compteur de visite

Catégories

1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:28
Est-ce qu'il faut impérativement que toutes les caractéristiques des khawarij se trouvent chez une personne pour dire qu'il est un khariji ?

Question :

 

Est-ce qu'il faut impérativement que (toutes les caractéristiques) des khawarijs se trouvent chez une personne pour dire qu'il est un khariji ?

 

Réponse :

 

Non, ce n'est pas une condition.

 

Les khawarij de cette époque ne sont pas comme les premiers khawarijs ; Car le sujet (problématique) des premiers khawarij était sur la gouvernance.

 

Ils ont rendu mécréants les gens.

 

Quant aux khawarij à notre époque, ils ne sont pas tous pareils ; Certains ont dévié dans le domaine de la prédestination (qadar), ils ont adopté la méthodologie de Djahm ibn Safwan dans la négation des attributs divin, et ils sont assimilés dans beaucoup de domaines (croyance, fiqh etc...) aux gens de l'innovation. 

 

Donc ils sont encore pires que les premiers.

 

Charh as-sounnah de l'Imam Al-Barbahaari رحمه الله

Groupe de traductions et rappels Cheikh Fawaz Al Madkhali

⁉️ هل يجب أن تتوفر جميع صفات الخوارج في شخص حتى نقول :إنه خارجي ؟

 لا ، ما هو شرط ، الخوارج الآن غير الخوارج الأولين ، الخوارج الأولون كان عندهم قضية الحاكمية ، فكفّروا بها الناس أما الخوارج المعاصرون فبعضهم قالوا بالقدر ، وقالوا بالمذهب الجهمي في تعطيل الصفات ، وشاركوا في كثير من البدع أخذوا ببدع كبيرة وكثيرة فهم أسوأ من الأولين

شرح السنة للإمام البربهاري رحمه الله

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:10
Sur le fait de percevoir des aides qui sont soumises à des conditions

Question :

 

Est-il permis à celui qui veut voyager en dehors de la France pour apprendre l’arabe ou la religion, de continuer à toucher les aides de l’état (telles que le RSA et l’APL), sachant que l’état émet comme condition pour pouvoir toucher ces aides de ne pas quitter le pays plus de trois mois et sachant que ces aides proviennent des caisses de l’état qui sont en grande partie alimentées par l’argent du peuple via les taxes et les impôts ?

 

Qu’Allâh vous récompense.

 

Réponse :

 

Louange à Allâh, Maître des Mondes ; et paix et salut sur celui qu’Allâh a envoyé comme miséricorde pour le monde entier, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu’au Jour de la Résurrection.

Cela dit :

 

L’aide financière fournie par l’état français pour participer au paiement du loyer pour les sans-emploi et ceux dont les revenus sont limités relève du domaine des aumônes et des dons.

 

Dans ce genre d’aide financière, si le donateur (l’état) émet des conditions valables en contrepartie, alors ces conditions ont un effet sur le statut du contrat et sur ses conséquences, que celui qui émet ces conditions soit musulman ou mécréant, qu’il soit une personne morale ou une personne physique.


Ainsi, celui qui ne remplit pas une des conditions émises lors de l’accord n’a aucunement le droit d’en profiter, conformément à ce qui est établi dans le domaine des règles jurisprudentielles : Les droits s’arrêtent aux conditions.

 

En effet, la règle de base dans les biens est l’interdiction et il est interdit à quiconque de s’accaparer ou de manipuler les biens d’autrui si ce n’est avec sa permission ou pour une raison religieusement valable.


Si, donc, l’état [française] autorise les aides en raison des critères présentés, il sera permis à celui qui les touchera de profiter de ces aides et ce même si les caisses de l’état sont principalement alimentées par l’argent des impôts et des taxes.

 

Certes, l’argent acquis par ces procédés est illicite, si l’on se base sur l’avis le plus pertinent qui dit que les mécréants sont concernés par les questions d’ordre secondaires de la religion.

