* Et ibn Hajar et d'autres ont ajouté : « ...même s'il a apostasié, puis est revenu dans l'Islam »
(2) Dans son Tafsir Vol.7 p.173
(3) Dans son Tafsir Vol.7 p.173
(4) Dans son Tafir S48 V29
(5) Rapporté par Abou Nou'aim Vol.2 p.327 ainsi que ibn el Jawzi dans son Tafsir Vol.7 p. 175
(6) Cf. Tafsir d'ibn Jarir
(7) « El Mouhalla » Chp.4 p.148-149
(8) Dans son Tafsir Vol.2 p.148
(9) « El Mouhalla » Chp.4 p.148
(10) « El Isti'ab » 1/ p13
(11) « Minhaj es Sounnah » Vol.2 p.49-50

 

« Ousoul I'tiqad Ahl es Sounnah wal Jama'a » de al Imam el Lâlaka-y 
Oummou Yassir
copié de al.baida.online.fr

Partager cet article