La récitation du coran est-elle obligatoire ou bien recommandée ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La récitation du coran est-elle obligatoire ou bien recommandée ?

Question :

 
Est-ce que la récitation du Coran est obligatoire ou bien recommandée ?

Nous avons déjà posé cette même question et nous avons reçu cette réponse:

Elle n'est pas obligatoire.

Si on la récite, il n'y aura pas de peine et si on ne la récite pas, il n'y aura pas également de peine.
Ainsi plusieurs peuvent-ils la délaisser.

Quel est le jugement porté sur sa récitation et sur son délaissement ? 
 
Réponse :


Que la louange soit exclusivement à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur l'Envoyé d'Allah, sur sa famille et sur ses compagnons..., et ensuite:

 

Le musulman doit tenir à la récitation du Coran et la faire fréquemment, autant qu'il peut, conformément à ce verset (traductions rapprochées) : 

 
"Récite ce qui t'est révélé du Livre.. " [Al-'Inkabût: 45]

"Et récite ce qui t'a été révélé du Livre de ton Seigneur" [Al-Kahf: 27]  

 

et à ce qu'Allah dit à propos de Son Envoyé صلى الله عليه وسلم (traduction rapprochée) :


"Il m'a été seulement commandé d'adorer le Seigneur de cette Ville (la Mecque) qu'Il a sanctifiée, - et à Lui toute chose - et il m'a été commandé d'être du nombre des Musulmans, et de réciter le Coran" [An-Naml: 91-92]

 

et en vertu de ce qu'a dit l'Envoyé d'Allah صلى الله عليه وسلم :

"Récitez le Coran! Car au Jour de la Résurrection, il intercédera en faveur de ceux qui le récitaient (et appliquaient ses prescriptions)" 
Mentionné par Muslim dans son Sahîh (804) 

Le musulman doit, en outre, éviter de délaisser le Coran par n'importe laquelle des façons déjà mentionnées par les ulémas.

 

D'après l'imam Ibn Kathir (qu'Allah lui accorde Sa miséricorde) dans son exégèse: Tafsir Ibn Kathir 6 / 117 Allah, l'Exalté, relate que Son envoyé et Son prophète Muhammad صلى الله عليه وسلم a dit (traduction rapprochée) : 


"Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! " [Al-Furqân: 30]

parce que les polythéistes ne prêtaient pas l'oreille à la récitation du Coran et refusaient de l'écouter, comme le dit Allah, le Très-Haut: 

"Et ceux qui avaient mécru dirent: "Ne prêtez pas l'oreille à ce Coran, et faites du chahut (pendant sa récitation), ... " [Fusilat: 26]  

Quand on leur récitait le Coran, ils se mettaient à chahuter pour ne pas l'entendre.

Telle est l'une des façons de son délaissement.

Car, les faits de ne pas croire en le Coran, de négliger la méditation sur ses versets et sa compréhension, de ne pas appliquer ses commandements et de ne pas éviter ses interdictions, de le laisser pour s'intéresser à autre chose comme la poésie, les chansons, le divertissement, etc. sont tous des façons de son délaissement.

Et c'est Allah qui accorde la réussite.

Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

 
Question numéro: 3, Fatwa numéro: 6561, quatrième volume, page 66
copié de nur.al.quran.online.fr

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Mes parents n'aiment pas la sounnah (audio-vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Mes parents n'aiment pas la sounnah (audio-vidéo)

 
Question :

 

Certains jeunes rencontrent des problèmes avec leurs parents et leurs proches à cause de leur attachement à la sunna.

 

Quels conseils pouvez-vous leur donner ?

Réponse :

Cette question est parmi les sujets de notre époque et elle est importante, car par le lien (fort) que j'ai avec les jeunes, je sais qu'ils sont en contradiction avec l'islam dans leurs relations avec leurs parents en donnant comme argument leur attachement à la sunna.

C'est pourquoi il faut regarder (étudier cette question), pour ces jeunes frères, attachés à la sunna dans tous les pays musulmans.

Je dis : premièrement, il faut voir que ce sujet concerne les relations entre l'enfant et ses parents, et ceux-ci ont des droits qu'aucun autre proche ne possède.

La position de l'enfant obéissant qui veut s'accrocher à la sunna mais n'y est pas aidé par ses parents est très délicate.

C'est pourquoi je dis que la sunna ce divise ainsi :


- la sunna dans le sens du fiqh est tout ce qui n'atteint pas le degré de l'obligatoire et que personne d'entre vous ne mange de sa main gauche, ne serait-ce qu'une bouchée, la sunna dans le fiqh est donc tout ce qui n'est pas obligatoire (fard ou wajib selon les madha'ib).

-  Alors que le sens de sunna dans la législation (le sens général) est la législation avec laquelle est venue Muhammad et la voie qu'il a suivi, et c'est la voie droite (sirat al-mustaqim) sur laquelle Allah dit (traduction rapprochée) : 
 

 

« Et voici ma voie droite, suivez-la et ne suivez pas les chemins qui vous écarteront de ma voie »

La sunna dans le sens général est cette voie droite, c'est la législation du Seigneur de l'univers.

Cette législation comprend des choses obligatoires et d'autre qui ne le sont pas, et l'enfant pieux et obéissant doit être conscient de cela.

Ainsi, il apparaît avec ce découpage (de la sunna), la parole du prophète ( salallahu 'alayhi wasalam) : 

« Pas d'obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur ».