 

Cependant, il n’est illicite que pour celui qui le prend (c’est-à-dire ici l’état [française], ndt) et si son véritable propriétaire est inconnu, alors son jugement est qu’il doit être dépensé dans l’intérêt général et en faveur des pauvres et des nécessiteux et autres et c’est (pour eux) une part licite.


Le savoir parfait appartient à Allâh, et notre dernière invocation est qu’Allâh, Seigneur des Mondes, soit loué et que prière et salut soient sur notre Prophète, ainsi que sur sa Famille, ses Compagnons et ses Frères jusqu'au Jour de la Résurrection.

 

Alger, le 14 de Rabi‘ Al-Awwal1432 H, correspondant 6 février 2012 G.

Fatwa n° 1127

Traduit et publié par ferkous.com

في حكم أخذ الهبة المشروطة

السؤال : هل يجوز لمن يريد مغادرة فرنسا لتعلُّم اللغة العربية وأحكام الدين أن يستمرَّ في الاستفادة من مساعدة الدولة، علمًا أنَّ الدولة تشترط عدم الغياب أكثرَ من ثلاثة أشهرٍ عن البلد للاستفادة من هذه المساعدات، مع العلم أنَّ مصدر هذه المساعدات من خزينة الدولة، والتي معظم الأموال الواردة إليها مصدرها الضرائب والمكوس والرسوم التي تفرضها الدولة على الشعب؟ وجزاكم الله خيرًا

الجواب : الحمدُ لله ربِّ العالمين، والصلاة والسلام على من أرسله اللهُ رحمةً للعالمين، وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدِّين، أمَّا بعد
فالمنحة المالية التي تُسهم بها الحكومة الفرنسية في دفع الإيجار لفئة العاطلين أو ذوي الدخل المحدود تندرج في عموم التبرُّعات أو الهبات، وهذه الإعانة المالية إذا اشترط الواهب أو المتبرِّع شروطًا جعليةً صحيحةً فإنها تكون مؤثِّرةً في أحكام العقد ونتائجه، سواءً كان المشترط مسلمًا أو كافرًا أو شخصًا اعتباريًّا أو طبيعيًّا، ولا حقَّ يطالِب به المستفيد إذا ما أخلَّ بشرطٍ من الشروط الموضوعة في الاتِّفاق بناءً على ما تقرَّر في القواعد أنَّ «مَقَاطِعَ الحُقُوقِ عِنْدَ الشُّرُوطِ»، ذلك لأنَّ الأصل في الأموال التحريم، ولا يجوز لأحدٍ أن يأخذ مالَ غيره أو أن يتصرَّف فيه أو في حقِّ غيره إلاَّ بإذنه أو بسببٍ شرعيٍّ، وإذا حصل وأنْ رخَّص الطرف الحكوميُّ المسهم للمسوِّغات المقدَّمة جاز للمستفيد أن ينتفع بهذه الإعانات ولو كانت معظم مداخيل الخزينة العامَّة من الضرائب والرسوم والمكوس، لأنَّ المال المأخوذ بهذه الطرق حرامٌ تأسيسًا على أنَّ الكفَّار مخاطبون بفروع الشريعة على الأصحِّ، إلاَّ أنَّ الحرام على الآخذ، فإنْ جُهل مالكه الحقيقي فإنَّ حكمه أن يُدفع إلى المصالح العامَّة وأصحاب الحاجة من الفقراء والمساكين وغيرهم، وهو لهم حلالٌ
والعلم عند الله تعالى، وآخر دعوانا أن الحمد لله ربِّ العالمين وصلَّى الله على محمَّدٍ وعلى آله وصحبه وإخوانه إلى يوم الدين وسلَّم تسليمًا

الجزائر في: ١٤ ربيع الأوَّل ١٤٣٢ﻫ
الموافق ﻟ: ٠٦ فـبرايـر ٢٠١٢م

الفتوى رقم: ١١٢٧

Cheikh Abou Abdil-Mou'iz Mouhammad 'Ali Farkouss - الشيخ أبي عبد المعزّ محمد علي فركوس

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:06
Avoir des rapports conjugaux en écoutant le Coran

Question 1 :

 

Quel est l'avis religieux sur le fait de coucher avec sa femme en écoutant la récitation du Coran à travers la radio ?

