compteur de visite

Catégories

31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Les menstrues et la mosquée
La majorité des savants des quatre écoles et des jurisconsultes sont d’avis qu’il n’est pas permis à la femme qui a ses menstrues de se rendre à la mosquée.
 
Il est permis pour elle de se rendre à la mosquée pour y récupérer quelque chose, ou de traverser la mosquée pour un besoin particulier mais cela tant que la femme ne craint pas de souiller la mosquée d’une quelconque manière que ce soit par ses menstrues [1].
 
SHeikh Ibn BâZ (rahimahullâh) précise que si le bâtiment est conçu pour une mosquée, et si ceux qui sont en haut et en bas entendent la voix de l’imâm, leur prière est valable, et il n’est pas permis dans ce cas, à celles qui ont leurs menstrues, de s’asseoir sur le lieu réservé pour la prière au sous-sol, parce que cela fait partie de la mosquée.

Le Prophète (sallallahu ‘alayhi wa sallam) a dit : 

« Moi, je ne permets pas à celle qui voit ses menstrues ou à celui qui a la souillure d’entrer dans la mosquée ». 

Il est autorisé à une femme qui a ses menstrues de passer pour prendre quelques objets avec la précaution de ne rien laisser tomber de son sang.

Cela d’après la parole d’Allâh – Ta’âla (traduction rapprochée) :
 
«et aussi quand vous êtes en état d’impureté [pollués] - à moins que vous ne soyez en voyage» [2]

Il a été authentifié que le Messager d’Allâh (sallallahu ‘alayhi wa sallam) avait demandé à ‘Aîcha de lui apporter un tapis de la mosquée.

Elle lui a dit qu’elle était en période de menstrues, mais le Messager d’Allâh lui a répondu : 

« Tes menstrues ne sont pas dans tes mains. » 

Mais si le sous-sol ne dépendait pas de la mosquée, comme s’il servait de magasin ou d’autres usages, dans ce cas, cet étage ne serait pas concerné par les dispositions régissant la mosquée.

Donc, il est autorisé à celle qui a ses menstrues ou à celui qui est souillé de s’y s’asseoir.

Comme il est autorisé de faire la prière dans un lieu propre indépendant des sanitaires.

Celui qui se trouve à un endroit où il ne voit, ni n’entend l’imâm et ceux qui prient derrière lui, alors cet endroit ne dépend pas de la mosquée.  [3]

SHeikh Ibn ‘Uthaymîn (rahimahullâh) dit de même qu’il n’est pas permis pour unefemme qui a ses menstrues de s’installer dans la mosquée.

Jusqu’à la salle de prière pour la prière de la fête, qui ce jour là prend les règles de la mosquée.

Cela sur la base du hadîth de Oum ‘Atiyyah qui dit : 

« On nous donna l’ordre de faire sortir le jour des deux Aïd, les femmes qui avaient leurs menstrues et celles qu’on gardait loin des regards, afin qu’elles assistent à la prière en groupe faite par les musulmans ainsi qu’aux invocations.
Cependant on ordonna à celles qui avaient leurs règles de rester à l’écart de la salle de prière des autres femmes. »
 [4]

Pour y passer seulement - dit SHeikh - il n’y a pas de mal à cela, à condition bien sûr, comme nous l’avons souligné, qu’il n’y ait aucun risque de contamination de la mosquée par le sang.

Delà, la femme qui a ses menstrues ne doit pas rester dans la mosquée, ni lire le Qor’ân, ni y rester pour écouter un cours à moins qu’il y ait un lieu consacré à cela n’appartenant pas à la mosquée, où des haut-parleurs leur permettraient d’entendre le cours dispensé  [5].
 
Certains savants anciens voyaient la permission pour la femme qui a ses menstrues de s’installer dans la mosquée lorsqu’il y a nécéssité, comme quand elle craint pour sa personne, ou qu’il fasse un froid glacial, ou lors de la pluie et autres nécéssités de la sorte.

Ceci est l’avis des Malékites et de Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) [6].
 
[1] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 6/272-273
[2] Coran, 4/43
[3] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 10/218-220
[4] Rapporté par al-Bukhârî
[5] Kitâb « Fatâwa al-Mar’a al-Mouslima » - SHeikh Ibn ‘Uthaymîn, 1/375-376 - Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn ’Uthaymîn, 11/313 - Kitâb « ach-Charh ul-Moumti’ ’ala Zâd il-Moustaqni’ » du SHeikh Muhammad Ibn Sâlih Al-’Uthaymîn, 1/350-351
[6] Kitâb « Ahkâm Houdhoûr al-Massâdjid » du SHeikh ‘Abdullâh al-Fawzân, p.79-81

 

copié de manhajulhaqq.com
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mosquée - appel à la prière - مسجد و الاذان
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Qui est le Dr. Tarek Al Souwaidan ? (vidéo)

Question :

 

Ô Cheikh, un prêcheur est venu dans notre pays, son nom est Tariq As-Suwaidan, que nous conseillez-vous ?

 

Réponse :

 

Je demande refuge auprès d'Allâh !

 

Je demande refuge auprès d'Allâh contre Sheitan !

 

Cette personne n'est pas un prêcheur, c'est un philosophe.

 

Sa spécialité n'est pas la chari'a !

 

Prends note pour les frères que je leur passe le salam et qu'ils ne s'assoient pas avec lui.

 

Questionneur :

 

Je vous aime pour Allâh Ô Cheikh.

 

Qu'Allah vous récompense en bien.

 

Cheikh :

 

Cette personne fait partie des plus grands prêcheur ayant fait le rapprochement entre les rafidhah et les sunnites.

 

Prends note pour les frères que je leur passe le salam.

 

Dis-leur que Cheikh 'Oubeyd Al-Jabiry vous passe le salam et dit de ne pas s'asseoir avec cet homme.

 

Traduit par Les gens du athar

Cheikh Oubeyd Bin Abdoullah Bin Souleymane Al-Djabiri - الشيخ عبيد بن عبد الله الجابري

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Individus et réfutations - أشخاص و ردود
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Préparer les dirigeants chevaliers en délaissant les méfaits écoliers
Question :
 
Beaucoup de musulmans de cette époque et même les pratiquants parmi eux font entrer leurs enfants dans les écoles gouvernementales qui contiennent beaucoup de choses répréhensibles comme se lever pour le salut du drapeau, écouter des chansons, de la musique, les enseigner et enseigner le dessin.
 
Même les enseignants d'éducation islamique, la plupart d'entre eux ne prient pas, fument et font des fatwas permettant ce qu'Allah a interdit et ce sont eux les exemples dans ces écoles.

Si on parle de ces choses répréhensibles même avec certains pratiquants, ils disent:

“Vous interdisez la science… et puis qu'allons nous faire de nos enfants… et puis le bon côté dans ces école prime sur le mauvais…” et ils citent pour exemple untel qui a obtenu le Doctorat dans la science islamique.

Quelle est la réponse à ces gens là ?

Et est-ce que le fait de ne pas entrer dans ces écoles cause des torts ?

 

Réponse :
 
Al Bukhârî et Muslim ont rapporté dans leur Sahîh d'après Abu Hurayra, qu'Allah l'agrée a dit :

” Le messager d'Allah, prière et salut d'Allah sur lui et sa famille, a dit :
“Chaque nouveau-né naît avec l'instinct, ce sont ses parents qui font de lui alors un juif, un chrétien ou un adorateur du feu”.


Ces écoles mes frères en Allah n'ont jamais donné (naissance) à des savants et ne donneront jamais (naissance) à des savants.
Ce qui donne un résultat c'est de délaisser ces écoles, de se dirige vers la science par soi-même et retourner à Sahîh Al Bukhârî et à Sahîh Muslim et à l'exégèse d'Ibn Katsîr et accumuler la science.

 
Nous avons étudié à l'université islamique qui était considéré à l'époque comme le meilleur institut à ma connaissance.

