compteur de visite

Catégories

30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
La doctrine chiite imamite ne fait pas partie de l’islam

Question :
 

Est-ce que l’école de pensée (idéologie, doctrine/ madhhab) des chiites imamites [1] fait partie de l’Islâm ?


Réponse :
 

La doctrine chiite imamite est une doctrine innovée (mubtadi’ en Islâm ainsi que ses bases et ses branches (usûluhu wa furû’uhu).
 
Je vous recommande de retourner au livre : « al-khutûtu-l’arîdah », « mukhtasar at-tuhfatu-lithnâ ‘acharîyyah » et « minhâdju-ssunnah » du Chaykh Al-Islâm [Ibnu Taymîyyah] : il s’y trouve un éclaircissement sur leurs nombreuses innovations.
 
Et c’est par Allâh [que nous obtenons] le Succès.
 
Que la prière et le salut soient sur notre Prophète Muhammad, sa Famille et ses Compagnons.
 
[1] : Voici la définition qu’on trouve sur « fr.wikipedia » : 

« Le chiisme duodécimain, désigne le groupe des chiites qui croient dans l’existence des douze imams. 80 % des Chiites sont duodécimains et ils sont majoritaires parmi les écoles de pensée chiites. Ils sont majoritaires en Azerbaïdjan, à Bahreïn, en Iran, en Iraq, et au Liban. Le chiisme duodécimain est la religion officielle de l’Iran depuis la révolution de 1979. »
 
Pour eux, ces douze imâms sont infaillibles et au-dessus des Prophètes et Messagers. Le dernier d’entre eux a disparu et réapparaîtra à la fin des temps !
 
Source de la fatwah : « masâ ilun fî-l’aqîdah – Des thèmes sur le Dogme [Islâmique] ». Page 270 et question N°362. C’est un livre intéressant avec un rassemblement de dizaines de fatâwâ dogmatiques simples et concises de plusieurs Grands Savants.
copié de mukhlisun.com

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
La mise en garde contre le chiisme, leur dogme, leur voie et leurs exagérations au sujet de ’Alî et autres

Question :

 
Certes quelques personnes voient qu’il est obligatoire pour les musulmans, afin que leurs actes d’adoration et leurs actions soit authentiques, d’adopter le suivi [aveugle] d’un des quatre dogmes de pensées bien connus.

Mais il n’est pas inclu parmi eux le madhhab [dogme de penser] des Chiites al-Imâmiyyah » [Râfidhah], pas même le madhhab des « Zaydîyyah ».

Etes-vous en total accord votre éminence avec ce point de vue sur l’interdiction du suivi aveugle du « madhhab » des Chiites [Râfidhah], tel que « al-Imâmiyyah al-Ithnâ ’Ashariyyah » par exemple ?
 
Réponse :
 
[L’obligation] pour le Musulman est qu’il suive ce qui est venu d’Allâh et Son Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam), quand il est en mesure de prendre les décisions légales pour lui-même ; et lorsqu’il en est incapable, alors il doit demander aux gens de science afin de voir les difficultés qui le concernent au sujet de sa religion.

Il doit s’informer du plus compétant parmi les gens de science afin qu’il puisse l’interroger, soit en personne ou par écrit.
 
Il n’est pas permis pour le Musulman de suivre aveuglément le madhhab des « Chî’ah al-Imâmiyyah » [Chiites Râfidhah], ni le madhhab des « az-Zaydîyyah », ni même encore ceux qui leurs ressemblent parmi les gens de l’innovation, tels que les « Khawâridj », les « Mu’tazilah », les « Djahmiyyah » et autres qu’eux.

Quant à s’attacher à un des quatre écoles bien connus, il n’y a aucune objection à cela, tant [que le musulman] n’est pas un adepte aveugle du Dogme auquel il appartient, et ne contredît pas les preuves évidentes quant à cela [à cet attachement à un madhhab particulier]. [1]

 

 

Question :
 

Quelle est la décision pour ceux qui prétendent que le Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) a attitré ’Ali (radhiallâhu ’anhu) comme Calife, et disent que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) ont comploté contre lui ?
 
Réponse :
 
Ce dire n’est pas connu des groupes musulmans si ce n’est du groupe des Chiites, et ceci est un dire nul qui n’a aucun fondement dans les récits du Prophète qui ont été authentiquement reconnus comme provenant du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam). Bien au contraire, de nombreuses preuves indiquent l’évidence du Califa après le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) de Abû Bakr as-Siddîq (radhiallâhu ’anhu), ainsi que [les preuves] des compagnons du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam).

Ceci dit, le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) ne l’a pas affirmé clairement, et il ne l’a pas nommé dans son sens le plus clair ; il a plutôt donné des ordres qui ont indiqué cela : quand il lui a demandé de guider les gens dans la prière lorsqu’il [le Prophète] (sallallahu ’alayhi wa sallam) était malade, et quand il lui a rappelé au sujet du Califa après lui, il (sallallahu ’alayhi wa sallam) dit : 

« Allâh et les croyants refuseront quiconque si ce n’est Abû Bakr. » 

Et c’est pour cela que les Compagnons (radhiallahu ’anhum) lui ont prêté allégeance (radhiallahu ’anhu), et ils ont consenti à l’unanimité que Abû Bakr était le meilleur parmi eux.