 

Le motif que j'ai dans mon for intérieur en l'écoutant est de chasser Satan le maudit de la maison.

 

Réponse 1 :

 

Le Prophète صلى الله عليه وسلم a enseigné à sa communauté ce que l'homme doit réciter quand il veut coucher avec sa femme.

 

On a rapporté d'après Ibn `Abbâs رضي الله عنهما, que le Prophète صلى الله عليه وسلم qu'il dit :

 

"Si quiconque d’entre vous, à chaque fois qu’il devait avoir des rapports avec sa femme, disait :

 

بسم الله، اللهم جنبنا الشيطان وجنب الشيطان ما رزقتنا

«Ô Allâh, préserve nous de Satan, et Tiens Satan éloigné de ce que Tu nous as donné»,

 

et qu’Allâh les destine à avoir un enfant suite à ces rapports, il ne subira jamais les méfaits de Satan."

Approuvé par Al-Boukhârî et Mouslim.

 

Ce qui est obligatoire de faire, c'est de se limiter à l'invocation rapportée.

 

Partant de cela, écouter le Coran récité par la radio au moment des rapports sexuels dans le but de chasser Satan de la maison est un ajout à ce qui est légiféré.

 

Par conséquent, cela n'est pas permis.

 

Le Coran Sublime a un rang élevé et est très vénéré pour être écouté dans l'état susmentionné.

 

Certes, Allâh en sait mieux.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 

La première question de la Fatwa numéro (16221)

(Numéro de la partie: 19, Numéro de la page: 358)

Publié par alifta.net

 الجماع أثناء سماع القرآن

س1: ما حكم جماع الزوجة أثناء سماع القرآن المرتل من المذياع؟ والشبه التي تدور في نفسي وأنا في هذا الحال هو طرد الشيطان اللعين من المنزل

ج1: قد علم النبي صلى الله عليه وسلم أمته ما يقال عند جماع الرجل زوجته، فعن ابن عباس رضي الله عنهما، أن رسول الله صلى الله عليه وسلم قال

أما لو أن أحدكم يقول حين يأتي أهله

بسم الله، اللهم جنبنا الشيطان وجنب الشيطان ما رزقتنا

، ثم قدر بينهما في ذلك ولد لم يضره الشيطان أبدا

 متفق عليه والمتعين هو الاقتصار على الوارد، وعليه فإن سماع القرآن المرتل من المذياع حال الجماع لغرض طرد الشيطان من المنزل زيادة على المشروع فلا تجوز، والقرآن العظيم أجل قدرا وأعظم حرمة من توظيف استماعه في الحالة المذكورة

والله أعلم. وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الأول من الفتوى رقم - 16221

(الجزء رقم : 19، الصفحة رقم: 358)

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Mariage - divorce - الزواج و الطلاق
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:05
Conseil aux musulmans d'Amérique qui ont peur d'être opprimés car Donald Trump a été élu président

Question :

 

La plupart des musulmans en Amérique ont peur d'être opprimés car Donald Trump a été élu président.

 

Quel est votre conseil pour les musulmans en Amérique ?

 

Réponse :


Mon conseil est tout ce que nous avons précédemment mentionné dans le fait d'avoir confiance en Allâh.

 

Confiant, dépendant de Lui et s'appuyant sur Allâh, en Allâh Seul.