D'une classe contenant environ cent, cent cinquante ou cent quatre vingt (étudiants) il en sortait deux ou trois (savants) et elle (l'université) n'est pas la cause du bénéfice qui en est tiré et la preuve est que la plupart (des étudiants) finissaient ignorants.

(Un d'entre eux) qui avait finit (les études à) la faculté de législation et la faculté de Da’wa, ma demandé en disant : “J'ai vu hier un homme qui priait avec ses chaussures au sein du Ħaram et les gens s'étaient réunis autour de lui et il disait qu'il avait un hadith (justifiant cela). Est-ce qu'il y'a un hadith Sahîh (à ce sujet)?”

Ô Subhana-Allah… Cet homme qui pose la question a pourtant lu (des hadiths) dans ’Úmdatul Ahkâm, dans Subul Assalâm, il a étudié à l'université islamique pendant quatre ans, il s'est assis avec les gens de sciences et puis il vient demander s'il existe un hadith du prophète, prière et salut d'Allah sur lui et sa famille, au sujet de la prière en gardant les chaussures?…

Et d'autres (exemples) comme celui là sont nombreux.

Comme l'exemple que je vous ai donné aujourd'hui, la phrase
“Iyyaka Akramtou Zaydan” si je le donne à beaucoup d'entre eux, ils sont incapable d'en faire l'analyse grammaticale [I’râb].
 
Aussi, (une fois) quelqu'un m'a rendu visite alors que je faisais une recherche et j'étais pressé je lui ai jeté (le dictionnaire) [Al Qâmus Al Muħîţ] et je lui ai dis : “Cherches moi tel mot” et après cela, mes frères, il a pris le livre, il l'a posé sur sa cuisse et j'attendais comme dit le proverbe :

“Quelle inflammation (ressent) mon cœur face à celui dont le cœur est froid”

J'attendais le moment où notre frère allait me sortir ce mot et j'ai pense qu'il avait oublié et je lui ai redit : 

“Trouves-moi le mot, mon frère” et lui riait et il a dit: “Par Allah je ne sais pas le chercher.”
 
Ainsi mon frère, ce n'est pas l'université islamique qui te sera bénéfique, personne en dehors d'Allah ne te sera bénéfique ensuite ta propre personne si tu fais l'effort pour toi-même ; Même vous ici (il veut dire à son institut à Damaj) vous étudiez quoi ?

Vous étudiez le livre d'Allah, la Sunna du messager d'Allah, prière et salut d'Allah sur lui et sa famille, la langue arabe, l'écriture et l'héritage. 

Il faut que tu saches et que tu sois certain que personne ne t'aidera en dehors d'Allah puis ta propre personne.

Il est impératif que tu fasses l'effort par toi-même si tu veux apporter un bénéfice à l'islam et aux musulmans.Les écoles diffèrent, par exemple, la pédagogie en Arabie Saoudite et chez nous (Yémen) sont bonnes il ne reste plus qu'à choisir le bon enseignant et la plupart des enseignants sont dévergondés.

Ceux qui viennent enseigner, le meilleur d'entre eux vient enseigner pour l'argent sauf si pour dix milles il y'en ait un qui se dit : “Moi je veux l'argent et (en plus) enseigner aux enfants des musulmans” sinon le meilleur vient enseigner pour l'argent.
 
Celui là qui vient pour l'argent, qu'Allah le salue, pourquoi ?

Car certains d'entre eux viennent et veulent enseigner (de fausses croyances) à nos enfant comme Chuyu’iyya, un autre veut leur enseigner Al Ba’tsiyya, un autre veut leur enseigner Annâşiriyya, un autre veut leur enseigner Arrafđ et d'autres veulent leur enseigner Aşşufiyya.

Et ainsi mes frères, des idées et des calamités sont entrées parmi les musulmans.

De plus le pauvre enfant si tu le confie à un enseignant dévergondé il pense que personne n'égale cet enseignant, s'il lui dit que les chansons sont licites il dira “(qu'elles sont) licites c'est l'enseignant qui l'a dit” s'il lui dit quoique ce soit il le répètera (comme dit le proverbe) “La parole (finale) est la parole de madame” car il ne voit personne comme il voit son enseignant, il pense que son enseignant est le plus savant des hommes c'est pour ces raisons que nous devons craindre Allah au sujet des enfants des musulmans.

Quel bénéfice pour les musulmans y'a-t-il dans “’Urwa a dit” et “Ahmad a dit” et dans “Dessine une poule! Dessine un coq” et le prophète, prière et salut d'Allah sur lui et sa famille, dit :

“Allah maudit les dessinateurs”

et il dit :

“Tout dessinateur est en enfer”

et il dit :

”Les anges n'entrent pas dans une maison où il y'a un chien ou une image”.

Je vous pose la question mes frères: 

“Ces écoles ont-elles été instauré pour Allah ou pas?”,

le prophète, prière et salut d'Allah sur lui et sa famille veillait à l'éducation des jeunes (il a dit) :

“Ô garçon, préserve Allah il te préservera, préserve Allah tu le trouveras à tes côté, si tu demandes, demandes à Allah.”
(Et il a dit) “Ô garçon, (prononce) le nom d'Allah, mange avec ta main droite et mange de ce qui est devant toi.”
Et il a vu Al Ħassan fils de ’Ali manger une datte et il l'a sorti de sa bouche en disant: “Kakh kakh! Elle fait partie de l'aumône”.

 
Il veille à enseigner aux enfants des musulmans, suivons le chemin de nos prédécesseurs qu'Allah fasse miséricorde à L'imâm Mâlik qui a dit :
“La fin de cette communauté ne se redressera qu'avec ce qui a redressé son début.”

Les enfants des prédécesseurs commençaient par apprendre le coran jusqu'a ce qu'ils le terminent, ils étudient ensuite ce qui leur permet d'avoir une bonne pratique de la langue arabe et ainsi ils peuvent lire les hadiths du messager d'Allah.

A notre époque il (doit y avoir) dans les pays musulmans un jeune extrêmement intelligent qui, s'il se consacre à l'apprentissage de Sahîh Al Bukhârî ou Sahîh Muslim et à l'apprentissage du coran, il pourrait apprendre le tout en cinq ans maximum si toute les conditions lui sont rassemblées.

Quant à ces écoles mes frères en Allah, s'il n'y avait dedans (comme défaut) que l'accumulation des matières sur l'étudiant au nombre de quatorze matière qu'ils entassent sur lui ce qui le rend incapable de trier ses informations (ce défaut serait suffisant), depuis longtemps les savants se plaignent de ces écoles.

Ja’far Ibn Taghlab, un des savant du sixième siècle, disait :
 
Les leçons à notre époque dans notre coin
Sont construite sur du faux et sur un vacarme excessif
Et un enseignant qui expose des recherches
Résultant de mélanges et de combinaisons
Et le savant érudit parmi eux ne fait que citer
Les paroles d'Aristote Talés et Buqrat
Et les sciences de la religion d'Allah appellent à haute voix
Ceci est l'époque de mon délaissement

Un autre dit:
 
Combien de poste d'enseignants sont occupés par un halluciné
Niais qui s'est appelé “Le bon connaisseur enseignant”
Les (vrais) gens de science ont donc raison de citer
Un vers qui s'est propagé dans toutes les assises:
“Elle (la science) s'est tellement amaigrie que l'on peut voire
Ses reins et que tout miséreux peut se la payer”

Un autre dit aussi:
 
Ô ! La meilleure des paroles!
Ils t'ont mis des chaînes
L'enseignent n'est pas sincère
Et l'enfant est peu passionné
L'un (apprend) dans le but d'obtenir un diplôme
L'autre dans le seul but de gagner de l'argent.

(...)
Ces écoles sont une calamité qui nous vient des ennemis de l'islam et dépendent des organisations comme L'UNESCO et les musulmans sont ignorants comme on a dit, (l'un d'eux) pousse son enfant à (sortir étudier) sans savoir ce qu'il va apprendre et c'est Allah notre seule aide.
 