 
Donc, si un de ces jeunes est éprouvé par un de ses parents, ou les deux, et qu'ils l'empêchent d'accomplir ce qui lui est obligatoire, dans ce cas, il n'y a pas d'obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur.
 
Mais s'ils l'empêchent d'accomplir ce qui n'est pas obligatoire, ou selon la terminologie du  fiqh : ce qui est sunna, c'est-à-dire que celui qui le fait est récompensé et celui qui le délaisse n'est pas châtié.
 
Dans ce cas, cet enfant obéissant doit obéir à ses parents et laisser la sunna qu'ils n'acceptent pas de lui ; mais pour ce qui est obligatoire, il n'y a pas d'obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur.

Cette question sera plus claire en donnant un exemple d'une obligation sur laquelle il ne lui est pas permis d'obéir à se parents, et un autre exemple d'une sunna que les parents n'acceptent pas de leur enfant et sur laquelle il doit obéir à ses parents et laisser la sunna.
 
Exemple du premier cas : sur lequel il ne lui est pas permis d'obéir, si cet enfant, comme il est dit dans la question, s'accroche à la sunna et veut être parmi les sept qui ont été cités dans le hadith unanimement reconnu authentique, d'après Abu Hurayra,le prophète (salallahu 'alayhi wasalam) a dit : 
 
« Sept (personnes) seront sous l'ombre d'Allah, le jour où il n'y aura d'ombre que la Sienne : un imam équitable et un jeune qui a grandit dans l'obéissance à Allah, un homme dont le cœur est attaché aux mosquées... ».
 
Et ce jeune veut grandir dans l'obéissance à Allah et que son cœur soit attaché à la mosquée, et dès qu'il entend le muezzin dire « venez au succès », il quitte son foyer, son magasin, son travail avec son père, pour venir à la mosquée.

Et son père à ce moment lui dit : « non, pour l'instant nous sommes occupés ».

Là nous disons : il n'y a pas d'obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur.

Il n'est pas permis à cet enfant de laisser l'accomplissement de la prière à la mosquée.

C'est un exemple, et les exemples sont très nombreux.

 
Autre exemple : ce jeune a grandit dans la sunna, et il veut, par exemple, que son vêtement arrive au milieu de la jambe (et pas en dessous).
 
Son père lui dit : change cela, allonge, ce n'est pas beau, je ne veux pas que tu portes ce vêtement, mais si vraiment il le faut alors qu'il soit plus long que le milieu de la jambe.
 
Ici, nous disons (à ce jeune) obéit à ton père, car si tu obéis à ton père sur cette question, tu ne désobéis pas à ton Seigneur, et nous avons rappelé que la règle est : pas d'obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur.
 
Mais s'il lui dit : allonge ce vêtement jusqu'au dos du pied, en dessous des chevilles, il ne faut pas lui obéir, car le prophète salallahu 'alayhi wasalamdit : 
 
« et ce qui dépasse (des chevilles) est au feu ».
 
C'est pourquoi il convient aux enfants obéissants d'obéir et de désobéir à leurs parents : obéissance dans ce sur quoi il n'y a pas de désobéissance à Allah et désobéissance dans ce sur quoi il y a obéissance à Allah dans les choses obligatoires.
 
Il y a un cas que j'ai souvent entendu : certains de ces jeunes vivent sous la protection de leurs parents, et ceux-ci veulent qu'ils leur obéissent dans la désobéissance à Allah, ou qu'ils sortent de chez eux.
 
Beaucoup d'enfants, surtout s'ils sont jeunes, 15 ans, 17 ans, ne possèdent rien et ne peuvent s'émanciper (de leurs parents).
 
Dans ce cas, nous disons : il ne veut pas que tu pries à la mosquée avec les musulmans, ni prière du vendredi, ni prière en commun, cela n'est pas permis en islam.
 
S'il m'interroge, je dis : si tu peux partir et être indépendant, cela t'es obligatoire, et si tu ne peux pas (alors la règle est) :
 
« La nécessité rend permises les choses interdites »

Voilà la réponse à cette question.
 
copié de salafs.com

Cheikh Mouhammad Nacer-dine Al-Albany - الشيخ محمد ناصر الدين الألباني

Publié dans Famille - أهل

Partager cet article

Les djinns et les anges meurent-ils ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les djinns et les anges meurent-ils ?

Question :

 

Les élèves me posent des questions embarrassantes auxquelles je ne trouve pas de réponses satisfaisantes. 

 

Parmi ces questions : les djinns meurent-ils comme les humains et sont-ils ensevelis ?

 

Et est-ce qu'ils sont compris dans la parole du prophète - qu'Allâh prie sur lui et le salue - :

 

«la durée moyenne de vie de ma communauté est comprise entre soixante et soixante-dix ans...» [1] 

 

Réponse :

 

Les djinns meurent comme les humains, la parole suivante d'Allâh étant générale (traduction rapprochée) :

 

«Toute âme goûtera la mort» (sourate 3 verset 185)

 

Quant à l'estimation de leur durée de vie, ce qui apparaît est que le hadith cité les englobe.

 

Car ils font partie de l'ensemble de la communauté dans la globalité du message de Muhammad - qu'Allâh prie sur lui et le salue -.