Il a été rapporté dans le hadîth de Ibn ’Oumar (radhiallahu ’anhu) que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) avaient l’habitude de dire du vivant du Prophète : 

« Le meilleur de cette Communauté après son Prophète est : Abû Bakr, ensuite ’Oumar, ensuite ’Outhmân. » 

Et le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a approuvé leur dire sur cela.

Selon un récit continu provenant de ’Alî (radhiallâhu ’anhu), il [’Ali] était de ceux qui disaient : 

« Le meilleur de cette Communauté après son Prophète est : Abû Bakr, ensuite ’Oumar. » 

Et il (radhiallâhu ’anhu) avait l’habitude de dire : « Il n’y en a pas un qui me favorise à eux, sans que [pour cela] je le fouette avec la punition de « hadda » pour avoir mentit. »

Il n’a jamais dit de lui-même qu’il était le meilleur de cette Communauté ou que le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) l’avait nommé comme Calife.

Il n’a jamais dit que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum) avaient été injustes [à son égard] et qu’ils lui ont pris ses droits.

Quand Fâtimah (radhiallâhu ’anha) mourut, il donna une deuxième promesse de fidélité à Abû Bakr comme confirmation de sa première promesse, et il a démontré aux gens qu’il était avec le groupe unique des musulmans ; il n’avait aucunement en lui de réserve quant au fait de prêter allégeance à Abû Bakr (radhiallâhu ’anhu).

Quand ’Oumar a été poignardé, il cita six des dix de ceux à qui le Paradis a été promis, et parmi ces nommés, il y avait ’Alî (radhiallâhu ’anhu), et il [’Alî] n’a jamais désapprouvé ’Umar sur cela, ni de son vivant, ni même après sa mort.

Et il [’Alî] n’a pas dit qu’il était le premier d’entre eux, comment alors une personne parmi les gens peut se permettre de mentir au sujet du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam), et dire ainsi qu’il a nommé ’Alî comme Calife.

’Alî lui-même n’a jamais demandé cela pour lui, et aucun des Compagnons n’a réclamé cela pour lui. Ils ont plutôt consenti à l’unanimité sur l’authenticité du Califa de Abû Bakr, ’Oumar et ’Outhmân ; et ’Alî (radhiallâhu ’anhu) a reconnu cela, et il leur a apporté son aide dans le Djihâd, la consultation, et autre que cela.

Ensuite, les Musulmans ont formé un consensus après les Compagnons sur la base du consensus des Compagnons.

De là, il n’est aucunement permis après cela à quiconque ou tout groupe, Chiites ou autres, d’affirmer que ’Alî était le successeur attitré, ou que les Califats avant lui sont caduques.

De la même façon, personne n’a le droit de dire que les Compagnons ont été injustes [à son égard] et qu’ils lui ont pris ses droits.

Mais c’est plutôt le plus caduque des mensonges, et des mauvaises pensées sur les Compagnons du Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam), y compris ’Alî (radhiallâhu ’anhum adjma’în).
 
Et certes Allâh a empêché et protégé cette Ummah Muhammadiyyah (sallallahu ’alayhi wa sallam) de former un consensus sur l’égarement.

Il a été rapporté de façon sûre dans beaucoup de récits Prophétiques que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit :

« Un groupe de ma Communauté adhèrera toujours à la vérité en ayant le dessus. »

Il est impossible que cette Communauté des générations les plus nobles puisse consentir sur ce qui est faux [caduque], et ce sont les Califats de Abû Bakr, ’Oumar et ’Outhmân.

Et nul ne peut dire [ce mensonge], pour qui croit en Allâh et le Jour Dernier, et nul ne peut dire cela, pour qui a la perspicacité la plus légère dans les décisions Islamiques. [2]

 

 

« De ’Abdel-’Azîz Ibn Abd-Allâh Ibn BâZ à Mlle F.H.A. Qu’Allâh lui apporte la compréhension, Lui rende les choses faciles et la guide dans le bien - Âmîn »
 
« As-SaLâmou’ alaiKoûm wa Rahmatullâhi wa Barakâtuhu »
 
J’ai bien reçu votre lettre qui m’informe que vous avez 23 ans et que vous êtes une adepte du Chiisme et que vous suivez « Dâwoud Bohrawân », représentant et chef de ce groupe [Chiites] au Kenya, qui interdit au notaire habilité à enregistrer les mariages dans la ville de Mombassa, d’exécuter votre contrat de mariage, et vous voulez un éclaircissement quant à la décision islamique sur cela.
 
Réponse :
 
Il n’y a aucun doute que les représentants d’autorité parmi les différents groupuscules qui prétendent être musulmans, sont dans l’obligation d’adhérer aux décisions Islamiques dans l’ensemble des affaires, et qu’ils doivent prendre garde à tout ce qui va à l’encontre de cela.