 

Et le hadith de Abdoullah ibn Abbas -qu'Allâh l'agréé-, le messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم lui a dit :

 

"...Saches, que même si toute l'humanité se réunissait pour te faire du bien, elle ne pourrait te faire du bien que dans la mesure où Allâh l'a écrit dans le destin pour toi.

Et sache que si toute l'humanité se liguait pour te faire du mal, elle ne pourrait te faire du mal que dans la mesure où Allâh l'a écrit dans le destin pour toi.

Les plumes sont levées, les feuillets ont séché".

 

Donc, le musulman, le mouwahhid, place sa confiance en Allâh, pas en ses dirigeants.

 

Même si un tyran oppresseur devait être en charge d'une nation, c'est possible que les gens pourraient être à l'abri de son mal, et le contraire peut arriver, même si une bonne personne devait se charger d'une nation peut-être les gens seraient opprimé avec lui d'être le dirigeant de cette nation.

 

Donc, les personnes doivent placer leur confiance en Allâh, en Allâh Seul.

 

Et ça pourrait être (...) un infidèle, les gens seraient traités de manière juste sous son règne.

 

Nous voyons les compagnons -qu'Allâh les agréés tous-, ils ont été le meilleur exemple pour nous dans cette situation, et l'incident susmentionné dans lequel un certain nombre de polythéiste ce sont réunis pour mener une guerre sur eux et ils ont voulu les anéantir totalement, ils ont voulu tuer toute personne qui se disait musulman.

 

Et quel a été la réponse des sahaba ?

 

C'était : "حسبنا الله ونعم الوكيل - Hasbouna Allâh wa ni'ma al-wakil - Allâh nous suffit et quel meilleur garant".

 

Suffisant pour nous est Allâh, et quel grand gérant des affaires Il est !

 

Et car ils ont placé leur confiance en Allâh, Allâh dit (traduction rapprochée) :

 

"...Ils revinrent donc avec un bienfait de la part d’Allâh et une grâce" (sourate 3 verset 174)

 

Allâh leur a donné beaucoup plus, même en dépit du fait qu'ils étaient en surnombre et l'ennemi avait plus d'arme, ils revinrent avec des bienfaits d'Allâh dans Sa grâce.

 

Et si un croyant ne devrait jamais avoir peur de shaytan, le shaytan ne devrait jamais faire peur et désespérer un croyant dans ce genre de situation

 

Source : التوكل على الله حقيقته و كيفية تحقيقه - La confiance en Allâh, sa concrétisation et comment la concrétiser ?

13 novembre 2016 (12 safar 1438)

Conférence diffusé par mpubs.org

Traduit de l'anglais par la page Fawaid ala-l manhaj as-salafi

Cheikh Bandar Ibn Soulaiman Al-Khaibairy -  الشيخ بندر بن سليمان الخيبري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:05
«L'amour de la patrie fait partie de la foi», «La propreté fait partie de la foi», «La gestion est la moitié de la subsistance», «L'économie équivaut à la moitié de la subsistance»

Question 3 :

 

Que pensez-vous de ces citations :

 

"L'amour de la patrie fait partie de la foi" ;

"La propreté fait partie de la foi" ;

"La gestion est la moitié de la subsistance"

ou "L'économie équivaut à la moitié de la subsistance".

 

Ces hadiths sont-ils authentiques ou s'agit-il seulement d'un avis religieux ?

 

Réponse 3 :

 

Les citations que vous avez mentionnées ne sont pas des hadiths attribués au Prophète صلى الله عليه وسلم.

 

Ce sont simplement des maximes que les gens ont l'habitude de dire.

 

Qu'Allâh vous accorde la réussite et que la paix et le salut soient sur notre Prophète Mohammad ainsi que sa famille et ses compagnons.