 

Allâh dit (traduction rapprochée) :

 

«Rappelle-toi) lorsque Nous dirigeâmes vers toi une troupe de djinns pour qu'ils écoutent le Coran. Quand ils assistèrent [à sa lecture] ils dirent: ‹Ecoutez attentivement›... Puis, quand ce fut terminé, ils retournèrent à leur peuple en avertisseurs. Ils dirent: ‹Ô notre peuple! Nous venons d'entendre un Livre qui a été révélé après Moïse, confirmant ce qui l'a précédé. Il guide vers la vérité et vers un chemin droit. Ô notre peuple! Répondez au prédicateur d'Allâh et croyez en lui. Il [Allâh] vous pardonnera une partie de vos péchés et vous protégera contre un châtiment douloureux. Et quiconque ne répond pas au prédicateur d'Allâh ne saura échapper au pouvoir [d'Allâh] sur terre. Et il n'aura pas de protecteurs en dehors de Lui. Ceux- là sont dans un égarement évident.» (sourate 46 versets 29-32)

 

Et la parole d'Allâh (traduction rapprochée) : 

 

«Dis: ‹Il m'a été révélé qu'un groupe de djinns prêtèrent l'oreille, puis dirent: ‹Nous avons certes entendu une Lecture [le Coran] merveilleuse, qui guide vers la droiture. Nous y avons cru, et nous n'associerons jamais personne à notre Seigneur.» (sourate 72 versets 1-2)

 

Et la réussite vient d'Allâh.

 

Que la prière et le salut d'Allâh soient sur notre prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons. 

 

[1] At-Tirmidhi (2335, 3550), Ibn Mâjah (4236), Al Qadâ'i dans son Musnad (252), Al Hâkim (2/427), Al Khatîb (6/397) et (12/42). 

 

Fatawa Al-Lajnat id-Da'imah - vol 2 - n°3534 p184

Question :

 

Donnez-nous une fatwa sur les anges chargés d'inscrire les oeuvres des gens pendant leur vie, qui sont Raqîb et 'Atîd : quand la personne meurt, est-ce que les deux anges chargés d'elle meurent aussi.

 

Quelle est leur destination après sa mort ?  

 

Réponse :

 

L'état des anges et leur sort font partie des choses de l'invisible que nous ne pouvons connaître que par ce qui nous a été rapporté.

 

Il n'est pas parvenu de textes indiquant la mort de ceux qui inscrivent les bonnes et mauvaises actions, ni sur le fait qu'ils restent en vie, ni sur leur destination.

 

Cela revient à Allâh et ne fait pas partie des choses auxquelles nous avons été chargé de croire.

 

Et il n'y a pas d'oeuvres qui s'y rattachent.

 

Celui qui questionne sur cela entre dans ce qui ne le concerne pas.

 

C'est pour cela que nous conseillons la personne qui questionne de ne pas entrer dans ce qui ne le préoccupe pas.

 

Qu'il dépense ses efforts dans des questions le concernant lui et les musulmans dans ce qui est profitable pour leur religion et leur vie.

 

Et la réussite vient d'Allâh.

 

Que la prière et le salut d'Allâh soient sur notre prophète Muhammad, sa famille et ses compagnons. 

 

Fatawa Al-Lajnat id-Da'imah - vol 2 - n°41 p125

Publié par 3ilmchar3i.net

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Que faire d'un exemplaire du coran dont les pages sont déchirées

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Que faire d'un exemplaire du coran dont les pages sont déchirées
Question :
 
J'ai un saint exemplaire du Coran dont les pages sont déchirées, qu'est-ce que je peux en faire ?

Est-ce que je peux l'enterrer ou non ?
 
Réponse :
 
Que la louange soit exclusivement à Allah et que la paix et la bénédiction soient sur l'Envoyé d'Allah, sur sa famille et sur ses compagnons...,

et ensuite:
 
Il vous est permis de l'enfouir dans le sol d'une des mosquées, ou de le détruire par le feu, comme l'a fait 'Uthmân (qu'Allah soit satisfait de lui).
 
Et c'est Allah qui accorde la réussite. Que la paix et la bénédiction d'Allah soient sur notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.
 
Fatawa du Comité Permanente des recherches scientifiques, de l'Ifta en la Royaume de l'Arabie Saoudite [Question numéro: 6, Fatwa numéro: 968, quatrième volume, page 98] 
copié de nur.al.quran.online.fr

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Le détestable (مكروه - makrouh)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Le détestable (مكروه - makrouh)

Question :

 

Quel est le jugement pour le détestable (makrouh) ?

 

Réponse : 

 

Louange à Allah que la prière et le salut soient sur son messager, sa famille et ses compagnons... ensuite : 

 

Celui qui le délaisse pour Allah est récompensé, et celui qui le fait ne mérite pas de châtiment.  

Et c'est d'Allah que vient le succès. 

 

Page 28, tome 5, fatwa numéro : 8133 

copié de fatawaislam.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Partager cet article

محمد بن صالح العثيمين, sa dernière apparition (vidéo arabe)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

محمد بن صالح العثيمين, sa dernière apparition (vidéo arabe)
Dernière conférence du Cheikh Mohammed Ibn Saleh Al Utheimin 
أخر محاضرة لفضيلة الشيخ العثيمين

 

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Partager cet article

Celui qui veut qu’on lui élargisse sa subsistance (dossier)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Celui qui veut qu’on lui élargisse sa subsistance (dossier)

Imam an-Nawawî - الإمام محيى الدين ابى زكريا بن يحيى بن شرف النووى

Partager cet article

Les piercings

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Les piercings

divider--26-.gif

A la question :


Peut-on percer les oreilles ou le nez d'une fille pour l'embellir ? 