Il est connu dans la Loi Islamique qu’il est obligatoire aux gardiens d’exécuter les mariages de filles sous leur responsabilité, quand une personne s’engage dans la demande de mariage, parce qu’Allâh dit (traduction rapprochée) :
 
« Mariez les célibataires d’entre vous et les gens de bien parmi vos esclaves, hommes et femmes. S’ils sont besogneux, Allâh les rendra riches par Sa grâce. Car (la grâce d’) Allâh est immense et Il est Omniscient. » [3]
 
Et il a été rapporté que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : 

« Lorsqu’une personne vient à vous pour une demande de mariage, et que celle-ci est une personne religieuse et d’un [bon] caractère, alors mariez-la. Car dans le cas contraire, il y aura des discordes - tribulations sur terre et d’abondante perversité. » 
Rapporté par l’Imâm at-Tirmidhî et d’autres.
 
Basé sur cela, si un de vos proches organise votre mariage avec une personne acceptable, le représentant du groupe de « Bohra » n’a aucun droit de contestation sur cela, et le mariage sera valide, tant que les conditions de mariage [obligatoires] sont réunies.

Cela devrait être fait à travers une cour de jugement Islamique dans Mombassa, afin qu’aucune objection ne puisse être soulevée par le représentant du groupe de « Bohra ». Si le mariage est fait tel que mentionné ci-dessus, alors vos enfants vous seront légitimes et aucune personne du groupe de « Bohra » ou autre qu’eux ne pourra nier cela.

Si vos proches refusent le mariage fait avec une personne acceptable, afin de plaire au représentant du groupe de « Bohra », alors leur tutelle devient caduque de cette façon, et le juge musulman a le droit d’exécuter ce contrat de mariage pour vous avec la personne acceptable qui vous a demandé en mariage, parce que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : 

« Le souverain est le walî pour celui qui n’a aucun walî. » 

Le Qâdhî [Juge] est le substitut du souverain et il le représente, et si le walî [gardien] refuse [d’exécuter le mariage de la fille], la décision sur lui est que son décret est dénué de tout.
 
Mais je vous conseille à vous et à ceux comme vous d’abandonner le « madhhab al-Bohra » et tout autre écoles Chiites, parce qu’ils vont tous à l’encontre de la voie islamique de Muhammad (sallallahu ’alayhi wa sallam) à bien des égards.

Il vous est donc obligatoire de le délaisser pour le Dogme des gens de la Sounnah et du groupe, qui suit uniquement ce qui est dicté par le Qor’ân, la Sounnah et le chemin des anciens de cette Communauté, les Compagnons du Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) et ceux qui les suivent avec excellence dans la vérité.
 
Je demande qu’Allâh guide ce groupe et les autres qui sont allés hors du droit et bon chemin, et de leur montrer le juste chemin. Qu’Il vous aide ainsi que nous-même et tous les Musulmans à faire ce qui mènera au salut et au bonheur dans ce monde et dans l’Au-delà, car Il est Celui qui est capable de tout sur cela.
 
« As-SaLâmou’ alaiKoûm wa Rahmatullâhi wa Barakâtuhu » [4]

 

Question :

 
Est-il authentique que l’Imâm Alî (radhiallâhu ’anhu) a combattu les démons ?

Il est raconté dans le livre : « Les expéditions [militaires] de l’Imâm ’Alî » qu’il a fait la guerre contre eux [les démons] et les a chassés jusqu’à la 7ème terre.

Que pensez-vous de ce livre ?
 
Réponse :
 
Tout ceci est sans fondement.

Il n’a pas combattu les djins et rien de cela ne s’est passé.

Bien contraire, cela est caduc et fait partie des mensonges et des traditions inventées par les gens.

Certes un texte de Abû al-’Abbâs SHeikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh) a dit sur cela : 

« Ceci est un mensonge sans fondement, faisant partie des choses caduques inventées par les menteurs. » [5]

 

Question :
 

[...] Qu’en est-il d’un groupe de frères musulmans des de gens de la Sounnah souhaitant voyager ardemment afin d’accomplir leur devoir obligatoire du Hadj, mais il n’est pas possible pour ce voyage, de voyager sans des Iraniens Chiites, et il n’est pas possible donc de faire autrement [...] ?
 
Réponse :
 
L’obligation pour eux, et qu’ils fassent le Hadj, quand même ils doivent le faire avec les Chiites, si ils sont capables de faire le pélérinage. Ils doivent en même temps prendre garde aux ambiguïtés [équivoques] de la part de ces Chiites, et de leur dogme caduc.

Et si il leur est possible de les conseiller et les appeler pour embrasser le chemin de « Ahl as-Sounnah » ils doivent alors le faire, parce qu’Allâh dit (traduction rapprochée) :
 
« Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon. » [6]
 
Et il y a d’autres versets qui indiquent l’obligation d’appeler les gens à Allâh - Subhânahu - d’ordonner le convenable et d’interdire le blâmable. [7]
 

 

Question :
 
Quel est le degré d’authenticité de la parole de certain : Qu’Allâh anoblisse son visage (à l’égard de ’Alî) ?
 
Réponse :
 
Il n’y a aucun fondement dans cette formulation spécifique dédiée à ’Alî (radhiallâhu ’anhu), cela n’est certes qu’une exagération de la part des Chiites. [8]

 

Question :
 

[...] Qu’en est-il du Dogmes des Chiites « Imâmiyyah » et autres qu’eux [...] ?
 
Réponse :
 
Le Madhhab des Chiites « Imâmiyyah » est un dogme innovateur en Islâm dans ses fondements et ses branches.