 

(Numéro de la partie: 4, Numéro de la page: 466)

La question 3 de la Fatwa numéro (5729)

Traduit par alifta.net

 

السؤال الثالث: ما قولكم في: (حب الوطن من الإيمان) ، و (النظافة من الإيمان) ، و (التدبير نصف المعيشة) أو (الاقتصاد نصف المعيشة) ، هل هذه أحاديث صحيحة أم حِكَم فقط؟

الحمد لله وحده ، والصلاة والسلام على رسوله وآله وصحبه ، وبعد
ج: ما ذكرته من الجمل ليست بأحاديث عن النبي صلى الله عليه وسلم ، وإنما هي كلمات جرت على ألسنة الناس
وبالله التوفيق ، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

(الجزء رقم : 57، الصفحة رقم: 79)
من الفتوى رقم 5729

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Expression - التعبير
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:02
Ceux qui soulèvent les jeunes contre les gouverneurs sont des prêcheurs aux portes de l'enfer (audio)

Question : 

 

Noble cheikh, qu'Allâh vous accorde la réussite.

 

Les prêcheurs qui soulèvent les jeunes contre les dirigeants et les savants sont-ils concernés par le hadith :

 

«des prêcheurs aux portes de l'enfer» ?

 

Réponse :

 

Ce hadith s’applique sur eux car ce sont des khawarij et qu’ils appellent à l'égarement.

 

Ils appellent à l’égarement.

 

Et celui qui appelle à l’égarement portera le fardeau de son péché ainsi que celui de ceux qui l’ont mis en pratique.

 

Traduit et publié par an-nassiha.com 

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 14:01
Prends garde de parler d'une question religieuse sans qu'un savant ne t'y es précédé ! (vidéo)
L'imam Ahmed, qu'Allâh lui fasse miséricorde, nous montre donc la voie de cette base (l'obligation de suivre les pieux prédécesseurs et l'interdiction de diverger de leur voie), il exposa cela.
 

Et cela devient clair pour toi lorsqu'il dit à un de ses élèves :

 

«Prends garde de parler d'une question religieuse sans qu'un savant ne t'y es précédé ! 

Ou sans qu'un savant ne t'es précédé sur cela !»

 

 Traduit par Abou Jabir

Cheikh Abdoullah ibn AbderRahim Al-Boukhâry - الشيخ عبدالله بن عبد الرحيم البخاري

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 13:50
En ce moment, des gens se font passer pour des salafis afin de combattre les gens de la sunna (vidéo)

 

Il y a en ce moment des gens cachant la vérité et mêlant le faux à la vérité en prétendant faire partie des gens de la sunna et du groupe alors qu'ils combattent les gens de la sunna et du groupe accrochés au Livre d'Allâh et à la sunna du Messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم.

 

Ce groupe, ou même ces groupes sont présents en ce moment, ils portent l'habit de la salafiya afin de pouvoir combattre les gens de la sunna accrochés au Livre d'Allâh et à la sunna du messager d'Allâh et ceux qui combattent ces maux et ces innovations. 

 

Accrochez-vous donc au Livre d'Allâh, à la guidée du messager d'Allâh صلى الله عليه وسلم, limitez-vous aux traces des pieux prédécesseurs dans le suivi du Livre d'Allâh et de la sunna du messager d'Allâh, et accrochez-y vous avec vos molaires.

 

Et que la prière et le salut soit sur notre messager Mohamed ainsi que sur sa famille et ses compagnons. 

 

Traduit par Abu Bakr AlFiransi

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 13:31
La différence entre al-‘alim (savant), al-mufti et al-qadhi (le juge) (audio)

 

Nous avons, dans la Législation, 3 noms : ‘alim, mufti et qadhi

 

Et le qadhi est celui qui est appelé dans les preuves légales : Le juge légal (Al-Hakim As-Shar’i), comme il est rapporté dans la parole du prophète صلى الله عليه وسلم :

 

«Lorsque le juge prononce un jugement, qu’il fait une effort d’interprétation et qu’il voit juste il a deux récompenses et s’il se trompe, il a une seule récompense»,

 

Ce qui est visé dans ce hadith, c’est le Qadhi.