Cheykh 'Outhaymine répondit :
 
Ce qui est correct de dire, c'est que se percer les oreilles n'a rien de mal car il fait partie de la parure permise.

Car il a été rapporté des femmes des compagnons qu'elles portaient des boucles à leurs oreilles.

Et le mal causé est infime ; D'autant plus si les oreilles sont percées dès le très jeune âge, le mal guérit très vite.

Quant au fait de se percer le nez, je ne connais aucune parole des savants à ce sujet.

Mais je considères que cela revient à déformer la création et peut-être que d'autres que moi le considèrent autrement.

En somme, si la femme se trouve dans un pays dans lequel se percer le nez fait partie de la parure et de la beauté, alors il n'y a aucun mal à se percer le nez pour y accrocher une boucle d'oreilles.

 
Al Fatâwa al Jami'a, page 913.
 
Note du traducteur :
Je tiens tout de même à préciser que le Cheykh, qu'Allâh lui fasse miséricorde, prend l'avis que la femme doit se couvrir le visage en présance d'homme étranger.
Donc, même s'il a autorisé le piercing au nez à la condition que cela fasse partie de notre culture, cela n'empeche pas le fait que c'est une parure et qu'il faut la cacher.

divider--26-.gif

Question posée à Cheykh 'Oubeyd Al Jâbiri :

 

Est-ce qu'il est autorisé de mettre des percing sur la langue ?

 

Qu'Allâh vous récompense en bien et vous bénisse dans votre vie et votre oeuvre. 

 

Réponse :

 

Pour ce qui est de ta question du percing sur la langue, peut-être que tu veux parler de ce qu'entraîne ce percing.

 

Mais sur la langue, je ne connais pas cela pour être une parure.

 

Et s'il est dit que c'est une parure -bien que je ne  vois pas en quoi cela est une parure- alors pour qui ?

 

Pour le mari ?

 

A la base, ceci ne fait pas parti des parures. 

 

Mais peut-être signifies-tu que certaines femmes font cela dans un but précis (superstition), alors ceci est une erreur, et cela est interdit, car si celle qui le fait croit que cela éloigne les épreuves ou les enlève, alors cela fait parti de la grande association (shirk akbar).

 

Et si elle croit que l'éloignement des épreuves et leur disparition vient d'Allâh mais que ceci n'est qu'un moyen, cela est tout de même interdit, et c'est un chemin parmi les chemins de l'association (shirk).

 

C'est comme le talisman qui se met autour du cou pour protéger contre le mauvais œil.

 

Oui.

 

Appel téléphonique.

Publié par assounnah.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخعبيد بن عبد الله الجابري

Partager cet article

La bonne compagnie entre les deux époux (audio)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

La bonne compagnie entre les deux époux (audio)

Ô Musulmans !

 

Craignez Allah et obéissez-Lui, car la crainte d’Allah est le meilleur gain et son obéissance est la descendance la plus élevée (traduction rapprochée) :

 

{Ô Hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement}.

 

Ô Musulmans !

 

Allah (qu'il soit exalté), par sa sagesse et ce qu’il a mis dans la création de l’univers parmi les choses étonnantes qui montrent Sa puissance, a créé l’homme enclin à la tranquillité et à la stabilité, et il a placé dans l’origine de sa création le besoin et la nécessité à cela.

 

Et il lui a donné, par Sa miséricorde et Sa grâce, une épouse provenant de lui-même afin qu’il trouve la tranquillité (le repos) auprès d’elle et qu’il soit lié avec elle, car l’homme est plus penchée et plus attiré vers son origine (traduction rapprochée) :

 

{Et parmi ses signes, Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles et Il a mis entre vous de l’affection et de la bonté. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent}.

 

Ô Musulmans !

 

Le lien conjugal est un lien très important, il est fait avec l’envie et le choix ; il est signé avec l’expérience, en interrogeant, et avec altruisme ; son contrat est ordonné dans la religion et est préférable laïquement et naturellement ; et la famille est la première brique pour la construction des sociétés, lorsqu’elle est pieuse, les conditions de la société sont bonnes, mais lorsqu’elle est corrompue, les mœurs et les caractères sont corrompus.

 

Ses deux piliers et ses deux dirigeants sont un mari et une épouse ; ils sont unis par le sentiment d’affection, la loyauté, l’amitié, la pureté, la tendresse, la douceur, l’entente, l’accord, la politesse, les bonnes qualités sous un même toit dans une vie agréable et une relation plaisante.

 

Et nous trouvons dans le Livre d’Allah et la Sounnah de Son messager (qu'Allah prie sur lui et le salue) la réforme complète et la justice générale qui confirment ce lien (conjugal), donc il n’est pas ébréché, et qui serrent ses liens, donc il n’est pas percé.

 

Ô Musulmans !

 

La cause de l’abondance des problèmes, de l’aggravation des désaccords, de l’apparition des litiges, de la propagation des divorces et des séparations pour des raisons futiles, est la négligence de la connaissance des lois de la religion et des manières de vivre la vie conjugale, et ce que la responsabilité familiale renferme.

 

Car comment la famille peut-elle être dans le bonheur et la sérénité alors que le mari prononce des propos obscènes et traite son épouse durement ; lorsqu’il se fâche, il est couvert d’ampoules, il bouillonne de colère, et il a le visage sombre ; il n’aime que lui-même, son bien est fermé et son mal est envoyé ; il est avare, son visage est renfrogné, sa relation est mauvaise ; il dit de mauvaises paroles qui provoquent une blessure qui ne se cicatrise pas et une migraine qui ne finit pas, et qui laissent la femme fatiguée, démoralisée et désemparée entre deux choix amères soit la demande de divorce ou la patience.