Et pour des références, revenez aux livres « al-Khatoût al-’Arîdha » - « Mukhtasar at-Tuhfat al-Ithna ’Achrîyyah » et « Minhâj as-Sounnah » de SHeikh al-Islâm [Ibn Taymiyyah], et vous y trouverez beaucoup d’éclaircissements quant à leurs innovations. 
[9]

La différence qu’il y a entre les gens de la Sounnah et du groupe, et [entre] les Chiites est grande dans ce qui est lié à l’Unicité d’Allâh, aux Prophètes, à la « Imâma » [Califats] et autre que cela.

Et il y a beaucoup de livres traitant du sujet de la part des Savants tels que ach-Chahrastânî dans « al-Millal wal-Nihal », de Ibn Hazm dans « al-Fasl » et d’autres encore ; « al-Khatoût al-’Arîdha » de Muhib ad-Dîn al-Khatîb [...] Et revenez à ces livres cités. [10]


[1] Fatâwa Islâmiyyah - Lajnah ad-Dâ-ima, 1/153
[2] Fatâwa Islâmiyyah - SHeikh Ibn BâZ, 1/45-46
[3] Coran, 24/32
[4] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 4/437-438
[5] Madjmu’ Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 9/278
[6] Coran, 16/125
[7] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 11/18
[8] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 3/100
[9] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 2/378
[10] Fatâwa Al-Lajnah Ad-Dâ-ima lil-Bouhouth Al-’Ilmiyyah wal-Iftâ, 2/375

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
Les juifs et chrétiens sont-ils mécréants ?

Question :


Un prêcheur  dans une des mosquées en Europe a prétendu qu’il n’est pas permis de considérer les chrétiens et les juifs comme mécréants.

Vous savez – qu’Allah vous préserve - que la plupart des gens qui viennent aux mosquées en Europe ont très peu de connaissance.

Nous craignons que des telles déclarations se répandent.

Donc, nous vous demandons une réponse claire et complète à cette question.


Réponse :

Je dis :

la déclaration de cet homme est un égarement.

En fait, cela peut être un blasphème.

Ceci parce qu'Allah a déclaré que les juifs et les chrétiens mécréants dans Son Livre.

Allah a dit (traduction rapprochée) :

 

« Les Juifs disent : “Uzayr est fils d’Allah” et les Chrétiens disent : “Le Christ est fils d’Allah”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent » [sourate At-Tawba :30-31]

Cela montre que ce sont des polythéistes qui donnent des associés à Allah. 

Dans d'autres versets, Allah a précisé qu'ils sont mécréants (traductions rapprochées) :
 
« Certes sont mécréants ceux qui disent : “Allah, c’est le Messie, fils de Marie ! ” » [sourate Al-Maida :17 et 72]
 
« Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : “En vérité, Allah est le troisième de trois.” » [sourate Al-Maida :73]
 
« Ceux des Enfants d’Israël qui n’avaient pas cru ont été maudits par la bouche de David et de Jésus fils de Marie » [sourate Al-Maida :87]
 
« Les infidèles parmi les gens du Livre, ainsi que les Associateurs iront au feu de l’Enfer » [sourate Al-Bayina :6]
 
Beaucoup de versets et ahadith expriment le même sens. 

Celui qui rejette l'idée que les juifs et les chrétiens qui ne croient pas en Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam) et nie qu’ils sont mécréants, en fait, nie ce qu'Allah a dit. 

Nier ce qu'Allah a dit est un blasphème. 

Si quelqu'un a un doute concernant leur mécréance, alors il est lui-même un mécréant.

Gloire à Allah ! 

Comment cet homme peut-il être satisfait de dire qu’il n’est pas permis de dire qu'ils sont mécréants quand eux-mêmes disent qu'Allah est une trinité ?

Leur Créateur Lui-même a déclaré qu'ils sont mécréants.

Comment cet homme peut-il ne pas être satisfait de les appeler mécréants quand ils disent en réalité : « Jésus est le fils de Dieu » ou « la main d'Allah est fermée» et « Allah est pauvre et nous sommes riches » ?

Comment cet homme peut-il ne pas être satisfait de les appeler mécréants et de leur appliquer le mot mécréance en général quand ils décrivent leur Seigneur de façons qui ne sont rien d’autre que malédiction et insulte d'Allah ?

J’appelle cet homme à se repentir à Allah et à lire la Parole d'Allah (traduction rapprochée) : 

« Ils aimeraient bien que tu transiges (faire un compromis)avec eux afin qu’ils transigent avec toi » [sourate Al-Qalam :9]

Il doit rendre clair à tous qu'ils sont mécréants et qu'ils sont les habitants du Feu de l'enfer.

Le prophète ( salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : 

« Par Celui dans dont mon âme est dans Sa main, aucun juif ou chrétien de cette communauté n’entend parler de moi - qui est de la communauté des gens du temps du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) jusqu'au Jour du Jugement - et ne me suit pas ensuite - ou dit qu’il ne croit pas dans ce que j'ai apporté – sans qu'il ne soit parmi les habitants du Feu de l'enfer. » 
[
Sahih Muslim]

Celui qui a fait une telle déclaration doit se repentir à son Seigneur à cause de ce grand mensonge qu'il a exposé. Il doit faire une annonce claire qu'ils sont mécréants et qu'ils sont les habitants du Feu de l'enfer.

Il doit aussi annoncer qu’il leur est obligatoire de suivre le prophète illettré Muhammad ( salallahu ‘alayhi wa salam).

Il est celui que les juifs et les chrétiens connaissent et ils le connaissent comme ils connaissent leurs propres fils.
Allah dit (traduction rapprochée) :

« Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’évangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants » [sourate Al-Araf :157]

Il est celui dont ‘Isa, le fils de Marie (‘ alayhi salam) a annoncé la bonne nouvelle 
(traduction rapprochée) : 

« “ô Enfants d’Israël, je suis vraiment le Messager d’Allah [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera “Ahmad”.Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent : “C’est là une magie manifeste”. » [sourate As-Saff :6]

Quand celui-ci, Ahmad, qui leur était promis est venu avec des signes clairs, ils ont dit que ce n'était rien que de la magie.

Par cela, nous pouvons réfuter ces chrétiens qui disent que celui que ‘Isa a promis a été nommé Ahmad et pas Muhammad.

Nous disons ce qu’Allah a dit 
(traduction rapprochée) :

« Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes » et personne ne vous est venu après ‘Isa sauf Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam).

Muhammad est Ahmad et Allah a inspiré à ‘Isa d’appeler Muhammad Ahmad.

Ceci parce qu'Ahmad est un nom de la racine "louer" et le nom lui-même signifie : Celui qui loue Allah plus que les autres.

Donc, [Muhammad ( salallahu ‘alayhi wa salam)] est celui qui loue le plus Allah parmi tous les peuples...

Je dis plus loin : si quelqu'un prétend qu'il y a une religion sur la terre agréée par Allah autre que l’islam, alors celui qui dit cela est un mécréant et il n’y a aucun doute sur sa mécréance.

Ceci parce qu'Allah a dit dans Son Livre 
(traductions rapprochées) :

« Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants » [sourate Al-Imran :85].

« Certes, la religion acceptée d’Allah, c’est l’Islam » [sourate Al-Imran :19]

« Aujourd’hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l’Islam comme religion pour vous » [sourate Al-Maida :3]

Basé sur cela - et je le répète une troisième fois - la personne qui a fait cette déclaration [mentionné dans la question] doit se repentir à Allah, le Très-Haut.

Et il doit aussi préciser à tous les gens que les juifs et chrétiens sont des mécréants.

Ceci parce que la preuve a été établie contre eux, ils ont reçu le message mais ils ont refusé de croire.

Les Juifs ont été décrits comme ayant gagné la colère d'Allah.

Ceci parce qu'ils connaissaient la vérité et ont voulu aller contre cela.

Les chrétiens ont été décrits comme ceux qui se sont égarés..

Ceci parce qu'ils ont cherché la vérité, mais en ont été détournés.

Maintenant, tous ont la connaissance de la vérité et la reconnaissent.

Cependant, ils vont contre cela.

Donc, tous méritent que la colère d'Allah soient sur eux.

J'appelle tous ces juifs et chrétiens à croire en Allah et en tous Ses Messagers.

Je les appelle à suivre le prophète Muhammad ( salallahu ‘alayhi wa salam).

C'est ce que l'on leur a ordonné de faire dans leurs propres livres.

Allah expose dans le Qur’an 
(traduction rapprochée) :

« Et Ma miséricorde embrasse toute chose. Je la prescrirai à ceux qui (Me) craignent, acquittent la Zakât, et ont foi en Nos signes. Ceux qui suivent le Messager, le Prophète illettré qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’évangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants. Dis : “ô hommes ! Je suis pour vous tous le Messager d’Allah, à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de divinité à part Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Croyez donc en Allah, en Son messager, le Prophète illettré qui croit en Allah et en Ses paroles. Et suivez-le afin que vous soyez bien guidés”. »[sourate Al-Araf:156-158].

[ En ayant une telle foi, ceux qui se convertissent du judaïsme et du christianisme] recevront leur récompense deux fois.

Le messager d'Allah ( salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : 

« Il y a trois personnes qui recevront leur récompense deux fois : une personne des Gens du Livre [des juifs et des chrétiens] qui a cru en son prophète et a cru en Muhammad ... »
 [Al-Bukhari et Muslim].

J'ai aussi trouvé dans le livre de  fiq Al-Iqna’, dans la section sur l'apostasie, où l'auteur a exposé :

« Celui qui ne considère pas mécréant celui qui suit une religion autre que l'islam, comme les chrétiens, ou qui doute de leur mécréance ou qui approuve leur voie est lui-même est un mécréant. » 

Et il cite Ibn Taimiya en disant :

« [Celui-ci est] un mécréant: quiconque croit que les églises sont les maisons d'Allah dans lesquelles on L'adore ou qui pense que les juifs et chrétiens accomplissent des actes d'adoration valables auprès d'Allah et obéissent à Lui et à Son Messager, ou aime ou approuve ce qu'ils font, ou les aide à acquérir de tels lieux et à établir leur religion et il fait cela pensant que ceci est une voie pour se rapprocher d'Allah ou adorer Allah. » Il a aussi exposé : « Celui qui croit que visiter les juifs et les chrétiens dans leurs édifices religieux est un acte qui le rapproche d'Allah est un apostat. »

Ces déclarations soutiennent ce qui a été exposé dans le texte de la réponse.

C'est une question sur laquelle il n'y a aucune place pour le doute.

Et l'aide est cherchée seulement auprès d’Allah.

Article tiré du site fear-allah.com
Source : Shaikh Ibn ‘Uthaymin a répondu cette question dans  Fatawa Islamiya, vol. 1, p. 87]
copié de salafs.com 
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Reconverti(e) - للداخلين في الإسلام
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
L'union avec les chiites (vidéo)
Voici une fatwa du grand savant Cheikh Sâlih Ibn Fawzân Al-Fawzân sur l'interdiction de s'unir avec les chiites et les égarés, qu'Allah les guide.  
 
 

 
Cheikh Salih Bin Fawzan Bin 'Abdillah Al Fawzan - الشيخ صالح بن فوزان الفوزان
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Groupes égarés - الفرق الضالة
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
Est-il obligatoire de suivre un dogme de pensée précis ?

Beaucoup de personnes se trompent quant au fait de la bonne compréhension que nous devons avoir dans le suivi ou pas d'un dogme de pensée précis, ou un imâm, ou un savant etc.


Et cela même jusqu'aux frères adoptant la voie des anciens pieux dans leur pratique, qui d'une manière différente, prennent parfois la voie des gens exagérateurs et de la passion dans le suivi d'une personne en particulier ou d'un dogme de pensée.

Souvent, cette optique des choses les pousse à prendre des positions qui contredisent le Qor'ân et la Sounnah.

Ainsi, pour ce qui est de la question de savoir s'il est obligatoire ou pas de suivre un dogme de pensée en particulier, SHeikh Muhammad Ibn 'Uthaymîn (rahimahullâh) a répondu que « oui », il est obligatoire et exigé de suivre un dogme de pensée précis, ceci dit, ce dogme précis qu'il est obligatoire de suivre est uniquement celui de l'Envoyé (sallallahu 'alayhi wa sallam).

Et certes, pour ce qui provient de l'Envoyé, il est obligatoire de le suivre.

Car il y a en cela la réussite et le bonheur dans ce bas-monde et l'au-delà.

Allâh - Ta'âla - dit (traduction rapprochée) :

« Dis : Si vous aimez vraiment Allâh, suivez-moi, Allâh vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. » [1]

Et 
(traduction rapprochée) :

« Et obéissez à Allâh et au Messager afin qu'il vous soit fait miséricorde ! » [2]

Voilà donc le dogme de pensée qu'il est obligatoire de suivre selon l'unanimité des gens de science.

Et pour ce qui de suivre un autre dogme de pensée, c'est un égarement quand il n'y a pas de preuve claire le justifiant.

Et quand une preuve claire ressort qui contredit la voie du Prophète, il n'est pas permis alors de suivre ce dogme, au point que SHeikh al-Islâm (rahimahullâh) a dit : 

« Si une personne parmi les gens ordonne qu'on lui obéisse dans tout ce qu'elle dit, elle doit pour cela se repentir ou elle sera combattue. Car il y a dans cela une obéissance à autre que l'Envoyé d'Allâh (sallallahu 'alayhi wa sallam). » 

Le SHeikh dit vrai (rahimahullâh) quant au fait qu'il ne doit pas y avoir une personne qui ordonne qu'on prenne sa parole de manière générale si ce n'est celle du Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam).

Certes, le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Suivez ceux qui viendront après moi, Abî Bakr et 'Oumar. » [3]

Et :

« S'ils obéissent à Abû Bakr et 'Oumar ils seront sur la bonne voie. » [4] [5]

[1] Coran, 3/31
[2] Coran, 3/132
[3] Rapporté par at-Tirmidhî et Ibn Mâdja
[4] Rapporté par Muslim
[5] Kitâb ul-'Ilm de SHeikh Ibn 'Uthaymîn, p.178

copié de manhajulhaqq.com
 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Voie des pieux prédécesseurs - طريق السلف الصالح
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
La vie terrestre et la vie de l'au-delà ont des enfants

Ali Ibn Abi Talib رضي الله عنه disait :
 

"Le bien ne consiste pas à avoir beaucoup d'argent et beaucoup d'enfants, mais le bien consiste à ce que ta science et ton indulgence croissent.

La vie terreste n'est un bien qu'uniquement pour deux personnes, pour celle qui a commis un péché et se corrige en se repentant, ou celle qui s'empresse d'accomplir de bons actes.

Un acte accompagné de crainte ne peut être amoindri , alors comment peut être amoindri un acte qui est accepté ?

Cette la vie terrestre s'en va, et la vie de l'au delà se rapproche , et chacune d'elle a des enfants, alors soyez les enfants de l'au delà et ne soyez pas les enfants de la vie terrestre, car aujourd'hui c'est un jour d'actes sans jugement, et demain, ce sera un jour de jugement sans actes"
 
L'histoire des compagnons et des Pieux Prédecesseur

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
La vie terrestre est une charogne

Ali Ibn Abi Talib رضي الله عنه disait :

 

"La vie terrestre est une charogne... alors que celui qui désire de celle-ci fasse preuve de patience face au fait de fréquenter les chiens"

 

L'histoire des compagnons et des Pieux Prédecesseur

 

Imam Jamal Ad-Din Abu al-Faraj Ibnoul Jawzih - الإمام أبي الفرج عبد الرحمن بنُ عليّ بن الجوزي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Rappels - تذكر
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
Les avantages tirés du rappel d’Allah (dhikr)
Il y a dans le dhikr plus de cent avantages (parmi lesquelles)
 
- Il chasse Satan, le réprime et le brise.
 
- Il entraîne l'agrément d'Allah.
 
- Il dissipe les soucis et les angoisses du coeur.
 
- Il procure au coeur la joie et l'allégresse.
 
- Il illumine le visage et le coeur.
 
- Il fortifie le coeur et le corps.
 
- Il attire la subsistance.
 
- Il revêt l'invocateur de respect, de douceur et d'aspect agréable.
 
- Il fait acquérir l'amour qui est l'esprit de l'Islam, le moteur de la religion et l'axe du bonheur et du salut.
 
Allah a suscité une cause à chaque chose et celle de l'amour (d'Allah) est inscrite dans la continuité de la pratique du dhikr.

Celui qui veut gagner l'Amour d'Allah doit Le mentionner souvent.

C'est que le dhikr est la porte de l'amour, son plus grand symbole et sa voie la plus droite.
 
- Il fait acquérir à l'invocateur qu'Allah l'observe et le fait de s'introduire dans la porte qui mène au degré de l'ihssan (la perfection dans l'adoration).

Ainsi, il adorera Allah comme s'il Le voyait.

Il n'y a donc à l'insouciant aucune autre issue vers le rang de l'ihssan que celle du dhikr, de la même manière que celui qui demeure assis ne pourra jamais rejoindre sa maison (qu'en marchant).
 
- Il fait obtenir la qualité de « la remise confiante à Dieu dans toutes ses affaires » c'est-à-dire le retour à Allah.

Et celui qui se retourne souvent vers Allah au moyen du dhikr, verra son coeur se tourner vers Allah en toutes circonstances. 

Allah devient ainsi son refuge et son asile, son Protecteur contre les calamités et les malheurs de la vie.
 
- Il héritera une place rapprochée de Allah.

Ainsi en fonction de l'ampleur de son dhikr se situe sa position par rapport à Allah.

C'est dire que plus son dhikr est abondant, plus il se trouve dans la proximité de Allah et plus son insouciance s'accroît (en ne se rappelant pas Allah), plus son éloignement s'accentue.
 
- Il lui ouvre une des plus grandes portes de la connaissance.

C'est-à-dire que son savoir grandira au fur et à mesure que ses évocations se multiplieront.
 
- Il lui procure le respect mêlé de crainte envers son Seigneur, Sa magnificence en raison de l'emprise que le dhikr a sur son coeur, et de sa présence constante avec Allah.

C'est le contraire de l'insouciant dont le voile du respect mêlé de crainte est trop épais dans son coeur.
 
- Il lui procure la mention que Allah fera de lui, comme l'indique ce verset (traduction rapprochée) :
 
« Souvenez-vous de Moi et je Me souviendrai de vous » (Coran, 2/152)
 
S'il n'y avait que cela comme bienfaits du dhikr, cela suffirait comme mérite et noblesse.
 
Le Prophète -qu'Allah lui accorde la grâce et la paix - a rapporté ce que son Seigneur a dit :

« Celui qui se souvient de Moi en lui-même, Je Me souviendrai de lui en Moi-Même. Celui qui me mentionne dans une assemblée, Je le mentionnerai dans une assemblée meilleure. »
[Cité par Bukhârî]
 
- Il réconforte la vie du coeur.

J'ai entendu le chaykh al-islâm Ibn Taymiyya dire : 

« Le dhikr est au coeur ce que l'eau est au poisson. Quel serait l'état du poisson s'il venait à quitter l'eau ? »
 
- Il évacue la rouille du coeur.

Chaque chose a sa rouille et celle du coeur, c'est l'insouciance et les passions irréfléchies ; et son polissage se fait par le dhikr, le repentir et la demande du pardon à Allah.
 
- Il efface les fautes et les élimine complètement. Il compte au nombre des plus grandes oeuvres et celles-ci chassent inévitablement les mauvaises actions.
 
- Il détruit l'appréhension (al wahchatou) qui sépare l'adorateur de son Seigneur.

C'est qu'entre l'insouciant et Allah, il y a une cloison (appréhension) qui ne peut être effacée que par le dhikr.
 
- Lorsque le serviteur fait la connaissance de Allah à travers son dhikr pendant les jours heureux, il le connaîtra aussi pendant les jours sombres.

En effet, lorsque le serviteur obéissant, qui invoque Allah, est gagné par l'adversité ou demande à Allah de satisfaire un de ses besoins, les anges disent : 

« Ô Seigneur ! C'est une voix connue d'un serviteur connu. » 

Par contre, quand l'insouciant appelle Allah et lui demande quelque chose, les anges disent : 

« Ô Seigneur ! C'est une voix inconnue qui provient d'un serviteur inconnu. »
 
Il sauve du châtiment de Allah, comme l'a indiqué Mu'âdh : 

« Il n'y pas meilleur salut vis-à-vis du châtiment de Allah que le dhikr de Allah. » 
[Cité par Tirmidhi.]