Tiré de [Ijâbatu Assâ-il ’Alâ Ahammi Al Masâ-il] de cheikh Muqbil Ibn Hâdî Al Wadi’î “réponse à celui qui s'interroge sur les questions les plus importantes” page 259-255
نقلناه في النت بالتاريخ 2007-03-02 من كتاب اجابة السائل على اهم المسائل ص 255-259
Source : sahab.net

Traduit en français par: Oum Hajar al Maghribiyya
copié de darwa.com

Cheikh Abou ‘Abdir-Rahman Mouqbil ibn Hâdi al Wâdi’i - الشيخ مقبل بن هادي الوادعي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Enfants - éducation et enseignement - الأطفال
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
L'interdiction de l'injustice et le fait de redouter l'invocation de l'opprimé

L'interdiction de l'injustice et Le fait de redouter la dou'a de l'opprimé (c'est à dire une personne qui a subit une injustice).

 

Car même si cet oprimé est un Kafir sa dou'a est exaucée par Allah !

 
Parmi les recommandations que le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم adressa à Muadh lorsqu’il l’envoya au Yémen : 
 
« …Et crains l’invocation de l’opprimé, car il n’y a pas de voile entre elle et Allah .»
[Rapporté par Boukhari, Mouslim et d’autres]

 

، واتق دعوة المظلوم ، فإنه ليس بينها وبين الله حجاب


Parmi les enseignements de cette recommandation, il y’ a l’interdiction de l’injustice. 

En effet, Allah a interdit l’injustice entre ses serviteurs il dit dans un Hadith Qudssi :  

 
« O mes serviteurs, Je Me suis interdit l’injustice à Moi-même et Je l’ai rendu interdite entre vous. Ne soyez donc pas injustes».
[Rapporté par Muslim] 
 
Et Dans un autre Hadith le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit : 

« Craignez d’être injustes car l’injustice se traduira le jour de la résurrection en ténèbres.
Craignez l’avarice car elle a causé la perte de ceux qui étaient avant vous.
Elle les a poussée en effet à faire couler leur sang et à se permettre ce qui leur était interdit. »

[Rapporté par Mouslim]. 
 
L’injustice peut toucher le sang, les biens et l’honneur, la preuve est le Hadith dans lequel le messager d’Allah صلى الله عليه وسلم a dit : 
 
" Votre sang, vos biens et votre honneur sont sacrés comme est sacré ce jour-ci ( le jour du sacrifice), dans votre cité-ci ( la Mecque), en votre mois-ci (Dhul Hijja)."
[Muslim]. 
 
Le prophète صلى الله عليه وسلم a aussi dit : 

" Celui qui a lesé son frere dans son honneur ou autre chose, qu'il s'en acquitte auprés de lui aujourd'hui [ dans ce bas monde ] avant qu'il ne se retrouve dans l'autre monde ou le dinar et le Dirham ne seront plus rien. S'il a quelques bonnes oeuvres, on en prend l'équivalent de son injustice pour le donner à la personne lesée, et s'il n'a aucune bonne action, on lui fait supporter en compensation une partie des pechés de sa victime."
[ Rapporté par Boukhari dans son Sahih ]. 
 
Le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit : 

" Savez-vous qui est le Moufliss [ c'est a dire le pauvre, celui qui a absolument tout perdu, bref celui qui à fait faillite] de ma communauté ?.
Ils dirent : " le Moufliss parmi nous est celui qui a perdu ces biens et son argent ." 
 
Il dit صلى الله عليه وسلم : 

" Le Moufliss de ma communauté est celui qui viendra le jour de la résurection ayant fait la Salat, Ayant observé le jeûne, et acquitté la Zakat. Il vient aprés avoir insulté celui-ci, frappé celui-là, accusé celui-là de devergondage, mangé l'argent de tel autre, répandu le sang de celui-là. On répartit donc ses bonnes actions entre ses victimes et, si elles ne sufisent pas à le racheter auprés d'elles, on prend de leur péchés, on les jette sur lui et il est ensuité jeté en enfer."
[ Rapporté par Mouslim dans son Sahih ] 
 
Le Messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit : 

« Le musulman est celui dont les musulmans sont à l’abri du mal de sa langue et ses mains. Le Muhajir est celui qui a fui les interdits d'Allah ».
[Boukhari] 
 
L’injustice est interdite que cela soit envers les musulmans comme envers les mécréants. 
 
Quant à l’invocation de l’opprimé elle est exaucée, même si cet opprimé est un pervers voir même mécréant tel qu’un juif ou chrétien ! 
 
Noble frère !
Sois donc juste envers ta femme et donne lui ses droits. 
 
Sois juste envers tes frères, tes sœurs en islam ainsi qu’envers les mécréants ! 
 
N’as-tu pas entendu la parole du très Haut concernant les injustes ? (traduction rapprochée) : 
 
« Et ne pense point qu'Allah soit inattentif à ce que font les injustes. Il leur accordera un délai jusqu'au jour ou leurs regards se figeront. » s 14 v 42
 
Il dit aussi (traduction rapprochée

« Les injustes verront bientôt le revirement qu'ils (éprouveront) » s 26 v 227
 
La Dou'a de l'opprimé est exaucée même si cette dou'a est realisée par un Kafir ! 
 
Noble Frère !
Crains la plainte de l’opprimé !
Crains la plainte de l’opprimé !
Car elle est exaucée par Allah, même si elle est realisé par un mécréant ! 
 
Cheikh Salih Al Fawzan dit [Dans son Charh Kitab Tawhid vol 1 p 110] concernant la parole du prophète صلى الله عليه وسلم"..Et crains l’invocation de l’opprimé.." : 
 
«Et crains l’invocation de l’opprimé..» : Ceci est une recommandation importante.
 
Il est obligatoire au gouverneur ainsi qu’à tout musulman de craindre l’invocation de l’opprimé, car il n’y a pas de voile entre elle et Allah, c'est-à-dire que l’invocation de l’opprimé est exaucée même si cet oprimé est un mécréant (traduction rapprochée
 
« Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injustes. Pratiquez l'équité: cela est plus proche de la piété ». S 5 V 8.
 
 Cheikh Abdelaziz Ar-rajahi dit [Dans ses notes du Chap : Kitab Tawhid du Sahih Al Boukhari ] dit : 
 
"..Et crains l’invocation de l’opprimé.." : L’Invocation de l’opprimé est exaucée même si elle est réalisée par un mécréant. 
 
Le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit : 
 
" ..et crains l'invocation de l'oprrimé même si c'est un Kafir car il n’y a pas de voile entre elle et Allah.."
[Rapporté par Ahmad] 
‏قال رسول الله ‏ ‏صلى الله عليه وسلم ‏‏ اتقوا دعوة المظلوم وإن كان كافرا فإنه ليس دونها حجاب
 
Quant d'Abou Houreyra il rapporte que le messager d'Allah صلى الله عليه وسلم a dit : 
 
"... l'invocation de l'oprrimé est exaucée même si c'est un pervers .."
[Rapporté par Ahmad] 
 
Frère dans la foi prend donc garde au fait de te montrer injuste envers un Musulman ou même un mécréant ! 
 
Il convient de sa savoir qu'en règle général, les invocations des mécréants peuvent parfois être exaucées, parmi les preuves le verset suivant (traduction rapprochée
 
« Seigneur, dit ('Iblîs), donne-moi donc un délai, jusqu'au jour où ils seront ressuscités". (Allah) dit: " Tu es de ceux à qui un délai est accordé… » s 38 v 79-80
 
Bien qu’Ibliss soit le plus grand des mécréants, Allah exauça sa demande, cela prouve donc que l’invocation du mécreant est quelques fois exaucée. 
 