 

Et lorsque certains époux détestent leurs épouses, ils les fatiguent, ils les affaiblissent, ils sont injustes envers elles, ils mangent leur argent, ils leur interdisent leur droit, ils ne leur donnent pas d’argent, et il se peut même qu’ils prennent leur enfant alors qu’il est sous leur garde et leur protection, ils les laissent prisonnières de la tristesse et souffrantes des tourments de l’affliction.

 

Donc, où est la bienfaisance, ô gens du Coran ?

Ô Musulmans !

 

Comment la famille peut-elle être connaître le bonheur et la sérénité alors que la femme ne fait que sortir de chez elle, bavarde beaucoup, plaisante beaucoup, accuse et maudit beaucoup, elle ne répond pas à la droiture, n’accepte pas de vivre avec le strict nécessaire, elle gémit lorsqu’on lui demande de faire une chose par paresse et opposition (désaccord), elle n’accepte pas que l’on s’oppose à son ordre, elle est négligente, gaspille et abuse, elle dort et critique beaucoup, elle ne se fait pas belle pour son mari, elle est laide et sent mauvais, elle annule les droits (de son mari) en pleurant, elle oublie les mérites et renie les bonnes choses, et elle augmente les explications et les argumentations ; le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(J’ai regardé dans l’enfer et j’ai vu que les femmes sont les habitants de l’enfer les plus nombreux). Quelqu’un dit :

-“Pourquoi, O Messager d’Allah ?”. Il dit :

(Elles renient leurs époux, ainsi que la bienfaisance, si tu es bienfaisant envers une d’entre elles toute ta vie, puis elle voit en toi un défaut, elle dira : « Je n’ai jamais vu aucun bien de toi)

rapporté par Al-Boukhari.

 

Chers époux !

 

Craignez Allah dans votre vie conjugale, accomplissez vos droits et ne la détruisez pas en manquant à vos devoirs ; que chacun d’entre vous accomplisse ce qu’Allah lui a ordonné envers son conjoint et l’associé de sa vie, et soumettez-vous aux textes du Coran et de la Sounnah et à la logique de la raison avant que la discorde ne vous domine et que le divorce et la séparation se produisent, et avant que l’un d’entre vous ne mange ses mains à cause du regret, ne morde ses doigts, n’arrache ses cheveux, et ne se mâche les lèvres ; et prenez pour juge la parole du Seigneur (le Puissant et le très Haut) (traduction rapprochée) :

 

{Quant à elles, elles ont des droits équivalents à leurs obligations, conformément à la bienséance. Mais les hommes ont cependant une prédominance sur elles}.

 

Et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Vous avez un droit sur vos femmes et vos femmes ont un droit sur vous)

rapporté par Tirmidhi et d’autres.

 

Ô Musulmans !

 

Quiconque recherche un compagnon (ou une compagne) pour la vie qui est exempt des erreurs, qui ne commet pas de fautes, recherche alors une chose difficile et demande une deion prodigieuse (miraculeuse), le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Un croyant ne doit pas haïr une croyante, s’il déteste un de ses comportements, il sera satisfait d’un autre comportement)

rapporté par Mouslim.

 

Et il a dit (que les bénédictions et les salutations d’Allah soient sur lui) :

 

(Toute femme qui demande le divorce à son mari sans raison valable, l’odeur du Paradis lui est interdite)

rapporté par Ahmed.

 

Ô Femme musulmane et épouse croyante !

 

Sois pour ton mari une terre, il sera pour toi un ciel ; sois pour lui un lit, il sera pour toi une colonne (un pilier) ; sois pour lui une servante, il sera pour toi un esclave ; veilles à l’heure de son repas et sois calme lorsqu’il veut dormir car l’amertume de la faim est inflammatoire et le trouble du sommeil est irritant.

 

Vis avec lui en étant satisfaite de votre subsistance et en lui obéissant ; ne dévoile pas son secret et ne désobéis pas à son ordre ; méfis-toi de la négligence ; évite les causes du chagrin ; ne jeûne pas volontairement alors que ton mari est présent sans sa permission ; ne fais pas entrer chez lui une personne qu’il déteste sauf avec sa permission ; et saches que plus tu le respecteras, plus il sera généreux envers toi ; ne t’éloignes pas de lui car il t’oublierait ; fais des efforts dans l’accomplissement de ce qu’il désire ; sois attirante pour lui selon les règles de la religion ; et lorsqu’il t’appelle pour la satisfaction de son besoin, réalise ce qu’il désire et répond à son appel ; le messager de la guidée (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Lorsque l’homme appelle son épouse à son lit et qu’elle refuse de venir, et qu'il passe la nuit en colère contre elle, les anges la maudissent jusqu’au matin)

rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

Occupe-toi de lui de bon gré car en t’occupant de lui, l’affection se renforce et l’amour augmente ; et qu’Asma la fille d’Abou Bakr le véridique (qu’Allah soit satisfait d’elle et de son père) soit un bon exemple et un modèle pour toi, elle a dit (qu'Allah soit satisfait d'elle) :

 

-« Az-Zoubéïr s’est marié avec moi alors qu’il ne possédait pas de terre ni d’esclaves, il n’avait rien sauf un aspersoir et son cheval. Je donnais à manger à son cheval, j’allais chercher l’eau, et je faisais la pâte pour le pain, et je ne le faisais très bien, donc, une de mes voisines parmi les Ansars faisait la pâte pour moi, et nous étions des femmes loyales. Et je transportais sur ma tête les noyaux de datte de la terre d’Az-Zoubéïr que le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) lui avait donné, alors qu’elle se trouvait à une distance de trois lieues »

rapporté par Al-Boukhari.