C'est la cause qui fait descendre la sérénité (sakîna), celle de la manifestation de la miséricorde et le regroupement des anges autour des invocateurs, comme nous en a informé l'Envoyé de Allah -que Allah lui accorde la grâce et la paix. 


Livre Al-wâbil assayib minal kalâm at-tayyab
Traduit par l'association Cap Islam 
par Abu Hamza Al-Germâny
copié de sounna.over-blog.org

 

Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Invocation دعاء - Evocation ذكر الله
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
Le fait de jeûner le samedi, et les jours où il est interdit de jeûner

Question :

 
Quelle est la preuve sur le fait que le jeûne du samedi doit être soit précédé d'un jour de jeûne avant, soit d'un jour de jeûne après ?
 
Réponse de Cheikh Al-’Outheymine :
 
La preuve que le samedi ne doit pas être jeûné seul est que le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit : 

« Ne jeûnez pas le samedi sauf s'il est obligatoire, même si quelqu'un d'entre ‎vous ne trouve qu'une écorce d'un raisin ou une petite branche d'un ‎arbre alors qu'il la mâche ». 

Ce hadîth fait l'objet d'une divergence des savants.

Certains d'entre eux ont dit : [ce hadîth] est marginal, il est faible car il contredit le hadîth authentifié dans les deux Sahîh [qui dit] que le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam)

entra chez l'une de ses femmes alors qu'elle jeûnait un vendredi, et il lui dit : « As-tu jeûné hier ? » 
Elle répondit : « Non. » 
Il dit : « Comptes-tu jeûner demain ? » Elle répondit : « Non. » Il lui dit alors : « Romps ton jeûne. 
»
Rapporté par al-Bukhârî - n°1986

Et dans le dire : « Comptes-tu jeûner demain ? », il y a une preuve quant à la permission de jeûner le samedi en un autre moment que les jours obligatoires [tel que le Ramadhân].

Et c'est un hadîth [celui sur l'interdiction du jeûne du samedi] qui est marginal, et la condition de l'authenticité d'un hadîth est qu'il ne soit ni défectueux ni marginal.
 
Certains savants ont dit : c'est un hadîth abrogé.

Et d'autres ont dit : [le samedi] peut être jeûné seul, et cela [est un avis] qui revient à l'Imâm Ahmad.  

 

Madjmu' Fatâwa de SHeikh Ibn 'Uthaymîn, 20/55-56
ist2 6333360-decorative-dividers
Question :
 
Quels sont les jours au cours desquels il est détestable de jeûner ?
 
Réponse de Cheikh Ibn Bâz :
 
Parmi les jours où il est interdit de jeûner, il y a le vendredi.

Il n'est pas permis de jeûner le vendredi seul lorsqu'il s'agit d'un jeûne surérogatoire car le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) l'a interdit.


Il en est de même pour le jeûne surérogatoire du samedi.

Ceci dit, il n'y a pas de mal à ce que le vendredi soit jeûné avec le jeudi ou le samedi comme cela a été rapporté d'un un hadîth de l'Envoyé d'Allâh (sallallahu 'alayhi wa sallam).
 
De même, il est interdit de jeûner le jour de la fête de « 'Aîd al-Fitr », de « 'Aîd an-Nahar » [Fête du sacrifice], ainsi que les 3 jours qui suivent la fête du sacrifice, certes le Prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a interdit cela.

Excepté concernant les jours qui suivent la fête du sacrifice, il est certes venu ce qui indique la permission de jeûner pour ceux qui au cours des rites [du pèlerinage] « at-Tamattou' » ou « al-Qirân » spécifiquement, n'ont pas eu la capacité de donner une offrande, comme cela a été authentifié par al-Bukhârî, que 'Aicha (radhiallâhu 'anha) et Ibn 'Oumar (radhiallâhu 'anhu) ont dit : 

« Il n'est pas toléré de jeûner pendant les journées qui suivent le sacrifice, excepté pour ceux qui n'avaient pas d'offrande. » 
Rapporté par al-Bukhârî - n°1998
 
Il n'est donc pas permis de jeûner de manière surérogatoire ou pour une autre raison un jour tel que le jour de l'Aîd, ainsi que le trentième jour du mois de Cha'bân si la vision lunaire n'a pas été attesté, parce qu'il s'agit certes d'un jour de doute, et il n'est pas permis de le jeûner selon l'avis le plus juste des savants, qu'il s'agisse d'un jeûne sciemment effectué ou pas, car les ahâdîth authentiques sur le sujet indiquent son interdiction. 

 

Madjmu' Fatâwa de SHeikh Ibn BâZ, 15/407-408

 

copié de manhajulhaqq.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Jeûne - ramadan - رمضان و الصيام
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 22:00
La femme et le travail (vidéo)
Voici une parole précieuse du grand savant Cheikh Muhammad Ibn Sâlih Al-'Otheymîne sur le fait que la femme peut sortir travailler si besoin est mais sans qu'il n'y ait de tentation pour elle ou pour les autres.
 
 
Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Femme en islam - المرأة في الإسلام