Allah dit aussi (traduction rapprochée

« Quand ils montent en bateau, ils invoquent Allah Lui vouant exclusivement leur culte. Une fois qu'Il les a sauvés (des dangers de la mer en les ramenant) sur la terre ferme, voilà qu'ils (Lui) donnent des associés » s 29 v 65
 
Donc comme l’explique Cheikh Salih Al Cheikh [Dans son Charh 40 Nawawi commentaire du Hadith N 10 ainsi que dans son Charh Kachf Choubouhate] :

L’invocation du Kafir est parfois exaucée, la raison de cela est que l’exaucement des invocations est liée au Tawhid Ar-rouboubiya donc tout comme la subsistance etc…cela n’est pas réservé qu’au croyant, mais cela est aussi accordé au Mécréant ainsi qu’au Pécheur. 
 
C’est notamment pour cette raison, qu’il est possible de voir des Mouchrikines parmi les adorateurs des tombes, les innovateurs, les juifs et les chrétiens invoquer Allah et obtenir ce qu’ils demandent.. 
 
Cela parceque les invocations du mécréant et du pervers sont parfois exaucées par Allah. 


copié groups.google/le-rappel-profite-aux-croyants

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
La préservation de la santé de l'oeil - الكحل
Abou Daoud a relaté dans ses "sounans" d'après Abd El Rahman Al Nou'man Ben Ma'bad Ben Haoudha Al Ansari rapportant d'après son grand-père, " que le Prophète sallallahou 3alaihi wa sallam a recommandé l'utilisation du Kohol parfumé durant le sommeil, en ajoutant : " que le jeûneur s'en méfie ". 
 
Dans les "sounans" de Ibn Maja et bien d'autres, est cité d'après Ibn Abbas  : 
 
" Le Prophète  possédait une boîte qui contenait le Kohol dont il enduisait chaque oeil à trois reprises ". 
 
(Ce hadith est jugé TRES faible (ضعيف جداً) par Ach-Chaykh Al-Albani  comme on peut le voir dans son livre « Moukhtassarou Chama_ili l-Mouhamadiya » , hadith 42. )
 
Al-Tirmizi a rapporté d'après Ibn Abas radiallahou 3anhou : 
 
" Le Prophète sallallahou 3alaihi wa sallam de prime abord et de préférence l'oeil droit de Kohol à trois reprises et l'oeil gauche à deux reprises ". 
 
Abou Daoud a rapporté d'après le Prophète sallallahou 3alaihi wa sallam : 

" celui qui s'enduit ls yeux de Kohol devra adopter un nombre impair de fois ".

Le nombre impair devra t-il être adopté pour les deux yeux : en enduisant l'oeil droit à trois reprises et l'oeil gauche à deux reprises alors qu'on devra commencer cette opération par l'oeil droit, ou bien faudrait t-il enduire de Kohol chacun des yeux à trois reprises ? 
 
Ces deux affirmations figurent dans le madhab de Ahmad et d'autres. 
 
Le Kohol préserve la santé de l'oeil, renforce et purifie la lumière percevante, atténue la matière pourrie et l'extraie, tout en étant un facteur embellissant. 
 
Les avantages du Kohol s'accroient lors du sommeil car l'oeil renferme le Kohol, s'apaise en dormant abandonne toute activité nocive et sera assisté par la nature.

Le Kohol, par ses spécifités, contribue à ces facteurs. 
 
Dans les "sounans" de Ibn Maja est cité d'après Salem rapportant d'après son père ce hadith qu'il attribue au prophète sallallahou 3alaihi wa sallam : " Recourez au Kohol car il purifie la vue et laisse pousser les cils "
 
Dans le livre de Abi Nouim est cité : 
 
" Le Kohol laisse pousser les cils, dissipe les fétus incommodant l'oeil et purifie la vue "
 
Dans les "sounans" de Ibn Maja est rapporté de même d'après Ibn Abas que le Prophète sallallahou 3alaihi wa sallam a dit : 

" Le meilleur produit dont vous vous enduisez l'oeil est le Kohol car il purifie la vue et laisse pousser les cils ". 

D' après Jâbir ibn 'abdillah  le messager d' Allah sallallahou 3alaihi wa sallam a dit : 

"Recourez au khol au moment de dormir car il éclaircie la vue et fait pousser les cils." 
rapporté par l' imam Abu 'issa tirmidhy  dans shama-il et authentifoé par sheykh el albany  . 
 

la médecine prophétique 

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Médecine prophétique - Exorcisme الطب النبوي
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Les règles des fêtes (Aïd) et leurs traditions - أحكام العيد و سننه
-Premier point : La prière du ‘aid 

 

L’ Imam An Nawawî (rahimahou Allah) dit dans al majmou’ (5/5) :
 

« Il y a concensus des savants sur le caractère légiféré de la prière du ‘aid. » 
(fin de citation) 
 
Et Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit concernant cette prière, comme cela est mentionné dans le majmou al fatawas : 
 
« Elle fait parti des rites les plus important de l’ Islam »
(fin de citation) 
 
Le caractère légiféré de cette prière est confirmé par la sounnah moutawatira, le prophète salla Allahou alayhi wa salam et ses successeurs ont continué de la célébré, et il n’ a jamais été rapporté qu’ elle fut délaissé à aucun moment. 
 
Al Boukhari (962) et Mouslim (884) ont rapporté (l’ énoncé étant de Mouslim) d’ après Ibn ‘Abbas (radhia Allah ‘anhouma) qui a dit : « J’ ai assisté à la prière de la rupture du jeûne avec le prophète (salla Allahou alayhi wa salam) ainsi qu’ avec Abou Bakr , Omar et Othman » 

 

 

Et même , les femmes assistaient à cette prière : Al Boukhari (971) (l’ énoncé étant de lui) et Mouslim (890) ont rapporté d’ après Oum ‘Atiyâ (radhia Allah ‘anha) qui a dit :

« Il nous été ordonné de sortir le jour de al ‘aid et de faire sortir les vierges cachées aux regards , ainsi que les femmes indisposées.
Ces dernières restaient en arrière, elles prononçaient le takbir avec le takbir des autres, invoquait avec leurs invocations et espéraient la bénédiction de ce jour-là ainsi que sa pureté» 

 

9856

-Deuxième point : la recommandation d’effectuer le lavage le jour du ‘aid 

 

Il est confirmé d’ après al firyabi dans « les règles des deux fêtes » (15) d’ après Nafi’ que Ibn ‘Omar « se lavait pour les deux fêtes » , de même qu’ il fut confirmé (16) d’ après Jou’d Ibn ‘AbdelRahman qui dit : j’ ai vu As Sa’ib Ibn Yazid (radhia Allahou ‘anhou) se laver avant de se rendre au lieu de prière (moussalla) 
 
Ibn ‘AbdelBarr et Ibn Rouchd ainsi que d’ autres ont cité le concensus sur son caractère recommandé.( c’ est à dire concernant le lavage pour l’ ‘aid) 

 

9856

-Troisième point : Le moment du lavage pour le ‘aid 

 

Le mieux est de l’ effectuer après la prière du matin et avant de se rendre au lieu de prière et cela est apparemment prouvé par les narrations d’ après les compagnons.

Et il fut confirmé dans mousnad d’ al harith ibn abi oussama d’ après Ibn Ishaq qui dit :

« Je dis à Nafi’ « comment est ce que Ibn ‘Omar (radhia Allahou ‘anhou) célébré la prière du ‘aid ? » 
 
Il répondit « Il s’ acquittez de la prière du matin avec l’ Imam puis il revenait chez lui et se lavait comme on effectue les ablutions majeures, ensuite, il mettait ses meilleurs habits , se parfumer avec le meilleur parfums qu’ il possède et se rendait au lieu de prière. »

Et si la personne se lave avant la prière du matin à cause du manque de temps pour pouvoir arriver plus tôt au lieu de prière , il n’ y a pas de mal à cela chez les plupart des gens de science. 