 

Chacun a une fonction : Al-‘alim expose les règles de la religion : les règles du jihad, de la prière…

 

Le mufti connaît ses règles mais il adapte le jugement à la situation de celui qui l’interroge, par exemple quelqu’un vient lui dire : je ne peux pas rester debout dans la prière à cause d’une maladie.

 

Si on interroge al-‘alim, il dira : Le fait d’être debout dans la prière est un pilier (de la prière), et sans cela la prière n’est pas valide.

 

Mais celui qui interroge dit : Je suis malade et je ne peux pas prier debout ; Le  mufi dit : prie assis (et la prière sera valide).

 

Y a-t-il une contradiction entre la parole du ‘ alim et du mufti ?

 

Non, car le ‘alim donne le jugement sur le fait d’être debout dans la prière, si on en a la possibilité et sans que l’on trouve d’obstacles à cela.

 

Le  mufti, lui regarde la manière et ce qui doit être fait au moment où l’on doit accomplir cet acte.

 

Autre exemple, quelqu’un interroge le ‘alim sur le fait d’aller au marché.

 

Le ‘ alim dit : il n’y a pas de problème, c’est quelque chose de permis et qui peut même être obligatoire…

 

Et s’il va voir le mufti, celui-ci lui demandera : de quel marché parles-tu ?

 

Comment sont les marchés chez vous ?

 

Il développe pour savoir ce qui est voulu dans la question par « marché »...

 

Donc le mufti regarde la situation de celui qui l’interroge, après avoir connu le jugement.

 

Les savants disent : Il n’est pas obligatoire que le mufti vive parmi les gens de ce pays, il lui est seulement obligatoire de connaître l’état dans lequel ils vivent…

 

Le troisième nom est le Qadhi ou le juge légal, sa fonction est celle du mufti, avec en plus l’application.

 

Donc ni le ‘alim, ni le mufti ne peuvent faire appliquer les choses, cela appartient au qadhi.

 

Et les gens sont entre ces trois, s’ils interrogent un ‘ alim et qu’il donne une fatwa, la fatwa peut être différente de l’application, ou si dans une assise, le savant parle de questions religieuses et qu’il y a des question-réponses, ces question ne sont pas comme des fatwas, et les fatwas sont différentes du qadha (l’application). 

 

  Publié par salafs.com

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Savants - العلماء
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 12:50
Certains savants déclarent un homme innovateur alors que d'autres savants ne le déclarent pas innovateur

Un questionneur dit :

 

Si certains savants déclarent un homme innovateur, et que d'autres savants ne le déclarent pas innovateur, est-il permis de blâmer les étudiants qui le suivent par suivi des savants qui ne l'ont pas déclaré innovateur ?

 

La réponse :

 

Ceci fait partie des troubles (fitan) présents aujourd'hui sur le terrain [de la prédication], et ces troubles se prolongent. 

 

Ils se prolongent alors que beaucoup de jeunes connaissent la vérité (qu'Allâh te bénisse), et savent que le consensus unanime (ijma') n'est pas une condition dans le jugement d'innovation ou la critique d'une personne, mais on se suffit de la parole d'un seul homme [savant] dans la critique et l'éloge (al-jarh wat-ta'dil).

 

Donc si un groupe [de savants] critiquent quelqu'un et le déclarent innovateur, ceci suffit au musulman qui recherche la vérité.

 

Quant à celui qui suit ses passions, rien ne lui suffit, et il s'accroche à des toiles d'araignée.
 

Il y a des gens qui peuvent ne pas être au courant de la critique [faite à l'égard de cet individu] car ils sont occupés [par d'autres choses].


Et il y a des gens qui ont étudié, qui ont su que cet homme a été critiqué et qu'il mérite la critique parce qu'il est un grand menteur, qu'il est indigne de confiance, parce qu'il dénigre les savants, parce qu'il établit des fondements corrompus pour combattre le minhaj (voie) salafi et ses partisans...