 

Ali ibn Abi Taleb (qu'Allah soit satisfait de lui) a dit en décrivant ce que faisait sa femme Fatimah la fille du messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) et (qu'Allah soit satisfait d'elle) :

 

« Elle tira le moulin jusqu’à les traces apparurent sur ses mains, elle allait chercher de l’eau avec l’outre jusqu’à ce que les traces apparurent sur son cou, elle s’occupait de la maison jusqu’à ce que ses habits se salirent, et elle allumait le feu sous la marmite jusqu’à ce que ses habits devinrent noires »

rapporté par Abou Daawoud.

 

Et la parole du véridique (qu'Allah prie sur lui et le salue) suffit à la femme comme bonheur et bonne nouvelle :

 

(Toute femme qui meurt alors que son mari est satisfait d’elle, entrera au Paradis)

rapporté par Tirmidhi.

 

Et sa parole (que les bénédictions et les salutations d’Allah soient sur lui) :

 

(Si la femme prie ses cinq prières, jeûne son mois, protège son sexe, et obéit à son mari, on lui dira : « Entre au Paradis par n’importe quelle porte parmi les portes du Paradis que tu veux »)

rapporté par Ibn Hibbane.

Ô Cher Mari !

 

Crains Allah en ce qui concerne ta femme ; ne la charge pas de ce qu’elle ne peut pas accomplir ; aide-la dans les difficultés et sois compatissant envers elle lorsqu’elle est fatiguée ; traite-la avec bonté lorsqu’elle est malade ; et occupe-toi bien d’elle lors de sa grossesse, de l’accouchement et de l’allaitement ; et remercie-la, tu la trouveras bienfaisante et de bonne humeur.

 

Et saches que ta prédominance ne signifie pas la contrainte, la suprématie, l’assujettissement et le mépris, mais au contraire c’est une prédominance qui préserve son honneur et qui rend obligatoire son enseignement, son éducation, et la préservation de sa chasteté.

 

Et que ton souci principal ne soit pas le fait de surveiller ses erreurs et de compter ses défauts, n’exagère pas dans le fait de penser du mal d’elle sans avoir de soupçon (de doute) ; ne laisse pas ce qui concerne la négligence de la religion et de la morale ; et méfis-toi d’un doute qui tue et d’une mauvaise pensée qui détruit, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Il y a deux jalousies, une qu’Allah aime et l’autre qu’Allah déteste ; la jalousie dans le doute, Allah l’aime ; et la jalousie dans autre que doute, Allah la déteste)

rapporté par Ahmed.

 

Ô Cher Mari !

 

Ne fais pas beaucoup de reproches car elles engendrent la rancune, n’interdit pas à ta femme ton assistance car elle s’ennuierait de ta présence, elle détesterait vivre avec toi, et elle trouverait que ta mort est lente à venir, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Le fait que l’homme néglige ceux dont il a la charge, lui suffit comme péché)

rapporté par Abou Daawoud.

 

Sois généreux, car celui qui est généreux, dirige, et celui qui diminue, augmente ; et il n’y a pas de bien dans le gaspillage, ni de gaspillage dans le bien ; nourrissez-les et habillez-les (traduction rapprochée) :

 

{Et faites que ces femmes habitent où vous habitez, et suivant vos moyens. Et ne cherchez pas à leur nuire en les contraignant à vivre à l’étroit}.

 

{Que celui qui est aisé dépense de sa fortune ; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce qu’Allah lui a accordé. Allah n’impose à personne que selon ce qu’Il lui a donné, et Allah fera succéder l’aisance à la gêne}.

 

Et le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Craignez Allah en ce qui concerne les femmes, car vous les avez prises avec le dépôt d’Allah, et vous avez rendu licite leurs sexes avec la parole d’Allah, et vous devez les nourrir et les habiller d’une manière convenable)

rapporté par Mouslim.

 

Et le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Lorsque l’homme dépense pour sa femme en espérant recevoir la récompense d’Allah, cette dépense sera alors une aumône pour lui)

rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

Ô Musulmans !

 

La meilleure des créatures (qu'Allah prie sur lui et le salue) était une bonne compagnie, il était toujours souriant avec ses femmes, il était affectueux avec elles, il les faisait rire, et il jouait avec elles ; il a dit :

 

(Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec sa famille et je suis le meilleur d’entre vous avec ma famille).

 

Et il a dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) :

 

(Le croyant qui a la foi la plus complète est celui qui a les meilleures qualités, et le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur envers ses femmes)

rapporté par Al-Boukhari.

 

Et il a dit (qu'Allah prie sur lui et le salue) en exhortant et en ordonnant :

 

(Soyez bons envers les femmes)

rapporté par Al-Boukhari.

 

Ô Epoux !