 

9856
-Quatrième point : recommandation de s’ embellir par les plus beaux habits pour le ‘aid 

 

Al Boukhari (948) et Mouslim (2068) rapportent d’ après ‘AbdAllah Ibn ‘Omar qui dit : 
 
« ‘Omar Ibn Al Khattab (rahimahou Allah) trouva au marché un habit en brocart à la vente, il le prit et le donna au prophète salla Allahou alayhi wa salam en disant : « Prends cet habit et embellis toi en le portant pour le ‘aid et lors de l’ acceuil de délégations. » 
 
Al Hafedh Ibn Rajab (rahimahou Allah) dit dans « Fateh Al Barî » (6/67)après ce hadith :

« C’ est une preuve sur le fait de s’ embellier pour al ‘aid et que cela était connu entre eux. » 
 
Al Hafedh Ibn Rajab (rahimahou Allah) dit aussi (6/72) :

« Le fait de s’ embellier est valable aussi pour celui qui se rend au lieu de prière que pour ceux qui restent à la maison comme les femmes et les enfants. »
(fin de citation) 
 
Pour la femme, elle sort au lieu de prière sans s’ embellir (note du traducteur : c’ est à dire qu'elle met des habits ordinaires) ni se parfumer , ni qu’ elle découvre ses charmes et son visage car cela leur est interdit lorsqu’ elle sortent. 
 
Recommandation de se parfumer pour al ‘aid 
 
Al Firyabî rapporte dans « ahkam al ‘aydayn » (17) d’ après Nafi’ que Ibn ‘Omar (radhia Allahou ‘anhou) se lavait et se parfumer pour le ‘aid. 
(sa chaîne est authentique) 
 
L’ Imam Malik a dit comme cité précédemment :

« J’ ai entendu les gens de science recommander le parfum pour chaque aid. » 
 
9856

-Cinquième point : le caractère recommandé de manger quelques dattes avant de sortir pour rejoindre le lieu de prière le jour de la prière de la fête de rupture du jeûne : 


Al Boukhari (953) rapporte d’ après Anas Ibn Malik (radhia Allahou ‘anhou) qui dit : 
 

« L’ envoyé d’ Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam) ne sortait le matin de la fête de rupture du jeûne qu’ après avoir mangé quelques dattes. » 

 

Il est confirmé dans le « Moussanaf » d’ ‘AbdelRazaq d’ après Ibn ‘Abbas (radhia Allahou ‘anhou) qui a dit : « Si vous êtes capable de ne sortir le jour de la rupture du jeûne qu’ après avoir mangé alors faites-le ! » 


Et d’ après Ibn Abi Cheyba (1/485) d’ après cha’by que cela fait parti de la sounnah. 
 

9856

-Sixième point : Il est préférable quand on se rend à la salle de prière de l’Aïd d’y aller à pieds et de prendre un chemin à l’aller et un autre différent au retour. 
 


Il est rapporté dans le Mousnaf de Ibn Abi Chayba (1/486) d’après Zar qui a dit : 

« ’Omar Ibn Al Khattab est sorti le jour de l’Aïd ou le jour de Douha couvert d’un habit en coton en marchant. » 

 

Et il est aussi rapporté de lui selon Dja’far Ibn Bourqâne qu’il a dit : 
 

« ’Omar Ibn Abdel ‘Aziz nous a écrit (la chose suivante) : « Celui d’entre vous qui a lapossibilité d’aller à (la prière de) l’Aïd à pieds, qu’il le fasse. » 

Et At-Tirmidhi a dit dans son Sounane (2/410) : 

« Et sur cela, la majorité des gens de science préférent que la personne sorte le jour de l’Aïd en marchant. » 

 

Et Al-Boukhari a rapporté (986) selon Djabir Ibn Abdillah qui a dit : 

« Le Prophète  prenait deux chemins différents le jour de l’Aïd. » 

 

9856

-Septième point : Dire Allahou Akbar le jour de l’Aïd al fitr 

 

Il y a plusieurs points à ce sujet : 


Premièrement : sa législation 

 
Allah a dit à la fin du verset sur le jeûne de Ramadan dans la Sourate Al-Baqara (traduction rapprochée) : 
 
« afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d'Allah » 

Ibn Kathir a dit dans son tafssir (1/307) sur ce verset : 

« Et c’est pour cela que beaucoup de savants ont considéré que le fait de dire Allahou Akbar était légiféré lors de l’Aïd al fitr en se basant sur ce verset. » fin de citation. 

 

Et dire Allahou Akbar le jour de l’Aïd al fitr est rapporté d’Ibn ’Omar, et d’un certains nombres de Tabi’yne (ceux qui ont suivi les compagnons) et de ceux après eux.
Et il est rapporté de Abi ’Abderrahmane As-Salamî qui a dit : 
 
« Ils disaient Allahou Akbar le jour de l’Aïd al fitr surtout lors du douha. » 
 
Rapporté par Ad-Daraqoutni (2/44) et la majorité des savants parmi les savants et ceux après eux le considéraient comme préférable (mousatahab, celui qui le fait est récompenser, celui qui le délaisse ne commet pas de péché). 

 

Deuxièmement : le moment où cela commence 

Il commence le jour de l’Aïd à la sortie vers le lieu de prière de l’Aïd. L’Imam An-Nawawi a dit dans son madjmou’ (5/48) : 

 

« Et la majorité des savants ont dit : « On ne dit pas Allahou Akbar la nuit de l’Aïd, mais on dit Allahou Akbar lorsqu’on se rend à la prière de l’Aïd, Ibn Al-moundhir l’a rapporté de plusieurs savants. Il a dit : « Et c’est mon avis. » fin de citation 


Troisièmement : le moment où cela s’achève 

 

Il est rapporté de Ibn ’Omar, selon Al-Fariyâbî dans Ahkâm Al-’aiydayine (43) selon Nâfi’, que : 

« Ibn ’Omar sortait le jour de l’Aïd à la salle de prière et il disait Allahou Akbar et élevait la voix jusqu’à ce que l’imam arrive. » 
 
Et dans une autre version (46-48) : 

« Il disait Allahou Akbar jusqu’à ce qu’il arrive à la salle de prière, et il disait Allahou Akbar jusqu’à ce que l’imam arrive. » 

Et Az-Zou’rî a dit : 
 

« Les gens disaient Allahou Akbar a partir du moment où ils sortaient de leurs maisons jusqu’à ce qu’ils arrivent au lieu de prière et que l’imam sorte. Ainsi, s’il sortait, ils se taisaient, et s’il disait Allahou Akbar, ils disaient Allahou Akbar. » 

Rapporté par Al-Faryâbî (59) avec un isnad authentique. 

Et c’est l’avis de la majorité des savants. 


Quatrièmement : La législation du fait d’élever la voix (en disant Allahou Akbar) 

Cheikh Al Islam Ibn Taymiya a dit : 

« Et il est légiféré à chacun d’élever la voix en disant Allahou Akbar en sortant de la maison. Et il y a unanimité des 4 savants à ce sujet. » fin de citation. 


Cinquièmement : Dire Allahou Akbar pour les femmes 

 

Il a précédé dans le premier point le hadith de Oum ‘Atiya rapporté par Al-Boukhari et Mouslim et il y avait dedans : 

« elles prononçaient le takbir (le fait de dire Allahou Akbar) avec le takbir des autres » 

Et Al-Hafidh Ibn Radjab a dit dans « al-fath » (6/130) : 

« Il n’y a pas de divergence sur le fait que les femmes disent Allahou Akbar, mais elles baissent leur voix en disant Allahou Akbar. » fin de citation. 


Sixièmement : Sa description

 


Il est rapporté par Ibn Abi Chayba (1/489) selon Ibn ’Abbas qu’il disait : 

« Allahou Akbar Kabirane, Allahou Akbar Kabirane, Allahou Akbar wa Adjal, Allahou Akbar Wa lillahi-l-Hamd » 

Al-Hadfih Ibn Hadjar a dit dans Fath Al-Bari (2/462) : 
 

« Quand à la façon de faire le takbir, ce qui est le plus authentique parmi ce qui a été rapporté c’est ce qu’a rapporté ’Abderrazaq (avec un isnad authentique) selon Salmân qui a dit : 


« Dites Allahou Akbar : Allahou Akbar Allahou Akbar Allahou Akbar Kabîrane » fin de citation. 