 

Ils ont su tout cela, et après le conseil, qui ne leur incombait pas, ils l'ont conseillé et lui ont expliqué [les choses], mais cet individu a refusé [de revenir à la vérité], alors ils ont été dans l'obligation de le déclarer innovateur.


Ce n'est donc pas une excuse pour celui qui reste avec lui de s'accrocher aux toiles d'araignées en disant : "Par Allâh untel a fait ses éloges", "Par Allâh ils ne sont pas unanimes sur le fait de le juger innovateur",...


Ceux qui ne l'ont pas déclaré innovateur sont de différents types : 


- certains n'ont pas étudié [son cas] et sont excusables,

 

- d'autres ont étudié [son cas] et défendent le faux,

 

- et d'autres ont étudié [son cas] et ont su ce qu'il possède comme erreurs, mais ils ne veulent que s'ériger en avocat pour cet innovateur; ceux-là n'ont aucune valeur, et ceux qui se taisent, il n'y a aucune preuve dans leur silence.


Par contre, ceux qui ont critiqué et clarifié ce qui est blâmable chez cet individu, il est obligatoire à celui qui est objectif d'accepter la vérité car la preuve est avec eux.


Quant à ceux qui s'accrochent aux toiles d'araignées auxquelles j'ai fait allusion, ils n'ont aucune excuse devant Allâh -Puissant et Glorieux-.


Qu'Allâh vous bénisse !

 

Source : Tirée d'une cassette intitulée "Le commentaire du chapitre des troubles du recueil authentique de Boukhari" 

Traduit par Souleyman Abou 'Ali al-Guadeloupi

سائل يقول: رجل بعض العلماء يبدعه وبعضهم لا يبدعه وبعض الطلاب يتبعه اتباعا لقول من لا يبدعه فهل يجوز علي الإنكار عليه؟

الجواب :  هذا من الفتن الموجودة الآن على الساحة وقد طالت، وقد طالت، رغم أن كثيرا من الشباب يعرفون الحق، بارك الله فيك، وأنه لا يشترط في تبديع أحد أو الجرح فيه الإجماع بل يكتفى بقول الرجل الواحد في الجرح والتعديل، فإذا جرحه جماعة وبدعوه فهذا يكفي المسلم الطالب للحق، أما صاحب الهوى فلا يكفيه شيء ويتعلق بخيوط العنكبوت، فناس قد ما علموا هذا الجرح، ومشغولون، وناس درسوا وعرفوا أن هذا رجل مجروح ويستحق الجرح، لأنه كذاب، ساقط العدالة، لأنه يطعن في العلماء، لأنه يؤصل أصولا فاسدة لمناهضة المنهج السلفي وأهله، عرفوا هذا كله، وبعد النصح الذي لا يلزمهم، نصحوا وبينوا وأبى هذا الإنسان، فاضطروا إلى تبديعه، فما هو عذر لمن يبقى هكذا يتعلق بخيوط العنكبوت: والله فلان زكاه! والله ما أجمعوا على تبديعه!؟ الذين ما بدعوه يتقسمون: ناس ما درسوا ومعذورون، وناس درسوه ويدافعون عن الباطل، ناس درسوا وعرفوا ماذا عنده من الباطل وأبوا إلى المحاماة عن هذا المبتدع هؤلاء لا قيمة لهم، والساكتون لا حجة في سكوتهم، والذين جرحوا وبينوا ما في هذا الإنسان من الجرح، يجب على المنصف أن يأخذ بالحق لأن الحجة معهم، وليس لمن يتعلق بخيوط العنكبوت التي أشرت إليها ليس له أي عذر أمام الله عز وجل، بارك الله فيكم

شريط بعنوان: التعليق على كتاب الفتن من صحيح البخاري

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm.char3i - La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية