compteur de visite

Catégories

17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
La description du Prophète صلى الله عليه وسلم

D'après 'Uqba ibn al-Hârith, Abu Bakr fit la prière du 'asr puis sortit en marchant.

Il vit al-Hassan qui était en train de jouer avec des enfants.

Il le porta sur ses épaules et dit :

"Que mon père soit sacrifié pour lui !

Il ressemble au Prophète  صلى الله عليه و سلم pas à 'Ali."

Quant à 'Ali, (qui était présent), il ne faisait que sourire.

Boukhâri n° 3542

 

عن عقبة بن الحارث قال

صلى أبو بكر رضي الله عنه العصر، ثم خرج يمشي، فرأى الحسن يلعب مع الصبيان فحمله على عاتقه، و قال : بأبي شبيه بالنبي لا شبيه بعلي ، و علي يضحك

رواه البخاري برقم 3542

Rabî'a ibn Abu 'Abd-ur-Rahmân dit : "j'ai entendu 'Anas décrire le Prophète en disant :

"Il avait une taille moyenne : Il n'était ni grand ni petit.
Il avait un teint blanc-rougeâtre, c'est à dire qu'il n'était ni trop blanc ni trop brun.
Ses cheveux n'étaient ni frisés ni lisses.
Il reçut la révélation à l'âge de quarante ans et resta à la recevoir à la Mecque durant dix ; A Médine, il y resta dix ans.
A sa mort, il n'y avait même pas vingt poils blancs dans ses cheveux et dans sa barbe."
"J'ai eu l'occasion de voir quelques-uns de ses poils mais ils étaient rouges.
On m'expliqua alors que cela était dû au baume."
Boukhâri n° 3547
 

عن ربيعة بن أبي عبد الرحمن قال

 سمعت أنس بن مالك يصف النبي صلى الله عليه و سام قال : كان ربعة من القوم، ليس بالطويل ولا بالقصير ، أزهر اللون، ليس بأبيض أمهق ولا ادم،ليس بجعد قطط ولا سبط رجل، أنزل عليه وهو أبن أربعين، فلبث بمكة عثر سنين ينزل عليه، و بالمدينة عشر سنين ، و قبض وليس في رأسه و لحيته عشرون شعرة بيضاء. قال ربيعة : فرأيت شعرأ من شعره، فاذا هو أحمر، فسألت، فقيل : أحمر من الطيب

رواه البخاري برقم 3547


Abu Ishâq dit :

"J'ai entendu al-Barâ' dire : Le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم avait le plus beau des visages et la meilleure stature ; Il n'était ni trop grand de taille, ni petit."
Boukhâri n° 3549
 

عن أبي اسحق قال

 سمعت البراء يقول : كان رسول الله صلى الله عليه و سلم أحسن الناس وجهأ، وأحسنهم خلقآ، ليس بالطويل البائن، ولا بالقصير

رواه البخاري برقم 3549

Qatâda dit :

"J'ai interrogé 'Anas si le Prophète  صلى الله عليه و سلم se teignait les cheveux et il m'a répondu en disant : "Non, [d'ailleurs] il n'avait que quelques (poils blancs) sur les tempes".
Bukhâri 3550
 

عن قتادة قال

 : سألت أنسآ : هل خضب النبي صلى الله عليه و سام ؟ قال : لأ، انما كان شيء في صدغيه

رواه البخاري برقم 3550

Al-Barâ ibn 'Âzib dit :

Le Prophète  صلى الله عليه و سلم était de taille moyenne et avait les épaules larges.
Ses cheveux atteignaient le lobe de ses oreilles...
Je le vis une fois portant une tunique rouge et je n'ai jamais rien vu d'aussi beau..."

Yûsuf ibn Abu Ishâq rapporte de son père [ce rajout] : (ses cheveux atteignaient le lobe de ses oreilles, voire) jusqu'à ses épaules.

Bukhâri n° 3551


عن البراء بن عازب رضي الله عنهما قال

 كان النبي صلى الله عليه و سلم مربوعآ، بعيد ما بين المنكبين، له شعر يبلغ شحمة اذنيه، رأيته في حلة حمراء، لم أر شيآ قط أحسن منه. قال يوسف بن أبي اسحق، عن أبيه : الى منكبيه

 رواه البخاري برقم 3551

Abu Ishâq dit :

"Interrogé si le visage du Prophète صلى الله عليه و سلم était comme l'épée, Al-Barâ' répondit : "Non, il était plutôt comme la lune..."
Bukhâri n° 3552
 

عن ابي اسحق قال : سئل البراء

 أكان وجه النبي صلى الله عليه و سلم مثل السيف، قال : لا ، بل مثل القمر

رواه البخاري برقم 3552

Al-Hakam dit :

"J'ai entendu Abu Juhayfa dire : "Le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم se rendit pendant la canicule à al-Bathâ' (où) il fit des ablutions mineures puis pria deux rak'ats pour le dhour et ensuite deux autre rak'ats pour le 'asr, il y avait devant lui une pique."

 

Chu'ba : 'Awn rapporta de son père, Abu Juhayfa, [ce rajout] :

"Il y avait des femmes qui passaient derrière la pique...

Les présents se levaient et lui prenaient ses mains en se les passant sur le visage.

Moi aussi, je lui pris la main et je la mis sur mon visage ; Elle était plus fraîche que la neige et plus parfumée que le musc."

Bukhâri n° 3553

 

عن الحكم قال

  سمعت أبا جحيفة قال : خرج رسول الله صلى الله عليه و سلم بالهاجرة الى البطحاء، فتوضأ، ثم صلى الظهر ركعتين، و العصر ركعتين، و بين يديه عنزة. قال شعبة : وزاد فيه عون، عن أبيه، عن أبي جحيفة قال : كان يمر من ورائها المرأة، وقام الناس، فجعلوا يأخذون يديه فيمسحون بهما و جوههم، قال : فأخذت بيده فوضعتها على و جهي، فاذا هي أبرد من الثلج، و أطيب رائحة من المسك

رواه البخاري برقم 3553

D'après ibn 'Abbâs , le Prophète  صلى الله عليه و سلم était le plus généreux des hommes, surtout durant le Ramadan, lorsqu'(l'ange) Jibrîl venait le voir en chacune des nuits de Ramadan pour l'enseignement du Coran.
En effet, le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم était alors plus généreux, pour faire le bien, que le vent envoyé (avec les nuages porteurs de pluie).

Bukhâri n° 3554
 

عن أبن عباس رضي الله عنهما قال

  كان النبي صلى الله عليه و سلم أجود الناس، و أجود ما يكون في رمضان، حين يلقاه جبريل، و كان جبريل عليه السلام يلقاه في كل ليلة من رمضان فيدارسه القرأن، فلرسول الله صلى الله عليه و سلم أجود بالخير من الريح المرسلة

 رواه البخاري برقم 3554

D'après 'Âicha , le Messager d'Allah  صلى الله عليه و سلم entra tout content chez elle et en ayant les traits de son visage rayonnants.

 

Il  صلى الله عليه و سلم [lui] dis :


"N'as-tu pas entendu le Mudlijite dire en voyant les pieds de Zayd et de Usâma : "Ces pieds sont issus les uns des autres."

Bukhâri n° 3555

 

عن عائشة رضي الله عنها : أن رسول الله صلى الله عليه و سلم دخل عليها مسرورآ، تبرق أسارير وجهه. فقال
 ألم تسمعي ما قال المدلجي لزيد و أسامة ـ ورأى أقدامهما ـ ان بعض هذه الأقدام من بعض
رواه البخاري برقم 3555
'Abd Allâh ibn Ka'b dit :

"J'ai entendu Ka'b ibn Mâlik, après s'être absenté de l'expédition de Tabûk, dire : "...Et lorsque j'ai salué le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم au moment où son visage rayonnait de joie...
Quand le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم était joyeux son visage rayonnait comme la lune ; Nous savions bien cela."
Bukhâri n° 3556
 

أن عبد الله بن كعب قال

: سمعت كعب بن مالك يحدث حين تخلف عن تبوك، قال : فلما سلمت على رسول الله صلى الله عليه و سلم وهو يبرق و جهه من السرور، و كان رسول الله صلى الله عليه و سلم اذا سر أستنار و جهه، حتى كأنه قطعة قمر، و كعرف ذلك منه

رواه البخاري برقم 3556

D'après Abu Hurayra , le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم dit :

"On m'a envoyé de la meilleure des générations de la descendance d'Adam : De génération en génération, jusqu'à celle à qui j'appartiens."
Bukhâri n° 3357
 

عن أبي هريرة رضي الله عنه : أن رسول الله صلى الله عليه و سلم قال

بعثت من خير قرون بني ادم، قرنآ، حتى كنت من القرن الذي كنت منه

رواه البخاري برقم 3557

'Abd Allâh ibn 'Amru dit :

"Le Prophète صلى الله عليه و سلم n'était grossier ni de nature ni dans ses paroles...
Il disait صلى الله عليه و سلم : "Le meilleur d'entre vous est celui qui a le meilleur caractère."

Bukhâri n° 3559
 

عن عبد الله بن عمرو رضي الله عنهما قال

  لم يكن النبي صلى الله عليه و سلم فاحشآ و لا متفحشآ، و كان يقول : "ان من خياركم أحسنكم أخلاقآ

 رواه البخاري برقم 3559

'A'icha  رضي الله عنها dit :

"A chaque fois qu'il devait choisir l'une de deux choses, le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم choisissait toujours la plus facile, pourvu qu'elle ne fût pas un péché ; Car si c'était le cas, il était le plus éloigné des hommes de cette chose...
Le Messager d'Allah صلى الله عليه و سلم ne s'était jamais vengé pour sa propre personne sauf en cas où l'on transgressait l'interdit d'Allah, alors il se vengeait pour Allah."
Bukhâri n° 3560
 
عن عائشة رضي الله عنها أنها قالت
ما خير رسول الله صلى الله عليه و سلم بين أمرين الأ أخذ أيسرهما ما لم يكن اثمآ، فان كان اثمآ كان أبعد الناس منه، و ما أنتقم رسول الله صلى الله عليه
و سلم لنفسه الأ أن تنتهك حرمة الله، فينتقم الله بها
 رواه البخاري برقم 3560
 

 Publié par 3ilmchar3i.net

عن ربيعة بن أبي عبد الرحمن قال : سمعت أنس بن مالك يصف النبي صلى الله عليه و سام قال : كان ربعة من القوم، ليس بالطويل ولا بالقصير ، أزهر اللون، ليس بأبيض أمهق ولا ادم،ليس بجعد قطط ولا سبط رجل، أنزل عليه وهو أبن أربعين، فلبث بمكة عثر سنين ينزل عليه، و بالمدينة عشر سنين ، و قبض وليس في رأسه و لحيته عشرون شعرة بيضاء. قال ربيعة : فرأيت شعرأ من شعره، فاذا هو أحمر، فسألت، فقيل : أحمر من الطيب. رواه البخاري برقم 3547 
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Mohamed صلى الله عليه وسلم - Sounnah السنة
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
«Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah» (audio-vidéo)

 

Question à propos du noble verset (traduction rapprochée) :


« Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah » (Sourate 35 ; verset 28)

 

Le présentateur :

 

Ceci est une lettre de notre frère Abdellah Califa Al-Bilâdî.

 

En résumant, notre frère demande un certain nombre de questions dont l'une d'entre elles est à propos du noble verset (traduction rapprochée) :

 

« Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah ».

 

Il serait aimable que vous nous expliquiez cette partie de ce noble verset.

 

Réponse :

 

C'est une éloge d'Allah - Gloire à Lui - sur les savants et une démonstration énorme de leur statut ainsi que leur immense supériorité par rapport aux gens.

 

Et ce qui est visé par [le terme] « les savants » par Allah, [c'est] les savants de la charia, les savants du Coran et de la Sounnah, ceux qui craignent Allah, ceux qui agissent par crainte de Lui.

 

Ce sont eux qui sont visés ici, c'est-à-dire la crainte parfaite (traduction rapprochée) « Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah », c'est-à-dire la crainte parfaite, leur crainte est plus parfaite que la crainte d'autrui.

 

Autrement, chaque croyant craint Allah, chaque musulman craint Allah, cependant, elle se distingue l'une de l'autre.

 

La crainte des savants clairvoyants, les savants de la vérité, les savants de la charia, n'est pas comme celle des gens musulmans communs, bien au contraire, elle est plus parfaite et plus immense.

 

Et c'est pour cela qu'ils agissent envers Allah par crainte de Lui, ils enseignent aux serviteurs d'Allah, ils ne transgressent pas Ses lois et ils exécutent Ses ordres.

 

Leurs actes coïncident avec leurs paroles ainsi que leur savoir.

 

Ils sont les plus parfaits des gens dans la crainte d'Allah, Le Puissant et Grand .

 

Cela ne signifie pas que le simple croyant ne craint pas Allah ! Non ! Le sens visé du Seigneur - le grand et élevé - est la limitation de la perfection comme ce qu'Allah - le grand et élevé - a dit  (traduction rapprochée) : 

 

« Les vrais croyants sont ceux dont les cœurs frémissent quand on mentionne Allah. Et quand Ses versets leur sont récités, cela fait augmenter leur foi. Et ils placent leur confiance en leur Seigneur » 

 

Le verset ne veut pas dire que celui dont son cœur ne frémit pas quand on mentionne Allah ou que sa foi n'augmente pas quand on mentionne Allah n'est pas un croyant !

 

Non !

 

Mais plutôt, cela sont les croyants parfaits, les croyant qui ont la foi parfaite et une forte spiritualité.

 

Et c'est pareil dans la parole d'Allah - Le Grand et Elevé -  (traduction rapprochée) : 

 

« Les vrais croyants sont seulement ceux qui croient en Allah et en Son messager, qui par la suite ne doutent point et qui luttent avec leurs biens et leurs personnes dans le chemin d'Allah. Ceux-là sont les véridiques »

 

Qui signifie que les croyants parfaits sont ceux dont leur foi fut complétée et non pas dans le sens où celui qui ne lutte pas n'a pas de foi mais bien au contraire, il a de la foi à un niveau conforme à sa situation et sa capacité.

 

Ce qui est recherché par rapport à tout cela, c'est démontrer la perfection, la perfection de la crainte d'Allah et la perfection de la foi.

 

Autrement dit, les croyants dans l'ensemble, qu'ils soient hommes ou femmes ont de la crainte d'Allah, de la foi ainsi que de la piété.

 

Cependant, ceux qui luttent et ceux qui ont la connaissance du Coran et de la Sounnah sont parfaits au niveau de la foi et celle-ci est plus immense d'où le fait que leurs cœurs soient remplis de bienfaits énormes et de crainte, ce qui les pousse à enseigner le bien au gens  à le pratiquer et à être sincere dans leur paroles et dans leur actions.

 

Et cette crainte d'Allah les a pousser à se precipiter vers le jihad et la patience et à se sacrifier car ils savent que ceci est l'obeissance à Allah et son messager

 

Le site de shaykh Ibn Bâz - qu'Allah lui fasse miséricorde

copié de ahloul-hadith.fr

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Savants - العلماء
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
Le commerce en islam

Le livre des transactions tiré de Hidaayatur-Raaghib de Shaykh 'Uthmaan ibn ahmad an-Najdee[ m.1100 ]

 
Six conditions (Shuroot) pour la validité des transactions en Islam
 
[ au nom d'Allaah, le tout miséricordieux... ]
Les conditions suivantes doivent être accomplies lors d'une transaction afin de la valider selon les règles islamiques :
À -Taraadhee (Accord Mutuel)
 
L'acheteur et le vendeur doivent volontairement être d'accord sur tous les détails de la transaction, conformément aux dires du prophete (sallaLAhou aleihi wa sallam) :
 
"les transactions ne sont validées que par l'accord mutuel." [1]
 
Ainsi, quelqu'un qui est obligé d'acheter ou de vendre un bien, invalide la transaction, toutefois il y a une exception à ceci.Shaykh Saalih Al-Fawzaan etablit que , " si quelqu'un était forcé a juste titre dans une vente, alors cette transaction devient autorisée. Un exemple de ceci est quand un juge force quelqu'un à vendre son bien pour payer sa dette." [2]

Jawaaz Tasarruf al-'Aaqidayn

(on permet aux deux participants d'engager des transactions)
 

L'acheteur et le vendeur doivent être légalement autorisés à s'engager dans des transactions.

Ils doivent tous les deux être libres (pas des esclaves), et adultes (pas des enfants qui n'ont pas atteint la puberté), sains d'esprit , et raisonnés.
 
Shaykh 'Uthmaan an-Najdee dit, "ainsi les achats et les ventes d'un enfant ou d'un fou, sans permission de son tuteur sont invalides. S'il donne sa permission, alors elle est valide, toutefois il n'est pas permis de donner sa permission sans aucun avantage. Et leurs transactions impliquant de petites choses entrent en vigueur même sans permission." [3]

Milk al-Ma'qood 'Alayhe

(la propriété du bien devant être vendu)
 

Les deux parties dans la transaction doivent posséder la propriété qu'elles proposent a la vente , conformément aux dires du prophète:
 
"ne vous vendez pas ce que vous n'avez pas." [4]
 
Cependant, une personne peut vendre quelque chose au nom d'une autre avec sa permission.
Dans ce cas, il est considéré comme propriétaire du bien par délégation.
 
Une personne ne peut pas vendre quelque chose qu'il ne possède pas en prenant l'argent au moment de la vente, puis en allant l'acheter et en la fournissant ultérieurement.
Shaykh Saalih al-Fawzaan rapporte qu'une telle transaction est invalide selon le consensus des oulemas. [5]
 
Cependant, une personne peut prendre l'argent de quelqu'un pour acheter un bien pour lui, car même s'il ne vend rien lui-même, il est dans ce cas simplement un représentant.

[les trois premières conditions concernent les participants à une vente. Maintenant regardons les conditions concernant les échanges: ]
 
Ibaahah al-Intifaa' bil-Mabee'
(le statut des marchandises)
 
Ce qui est vendu doit être quelque chose de halal (permis) à la base.

Shaykh Saalih al-Fawzaan dit : "ainsi il n'est pas permis de vendre ce qui est haram (interdit) tel que les stupéfiants , le porc, les instruments de musique, maytah (la viande non abattue correctement), conformément aux dires du prophète:
 
" Allaah a interdit la vente du maytah, des stupéfiants, et des idoles." [6]

Ce hadeeth est authentifié (par Al-Bukhaaree et muslim), et dans un hadeeth rapporté par Aboo Daawood :
 
"il a interdit les stupefiants et leur vente, et il a interdit le maytah et sa vente, et il a interdit le porc et sa vente." [7]

Ainsi il n'est pas permis d'employer l'huile ou la graisse qui sont (à l'origine) des najas (impurs, issue d'un porc ou d'un maytah) ou sont devenues impures (en les mélangeant à une najas),conformément à cette parole :

"Quand Allaah interdit quelque chose, il interdit son prix." [8]

Et dans le hadeeth qui est authentifié (par Al-Bukhaaree et muslim) :

Le prophète a été questionné, "as tu vu que la graisse du maytah, fait un bon enduit pour les bateaux, qu'elle aide au tannage des peaux, et qu'elle est utilisée dans les lampes ? " Il a répondu :

"non, ceci est haraam (interdit)."
[9]

[ fin de citation de Shaykh Saalih al-Fawzaan ] [10]

Maqdoor  'alaa Tasleemihi

Disponibilité
 
Les marchandises doivent être des choses qui peuvent être remises au moment de la vente.
Ainsi, il n'est pas permis de vendre un oiseau volant dans le ciel, même si on s'attend à ce qu'il revienne ( comme un aigle dressé), à moins qu'il ne soit dans une grande cage.
De même, il n'est pas permis de vendre un poisson en mer, à moins qu'il ne soit dans un enclos duquel il ne peut pas s'échapper.
Le point important est que l'acheteur doit être certain qu'il pourra remettre les marchandises au moment de la vente.
Il n'est également pas permis de vendre un article perdu, ou quelque chose que le vendeur n'est pas certain d'avoir toujours en sa possession .
Si l'acheteur n'est pas totalement capable de remettre les marchandises, alors c'est un genre de gharar (?) que le prophète a interdit. [11]
'Adm al-Jahaalah
(l'absence de l'anonymat)
 
Les marchandises et le prix doivent être clairement connus des deux participants à une vente.

La vente d'un article inconnu ou non spécifié, comme "un des moutons du troupeau," ou "un des vêtements sur le portant," sans indiquer l'article réel, est un genre de gharar prohibé comme mentionné précédemment. [11] 
 
De même, il n'est pas permis de vendre un article pour "une liasse de billets," ou un "sac des pièces de monnaie," puisque, dans ce cas-ci, le prix n'est pas spécifié.

Ainsi ni les marchandises ni le prix ne peuvent être majhool (inconnu), de meme que les deux participants doivent clairement connaitre ce qu'ils reçoivent et ce qu'ils donnent.
 
En s'appuyant sur cela, il n'est pas permis de vendre un bébé animal dans l'utérus de sa mère, puisque l'on est pas en mesure de savoir si le bébé sera fort et en bonne santé ou maladif, ni son sexe (ce qui influe sur le prix des animaux), ni même s'il survivra à la naissance.
En résumé
 
Une transaction valide en Islam est l'échange d'un bien (permis) connu , indiqué, halal, basée sur l'accord mutuel des deux parties libres, raisonnables, adultes et qui sont capables de remettre ce qu'elles commercent.
Et Allah est le plus savant.

EXAMINEZ VOTRE COMPRÉHENSION

La vente est-elle valide si l'acheteur ou le vendeur est forcé de faire la vente ?
Pourquoi ou pourquoi pas ?
Qu'elle est la preuve qu'une personne doit posséder ce qu'elle vend ?
Identifiez chacune des six conditions comme mentionné en sommaire.

[1] Saheeh Sunan Ibn Maajah (# 2185)
[2] Al-Mulakh-khas Al-Fiqh-hee de 2 ] (2/9)
[3] Hidaayatur-Raaghib (p.468)
[4] Il a été rapporté par Aboo Daawood dans son Sunan (# 3503), et rendu saheeh par Al-Albaanee. Il a été également rapporté par À -Tirmithee, an-Nasaa'ee, et Ibn Maajah.
[5] Al-Mulakh-khas Al-Fiqh-heede 5 ] (2/9)
[6] Saheeh Al-Bukhaaree (# 2236) et Saheeh muslim (# 4024)
[7] Sunan Abee Daawood (# 2485) ; saheeh selon Al-Albaanee-Albaanee
[8] Sous l'autorité d'Ibn 'Abbaas, le messager d'Allaah dit :
"Qu'ALLAH maudisse les juifs ! Vraiment Allaah leur avait interdit l'utilisation d'huiles et de graisses ( du maytah), et eux ils les ont vendues et ont mangé de leur bénéfice. Et quand Allaah interdit à un peuple la consommation d'une chose, il (aussi) en interdit aussi son prix."
Compilé par Aboo Daawood dans son Sunan (# 3488), et Al-Albaanee l'a saheeh.
[9] Saheeh Al-Bukhaaree(# 2236) Saheeh muslim (# 4024)
[10]Al-Mulakh-khas Al-Fiqh-hee de 10 ] (2/9)

[11] Saheeh muslim(# 3787)

traduit de l'anglais au français par le frere Abd-oul-Magid
copié de ahloul-hadith.fr

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Commerce - usure et métier - تجار- رشوة -ربا و عمل
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
L'exagération à l'égard des pieux (audio)

L'éxagération à l'égard des pieux est une porte qui conduit au shirk, comme on peut le constater dans les pays musulmans et les mausolés (tombeaux) dans lesquels autre qu'Allah est adoré, ces mausolés dans lesquels certains pensent pouvoir trouver une bénédiction. 

 
Voici donc quelques paroles sur ce thème de Shaykh Baazmool professeur à l'université islamique de la mecque.

Cheikh Mouhammad Ibn 'Omar Bâzmoul - الشيخ محمد بن عمر سالم بازمول

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Unicité - التوحيد
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
L’interdiction du voile

Question :

 
Le gouvernement de mon pays (islamique) a décidé de forcer les jeunes filles et toutes les femmes à enlever le hijab ou plus précisément (leur interdire) de se couvrir la tête.

M'est-il permis de mettre ceci en application, sachant que celui qui refuse peut avoir des problèmes, comme le renvoi du travail, de l'école, voire même la prison ?
 
Réponse :
 
Cette épreuve qui est arrivée dans ton pays fait partie des épreuves par lesquelles le serviteur est éprouvé, et Allah dit (traduction rapprochée) : 

« Alif, Lam, Mim. Les gens pensent-ils qu'on les laissera dire : "Nous croyons ! " sans les éprouver ? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; afin qu'Allah connaisse ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent »(Sourate Al-'Ankabut 1-3).

Ce que je vois, c'est qu'il est obligatoire aux musulmanes de ce pays de refuser d'obéir au gouverneur dans cet acte interdit, car l'obéissance au gouverneur dans ce qui est mauvais est rejetée, Allah dit (traduction rapprochée) : 

« Ô vous les croyants, obéissez à Allah et obéissez au prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement » (Sourate An-Nisa : 59).

Celui qui observe ce verset voit qu'Allah a dit (traduction rapprochée) : 

« obéissez à Allah et obéissez au prophète et à ceux d'entre vous qui détiennent le commandement » et il n'a pas répété une troisième fois le verbe (obéissez) lorsqu'Il a cité les gouverneurs.

Cela montre que l'obéissance aux gouverneurs suit (dépend de) l'obéissance à Allah et l'obéissance à Son messager.

Si leur ordre est en contradiction avec l'obéissance à Allah et Son messager, ils ne doivent pas être écoutés et obéis dans ce qui contredit l'obéissance à Allah et Son messager, et « il n'y a pas d'obéissance à la créature dans la désobéissance au Créateur ».

 

Cette épreuve qui atteint les femmes dans cette région fait partie des choses sur lesquelles il faut patienter, il faut demander l'aide d'Allah dans la patience et demander à Allah qu'il guide ces dirigeants à la vérité.

Et je pense qu'ils ne peuvent forcer la femme que si elle sort de chez elle, si elle reste chez elle ils ne pourront pas la contraindre, qu'elle reste chez elle afin d'être préservé de cette chose.

Quant aux études qui amènent la désobéissance (à Allah et Son messager), elles ne sont pas permises.

Mais (la femme) doit apprendre ce qui lui est nécessaire dans sa religion et sa vie d'ici-bas, et cela lui suffit.

Et la plupart du temps (cet apprentissage) est possible à la maison.

En résumé, il n'est pas permis d'obéir aux gouverneurs dans une chose interdite.
 

Fatawa al-mar'a al-muslima, p.250
copié de salafs.com

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Actualités - أخبار
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
«Par hasard»
Question :
 
Concernant le terme "Hasard", m'est-il permis de dire: 
 
"En me rendant au marché j'ai rencontré untel par Hasard "
 
Le terme " Hasard" est-il interdit ou cela constitue une forme de polythéisme ? 
 
Et que puis-je dire à la place de ce terme ? 
 
Veuillez-me répondre qu'Allah vous récompense par le bien. 
 
Réponse :
 
Le fait qu'une personne dise "j'ai rencontré untel par Hasard" n'est pas interdit et cela ne constitue également pas une forme de polythéisme, car ce qui est voulu par cette expression c'est le fait que tu aies rencontré cette personne sans au préalable vous être fixé de rendez-vous ni mis d'accord pour vous rencontrer, cette signification ne contient donc aucun mal. 


Majmou Fatawa Lajna Daîma Wa l-Ifta Vol 3 p 539 

 

Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Expression - التعبير
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
Deux palais de verre

Au sujet de l'Imam, le Shaykh - 'Abdul-'Azeez ibn Baaz (rahima-hullaah), une femme raconte que : 


"Une femme avait fait un rêve il y a 12 ans pendant (le mois de ) Ramadhaan, elle entrait au Jannah par une immense porte et a vu deux palais faits de verre.

Les deux palais n' étaient pas encore complètement construits, (mais) de l'extérieur vous pouviez voir ce qu'il y avait à l'intérieur.

À l'intérieur des deux palais il y avait des revêtements de sol luxueux qui n'étaient pas disposés encore, mais qui ont été accumulés sur un côté du palais. "

Elle dit alors :

"Le premier palais était pour Shaykh Ibn Baaz et l'autre était pour Shaykh Ibn ' Uthaymeen..." 

al-Imaam Ibn Baaz - duroos wa mawaaqif wa 'ibar - Page 97
copié de fatwa-online.com
Traduit par Oum 'Ikrima 

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Savants - العلماء
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
Le repentir (vidéo)

 

Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine - الشيخ محمد بن صالح العثيمين
Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Péchés et repentir - الذنوب و التوبة
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
Conseil à la communauté musulmane (vidéo)

 

Cheikh 'Abdel-'Azîz Ibn 'Abdi-llâh Ibn Bâz - الشيخ عبدالعزيز بن عبدالله بن باز

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Communauté musulmane - أُمَّة
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 22:00
L'issue pour sortir des troubles

Nous considérons nos jeunes comme étant au-dessus du suivisme aveugle et nous les poussons à rechercher les preuves, les arguments  et les témoignages.

 
Et nous ne prenons pas un  avis sans que nous ayons les preuves complètes de sa validité et de sa supériorité.
 
et Cheikh Al Islam Ibn Taymiya rahimahu Allah a une très belle parole et son sens est :
 
Quand il y a une divergence entre Savants, un prend parti pour un savant et l'autre prend parti pour l'autre savant.
 
Cheikh Ibn Taymiya dit :

" ceci n'est pas permis, interdit ! on ne doit pas prendre parti pour quelqu'un que quand on est sûr que ce dernier est sur la vérité avec des preuves et des arguments clairs".
 
C'est-à-dire, si des savants divergent et se divisent en deux parties toi tu choisis celui que tu veux ?

Ou  il est obligatoire pour toi d'étudier cette affaire et que tu  l'étudies en profondeur et ensuite si une des parties devient prépondérante pour toi avec les preuves évidentes tu penches vers cette vérité qui t'a convaincu tu la fais triompher et tu la montres aux gens ?
 
Ce qu'il t'es obligatoire c'est d'étudier et de ne pas prendre parti pour un côté ou l'autre ou pour une partie ou une autre, que lorsque tu as fait une étude approfondie, jusqu'à ce que la vérité devienne claire pour toi,  tu te mets de son côté, tu appelles à elle ( à la vérité qui t'es apparue), et tu la fais triompher.... etc.
 

cassette " al makhraj min al fitan" (l'issue pour sortir des troubles)

 

Cheikh Rabi’ ibn Hadi ‘Oumayr al-Madkhali - الشيخ ربيع بن هادي المدخلي

Publié par 3ilm char3i-La science legiferee - dans Méthodologie - المنهجية