Et Al-Lajna Da-ima est du même avis. 

 

9856
-Huitième point : Lever les mains lors du takbir al-ihram (quand on dit Allahou Akbar au début de la prière) de la prière de l’Aïd et dans le reste des takbir 

 

’Abderrazaq a rapporté (3/297) selon Ibn Djarîh qui a dit : 
 

« J’ai dit à ’Ata : « Est-ce que l’imam lève ses mains à chaque fois qu’il dit Allahou Akbar dans les takbir supplémentaires de la prière de l’Aïd al fitr ? » Il répondit : « Oui, et les gens les lèvent aussi. » 
(Son isnad est authentique) 

 

Et c’est l’avis de Abou Hanifa, Malik dans une version, Chafi’i, Ahmad, Al-Awouzâ’î et beaucoup d’autres savants. Et Ibn Al-Moundhir, Ibn Al Qaiym Al Djawziya, Ibn Baz et Ibn ’Outaymine ont considéré cela comme l’avis le plus juste. 

 

9856

-Neuvième point : les félicitations lors de l’Aïd 

 

Al-Hafidh Ibn Hadjar a dit dans Fath Al-Bari (2/446) :
 
« Il nous a été rapporté dans Al-Mouhamaliyâte avec un isnad bon, selon Djabir Ibn Nafîr qui a dit : 
« Quand les compagnons du Messager d’Allah se rencontraient le jour de l’Aïd, ils disaient les uns aux autres : « Taqabalou llahou minâ mink » 

Et Mouhammad Ibn Ziyâd a dit : 
 

« J’étais avec Abi Oumâma et d’autres compagnons du Prophète. Et quand ils revenaient (de la prière de l'Aïd), ils se disaient les uns aux autres : « Taqabalou llahou mini wa mink » 


L’imam Ahmad a dit : « Son isnad est authentique » 


Et qu’Allah prie et salue notre Prophète Mouhammad, ainsi que sa famille et tous ses compagnons.

 

المسألة الأولى : صلاة العيد

قال الأمام النووي رحمه الله في المجموع (5/5):5): أجمع العلماء على أن صلاة العيد مشروعة أهـ و قال شيخ الإسلام ابن تيميه رحمه الله كما في مجموع فتاواه (23/161): أنها من أعظم شعائر الإسلام أهـ و مشروعيته ثابتة بالسنة المتواترة , و كان النبي صلى الله عليه و سلم و الخلفاء من بعده يداومون عليها , و لم يأت عنهم تركها البته في عيد من الأعياد . 

و خرج البخاري (962) و مسلم (884) و اللفظ له عن ابن عباس رضي الله عنهما أنه قال :" شهدت صلاة الفطر مع نبي الله صلى الله 

بل حتى النساء يشهدنها فقد خرج البخاري (971) و اللفظ له و مسلم (890) عن أم عطية رضي الله عنها أنها قالت : كنا نأمر أن نخرج يوم العيد ,حتى نخرك البكر من خدرها , حتى نخرج الحيض فيكن خلف الناس فيكبرن بتكبيرهم و يدعون بدعائهم , يرجون بركة ذلك 

وثبت عن الفريابي في أحكام العيدين (15) عن نافع ابن عمر رضي الله عنهما " كان يغتسل للعيدين " و ثبت عنه أيضا (16) عن الجعد ابن عبد الرحمن قال : رأيت السائب بن يزيد رضي الله عنه يغتسل قبل أن يخرج إلى المصلى . 

و نقل ابن عبد البر و ابن رشد و غيرهما الإجماع على استحبابه .

المسألة الثالثة : وقت الاغتسال في العيد

الأفضل أن يكون بعد الصبح و قبل الذهاب إلى المصلى , و عليه يدل ظاهر أثار الصحابة فقد ثبت في المسند الحارث بن أبي أسامة عن محمد بن إسحاق أنه قال : قلت لنافع : كيف كان ابن عمر يصلي العيد ؟ قال : كان يشهد صلاة الفجر مع الإمام ثم يرجع إلى بيته فيغتسل غسله من الجنابة و يلبس أحسن ثيابه و يتطيب بأحسن ما عنده ثم يخرج حتى يصلي . 

و إن اغتسل قبل الصبح لضيق الوقت و حتى يتمكن من التبكير إلى المصلى فلا بأس به عند أكثر أهل العلم

المسألة الرابعة : استحباب التجمل بأجمل الثياب في العيد

خرج البخاري (948) ومسلم (2068) عن عبد الله بن عمر أنه قال :" وجد عمر بن خطاب حلة من إستبرق تباع في السوق فأخذها فأتى بها رسول الله صلى الله عليه و سلم فقال : يا رسول الله ابتع هذا فتجمل بها للعيد و الوفود ".

قال الحافظ ابن رجب رحمه الله عقبه في "فتح الباري" (6/67) : و قد دل هذا الحديث على التجمل للعيد و أنه كان معتاد بينهم أهـ

و قال الحافظ ابن رجب في فتح الباري(6/72) : و هذا التزين في العيد يسوي فيه الخارج إلى الصلاة و الجالس فف بيته حتى النساء و الأطفال أهـ

أما المرأة : فتخرج في العيد غير متجملة و لا متطيبة و لا متبرجة و لا سافرة لأنها منهية عن ذلك حال الخروج .

استحباب التطيب في العيد

أخرج الفريابي في أحكام العيدين (17) عن نافع أن أبن عمر كان يغتسل و يتطيب يوم الفطر 

( إسناده صحيح ) . 

و تقدم قول الإمام مالك : سمعت أهل العلم يستحبون الطيب في كل عيد أهـ

المسألة الخامسة : استحباب أن يطعم تمرات قبل خروجه إلى المصلى في عيد الفطر

أخرج البخاري (953) عن أنس رضي الله عنه أنه قال :" كان رسول الله صلى الله عليه و سلم لا يغدو يوم الفطر حتى يأكل تمرات "

وثبت في مصنف عبد الرزاق (5734) عن ابن عباس أنه قال :" إن استطعتم أن لا يغدوا أحدكم يوم الفطر حتى يطعم فليفعل

و عند أبي شيبة (1/485) عن الشعبي أنه من السنة

المسألة السادسة : استحباب المشي عند الذهاب إلى مصلى العيد و يكون الذهاب عن طريق و الرجوع من طريق أخر

ثبت في مصنف أبن أبي شيبة (1/486) عن زر أنه قال :" خرج عمر ابن خطاب في يوم الفطر أو في يوم الضحى , خرج في ثوب قطن متلبباً به يمشي "

وثبت عنه أنه أيضا أن جعفر بن برقان قال : كتب إلينا عمر ابن عبد العزيز : من استطاع منكم أن يأتي العيد ماشياً فليفعل

قال الترمذي في سننه (2/410) : و العمل في هذا عند أكثر أهل العلم يستحبون أن يخرج الرجل يوم العيد ماشياً أهـ

و خرج البخاري (986) عن جابر ابن عبد الله رضي الله عنهما أنه قال : " كان النبي صلى الله عليه و سلم إذا كان يوم عيد خالف الطريق "

المسألة السابعة : التكبير عند الفطر

فيه مسائل هي :

الأولى / مشروعيته :

قال الله تعالى في ختام أية وجوب صيام رمضان في سورة البقرة ( ولتكملوا العدة ولتكبروا الله على ما هداكم... ) قال ابن كثير في تفسيره (1/307) عن هذه الآية : ولهذا أخذ كثير من العلماء مشروعية التكبير في عيد الفطر في هذه الآية أهـ

و التكبير في الفطر ثابت عن ابن عمر و ثبت عن عدد من التابعين و ن بعدهم و ثبت عن أبي عبد الرحمن السلمي أنه قال : "كانوا في التكبير في الفطر أشد منهم في الضحى " خرجه الدار قطني (2/44) و قد ذهب إلى استحبابه أكثر أهل العلم من السلف و الخلف .