 

Ne dépassez pas ce qu’Allah vous a prescrit concernant le fait de frapper sans que ce soit trop douloureux lorsque la femme est rebelle à son mari en commettant ce qu’Allah vous a interdit comme les coups terribles, l’agression affligeante, et les coups de fouet effrayants, car ses conséquences sont fâcheuses et ses méfaits sont graves ; et dans le recueil de hadiths authentiques d’Al-Boukhari, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Qu’aucun d’entre vous ne fouette sa femme comme l’on fouette un esclave, puis il a des rapports sexuels avec elle à la fin de la journée).

 

Certains hommes dépassèrent la mesure à l’époque du messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue), alors les femmes vinrent chez les femmes du messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) pour se plaindre des coups de leurs maris ; le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) dit alors :

 

(Beaucoup de femmes sont venues chez la famille de Mohammed pour se plaindre de leurs maris ; ceux-là ne sont pas les meilleurs d’entre vous)

rapporté par Abou Daawoud.

 

Selon Mou’âwiyah ibn haïdah (qu'Allah soit satisfait de lui) le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Ne frappe pas le visage, et n’enlaidis pas)

rapporté par Ahmed.

 

Donc, malheur à l’injuste le jour où les injustes seront jugés.

 

Ô Epoux !

 

Passer la nuit en dehors de la maison provoque l’anxiété et l’insomnie, trouble la vie de l’épouse, ébranle sa stabilité, et à cause de cela, les enfants sont dans la perdition et en proie aux monstres de l’obscurité et aux tentations de cette époque ; donc, faites attention à cette veille la nuit et évitez cela.

 

Ô Musulmans !

 

L’apparition des péchés, des désobéissances, et la propagation des actions illicites dans beaucoup de maisons sont les causes les plus importantes de leur dégradation et de leur destruction.

 

Et le malheur et la discorde se sont répandus, la jalousie est apparue, et le feu du doute (des soupçons) et de la confusion s’est allumé entre beaucoup d’époux à cause des chaînes télévisées par satellite, de leur danger et leur mal, car lorsqu’il vit d’autres femmes qu’elles et qu’elle vit d’autres hommes que lui, il l’évita et elle s’éloigna de lui :

 

{Et Allah ne fut injuste envers eux, mais ils furent injustes envers eux-mêmes}.

 

Donc, craignez Allah, serviteurs d’Allah, et purifiez vos maisons de ce qui provoque la malédiction et l’éloignement d’Allah :

 

{Dis : « En vérité, Allah égare qui Il veut ; et Il guide vers Lui celui qui se repent}.

Ô Musulmans !

 

Que la femme soit une éducatrice de génération en ayant un bon caractère, en étant affectueuse et intelligente ; et que l’homme soit un chef de famille en étant fort, en réfléchissant bien, et en s’occupant bien des affaires de sa famille.

 

Et que les deux mènent une vie honorable en s’accrochant à la religion, en accomplissant les obligations, en évitant les choses interdites, en s’entraidant à l’accomplissement du bien et de la piété, et :

 

(Qu’Allah fasse miséricorde à un homme qui s’est réveillé la nuit et a prié, puis a réveillé sa femme qui a prié ; et si elle refuse, il jette un peu d’eau sur son visage ; et qu’Allah fasse miséricorde à une femme qui s’est réveillée la nuit et a prié, puis elle a réveillé son mari qui a prié ; et s’il refuse, elle jette un peu d’eau sur son visage).

 

{Ceux qui auront cru et que leurs descendants auront suivi dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. Et Nous ne diminuerons en rien le mérite de leurs œuvres, chacun étant tenu responsable de ce qu’il aura acquis}.

 

Deuxième sermon

 

Ô Musulmans !

 

Craignez Allah, sachez qu’Il vous surveille, obéissez-Lui et ne Lui désobéissez pas :

 

{Ô vous qui avez cru ! Craignez Allah et soyez avec les véridiques}.

 

Ô Musulmans !

 

La justice engendre l’entente et incite à l’obéissance ; et avec la justice et l’équité, l’amour et l’accord dure longtemps ; et l’oppresseur n’a pas de voisin et aucune maison ne lui sera construite.

 

Ô vous qui avez plusieurs femmes !

 

Craignez Allah et soyez justes envers vos épouses, soyez justes envers elles dans leurs demeures, leur habillement, leur nourriture, les dépenses faites pour elles, et les nuits passées avec elles.

 

Méfiez-vous de l’oppression et de l’injustice car ils font partie des causes du châtiment et de ce qui provoque la punition, le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

 

(Lorsqu’un homme a deux femmes, et qu’il n’est pas équitable envers elles, il viendra le jour du jugement en ayant son flanc qui penche)

rapporté par Ahmed.

 

(Lorsque le messager d’Allah (qu'Allah prie sur lui et le salue) voulait voyager, il tirait au sort entre ses femmes, celle dont le nom sortait, voyageait avec lui)

rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

 

Et il partageait entre ses femmes et était équitable envers elles, il disait :

 

(Ô Mon Seigneur ! Ceci est mon partage dans ce que je possède ; donc, ne me blâme pas pour ce que Tu possèdes et que je ne possède pas - c’est-à-dire le cœur -)

rapporté par Abou Daawoud.

 

Soyez équitables envers elles, et prenez en considération ce qui arrive entre elles à cause de la jalousie qu’elles ne peuvent repousser, ni enlever et empêcher.

 

Une jalousie qui change le cœur et le caractère, qui provoque la colère et change la situation ; selon Hasbarah qui rapporte d’Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) qui a dit :

 

-« Je n’ai jamais vu une cuisinière comme Safiah ; elle donna au prophète en cadeau un récipient contenant de la nourriture, et je ne pus pas me maîtriser de le casser. Je dis alors : « O Messager d’Allah ! Comment puis-je expier cet acte ? ». Il dit :

(Un récipient comme ce récipient, et une nourriture comme cette nourriture) rapporté par Ahmed.

Et Aïcha (qu'Allah soit satisfait d'elle) a dit que le prophète (qu'Allah prie sur lui et le salue) a dit :

(La femme qui est jalouse ne fait pas la différence entre le bas et le haut de la vallée)

rapporté par Abou Yâala.

 

Donc, agissez avec raison et sagesse, et méfiez-vous de la mauvaise parole, du mauvais compagnon et de la mauvaise action ; et repentez-vous tous à Allah, ô vous qui avez cru, peut-être remporterez-vous le succès.

 

Publié par 3ilmchar3i.net

Cheikh Salah Ibn Mohamed Al-Boudéïr - الشيخ صلاح البدیر

Partager cet article

Justifier le mal sous prétexte que les gens le font

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Justifier le mal sous prétexte que les gens le font
Question :
 
Quel est le jugement d'un homme ou d'une femme qui quand on leur rappelle à tous deux que ce qu'ils font est interdit, telle que la femme qui porte des habits courts ou l'homme qui permet la consommation du tabac, ils répondent que tout le monde fait cela, ou encore que les femmes de leur pays s'habillent de cette manière ?
 
Réponse :
 
Cette réponse [de ces personnes] comme il l'a été rappelé est une erreur.

La pratique des gens ne justifie pas le mal et cela d'après certes les paroles d'Allâh - Subhânahu wa Ta'âla (traduction rapprochée) :
 
« Et si tu obéis à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier d'Allâh : ils ne suivent que la conjecture et ne font que fabriquer des mensonges. » [Coran, 6/116]
 
La légalité et l'interdiction doivent être tirés du livre d'Allâh - 'Azza wa Djal - et de la Sounnah de son Messager (sallallahu 'alayhi wa sallam), et non dans la pratique des gens, car certes les gens peuvent se tromper comme ils peuvent voir juste.  
 
Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-'Ilmiyyah wal-Iftâ, 12/348-349
copié de manhajulhaqq.com
 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Partager cet article

Lequel en premier : mariage à la mairie ou mariage religieux ?

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

Lequel en premier : mariage à la mairie ou mariage religieux ?
Question :
 
Ce questionneur demande, et il est aussi de France :

M'est-il permis de me marier auprès d'un gouvernant mécréant ou pas, ensuite le mariage islamique ou le contraire ? 
 
Réponse : 
 
Louange à Allah.
 
Et que les prières et les bénédictions soient sur le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم . 
 
Si le questionneur entend par là qu'il annonce son mariage à la mairie comme cela est connu dans les pays mécréants, alors, ce qui est prioritaire, mais plutôt obligatoire, c'est de se marier religieusement, ensuite après cela, d'aller à la mairie et d'annoncer leur mariage à la mairie. 

Par contre, si par exemple il considère que le mariage (valide) est celui qui se déroule à la mairie, alors non !
 
Cela est une erreur.

Il (le mariage à la mairie) n'est pas valable. 

Il faut impérativement faire précéder le mariage religieux par un responsable légitime, et après cela, aller à la mairie et dire : « Je veux me marier... » et il annonce son mariage. 
 
Le 01 mai 2006 lors des cours de Cheikh sur paltalk
 

Cheikh Ahmad Ibn Yahya An-Najmi - الشيخ أحمد بن يحيى النجمي

Partager cet article

العلماء - Les gens de science (vidéo)

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

العلماء - Les gens de science (vidéo)
(traduction rapprochée)
 
"Sont-ils égaux ceux qui savent et ceux qui ne savent pas ?"
 

 

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al 'Abbâd Al Badr - الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر

Partager cet article

L'endurance pour apprendre la science

Publié le par 3ilm char3i-La science legiferee

L'endurance pour apprendre la science
Cheikh Ibn 'Uthaymine رحمه الله a dit :
 
"Mon cheikh 'Abderrahman Assa'di رحمه الله m'a raconté qu'al Kissa-i (l'imam dans la grammaire des gens d'al Koufa) a commencé à apprendre la grammaire arabe (annahw) et il n'y est pas arrivé.
 
Et un jour il a vu une fourmi qui prenait de la nourriture et montait sur un mur et à chaque fois qu'elle montait, elle tombait.
 
Et elle a fait un grand effort et elle a réessayé jusqu'à ce qu'elle arrive à grimper le mur. 
 
Al Kassa-i a dit : "Cette fourmi a fourni un grand effort jusqu'à ce qu'elle soit arrivée à son but."
Et il a fait de grands efforts jusqu'à ce qu'il soit devenu un imam dans la grammaire arabe."

Source : Kitab al 'ilm de cheikh Ibn 'Uthaymine
 
64f5sfl7rlw
Shaikh Muqbil رحمه الله a dit :

 
"Ô mes enfants, je jure par Allah que si la science pouvait être versée dans un verre, je la verserais pour vous, mais elle ne s'acquiert que par le dur labeur, l'épuisement, et l'éraflure des genoux."
 
64f5sfl7rlw
 
Et Yahyaa bin Abi Kathir disait à son fils ' AbduLlaah :

" La science ne s'obtient pas par la relaxation du corps".
[Rapporté par Muslim] 

copié de alminhadj.fr
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Partager cet article