الثانية / وقت ابتداؤه 

يبدأ من يوم العيد حين الخروج إلى مصلى العيد , قال الإمام النووي في المجموع (5/48) : و قال جمهور العلماء : لا يكبر ليلة العيد إنما يكبر عند الغدو إلى صلاة العيد , حكاه ابن المنذر عن أكثر العلماء . قال : و به أقول أهـ

الثالثة / وقت نهايته :

ثبن عن أبن عمر عن الفريابي في أحكام العيدين (43) عن نافع أن ابن عمر كان يخرج يوم العيد إلى المصلى فيكبر و يرفه صوته حتى يأتي الإمام و في لفظ (46-48) فيكبر حتى يأتي المصلى , و يكبر حتى يأتي الإمام .

وقال الزهري :" كان الناس يكبرون من حين يخرجون من بيوتهم حتى يأتوا المصلى حتى يخرج الإمام فإذا خرج سكتوا و إذا كبر كبروا " 

أخرجه الفريابي (59) ( سنده صحيح ) 

و إليه ذهب جمهور أهل العلم .

الرابعة / مشروعية الجهر به :

قال الشيخ ابن تيميه : و يشرع لكل أحد أن يجهر بالتكبير عند الخروج إلى العيد . و هذا باتفاق الأئمة الأربعة أهـ و ثبت عن أبن عمر أنه يجهر به كما عند الدارقطني .

الخامسة / تكبير النساء :

تقدم عند المسألة الأولى حديث أم عطية عند البخاري و مسلم و فيه :" فيكبرون بتكبيرهم " . 

قال الحافظ ابن رجب في الفتح (6/130) : لا خلاف في أن النساء يكبرن .. ولكن تخفض صوتها بالتكبير أهـ .

السادسة / صفته :

ثبت عند ابن أبي شيبة (1/489) عن ابن عباس أنه كان يقول :" الله أكبر كبيرا , الله أكبر كبيرا , الله أكبر و أجل , الله أكبر و لله الحمد "

قال الحافظ ابن حجر في فتح الباري (2/462) : وأما صيغة التكبير فأصح ما ورد فيه ما أخرجه عبد الرزاق ( بسند صحيح ) عن سلمان قال : " كبروا الله : الله أكبر الله أكبر الله أكبر كبيرا " أهـ

ووافقته اللجنة الدائمة .

المسألة الثامنة :رفع اليدين في تكبيرة الإحرام من صلاة العيد و في سائر التكبيرات

أخرج عبد الرزاق (3/297) عن ابن جريج قال : قلت لعطاء : يرفع الإمام يديه كلما كبر هذه تكبيرة الزيادة في صلاة الفطر ؟ قال : نعم , و يرفع الناس أيضاً . ( إسناده صحيح ) .

و هو مذهب أبي حنيفة و مالك في رواية و الشافعي و أحمد الأوزاعي و أكثر أهل العلم , و رجحه ابن المنذر و ابن القيم الجوزية و ابن باز و ابن عثيمين .

المسألة التاسعة : التهنئة في العيد

قال الحافظ ابن حجر في فتح الباري (2/446) :وروينا في : المحامليات : ( بإسناد حسن ) عن جبير بن نفير قال :" كان أصحاب رسول الله صلى الله عليه و سلم إذا التقوا يوم العيد يقول بعضهم لبعض : تقبل الله منا منك "

وقال محمد ابن زياد :" كنت مع أبي أمامة و غيره من أصحاب النبي صلى الله عليه و سلم فكانوا إذا رجعوا يقول بعضهم لبعض : تقبل الله من و منك " وقال الإمام أحمد : ( إسناده جيد ) .

وصلى الله وسلم على نبينا محمد وعلى آله وصحبه أجمعين


Source : Sahab.net

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Fêtes en islam - vendredi et fêtes innovées
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Elle a fait un voeu mais elle est incapable de l'honorer

Question : 

 
une femme a juré que si elle donnait naissance à un bébé sain qui vivrait pendant au moins un an, qu'elle jeunerait alors pendant un an.

Ceci est arrivé et le bébé a vécu plus d'une année.

Mais elle n'est pas capable d'accomplir le jeûne.
 

Réponse : 
 

Il n'y a aucun doute que pour faire un voeu d'obéissance est un acte d'adoration


Allah a loué ceux qui accomplissent de tels voeux.

Allah dit :

يُوفُونَ بِالنَّذْرِ وَيَخَافُونَ يَوْماً كَانَ شَرُّهُ مُسْتَطِيراً 
 
76.7. Yoofoona bialnnathri wayakhafoona yawman kana sharruhu mustateeran
76.7. car ces bienheureux non seulement tenaient fidèlement leurs promesses et redoutaient un jour d’une violence inouïe
 

Ceci est confirmé parce ce que le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit :

"Quiconque fait voeu d' obéir à Allah doit Lui obéir. Quiconque fait voeu de désobéir à Allah ne doit pas Lui désobéir"
[Al-Bukhari].

 

Un homme a fait voeu de sacrifier un chameau à un certain endroit.
Il est allé voir le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) et le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) qui lui a demandé :
"Était ce une idole du temps de l'Ignorance qui était adorée là ?"
Il a dit : "Non", Il a alors dit :
"Etait ce le lieu d'une célébration parmi leurs célébrations ?"
Il a dit : "Non". Donc le Prophète (sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit alors :
"Accomplis ton serment. Il n'y a aucun accomplissement de serment dans la désobéissance à Allah ou concernant quelque chose qu'un homme ne possède pas"
[Abu Dawoud] 
 
Celui qui pose la question a mentionné qu'elle a juré jeuner durant une année entière. Jeûner une année entière est un type de jeûne continu que l'on considère comme un type de jeûne permanent et le jeûne permanent ou continu n'est pas quelque chose d'aimé.

 
Ceci est confirmé dans le Sahih que le Prophète ( sal-Allaahu ` alayhe wa sallam) a dit :
 
"Quiconque execute un jeûne perpétuel n'a ni jeûné, ni rompu son jeûne"
 
Il n'y a aucun doute qu'une forme détestable de culte est un type de désobéissance à Allah.

On n'accomplit donc pas de serment pour exécuter un tel acte. 


Shaykh Al Islam Ibn Taymiyyah a dit : 

"Si une personne jure d'exécuter un acte d'adoration détestable, comme la prière durant la nuit entière ou le jeûne durant le jour entier, il ne lui est pas obligatoire d'accomplir un tel serment."
 
Donc, la personne qui pose la question doit accomplir une expiation pour ce serment en nourrisant dix pauvres avec la moitié d'un saa ' de dates ou autres produits alimentaires de base dans le pays.

Si elle n'en est pas capable, elle devra donc jeûner trois jours consécutifs.
 
Et c'est d'Allah ta'ala que vient le succès et que la prière et le salut soient sur le Prophète (sal-Allaahu `alayhe wa sallam) et sur sa famille et ses compagnons
 

copié de fatwa-online.com 
Traduit par Oum 'Ikrima

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Questions-réponses sur la bid’a
Question :
 
Qu'est-ce qui est et qu'est-ce qui n’est pas une bid'a (innovation) ?

Réponse :

Selon la Shari'a, la définition est :
 
Adorer Allah d’une manière qu'Allah n'a pas prescrite

Vous pouvez aussi dire :
 
Adorer Allah d’une manière qui n’est pas celle du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) ou de ses successeurs bien guidés (Al-Khulafa Ar-Rashidun).

La première définition est prise du verset (traduction rapprochée) :
 
« Ou bien auraient-ils des associés [à Allah] qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu’Allah n’a jamais permises ? » [sourate As-Shura :21]

La deuxième définition est prise du hadith du prophète qui a dit :

« Je vous recommande d'adhérer à ma voie (Sunna) et la voie des successeurs bien guidés (Al-Khulafa Ar-Rashidun) qui viennent après moi. 

Tenez-vous-y fermement et mordez à cela avec vos molaires [c'est-à-dire, accrochez-vous-y fermement] et prenez garde des choses nouvellement inventées. »

Donc quiconque adore Allah d’une façon qu'Allah n'a pas prescrit ou d’une façon qui n'est pas conforme à la voie du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) ou de ses successeurs bien guidés (Al-Khulafa Ar-Rashidun), est un innovateur, que cette adoration innovée ait un rapport avec les noms et attributs d'Allah, ou avec Ses jugements et lois.

En ce qui concerne les choses ordinaires et les coutumes, celles-ci ne sont pas appelées bid'a (innovation) en islam, bien qu'elles puissent être décrits comme tel en termes linguistiques. 

Mais elles ne sont pas des innovations dans le sens religieux et elles ne sont pas des choses contre lesquelles le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) nous avertissait.

Et il n'y a en islam aucune bid'a hassana (bonne innovation).

Majmu’ Fatawa de Shaykh Ibn Uthaymin, vol. 2, p. 291
br-copie-1.gif 
Question :

Quels sont les types de bid'a ?

Réponse : 

La bid'a peut être divisé en deux catégories :
  1. La bid'a qui constitue un kufr (mécréance)
  2. La bid'a qui ne constitue pas kufr  
br-copie-1.gif
Question :
 
Quelle est la définition entre la bid'a qui constitue kufr et celle qui ne constitue pas kufr ?

Réponse : 

Shaykh Hafidh Al-Hakami (rahimahullah) a dit :

« Le type de bid'a qui constitue un kufr est celle qui nie une question sur laquelle il y a un consensus des savants, qui est largement connue et sur laquelle aucun musulman n’a d’excuse pour ne pas la connaître, comme nier quelque chose qui est obligatoire, rendre obligatoire ce qui n'est pas obligatoire, ou rendre  quelque chose de haram,  halal. Ou rendre quelque chose de halal, haram; ou croire certaines choses sur Allah, Son messager (salallahu 'alayhi wa sallam) et Son Livre desquels ils sont au-dessus, que ce soit un déni ou une affirmation - parce que cela signifie ne croire au Qur'an et au message avec lequel Allah a envoyé à Son messager (salallahu 'alayhi wa sallam).
 
Les exemples incluent la bid'a des Jahmiya, qui ont nié les attributs d'Allah; ou la notion que le Qur'an a été créé; ou la notion que certains des attributs d'Allah ont été créé; ou la bid'a des Qadariya qui ont nié la connaissance et les actions d'Allah; ou la bid'a des Mujassima qui ont assimilé Allah à Sa création ... etc.

La deuxième catégorie, la  bid'a qui ne constitue pas kufr, est définie comme celle qui n'implique pas de rejet du Qur'an ou de quelque chose avec lequel Allah a envoyé à Ses Messagers.
 
Les exemples incluent les bida’ des Marwani (qui ont été dénoncées par les plus grands compagnons qui ne les ont pas approuvés, bien qu'ils ne les aient pas déclaré kafir ou aient refusé de leur faire allégeance cause de cela), comme le retardement de certaines des prières jusqu'à la fin des temps dus, faire la khutba du ‘Id avant la prière ‘Id, faire la khutba assis le vendredi, etc.

Ma'arij Al-Qubul, 2/503-504
br-copie-1.gif 
Question :

Quelle est le jugement sur celui qui commet une bid'a, est-il un kafir (mécréant) ou non ?

Réponse :

La réponse est que cela dépend.

Si la bid'a constitue un  kufr, la personne est un des deux types suivants :

1. Si on sait que son intention est de détruire les bases de l’islam et en faire douter les musulmans. Une telle personne est certainement un kafir; en effet, il est étranger à l’islam et est un des ennemis de la foi.

2. Ou il est trompé et confus; il ne peut pas être accusé d’être un kafir avant que la preuve ne soit établie contre lui, en toute équité.

Si la bid'a ne constitue pas kufr, il ne doit pas être accusé d’être un kafir. Plutôt, il reste musulman, mais il a commis une mauvaise action grave.
br-copie-1.gif
Question :

Comment traitons-nous avec ceux qui commettent une bid'a ?

Réponse :

Dans les deux cas, nous devons appeler ces gens - qui prétendent être musulmans, mais qui commettent des  bida’ qui peuvent constituer un kufr ou moins que cela- à la vérité, en expliquant la vérité sans être hostile ou en condamnant ce qu'ils font.

Mais une fois que nous savons qu'ils sont trop arrogants pour accepter la vérité - Allah dit (traduction rapprochée) :
 
« N’injuriez pas ceux qu’ils invoquent, en dehors d’Allah, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance »[sourate Al-An'am :108]

Si nous découvrons qu'ils sont têtus et arrogants, nous devons dévoiler leur mensonge, parce qu'alors l'indication de leur mensonge devient une obligation sur nous.

En ce qui concerne le fait de s’éloigner d'eux, cela dépend de la  bid'a.

Si c'est une  bid'a qui constitue un kufr, il est obligatoire de s’éloigner de cette personne.

Si elle a d'un degré moindre que cela, il est essentiel d'examiner la situation plus loin.

Si quelque chose peut être fait en s’éloignant de la personne, nous le faisons; si aucun but ne sera servi par cela, ou qu’il sera seulement plus désobéissant et arrogant, nous devons éviter de le faire, parce que tout ce qui ne sert aucun but, il est meilleur de ne pas le faire.

Et aussi, en principe, il est haram de s’éloigner d’un croyant, parce que le prophète (salallahu ‘alayhi wa sallam) a dit :

« Il n'est pas permis à un homme d’abandonner [de ne pas parler à] son frère pour plus de trois [jours] »

Article tiré du site theclearpath.com
Source : Adapté de Majmu' Fatawa Ibn 'Uthaymin, vol. 2, p. 293
copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Croyance et innovations - الإيمان، العقيدة و بدع
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
Hajj ou hijra ? (audio)

 

Question :

 

Est-ce le hajj ou la hijra qui est à faire en premier ?

 

Réponse :

 

A cela le Cheikh Sâlih Ibn Ghânim As-Sadlân hafidallah dit que l' émigration du pays mécréant vers un pays musulman est prioritaire au hadj et que c'est dangereux de rester dans un pays mécréant (par rapport à la difficultée de pratiquer la religion). 

 

Cheikh Salih Ibn Ghânim As-Sadlân - الشيخ صالح بن غانم السدلان
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Emigration - الهجرة
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 22:00
La femme enceinte doit-elle sortir zakât al-fitr pour l’enfant qu’elle porte ?

Question :

 
Est-ce qu’il est demandé de sortir Zakât al-Fitr pour l’enfant que la mère porte dans son ventre ou pas ?
 
Réponse des savants du comité de l'Ifta :
 
Il est recommandé de la sortir en raison de ce que ’Outhmân (radhiallâhu ‘anhu) a fait, mais cela n’est pas obligatoire, car il n’y a aucune preuve à cet effet.
 
Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima Lil-Bouhouth Al-‘Ilmiyyah Wal-Iftâ, 9/366
 
Question :
 
Est-ce que Zakât al-Fitr doit être sortie pour l’enfant dans l’utérus ?
 
Réponse de Cheikh al-Outhemine :
 
La Zakât al-Fitr n’est pas une obligation qui incombe pour [l’enfant] que porte la femme enceinte, mais cela entre plutôt dans le domaine de ce qui est recommandé à faire pour elle.
 

Madjmu’ Fatâwa de Ibn ’Uthaymîn, 18/263

copié de manhajulhaqq.com

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Aumône - الصدقات و الزكاة